Navigation – Plan du site
Dossier : Pressions sur l'enseignement supérieur au Nord et au Sud

L’université et les universitaires dans les mutations politiques et éducatives au Cameroun1

The university and academics in the cameroonian changing political and educative environment
Luc Ngwé, Hilaire De Prince Pokam, Albert Mandjack et Ernest Folefack
p. 169-191

Résumés

Pris dans la double dynamique de restructuration globale de l’État – redéfinition de l’éducation au plan international, reconfiguration socio-économique au plan local –, l’université et ses agents ont activement pris part aux processus politiques des années 1990. En effet, les mutations politiques qui se sont cristallisées à et sur l’université l’ont constituée en un enjeu de luttes et l’ont instituée comme arène entre politiciens et entre groupes en compétition pour la gestion du pays. Les universitaires se sont alors investis dans ces mutations comme acteurs incontournables, en y jouant différents rôles. Les étudiants se sont avérés des agents importants de l’amplification des revendications politiques et de mobilisation des autres catégories sociales, peu intéressées par les luttes proprement politiques. Les enseignants se sont davantage engagés dans la formalisation et la gestion directe de l’ordre politique démocratique, continuant ainsi leur stratégie d’investissement dans la structuration, la définition et la gestion de l’État post-colonial. Cette dynamique imprime également une marque spécifique sur la réforme opérée en 1993 et les trajectoires post-réforme de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est extrait d’une d’étude consacrée au rôle public des universités africaines, sous le pat (...)

1Le rôle joué par les universités et les universitaires dans les transitions démocratiques qu’ont connues les pays africains dans les années 1990 est désormais reconnu. Ils sont perçus comme les principaux acteurs de l’orchestration et de l’amplification de ces mouvements sociaux (Smith, 1997). Cependant, leurs interventions dans ces processus ont pris des formes différentes selon les pays. Et les résultats, les formes de positionnement dans l’espace public autant que les trajectoires post-transition de ces institutions et agents (enseignants et étudiants) diffèrent d’un pays à un autre.

2L’étude du cas camerounais lors des mutations politiques et éducatives que le pays a connues entre 1990 et 1993 constituera ici notre cadre d’analyse, car il offre l’expérience d’une dynamique particulière d’inscription de l’université et de ses agents dans le débat public, ainsi qu’une trajectoire singulière de post-transition. Cette expérience s’est inscrite dans un contexte particulier de crise économique aux effets sociaux multiples, de restructuration de l’État imposée par les bailleurs de fonds (et que manifestent entre autres les programmes d’ajustement structurel), enfin de libéralisation politique et économique. Cette expérience a aussi été marquée par des contingences locales qui imprimaient leur empreinte sur la dynamique à l’oeuvre et sur son issue.

3Nous montrerons ici que l’affrontement entre protagonistes politiques et autres agents sociaux s’est noué et s’est joué en partie à l’université, à la fois autour des évènements qui s’y déroulaient et autour des questions récurrentes et nouvelles (conditions de travail, chômage des diplômés, etc.) qu’affrontaient l’institution et ses agents. Nous verrons ainsi que la dynamique des revendications a dépassé le cadre traditionnel des mouvements étudiants pour s’appesantir sur d’autres questions propres à l’institution, voire même sur les maux qui affectaient le Cameroun dans son ensemble de sorte que, dans les transitions démocratiques, l’université a été constituée en enjeu et en arène politiques.

4Nous suivrons cette grille de lecture pour montrer comment les universitaires ont investi cette arène politique et qu’ils sont ainsi devenus des acteurs des luttes politiques et sociales. Plus encore, nous verrons que leurs prises de position et leurs actions ont structuré cette arène politique, et permis de jeter les bases de la réforme universitaire.

L’inscription de l’université et de ses agents dans l’agenda politique et social

5L’inscription de l’université et de ses agents dans l’agenda public procède d’une conjonction d’évènements et de processus nationaux et internationaux qui portent, soit sur les questions éducatives, soit sur la situation socio-économique et politique du pays. En effet, le principe de réforme des systèmes éducatifs posé par les institutions internationales et les bailleurs de fonds (Samoff & Bidemi, 2004), télescope les processus de reconfiguration socio-économique ainsi que les évènements politiques internes. Ces mouvements, qui se combinent, se chevauchent et parfois se contredisent, influent sur les dynamiques d’inscription dans l’espace public et sur la nature et le calendrier de la réforme. Il convient de présenter quelques éléments de cette situation.

Une double dynamique

Vers une nouvelle conception de l’éducation au niveau international

6Le contexte international est marqué par une mutation idéologique importante, portée par le processus de mondialisation et un libéralisme politico-économique qui promeut l’essor du secteur privé, et la performance (Kassimir, Lebeau & Sall, 2003). Étendue à tous les champs sociaux, cette mutation modèle une nouvelle conception de l’éducation : est remis en cause le postulat traditionnel de l’expansion continue d’un enseignement supérieur, auquel se substituent la formation et la mesure de ressources humaines hautement qualifiées comme critères d’appréciation du développement, notamment pour les pays africains (Neave & Van Vught, 1994). Dès lors, un “retour sur investissement”, prôné par des institutions internationales qui recommandent un rééquilibrage des financements entre les trois niveaux d’éducation, est attendu des politiques mises en oeuvre (Leslie, 1990 ; Unesco & World Bank, 2000). La valeur de l’éducation, “ordinairement” perçue en terme social et non directement quantifiable et évaluable, s’en trouve progressivement remplacée par une logique marchande (Tilak, 2004), alors même que la substitution du secteur privé au secteur public dans l’enseignement supérieur doit permettre d’en accroître “l’efficacité”.

7Plusieurs registres sont englobés dans cette présentation : l’éducation est posée comme un bien privé, individuel ou collectif, son rôle est redéfini en termes de productivité – pour les entreprises –, de rentabilité – pour les individus –, et de croissance – pour les États. Enfin, des paradigmes tels que “bonne gouvernance” ou “accountability” impriment leur marque dans la gestion des universités (Aguessy, 1994). Cette transformation et ces exigences rencontrent cependant des dynamiques locales.

La reconfiguration du Cameroun

  • 2 La réforme a fait passer le diplôme requis pour l’accès à ces professions de la Licence à la Maîtri (...)

8La situation camerounaise est dominée par une mutation profonde qui affecte divers espaces sociaux du pays, au premier rang desquels l’université. Celle-ci est de plus en plus sujette à des remises en question profondes quant à sa capacité à répondre efficacement aux objectifs assignés, en particulier de formation, de recherche et de service à la communauté. Sa place est sujette à redéfinition, comme l’est celle des diplômés dans l’espace social, suite à l’échec d’une mission, parmi d’autres, qui lui a initialement été attribuée : former « des cadres indispensables à la gestion de l’État naissant » (Fourcade, Paul & Vernières, 1994). Qu’en est-il précisément ? D’une part, la demande étatique en main d’oeuvre qualifiée des années 1960-70, liée à la situation d’accession à l’indépendance et de développement, a été saturée au milieu des années 1980, sans que ne se transforme le système éducatif, ni que change la représentation sociale de l’École chez les acteurs sociaux – en l’occurrence le rêve de devenir préfet, gouverneur, ministre aux termes de ses études de droit (Mbembe, 1993). D’autre part, ce bouleversement, qui s’est manifesté par les vagues de recrutement en 1984 et 1986 dans la fonction publique – respectivement de 1 500 et 1 700 diplômés au statut fragile de contractuels (Roubaud, 1994) –, s’est accéléré sous la pression des exigences du Plan d’ajustement structurel : ainsi les recrutements dans la fonction publique, et la limitation de l’accès aux professions libérales, ont-ils été momentanément suspendus2.

9Enfin, un malaise chronique affecte l’unique université depuis des décennies. Malgré la création des centres universitaires dans les années 1970, pour la désengorger et répondre aux politiques de développement, l’institution n’a connu ni de véritable extension, ni de réforme profonde, pourtant jugées nécessaires au regard des transformations qui affectent la société (Ngwana, 2003).

10Au demeurant, le regard se cristallise sur l’État ; les formes de contestation et de confrontation politiques et sociales portent sur son appareil et sur les espaces sociaux qu’il administre, dont l’université (Diouf, 1993). Ainsi, la relation progressivement établie entre la structure politique et les difficultés économiques et sociales se transforme : ces difficultés sont rapportées à la gestion de l’État ainsi qu’à la structure de son ordre social, au point que les recherches de solutions dans tout champ social portent “naturellement” sur la restructuration de cet ordre, de ses relations avec les espaces qu’il administre et de ses porte-parole. Cette situation, qui se manifeste à l’université par la remise en cause de son rapport à l’État – à travers les revendications des libertés académiques, de son autonomie, ou encore des maux internes qui la minent, comme l’insertion professionnelle des diplômés –, conduit les universitaires à s’engager dans ce débat sur la refondation de l’appareil d’État et la réforme de sa gestion. L’université et ses agents sont alors pris et engagés dans le processus de reconfiguration de l’État et dans une revendication de démocratisation.

Les processus de construction du débat politique à (et sur) l’université

11L’université ne prend place sur la scène publique qu’à la suite d’une conjonction d’actions diverses, auxquelles participent plusieurs groupes d’agents sociaux et qui la constituent en objet du débat public. Ainsi, les manifestations qui se sont succédées entre 1990-91 ont porté sur des questions récurrentes à l’institution, et ont souvent été traitées comme internes. Cependant, elles ont franchi un nouveau cap en adjoignant aux préoccupations “traditionnelles” des questions latentes, comme le problème de l’avenir des diplômés. Mais des acteurs comme les entrepreneurs politiques, les journalistes, prennent aussi position sur les manifestations ou sur le malaise de l’institution, et fabriquent ainsi le débat politique à et sur l’université. Trois séquences de manifestations d’étudiants permettent d’en rendre compte.

12Le premier point saillant de ce processus est l’usage ambigu du principe de démarcation entre champs politique et universitaire, comme en a attesté le traitement médiatique et politique de la manifestation de soutien au premier parti constitué, mais pas encore légalisé (le Social Democratic Front – SDF), organisée le 26 mai 1990 à l’université. À travers le travail de définition du modèle d’étudiant-citoyen auquel se sont livrés les acteurs politiques, cet évènement a posé les jalons d’une immersion explicite de l’université dans le champ politique, ainsi que le clivage politique francophone/anglophone. Le journal gouvernemental Cameroon Tribune des 27 et 28 mai 1990 qualifiait cette manifestation d’illégale et condamnait les manifestants, qui auraient entonné l’hymne national du Nigeria, au titre de “trahison patriotique”. Le ministre de l’Administration Territoriale déclara en ce sens que « les manifestants n’ont qu’à aller ailleurs s’ils ne se sentent pas camerounais ».

13Bien plus, le Cameroon Tribune dénonce alors l’introduction du débat proprement politique à l’université, à travers « la manipulation et l’intoxication des étudiants par des mots d’ordre aventuriers », en l’opposant au sens de responsabilité de la plupart des étudiants. Toujours selon le journal, ceux-ci ont, « en rejetant ces mots d’ordre, exprimé leur gratitude au gouvernement du Renouveau et à son chef pour les efforts consentis en leur faveur et marqué ainsi leur adhésion aux idéaux de la nation qui force le respect et l’admiration de tous ».

  • 3 Le Mfoundi est un département de l’organisation administrative du Cameroun.

14Ce travail médiatique a vite été relayé dans l’espace social et politique par l’appel de protestation et d’indignation de la section départementale du Mfoundi3 du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), le parti au pouvoir, en direction non seulement de ses militants, mais aussi et surtout de la jeunesse scolaire et estudiantine du Cameroun, qu’elle invita à plus « de responsabilité et de réalisme en accordant la priorité aux examens, et à renoncer à l’aventure politique ». Alors que la mobilisation politique était jusque-là le fait des acteurs engagés dans des luttes politiques (multipartisme prôné par le SDF vs le statut de parti unique du RDPC), une frange d’étudiants participa à cette marche de protestation contre le « multipartisme précipité ».

15L’insertion de l’université dans les processus politiques s’est réitérée avec les manifestations de novembre 1990, liées à la revendication de la bourse universitaire. Outre le travail habituel de fabrication du modèle d’étudiant-citoyen à travers l’exigence de « reconnaissance de la sollicitude du gouvernement à leur égard », la mobilisation de l’institution dans le débat politique a explicitement été posée. Cette position a d’ailleurs été confirmée par le Ministre de l’Enseignement Supérieur qui parlait de « l’université comme un bouclier dans la lutte pour la prise du capitole », tout en plaidant pour sa « dépolitisation ». Le journal Le Messager du 15 février 1991, qui reconnaît alors cette politisation de l’université, y voit à la fois « un faux problème posé par le ministre et une conséquence de la déchéance et de la crise que traverse l’enseignement supérieur, et non une cause ».

16La ligne de démarcation qui doit exister entre les champs politique et universitaire – selon le slogan du Président de la République : « La politique aux politiciens, l’école aux écoliers » – est donc explicitement battue en brèche. Plus encore, le jeu de stigmatisation réciproque auxquels se livrent les protagonistes dans cet échange contribue à constituer l’université en une arène dans laquelle ils vont s’affronter. En même temps, la position du journal ouvre une autre perspective au processus de construction du débat politique sur et à l’université en mettant l’accent sur le malaise général de celle-ci. Dans un élan de disqualification des manifestations et, surtout, de fabrication des revendications légitimes des étudiants, le quotidien gouvernemental souligne le caractère caduc de la bourse, ainsi que l’hérésie d’une revendication alimentaire au détriment des questions essentielles « à savoir l’amélioration de la qualité des enseignements, des enseignants, de la recherche et des conditions de travail ».

17Le deuxième point saillant des manifestations fait du malaise de l’université un problème essentiellement politique. Intervenues entre juin et novembre 1990, ces manifestations cristallisent l’attention des médias et des acteurs politiques. Leur importance ne réside pas tant dans les questions mises sur la place publique, parce qu’elles sont connues de tous, que dans la manière dont s’organisent leur mise en scène et leur justification. En effet, elles prennent la forme d’un procès de l’institution et, avec elle, de l’État lui-même, en dénonçant entre autres des malversations et en opérant une première confrontation, dans les médias, sur le fonctionnement, le rôle et la place de l’université. Interpellés sur ces questions, les administrateurs, à l’instar du vice-chancelier, tentent une mise au point en réaffirmant le bon fonctionnement de l’institution, sa crédibilité nationale et son rayonnement international. Cette tentative de justification accentue plutôt la controverse dans les médias sur le rôle et la place de l’université dans la société. Ainsi, par exemple, Le Messager du 29 août remet en cause ces explications et souligne le malaise de l’université, tant dans son efficacité interne (académique) que dans son rôle social (absence de créativité, extraversion du système et des agents, etc.). Cette controverse alimente le débat public entre 1990 et 1991. Les journaux, périodiques, ouvrent des rubriques spéciales consacrées à l’université en crise.

18Plus encore, la mainmise du pouvoir politique sur l’institution à travers le contrôle de la trajectoire des universitaires et de leurs pratiques (recherches de postes lucratifs dans l’administration et le gouvernement, collaboration avec la police politique, etc.), l’inféodation de l’institution qui sert de support idéologique de l’État, l’absence de liberté académique et de critique de la société par les universitaires, sont mis en avant comme constituant ses tares, et comme étant les raisons véritables de son malaise.

19Cette recherche des causes et des responsabilités du malaise de l’université opère une sorte de transmutation de ces questions catégorielles en questions sociales et politiques. Ses maux sont rapportés aux problèmes politiques globaux du Cameroun, en ce sens que c’est la nature du système et sa gestion qui sont présentées comme les causes et les raisons de la décadence de l’enseignement supérieur. Ceci s’accompagne de la redéfinition du rôle et de la place de l’étudiant dans la société en transition politique. Leurs revendications, qualifiées de “politiques” et non de survie, leur valent d’être présentés comme « fer de lance de la revendication démocratique et de la liberté ». Devenue un problème strictement politique, l’université polarise ainsi l’attention des acteurs politiques et autres agents sociaux, consolidant par là sa position d’arène des luttes politiques.

  • 4 Au départ, le “Parlement” et la “Coordination des Étudiants” sont deux groupes distincts. Le premie (...)

20C’est ce qui se réalise dans le troisième point saillant de construction du débat politique sur et à l’université, qui intervient avec les évènements de mars-juin 1991. Orchestrés à partir d’un incident ponctuel (violence sur un enseignant par les étudiants protestant contre son barème de notation), ces évènements constituent l’un des moments clefs de la crispation politique sur et à l’université. Un groupe d’étudiants se constitue en “Parlement”et en “Coordination Nationale des Étudiants4. Se basant sur la question du malaise général de l’université, il décide d’une cessation des cours et réclame l’organisation d’une conférence nationale, et une amnistie générale des prisonniers politiques. Il subordonne la reprise des cours à la satisfaction de ces revendications, dans la mesure où les problèmes des étudiants qu’il représente sont « liés à tout un système qui doit être entièrement révisé ; ceci ne pouvant se faire que par l’organisation d’une conférence nationale ».

21L’intervention des forces de l’ordre, le 6 mai 1991 sur le campus, parachève ce processus qui installe l’université et les étudiants dans des luttes politiques. Les acteurs politiques traditionnels prennent position et s’accusent mutuellement. La Coordination Nationale de l’Opposition parle de « militarisation du campus », accuse le gouvernement d’être « à l’origine des morts de l’université » et réclame la « libération immédiate des étudiants arrêtés ». L’occupation permanente du campus par les forces de l’ordre est donnée à voir comme un indicateur de l’absence des libertés académiques, produit d’un système politique dictatorial. Celles-ci servent d’ailleurs dans l’espace international d’instrument d’appréciation de l’évolution politique d’un pays (Diouf & Mamdani, 1994). L’arrestation d’étudiants et des leaders du “Parlement” est perçue comme un signe d’absence de liberté.

22Le gouvernement, par la voie du Chef de l’État, condamne la violence et met en garde les étudiants contre « la récupération de leurs actes par certains politiciens sans scrupules », évoquant la manipulation des étudiants. Le Cameroun vibre désormais et pour un temps au rythme des évènements de l’université. Et les luttes à et sur l’université dévoilent, à l’instar de ce qu’analyse Laurence Proteau en Côte-d’Ivoire (Proteau, 2002), les passions politiques qui s’y nouent.

L’université comme espace de luttes multiples

23Le débat politique qui prend forme à et sur l’université transforme également l’institution en espace de confrontations proprement politiques sur les processus de transition. Les revendications des étudiants, entre 1990 et 1991, renforcées par celles des enseignants, prennent très vite une dimension politique et même régionale.

Les luttes politiques

24L’université devient un sanctuaire des luttes politiques, au double sens de lieu sur lequel (et autour duquel) se noue et se médiatise le débat public et de lieu où se jouent les affrontements politiques sur la transition. Les évènements y sont parasités par les luttes entre entrepreneurs politiques. Tout d’abord, la manifestation de soutien au SDF, menée par un groupe d’étudiants, porte sur des objets politiques. Elle concerne surtout la revendication du multipartisme. Ensuite, le “Parlement” et la “Coordination Nationale des Étudiants” s’approprient, dans les manifestations suivantes, les slogans usités dans les luttes politiques, notamment par les partis d’opposition, sur l’organisation d’une conférence nationale. Puis, l’affrontement entre groupes d’étudiants (tenants du “Parlement” vs ceux du collectif “Auto-défense” est lu par les étudiants et les hommes politiques à l’aune des clivages politiques, autant qu’il en épouse les contours et les formes (Konings, 2002). Cet affrontement est rabattu sur le champ politique avec les étiquettes classiques (“Parlement” = opposition ; “Autodéfense” = pouvoir), justifiant les accusations de manipulation, de tribalisation, de soutien en tout genre, etc. Les groupes, en demandant des soutiens ou en s’alignant sur les positions des protagonistes politiques quant aux problèmes de l’université, sont dès lors pris dans ces étiquettes et s’inscrivent dans ces clivages.

25En fait, cet affrontement renvoie certes à la lutte sur la représentativité dans les instances de l’université, mais il met surtout en scène la structuration des rapports de forces dans l’arène politique, comme en témoigne, par exemple, la question de la validation de l’année universitaire en cours. L’opposition, se ralliant aux revendications du “Parlement” et de la “Coordination Nationale des Étudiants”, est favorable au maintien du mot d’ordre de grève et à une année blanche à l’université. Ce ralliement vise à disqualifier le pouvoir en soulignant son échec – visible à travers sa reconnaissance du malaise de l’institution et, plus largement, de la société – ; échec qui appelle alors, selon elle, la restructuration de l’espace politique et social par le biais de la conférence nationale et, avec elle, le changement des dirigeants. À l’inverse, le pouvoir se rallie à l’idée du groupe “Auto-défense” qui exige la reprise des cours, les examens de fin d’année et la validation de l’année académique. Cette position conforte sa situation car elle signifie qu’il garde le contrôle de l’espace politique et social et, par voie de conséquence, la maîtrise du jeu et du calendrier.

Les luttes régionales

26Les évènements à l’université et les affrontements qui s’y nouent prennent la tournure de luttes politiques entre différentes communautés du Cameroun. Cette situation trouve son fondement dans l’histoire sociale de l’éducation et dans son rapport à l’État. En effet, l’éducation a toujours constitué un enjeu politique et social sur l’échiquier national, qui abrite et médiatise les luttes entre groupes communautaires sur la gestion de l’État. Ces luttes empruntent très souvent la forme de la prééminence scolaire et intellectuelle de certains groupes communautaires sur les autres. La controverse récurrente sur l’attribution des bourses, en particulier pour les études à l’étranger, ou encore les revendications portant sur les discriminations scolaires, sont symptomatiques de ces luttes. En ce sens, la confrontation dans l’espace social et politique s’exprime souvent par le canal de l’éducation, en même temps qu’elle la structure.

27La rencontre brutale entre l’université et les enjeux politiques de l’heure réitère cette confrontation en remettant à la surface les clivages linguistiques et ethniques, ainsi que l’éternel problème du contrôle de l’État. Dès lors, les événements de l’université, dont on a vu qu’ils épousent les contours des confrontations politiques, s’inscrivent dans ces clivages linguistiques et communautaires.

  • 5 Bamenda est une des deux provinces anglophones du Cameroun. C’est dans cette province que le SDF a (...)
  • 6 Lors des deux rencontres de la All Anglophone Conférence, de 1993 et 1994, réunissant la plupart de (...)

28Au premier plan, la question anglophone se construit au travers des multiples inégalités que subit cette minorité depuis les années 1960. Le point de départ de cette réorchestration est la manifestation du SDF en 1990, parti considéré par le pouvoir en place comme “le parti de Bamenda”5. Ce clivage linguistique dans l’espace politique est introduit à l’Université avec la marche de soutien à ce parti d’une frange d’étudiants qualifiée aussi “d’originaires du Nord-Ouest”. Il s’amplifie dès octobre 1990 avec la manifestation des étudiants anglophones revendiquant l’application équitable du bilinguisme à l’Université. Ceux-ci sont relayés par les enseignants anglophones, qui se plaignent à leur tour des frustrations, notamment en termes d’avancement et de nomination à des postes de responsabilité. Ces revendications concernent l’université et l’ensemble des institutions de l’enseignement supérieur. Elles culminent dans la zone anglophone avec la remise en cause de la forme unitaire de l’État, considérée comme l’expression de la domination francophone6. La solution semble alors le retour à l’État fédéral, seul garant de la restauration de l’identité et des intérêts anglophones. La question de l’éducation sert ainsi de véhicule de ces revendications identitaires – tout autant qu’elle est le lieu de leur cristallisation –, car elle sert de “baromètre” à cette identité. On passe ainsi de la question du bilinguisme à la remise en cause de l’université unique et, surtout, d’un modèle unique, symbole par excellence de la domination.

  • 7 Ainsi, de 1958 à 1982, la gestion de l’État a été qualifiée de « pouvoir haoussa » et, de 1982 à no (...)
  • 8 Il en est ainsi de la gestion de l’université, qualifiée de clanique et de catastrophique, qui est (...)

29Ce premier clivage en chevauche un second, d’ordre communautaire (tribal et régional), également lié à la gestion de l’État. Cette question jalonne toute l’histoire politique du pays7. En ce sens, la confrontation qui s’organise lors des mutations politiques épouse les mêmes clivages et les cristallise. Le clivage communautaire – socialement construit, qui a marqué le paysage pendant les mutations politiques et qui continue de nourrir le débat – apparaît à travers l’affrontement entre le groupe Béti et les groupes Anglophones-Bamiléké. La polarisation sur cet affrontement induit la représentation collective selon laquelle les “Anglo-Bami” voudraient s’emparer du pouvoir politique détenu par les Beti. Le malaise de l’université est ainsi également analysé à l’aune du jeu politique interethnique8. La crispation des tensions interethniques s’accélère avec l’exode massif des étudiants, en mai 1991, suite à l’intervention des forces de l’ordre sur le campus et à la dramatisation de la situation qui s’en est suivie. Il est fait état du massacre des étudiants, aux relents d’épuration ethnique, organisé par le “pouvoir béti” à travers “Auto-défense” (perçue comme milice armée du pouvoir), l’armée, et avec l’appui des populations locales. De plus, l’exode des étudiants vers leurs familles est qualifié par les tenants du pouvoir de « retour dans les provinces et villages d’origine ». Il parachève ainsi l’inscription des évènements de l’université dans les affrontements politiques entre régions, et pose les jalons de la régionalisation de l’université dans la réforme de 1993.

Les universitaires dans les mutations

30L’investissement des étudiants et des enseignants a pris des dimensions multiples et variées, de sorte que ceux-ci auront joué des rôles différents dans le jeu politique.

L’investissement des étudiants dans le jeu politique

31Cet investissement jalonne l’histoire de l’institution. Les étudiants ont toujours été considérés comme des étudiants-citoyens, dont le comportement doit éclairer la société toute entière. La manifestation la plus éclatante de ce statut a été la marche de soutien au chef de l’État et aux institutions, suite à la réforme des prix des loyers universitaires par le gouvernement, en 1989. Les manifestations orchestrées par les étudiants impriment chacune une dynamique nouvelle au jeu politique global.

32La manifestation des étudiants en soutien au SDF marque leur premier pas dans le jeu proprement politique (car sans rapport avec les questions universitaires, orchestré à partir du campus avec des slogans favorables à ce parti et revendiquant le multipartisme). À travers cette manifestation, ils accréditent l’idée de démocratie, en même temps qu’ils contribuent à élargir l’espace de lutte au-delà de Yaoundé et des groupes d’acteurs impliqués.

33Les évènements de mars-juin 1991 constituent l’un des moments clefs de la crispation politique. La manifestation de mars, orchestrée à partir d’un incident ponctuel, prend très vite une tournure plus politique. Les étudiants suspendent les cours, dressent un procès-verbal du malaise de l’université et rapportent leurs problèmes à ceux, globaux, du pays : ils subordonnent la reprise des cours et la solution à leurs problèmes à l’organisation d’une conférence nationale et à une amnistie générale des prisonniers politiques. Ces prises de position structurent insidieusement des alliances entre étudiants et acteurs politiques, surtout de l’opposition. Par exemple, la revendication de l’amnistie préfigure le contre-don à venir lors de l’arrestation des leaders du mouvement étudiant : la “Coordination Nationale de l’Opposition” pose comme condition du débat politique leur libération immédiate.

34Les évènements de mai achèvent de les transformer en acteurs politiques à part entière, autant qu’ils scellent définitivement leurs alliances avec les hommes politiques. L’exode massif des étudiants, donné à voir par les médias et les étudiants eux-mêmes comme le résultat d’une répression militaire et politique, sensibilise les familles aux questions de l’université.

  • 9 Certains leaders du Parlement et de la Coordination Nationale des Étudiants deviennent des membres (...)

35Bien plus, le “Parlement” et la “Coordination Nationale des Étudiants” organisent des meetings et des marches à travers différentes provinces, auxquels participent plusieurs couches de populations (élèves du secondaire, petits métiers, etc.). Ces manifestations vont s’avérer comme des agents importants de popularisation du combat et de mobilisation des autres couches sociales restées encore largement en dehors de ces luttes, jusque-là circonscrites aux seuls professionnels de la politique. Enfin, les étudiants nouent des rapports avec des groupes politiques en lice (partis, associations, ONG)9 ; des actions sont parfois menées ensemble (meetings), les mots d’ordre (« campus et villes mortes ») et les prises de position se rejoignent.

  • 10 M. Paul Biya est le Président de la République.

36Cet investissement politique des étudiants, particulièrement du “Parlement” et de la “Coordination Nationale des Étudiants” les érige en héros et symboles de la lutte pour la liberté. Ils lèguent un héritage politique dans ce processus de transition. Par exemple, leur slogan de ralliement, tiré d’une chanson camerounaise de magnificence de l’indépendance et donc aux relents essentiellement politiques, « Liberté, liberté ! Au revoir Paul Biya10, nous sommes libres, merci ! », est repris dans d’autres manifestations politiques, en l’occurrence lors des élections présidentielles de 1992. Les candidats réunis sous la bannière des forces du changement vont en faire leur profession de foi médiatique. C’est dire que les étudiants vont constituer un formidable accélérateur de la mobilisation politique.

L’investissement des enseignants dans l’arène politique

37Depuis la création de l’Université de Yaoundé, en 1962, la présence des enseignants dans l’arène politique est remarquable, surtout parce qu’ils sont appelés à participer à l’oeuvre, posée comme la priorité par les dirigeants, de construction nationale de l’État fraîchement indépendant. Ils sont dès lors identifiés comme des instruments au service de la Nation. Les mutations politiques des années 1990 (communes à la plupart des États africains) sollicitent à nouveau ce corps.

  • 11 L’incitation faite aux enseignants passe par la définition de la figure de l’intellectuel. Selon la (...)
  • 12 La recension du nombre des interventions et de leurs objets respectifs est rendue impossible par le (...)

38Il est vrai que tous les enseignants ne sont pas activement engagés dans les processus politiques en cours à l’université malgré l’incitation de la presse à entrer dans la danse pour prendre leur place et jouer leur rôle11, et malgré la suspension ponctuelle de leur activité en mai 1991. En fait, la plupart des enseignants sont passifs ou en retrait. La minorité est généralement déjà engagée dans le débat social, et ses interventions se déclinent sous des formes différentes, allant des prises de position sur les mutations jusqu’à l’appartenance aux groupes politiques et sociaux constitués, en passant par des propositions d’expertise. Leur dénominateur commun est de réclamer l’avènement d’un État de droit, à travers le remodelage de l’appareil d’État existant. Cristallisant le regard sur les symboles de la démocratie, à savoir les structures politiques et sociales, leurs interventions contribuent à définir progressivement un répertoire caractéristique d’une mutation légitime : technologies et calendrier politique, institutions et mécanismes (ordre constitutionnel) à mettre en place. Dans l’impossibilité de restituer de façon exhaustive l’ensemble des types d’interventions des universitaires dans le cadre de ce travail12, nous nous limiterons à quelques illustrations de nature à rendre compte des rôles qu’ils ont joués dans ce processus.

Les prises de position directe sur les mutations

  • 13 Le Messager du 30 mars 1993.
  • 14 Voir les interventions des auteurs dans le journal Challenge Hebdo du 9 au 16 janvier 1991.

39Les prises de position directe portent surtout sur le calendrier politique qui oppose les universitaires. La confrontation se focalise, entre autres, sur la nécessité d’une conférence nationale, ainsi que sur le calendrier électoral. Certains, à l’instar de M. Beti, A. Mbembe ou S. Asanga, non seulement y sont favorables, mais la posent aussi parfois comme le préalable et la condition d’une mutation réussie. Pour la plupart d’entre eux, la conférence nationale permettrait de poser des bases “saines” et de redéfinir un contrat social. M. Kamto rejoint cette thèse en 1993, lors du débat sur les assises constitutionnelles13. D’autres, en revanche, dont H. Mono Ndzana, y sont hostiles. Dans le même registre, J-M. Bipoun Woum ne trouve pas de fondement juridique à cette conférence. Pour eux, le calendrier politique doit être celui fixé par le Gouvernement14.

40Au-delà de ces prises de position des uns et des autres sur des questions devenues communes dans l’espace social, leur intérêt réside dans leur contribution à la (dé)légitimation d’un calendrier politique et, avec lui, dans leur participation aux mutations en cours. Or, cette contribution ne réside pas tant dans l’importance de leurs propositions que dans les propriétés sociales des locuteurs, savamment mises en scène (Bourdieu, 1975). Qualifiés en effet par le journal Challenge Hebdo, de « brain trust qui comptent dans le nouveau paysage politique », leur trajectoire professionnelle autant que leurs titres et grades académiques sont systématiquement présentés. De même, leurs interventions sont gratifiées des qualificatifs élogieux – « la pertinence des analyses », « éthique », etc. – qui caractérisent la figure de l’intellectuel. Les prises de position, loin d’être de simples points de vue des citoyens ordinaires, consacrent dès lors la conférence nationale en question, en lieu et en “acteur” légitime de la transition. Le pouvoir de la pensée transforme ce concept de transition en une question de sens social qui ordonne le devenir du Cameroun (Weber, 1992). Au travers du rôle “d’éclaireur” et de “censeur” qui leur est reconnu, voire attribué dans certaines circonstances, les universitaires contribuent à structurer le jeu politique.

Les propositions d’action

  • 15 Un collectif d’universitaires signe un Livre blanc, en 1990, sous forme de contribution au débat dé (...)
  • 16 Joseph Owona est professeur agrégé de Droit Public, comme Maurice Kamto.

41C’est le second créneau par lequel les universitaires s’impliquent dans le débat politique. Leurs propositions d’action portent sur des objets variés et se déclinent sous forme de Livre blanc15, de projets de Constitution ou de code électoral, de réformes, etc., ayant valeur d’expertise scientifique à usage direct dans l’espace politique et social. Elles sont très souvent liées aux champs de compétence reconnue ou revendiquée par les intéressés, et donnent lieu à des joutes dans les champs académique et politique, engendrant parfois des contre-propositions. L’exemple du projet de Constitution de M. Kamto est assez révélateur. Son initiative suscite de vives critiques et réserves chez plusieurs agents sociaux. La plus importante est celle de J. Owona, en sa qualité d’expert constitutionnaliste et de ministre, dans la mesure où elle s’inscrit, de par la “multipositionnalité” même de son auteur16, dans les champs scientifique et politique. Ce débat s’inscrit tant dans l’espace social que dans celui des constitutionnalistes et acquiert donc une certaine légitimité dans le cadre des mutations politiques.

42Au-delà de la pertinence des propositions avancées, ces interventions instituent les questions abordées en objets du débat politique et/ou en modalités de transitions vers la démocratie. Ces questions ne sont pas nouvelles dans le champ politique, mais l’expertise universitaire leur confère une certaine légitimité. La mobilisation de cette expertise par les hommes politiques, dans leurs luttes et au gré des situations et des enjeux, tend à s’appuyer sur sa légitimité et, donc, à la renforcer pour l’instrumentaliser. Leur intervention dans l’arène politique se concrétise également par des engagements au sein des instances de la société.

Les formes d’engagement militant

  • 17 Il s’agit, par exemple, de Augustin Kontchou Kouomegni et de Joseph Owona.
  • 18 Ce sont les cas de Hubert Mono Dzana, Eno Belinga, Ebenezer Njoh Mouelle, qui militent au sein du R (...)
  • 19 Ce sont les cas de Sindjoun Pokam, Carlson Anyangwe, Luc Sindjoun, qui sont respectivement membres (...)
  • 20 Il en est ainsi des associations d’élites régionales, des associations culturelles, comme le Laakam (...)

43Certains universitaires sont membres du Gouvernement17, d’autres militent au sein des partis politiques18, d’autres encore appartiennent à des associations19, à des ONG ou à des groupes formels ou informels20. Toutefois, la plupart d’entre eux ne s’engagent pas ouvertement dans les structures formelles et restent davantage en retrait. Néanmoins, ils développent des rapports informels avec des formations politiques au moment des transitions. Certains, à l’instar de M. Kamto, F. Eboussi Boulaga, C. Anyangwe, sont perçus comme les intellectuels de l’opposition. D’autres, dont Bipoun Woum, M. Towa, S. Melone, sont considérés comme les intellectuels du pouvoir. Ce classement est directement lié à la structure de l’espace social, dont les clivages politiques et les affrontements subséquents interdisent toute neutralité. Les prises de position des uns et des autres sur les mutations politiques et dans des journaux, favorables à l’opposition pour les premiers, de la presse gouvernementale pour les seconds, les situent par conséquent dans les différents camps.

La participation à la mise en forme et à la gestion de l’ordre “démocratique”

44Les universitaires ont également contribué à la mise en forme institutionnelle et politique ainsi qu’à la gestion de l’ordre démocratique. Une fois de plus, le pouvoir de la pensée est sollicité dans cette entreprise de licitation de l’ordre démocratique et de sa légitimation. En fait, la légitimité de la démocratie et des mutations politiques au Cameroun fait appel à un support institutionnel composé d’un ensemble de mécanismes, dont les droits de l’homme, la Constitution, les élections, le multipartisme font partie. Leur mise en place obéit à des procédures qui nécessitent des savoirs sur l’idéologie et des savoir-faire techniques dont les universitaires sont les dépositaires. Sous ce registre, leur participation à cette entreprise se décline sous plusieurs formes, parfois complémentaires. Il en est ainsi, par exemple, de leur participation aux débats télévisés sur les processus électoraux, tendant très souvent à les valider comme éléments du processus d’une démocratisation en cours, en dépit des critiques et des réserves des uns et des autres sur des irrégularités, ou de leur participation à différentes instances de la transition.

45Mentionnons à ce titre :

46 la “Commission sur le code électoral et sur l’accès aux médias publics”, à laquelle participent, par exemple, J. Owona (ministre, expert et représentant du gouvernement), R.-G. Nlep (universitaire indépendant), B. Momo (représentant de parti) ;
le “Comité technique de la tripartite”, auquel participent par exemple A. Kontchou Kouomegni (ministre, expert, représentant du gouvernement), J.-M. Bipoun Woum (universitaire indépendant), S. Munzu (représentant de parti), M. Towa (recteur, universitaire indépendant) ;
la “Commission des droits de l’homme et des libertés”, à laquelle participent par exemple J.-P. Fogui (chargé de mission à la présidence de la République), L-P. Ngongo (universitaire indépendant) ;
le “Comité technique constitutionnel”, auquel participent par exemple E.N. Ngwafor (universitaire indépendant), J. Fame Ndongo (expert, représentant du gouvernement) ;
ou encore l’“Observatoire national des élections”, auquel participent par exemple D.A. Morfaw (universitaire indépendante) et N.-C. Ndoko (universitaire indépendante).

47Les conditions de participation à ces instances allient parfois l’appartenance à une formation politique et/ou au Gouvernement, l’expertise académique et le titre scolaire. Ces deux derniers aspects visent à valider l’entreprise politique en lui apportant la caution de l’expertise scientifique et des représentations sociales associées au statut d’intellectuel. En même temps, cette participation, qui se fait aux côtés des autres acteurs de l’espace social, maintient la relation entre pouvoir de pensée et pouvoir politique, formant ce que Aminata Diaw (1992) appelle « la démocratie des lettrés ». Les trajectoires post-transitions des universitaires manifestent d’ailleurs cet état et le renforcent. En effet, la plupart d’entre eux, qui se sont directement engagés dans le processus de démocratisation, obtiennent des postes au sein du gouvernement ou de la haute administration, confirmant ainsi leur position d’élite gestionnaire de l’État post-colonial.

48Les universitaires ont ainsi contribué à la structuration et la formalisation des mutations politiques. À travers leurs interventions diverses dans le champ, ils ont à la fois circonscrit les mutations de l’État et contribué à légitimer l’ordre social qui en résultait. Ainsi, la restructuration de l’espace public autour de l’appareil de l’État en a limité l’élargissement, et la connexion avec les autres espaces sociaux a eu peu d’effets. Les perspectives proclamées de la nécessité d’une “société civile” pour l’instauration de la démocratie n’ont pas produit les effets escomptés, dans la mesure où les formes d’élargissement du jeu social à d’autres groupes sociaux, à travers des organisations diverses, ont été piégées par la logique de représentativité qui a gouverné la réorganisation de l’appareil de l’État. Il en est ainsi de la dynamique politique locale, avec la régionalisation rapide du débat politique et social, qui a annihilé toute constitution d’un groupe social ou de toute autre forme de prise de position en dehors de ce cadre. En ce sens, l’interpellation faite par Le Messager en 1998 sur le silence des intellectuels et leur absence présumée dans le débat social, ne peut se comprendre qu’en rapport avec les logiques sociales qui ont été au coeur des processus politiques. Les dissensions qui se font jour sur la validité de la transition manifestent les logiques sociales qui l’ont présidée et gouvernée, en l’occurrence la réorganisation des modalités de gestion de l’État entre groupes sociaux.

Conclusion

49Au demeurant, l’université a occupé une place de choix dans les mutations au Cameroun. Prise dans la double dynamique de restructuration globale de l’État – redéfinition de l’éducation au plan international, reconfiguration socio-économique au plan local –, elle et ses agents ont activement pris part aux processus politiques des années 1990. Les mutations politiques qui se sont cristallisées à et sur l’université l’ont constituée en un enjeu de luttes et l’ont instituée comme arène entre politiciens et entre groupes en compétition pour la gestion du pays. Les universitaires se sont alors investis dans les mutations, et y ont joué différents rôles. Les étudiants, quant à eux, ont été des vecteurs importants de l’extension des revendications politiques, ainsi que de la sensibilisation des autres catégories sociales aux questions politiques. Les enseignants se sont davantage engagés dans la formalisation de l’ordre politique démocratique, dans la structuration, la définition et la gestion de l’État post-colonial. En définitive, le processus global de restructuration du Cameroun des décennies 1980-1990 a, grâce à cela, débouché sur de nouvelles configurations politiques économique, sociale et éducative.

  • 21 Plusieurs raisons sont à prendre en compte dans ces processus de migration des universitaires. D’au (...)

50Au niveau éducatif, de nouvelles perspectives de l’enseignement supérieur se sont profilées avec la réforme de 1993. Outre la régionalisation de l’enseignement supérieur public (création de cinq universités), celle-ci a élargi l’espace universitaire avec l’apparition des institutions privées. En même temps, elle a redéfini la place et le rôle de l’université. Parallèlement, les trajectoires de ses agents ont été “remodelées”. Le déclassement social des catégories professionnelles qualifiées provoqué par la crise économique, associé parfois aux prises de position dans les mutations politiques, a imprimé des comportements différenciés chez les universitaires : certains, à l’instar de J.-M. Ela, A. Kom, C. Ayangwe, ont décidé de migrer21, d’autres, comme Nkouendjin, ont quitté l’université pour intégrer d’autres secteurs d’activité (professions libérales, gouvernement, fonctions électives, organisations internationales). La majorité, enfin, est restée rattachée à l’université, tout en développant des activités économiques annexes ou en investissant la bureaucratie universitaire instituée par la réforme de 1993.

51Ainsi, cette réforme, “accouchée” après nombre de conflits politiques dont l’université s’est trouvée être le coeur et le principal acteur, a imprimé une marque spécifique, aussi bien sur la définition du métier d’enseignant et les conditions de son exercice que sur les trajectoires des universités et de leurs agents.

Haut de page

Bibliographie

Aguessy (H.), 1994, Le pari de l’Unesco pour le succès de l’enseignement supérieur en Afrique, Dakar, Bureau Régional de l’Unesco.

Bourdieu (P.), 1975, « le langage autorisé ; note sur les conditions sociales de l’efficacité du discours rituel », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 5-6, pp. 183-190.

Diaw (A.), 1992, « La démocratie des lettrés », in M.-C. Diop, dir., Sénégal : trajectoire d’un État, Dakar, Codesria, pp. 299-329.

Diouf (M.), 1993, « Les intellectuels africains face à l’entreprise démocratique : entre la citoyenneté et l’expertise », Politique Africaine, n° 53, pp. 35-47.

Diouf (M.) & Mamdani (M.) (dir)., 1994, Libertés académiques en Afrique, Dakar, Codesria.

Fourcade (B.), Paul (J.-J.) & Vernières (M.), 1994, « L’insertion professionnelle dans les pays en développement : concepts, résultats, problèmes méthodologiques », Revue-Tiers-Monde, n° 140, oct-déc, pp. 725-750.

Kassimir (R.), Lebeau (Y.) & Sall (E.), 2003, « The public dimensions of the University in Africa », JHE in Africa, 1(1).

Konings (P.), 2002, « University student’s revolt, ethnic militia and violence during political liberalization in Cameroon », African Studies Review, n° 45(2), pp. 179-204.

Mbembe (A.), 1993, « Écrire l’Afrique à partir d’une faille », Politique Africaine, n° 53, pp. 69-97.

Minesup, 1999, Annuaire statistique de l’enseignement supérieur au Cameroun, Yaoundé.

Leslie (L.-L.), 1990, « Rates of return as informer of public policy ; with special reference to the World Bank and Third World countries », HE, vol. 20, n° 3, pp. 271-286.

Neave (G.) & Van Vught (F.-A.), 1994, « Government and HE in Developing Nations. A conceptual framework », Government and HE relationships across three continents. The winds of change, Pergamon, IAU Press.

Ngwana (T.-A.), 2003, « The implementation of the 1993 HE reforms in Cameroon : Issues and promises », paper commissioned as support material for a book.

Proteau (L.), 2002, Passions scolaires en Côte-d’Ivoire. École, État et société, Paris, Karthala.

Roubaud (F.), 1994, « Le marché du travail à Yaoundé 1983-1993 : la décennie perdue », Revue Tiers-Monde, n° 140, pp. 751-778.

Samoff (J.) & Bidemi (C.), 2004, « From manpower planning to the knowledge era : World Bank policies on HE in Africa », Communication au Forum mondial sur l’enseignement supérieur, Paris, Unesco.

Smith (Z.-K.), 1997, « From demons to democrats : Mali’s student movement 1991-1996 », Review of African Political Economy, n° 72, pp. 49-63.

Tilak (J.-B.-G.), 2004, « HE between the state and the market », Communication au forum mondial sur l’enseignement supérieur, Paris, Unesco.

UNESCO & WORLD BANK, 2000, HE in developing countries : peril and promise ; the task force on HE and society.

Weber (M.), 1992, Le savant et le politique, Paris, Plon.

PRESSE

Cameroon Tribune : 1990-1992

Challenge Hebdo : 1990-1992

Le Messager : 1990-1992

Haut de page

Notes

1 Ce texte est extrait d’une d’étude consacrée au rôle public des universités africaines, sous le patronage du Programme Africain du Social Science Research Council, avec le financement des Fondations Ford et Rockfeller.

2 La réforme a fait passer le diplôme requis pour l’accès à ces professions de la Licence à la Maîtrise.

3 Le Mfoundi est un département de l’organisation administrative du Cameroun.

4 Au départ, le “Parlement” et la “Coordination des Étudiants” sont deux groupes distincts. Le premier est informel tandis que le second est reconnu par les autorités universitaires. Progressivement, ces deux groupes vont se rejoindre en un seul mouvement et les dirigeants se confondre peu à peu.

5 Bamenda est une des deux provinces anglophones du Cameroun. C’est dans cette province que le SDF a pris naissance.

6 Lors des deux rencontres de la All Anglophone Conférence, de 1993 et 1994, réunissant la plupart des élites anglophones, les griefs de la domination francophone que sont l’assimilation et l’exploitation subies constituent le “menu” principal.

7 Ainsi, de 1958 à 1982, la gestion de l’État a été qualifiée de « pouvoir haoussa » et, de 1982 à nos jours, de « pouvoir béti », au regard de l’origine ethnique du chef de l’État et de la plupart des membres du Gouvernement (Changer le Cameroun, 1992).

8 Il en est ainsi de la gestion de l’université, qualifiée de clanique et de catastrophique, qui est assimilée à celle du pays tout entier. Dans ce travail de disqualification de la gestion de l’institution universitaire et du pays se joue celle de tout un groupe ethnique.

9 Certains leaders du Parlement et de la Coordination Nationale des Étudiants deviennent des membres de l’Association Cap-Liberté, organisation militante très impliquée dans les luttes politiques de la transition (Le Messager, 23 mai 1991).

10 M. Paul Biya est le Président de la République.

11 L’incitation faite aux enseignants passe par la définition de la figure de l’intellectuel. Selon la presse privée comme Le Messager, Challenge Hebdo, on est “vrai” ou “faux ”intellectuel selon que l’on s’illustre, ou non, par sa critique à l’égard du pouvoir et, surtout, que l’on descend dans l’arène politique et sociale.

12 La recension du nombre des interventions et de leurs objets respectifs est rendue impossible par les difficultés d’information, en raison d’une faible, voire d’une absence de culture d’archives au Cameroun.

13 Le Messager du 30 mars 1993.

14 Voir les interventions des auteurs dans le journal Challenge Hebdo du 9 au 16 janvier 1991.

15 Un collectif d’universitaires signe un Livre blanc, en 1990, sous forme de contribution au débat démocratique, qui passe d’abord en revue tous les aspects de la vie politique, économique, sociale, institutionnelle et culturelle du Cameroun et conclut à des dérives. Ensuite, il dresse la liste de propositions de réformes en direction des professionnels de la politique.

16 Joseph Owona est professeur agrégé de Droit Public, comme Maurice Kamto.

17 Il s’agit, par exemple, de Augustin Kontchou Kouomegni et de Joseph Owona.

18 Ce sont les cas de Hubert Mono Dzana, Eno Belinga, Ebenezer Njoh Mouelle, qui militent au sein du RDPC au pouvoir, et de Bernard Momo, Paul Nkui, Clément Nwasiri, Tazocha Asonganyi, qui militent dans des partis d’opposition.

19 Ce sont les cas de Sindjoun Pokam, Carlson Anyangwe, Luc Sindjoun, qui sont respectivement membres de “Cap-Liberté-Human Rights Watch”, “All Anglophone Conference”, “SOS Nation et démocratie”.

20 Il en est ainsi des associations d’élites régionales, des associations culturelles, comme le Laakam, du groupe Bamiléké “Essingan”, du groupe Beti “Mbock Lihaa”, du groupe Bassa et Mpoo “le Ngondo”, du groupe Duala “Les élites du Nord”, du groupe anglophone la “All Anglophone Conference”, etc. Ces réseaux d’appartenance, ainsi que le rôle des universitaires en leur sein, sont très difficiles à identifier, compte tenu de la nature diffuse de ces groupes. Seul Sindjoun Pokam a ouvertement affiché et reconnu sa relation avec le Laakam. Pourtant, ces groupes ont été très actifs dans les luttes politiques au moment de la transition.

21 Plusieurs raisons sont à prendre en compte dans ces processus de migration des universitaires. D’autant qu’ils y prennent part à différentes périodes. Certains partent au moment des transitions politiques, en raison de leurs prises de position politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Ngwé, Hilaire De Prince Pokam, Albert Mandjack et Ernest Folefack, « L’université et les universitaires dans les mutations politiques et éducatives au Cameroun », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 5 | 2006, 169-191.

Référence électronique

Luc Ngwé, Hilaire De Prince Pokam, Albert Mandjack et Ernest Folefack, « L’université et les universitaires dans les mutations politiques et éducatives au Cameroun », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1143

Haut de page

Auteurs

Luc Ngwé

Assistant, Université de Douala, Science Politique.

Hilaire De Prince Pokam

Chargé de cours, Université de Dschang, Science Politique

Albert Mandjack

Chargé de cours, Université de Douala, Science Politique

Ernest Folefack

Assistant, Université de Dschang, Droit.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org