Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus de lecture

À propos de : « Des formations pour quels emplois ? »

Fabienne Maillard
p. 331-338
Référence(s) :

« Des formations pour quels emplois ? »

sous la direction de Jean-François Giret, Alberto Lopez et José Rose, Paris, La Découverte, 2005.

Texte intégral

1C’est sous les auspices du développement du chômage juvénile et d’un appel croissant à la formation professionnelle que s’est développé le champ des études sur les relations entre formations et emplois. Dans ce champ, principalement centré sur les jeunes après leur sortie du système éducatif, le Centre d’études et de recherches sur l’emploi et les qualifications (CÉREQ) occupe une place notable en raison de la multitude des travaux qu’il a produits depuis sa création en 1971. Depuis lors, les grandes enquêtes menées par cet organisme ont changé de méthodes et de cibles, redéfini les concepts, et permis l’accumulation d’importants résultats. Toutes ont montré, cependant, le caractère fictionnel de l’adéquation formation-emploi.

  • 1 É. Verdier, 2001, « la France a-t-elle changé de régime d’éducation et de formation ? », Formation- (...)

2Mis en valeur dans un ouvrage qui se présente comme une somme des connaissances actuellement disponibles, ce résultat est au coeur des vingt-deux contributions proposées. Ces contributions sont principalement centrées sur des observations statistiques, le CÉREQ ayant choisi de réinterroger les caractéristiques des liens entre diplômes et emplois à partir des résultats des enquêtes générationnelles qu’il met en oeuvre depuis 1992. Différents auteurs appartenant à plusieurs laboratoires de recherche et institutions ont été invités à exposer leurs travaux et proposer leur analyse. La perspective est exclusivement française. Les questions que soulèvent les concepts et les méthodes choisis par les auteurs dépassent en revanche le cadre national, qu’il existe ou pas ce qu’Éric Verdier nomme « un régime d’éducation et de formation à la française »1.

3Si chaque contribution tente de répondre à la question ouverte qui sert de titre, le fil conducteur de l’ouvrage repose en fait sur deux principes de référence : l’inadéquation et le déclassement. Ces deux notions constituent à la fois le moteur de l’ouvrage, ses principaux aboutissements et des objets de réflexion. Tous les auteurs abordent ainsi leur analyse à partir de la notion d’adéquation, soulignant pour la plupart la force des écarts qui existent entre des niveaux de diplômes, des spécialités particulières, et les emplois occupés par les jeunes titulaires de ces diplômes dans les premières années de leur parcours professionnel.

4En imposant une telle prémisse, le CÉREQ a voulu renouveler la discussion très riche exposée en 1986 dans un ouvrage qui a fait date : L’introuvable relation formation-emploi (Paris, La Documentation française). Dirigé par Lucie Tanguy, cet ouvrage mettait en question les dimensions sociales, économiques et politiques que revêtent la notion d’adéquation et ses usages. Près de vingt ans plus tard, à quels résultats novateurs, ou une fois de plus confirmés, est-on confronté ?

5Constitué de résultats inédits, mais aussi de réflexions menées à partir de travaux déjà publiés, l’ouvrage dirigé par trois représentants du CÉREQ se présente en quatre parties. La première propose un cadre très général centré sur les acteurs qui interviennent dans la définition de l’offre de formation. Les deuxième et troisième parties, riches de nombreux articles, exposent la distribution des différentes catégories de diplômés dans le système d’emploi, en partant soit de leur répartition dans les emplois et les qualifications, soit des profils des actifs occupés par grande famille professionnelle. Elles montrent les faibles liens qui unissent la formation suivie par un individu et sa trajectoire professionnelle, liens qui diffèrent cependant selon le niveau du dernier diplôme obtenu et selon la nature de la spécialité. Quant à la dernière partie, elle est exclusivement centrée sur le déclassement des jeunes diplômés. Cette gradation des objets sélectionnés rend explicitement compte des orientations de l’ouvrage, qui propose davantage un bilan de “l’inadéquation” entre formation et emploi qu’une interrogation sur le fonctionnement du marché du travail et sur les évolutions de la relation salariale.

  • 2 Les diplômes de l’enseignement technologique et professionnel, du CAP au BTS, sont ainsi élaborés s (...)

6La première partie, qui ne comprend que trois contributions, s’intitule « Formations-emplois : jeux d’acteurs autour d’une mise en correspondance ». Elle évoque l’histoire de la mise en relation des diplômes et des emplois, passe à l’inadéquation des réponses formulées par les pouvoirs publics aux demandes exprimées par les employeurs, pour finir sur les effets de la décentralisation de la formation professionnelle. L’analyse de la “mise en correspondance” proposée ici envisage d’emblée un seul type de lien entre le diplôme, au moment de sa construction, et l’emploi qu’il vise. La conformité à un emploi identifié serait ainsi la règle d’élaboration des diplômes quels qu’ils soient. On peut s’interroger sur la pertinence d’un tel postulat, présent tout au long de l’ouvrage, dans la mesure où la plupart des travaux qui ont été produits sur la construction des diplômes mettent en valeur la disparité des définitions de la “professionnalité” à laquelle se réfèrent les acteurs qui définissent les curricula. Multiples, puisque les représentants des organisations professionnelles participent à l’élaboration de la plupart des diplômes professionnels du ministère de l’Éducation nationale2, ces acteurs n’envisagent pas de manière uniforme les fonctions d’un diplôme. Le ministère lui-même n’accorde pas à tous ses diplômes professionnels la même finalité. Le Brevet d’enseignement professionnel (BEP), qui rassemble plus de 450 000 élèves et apprentis et représente à ce titre l’un des diplômes les plus importants du système éducatif, est ainsi désormais présenté comme un diplôme “propédeutique”, dont la vocation d’insertion professionnelle n’occupe plus qu’une place secondaire. Par ailleurs, les différentes spécialités qui caractérisent un diplôme (coiffure, hôtellerie, électrotechnique, maintenance industrielle ou autres) ne constituent pas un ensemble homogène. Certaines entretiennent des liens étroits avec des savoirs et une identité de métier, comme c’est le cas dans le bâtiment, les métiers de bouche et l’artisanat en général, d’autres ont un spectre plus large. Elles peuvent par conséquent avoir pour cible un métier, une activité professionnelle protéiforme, ou un ensemble d’activités relevant du même registre professionnel ; ou bien viser essentiellement la poursuite d’études. Dès la construction des diplômes, la relation à l’emploi est donc inégalement envisagée.

7L’omission de cette inégalité constitutive de l’offre de diplômes apparaît ici d’autant plus étonnante que le CÉREQ a contribué, par maintes publications, à éclairer les différentes raisons d’être des diplômes, en faisant valoir la part d’impossibilité et de leurre que recouvre la recherche de “l’adéquation formation-emploi”. Il y a aussi contribué de fait, par le travail mené au sein des CPC, chacun des 17 collèges réservés aux “pouvoirs publics” dans les CPC de l’Éducation nationale comprenant systématiquement un représentant du CÉREQ. Sans doute cette ellipse provient-elle de l’ambiguïté qui entoure les termes de “formation” et de “diplôme” dans les contributions présentées. Ces termes peuvent en effet se substituer l’un à l’autre tout en désignant l’ensemble des diplômes de l’Éducation nationale, qu’il s’agisse du baccalauréat général, des diplômes de l’enseignement technologique et professionnel ou des diplômes de l’enseignement supérieur. Ces diplômes ont pourtant peu de propriétés communes. Pour être plus pertinente, cette partie aurait gagné à donner plus de place aux modes d’élaboration des diplômes, qui suivent des normes très différentes selon qu’ils dépendent de l’enseignement technologique et professionnel ou de l’enseignement supérieur. La notion de “diplôme” aurait ainsi pu être “désubstantialisée”. On aurait également pu mieux saisir ce que recouvre la notion de “besoins des entreprises”, qui est loin d’avoir le contenu bien identifié que son usage suppose. De même que le ministère de l’Éducation nationale peut interpréter à sa manière l’évolution des emplois et des qualifications, privilégiant parfois des objectifs qui n’ont pas seulement l’emploi en ligne de mire (mais aussi, comme l’ont montré Boltanski et Bourdieu en 1975 dans « Le titre et le poste », sa propre reproduction), les employeurs qui réclament la création de nouveaux diplômes ont diverses motivations. Les enjeux des différents acteurs qui construisent les diplômes (représentants de l’État, employeurs, salariés, enseignants…) sont pluriels. Ils ne sont pas seulement économiques ou professionnels, mais aussi symboliques et politiques. Dans sa présentation historique, Guy Brucy montre du reste très bien l’importance de cette dernière dimension.

8Après cette première perspective, qui met en valeur les rapports de force auxquels ont donné lieu l’élaboration et la reconnaissance salariale des diplômes professionnels, une réflexion ancrée dans le présent aurait été bienvenue. Dans sa brièveté et ses choix, la première partie se montre à la fois trop elliptique et partisane, en laissant penser qu’il n’existe qu’un seul modèle de diplôme et que c’est à partir de l’évaluation des performances des sortants du système éducatif sur le marché du travail que se définit la relation entre diplôme et emploi.

9La deuxième partie propose un point de vue clair, résumé dans son titre : « Un constat d’inadéquation qui devient de plus en plus la pratique ». Tous les niveaux de diplômes sont concernés par les quatre articles publiés. Les auteurs présentent rapidement d’intéressants résultats statistiques, tout en posant dans leur conclusion quelques questions fondamentales qui auraient mérité d’être abordées plus tôt. Thomas Couppié, Jean-François Giret et Alberto Lopez font ainsi part du « malaise » qu’ils éprouvent en analysant leurs résultats à partir d’une table de correspondance normative, destinée à identifier les bonnes correspondances entre diplômes et emplois. La lecture des contributions provoque le même malaise, dans le sens où les interrogations qu’elles suscitent, et que les auteurs se contentent de suggérer, mettent en cause certains résultats présentés. Le constat de l’inadéquation auquel aboutissent les articles pose en effet question. Que mesure-t-on véritablement avec les enquêtes d’insertion ? Comment interpréter le fait qu’un diplômé sur deux en moyenne occupe un emploi correspondant à sa formation ? Et comment qualifier ce résultat qui tient, comme le soulignent les auteurs, à divers paramètres économiques, sociaux et individuels ? Où commencent l’inadaptation des diplômes et celle du système éducatif, que la notion d’inadéquation met en exergue ? Si, comme l’a démontré L’introuvable relation formation-emploi, l’adéquation ne saurait avoir de réalité concrète, que signifie la dénonciation de l’inadéquation actuelle ?

10On peut aussi s’interroger sur l’existence d’une meilleure adéquation à laquelle les auteurs se réfèrent. La période des trente glorieuses utilisée en référence est-elle si pertinente, alors que le nombre des diplômés était faible et que les catégories “cadres” et “professions intermédiaires”, en forte croissance, étaient alimentées par des individus aux profils de formation les plus divers ? Peut-on parler d’adéquation lorsque les employeurs font appel à des profils inégaux pour occuper les emplois en développement, ou lorsqu’ils valorisent les diplômés du supérieur dans les périodes d’élargissement des catégories d’encadrement ?

  • 3 Une comparaison entre les performances des sortants d’apprentissage et les sortants de lycée profes (...)

11Bien que la troisième partie se veuille plus analytique, les questions que soulèvent les problèmes de comparaison – comparaisons historiques ou de populations3, par exemple – n’y sont pas abordés. En revanche, elle propose de très riches approches des notions en usage. Dans deux articles, rédigés par des chercheurs du LIRHE (Jean Vincens pour l’un, Mireille Bruyère, Jean-Michel Espinasse, Bernard Fourcade pour l’autre), c’est la notion même d’adéquation qui est passée au crible de la réflexion. Les auteurs n’hésitent pas à l’invalider, ne lui trouvant guère la dimension heuristique pourtant au fondement du projet de l’ouvrage. Face à une telle critique, le renvoi que font les auteurs des premiers chapitres à cette partie n’est pas dépourvu de paradoxe.

12Les huit articles proposés dans cette partie nous font bénéficier de nombreux apports, tous originaux. Les différents modes d’appel à la main-d’oeuvre et les différentes caractéristiques des professions y sont présentés, ce qui permet de disposer d’angles d’approche complémentaires. La diversité des correspondances qui existent entre les familles professionnelles et les formations souligne l’importance du fonctionnement du marché du travail. Les modes de recrutement et de gestion de la main-d’oeuvre différencient les secteurs d’activité et les entreprises, mais aussi les catégories socio-professionnelles. Le lien établi entre niveau de formation, spécialité de formation et famille professionnelle n’est, non seulement, pas le même dans le bâtiment, le commerce ou la santé, mais il varie en outre selon le niveau de qualification des emplois. De plus, certains niveaux de qualification comme certaines familles professionnelles se révèlent plus accessibles que d’autres aux débutants.

13Même si le niveau de formation atteint à la sortie du système éducatif représente un élément déterminant du parcours professionnel, une observation fine des trajectoires suivies par des diplômés de différentes spécialités met en valeur un “effet spécialité”. Parmi les titulaires de CAP et de BEP tertiaires par exemple, que l’on tend souvent à indifférencier au nom de leurs difficultés d’accès à l’emploi stable ou à un emploi qualifié, les parcours s’avèrent en fait plutôt hétérogènes. Les liens entre formations et emplois peuvent être très lâches après une spécialité de secrétariat ou de nettoyage, tandis qu’ils sont très étroits pour la coiffure ou l’esthétique. Ils peuvent aussi être mixtes et changer de registre, comme le montre l’exemple des diplômes de vente, qui voient progressivement se rapprocher les liens avec l’emploi, pourtant traditionnellement ouvert à toutes sortes de profils. En dessinant une carte complexe des relations entre les CAP et BEP tertiaires et l’emploi, le travail mené par Thomas Couppié et Alberto Lopez contredit l’image monochrome que les approches exclusivement centrées sur les niveaux de formation tendent à proposer.

14Si le titre de cette partie et sa composition apparaissent contestables, comme le sont ceux de la deuxième partie, la richesse des connaissances que les auteurs nous font partager est considérable. Travaux de spécialistes, d’une présentation et d’une lecture parfois complexe, ils donnent accès à différents matériaux et registres d’analyses qui se complètent, résonnent, et suscitent la discussion.

15Dans la dernière partie, elle aussi plutôt importante puisqu’elle rassemble sept contributions, le déclassement est à l’honneur. Sous le titre « Des niveaux de qualification qui ne correspondent pas aux diplômes », les auteurs proposent diverses approximations du déclassement, dont les modes de mesure par les analystes et d’appréhension par les individus se différencient. Contrairement à ce que laissent supposer la plupart des intitulés choisis pour les articles, le déclassement professionnel ne peut pas être simplement défini. Tous les auteurs le soulignent, l’appréciation du déclassement donne lieu à d’importantes variations selon le modèle d’identification choisi et selon les individus. Des individus que l’analyste estime déclassés peuvent ainsi se sentir « à leur place », alors que l’inverse peut être également vrai. Conformément à ce que la troisième partie de l’ouvrage souligne, la référence au principe d’adéquation diplôme-emploi n’est pas la plus pertinente.

16Dans cette quatrième partie, les auteurs exposent leurs doutes, leurs difficultés à construire des catégorisations dont ils perçoivent la fragilité scientifique, mais aussi le caractère normatif. En privilégiant une approche ouverte à la contradiction et en donnant une plus grande place aux travaux qualitatifs, ils exposent les limites auxquelles est confrontée l’analyse. À partir de ces observations, on ne peut que renforcer ce qu’avait déjà établi L’introuvable relation formation-emploi : réduire la grille d’interprétation des relations entre diplômes et emplois à la dialectique adéquation/inadéquation pose non seulement des problèmes conceptuels et de méthode, mais génère également un risque de simplification de la réalité qui ne peut que nuire aux tentatives des chercheurs pour en rendre la complexité. Les représentations que cette simplification est susceptible de produire dans le sens commun, ou chez les acteurs politiques, ne peuvent en outre qu’apparaître très décalées par rapport au fonctionnement du marché du travail et des relations salariales. Les écarts entre diplômes et emplois ne se résument pas en effet à des désajustements – dont seul le système éducatif, producteur inconséquent de produits inadaptés, serait responsable – qu’il faudrait résoudre à tout prix (par exemple par des contrats de travail spécifiques).

17Particulièrement dense, riche d’informations, de connaissances et d’analyses, cet ouvrage pose aussi de nombreuses questions qu’on aurait aimé voir plus explicitement abordées. Au fur et à mesure de sa progression, le lecteur développe un questionnement que les résultats exposés et les interprétations qu’ils produisent ne cessent de renforcer. À la fin, alors qu’on ne peut qu’approuver José Rose lorsque, pour conclure, il met en valeur l’existence de correspondances multiples et met en garde sur le choix des mots, il est difficile de partager son appel à l’inadéquation. Cet appel et la posture de précaution apparaissent contradictoires. Pour affronter les difficultés qu’imposent les observations statistiques, des discussions sur les différents modes d’interprétation des résultats, sur les notions utilisées, comme celle qu’a menée Jean Vincens, auraient pu avoir lieu. Des réflexions sur l’inflation des diplômes, sur leur dévaluation, auraient eu toute leur place, constituant un socle de repères pour affronter le débat que lance Marie Duru-Bellat avec L’inflation scolaire (2006, Paris, Seuil). Dans la mesure où “l’inflation”, la “dévalorisation” des diplômes et le “déclassement” sont désormais des notions communes, les interroger apparaît nécessaire. On pouvait d’autant plus attendre de telles réflexions de la part d’un organisme comme le CÉREQ qu’il travaille depuis longtemps sur la relation formationemploi et qu’il dispose des moyens d’historiser l’analyse. Par ailleurs, certaines divergences sensibles que l’on constate entre les auteurs auraient pu s’exprimer pleinement. L’ouvrage présenté apparaît en conséquence comme une somme très utile mais dont il faut débattre, sorte de préalable à un autre ouvrage que le CÉREQ pourrait réaliser, qui permettrait de faire de nouvelles avancées théoriques sur les questions de relations entre formation et emploi.

Haut de page

Notes

1 É. Verdier, 2001, « la France a-t-elle changé de régime d’éducation et de formation ? », Formation-emploi, n° 76.

2 Les diplômes de l’enseignement technologique et professionnel, du CAP au BTS, sont ainsi élaborés sous l’égide des Commissions professionnelles consultatives (CPC), commissions paritaires qui rassemblent quatre collèges : pouvoirs publics, salariés, employeurs, personnes qualifiées. Les DUT sont par ailleurs sous la responsabilité de Commissions paritaires nationales.

3 Une comparaison entre les performances des sortants d’apprentissage et les sortants de lycée professionnel, de niveau CAP-BEP, est ainsi proposée dans la deuxième partie. Elle met en valeur les meilleures performances des apprentis, qui s’insèrent dans des emplois proches de leur niveau et de leur spécialité de formation. Cette comparaison, comme beaucoup d’autres sur ce sujet, omet de considérer les différences qui séparent les deux systèmes de formation : alors qu’au niveau V l’apprentissage est centré sur le CAP et sur des métiers de production, avec un public essentiellement masculin, la voie scolaire est dominée par le BEP et les métiers du tertiaire. Les lycéens et les apprentis ne préparent donc ni les mêmes diplômes ni les mêmes spécialités de formation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Maillard, « À propos de : « Des formations pour quels emplois ? » », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 5 | 2006, 331-338.

Référence électronique

Fabienne Maillard, « À propos de : « Des formations pour quels emplois ? » », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Fabienne Maillard

Sociologue, chargée d’études au Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ), Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org