Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus de lecture

Le travail des enfants, les enfants et les adolescents d’aujourd’hui en désir de travail ? Une approche enrichissante

À propos de : « A will of their own – cross-cultural perspectives on working children »
Bernard Schlemmer
p. 338-342
Référence(s) :

« A will of their own – cross-cultural perspectives on working children », Manfred Liebel, London, Zed Books, 322 p, 2004.

Texte intégral

  • 1 Afin de ne pas lasser le lecteur par un passage continuel à l’anglais, j’ai choisi, malgré mon inco (...)

1« Ce livre se veut une contribution à la question – controversée et émotionnelle – du “travail des enfants”, à partir d’une perspective du sujet (« subject oriented perspective1 »). L’éclairage porte sur les enfants travailleurs eux-mêmes, et leur travail est principalement envisagé à partir de la signification qu’il a pour eux mêmes » : ainsi débute l’ouvrage.

Un ouvrage – jalon

  • 2 Plus restreint encore si on veut ne parler, stricto sensu, que de controverse scientifique, et ne c (...)
  • 3 Cf. ma contribution au hors-série n° 1 des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, (...)

2Que la question soit “émotionnelle”, nul n’en disconviendra, vu le sens qu’a pris l’expression “travail des enfants”. Qu’il y ait “controverse” est moins évident pour tous, vu le petit nombre de ceux qui s’investissent dans ce champ de recherche – si mal nommé – du “travail des enfants”2. Il en résulte un biais important dans la définition même de la notion de “travail”, appliquée aux enfants. Volens nolens, les auteurs peinent à se distinguer de l’approche extrême qu’a prise l’OIT, en définissant le « travail des enfants » (« child labour ») comme le travail-qui-doit-être-interdit-aux enfants, et réservant l’expression « child work » aux autres activités dont il est jugé “normal” qu’elles soient accomplies par des enfants – et auxquelles, par conséquent, on ne s’intéresse pas3. Ainsi, la littérature sur le travail des enfants s’intéresse presque exclusivement aux enfants du Sud et, en tout cas, exclusivement aux enfants qui travaillent par nécessité.

3Or, ce que nous rappelle opportunément M. Liebel, c’est que, dans le monde entier, il est des mineurs qui se livrent à toutes sortes d’activités qu’ils ne considèrent pas comme des loisirs, mais pas pour autant comme une contrainte ; et, tout particulièrement, qu’ils sont de plus en plus nombreux à exprimer leur volonté de participer à la sphère économique, et de contribuer, par leur travail, à la satisfaction de leurs propres besoins. C’est dans l’extension donnée à la notion de travail que l’ouvrage de Liebel marque un véritable jalon, qui oblige à modifier radicalement la perspective. Pour la première fois, on se propose d’analyser le mouvement actuel par lequel un nombre croissant d’enfants, dans tous les pays, éprouvent le besoin de travailler, expriment le souhait de pouvoir travailler ; dans la mesure de leur besoin, dans la limite de leur désir, lorsqu’ils ont ce choix. Mais la nouveauté est qu’ils revendiquent bien – tous, enfants des pays riches ou enfants des pays pauvres, enfants de familles aisées ou enfants de familles populaires – un accès au travail (ce qui ne veut pas dire à un emploi à temps plein). L’ouvrage s’intéresse autant au petit Allemand qui fait du baby-sitting une fois par mois pour gagner de quoi s’acheter des CD qu’au jeune Colombien qui travaille douze heures par jour dans la mine parce que sa mère est au chômage. “Travail des enfants”, sous la plume de l’auteur, revêt ainsi une signification totalement différente de celle que l’expression suppose habituellement – ce qui interdit une lecture non exhaustive et non attentive du texte.

Une ambition très large…

  • 4 Les faits rapportés réfèrent davantage aux sociétés rurales d’autosubsistance, ainsi que les catégo (...)
  • 5 i.e. sans qu’entre en jeu l’âge biologique. Reste à expliquer pourquoi, en Occident, on en est venu (...)

4L’ouvrage se donne pour objectif de faire un véritable état des lieux, à la fois sur la réalité du travail effectué par les enfants aujourd’hui dans le monde, et sur la manière dont celui-ci est vu, perçu, expliqué, combattu – selon les diverses approches de la question. Les données et les analyses sont parfois propres à l’auteur ou résultent d’une compilation, parfois moins maîtrisée, de la littérature existante. Non que l’auteur en ignore rien, mais sa lecture donne une vision assez manichéenne des choses. Pour ne donner qu’un exemple, un chapitre est consacré au travail des enfants tel qu’il existait « dans les cultures non-occidentales4 » : comment se définissait la notion d’enfant5 ; comment les tâches étaient réparties entre les enfants ; comment leur travail était reconnu et valorisé ; comment il faisait partie intégrante du processus éducatif ; comment fonctionnaient des groupes autonomes d’enfants ; comment les enfants profitaient des biens à la production desquels leur travail a contribué… et comment leur mise en esclavage et leur exploitation existaient cependant … mais « ces aspects négatifs pour les enfants de leur inclusion dans le procès de travail, dans les sociétés non occidentales, sont souvent le fait d’influences “étrangères” ou sont dûes aux transformations des structures et des relations sociales survenues avec la colonisation et avec l’introduction du mode de production capitaliste » (p. 100)... L’apport principal de l’ouvrage réside bien dans les contributions originales de l’auteur.

5L’une réside dans l’idée selon laquelle ce qui détermine le travail n’est pas le fait qu’il soit obligatoire ou rémunéré, mais qu’il soit une activité “utile”, qui contribue à la satisfaction de besoins humains, celui de l’enfant en propre, celui de sa famille, ou celui de la société en général.

6À partir de là, l’auteur peut englober dans un même regard les tendances à l’oeuvre dans les organisations d’enfants travailleurs des pays du Sud, et dans les pratiques extra scolaires des enfants de milieux plus favorisés. L’autre contribution touche, en effet, à un domaine qu’il maîtrise particulièrement bien, celui du mouvement des enfants travailleurs.

Les mouvements d’enfants travailleurs

7L’apport le plus intéressant et le plus neuf est celui qui retrace les luttes des enfants travailleurs eux-mêmes, pour faire respecter leurs droits. En fait, il faudrait commencer sa lecture de l’ouvrage par ce chapitre 9, ce qui orienterait bien différemment le regard pour (re)lire ce qui précède. Une mise en perspective historique souligne l’étonnante rareté des sources, vu l’exploitation qu’a connue l’Europe du XIXème siècle. La même indifférence existe encore aujourd’hui, et il faut toute la connaissance de l’auteur pour trouver la matière de son récit. Il distingue ensuite deux types de luttes, celles qui ont pour but immédiat d’améliorer les conditions de travail, et celles qui cherchent à transformer, à moyen ou long terme, l’ensemble du contexte de travail. Les unes et les autres connaissent des échecs et des succès, mais plus de succès qu’on ne s’attendrait à en trouver. « Dans les pays du Sud, les luttes pour des conditions de travail et de vie acceptables font partie du quotidien de bien des enfants travailleurs. Elles montrent que les enfants n’attendent pas que les choses soient faites pour eux, mais prennent eux-mêmes l’initiative en faisant preuve d’une inventivité qui est encore sous-estimée. Dans les pays du Nord, aujourd’hui, les enfants sont également à la recherche d’opportunités et de formes de travail qui soient enrichissantes et leur permettent de développer leurs propres idées. Les activités qu’ils choisissent d’accomplir ne correspondent plus du tout avec la vision traditionnelle du “travail” (rétribué), et nécessitent que l’on reconsidère le concept de travail dans des sociétés qui ne sont plus marquées par l’activité formalisée du monde industriel ou par la coupure que l’on a instaurée entre “travail” et “loisir” » (p. 230). En particulier, c’est après avoir pris connaissance de ces luttes concrètes, sur quelles bases elles se développent, comment les travailleurs enfants négocient en pleine connaissance des rapports de forces avec l’autre monde, celui qu’ils ont en face d’eux, qui – amis ou non – est en face d’eux dans un rapport de domination, que l’on devrait lire le premier chapitre, celui qui porte sur les organisations à large échelle d’enfants travailleurs.

8Il s’agit là d’un phénomène particulièrement important, sans doute sans aucun précédent historique : des enfants travailleurs se sont organisés, entre eux, en tant que travailleurs, pour défendre leur droit spécifique, indépendamment de leurs lieux de travail. Phénomène d’autant plus remarquable que la simultanéité de son apparition en Afrique, en Amérique latine et en Asie s’accompagne également d’une étonnante similitude des points de vue exprimés : non à l’interdiction du travail pour les enfants, oui à un travail digne, respectueux de leur droit à la santé, à l’éducation et à la formation, comme aux loisirs, et revendication absolue du droit de s’organiser, et d’être entendu. Or, ce phénomène majeur est largement ignoré de la littérature, et ce chapitre constitue, à ma connaissance, la première synthèse accessible au grand public. En ce sens, il s’agit là aussi d’un apport majeur de l’ouvrage. L’auteur lie l’apparition du phénomène au fait que les enfants travailleurs qui le composent sont, pour la plupart, des enfants issus de familles paysannes migrant en ville, et de ce fait confrontés à « une nouvelle forme de pauvreté et à la nécessité de survivre par ses seuls propres efforts, dans un contexte [pour eux totalement nouveau] de compétition, d’isolement, de violence et de l’exploitation des plus faibles » (p. 26), ouvrant ainsi des perspectives particulièrement intéressantes.

  • 6 Malheureusement, dans son historique des études menées sur ce continent, l’auteur perd quelque peu (...)

9L’auteur se situe dans un courant qui existe depuis déjà plusieurs années, celui du “protagonisme”. Un chapitre l’analyse tel qu’il s’est développé et structuré en Amérique latine, la région où, pour des raisons de contextes historique et intellectuel spécifiques, cette approche a été le mieux théorisée par les adultes qui l’ont accompagnée6 ; mais on peut lui rattacher un nombre croissant de chercheurs de tous les continents. À un niveau théorique, il poursuit la réflexion en distinguant la « perspective centrée sur le sujet » (« subject oriented approach ») de celle « centrée sur l’enfant » (« child-centred approach »). Celle-ci voit également « les enfants comme des individus, dont les capacités ont été jusqu’ici sous-estimées et doivent désormais être prises en compte par les adultes. [Mais,] dans la perspective centrée sur l’enfant, les enfants travailleurs ne sont pas vus comme constituant un groupe social agissant ou capable d’agir de manière organisée, en tant que protagonistes de leur histoire (…). Analyser le travail des enfants à partir d’une perspective centrée sur le sujet signifie que l’on perçoit les enfants travailleurs comme des “acteurs sociaux” qui pensent que leur activité contribue à la préservation et l’amélioration de la vie des hommes et de la société dans laquelle ils vivent et que, pour cela, elle mérite reconnaissance. Leur contribution économique et leur reconnaissance sociale sont d’importance égale pour le développement des enfants en tant que sujets » (p. 9).

10Cette approche est rendue plus convaincante à la lumière de l’analyse de terrain sur les luttes menées par les enfants que par l’argumentaire théorique de l’auteur, mais, on l’aura compris, les quelques critiques émises n’entament en rien le conseil : c’est un ouvrage qu’il faut absolument lire. Comme contribution essentielle, bien sûr, à la question des enfants au travail ; mais aussi comme contribution particulièrement originale et utile à la notion même de travail et à l’étude de la transformation des formes du travail aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Afin de ne pas lasser le lecteur par un passage continuel à l’anglais, j’ai choisi, malgré mon incompétence en la matière, de présenter ma traduction personnelle du texte original. B.S.

2 Plus restreint encore si on veut ne parler, stricto sensu, que de controverse scientifique, et ne considérer que ceux-là seuls qui sont chercheurs en sciences sociales, en écartant la littérature produite par les experts des institutions internationales et des ONG concernées.

3 Cf. ma contribution au hors-série n° 1 des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, « Pouvoirs et mesure en éducation », Vinokur (éd.), juin 2005, pp. 229-248.

4 Les faits rapportés réfèrent davantage aux sociétés rurales d’autosubsistance, ainsi que les catégorise C. Meillassoux, qu’aux « cultures non occidentales » (« non-Western cultures »).

5 i.e. sans qu’entre en jeu l’âge biologique. Reste à expliquer pourquoi, en Occident, on en est venu à adopter ce critère, et ce qu’il adviendrait – en termes de droit du travail, notamment – si on le supprimait.

6 Malheureusement, dans son historique des études menées sur ce continent, l’auteur perd quelque peu la posture scientifique de neutralité pour adopter une position militante qui nuit à la crédibilité de son propos : sa critique des auteurs qui ne se réclament pas de sa démarche fait penser à celle qu’argumentaient certains marxistes orthodoxes contre tout auteur taxé de “bourgeois”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Schlemmer, « Le travail des enfants, les enfants et les adolescents d’aujourd’hui en désir de travail ? Une approche enrichissante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 5 | 2006, 338-342.

Référence électronique

Bernard Schlemmer, « Le travail des enfants, les enfants et les adolescents d’aujourd’hui en désir de travail ? Une approche enrichissante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cres.revues.org/1169

Haut de page

Auteur

Bernard Schlemmer

Sociologue, IRD.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org