Navigation – Plan du site
Hors-thème

L’ordinaire du congrès

Structures, fonctions et interactions d’un rituel syndical
The ordinary of a trade union congress Structures, functions and interactions amid ritualism
Bertrand Geay
p. 297-321

Résumés

Les congrès syndicaux apparaissent comme des constructions sociales partiellement régulées par la tradition démocratique des organisations, à la fois pratiques rituelles et lieux de luttes entre fractions rivales. Le cas analysé – un congrès tenu en 1991 par la Fédération de l’Éducation Nationale – souligne l’importance du cadre spatial et de l’organisation dramatique de la cérémonie, du point de vue de sa production et de sa manipulation. À travers cette étude très localisée, et dont les matériaux ont été retravaillés avec la distance qu’autorise l’éloignement temporel, on s’attache aussi à montrer la complémentarité de traditions sociologiques et d’auteurs souvent mis en opposition, tels que Mauss, Goffman ou Bourdieu.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les événements au cours desquels se donnent à voir les phénomènes de représentation politique, les congrès syndicaux viennent probablement dans les toutes premières positions. Se situant dans la tradition des congrès ouvriers rassemblés à la fin du XIXè et au début du XXè siècles, ce type de manifestation est organisé suivant un système de règles et d’habitudes constitué au fil des années et regroupe en bien des cas plus d’un millier de participants. Pourtant, il demeure étonnamment peu traité dans la littérature scientifique. Et, lorsqu’il y trouve place, il n’est le plus souvent fait référence qu’aux textes adoptés en clôture des débats et aux “orientations” données à l’activité des institutions représentées, sans s’interroger sur les conditions sociales de production de ces “orientations” et sur la nature du phénomène lui-même. Le caractère ritualisé des congrès et des luttes dont ils sont le théâtre est largement évoqué mais sans prendre au sérieux la question des croyances en jeu dans ce type de cérémonie ni celle des rapports entre le prévisible et l’imprévisible, dans l’expérience que les congressistes eux-mêmes font de leur participation. Et l’on ne peut guère que s’en remettre au sens commun, qui les décrit alternativement comme “grand-messes” ou comme “pugilats”.

2On propose ici une approche sociologique de ce type d’événement en combinant trois points de vue : une analyse des cadres sociaux, spatiaux et temporels qui conditionnent le déroulement de l’ensemble du phénomène ; une étude des processus charismatiques, au travers desquels se reconstituent les formes de représentation instituées par le syndicalisme ; et, enfin, la restitution des interactions, des luttes et des émotions sans lesquelles on ne comprendrait pas comment le phénomène acquiert sa dimension historique et fait sens dans l’expérience des individus. Ainsi, à partir de l’analyse d’un cas puisé dans l’histoire du syndicalisme enseignant français, on s’intéressera moins à la nature des “complots”, à la forme des négociations ou au contenu des textes adoptés, qu’aux relations qui existent entre la dimension structurale et la dimension proprement historique des luttes pour la représentation, aux relations entre la production de la parole et la reproduction des croyances, ou encore aux relations entre “la coulisse” et “la scène” officielle du congrès, entre la mise en scène collectivement orchestrée par les militants les plus “aguerris” et sa réception par le public des congressistes. On mobilisera à cet effet aussi bien les travaux de Mauss (1950) sur la magie, ceux de Bourdieu (1982) sur la représentation politique ou ceux de Goffman (1973) sur la mise en scène de la vie quotidienne.

  • 1 Union Nationale des Syndicats Autonomes, issue de l’aile “modérée” de la fédération, devenue depuis (...)
  • 2 Fédération Syndicale Unitaire, issue de l’aile “gauche” de la fédération enseignante, et devenue de (...)

3Le cas analysé est celui d’un congrès de l’ancienne Fédération de l’Éducation Nationale (FEN), tenu en 1991 à Clermont-Ferrand, juste avant la scission qu’a connue cette organisation l’année suivante et qui devait donner naissance quelques années plus tard à l’UNSA1-Education et à la FSU2. Les congrès de l’ex-FEN “unitaire” présentaient des caractéristiques tout à fait exemplaires de la phénoménologie générale des congrès : importance numérique des délégations rassemblées, joûtes oratoires ritualisées, caractère largement prévisible des débats et des décisions, opposition entre les propos de tribune et les discussions officieuses… Ils disposaient aussi de traits plus singuliers, liés à l’histoire de la fédération : s’étant autonomisée de la CGT après la scision de 1947 ; l’organisation enseignante regroupait en son sein des “tendances” ailleurs distribuées dans les différentes centrales interprofessionnelles que compte le syndicalisme français (pour l’essentiel : courants “socialisant” et “républicain”, “communisant” et “anarcho-syndicaliste”) (Geay, 1999 et 2005). La FEN revendiquait alors 48 syndicats nationaux et plus de 350 000 adhérents.

4Sans prétendre à l’exhaustivité, la méthodologie adoptée se veut systématique, et combine les différents outils de l’enquête dite “qualitative” : observation, entretien et analyse de documents, tout en ayant recours, à l’occasion, à la quantification. Si les matériaux n’ont été que récemment remis en forme, ils ont en effet été collectés au moment même du congrès, du 4 au 8 février 1991, à travers l’expérience d’une semaine de la vie de congressiste, l’observation de la quasi-totalité des débats officiels et de nombreux moments “informels”, mais aussi la réalisation de neuf entretiens avec des militants de différents niveaux de responsabilité et “tendances”, et le dépouillement des bulletins syndicaux en amont et en aval du congrès, des documents distribués sur place et des articles de presse commentant l’événement.

Un univers ordonné

5Les cadres matériels du congrès, spontanément décrits comme insignifiants d’un point de vue politique, sont au contraire à placer parmi les éléments structurels les plus importants pour analyser les conditions de production d’une telle manifestation ; non seulement en ce qu’ils déterminent le bon déroulement pratique des “travaux”, mais en ce qu’ils contribuent à la qualification de l’événement et à la structuration du groupe rassemblé.

6Ainsi, le congrès de la FEN de 1991, tenu à la Maison des Sports de Clermont-Ferrand, se présente comme une application remarquable de l’art de composer, en des lieux prévus pour d’autres usages, un dispositif soumis à un ensemble de règles proprement politiques.

Un décor à la mesure de l’événement

7La grande salle, lieu central du congrès, très large et très haute, est difficile à chauffer et à aménager. Mais elle a été choisie car elle est la seule à Clermont-Ferrand qui puisse accueillir une manifestation où les participants soient assis devant des tables. Celles-ci sont recouvertes alternativement de nappes rouges et bleues. Les faces latérales de la salle sont recouvertes d’oriflammes de couleurs variées, ou portant les inscriptions “Clermont-Ferrand” ou “FEN”. Trois longues banderolles rappellent les thèmes principaux du congrès : « FEN, un syndicalisme au cœur de son temps », « Travailler autrement pour la démocratisation de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture », « Il s’agit de voir que nous sommes peut-être à la fin d’un certain temps et espérons-le au commencement des temps nouveaux. Edgard Morin ».

8La place de chaque délégation est indiquée par une étiquette mentionnant le titre du syndicat ou le nom du département représentés. Face aux délégués, la tribune est une longue table où peuvent s’asseoir une vingtaine de personnes, décorée à son pied de nombreuses plantes vertes et derrière laquelle un jeu d’éclairages, renouvelé chaque jour, anime la toile noire de fond de scène. À l’extrémité de cette table se dresse le pupitre où se succèdent les intervenants. Face à l’orateur, dans la salle, une caméra filme toutes les interventions retransmises simultanément sur un écran géant situé à droite de la tribune, et sur de nombreux postes de télévision répartis dans la salle et dans tous les espaces aménagés dans la Maison des Sports. Derrière le pupitre sont disposées de grandes plantes qui permettent de présenter l’orateur filmé, dans un décor verdoyant. De puissants projecteurs sont dirigés sur le pupitre, ainsi que sur l’ensemble de la tribune. À droite et à gauche, de longues bandes de papier de couleur entrecroisées, et une grande reproduction d’un dessin stylisé figurant une personne absorbée par la réflexion, complètent la décoration. Enfin, suspendus au plafond, six deltaplanes, eux aussi de couleurs variées, symbolisent l’envol et la liberté, impressions que les organisateurs voudraient imprimer au congrès, ainsi sans doute qu’une certaine joie de vivre.

  • 3 Ainsi qu’en témoignent les éditions quotidiennes du journal La Montagne tout au long du congrès : « (...)

9La recherche esthétique et symbolique qui a précédé l’aménagement de la salle montre l’importance attachée par les organisateurs au cadre matériel des débats, autant pour souligner la modernité et la qualité du congrès que pour véritablement infléchir l’orientation de ses délibérations. Cet univers pratique agit néanmoins très directement sur les attitudes adoptées par les congressistes, par le niveau auquel les orateurs tentent d’élever leurs interventions, ou par l’instauration d’une sociabilité spécifique liée en particulier à l’existence d’un réseau interne de télévision. La “grandeur” de l’événement se mesure aussi au nombre de délégués étrangers que ses organisateurs ont pu inviter et accueillir, à toutes les manifestations secondaires qu’il est capable d’engendrer : concours, expositions, animations pédagogiques, et à l’intense circulation de capital symbolique et de capital économique qu’il a pu occasionner, en s’appuyant sur un large réseau de relations indistinctement politiques et personnelles, au sein des univers politique, associatif et journalistique locaux ; ces éléments sont rappelés dans les articles que la presse régionale consacre quotidiennement au congrès3.

Espaces du congrès et stratification

  • 4 Mutuelle assurance des instituteurs de France.
  • 5 Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (assurance maladie).
  • 6 Centrale d’achat des adhérents de la MAIF.

10Les espaces communs du congrès, où circulent constamment les participants les plus divers, sont en général plus “vivants”. Les groupes s’y reconstituent ; on se salue, on se détend, on s’informe, on rit ou on “craque”, un peu comme dans les bus qui assurent la liaison avec le centre-ville, ou comme au restaurant. Au centre, entre le hall d’entrée et les passerelles d’accès à la grande salle, les stands des “organisations amies” sont une sorte de reconstitution et de mise en scène de l’espace économico-associatif au sein duquel se situe la FEN. On y retrouve la MAIF4, la MGEN5 et la CAMIF6, ou les Éclaireurs laïques, les donneurs de sang de l’Éducation nationale… au total une trentaine d’organisations, auxquelles s’ajoutent la Communauté Économique Européenne, la Cité des Sciences et de l’Industrie et le Parc du Livradois-Forez. Autour sont installés des espaces plus commerciaux, où la vie sociale de l’extérieur est intégrée à l’univers reconstitué du congrès : stands de “produits fermiers”, de “produits régionaux” (charcuterie, vins, fromages) et des “artisans couteliers de Thiers”, librairie, bureau postal, téléphone, marchand de journaux, exposition-vente de photos de congressistes, bar.

11En marge des espaces communs, les salles annexes utilisées par les diverses commissions techniques ou politiques, et par les journalistes, sont interdites au plus grand nombre des participants. Mais leur degré de fermeture n’est pas comparable avec celui de l’espace situé au-delà de la tribune, réservé aux dirigeants et à leurs proches collaborateurs.

12Jeudi 7 février, 12h 30 (notes personnelles, à l’occasion d’un entretien avec le secrétaire général du SNI-Pegc).

13Quand on réussit à passer derrière le voile immense placé juste derrière la tribune, c’est un autre monde qui s’offre. Dans le dédale de couloirs, d’escaliers et de petites salles des vestiaires de la Maison des Sports, s’est installé l’Exécutif fédéral, mobilisant ainsi une part importante de la superficie disponible – sans doute peu utilisable à d’autres fins, il est vrai. Des photocopieurs, des machines, des salons… Tout est propre malgré le côté sommaire des lieux : béton peint, couloirs sombres, revêtement de sol déjà ancien. Une organisation-bis s’est installée ici. Chaque grand responsable a son bureau. Dans chacun d’entre eux et dans les couloirs : des postes de télévision. Les gens se connaissent. Il y a aussi des techniciens, des secrétaires… et, aux abords, des membres de “l’organisation départementale”.

14Nous nous installons dans le bureau de Yannick Simbron. Les murs sont recouverts de rideaux blancs. Des plantes, des lampes, un bureau, un salon et une table basse. On a également ajouté de la moquette, un tapis, un téléphone et une télévision. Tout l’équipement du Secrétaire Général est reconstitué. Il y reçoit des invités de marque, les journalistes, la télévision. La décoration est aussi prévue pour que le local puisse servir de studio. Je ne puis m’empêcher de penser à l’univers reconstitué, flottant, séparé, à la fois provisoire et traduisant profondément un ensemble de contraintes d’organisation et de distinction, propre aux grands chefs en déplacement, tels qu’on nous représente parfois les généraux ou les chefs de légions en campagne.

  • 7 Cette séparation entre l’intérieur et l’extérieur, et, comme on le verra, l’ensemble de la mise en (...)
  • 8 Ainsi André Delmas, Secrétaire général du SNI de 1932 à 1948, note dans ses mémoires au sujet du co (...)
  • 9 Parti communiste internationaliste-Mouvement pour un parti des travailleurs, groupement trotskyste.

15Au-delà de cette sorte de mise à l’écart des fractions dirigeantes de la fédération enseignante, c’est en réalité toute une série de séparations que l’on voit se déployer dans l’espace pratique et symbolique du congrès – séparations matérialisées par une série de badges offrant chacun des prérogatives distinctes. Une première frontière distingue l’extérieur de l’intérieur de la manifestation7, à l’entrée du bâtiment, dans le but de limiter la participation aux congressistes dûment inscrits, mais aussi de maintenir un climat de discussion conforme aux souhaits des organisateurs8. Lors du congrès observé, ce barrage a au moins été forcé une fois, par une quarantaine de militants minoritaires du Rhône venus à Clermont-Ferrand dans un car spécialement affrété, pour manifester leur mécontentement, au sujet d’une “affaire” sur laquelle on reviendra. Malgré un “cordon” mis en place avec des militants majoritaires-professeurs d’éducation physique, ils ont “fait le forcing” et sont entrés dans le hall du congrès. Etre à l’intérieur, avec la “base” du congrès – et non seulement dehors sur les marches, comme les vendeurs de l’Humanité ou les distributeurs de tracts du PCI-MPPT9 –, bouleverser l’ordre provisoire et toujours précaire de ce rassemblement, était pour eux essentiel.

16La stricte canalisation de tous les participants, leur enregistrement et leur étiquetage selon des catégories distinctes et hiérarchisées participent à la création d’un ordre interne au congrès. Au moins neuf espèces de participants peuvent être différenciés à la simple lecture des badges, chacune se voyant attribuer un lieu géographique privilégié : aux “délégués”, militants dûment mandatés par leur section départementale ou leur syndicat national, revient la grande salle des débats ; aux “auditeurs”, pour la plupart adhérents non “délégués”, aux infirmières, elles aussi adhérentes, aux invités et aux journalistes, des portions spécifiques de cette même salle ; aux membres du Conseil fédéral national, des différentes commissions ou bureaux, les salles annexes ; aux principaux dirigeants, enfin, l’espace situé au-delà de la tribune. Les journalistes disposent en outre de la salle de presse, et peuvent, de temps à autre, faire une incursion dans la partie de la grande salle où siègent les “délégués”. Les exposants se tiennent quant à eux dans les espaces communs, où tous peuvent circuler : stands, hall d’accueil, bar. Des contrôleurs, souvent munis d’un talky-walky et identifiables par leur badge “organisation départementale”, sont postés sur les passerelles conduisant à la grande salle, au pied des escaliers menant au premier étage, au fond de la salle à l’entrée de l’espace réservé aux dirigeants, à la porte de la “salle de presse” et de celle des “résolutions”, et vérifient à tout moment de la journée que les nombreux participants qui se présentent devant eux sont équipés des badges convenant à leurs déplacements. Les membres de “l’organisation départementale”, adhérents de la FEN du Puy-de-Dôme, sont eux-mêmes placés sous la direction de “l’organisation nationale”, que coordonne le Trésorier.

Les cadres formels de la prise de parole

17Les discours à la tribune constituent la quasi-totalité de la partie officielle du congrès. Le passage à la tribune est le moment le mieux préparé, et le spectacle qu’offre le défilé des orateurs est le seul qui soit destiné à tous les congressistes et, au-delà, aux “observateurs”, ou indirectement aux adhérents. Le volume horaire prévu pour les débats est réparti entre les “rapporteurs“ et les “intervenants”, et distribué parmi ceux-ci selon la représentativité des divers syndicats et tendances. Les prises de parole, qui s’échelonnent de quatre à vingt minutes, se succèdent de 8h 30 ou 9h, jusqu’à 20h 30 ou 21h, y compris un arrêt d’une heure et demie pour le repas. Le président de séance, qui siège au centre de la tribune, fait parfois une annonce concernant le déroulement de la journée, et appelle les “intervenants” : « Je donne la parole à X pour 4 minutes ; que Y se prépare ».

18La disposition matérielle et sociale des lieux, le travail de préparation démocratique sur lequel le congrès doit reposer de façon manifeste, et la nature du public rassemblé entraînent une forte standardisation des “interventions”. Les orateurs lisent leur texte et n’improvisent que très rarement. Ils utilisent peu le langage familier, argumentent, et illustrent leur propos par des exemples pris dans le secteur de la vie sociale qu’ils se doivent de représenter. Parfois, une citation vient illustrer le propos, lui donnant une valeur plus universelle ou plus de “vie”, tel ce professeur de l’enseignement technique faisant référence à Montaigne, ou ce salarié contractuel de l’enseignement supérieur s’inspirant du chanteur Renaud (« être né sous le signe de l’hexagone…»). Les “délégués” s’efforcent de lire lentement, en articulant, et d’une voie claire. Le plus souvent, ce sont des hommes (sur 98 interventions observées, 13 seulement ont été faites par des femmes). Ils portent en général veste, chemise et cravate. Mais, à travers ces tendances générales et ces analogies de forme liées à la nature de l’exercice, transparaît une forte hétérogénéité dans la façon de se présenter.

Présentation corporelle et hiérarchie syndicale

19Même si l’on s’en tient à la seule apparence vestimentaire, d’importantes différences apparaissent dès que l’on prend en compte la “tendance” et le syndicat représenté. Le meilleur indicateur en est le port de la cravate. Ainsi, alors qu’ils étaient trente sur trente-cinq à présenter cet attribut parmi les représentants de la “tendance” majoritaire “Unité, Indépendance et Démocratie” (UID), et deux sur trois parmi ceux de sa “tendance” scissionniste, ils n’étaient plus que sept sur dix-sept parmi ceux de la forte “tendance” minoritaire “Unité et action”, et zéro sur dixsept parmi ceux de la très minoritaire “tendance” “École émancipée”. Encore doit-on souligner qu’au sein de la tendance UID, la cravate semble comme obligatoire dès que l’on occupe d’importantes fonctions. Ainsi, au SNI-Pegc, si trois Secrétaires départementaux sur sept n’en ont pas, tous les dirigeants nationaux en portent une. Les deux autres exceptions à cette quasi-règle de la tendance UID sont dûes à des représentants de syndicats occupant une position particulière dans la Fédération : enseignants du Supérieur (SNESup) et éducateurs (SNPCE).

20Car, autant que suivant la “tendance”, on observe une variation suivant le secteur professionnel. Les professeurs de l’enseignement supérieur ou des écoles normales, et les éducateurs, peu porteurs de cravate (ou alors d’une fine cravate en cuir…) s’opposent à presque tous les autres types de personnels, parmi lesquels on compte des instituteurs, des employés, des professeurs de l’enseignement technique, des directeurs d’établissement, etc. Les professeurs de l’enseignement secondaire sont, quant à eux, en position intermédiaire, avec par exemple trois représentants du SNES sur neuf portant la cravate. La fréquence du port de la cravate semble donc varier dans le même sens que la hiérarchie syndicale, mais dans le sens inverse à la hiérarchie des ordres d’enseignement. À la licence relative que s’accordent les agents dont l’origine ou l’appartenance sociale est la plus haute, mais qui sont également souvent dominés dans leur propre champ professionnel, s’oppose la rigueur de petits bourgeois devant tout à l’école et arrivés au sommet de l’institution syndicale.

21Les femmes, beaucoup moins nombreuses, semblent se différencier le plus significativement par le degré de sophistication de leur coiffure. Les cheveux courts sur la nuque mais gonflés sur le dessus de la tête par l’effet d’ondulations plus ou moins complexes, qui caractérisent les militantes du courant majoritaire ou la Secrétaire générale du second syndicat de la FEN, se distinguent des coupes plus longues et plus aplaties des institutrices des courants minoritaires.

22S’appuyer sur des faits aussi anodins pour décrire les variations internes à la FEN semblerait déplacé voire ironique, s’il ne s’agissait de rappeler que la spécificité du congrès par rapport aux habituelles luttes “d’appareil” tient en ce qu’il rassemble physiquement toutes les espèces de syndicalistes. Et, si le passage à la tribune ajoute aux habitudes de présentation corporelle des préoccupations de maintien et de qualité de l’élocution, tous les jeux de style qu’il occasionne viennent confirmer et renforcer chez les congressistes eux-mêmes les sentiments d’identité culturelle qui sont au principe de la mobilisation politique.

23Mardi 5 février, 14h (notes personnelles, au restaurant).

24Je me trouve pour ce repas à la table de militants de l’École émancipée du Puy-de-Dôme. Près de moi sont assis un homme en blouson de cuir et sous-pull, une femme en pull portant des cheveux mi-longs et une frange, un homme barbu aux longs cheveux frisés, qui semble légèrement maquillé. Ils critiquent la position prise par un membre de l’École émancipée qui n’a pas centré son intervention sur les points où il pouvait faire “basculer” UID. Ils disent : « C’est ce qu’on avait dit ; on peut le dire, là, on est entre nous…» (rires).

  • 10 Restaurant universitaire.

25Un autre militant montre une photo du bureau du SNI prise par les journalistes du Figaro. Il dit qu’ils ont tous des gueules d’enterrement. Pour s’amuser, il va la montrer à la table des “huiles” (...) Ils invitent les serveurs à tout laisser au bout de la table, pour leur éviter leur déplacement entre les rangées de chaises. En s’amusant, ils leur font aussi remarquer qu’ils n’ont pas utilisé les assiettes à fromage. « On est la tendance qui sait pas manger proprement. La prochaine fois, ils nous enverront au RU10 ! »

26Goût du débat et de la contradiction, style anti-conformiste, militantisme pédagogique pour certains : les militants de l’École émancipée occupent “une place à part” dans la FEN. S’ils s’opposent autant au “stalinisme” et au “corporatisme” d’Unité et action, qu’au “réformisme” d’UID, ils s’attirent souvent une certaine sympathie des militants du courant majoritaire, qui les considèrent seulement comme un peu trop idéalistes. Dans la tradition “révolutionnaire” et “anti-hiérarchique” qui est celle de leur “tendance”, ces militants rejettent ce qu’il y a de plus institutionnel dans le syndicalisme, tout en se faisant les plus fervents défenseurs du “droit de tendance”.

27À l’opposé, les militants de la “tendance” majoritaire cultivent l’image d’un syndicalisme “responsable”, mais aussi véritablement “représentatif ” de la “base”, dans sa diversité. Encore faut-il mesurer l’écart existant entre les dirigeants nationaux et les responsables départementaux. On l’a évoqué à l’égard de l’apparence vestimentaire ; on le voit également au type de discours dont usent les uns et les autres lorsqu’ils passent à la tribune. Suivant une division hiérarchique du travail, les détenteurs des mandats les plus hauts font les discours les plus politiques et les détenteurs des mandats les plus bas les discours les plus limités dans leur objet, ou les moins “brillants”.

28Ainsi, le secrétaire départemental des Pyrénées Atlantiques explique en préambule qu’il divisera son intervention en deux parties : une communication sur les retraites selon un mandat de la FEN, et un texte relatif à J.-P. Casabonne, militant basque détenu par les autorités espagnoles. Le secrétaire départemental de la Lozère fait, lui, une description trés détaillée du processus de désertification de son département et des actions que son syndicat a engagées. Assez âgé, portant un pull-over et une chemise claire, il lit son texte avec précision, appuyé sur ses bras et penché vers l’avant, l’air triste. Il parle avec un accent assez prononcé. Si les propositions Mauget passent, dit-il, ce sera l’arrêt de mort de son département.

29Le groupe des militants Unité et action occupe, pris dans son ensemble, une position politique intermédiaire entre le courant majoritaire et l’École émancipée. Composé de militants qui sont ou ont été membres du Parti communiste français et de quelques militants de la gauche du Parti socialiste, il regroupe principalement des instituteurs minoritaires du SNI et des professeurs du SNES, où cette “tendance” est majoritaire. Plus souvent que pour le courant majoritaire, “l’engagement” de ces militants a été politique avant d’être syndical.

30Ils portent assez souvent une barbe épaisse ou une moustache – signes d’un attachement aux mouvements contestataires –, mais ont les cheveux coupés assez courts, surtout lorsqu’ils sont barbus, à la différence des militants de l’École émancipée. Du costume-cravate au blouson de cuir pour les hommes, et du sweat-shirt à la veste en velours ornée de gros nœuds pour les femmes, leur présentation vestimentaire est assez variée, mais toujours éloignée du modernisme en vogue dans la direction du courant majoritaire, ou parfois, sous une forme moins conventionnelle, à l’École émancipée.

31Leurs “interventions” prennent toutes appui sur les “aspirations légitimes des personnels” pour dénoncer la “dérive” syndicale de la direction de la FEN. Mais leur forme varie. On peut distinguer grossièrement trois types de discours : les plus jeunes se font les porte-parole directs des “mouvements de la société” et de la “jeunesse” ; les militants plus expérimentés dénoncent avec le plus d’agressivité la ligne majoritaire ; les principaux dirigeants de la “tendance” adoptent quant à eux l’attitude de “la main tendue”.

32S’il n’est pas si dérisoire de prendre en compte les propriétés corporelles ou les styles adoptés par les militants, on voit néanmoins que les comportements et les discours observables lors du passage à la tribune ne peuvent s’analyser que si l’on tient compte de nombreux paramètres : profession, âge, sexe, “tendance”, position dans le syndicat et position du syndicat dans la FEN, origines sociales et géographiques, tactiques des courants et fractions. Car c’est en fait l’ensemble des différenciations qui préexistent au démarrage de la manifestation qui se trouve réinvesti dans le microcosme d’une agora se proposant, selon tout un jeu de contraintes spécifiques, comme la figuration de la totalité du groupe des syndiqués.

Les effets de tribune

33Mais le passage à la tribune, les énoncés produits et les luttes oratoires ne sont pas seulement la retraduction des différenciations ou des visions du monde pré-existant au congrès. Le rituel des débats et le contenu des discours contribuent en retour à faire exister groupes et “tendances”, à différencier les intervenants et à renforcer la croyance en l’organisation elle-même, représentée par le rassemblement structuré des congressistes.

34La dispute la plus ritualisée au cours du congrès est une dispute sur les mots et sur les visions du monde et du syndicalisme qui leur sont associés. On en trouve une illustration dans les réponses que les dirigeants des “tendances” minoritaires font au “rapport d’activité” du Secrétaire général. Ainsi, l’un des principaux responsables du courant Unité et action, après avoir reconnu que lui et ses amis avaient commis dans le passé des “erreurs d’appréciation” vis-à-vis des pays est-européens, entend montrer que la “question de la perspective d’une transformation sociale radicale” reste “fondamentale”, et s’en prend aux “oublis” du secrétaire général.

« On me permettra donc de rappeler rapidement – au terme d’un rapport du Secrétaire général, dans lequel je ne crois avoir entendu ni le mot revendication, ni le mot action, ni l’expression “rapport de forces” –, que nous étions ensemble, tout du moins jusqu’ici, porteurs de la double ambition syndicale affichée par la Charte d’Amiens : l’œuvre revendicative quotidienne, mais aussi l’émancipation intégrale des travailleurs, la réorganisation de la société. (...) Sur une planète où le Tiers-Monde rassemble les trois-quarts de l’Humanité, dans une misère de plus en plus tragique, où chaque jour qui passe empile 40 000 cadavres d’enfants, qui seraient sauvés s’ils étaient simplement nourris ou soignés… Je voudrais qu’il soit dit plus fortement dans ce congrès, que ce sont là les désastres du capitalisme, que ses valeurs qui sont celles de la Bourse ne sont en rien les nôtres, que notre objectif reste donc de le dépasser, de le supplanter, qu’il faudra un socialisme réel des hommes et pour les hommes, ce qui reste à inventer, et que tout cela vaudra Révolution, même si cela ne peut être celle du grand-soir. » (applaudissements)

Un rite d’institution

35Toute une partie des discours du congrès s’inscrit dans cette lutte pour la définition de la lutte syndicale, et prend la forme d’une description du monde et d’une analyse des analyses proposées par les adversaires, parfois ironique, comme l’illustre cet extrait de l’intervention d’une dirigeante de l’École émancipée :

« Étrange rapport d’activité que nous a présenté le Secrétaire général, oui, étrange atmosphère qui pèse sur l’avenir de notre syndicalisme, quand il l’analyse coincé entre deux cultures, celle du syndicalisme du non et celle du syndicalisme de proposition. Mais le docteur Simbron… (sifflets, “Oh !”,…) …c’est lui qui a parlé de diagnostic !… (rires, applaudissements). Mais le docteur Simbron peut-il douter de son diagnostic ? Et si le mouvement syndical ne souffrait pas de schizophrénie ? Et si le mal qui ronge aussi notre fédération, c’était cette lente évolution vers un syndicalisme de services, un syndicalisme de marketing, tourné vers les nouvelles pratiques professionnelles, fondé sur un meilleur rapport qualitéprix, pour reprendre cette formule brutale ? (...) Vous rendez-vous compte du déplacement de la fonction syndicale que vous nous proposez ? Elle peut mener vers un syndicalisme à l’américaine, un syndicalisme de valeurs qui se satisfait pleinement de l’économie de marché (…) Ce débat est loin d’être académique, il traverse le mouvement syndical et ne se situe pas entre les modernistes, et les crypto-, archéo- et autres néo-. »

36Formulant son diagnostic du diagnostic, l’oratrice désigne les adversaires, récuse les clivages et appelations que ceux-ci proposent et définit une nouvelle ligne de partage entre syndicalistes. Cette redéfinition de la lutte syndicale est aussi une façon de définir son propre courant. Le passage à la tribune du congrès est une occasion presque unique de rendre actuelle, visible, pertinente, la vision du monde propre à cette “tendance”, en opposition aux autres théories, au plus haut niveau d’universalité, et devant tous les militants qui en sont membres. Celui ou celle qui porte la parole de ses “camarades”, investi par son groupement de la charge de les représenter, contribue ainsi, en retour, à le faire exister, énonçant en un lieu hautement symbolique les principes de sa spécificité et de son unité.

37Mais, si le passage à la tribune peut être décrit comme un rite d’institution (Bourdieu, 1982), c’est aussi parce qu’il consacre la position que le représentant occupe à l’intérieur de son groupement de référence. Ce “passage” a des exigences particulières. L’orateur doit être en mesure d’adapter son discours aux “interventions” des précédents orateurs, et de faire la preuve de sa virtuosité sans trahir les prises de position adoptées collectivement. Lorsqu’il s’agit, comme dans les cas cités, de répondre au Secrétaire général, le discours doit être écrit rapidement, le soir même, à partir d’un canevas préétabli, mais affiné et amendé selon les propos tenus lors de la première demi-journée du congrès. Le style du texte doit donner l’impression d’une certaine spontanéité ; sa longueur fait l’objet d’une attention particulière, pour occuper au mieux les quelques minutes accordées par les organisateurs, sans risquer de se voir interrompu avant la fin ou d’être amené à lire les derniers paragraphes à toute vitesse, ce qui peut paraître ridicule. Mais, lorsque l’“intervention” est réussie, le groupement représenté voit sa crédibilité accrue, en particulier aux yeux de ses propres membres, et l’orateur voit sa position renforcée. Et le “baptême du feu” que constitue le premier passage à la tribune fait l’objet de toutes sortes d’appréciations et de conseils. D’un congrès à l’autre, l’accès à des formes de plus en plus achevées d’“interventions” se présente comme un parcours initiatique, réservé à une partie seulement des militants. Et, de tous les discours, celui du Secrétaire général est logiquement l’un de ceux qui concentrent la plus vive attention, qui provoquent les réactions collectives les plus fortes, et où s’exprime le plus complètement l’“art” de la prise de parole.

La magie du discours

38La “réponse” que le secrétaire général fait aux “interventions” des congressistes le mercredi matin est sans doute l’occasion où il lui est donné de faire la plus belle démonstration de ses qualités d’orateur. Les réactions de la salle et la communication qu’il établit avec elle contribuent également à donner au congrès sa véritable dimension dramatique. L’exercice que doit accomplir Yannick Simbron est un mélange de synthèse et de commentaire de l’ensemble des discours qui ont précédé le sien. Citant les uns, attaquant les autres, reformulant les questions et apportant les réponses, l’organisation de son propos est une façon de mettre “chacun à sa place”. Bien qu’il dure près d’une heure et demie, le discours échappe à la monotonie. Le ton et le débit varient ; l’orateur, tenant fermement le pupitre, reste néanmoins mobile ; il lève les bras, ajuste sa cravate, boit un peu d’eau, hoche la tête pour appuyer ses propos, lève un sourcil, pointe un doigt vers le haut ou se redresse à la fin d’une phrase, appelant ainsi les applaudissements.

39S’il reprend la teneur des discours des uns et des autres, il imprime également son propre style à la synthèse. Il cite par exemple Raymond Aron. Ou, après avoir évoqué l’évolution du système d’enseignement, il énumère les risques auxquels est confrontée l’action revendicative : une certaine « cécité par rapport aux aspirations » ; le refus de « l’ouverture » (« l’école n’est plus un monastère fermé au monde ; ne regrettons pas la chute de ces barrières ouatées ») ; le « tonneau des Danaïdes » des exigences purement quantitatives.

40Les congressistes-spectateurs minoritaires l’interpellent et se jouent de ses déclarations. Ainsi, lorsqu’il évoque la possibilité d’une révolte lycéenne dirigée contre les enseignants, un “auditeur” lance : « Tu risques rien, toi, dans ton bureau ! » ; quand il affirme avoir le niveau suffisant pour lire les publications des contestataires, un groupe de militants d’Unité et action scande sur un ton amusé : « Tu sais pas lire, tu sais pas lire…». Une expression malheureuse lui échappe parfois, dont se saisit immédiatement la salle : « On ne peut pas nous reprocher de ne pas avoir normalisé… (rires, applaudissements ironiques) ». Mais il parvient le plus souvent à réutiliser ces réactions, retournant l’ironie contre ses détracteurs : « Et j’en arrive à la question des salaires… (« Ah !…» des minoritaires)… Ah là ! C’est du concret, ils sont contents ! » (rires, applaudissements de ses partisans).

41En fait, le rassemblement des congressistes et l’ordonnance de la manifestation apparaissent comme les conditions indispensables à la démonstration de la virtuosité du Secrétaire général. Toutes les “interventions” du début du congrès ne semblent trouver leur utilité collective que dans la synthèse du représentant, qui les totalise et leur donne leur pleine légitimité. Mais, sans cette distribution préalable de la parole, strictement contingentée et structurée, le porte-parole de l’ensemble de l’organisation n’aurait pas les moyens et ne se trouverait pas fondé à dire ce que pense l’être collectif représenté par le congrès. La succession des “interventions” et leur synthèse forment une sorte de pratique rituelle sans laquelle l’organisation ne pourrait être donnée à voir, aux yeux des congressistes eux-mêmes. Et, de même que les représentants des différents courants font véritablement exister leur “tendance” en développant une vision du monde syndical et de ses divisions, tout en renforçant leur propre position au sein de leur groupement, le Secrétaire général incarne l’organisation dans son ensemble, en consacre l’existence, en même temps que la sienne, comme personnage disposant de tous les attributs symboliques de la fonction.

42L’effet proprement magique (Mauss, 1950) des discours de congrès, cette façon de donner vie aux instances collectives et d’assurer que chaque participant en soit partie prenante, trouve son prolongement dans toutes les “motions” ou “contributions”, tous les “rapports” ou les “amendements” finalement votés et attribués à l’organisation, avec son sigle et son “logo”. Si le congrès n’est pas le seul événement où peut se réaliser un tel effet, il tient son efficacité spécifique de son unité dramatique et de la structuration du temps et de l’espace des débats. Cette cérémonie périodique n’a pas pour seule fonction de renouveler plus ou moins formellement les textes de référence et les dirigeants de l’organisation ; elle permet également de réactiver la croyance aux vertus de l’activité militante et en la validité des textes, distinctions et représentations que le groupe a produits (Bourdieu, 1982).

43La réalisation de la fonction symbolique du congrès a ses propres exigences. Il faut que les congressistes puissent juger les débats dignes de l’idée qu’ils se font des motifs de leur rassemblement. Les luttes de personnes et de fractions ne doivent pas sembler dominer le “débat d’idées”. En ce sens, la qualité dramatique des prestations et de leur mise en scène joue un rôle essentiel dans la réussite de la cérémonie. Le mauvais congrès est celui où la liturgie apparaît soudainement comme une simple farce.

Les traces du congrès

44Prendre au sérieux les conditions sociales et les cadres dramatiques du congrès permet d’en restituer la dimension fonctionnelle, en tant que ce type de manifestation tend à reproduire les croyances au fondement de l’organisation syndicale, à en réactiver les principes de légitimité. Mais, comme dans toute analyse des pratiques sociales, on ne saurait s’en tenir à une telle approche sans s’exposer aux apories de l’interprétation purement objectiviste qui, par une sorte de coup de force positiviste, réduit les intentions, les conflits et les stratégies à une véritable insignifiance sociale. Si la recherche des “fonctions sociales” du congrès a d’indéniables effets heuristiques, elle ne peut pour autant faire oublier que les individus engagés dans la production du phénomène ont une connaissance, au moins intuitive, des effets de la mise en scène collective et que la première des croyances mobilisées dans l’action, qui permet de comprendre la participation individuelle de chacun des congressistes, est une croyance dans le jeu des interactions propres au congrès lui-même. En fait, la liturgie du congrès ne produit véritablement ses effets qu’au travers des usages et des modes diversifiés de son appropriation individuelle et collective ; et c’est parce que les intentions et les luttes des individus engagés dans l’action doivent se retraduire dans les codes et les règles de la cérémonie qu’ils contribuent à la reproduction du dispositif et des croyances qui lui sont associées, tout en parvenant à en infléchir les effets les plus immédiats. En ce sens, apprendre à trouver sa place dans le congrès, c’est aussi apprendre à ajuster une stratégie politique, un rôle dramatique et ses propres émotions.

Maîtrise des enjeux et maîtrise de soi

45Un incident, observé à l’occasion d’une commission intitulée “Éducation : démocratisation des enseignements scolaires et supérieurs”, illustre directement les enjeux d’un tel ajustement.

46Lundi 4 février, 15h (notes personnelles, dans le bus et en commission).

47Arrive un homme d’allure détendue, qui plaisante en montant dans le car. C’est JML, membre de l’Exécutif fédéral national. Il porte un costume, une cravate grenat sur une chemise rose, un manteau de toile bleue, de coupe “jeune”. Ses cheveux coupés mi-longs, bien que grisonnants, lui donnent aussi une allure plutôt jeune. Quelqu’un lance : « On risque rien, le Président est avec nous ! ». Il prend un air enjoué : « Plus vous aurez de choses à dire, moins j’aurai besoin de parler »« de toute façon, il faudra être court »… Des remarques à voix plus basse s’échangent sur la teneur des discussions du matin (...). JML parle de choses et d’autres, plaisante un peu, mais est plus tendu. La discussion politique se poursuit par intermittence. Il dit aux autres de s’en “payer une bonne tranche” le soir ; lui, doit préparer son intervention du lendemain. Il a un léger accent du sud. Arrivé à destination, il va à la tribune, s’assoit au milieu et prend peu après la parole. Deux femmes sont assises à sa droite, un homme à sa gauche. Il parle d’une façon claire, retenue, sérieuse ; il annonce qu’il faut être court et qu’il recentrera le débat.

48Après deux “rapports” préliminaires d’une dizaine de minutes, des “interventions” de quelques minutes se succèdent, les orateurs se déplaçant vers le devant de la salle pour utiliser un micro qui leur est réservé. Un représentant du SNES s’étonne des “lieux communs” que comporte le projet ; un militant du courant “Unité et action” s’en prend aussi à ce “texte creux”. Dès la seconde “prise de parole” – le Secrétaire départemental de la Guyane –, des conversations particulières créent un bruit de fond qui ira croissant. Les “interventions” sont suivies de quelques applaudissements. Le quatorzième orateur, enseignant du supérieur, s’en prend encore au contenu jugé inexistant du texte, à la méconnaissance des “problèmes” de ses auteurs et dénonce les intentions de la majorité fédérale.

49Dès qu’il a terminé, l’un des deux “rapporteurs”, une femme qui a présenté la partie du texte concernant l’enseignement supérieur et la recherche, demande la parole et explose :

« Je ne veux pas travailler dans ces conditions-là… Il y en a assez ! Il y en a assez d’entendre ce pédantisme ! Ce texte… il a besoin d’être amélioré, on est là pour ça. Pourquoi faire des remarques désobligeantes ? Et alors, je vais te dire : il y a dans cette salle des chercheurs qui peuvent mesurer, qui peuvent dire le travail qu’a fait la FEN dans la réforme du Comité national. Et prétendre qu’on ne connaît rien (inaudible)… eh bien, on ferme sa gueule ! ». Nombreux “Hou !”, “Bravo !”, applaudissements et sifflets dans la salle… Beaucoup l’interpellent : « Pourquoi tu te fâches ? »… Elle répond : « Mais non, j’ai pas besoin de me reposer ! Écoute, je ne suis jamais discourtoise… (cris dans la salle) non, c’est la première fois, mais ça commence à bien faire, mais ça commence à bien faire : (…) La commission fera son travail et amendera ce texte. Je prie de m’excuser ceux…» (voix couverte par la salle). Et, au bord des larmes, elle quitte la salle, dans la confusion. Le Président intervient : « Mes chers camarades, le débat se poursuit ». Quelques “intervenants” se succèdent à nouveau au micro, puis le Président conclut, en insistant sur la nécessité de mettre en avant les “convergences”. Dans le car du retour, une femme fait observer à ses proches : « Eh bien moi, je regrette que ce soit une femme qui ait perdu les pédales à la tribune ». Les autres militantes l’approuvent.

50La somme de sous-entendus et de tensions ordinairement refoulés que révèle cet éclat renvoie à plusieurs types d’oppositions, qui se trouvent ici significativement associées. La plus évidente est bien-sûr l’opposition politique entre membres de courants rivaux. Mais le “rapporteur” est aussi une femme dans une organisation où dominent les hommes ; elle est non-enseignante, dans une fédération où dominent les enseignants. De l’avis de nombreux congressistes-spectateurs, l’incident de la commission observée n’aurait cependant pas dû éclater. Par opposition, le Président de la séance semble offrir le comportement requis par la situation : ferme, mais toujours courtois, répondant sans polémiquer aux attaques politiques, il sait “garder son sang-froid”. On mesure l’effort ou l’habitude que nécessite cette attitude, aux longs mois de préparation et de luttes qui ont précédé le congrès. Les principaux textes, publiés à partir de mai 1990 dans le bulletin de la FEN, ont été longuement négociés, améliorés puis commentés et critiqués. Dans chaque section départementale ou syndicat national, parfois dans des assemblées plus larges, et dans toutes les instances nationales de “l’organisation”, les “enjeux” du congrès ont été débattus. Des “contributions” de sections, syndicats ou “tendances” ont été diffusées. Des clivages se sont affirmés, allant parfois jusqu’à la scission ou à de nouvelles alliances. Si les adhérents n’ont le plus souvent qu’une faible idée de la teneur de ces luttes, les militants et surtout les dirigeants arrivent, eux, au congrès en sachant ce que les autres ont fait et en prévoyant ce qu’ils vont dire ; entraînés, mais aussi fatigués. Et tout l’art de la prise de parole consiste, en étant le mieux informé possible, à acquérir une sorte de détachement qui empêche de trop s’écarter des règles du jeu, ou d’apparaître comme inutilement agressif.

La manipulation des impressions des congressistes

51C’est dans la relation entre la scène et les coulisses du congrès que l’on saisit le mieux les modalités auxquelles se soumettent les luttes entre les différents groupes et fractions rivales. En marge des discours publics, dans les commisions chargées d’examiner les “résolutions” et leurs “amendements”, dans les réunions de “tendance”, le soir et toute une partie de la nuit, se discutent les tactiques et se négocient les textes soumis aux “délégués” à la fin de la manifestation. Le jeudi après-midi, les militants des “tendances” Unité et action, Autrement et École émancipée distribuent un document intitulé “Charte de Clermont-Ferrand”, où les minoritaires proclament leur volonté commune de résister aux “manœuvres de division” de la direction. Cette déclaration solennelle préfigure l’alliance qui se réalisera lors de la scission de la FEN, un an plus tard. Au sein de la “tendance” majoritaire, deux groupes paraissent s’opposer : le premier, autour de la direction du SNI, est favorable à des transformations statutaires immédiates, au risque d’un départ ou d’une exclusion des minoritaires ; le second, autour du Secrétaire général, préfère une “modernisation” en profondeur de l’“appareil” et se montre plus attentiste à l’égard des alliances que la FEN pourrait nouer avec d’autres syndicats. L’ensemble des tractations, à l’intérieur du courant UID et entre “tendances”, porte sur la question du congrès extraordinaire que la FEN devrait prochainement réunir.

52Les votes les plus importants n’interviennent qu’à partir du quatrième jour du congrès : les responsables nationaux sont élus le jeudi en fin de matinée ; les votes sur le “thème central” (l’avenir du syndicalisme) et sur la “résolution générale” se déroulent, quant à eux, le dernier jour, entre 10h 30 et 13h. L’élection des dirigeants nationaux se fait sur la base des “tendances”, par un scrutin à la proportionnelle. Les textes soumis aux “délégués” peu avant la clôture sont ceux qui résultent des tractations à l’intérieur des commissions. Les congressistes “de base” ne sont donc que tardivement associés aux choix portant sur les “enjeux du congrès”. Cependant, la séparation n’est pas totale entre ce qui se discute loin de la grande salle et les discours de tribune. Les luttes de fractions trouvent leurs prolongements dans les postures adoptées par les différents orateurs. Et, de même que les accords ou les différends entre “tendances” ou sous-“tendances” peuvent évoluer au cours du congrès, les impressions que les congressistes retirent des débats peuvent varier, ce qui n’est pas sans effet sur les votes finaux et sur les sentiments que produira en chacun l’ensemble de la manifestation.

53Une des manières de modifier le cours du congrès est d’“intervenir” de telle façon que la perception que les congressistes ont de la lutte rituelle se trouve momentanément modifiée. Dans la tradition des “joutes oratoires” des congrès antérieurs, les orateurs choisissent leur “angle d’attaque” dans une gamme relativement large. Témoignage ou agressivité plus ou moins calculée pour les moins expérimentés et les moins “représentatifs” au sein de leur “tendance” ou de leur syndicat ; “mobilisation des troupes”, par la démonstration rationnelle et l’humour, ou mise en cause des groupements adverses sur des points susceptibles d’infléchir le débat – par exemple la validité des prises de position au regard des procédures “démocratiques” utilisées –, chez les militants les plus actifs des différents groupements ; synthèse, “main tendue” ou redéfinition des enjeux du congrès – par l’accentuation d’un aspect particulier du discours de “tendance”, par la modification des prises de position ou simplement le changement de ton –, chez les orateurs les plus expérimentés et disposant du capital de reconnaissance le plus important. Dans ce répertoire des “angles d’intervention”, l’un de ceux dont les effets attendus sont les plus importants et qui suppose de disposer déjà d’une solide expérience de ce type de jeux tactiques, est ce que les syndicalistes appellent une “provocation”.

54Ainsi, la “réponse” aux congressistes que le Rapporteur du texte sur l’avenir du syndicalisme fit le jeudi en fin d’après-midi, parut assez inattendue. Alors que le congrès est à ce moment proche de son dénouement, que l’éventualité d’une transformation statutaire immédiate, voire d’une scission de la FEN, parait écartée, ce membre du groupe dirigeant se lance dans une violente attaque des militants minoritaires. Plutôt que de répondre aux objections des “intervenants” ou à leurs inquiétudes, il s’en prend à leur mauvaise foi et, surtout, à leur attitude passée à l’égard des pays “socialistes”, en des termes que de nombreux membres de la “tendance” majoritaire jugent eux-mêmes inacceptables.

55Son discours ne semble guère écrit sous le coup de l’émotion. S’exprimant lentement et avec clarté, il multiplie les citations, prenant nommément à partie quelques dirigeants d’Unité et action. La tension du public est portée à son comble. De nombreuses répliques fusent dans la salle. À la fin du discours, l’un des militants visés exige un “droit de réponse” et obtient le micro pendant quelques minutes. Le Président de séance – le Secrétaire général du SNI-Pegc – prend la liberté de lui répondre à son tour en quelques phrases.

  • 11 Quelques mois plus tard, Yannick Simbron a été écarté du secrétariat national de la FEN.

56Le lendemain matin, tout semble rentrer dans l’ordre. Le Secrétaire général de la FEN prend la parole à l’ouverture des débats. Il se veut conciliant et affirme que le Rapporteur de la veille et celui qu’il a mis en cause se doivent des excuses réciproques. Implicitement, il désavoue le premier. Cet épisode trouve son explication dans les luttes internes à la direction fédérale. Insatisfaits de l’irrésolution du Secrétaire général à “trancher dans le vif ”, certains militants de la “tendance” majoritaire ont été tentés de précipiter le processus de scission dans lequel la FEN tendait à s’engager11. L’intervention du Secrétaire général le vendredi matin visait précisément à annuler les effets de la “provocation”.

La production des textes et les dernières impressions

57Les derniers moments du congrès de Clermont-Ferrand furent également exemplaires de cette combinaison de règles et d’écarts à la règle, de traditions routinisées et d’émotions collectives, si exotiques pour le non initié. La lutte entre “tendances” prit alors une forme beaucoup plus ouverte, chaque groupement s’efforçant d’influencer le public des congressistes et de modifier les conditions d’organisation des votes. Dans la mesure où la “motion d’orientation” était déjà adoptée et les instances dirigeantes élues, certains “délégués” du courant majoritaire pouvaient en effet être tentés de faire leurs propres choix, sans tenir compte de la “discipline de tendance”.

58Les débats et les votes relatifs au congrès extraordinaire sont particulièrement agités. Chaque groupe de militants applaudit debout les brèves “interventions” de ses représentants. À plusieurs reprises, les minoritaires interrompent les discours et scandent : « Unité, unité ! » puis « Démocratie, unité ! ». Une discussion procédurière s’engage sur le contenu et le déroulement des votes. Cinq fois, le Rapporteur répond aux contestations, d’origines diverses. Un texte de l’École émancipée, qui se voulait rassembleur, est finalement écarté. Seule la “Charte de Clermont-Ferrand” est mise en opposition au texte majoritaire.

59Le Rapporteur intervient à nouveau au sujet de l’utilisation par les “délégués” minoritaires des mandats recueillis dans leurs départements par le courant majoritaire. De nombreux congressistes sont debout et se rapprochent de la tribune. Le Secrétaire général s’approche alors du micro, obtient le retour au calme, et demande un vote nominal, “délégué” par “délégué”, après appel à la tribune. La procédure est encore interrompue et s’achève dans la confusion.

60Suit un court échange sur la Guerre du Golfe, au terme duquel sont communiqués les résultats des premiers scrutins. Le congrès extraordinaire est adopté à une courte majorité, avec 53,23 % des mandats, contre 46,12 % pour la “Charte de Clermont-Ferrand”. Les débats se poursuivent ; mais, déjà, de nombreux congressistes ont quitté la salle. On achète des souvenirs : pains d’épices, miel, couteaux de Thiers, cartes postales… Le bar fonctionne à plein. Certains congressistes semblent particulièrement amers, notamment quelques militants de l’École émancipée, qui estiment avoir été manipulé par UID, par Unité et action et par les dirigeants de leur propre “tendance”. Il y a la queue devant la salle de presse : Yannick Simbron est à l’intérieur et parle avec des journalistes. Des minoritaires s’approchent, leur texte à la main. Aux environs de 13h, le Secrétaire général prononce son allocution de clôture, entouré du nouveau Bureau fédéral. Il met en garde le gouvernement, a quelques mots pour « ceux dont c’est le dernier congrès », remercie les membres de l’“organisation” départementale et nationale et fait un rapide bilan, intégrant, pour conclure, une référence à Camus.

  • 12 On pense notamment aux travaux sur l’histoire de certains dispositifs politiques, tels que ceux men (...)

61Il serait probablement utile d’approfondir la compréhension du phénomène congrès par des comparaisons systématiques et par une exploration historique de sa genèse et de ses transformations12. Il n’en reste pas moins qu’une approche de type socio-ethnographique a le mérite de mettre en évidence la dimension tout à la fois rituelle et agonistique de ce construit social. Il ne s’agit, ni de postuler que les acteurs sont totalement dépossédés du sens de leurs pratiques, baignant dans une sorte de religiosité résiduelle, ni de considérer les événements politiques de ce type comme de vaines mises en scène, mais d’en restituer l’économie générale, à la fois matérielle et symbolique. Il s’agit par là de comprendre comment les militants devenus congressistes pénètrent dans un univers ordonné dont l’organisation première leur est le plus souvent assez éloignée, mais qui s’impose à eux comme principe structurant des expériences sociales qu’il vivent durant quelques jours. L’arrangement symbolique des lieux, la forme des débats peuvent faire l’objet de toutes sortes de critiques ou de mises à distance, voire de spectaculaires transgressions ; mais, parce qu’il trouve sa justification dans de nombreuses nécessités organisationnelles, il reste globalement reconnu comme la condition première du jeu pour lequel tous se sont rassemblés. Les luttes de congrès se présentent dès lors comme des luttes pour le contrôle de la dramaturgie propre à ce type d’événement. C’est en ce sens que le travail de mise en forme spatiale, temporelle et symbolique du congrès constitue simultanément une cérémonie héritée de la tradition, instrument de reproduction des croyances du groupe rassemblé, et une ressource dans les luttes symboliques qui opposent ses différentes fractions.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (P.), 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Delmas (A.), sd, Mémoires d’un instituteur syndicaliste, Paris, Albatros.

Durkheim (E.), 1967, Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF.

Garrigou (A.), 1988, « Le secret de l’isoloir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 71-72, mars, pp. 22-45.

Geay (B.), 1999, Profession : instituteurs. Mémoire politique et action syndicale, Paris, Seuil, collection Liber.

Geay (B.), 2005, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, collection Repères.

Goffman (E.), 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Mauss (M.), 1950, « Esquisse d’une théorie générale de la magie », Sociologie et anthropologie (1902-1903), Paris, PUF, pp. 1-141.

Tartakowsky (D.), 1997, Les manifestations de rue en France. 1918-1968, Paris, pub. de la Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 Union Nationale des Syndicats Autonomes, issue de l’aile “modérée” de la fédération, devenue depuis la deuxième fédération de l’Éducation nationale.

2 Fédération Syndicale Unitaire, issue de l’aile “gauche” de la fédération enseignante, et devenue depuis majoritaire.

3 Ainsi qu’en témoignent les éditions quotidiennes du journal La Montagne tout au long du congrès : « Acquis en amont du choix de Clermont-Ferrand, le soutien politique local s’est manifesté de plusieurs façons. La ville de Clermont-Ferranda mis à disposition l’infrastructure matérielle, le personnel affecté à son fonctionnement et plusieurs employés municipaux pour assurer la décoration florale de la grande salle ou la transformation de la Maison des boulistes en restaurant de 1 300 couverts. Le conseil général a versé une subvention de 150 000 F, et prêté plusieurs œuvres du Fonds départemental d’art contemporain. Les autres soutiens n’ont pas manqué, des parcs régionaux naturels (Livradois-Forez et Volcans) au Syndicat de la boulangerie, en passant par les mutuelles et coopératives du monde éducatif. (…) Avec 1 000 chambres retenues de dimanche à jeudi, 1 300 repas servis chaque midi, les tickets distribués pour les repas du soir (ce seul poste de dépenses s’était élevé à 500 000 F lors du précédent congrès, en 1988, à La Rochelle), entre autres retombées économiques, la FEN aura apporté sa contribution à l’image de ville de congrès qu’entend se forger Clermont-Ferrand » (8 février 1991). « RECEPTION SUR FOND DE SYMPATHIE. La réception à la Mairie, mardi à l’heure du déjeuner, des 35 membres du bureau fédéral national de la FEN, a dépassé le simple cadre protocolaire. En accueillant Yannick Simbron, Secrétaire général de la fédération, Roger Quilliot s’est plu à rappeler la sympathie le reliant à ce syndicat, longtemps après les années de militantisme et de responsabilité vécues en son sein » (9 février 1991).

4 Mutuelle assurance des instituteurs de France.

5 Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (assurance maladie).

6 Centrale d’achat des adhérents de la MAIF.

7 Cette séparation entre l’intérieur et l’extérieur, et, comme on le verra, l’ensemble de la mise en forme symbolique qui lui est attachée, ne sont pas sans rappeler la distinction entre profane et sacré, que Durkheim plaçait au cœur de sa théorie des religions (Durkheim, 1967).

8 Ainsi André Delmas, Secrétaire général du SNI de 1932 à 1948, note dans ses mémoires au sujet du congrès de réunification de la CGT de 1936 (Delmas, sd, p. 267) : « Il y avait beaucoup de monde à Toulouse dans la matinée du 2 mars, jour de l’ouverture du congrès (…). Malgré la rigueur des contrôles et des surveillances réciproques, ce congrès, plus encore que les précédents, était une sorte de meeting extraordinaire. Les orateurs brillants ou connus pouvaient y recueillir des applaudissements, mais on doutait fort de la possibilité de changer beaucoup de votes ».

9 Parti communiste internationaliste-Mouvement pour un parti des travailleurs, groupement trotskyste.

10 Restaurant universitaire.

11 Quelques mois plus tard, Yannick Simbron a été écarté du secrétariat national de la FEN.

12 On pense notamment aux travaux sur l’histoire de certains dispositifs politiques, tels que ceux menés par Alain Garrigou (1988) sur les opérations de vote ou par Danielle Tartakowsky (1997) sur l’histoire des manifestations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Geay, « L’ordinaire du congrès », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 5 | 2006, 297-321.

Référence électronique

Bertrand Geay, « L’ordinaire du congrès », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1205

Haut de page

Auteur

Bertrand Geay

Sociologue, Professeur, Université Picardie-Jules Verne, Amiens/CURAPP, membre associé au CSE/SACO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org