Navigation – Plan du site
Dossier : Formations professionnelles au Nord et au Sud : politiques et pratiques

Les “formations-impasses” en entreprise dans les pays en développement : le cas des enfants travailleurs

Disqualified training and the future of working children
Magali Decrossas
p. 125-138

Résumés

L’objet de cet article est de voir quelles sont les opportunités de formation pour la majorité des enfants au travail. Nous nous centrons sur l’étude du travail des enfants dans le seul secteur informel capable d’accumuler du “capital humain” – le “secteur informel évolutif ” – et sur le type de formations qu’il offre aux enfants. Nous étudions alors les stratégies de gestion de la main-d’œuvre enfantine par la firme informelle, notamment en terme de formation, avec une attention particulière au cas des enfants en servitude pour dette. Nous concluons en montrant que, paradoxalement, la formation reçue par ces enfants travailleurs ne les avantage nullement lorsqu’ils passent au statut de travailleurs adultes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Michel Vernières, ainsi que Bernard Schlemmer pour leurs remarques et leurs conseils précieux.

Texte intégral

Introduction

1Les études concernant le lien entre l’éducation et le travail des enfants dans les pays en développement (PED) sont multiples et soulignent toutes le nécessaire arbitrage que doivent faire les parents entre le travail scolaire et le travail professionnel. Cet arbitrage est influencé par des facteurs économiques, tels que la faiblesse des revenus du ménage ou la pauvreté, et des facteurs culturels et sociaux, auxquels vient s’ajouter la prise en compte de la qualité du système éducatif. Le choix du travail s’impose bien souvent quand le système scolaire est déficient, que l’enseignement y est de faible qualité, que le nombre d’écoles est insuffisant et qu’il offre peu de perspectives professionnelles.

2Puisque les enfants au travail ont peu accès au système éducatif formel, de quelles alternatives peuvent-ils bénéficier en matière d’éducation et de formation ? Il en existe deux : l’éducation non formelle – généralement offerte par des associations caritatives et qui ne peuvent donc concerner qu’une infime fraction de ces enfants – et la formation professionnelle qui, dans les PED, est conférée principalement “sur le tas” et, dans la très grande majorité des cas, dans le cadre du secteur informel. Cet article propose donc une piste de recherches sur le devenir des enfants travailleurs en analysant ces possibilités de formation “sur le tas” ainsi que l’impact de ces formations sur leur trajectoire professionnelle. La littérature sur ce sujet étant limitée, voire inexistante, cet article ne peut guère s’appuyer sur un corps théorique construit et n’a donc en aucun cas la prétention de présenter une analyse définitive sur le devenir des enfants travailleurs, mais simplement de présenter une hypothèse de travail qui demande à être discutée. Il ouvre une piste de recherches sur un domaine encore insuffisamment étudié.

  • 1 Nous définissons ici la firme informelle comme une unité de petite production appartenant au secteu (...)
  • 2 L’expression “secteur informel évolutif ” renvoie à l’opposition entre “informel évolutif” et “info (...)

3Nous partons de l’hypothèse que l’enfant peut acquérir une “formation qualifiante” sur son lieu de travail. Faute d’études de cas documentées, nous n’entrerons pas ici dans les débats sur cette notion, et ne parlons de “formation qualifiante” que dans son acception la plus large : lorsque le travail permet à l’enfant l’acquisition de connaissances et de compétences utiles à son devenir professionnel. Pour vérifier la pertinence de cette hypothèse, nous commencerons notre analyse par l’étude des possibilités d’accumulation du “capital humain” au sein de la firme informelle1. Elle permettra de mettre en évidence le fait que les enfants ne peuvent recevoir une formation que dans le “secteur informel évolutif ”2. Ceci nous conduira à étudier les stratégies de gestion de la main-d’œuvre enfantine au sein de la firme informelle, en nous intéressant aux avantages et aux inconvénients du type de formations offertes par le “secteur informel évolutif ”. Nous terminerons en voyant l’impact que peuvent avoir les formations sur la trajectoire professionnelle de l’enfant. Notre analyse s’appuie sur un certain nombre d’études de chercheurs ou d’experts travaillant sur la question dans différents pays, mais en particulier sur le Népal, qui nous permettra d’étudier le cas – extrême, mais révélateur – de formation des enfants tenus en servitude pour dette.

Localisation des opportunités de formation pour les enfants au travail

Localisation du travail des enfants par secteur : le secteur informel prédominant

4La quasi-totalité des pays possède une législation interdisant le travail des enfants, ce qui explique sa concentration dans le secteur informel – même si la législation seule ne suffit pas à expliquer sa prédominance dans ce secteur. Les techniques de production utilisées, en effet, jouent un rôle d’importance : la possibilité de substituer des enfants aux adultes et, par conséquent, la demande de main-d’œuvre enfantine, dépend de la technique de production appliquée. La mécanisation de l’agriculture, par exemple, a fait disparaître certains travaux traditionnellement réservés aux enfants et a ainsi réduit la demande de main-d’œuvre enfantine (Grootaert & Kanbur, 1995). C’est dans le secteur informel, où les techniques sont souvent rudimentaires et d’acquisition facile, que le travail des enfants va se concentrer, alors qu’il ne trouve guère sa place dans le secteur moderne de l’économie. La décision des entreprises d’investir dans des techniques de production nécessitant un niveau de qualification élevé et réduisant ses besoins en main-d’œuvre peu qualifiée a donc des conséquences directes sur le travail des enfants (Dessy & Pallage, 2001). Et la concentration des activités à faible intensité capitalistique dans le secteur informel permet d’expliquer la prédominance du travail des enfants dans ce secteur.

5Puisque le travail des enfants se situe majoritairement dans le secteur informel, il convient de voir s’il existe en son sein des opportunités pour les enfants de recevoir une formation.

Les opportunités de formation pour les enfants au travail dans le “secteur informel évolutif”

6En se référant aux différentes définitions, il est possible de distinguer deux types de secteur informel. Le premier, appelé “secteur informel de subsistance” « évoque les activités caractérisées par de faibles rémunérations, un capital très réduit, des qualifications peu élevées et des perspectives d’évolution limitées » (Paul & Vernières, 1995 : 227). Dans ce contexte, aucune accumulation de capital, qu’il soit physique ou humain, ne sera possible, le secteur ne dégageant aucun profit (Riofrio, 1998). Comme le notent J.-J. Paul & M. Vernières, « la qualification acquise par l’expérience dans ce secteur informel de subsistance, sera très limitée » (op. cit, p. 227). Le deuxième secteur, qualifié “d’informel évolutif ”, va permettre l’acquisition d’expériences qualifiantes. Ce secteur évolutif « fait référence aux activités de petites productions marchandes où les rémunérations ne sont pas nécessairement médiocres, les techniques sont parfois relativement complexes et les perspectives d’évolution non négligeables » (op. cit, p. 227). Mais, à l’intérieur de cet ensemble, la possibilité et la décision d’accumuler du capital, notamment humain, vont dépendre largement du type d’activités de production développées par les entreprises (Riofrio, 1998). Dès lors, c’est dans ces activités que se trouvent les opportunités de formation pour les enfants.

Travail des enfants et formation dans le “secteur informel évolutif ”

Conditions d’embauche et de mise au travail de l’enfant

7Dans le secteur informel, la mise au travail de l’enfant, comme le note B. Schlemmer, « ne correspond que très rarement (…) à la situation classique de l’embauche » qui consiste en « un échange contractuel entre un employeur qui a besoin de faire effectuer tel type de travail et un employé à même de lui rendre ce service, moyennant une rétribution fixée à l’avance » (Schlemmer, 1996 : 13). En effet, la décision de mettre l’enfant au travail est généralement prise par ses parents, et le contrat ainsi que les conditions d’embauche sont négociés par ceux-ci. Autrement dit, durant toute la période qui précède la mise au travail de l’enfant, son avis n’est jamais sollicité. Par ailleurs, le “contrat de travail”, qui se résume souvent à un accord informel oral, ne précise que rarement les tâches que l’enfant aura à effectuer et se traduit généralement par sa mise au travail immédiate. Il existe souvent des liens entre les employeurs et les parents avant que l’enfant ne soit mis au travail : liens de parenté, d’amitié, de confiance. Mais, dans certains cas, ce lien se résume à une simple rencontre fortuite et formelle. Par exemple, au Népal, certains employeurs vont trouver des familles en zone rurale et, profitant de leur ignorance ou de leur naïveté, leur proposent d’emmener un de leurs enfants à Katmandou, en leur promettant qu’il y aura une vie plus facile (Sattaur, 1993). La relation entre l’employeur et les parents peut également être indirecte. Ainsi, certaines fabriques de tapis népalaises ont recours à un intermédiaire qu’elles paient pour recruter de la main-d’œuvre enfantine (ILO/IPEC, 1998).

Les emplois “qualifiants” et la rémunération du travail des enfants

8Dans le “secteur informel évolutif”, les enfants vont pouvoir recevoir une formation, mais cette possibilité va largement dépendre du type d’activités et des techniques de production employées par la firme (Riofrio, 1998). Le tableau ci-dessous liste un certain nombre de métiers pour lesquels des formations vont être possibles.

Branches d’activités

Emplois “qualifiants”

- Services :

services de soins

Coiffeurs

services d’entretien et de réparation

Cordonniers, garagistes, mécaniciens, horlogers, blanchisseurs, électriciens, plombiers

- Producteurs de biens marchands

industrie textile, habillement

Tisserands, tailleurs, couturiers, tapissiers

bois

Menuisiers, charpentiers

autres

Vanniers, bijoutiers, joailliers

- Bâtiment

Maçons, briquetiers, peintres, carreleurs

Source : d’après Caillods et Hallak, 1981.

9On voit qu’il existe un nombre assez important d’activités où des formations sont possibles. Pour certains métiers, elles sont même obligatoires, car ceux-ci nécessitent la maîtrise de certaines techniques productives. C’est le cas, par exemple, pour les mécaniciens ou pour les enfants travaillant dans l’industrie des tapis.

  • 3 Pour donner un ordre de grandeur, à Katmandou, à la fin des années quatre-vingt-dix (mais le pays n (...)

10La rémunération des enfants travailleurs peut se faire en espèces et/ou en nature. Quand le travail est payé en espèces, le salaire va pouvoir être fixe, à la pièce ou avec une base fixe (correspondant à la rémunération du niveau de production minimum que l’enfant doit effectuer), qui augmente ensuite en fonction des quantités supplémentaires produites. Le salaire fixe se pratique essentiellement dans le secteur des services. Dans le secteur secondaire, les trois formes de rémunération semblent être utilisées, avec cependant une certaine préférence pour le salaire à la pièce. Au Népal, dans l’industrie des tapis, une étude menée en 1992 a montré que le taux de rémunération des enfants était de 320 Roupies3 par mètre carré tissé (Sattaur, 1993). Le niveau de rémunération dépend du métier exercé par l’enfant et varie également, pour un même métier, d’une entreprise à l’autre. Cependant, quelle que soit l’activité exercée par l’enfant et l’entreprise où il travaille, les salaires des enfants sont toujours bas (UNICEF,1997) et inférieurs aux salaires des adultes (Bequele & Boyden,1990).

Les formations offertes par le “secteur informel évolutif”

11La formation se fait souvent sous la forme d’un apprentissage visant la maîtrise d’une technique ou d’un outil de production particulier. Elle peut être plus ou moins longue, variant de quelques mois à plusieurs années. Pendant sa formation, l’enfant n’est que peu ou pas rémunéré. Au début de son apprentissage, il est souvent le serviteur du patron et ne commencera à acquérir des connaissances que plus tard. La mise en apprentissage des enfants relève de la même logique que la mise au travail et concerne plus les garçons que les filles.

12L’apprentissage va être un moyen de dispenser une formation professionnelle. Cependant, les conditions de cet apprentissage peuvent être fort variables (Caillods & Hallak, 1981), ce qui rend la catégorie des apprentis très hétérogène et la qualité de la formation très différente d’une entreprise à l’autre.

  • 4 Dans le sens où l’apprentissage ne vise que la maîtrise d’une technique de production particulière (...)
  • 5 Le terme d’employabilité désigne ici la capacité de l’enfant à s’adapter aux changements technologi (...)

13Le type d’apprentissage fourni par la firme peut être qualifié de traditionnel. Il se définit comme l’acquisition de connaissances, souvent très spécifiques4 et techniques, par le biais de l’observation et de la participation aux tâches, au sein d’une unité de production. L’apprentissage se fait donc au cours même de la production et par mimétisme : l’apprenti regarde ce que fait son maître d’apprentissage et l’imite (Mc Laughlin, 1989). La formation se fait “sur le tas” et vise à augmenter la productivité de l’enfant grâce à l’acquisition de connaissances directement sur son lieu de travail. Les connaissances sont généralement maîtrisées rapidement et utilisables à court terme. Le rôle du système scolaire dans la formation des apprentis du secteur informel est très réduit (Penouil, 1990), ce qui n’est pas sans conséquence pour l’employabilité5 future de l’enfant. Comme le remarque R. Anker, « les compétences et les connaissances acquises grâce au travail durant l’enfance perdent de leur importance par rapport à celles acquises grâce aux formes institutionnelles de l’enseignement en raison de la mondialisation et de l’évolution technologique » (Anker, 2000 : 292).

  • 6 Cette somme peut être versée au moment de la mise en apprentissage de l’enfant, elle peut également (...)

14Dans certains cas, l’apprentissage peut être payant. En Afrique subsaharienne, par exemple, deux modes de paiement existent pour rétribuer le maître d’apprentissage : un paiement direct et un paiement que l’on pourrait qualifier d’indirect différé. Dans le premier cas, les parents de l’apprenti versent une somme d’argent au maître d’apprentissage6. Cette pratique s’observe dans des pays comme le Togo, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Le deuxième cas relève d’une logique paternaliste : « le patron traite l’apprenti comme son fils, qui le “remercie” en travaillant ensuite gratuitement pour lui » (Marguerat, 1996 : 358). Ce système prévaut au Burkina, au Niger et au Zaïre notamment. Ici, le travail « fait figure de salaire versé au “maître” pour le prix de l’instruction reçue de ce dernier » (Morice, 1996 : 286). Les rapports paternalistes entre le maître et l’apprenti ne s’appliquent pas au seul cas de l’Afrique, mais concernent l’apprentissage en général et donnent lieu à une exploitation de la main-d’œuvre enfantine (Morice, 1996).

Gestion de la main-d’œuvre enfantine par la firme informelle

15La main-d’œuvre enfantine possède un certain nombre d’atouts et, dans certains cas, la firme informelle peut avoir intérêt à la former afin d’augmenter la productivité de l’enfant et, par conséquent, la rentabilité de l’entreprise.

Les atouts de la main-d’œuvre enfantine

16L’un des atouts de la main-d’œuvre enfantine est qu’elle est très malléable et influençable. Elle « fait des heures supplémentaires, [elle] est flexible, docile, remplaçable facilement, malléable de par son obéissance et sa peur de l’autorité » ; de plus, « le travail précoce permet d’instaurer très tôt l’habitude de l’ordre, de la discipline du travail, du “dressage” à certaines activités » (Evrard & Legrand, 2001 : 97). Tout ceci rend la gestion de la main-d’œuvre enfantine plus aisée que celle de la main-d’œuvre adulte puisque l’enfant ne se plaint jamais de ses conditions de travail auprès de son employeur. Ainsi, les risques de grève, à supposer qu’elle soit possible, sont quasi-nuls. La docilité des enfants est intrinsèquement liée au rapport paternaliste entretenu par le patron dans la relation de travail.

17L’argument traditionnellement avancé pour expliquer le recours à la main-d’œuvre enfantine est son coût, beaucoup moins élevé que celui qui est lié à l’emploi de personnes adultes (supra). Les coûts salariaux sont par conséquent beaucoup moins élevés qu’ils ne le seraient si la firme n’employait que des adultes. Comme le note M. Gulrajani en parlant de l’industrie du tapis en Inde, « le sous-paiement des enfants travailleurs – une forme parmi d’autres de leur exploitation – a pour conséquence des économies considérables sur les prix à la production » (Gulrajani, 1996 : 77). Ceci constitue un réel avantage pour la firme informelle, qui fonctionne pour une large part grâce à l’autofinancement. Ainsi, la réduction des coûts de fonctionnement de l’entreprise, par le biais de faibles coûts salariaux, va permettre à celle-ci de dégager plus de bénéfices qui pourront être réinvestis pour assurer sa croissance et sa rentabilité. La firme informelle ayant une espérance de vie plus limitée qu’une entreprise formelle, il lui est nécessaire de dégager des profits à plus court terme pour assurer sa survie. La firme ne pouvant agir que de façon limitée sur le prix de vente, la réduction des coûts salariaux va jouer de façon non négligeable sur son seuil de rentabilité.

18Mais l’entreprise peut également utiliser la main-d’œuvre enfantine à court, voire très court terme pour faire face à une augmentation temporaire de la demande de biens. À ce niveau, le travail des enfants va jouer comme une assurance-risque et permettre à l’entreprise d’accroître sa flexibilité : elle pourra en cas de forte augmentation de la demande de biens embaucher plus d’enfants ou les licencier en cas de baisse de la demande (Crabbé, 2001). Or, comme le notent C. Morrisson et D. Mead, la demande de biens faite aux entreprises du secteur informel « provient surtout des classes pauvres ou assez pauvres en ville et des ruraux qui ont les uns et les autres des revenus extrêmement variables » (Morrisson & Mead, 1996 : 18). Ceci est surtout vrai pour les « paysans soumis aux aléas climatiques, ou autres, et aux fluctuations de prix agricoles », puisque pour ceux-ci « la part de la composante transitoire dans le revenu annuel est très élevée » (ibid., 18). Il apparaît donc que les avantages de la main-d’œuvre enfantine sont en partie liés à la spécificité de la clientèle des entreprises du secteur informel.

19Un autre avantage peut être évoqué ici. Il concerne la productivité de l’enfant. En effet, les études sur le travail des enfants avancent souvent que ceux-ci sont moins productifs que les adultes (Basu, 2000), mais il n’en est pas toujours ainsi. Dans l’industrie népalaise du thé, par exemple, les enfants sont très recherchés, car ils sont jugés plus productifs que les adultes (Sattaur, 1993). Dans ce cas, l’emploi d’enfants, à la fois moins bien rémunérés et plus productifs que les adultes, constitue un double avantage pour la firme informelle.

Logique de formation de la main-d’œuvre enfantine et effets à court et moyen termes sur la trajectoire professionnelle de l’enfant

20En règle générale, la logique de formation de la main-d’œuvre enfantine va nous permettre d’expliquer les trajectoires professionnelles stables et ascendantes des enfants dans le court et moyen terme. Il s’agit de leur mobilité professionnelle, c’est-à-dire des possibilités de changements de postes, de promotions au sein d’une entreprise, pour un état d’activité particulier. Une trajectoire professionnelle ascendante impliquera une amélioration de la situation de travail de l’enfant au cours du temps (se traduisant par une augmentation de salaire, un accroissement du degré de responsabilité). Le caractère instable ou stable de la trajectoire désignera le fait qu’un enfant change ou non et de façon plus ou moins rapide de situation de travail.

  • 7 Un marché interne désigne « les mécanismes d’allocation de la main-d’œuvre internes aux entreprises (...)

21Dans l’industrie népalaise du tapis, on observe que l’enfant est généralement peu ou pas rémunéré durant sa période d’apprentissage, puis que son salaire croît à l’ancienneté une fois qu’il a fini sa formation. Une étude, menée en 1992, a montré que, si le salaire moyen d’un enfant était de 396 Rs par mois, il pouvait aller jusqu’à 500 Rs une fois sa formation finie (Sattaur, 1993). Dans l’industrie lapidaire de Jaipur, il semble également exister « une relation entre la compétence acquise [durant l’apprentissage] et le salaire obtenu par les enfants » et, « si un enfant parvient à maîtriser rapidement la technique, il aura une plus grande chance d’ascension professionnelle » (Mathur, 1996 : 345-346). Autrement dit, c’est le fait de travailler dans l’entreprise qui permet à l’enfant de se former. L’augmentation de salaire dont il va bénéficier dépend d’un mécanisme de décision interne à la firme et non des conditions du marché du travail et de la concurrence. Sous cet angle, la formation de la main-d’œuvre enfantine répond à une logique qui pourrait s’apparenter à celle des marchés internes7. Il est impossible de dire si cette logique est appliquée par toutes les firmes du “secteur informel évolutif ”. Toutefois, elle s’applique à certains segments du marché du travail ayant recours à des enfants.

22Ce type de logique se retrouve dans le secteur tertiaire où, pour certaines professions, on observe une augmentation des responsabilités de l’enfant dans son travail en même temps qu’une croissance du salaire. C’est notamment le cas en Asie, dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration. Cependant, la description de ces deux secteurs par M. Black (1995) permet de mettre en évidence un effet pervers à long terme et de décrire le système d’apprentissage comme un système d’exploitation des enfants s’inscrivant dans la durée. Ainsi, l’enfant en apprentissage commencerait avec un très faible salaire. Ce salaire augmenterait avec l’ancienneté mais moins vite que les salaires des adultes en poste. Un enfant commençant à travailler dans une entreprise, par le biais de l’apprentissage, connaîtrait donc à l’âge adulte une évolution de salaire moins favorable que celle d’un adulte n’ayant pas fait son apprentissage dans cette entreprise. Dans ce cas, les effets sur la trajectoire professionnelle de l’enfant sont ambigus. À court ou moyen terme, l’effet de la formation peut avoir un impact favorable sur la trajectoire professionnelle de l’enfant : au cours de cette période, son salaire et ses responsabilités augmentent, sa trajectoire professionnelle paraît donc stable et ascendante. En revanche, à long terme, les bénéfices de ce type de formation, en matière de rémunération, semblent beaucoup moins favorables.

23Le système d’apprentissage se présente donc comme un système d’exploitation double. L’enfant est soumis à une exploitation immédiate en raison du rapport paternaliste qu’il entretient avec le patron dès sa mise en apprentissage. « Le paternalisme agit en faveur de l’exploitation des apprentis comme un levier d’une redoutable efficacité » et la formation professionnelle « agit comme une chimère dans l’imaginaire des enfants et motive leur subordination », car elle est « aléatoire, arbitraire et souvent interminable » (Morice, 1996 : 286). Il subit, de plus, une exploitation dans la durée liée à l’évolution des salaires dans le temps.

Avantages de la firme à former sa main-d’œuvre enfantine et impact sur la trajectoire professionnelle de l’enfant à long terme

24Les avantages de la firme informelle à former sa main-d’œuvre enfantine sont les mêmes que pour une entreprise du secteur formel employant une main-d’œuvre adulte. Il s’agit d’augmenter la productivité de la main-d’œuvre afin d’accroître l’efficacité du processus de production et d’augmenter la rentabilité de la firme. Cependant, les avantages de la formation professionnelle pour la firme informelle diffèrent selon que sa logique de maximisation du profit s’inscrit dans le court ou le moyen-long terme. La décision d’investir dans le “capital humain” dépend de l’horizon temporel dans lequel la firme maximise son profit, cet horizon étant fonction de la fragilité de la firme (qui dépend des conditions du marché, de la concurrence …) et de son espérance de vie.

25Quand l’objectif de maximisation du profit s’inscrit dans le court terme, la firme informelle n’a aucun avantage à former sa main-d’œuvre enfantine. Elle l’utilise essentiellement pour réduire ses coûts de fonctionnement (Morrison & Mead, 1996). Par conséquent, si le salaire des enfants augmente avec l’ancienneté, ce qui se produit par exemple dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, ceci ne va pas être sans conséquence sur la trajectoire d’insertion professionnelle de l’enfant. En effet, passé un certain âge, il est licencié pour être remplacé par un enfant plus jeune et se retrouve contraint d’accepter des emplois de plus en plus précaires afin d’assurer sa survie. Sa trajectoire d’insertion professionnelle est descendante et instable à long terme.

26En revanche, si l’objectif de la firme s’inscrit dans le moyen ou le long terme, elle est davantage incitée à former sa main-d’œuvre enfantine. Toutefois, cela va dépendre du type d’activités qu’elle exerce, ainsi que des techniques de production auxquelles elle a recours. Ce sont uniquement dans les métiers où l’enfant est recherché pour ses capacités propres et non principalement pour des raisons de coût, que l’on retrouve ce type de trajectoires de long terme. On a vu que tel était le cas de l’industrie népalaise du thé, où l’enfant est plus productif que l’adulte.

27Dans un cas comme dans l’autre, arrivé à l’âge adulte ou plus tôt encore, il a toutes les chances d’être licencié et remplacé par un autre enfant. Ici, la trajectoire d’insertion professionnelle instable et descendante est liée à la spécificité de la main-d’œuvre enfantine : le passage à l’état d’adulte, voire l’ancienneté relative dans le métier, induisent à terme une dégradation de la situation de travail.

La logique de formation des enfants dans les cas de servitude pour dette : une logique d’accumulation-appropriation

28Concernant les opportunités de formation, il existe une situation a priori paradoxale. Elle concerne les cas de servitude pour dette. Au Népal, par exemple, certains enfants exploités dans l’industrie des tapis vont recevoir une formation, alors même qu’ils se trouvent soumis à la servitude pour dette et qu’ils ne sont pas rémunérés (ILO/IPEC, 1998). Cette situation semble pour le moins antinomique puisque l’enfant est engagé pour rembourser une dette et son employeur, qui est également créancier pour cette dette, est prêt à investir dans la formation de cet enfant. Ce cas d’exploitation extrême avec opportunité de formation sur le lieu de travail s’explique car il répond à la stratégie de maximisation du profit de la firme informelle. En effet, l’enfant se retrouve stabilisé dans sa situation de travail puisqu’il ne peut pas quitter son employeur tant que la dette n’est pas remboursée. L’entreprise ne risque donc pas, à court terme, de perdre le bénéfice de son investissement en formation. De plus, l’enfant n’étant pas rémunéré, le coût de son travail est très faible, voire nul. Dans les cas de servitude pour dette, la firme va donc avoir avantage à former cette main-d’œuvre.

29Expliquons-nous : dans le cas où l’enfant est mis au travail pour rembourser la dette de ses parents, l’endettement est utilisé comme un “mécanisme de captation et de stabilisation” de la main-d’œuvre enfantine. En outre, le travail effectué par l’enfant est source de nouvelles dettes, puisque toute “erreur” estimée commise par l’enfant se traduit par une amende qui vient grossir la dette initiale (Bonnet, 1996). Cette augmentation de la dette garantit bien la stabilité de la main-d’œuvre enfantine au sein de l’entreprise. Or, les entreprises hésitent souvent à former leur main-d’œuvre car celle-ci peut décider, après formation, d’aller travailler dans une entreprise qui lui propose un salaire plus élevé. En cas de servitude pour dette, le taux de rotation de la main-d’œuvre va être quasiment nul. L’enfant doit travailler jusqu’à ce que la dette de ses parents soit remboursée, c’est-à-dire à vie. De plus, l’endettement tend à se renforcer de génération en génération, puisque « plus l’enfant reste au travail, plus la dette augmente » (Bonnet, 1999 : 88). Il n’y a donc aucune raison pour que l’entreprise perde ses travailleurs captifs. L’employeur est sûr que l’investissement qu’il va faire en formant ce type de main-d’œuvre peut être rentabilisé.

30Sous cet angle, on peut dire que la logique de formation de la firme répond à une logique “d’accumulation-appropriation” : l’entreprise investit dans la formation d’une main-d’œuvre, dont elle s’est appropriée le capital humain, via le mécanisme d’endettement. Cet investissement ne bénéficie qu’à la firme. La formation ne débouche sur aucune mobilité sociale pour l’enfant qui se retrouve pris dans le cercle vicieux de l’endettement.

Conclusion

31Il existe donc des opportunités de formation pour l’enfant au sein de la firme informelle. Il est même profitable, au sens économique du terme, pour cette dernière de former sa main-d’œuvre enfantine. Cependant, la stratégie de formation de la firme informelle est une stratégie limitée, aux effets ambigus. Limitée, car elle ne concerne que peu d’enfants travailleurs, et ambiguë, car elle n’améliore pas l’employabilité future de l’enfant. En effet, les formations offertes par le secteur “informel évolutif” sont très spécifiques. Les bénéfices de telles formations n’existent qu’à court terme. En cas de changements technologiques, elles ne permettront pas à l’enfant de s’adapter et, du fait de l’obsolescence de ses qualifications, il aura beaucoup de mal à retrouver un emploi. La spécificité de la formation entraîne donc une dépréciation du “capital humain” relativement rapide. Elle a un impact défavorable sur l’employabilité future de l’enfant, car elle ne lui permet pas de s’adapter aux changements technologiques et aux évolutions du marché du travail, comme c’est le cas d’une formation plus générale (UNICEF, 1997). Par conséquent, dans le long terme, si l’enfant n’a reçu qu’une formation spécifique, il a de fortes chances de se retrouver à l’âge adulte dans une situation précaire (chômage, sous-emploi, emploi temporaire…). Ceci n’est pas sans conséquence sur le niveau futur du travail des enfants. En effet, si l’enfant, une fois adulte, se retrouve dans une situation précaire, ses revenus vont être faibles, et il risque d’avoir recours au travail de ses propres enfants pour subvenir aux besoins de sa famille. Une telle formation perpétuerait donc le travail des enfants, voire même contribuerait à aggraver le phénomène.

Haut de page

Bibliographie

Anker (R.), 2000, « Le travail des enfants : un cadre de mesure », Revue Internationale du travail, vol139, n° 3, pp. 289-317.

Basu (K.), 2000, « The intriguing relation between adult minimum wage and child labour », The Economic Journal, vol110, n° 462, March, pp. C50-C60.

Bequele (A.) & Boyden (J.), 1990, L’enfant au travail, Paris, Éditions Fayard.

Black (M.), 1995, In the twilight zone: child workers in the hotel, tourism and catering industry, Geneva, International Labour Office, ILO Child Labour Collection.

Bonnet (M.), 1996, « Le travail des enfants à la lumière de la servitude pour dettes », in B. Schlemmer (ed.), L’enfant exploité, Paris, Éditions Karthala et Orstom, pp. 251-265.

Bonnet (M.), 1999, Le travail des enfants : terrain de luttes, Éditions Page Deux.

Caillods (F.) & Hallak (J.), 1981, Éducation, formation et secteur traditionnel, Paris, UNESCO, Institut International de Planification de l’Éducation.

Crabbé (C.), 2001, « Demain commence aujourd’hui : une nécessaire approche globale et systémique », in J. Aguilar Molina & alii, Enfants travailleurs, enfances volées, Bruxelles, Colophon Éditions, pp. 51-63.

Dessy (S.) & Pallage (S.), 2001, « Child labor and coordination failures », Journal of Development Economics, vol65, n° 2, August, pp. 469-476.

Evrard (N.) & Legrand (N.), 2001, « Éduquer : un moyen de lutte », in J. Aguilar Molina & alii, op. cit., pp. 83-112.

Gazier (B.), 1992, Économie du travail et de l’emploi, 2e édition, Paris, Éditions Dalloz.

Grootaert (C.) & Kanbur (R.), 1995, « Le travail des enfants : un point de vue économique », Revue Internationale du Travail, vol134, n° 2, pp. 205-223.

Gulrajani (M.), 1996, « Travail des enfants et secteur de l’exportation », in B. Schlemmer (ed.), op. cit., pp. 67-86.

ILO/IPEC, 1998, « ILO/IPEC Factsheets – Nepal ». http://www.ilo.org/public/english/region/asro/kathmandu/projects/child_l.htm

Marguerat (Y.), 1996, « L’exploitation des apprentis au Togo », in B. Schlemmer (ed.), op. cit., pp. 357-366.

Mathur (K.), 1996, « Les enfants dans l’industrie lapidaire de Jaipur (Rajasthan, Inde) », in B. Schlemmer (ed.), op. cit., pp. 341-356.

Mc Laughlin (S.), 1989, « Skill training for the informal sector: Analyzing the success and limitations of support programs », PHREE Background Paper Series, Document n° PHREE/89/05, February, Education and Employment Division, Population and Human Resources Department of the World Bank.

Morice (A.), 1996, « Le paternalisme, rapport de domination adapté à l’exploitation des enfants », in B. Schlemmer (ed.), op. cit., pp. 269-290.

Morrisson (C.) & Mead (D.), 1996, « Pour une nouvelle définition du secteur informel », Revue d’économie du développement, n° 3, septembre, pp. 3-25.

Paul (J.-J.) & Vernières (M.), 1995, « L’insertion dans les pays en développement », in M. Vernières ed., Ajustement, éducation, emploi, Paris, Éditions Economica, pp. 223-250.

Penouil (M.), 1990, « Les activités informelles : réalités méconnues, espérances illusoires ? », Problèmes Économiques, n° 2196, octobre, pp. 1-6.

Penouil (M.), 1998, « La transition de l’activité informelle à la P.M.E. est-elle possible ? », Université Montesquieu-Bordeaux IV, Centre d’économie du développement, Document de travail n° 23, Mai.

Riofrio (G.), 1998, « Urban poverty workshop. The role of informal sector: Three observations and some suggestions », Seminar on Urban Poverty sponsored by ALOP and the World Bank, Rio de Janeiro, may 14-18 ; http://www.worldbank.org.

Sattaur (O.), 1993, Child labor in Nepal, Anti-Slavery International and Child Workers in Nepal, Nepal, Child Labor Series, n° 13.

Schlemmer (B.) ed., 1996, L’enfant exploité, Paris, Éditions Karthala et Orstom.

UNICEF, 1997, Éducation et travail des enfants, Oslo, Fonds des Nations Unies pour l’enfance Document d’information, 27-30 octobre.

Haut de page

Notes

1 Nous définissons ici la firme informelle comme une unité de petite production appartenant au secteur informel. Pour une définition détaillée des unités du secteur informel, voir Penouil (1998).

2 L’expression “secteur informel évolutif ” renvoie à l’opposition entre “informel évolutif” et “informel involutif”. L’“informel évolutif ” fait référence « à la dynamique probable des activités considérées dont certaines ont des chances d’évoluer vers le statut d’entreprises modernes et de subsister dans le processus de développement, alors que les autres sont condamnées à disparaître à plus ou moins long terme » (Penouil, 1998 : 1).

3 Pour donner un ordre de grandeur, à Katmandou, à la fin des années quatre-vingt-dix (mais le pays n’a pas connu une inflation majeure depuis), un dal bhat (repas à base de riz et dépourvu de viande) pris dans une gargote populaire coûtait 30 roupies environ.

4 Dans le sens où l’apprentissage ne vise que la maîtrise d’une technique de production particulière qui ne sera pas nécessairement ré-employable par l’enfant s’il change de métier.

5 Le terme d’employabilité désigne ici la capacité de l’enfant à s’adapter aux changements technologiques et à l’évolution de la demande de travail.

6 Cette somme peut être versée au moment de la mise en apprentissage de l’enfant, elle peut également être divisée en deux : la première partie est versée en début d’apprentissage, le reste étant versé à la fin. Elle peut également s’accompagner de “cadeaux”. Pour plus de détails, voir Marguerat (1996).

7 Un marché interne désigne « les mécanismes d’allocation de la main-d’œuvre internes aux entreprises, qui définissent l’ensemble des postes, des affectations, et des rémunérations, et les règles de mouvements des travailleurs au sein de cet ensemble » (Gazier, 1992 : 223).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Decrossas, « Les “formations-impasses” en entreprise dans les pays en développement : le cas des enfants travailleurs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 4 | 2005, 125-138.

Référence électronique

Magali Decrossas, « Les “formations-impasses” en entreprise dans les pays en développement : le cas des enfants travailleurs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 4 | 2005, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cres.revues.org/1270

Haut de page

Auteur

Magali Decrossas

Économiste. UniversitéParis 1 – Panthéon Sorbonne. E-mail : magalidecrossas@wanadoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org