Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus de lecture

Une sociologie de la formation professionnelle initiale : l’apprentissage et les apprentis d’hier et d’aujourd’hui

Cédric Frétigné
p. 237-241
Référence(s) :

À propos de l’ouvrage de Gilles Moreau Le monde apprenti (Paris, La Dispute, 2003, 274p).

Texte intégral

1Le monde apprenti rend compte des expériences vécues par plus de 360 000 jeunes de 16 à 25 ans, alliant travail et formation, activité salariée et préparation d’un diplôme. Gilles Moreau nous convie, en trois étapes, à parcourir cet univers composite de l’apprentissage sous statut salarié : son histoire et ses évolutions contemporaines d’abord ; ses bénéficiaires et les motifs de leur entrée en apprentissage ensuite ; le vécu des années d’apprentissage et l’insertion professionnelle des apprentis enfin.

  • 1 « Lorsque l’on défalque l’effet d’autochtonie de l’insertion des apprentis, les résultats sont très (...)

2Dans une première partie, Gilles Moreau s’attache à lever les principaux malentendus concernant la genèse de l’apprentissage contemporain, sa configuration actuelle et ses rapports avec l’apprentissage scolarisé. L’auteur montre d’abord que la filiation rituellement affichée avec l’apprentissage d’Ancien Régime est un leurre. Salarisation massive de la population active et scolarisation avancée des apprentissages professionnels marquent aujourd’hui une rupture de taille avec la situation du compagnonnage pré-révolutionnaire. Dans un autre registre, Gilles Moreau observe combien les heurts de l’apprentissage salarié au XXè siècle interdisent toute comparaison avec la situation florissante connue avant l’abolition des corporations en 1791. De fait, « plutôt que de s’obstiner à entretenir une filiation illusoire avec le compagnonnage du Moyen-Âge, laissant dire par là que l’apprentissage vient de loin, mieux vaut convenir qu’il revient de loin » (p. 41). Gilles Moreau signale également combien il est impropre de parler de l’apprentissage contemporain au singulier. La catégorie homogénéise indûment des situations variées, du point de vue des diplômes (du CAP au diplôme d’ingénieur) et des spécialités (véritable inventaire à la Prévert) préparés, des inégalités régionales (la France apprentie est plutôt alsacienne, charentaise, ligérienne). Enfin, le sociologue souligne combien l’opposition savamment construite entre apprentissage salarié et apprentissage scolarisé (au lycée professionnel) est, pour l’essentiel, artificielle. En termes de réussite aux examens ou d’insertion professionnelle1, les résultats sont très proches. Les pédagogies tendent à converger par une scolarisation croissante de l’apprentissage salarié et une professionnalisation accrue des diplômes préparés par la voie scolaire. Par ailleurs, il est moins question de concurrence que de complémentarité entre les deux types de formation professionnelle initiale, dans la mesure où chacune conserve plutôt ses chasses gardées.

3La deuxième partie décrit le(s) profil(s) des apprentis d’aujourd’hui et les raisons de leur entrée en apprentissage. Dans une première étape, Gilles Moreau pointe les traits significatifs qui caractérisent les évolutions de la “morphologie apprentie”. Actuellement, observe-t-il, les apprentis sont plus âgés, disposent d’un meilleur niveau scolaire et sont plus fréquemment issus de catégories sociales moyennes et supérieures que leurs prédécesseurs. La préparation possible depuis 1987, par la voie de l’apprentissage, de diplômes supérieurs au CAP en offre la principale explication. L’auteur traite ensuite d’une tendance lourde de l’apprentissage, frappée d’une forte inertie : l’écrasante domination numérique des garçons. Jamais en effet les filles n’ont dépassé 30 % de l’ensemble des apprentis. Les conséquences de cette ségrégation sexuelle sont doubles, et doublement pénalisantes pour les filles : le maintien des normes sexuées clivant fortement les domaines masculins (valorisés) et féminins (minorés) ; une offre de formation réduite pour les filles qui aboutit à une sur-sélection (sur critère scolaire) à l’entrée en apprentissage.

4Le sociologue analyse enfin les voies d’accès à l’apprentissage et les voix des apprentis. Désamour de l’école et amour du métier rendent largement compte du choix de l’apprentissage, mais pas seulement. « Pris dans un système de contradictions où cohabitent une offre scolaire, des impératifs sociétaux de formation prolongée, une aspiration à éviter le maintien malgré soi à l’école, les valeurs populaires d’une jeunesse qui doit s’amuser et le modèle dominant de l’autonomie juvénile, les apprentis tentent de trouver leur voie. » (p. 167)

  • 2 En page 195, Gilles Moreau présente des exemples de résiliation négociée du contrat d’apprentissage (...)

5La troisième partie de l’ouvrage enfin s’intéresse à la trajectoire des apprentis, de leur entrée en apprentissage à leur insertion professionnelle. Gilles Moreau précise d’abord qu’« avant d’être une confrontation au travail, l’apprentissage est une confrontation au marché du travail » (p. 175). On ne sait pas combien de jeunes échouent chaque année dans leur quête d’une entreprise prête à les accueillir pour effectuer leur contrat d’apprentissage. L’auteur note toutefois que la « file d’attente » (p.181) enregistrée pour l’accès à certains secteurs d’activité peut être tout à fait conséquente. L’impossibilité de mesurer ce taux d’échec rend vain tout effort visant à « estimer et interpréter la sous-représentation des jeunes issus de l’immigration dans l’apprentissage » (pp. 175-176). Cependant, un ensemble de marqueurs sociaux liés à la personne du candidat (tenue vestimentaire, style langagier, etc.), auxquels s’ajoutent des politiques de recrutement inégalement transparentes, doivent, semble-t-il, être pris en compte au côté de l’âge et du niveau scolaire du jeune pour expliquer les décisions de recrutement des employeurs. Dans bien des cas, sous-représentation des enfants d’immigrés rime assurément avec discrimination. Second « sujet qui fâche » (p. 194), la rupture des contrats d’apprentissage, estimée à 20-25 %, atteint des niveaux inégalés : les taux de rupture observés dans les autres contrats d’alternance avoisinent 15 %. Certes, une partie de ces ruptures peut être imputée au développement « normal » du contrat d’apprentissage : une période d’essai de deux mois permet à chacune des deux parties de résilier, de manière unilatérale, le contrat. De même, il existe des ruptures liées à des motifs extrinsèques : les impondérables de la vie de l’entreprise (dépôt de bilan, cession, etc.), des problèmes médicaux (par exemple, une allergie de l’apprenti aux produits à manipuler). Existent également des « ruptures de convenance », l’employeur et/ou l’apprenti tirant profit des failles du droit et bénéficiant ainsi d’un effet d’aubaine ou de substitution2. Il demeure que les « ruptures conflictuelles » ponctuant une relation tendue entre le maître et son apprenti sont apparemment les plus nombreuses. Généralement prises à l’initiative du jeune insatisfait des conditions d’exercice qui lui sont offertes par l’entreprise, ces ruptures de contrat jettent une zone d’ombre sur l’apprentissage contemporain.

6La vie apprentie proprement dite occupe ensuite un certain nombre de développements. L’auteur décrit les tensions entre l’activité formative et l’activité productive, la conciliation difficile des temps de formation et des temps de travail, la faible place pour des temps interstitiels de repos et de loisirs dans des semaines fortement balisées par les allers-retours au centre de formation des apprentis et en entreprise. In fine, l’auteur fait part des destins professionnels des apprentis et présente une partition relativement tranchée : d’un côté, des jeunes de niveau baccalauréat ou infra qui rejoignent les catégories populaires ; de l’autre, des jeunes de niveau supérieur au baccalauréat qui échappent à ce classement. Mais, dans la mesure où l’essentiel des apprentis préparent de « petits » diplômes, on observe que « l’apprentissage a une fonction forte de reproduction des valeurs et des positions d’origine de ceux qu’il forme : des ouvriers et des employés modestes et attachés à l’ordre et à l’ordinaire des choses » (p. 257).

7La conclusion de Gilles Moreau invite à prendre un peu de hauteur. Le bilan de l’apprentissage dressé par le sociologue est tout en nuances. « Bon an mal an » (p. 262), écrit-il, la vie apprentie se déroule sans trop d’anicroches et l’insertion professionnelle est généralement au rendez-vous. Cependant, « la vocation insertionnelle de l’apprentissage prime toujours sur la formation du citoyen et de l’esprit critique : l’apprentissage peine à penser une formation qui ne serait pas productive » (p. 262). En substance, la formation professionnelle initiale n’aurait-elle pas pour mission principale sinon unique la préparation des futurs travailleurs à la discipline productive ?

8Entre autres qualités, l’ouvrage de Gilles Moreau est solidement documenté. Bibliographie exhaustive, études quantitatives et entretiens approfondis donnent du crédit à la thèse principale de l’ouvrage : par-delà l’hétérogénéité des diplômes préparés, la profusion des voies de spécialisation, en dépit du clivage sexué, il existe bien un « monde apprenti ». La démystification à laquelle procède l’auteur est également appréciable. Faisant sienne la perspective sociohistorique, il tord notamment le cou à bon nombre d’idées reçues touchant la généalogie de l’apprentissage contemporain. Enfin, on peut saluer la résistance de Gilles Moreau aux sirènes a-classistes (ou post-classistes). À plusieurs reprises, le sociologue montre combien la lecture des trajectoires apprenties en terme d’origine sociale s’avère fructueuse, car fortement prédictive des succès et des échecs. Ainsi, « l’apprentissage offre aux enfants d’artisans, de commerçants et de chefs d’entreprises ce que l’école garantit aux enfants d’enseignants : une proximité d’habitus qui favorise leur intégration et leur réussite » (p. 125). On pourrait en prendre pour premier indicateur le résultat suivant : analysant les caractéristiques morphologiques d’une cohorte suivie de 1995 à 2000, l’auteur observe que, selon le diplôme préparé, 11 à 17 % des apprentis ont un père artisan ou commerçant. Ces jeunes sont bien « surreprésentés dans la population apprentie » (pp. 123-124). On pourrait ajouter que cette même enquête atteste que 57,5 % des pères d’apprentis, actuellement artisans, commerçants ou chefs d’entreprise, sont eux-mêmes d’anciens apprentis (contre respectivement 36,2 % et 21,9 % pour les pères ouvriers et cadres – moyens et supérieurs – d’apprentis). En définitive, les apprentis issus de familles d’indépendants « ne sont pas que cela [sur-représentés dans la population apprentie] ; ils y sont comme des poissons dans l’eau » (p. 124).

9Gilles Moreau en convient en début de conclusion : « les formateurs des CFA, les maîtres d’apprentissage et les parents des apprentis n’occupent sans doute pas dans cet ouvrage la part qui leur revient » (p. 259). Certes, on ne peut en faire grief à l’auteur, son entrée dans le sujet étant plus circonscrite. Néanmoins, l’ouvrage aurait gagné en perspective si le sociologue s’était livré, ne serait-ce que sur un mode exploratoire, à quelques coups de sonde dans les sphères précitées : les familles (notamment à l’heure des choix d’orientation), les acteurs du CFA (sur l’articulation des pédagogies et les relations aux maîtres d’apprentissage par exemple) et les patrons (pensons notamment aux débats relatifs aux ruptures de contrat d’apprentissage).

10Au final, l’objectif visé par Gilles Moreau est atteint. La description de ce « petit monde de rien du tout » (p. 265), qui concerne à peine plus de 6 % des jeunes de 16 à 25 ans en formation, est déjà en soit passionnante et riche d’enseignements sur cette forme salariée de formation professionnelle initiale que constitue l’apprentissage. Mais ce texte en dit également long sur des phénomènes qui transcendent ce simple exemple de l’apprentissage : les inégalités régionales de formation, le partage sexué des filières, les conditions de la transition professionnelle, etc.

Haut de page

Notes

1 « Lorsque l’on défalque l’effet d’autochtonie de l’insertion des apprentis, les résultats sont très proches de ceux des lycées professionnels. » (p. 100) Il s’agit ici des embauches directes par le maître d’apprentissage au terme du contrat d’apprentissage. Indépendamment même de cet effet d’autochtonie, il apparaît aujourd’hui qu’« au-delà du bac+2, les jeunes ayant opté pour la voie scolaire s’insèrent dans la vie active aussi bien que les apprentis » (J.-J. Arrighi et D. Brochier, « 1995-2003, l’apprentissage aspiré par le haut », Bref CEREQ, n° 217, mars 2005, p. 4).

2 En page 195, Gilles Moreau présente des exemples de résiliation négociée du contrat d’apprentissage. Entre autres, un « maître d’apprentissage [qui] a résilié, avec l’accord de l’apprenti, un contrat en troisième année, le temps pour ce dernier de faire la saison, en contrat d’insertion financé par l’Assedic ». Ou encore, « cette rupture de contrat permettant au maître d’apprentissage de licencier un ouvrier, pour reprendre ensuite l’apprenti en contrat de deux ans ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Frétigné, « Une sociologie de la formation professionnelle initiale : l’apprentissage et les apprentis d’hier et d’aujourd’hui », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 4 | 2005, 237-241.

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Une sociologie de la formation professionnelle initiale : l’apprentissage et les apprentis d’hier et d’aujourd’hui », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 4 | 2005, mis en ligne le 13 juillet 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/1313

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

Université Paris XII Val de Marne, laboratoire, Genre, Travail, Mobilités ? Paris XX.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org