Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles publiques, écoles privées au “Sud“ : usages pluriels, frontières incertaines
I- Occurences théoriques et usages sociopolitiques du public et du privé

Les écoles catholiques et la construction des « identités scolaires » en Côte d’Ivoire

The construction of Catholic schools’ identity in Ivory Coast*
Éric Lanoue
p. 75-91

Résumés

Décréter l’appartenance des écoles catholiques à un secteur d’enseignement, public ou privé, a souvent été un enjeu de lutte pour les appareils d’Église et d’État au temps des indépendances africaines. Cet article présente la construction des “identités scolaires” des écoles catholiques dans la Côte d’Ivoire de l’après indépendance. Il montre comment des déterminants politiques et religieux interviennent dans cette construction, tant du côté des acteurs d’Église que d’État : dès l’indépendance, les écoles catholiques de Côte d’Ivoire présentent l’aspect, original dans l’Ouest africain, d’écoles quasi publiques. À la fin des années quatre-vingt, ce statut spécifique a été remis en cause. Les bailleurs de fonds et l’État ivoirien voulurent que ces écoles deviennent des écoles privées de qualité pour limiter le développement incontrôlé des écoles privées laïques. Mais l’observation des stratégies éducatives des parents apparaît aussi nécessaire pour comprendre comment “l’identité” des écoles chrétiennes se construit en Côte d’Ivoire.

Haut de page

Texte intégral

  • * Traductions supervisées par Yann Lebeau et Steve Brown.
  • 1 Entretien avec Pierre Kipré, Paris, le 8 décembre 2001.
  • 2 Il s'agit de l'Association des cadres catholiques (ACC) et de la Fédération nationale des parents e (...)

1Lors d’un entretien consacré à l’évolution des secteurs d’enseignement confessionnel dans les sociétés ouest-africaines1, Pierre Kipré, ex-ministre de l’Éducation nationale de Côte d’Ivoire (de décembre 1993 à août 1999), déclarait : « eux, les confessionnels, ne se considèrent pas comme des privés ». Il désignait par « confessionnels » les dirigeants des écoles catholiques et protestantes et leur reprochait de ne pas se comporter comme des entrepreneurs privés d’éducation. Nos enquêtes le confirment (Lanoue, 2002) : les écoles chrétiennes, catholiques pour la plupart, n’ont pas rejoint le secteur de l’enseignement privé, malgré les injonctions des hommes politiques ivoiriens et des bailleurs de fonds internationaux. Du côté de l’État, le maintien du système des subventions aux écoles chrétiennes mises en place par Houphouët-Boigny, même largement révisé depuis 1992, le prouve. Du côté de l’Église, les groupes favorables à un mode de financement non-étatique2 n’ont pas obtenu gain de cause auprès des prélats. Cette tendance à la privatisation – contrariée – ne doit pas occulter les nombreux débats relatifs à l’“identité” de ces écoles existant depuis l’indépendance. Comment, à partir de quelles logiques, les différents acteurs intervenant dans le devenir de ces écoles – hommes politiques, religieux, bailleurs de fonds internationaux, mais aussi enseignants et parents d’élèves – perçoivent-ils l’identité des écoles catholiques ? Les catégories de “public” ou de “privé”, habituellement avancées pour qualifier des écoles sur un plan juridique et financier, peuvent-elles suffire à décrire les nuances d’une position singulièrement ambiguë et évolutive des écoles catholiques au sein de l’espace éducatif ivoirien ? Qui a intérêt à fixer les critères d’appartenance de ces écoles au secteur public ou privé de l’enseignement ? N’y a-t-il pas lieu d’aller au-delà de ces intérêts et de ces critères pour comprendre l’évolution – entre politiques et stratégies scolaires – de la situation des écoles catholiques depuis l’indépendance en Afrique de l’Ouest francophone ?

2Pour avancer des éléments de réponse à ces questions, nous retracerons l’évolution des relations entre l’État et l’Église dans le domaine scolaire ivoirien depuis 1960. Cependant, le politique et le religieux n’apparaissent pas comme les seuls déterminants à l’œuvre dans la construction des “identités” de ces écoles : les stratégies éducatives parentales, ici observées, montreront la diversité des atouts invoqués pour justifier l’inscription d’enfants à l’école catholique.

Les politiques scolaires de l’État et de l’Église entre 1960 et 1989

Héritage missionnaire et “rattrapage scolaire” (1960-1974)

3Au moment des indépendances, des enjeux d’ordre politique et scolaire rendaient sensible le devenir des écoles chrétiennes. La pression d’accroître les capacités de scolarisation était forte ; les États entendaient répondre aux politiques d’éducation restrictives de la période coloniale. On pourrait sommairement distinguer deux attitudes inverses des États africains à l’égard de l’héritage scolaire missionnaire : la reconduction des écoles chrétiennes ou leur nationalisation. Mais ces attitudes n’épuisent pas la totalité des cas de figure. Des nationalisations ont pu affecter en totalité ou en partie des réseaux scolaires chrétiens ; dans les cas de leur reconduction, la question des modalités de prise en charge s’est posée en des termes variables, tant du côté des Églises que des États.

  • 3 Des raisons idéologiques et financières ont poussé certains régimes politiques africains à national (...)

4Ainsi, en Côte d’Ivoire, contrairement à la situation vécue dans d’autres pays, les écoles chrétiennes, principalement catholiques, firent l’objet d’une prise en charge spécifique et non d’une “nationalisation”3. Dès 1960, le chef de l’État Houphouët-Boigny les annexa au système d’enseignement public. Il subventionna le salaire des enseignants de ces écoles mais interdit à ses responsables de recruter des élèves sur des critères spécifiques aux écoles catholiques, que ces critères fussent d’ordre scolaire ou confessionnel. Si le premier président ivoirien enleva aux écoles catholiques l’autonomie de recrutement dont elles jouissaient à l’époque coloniale, ce ne fut pas pour rompre avec le colonialisme au nom d’une “authenticité africaine”. Jamais Houphouët-Boigny et ses proches n’associèrent les orientations de la politique éducative des missions à celles, volontairement restreintes, du régime colonial.

5Quelle attitude l’Église catholique adopta-t-elle face à cette entreprise d’intégration scolaire ? Les prises de position varièrent au fur et à mesure de l’évolution d’un rapport de force ecclésial : plus le haut-clergé “s’ivoirisa”, moins les missionnaires européens eurent la possibilité de concrétiser leur projet de cession des écoles catholiques à l’État. Deux motifs, fort différents, expliquaient leur décision de remettre l’ensemble des écoles primaires et secondaires à la disposition du ministère de l’Éducation nationale : les uns concevaient l’école comme le vecteur passé de l’évangélisation, tandis que les autres croulaient sous le poids de l’endettement financier et vivaient mal les revendications salariales des enseignants. Les uns et les autres virent en l’attitude d’Houphouët-Boigny vis-à-vis des écoles catholiques un cadeau empoisonné pour l’Église ; à l’inverse, les évêques ivoiriens étaient attachés à ces écoles auxquelles ils devaient leur instruction et une position au sein de l’institution ecclésiale. La voix unanime des prélats ivoiriens l’emporta sur celle, contestataire, des missionnaires européens.

6L’intégration des écoles catholiques posa davantage de problèmes à l’Église de Côte d’Ivoire qu’à l’État. Mais reconduire l’héritage scolaire missionnaire ne signifiait pas, du moins dans l’esprit de la politique houphouëtienne, le laisser se développer en toute liberté ; au contraire, le président ivoirien réduisit sa marge d’autonomie. Il fit peser sur l’enseignement catholique les contraintes d’une “nationalisation à l’envers” ; en d’autres termes, il le fit entrer au sein du régime scolaire national au point de lui ôter toute marge de manœuvre sur le plan financier et pédagogique. Les évêques consentirent à cette politique avant d’engager au début des années soixante-dix un processus de contractualisation devant modérer ses effets et permettre de régler les litiges dus aux retards de subventions.

Pacte pluri-confessionnel et absence de préférence religieuse

7Les écoles chrétiennes, donc, firent l’objet d’une forte intégration dans le système d’enseignement national. Mais cette reconnaissance n’était pas la marque d’une préférence pour les écoles catholiques, au détriment des autres écoles confessionnelles, musulmanes par exemple.

8Répondre par l’affirmative reviendrait à mal apprécier la politique religieuse d’Houphouët-Boigny. Dès 1960, l’État ivoirien inscrivit la laïcité au titre d’un des principes fondamentaux de sa nouvelle Constitution. Pour des raisons de politique extérieure, Houphouët-Boigny rejetait toute revendication favorable à l’expression d’une “authenticité” ou d’une “personnalité” africaine. Sans discrimination culturelle ou religieuse, la Côte d’Ivoire s’ouvrit aux richesses extérieures : le pays continuait, sous le régime d’Houphouët-Boigny, d’être une terre d’accueil pour des étrangers, africains et occidentaux, venus avec leurs religions. Imams, “marabouts”, pasteurs, prophètes ou missionnaires catholiques, les religieux de Côte d’Ivoire vaquèrent au commerce des âmes au point de devenir des figures de l’houphouëtisme, cette doctrine imaginée où chacun trouvait sa place à condition d’adhérer aux objectifs politiques du “Père de la Nation”. Tous les cultes profitèrent des redistributions présidentielles, comme le montre la quête nationale effectuée sur l’ensemble du territoire ivoirien pendant l’année 1964.

Quête nationale en faveur de la construction des édifices de cultes : encouragement laïc à la visibilité religieuse (1964-66)

  • 4 Parti démocratique de Côte d'Ivoire, à cette époque le seul parti autorisé dans le pays. Le PDCI a (...)
  • 5 Archives du ministère français des Affaires Étrangères, série « Questions culturelles et religieuse (...)
  • 6 Les croyances du chef de l'État étaient plurielles, ses adhésions multiples ; il ne concevait pas q (...)
  • 7 Ministre de l'Éducation nationale entre 1958 et 1960, Ernest Boka fut accusé de complot contre le c (...)
  • 8 Dans l'entourage de Mgr Yago, des prêtres européens servirent d'agents de liaison entre les famille (...)

9En 1964, deux personnalités du régime d’Houphouët-Boigny, le ministre d’État Augustin Denise, doyen du PDCI4, et le Président de l’Assemblée nationale, Philippe Yacé, lancèrent une campagne gouvernementale en faveur de la construction d’édifices de culte. Selon les directives présidentielles, ils sillonnèrent l’intérieur du pays et invitèrent les populations rencontrées à « suivre leur propre exemple »5, à donner l’argent nécessaire à la construction d’une cathédrale, d’un temple et d’une mosquée à Abidjan. Les détails de cette politique nationale envers chaque grand culte ne sont pas tous connus6 ; elle spécifie les relations politico-religieuses, plus larges, plus conflictuelles aussi. On sait en effet, par exemple, que Mgr Yago, l’archevêque d’Abidjan, critiqua ouvertement la thèse du suicide d’Ernest Boka7 avec qui il était lié et manqua à ce titre d’être expulsé du territoire national (Diarra, 1997) ; il avait décidé d’enterrer la dépouille du “suicidé” selon le rite catholique. Des tractations eurent lieu entre Houphouët-Boigny et le prélat ivoirien à propos de l’argent collecté lors de la quête nationale, au moment des “complots”8. Quelles que soient les épreuves de force auxquelles cette quête donna lieu, elle témoigne d’une volonté d’incorporation des cultes religieux comme modalité de l’action politique (Bayart, 1989 : 236-240).

10C’est dans le cadre d’un pacte pluriconfessionnel que les écoles chrétiennes trouvèrent une place de choix parmi le système éducatif de la nation ivoirienne, tandis que les écoles musulmanes restèrent rattachées au ministère de l’Intérieur. Cette différence de traitement scolaire n’a pas à être prise dans le sens d’une préférence religieuse : la politique d’intégration scolaire entra de plain-pied dans le cadre des alliances politico-religieuses. Ce n’est qu’à la fin du régime houphouëtien que des tensions apparurent entre catholiques et musulmans au sein d’un violent combat politique. Les relations politico-religieuses connurent ainsi un virage décisif sous l’ère du Président Bédié, élu en 1995 à la suite d’élections gagnées d’avance, déroulées sur fond de vifs conflits “ethniques” (Politique africaine, 2000).

Modernisme conservateur des missionnaires catholiques : l’élite et la masse

  • 9 Entretien avec Régis Peillon, Lyon, le 5 avril 2000.

11Revenons aux politiques scolaires des missionnaires des années soixante. En 1962, une délégation de l’enseignement catholique ivoirien, composée de missionnaires européens, fit part de ses inquiétudes à Houphouët-Boigny au sujet de la récente orientation prise en faveur de la scolarisation universelle. D’après un missionnaire français à l’époque directeur des écoles catholiques en Côte d’Ivoire9, la délégation lui proposa l’option d’une « scolarisation de masse » jusqu’au niveau CE2, environ « 50 000 à 60 000 » élèves ; ensuite, selon les prévisions des missionnaires, la sélection des « meilleurs » en sixième, « pour en faire des cadres », permettrait la formation des élites nécessaires au pays. Cette proposition allait à l’encontre d’une volonté politique d’extension et de généralisation de la scolarisation. Les arguments des missionnaires – l’école vide les campagnes, forme des chômeurs intellectuels « un peu embêtants et revendicatifs » – n’entamèrent en rien la détermination du chef de l’État : la décolonisation s’effectuerait en desserrant l’étau scolaire. Houphouët-Boigny refusa cette proposition de pyramide scolaire sélective au motif d’une éducation au rabais ; il opposa et imposa aux missionnaires son souhait d’une scolarisation « comme en France », hanté, à l’instar de nombreux Africains, par la crainte d’une désaffiliation des systèmes scolaires africains vis-à-vis des systèmes scolaires européens : « même diplôme, même salaire » avait été l’un des leitmotiv de la lutte anti-colonialiste, notamment en ex-AOF (Guth, 1990).

12Cet épisode des échanges entre l’État ivoirien et la mission catholique n’est pas propre à la Côte d’Ivoire. Ainsi, en Haute-Volta, le directeur des écoles catholiques, un missionnaire, eut-il lui aussi maille à partir avec un personnage public, Joseph Ki-Zerbo, alors directeur de l’enseignement public, qui refusait, comme le président ivoirien, toute pyramide scolaire sélective. Les politiques scolaires définies par les dirigeants africains illustraient leur souhait d’un enseignement long, en droit accessible à tous, contre tout projet d’un enseignement court, réservé à la masse, à la fois élémentaire et adapté (“lire, écrire, compter, un peu d’hygiène et d’agriculture”). La revendication d’une égalité scolaire ne s’éteignit pas avec la fin des régimes coloniaux ; elle légitimait une aspiration post-coloniale contre la discrimination engendrée par la coexistence de deux filières d’enseignement, l’une courte, l’autre longue. La délégation des missionnaires exprimait aussi la crainte de voir l’enseignement catholique absorbé au sein d’une politique scolaire élargie. Houphouët-Boigny signifia aux missionnaires que cet ordre d’enseignement devait prendre place au sein de la nouvelle politique scolaire et non pas en dehors : sa quasi-nationalisation appuya le dessein étatique de “rattrapage scolaire”. L’État confia deux missions aux écoles catholiques : accueillir le trop plein d’élèves de l’enseignement public et en faire le tri selon des critères extrêmement sélectifs.

13La participation des écoles chrétiennes à la politique de “rattrapage scolaire” ne s’est pas accompagnée, du côté des Églises, d’une extension de ses réseaux scolaires ; au contraire, les écoles chrétiennes, pionnières de la scolarisation en zone rurale, fermèrent et furent remplacées par des écoles publiques. En ville, elles étaient de plus en plus concurrencées par les écoles privées laïques.

Un défi pour les catholiques : l’essor des écoles privées laïques

14Signée le 24 février 1974, la première convention scolaire entre les Églises et l’État marqua le point culminant d’un ancrage des écoles chrétiennes au sein du système éducatif national, public. Mais, tout en rapprochant au maximum ces écoles de l’administration publique, ce texte à valeur juridique opérait de facto une double séparation des écoles catholiques et protestantes : d’abord, vis-à-vis de l’enseignement public, ensuite vis-à-vis de l’enseignement privé.

  • 10 En 1962 et 1966, des revalorisations du salaire des maîtres de l'enseignement privé catholique fure (...)

15Au sein du système éducatif ivoirien, l’enseignement catholique et l’enseignement protestant bénéficiaient d’un statut séparé même si, de fait, ils apparaissent comme deux sous-systèmes de l’enseignement public. La Convention de 1974 ouvrit une nouvelle ère, succédant à celle des décrets pris à partir de 1961, notamment en 1962 et 196610. Deux parties contractaient au lieu que l’une, l’État, ne décrète. Il faut néanmoins relativiser la coupure entre cette période des décrets et celle de la Convention : les décrets ne contrecarraient pas les intérêts de l’enseignement catholique, ce dernier étant souvent à leur origine. Au niveau de l’enseignement secondaire, le choix entre deux possibilités fut laissé aux congrégations européennes : soit poursuivre leurs activités « sous le régime des subventions », soit passer un « contrat d’association avec l’enseignement public » (Convention liant l’enseignement confessionnel à l’État, 1974). Toutes les congrégations choisirent le régime des subventions. De nombreuses dispositions financières accompagnaient le choix de ce régime ; elles marquent ainsi autant de traits d’une époque où l’État ivoirien subvenait largement aux besoins de l’enseignement confessionnel. Subventionné par l’État, l’enseignement catholique gardait une autonomie de recrutement et de révocation des maîtres. De plus, à condition de respecter les programmes officiels, un temps d’ « information religieuse » (idem., art. 5, Titre 2) était prévu, intégré à l’emploi du temps ordinaire.

16La Convention de 1974 protégeait l’enseignement catholique d’une assimilation jugée préjudiciable à ses objectifs : il était crucial pour cet ordre d’enseignement de ne pas apparaître aux yeux de l’État et des populations comme un ordre d’enseignement « à but lucratif » (idem.). La Convention officialisa cette seconde séparation devant l’État. Ce dernier reconnaissait ainsi les atouts de l’enseignement catholique face à l’enseignement privé laïc, notamment ses nombreux internats. Il en résultait, à la clé, une attribution massive d’allocations aux élèves internes des écoles catholiques du fait de leur nombre. En 1975-76, la majorité des 18 297 élèves internes étudiait dans des établissements publics (81,83 %) ; les écoles catholiques recevaient la part la plus conséquente d’internes (86,68 %) par rapport aux autres écoles, devant les écoles protestantes (12,09 %) et les écoles privées laïques (1,23 %).

  • 11 En 1982-83, après la signature du premier protocole d'accord entre l'État et l'enseignement laïc (3 (...)

17Censé garantir à l’enseignement confessionnel un volume régulier et croissant de subventions, l’édifice contractuel de 1974 craqua sous la pression de l’augmentation du nombre d’établissements privés laïcs. Un nombre conséquent de ces établissements reçut alors, de manière officielle ou officieuse, un volume de subventions supérieur à celui qui était alors dévolu aux établissements confessionnels. Le nombre d’écoles chrétiennes demeura stable tandis que les écoles privées laïques ne cessèrent de croître11. Cette tendance à la réorientation des subventions publiques, de l’enseignement confessionnel vers l’enseignement privé laïc, s’amplifia : en 1995-96, cent quatre des cent onze établissements privés de la ville d’Abidjan étaient des structures laïques.

Écoles d’utilité publique ou entreprises privées d’éducation : le dilemme des années quatre-vingt-dix

18Les promoteurs des écoles privées laïques plaçaient les ministres et le chef de l’État dans une position délicate vis-à-vis des prélats et des pasteurs : leurs tractations financières leur assuraient un approvisionnement régulier jugé préjudiciable aux écoles catholiques, surtout quand la récession économique se mit à grever les budgets publics. La distinction entre les écoles chrétiennes et les écoles publiques, auparavant quasi-inexistante, se renforça ; en 1989, l’État dénonça de fait la Convention de 1974 : il affaiblit les ordres d’enseignement chrétiens de façon à ce qu’ils prennent conscience de leur fragilité et de leur possible basculement vers le secteur de l’enseignement privé. Ainsi les écoles chrétiennes passèrent-elles d’un statut d’œuvre sociale, reconnue d’utilité publique, à un statut d’entreprise privée d’éducation.

19Ce basculement provoqua une mise en crise d’un statut acquis et l’abandon d’un rôle précédemment joué. L’essor des écoles privées laïques avait préparé ce basculement, le désinvestissement financier de l’État le consacra. À la stupéfaction des prélats catholiques, le Premier ministre Alassane Ouattara toucha au nerf des relations entre l’État et les Églises : en 1992, il imposa en effet sous la contrainte des bailleurs de fonds un nouveau système de subventions aux écoles chrétiennes, non plus comptabilisées à partir des salaires des enseignants mais selon une somme forfaitaire allouée au nombre d’élèves placés par ses soins dans les écoles chrétiennes. D’un côté, l’État continuait ainsi d’envoyer des élèves vers les écoles confessionnelles, de l’autre il effectuait ces affectations à moindre coût, bloquant les salaires des enseignants. Certaines écoles confessionnelles n’attendirent plus l’aide promise : elles “privatisèrent” leur recrutement d’élèves tandis que d’autres continuaient de recevoir les élèves affectés par l’État et faisaient face aux conflits syndicaux suscités par le déclassement du métier d’enseignant.

Vision d’État : du pragmatisme à l’excellence scolaire

20L’État ivoirien n’a jamais cessé de soutenir financièrement les écoles chrétiennes, même s’il a radicalement changé les modalités de ce soutien depuis 1992. De son point de vue, les écoles chrétiennes servent à écouler des flux scolaires non absorbés par les écoles publiques vers des structures scolaires qu’il estime de qualité. Mais cette politique s’avéra coûteuse et l’arrêt d’une subvention destinée à couvrir la masse salariale des écoles chrétiennes ne lui permit pas de réaliser les économies escomptées : autrement dit, le système de subvention par tête d’élève ne représentait pas une solution aux problèmes financiers. L’État ivoirien sembla incapable d’honorer ses engagements vis-à-vis des écoles chrétiennes.

21Le système de subvention tendait à dissoudre la spécificité des écoles chrétiennes ; l’État mit sur le même pied d’égalité les investissements scolaires des Églises et ceux des entrepreneurs privés d’éducation. Cette uniformisation s’effectua au nom d’un critère nouveau, imposé par les bailleurs de fonds : la rentabilité scolaire. Du côté des écoles catholiques, l’incitation à s’ajuster à ce critère resta lettre morte, leurs performances étant déjà conformes à la campagne menée en faveur de l’excellence scolaire lancée sous le ministère Kipré. Les responsables des écoles chrétiennes adhérèrent peu à cette campagne. Ainsi, la tentative de ressusciter une valeur scolaire issue d’un glorieux passé missionnaire ne rencontra pas d’échos favorables chez les catholiques ni chez les protestants, alors même que ces groupes religieux contribuaient à sa diffusion et à sa conservation.

Vision d’Église : une croyance indéfectible en l’État ?

22Du point de vue des Églises chrétiennes, le constat d’un retrait relatif de l’État a suscité des attitudes contraires. Les prélats catholiques optèrent officiellement pour un maintien de l’aide étatique, mais des chefs d’établissement congréganistes privatisèrent leur recrutement : ils gagnaient plus à recruter des élèves “payants” qu’à s’en tenir au montant de l’allocation versée par l’État. L’attachement des prélats à l’État semble provenir d’un héritage du passé, d’un passé où justement l’État était encore en mesure de financer l’enseignement confessionnel. On peut aussi penser que, faute d’une aide financière internationale suffisante, les prélats ont plus à perdre qu’à gagner à apparaître comme des entrepreneurs mercantiles.

23Les pasteurs des enseignements protestants ont, eux, davantage cherché une forme d’indépendance financière : contrairement aux prélats catholiques, ils ont eu recours aux ressources des coopérations multilatérales pour ne pas subir les aléas du versement des subventions publiques. Mais, parmi le groupe des “confessionnels” et, dernièrement, parmi le groupe des “privés”, ils exercent aussi le leadership de la revendication financière auprès de l’État, ce qui montre les limites de leurs efforts à capter des ressources financières extérieures, de même qu’une forme d’attachement au soutien de l’État ivoirien.

Religion et éducation : les atouts des écoles catholiques

  • 12 Littéralement “village dioula” en langue Dioula.

24À Gagnoa (centre-ouest), Mawa, Alimata et Kadjatou habitaient, en 2000, le quartier Dioulabougou12. Nées en Côte d’Ivoire de parents migrants, originaires du Mali et du Burkina Faso, elles ont acquis la nationalité ivoirienne. Mariées, leur époux travaille souvent loin du foyer ; commerçantes, elles restent à Gagnoa ou dans les proches alentours et ont en charge le suivi de la scolarisation de leurs enfants ; ces derniers fréquentent l’école coranique, soit avant “l’âge scolaire” soit pendant les vacances. L’essentiel, disent-elles, est de prier et de lire les sourates, mais l’école (publique ou catholique) « n’empêche » pas l’autre école, l’école coranique. Au-delà des différences religieuses, minimisées quand il s’agit de considérer l’école catholique (« tout le monde prie le même Dieu »), l’enfant scolarisé, fille ou garçon, peut avoir « la chance » de réussir et, ainsi, garantir non seulement son propre avenir mais aussi celui du groupe familial : toutes les trois attendent un retour de l’investissement scolaire.

Kadjatou : « une école assurée »

  • 13 Entretien avec Kadjatou Limanga, Gagnoa, le 4 mars 2000.
  • 14 Collège catholique de filles.
  • 15 Certificat de fin d'études primaires.
  • 16 Au moment de l'entretien, le mari de Kadjatou était absent depuis un mois.

25Kadjatou13 dit « avoir fréquenté un peu » l’école publique jusqu’en CM2, à l’inverse de sa sœur aînée qui a « fait l’Enfant Jésus »14 et qui est devenue proviseur d’ un établissement secondaire public. Kadjatou n’a pas continué ses études, malgré son CEPE15. Elle avance deux raisons, l’une scolaire : « je n’ai pas eu ma bourse », l’autre familiale : « le vieux même était décédé, mais son petit frère était là, il m’a dit de quitter [l’école] pour me marier ». Son mari, chauffeur, est rarement à la maison. C’est à Kadjatou qu’il incombe de suivre, en son absence16, l’éducation des sept enfants, tous scolarisés (cinq garçons et deux filles). Quand son mari a commencé à travailler, « net, je les ai enlevés [de l’école publique] et puis je les ai mis à la mission catholique », dit-elle. Son mari prend tous les frais de scolarité à sa charge. Kadjatou a fait le choix d’une mise à l’école catholique qu’elle nomme « l’école de la mission » ou encore « l’école des prêtres » : « une école [d’]où tout le monde peut partir [s’élever socialement], [et où] il y a beaucoup de musulmans (…), c’est une école assurée ».

26Plusieurs déterminants entrent en ligne de compte dans ce placement et le motivent de façon négative ou positive. L’école publique où Kadjatou vend au quotidien des boissons et de la nourriture ne lui plaît pas ; d’abord, cette école est « sans toit », ensuite elle voit « des élèves assis derrière. Le maître ne s’occupe pas d’eux ». Ce ne sont pas là les seules justifications : Kadjatou souhaiterait voir ses garçons exercer un métier différent de celui, « très dur », de son mari, à condition de gagner sa vie et de « prendre les vieux ». D’autres motivations, plus souterraines, soutiennent ce placement à l’école catholique : l’autre femme de son mari, aujourd’hui « partie », y avait scolarisé un de ses enfants.

Alimata : « mon mari a un peu les moyens, il a mis le paquet »

  • 17 Entretien avec Alimata Ouangalé, Gagnoa, le 4 mars 2000.

27Alimata17 a, elle, fait l’école catholique à N’Douci (un carrefour important sur l’axe Gagnoa-Abidjan) jusqu’en CM2. Ses parents sont burkinabé mais, comme tous ses frères et sœurs, elle est née en Côte d’Ivoire. Son père mourut quand elle avait deux ans ; sa sœur aînée, mariée à un grand musulman (« mon beau-frère, il a fait La Mecque cinq fois »), l’éduque et lui paie la scolarité à l’école catholique. La même raison de cette scolarisation à l’école primaire catholique revient, déjà invoquée par Kadjatou (« c’est le même bon dieu »), tandis qu’une autre raison de ce choix est liée à l’attitude des maîtres (« ils ont de la disponibilité »). Sa rencontre avec l’institutrice de l’école Saint Georges a été déterminante dans le placement des deux derniers enfants au CP1, puisque ses deux autres filles avaient été scolarisées à l’école publique avant cette rencontre (au moment de l’enquête, l’aînée de Kadjatou passait le baccalauréat et son autre fille suivait une formation de couture).

28Comme le dit Alimata, son mari qui « a un peu les moyens [il dirige une entreprise de transport], a mis le paquet » sur l’éducation de ses enfants et souhaite qu’ils fassent des études « très prolongées ». Savoir parler le français, condition qu’elle juge nécessaire dans sa vie professionnelle, ne suffit pas : « nous, on sait parler le français mais on ne sait rien faire si ce n’est notre petit commerce » ; un « petit » commerce quand même pratiqué à l’échelle de deux pays (elle fait venir des tissus du Mali, les fait teindre à Bouaké et les coud pour les vendre au marché de Gagnoa).

29Alimata saisit bien les différences entre les écoles catholiques : à l’école congréganiste, située à l’autre bout de la ville, il y a un jardin et un car qui transporte les élèves (fait unique dans toute la ville) ; à l’inverse, le quartier où elle vit, Dioulabougou, est « risqué », peu aménagé. Comme Kadjatou, Alimata emploie des maîtres pour ses enfants ; mais, contrairement à elle, elle connaît davantage l’institution scolaire catholique et a déjà rencontré le directeur diocésain de l’enseignement catholique, notamment à propos de la question du transport des enfants.

Mawa : « toujours Saint Georges »

  • 18 Entretien avec Mawa Cissé, Gagnoa, le 4 mars 2000.
  • 19 100 FCFA = 0,15 euros.
  • 20 Mawa dit gagner entre 10 et 20 000 FCFA par semaine, surtout en période de traite du cacao.

30À la différence de Kadjatou et d’Alimata, Mawa18 n’a jamais été à l’école « officielle » ; elle a suivi l’école coranique. Mawa maîtrise moins bien la langue française, mais cela ne l’a guère dérangée pour faire prospérer son commerce de poissons (elle vend du poisson frais en brousse et travaille avec un Libanais qui lui loue sa chambre froide). Le mari de Mawa travaille dans les transports, mais elle dit qu’« aujourd’hui, ça marche moins bien ». En tout, six enfants sont à la maison : trois enfants confiés non scolarisés (l’un va à l’école coranique, les deux autres, des filles, s’occupent de la maison) et trois enfants, deux filles et un garçon, scolarisés à Saint Georges, ce qui représente une dépense annuelle de 66 000 FCFA19, fournitures scolaires et livres non compris. Mawa dit prendre en charge cette dépense20, son mari touchant des revenus moindres. Les autres enfants de son mari (il a trois femmes) ont été scolarisés à Saint Georges : c’est devenu une habitude, dit Mawa, « toujours Saint Georges ». Le premier fils de son mari a été au collège Saint Jean après l’obtention du CEPE à l’école Saint Georges ; à cette époque, le père avait payé sa scolarité et, une fois titulaire du BEPC, ce fils a migré en France. Si une fille ne réussit pas, dit-elle, elle l’initiera au commerce ; si, autre cas, son garçon réussit et en manifeste le souhait, elle fera le maximum pour l’envoyer en Europe, toujours dans l’espoir d’un retour de l’investissement scolaire.

Ignace : « je ne maîtrise pas ce que coûtent les scolarités à l’Enfant Jésus, c’est cent… c’est énorme, et à Saint Jean c’est pareil »

31Dans la même ville, mais à partir d’une toute autre position sociale, Ignace livre son point de vue sur les collèges catholiques.

  • 21 Entretien avec Ignace Kouamé, Gagnoa, le 28 mars 2000.

32Ignace Kouamé, ivoirien, comptable à la Sodéfor (Société des eaux et forêts), s’est installé à Gagnoa en 199521, une fois ses études de comptabilité générale achevées à l’Université d’Abidjan (en 1992) et un stage d’embauche effectué à Bouaké (en 1994) : « l’insertion sur le marché du travail n’étant pas automatique, j’ai traîné deux ans ». Ignace a chez lui ses trois enfants, un fils en sixième et une fille au CP1, une fille en bas âge plus sa nièce dont il s’occupe « à 100 % » depuis la classe de CM1. Sa villa n’a rien de très luxueux. Il vit avec sa femme qui sait juste lire et écrire ; autant dire que, contrairement à ce qui a été observé plus haut, les stratégies de scolarisation des trois enfants passent exclusivement par lui : « ma femme s’occupe de l’éducation morale des enfants et de leur encadrement à la maison ».

33Le fils d’Ignace a d’abord connu l’école catholique à la mission de Vavoua avant d’aller à l’école publique à Yamoussoukro : il a sauté la classe de CM1 et a obtenu 123 points au concours d’entrée en sixième, un score qui le classait parmi les meilleurs lauréats de Côte d’Ivoire. La nièce d’Ignace, scolarisée à Vavoua également, travaille aussi de façon très convenable. Au moment de leur orientation en sixième, le fils et la nièce ne rencontrèrent pas de difficultés pour être affectés dans les deux collèges catholiques (de 1er cycle) de la ville de Gagnoa : Antoine, le fils d’Ignace, entra à Saint Jean et Emma à l’Enfant Jésus. Dans les formulaires d’affectation, Ignace avait émis un seul choix mais répété trois fois. Les deux établissements sont placés sous une tutelle congréganiste.

34L’État permet à Ignace de scolariser ses enfants dans l’enseignement catholique et lui épargne des dépenses qu’il avoue ne pas évaluer tant elles dépassent le budget familial : « je ne maîtrise pas ce que coûtent les scolarités à l’Enfant Jésus, c’est cent… c’est énorme, et à Saint Jean c’est pareil ». Il lui reste suffisamment d’argent pour déposer une caution assurant à Antoine et Emma un prêt de manuels et payer leurs repas à la cantine, deux prestations appréciées, inexistantes ailleurs.

35Ignace ne motive pas son recours aux écoles privées catholiques par des arguments religieux ; il invoque comme motif prioritaire le suivi du programme officiel sans retard ni élagage : « les écoles publiques n’ont pas encore fini le 2e trimestre, alors que les écoles catholiques ont déjà entamé le 3e trimestre. En mai ou juin, ils auront déjà bouclé le programme alors que dans les établissements publics ils entameront le programme du 3e trimestre en juin ». Ignace raisonne en termes d’efficacité ; pour lui, le redoublement dans un établissement public équivaut à une perte de temps et l’orientation vers un collège public semble vaine, même en cas de réussite au CEPE : « l’enfant ne pourra pas avancer normalement ». Après l’efficacité viennent des motifs liés à l’enseignement religieux, mais Ignace considère surtout la religion sous la forme d’une morale propice à encadrer le travail de ses enfants.

36Mais cette protection ne dure qu’un temps. Faute de structures scolaires relayées par une université catholique, l’école secondaire catholique n’octroie qu’un sursis : « l’élève du catholique part avec une éducation propre mais, quand il finit le second cycle, il tombe dans le domaine de l’État ; il aurait été intéressant que les établissements confessionnels assurent des études de A à Z ». Catégorique, Ignace exprime un refus de l’école publique, surtout de l’université publique sur laquelle il a fait « une croix » : il reste « les grandes écoles et le privé, mais ma position est claire : mon fils n’ira pas vieillir au public ».

Quelles “identités” actuelles pour les écoles catholiques ?

37L’enquête historique menée à partir du cas ivoirien montre que, jusqu’au temps présent, les politiques scolaires de l’État et de l’Église ont façonné les “identités” des écoles catholiques : on a vu comment, dans ce pays, l’État avait procédé, dès l’indépendance, à une forme d’annexion originale de ces écoles – sorte de “nationalisation à l’envers”. Cette politique présentait l’originalité de rapprocher au maximum les écoles catholiques des écoles publiques ; elle ne suscita pas l’opposition de l’épiscopat ivoirien. Mais, du contexte de l’indépendance à celui de la récession économique, nous nous sommes aussi rendu compte combien les statuts de l’école avaient pu changer : la Convention spécifique de 1974 n’a pas préservé les enseignements chrétiens d’une assimilation aux écoles privées laïques. L’État et les bailleurs de fonds ont cherché à transformer ces écoles quasi publiques en écoles privées de qualité, mais les prélats catholiques n’ont pas suivi les incitations à la privatisation, une privatisation réalisée en pratique par quelques chefs d’établissement moins attachés au soutien étatique (et recrutant eux-mêmes les élèves sur des critères financiers).

38Aujourd’hui, il semble difficile de définir les “identités” des écoles chrétiennes sans mêler les références des temps passés (la geste missionnaire, la politique scolaire menée à l’indépendance, les relations politico-religieuses sous Houphouët-Boigny) aux contraintes du temps présent (l’essor des écoles privées laïques, la récession économique). Pourtant, nous l’avons aussi montré, les appareils politiques et religieux ne fondent pas à eux seuls les “identités” scolaires ; ainsi, l’observation des stratégies éducatives parentales a-t-elle apporté un complément nécessaire à la compréhension de leur construction. Les usages sociaux des écoles catholiques, montrés à partir des exemples choisis (des femmes musulmanes, un comptable), ne sont pas sans lien avec les appréciations des acteurs à leur égard : les écoles chrétiennes, inaccessibles pour la plupart des Ivoiriens et non-Ivoiriens sans le concours financier de l’État, servent de substitut à une école publique jugée défaillante, au nom de leurs qualités reconnues. Elles ne sont pas donc considérées par cette fraction de la population comme des écoles privées.

Haut de page

Bibliographie

Bayart (J.-F.), 1989, L’État en Afrique, Paris, Fayard.

Dasalmand (P.), 1983, Histoire de l’éducation en Côte d’Ivoire, t. I : Des origines à la conférence de Brazzaville & t. II : De la conférence de Brazzaville à nos jours, Paris, Hatier.

Diatta (S.), 1997, Les faux complots d’Houphouët-Boigny, Paris, L’Harmattan.

Guth (S.), 1990, « L’école en Afrique Noire francophone : une appropriation institutionnelle », Revue française de pédagogie, n° 90, janv.-fév.-mars, pp. 71-97.

Lanoue (É.), 2002, Les politiques de l’école catholique en Afrique de l’Ouest. Le cas de la Côte d’Ivoire (1945-2000), Paris, EHESS, thèse de doctorat.

Peillon (R.) & Mondah (C.), 1963, « L’enseignement catholique », Vivante Afrique, n° 227, pp. 48-53.

Politique Africaine, « Côte d’Ivoire. La tentation ethnonationaliste », n° 78, juin 2000.

Proteau (L.), 2002, Passions scolaires en Côte d’Ivoire. École, État et société, Paris, Karthala.

République de Côte d’Ivoire, ministère de l’Éducation nationale, arrêté n° 004 du 25 février 1974.

République de Côte d’Ivoire, ministère de l’Éducation nationale, Recueil des dispositions réglementaires des établissements d’enseignement privé, 21-22 avril 1983.

Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale, n° 8, octobre 1997.

Archives

Mgr Yapi, Quelques questions et réflexions sur l’enseignement catholique, 24 mai 1973, Conseil presbytéral d’Abidjan, Archives Sma, 2J8, sd, Rome.

Direction Nationale de l’Enseignement Catholique, Convention liant l’enseignement confessionnel à l’État, Archives de l’Eglise de Côte d’Ivoire, Abidjan, 1974.

Archives du Ministère Français des Affaires étrangères, Compte rendu de notre ambassade en Côte d’Ivoire pour l’année 1965, série « Questions culturelles et religieuses, enseignement », DAM 1, fiche 22, Paris.

Haut de page

Notes

* Traductions supervisées par Yann Lebeau et Steve Brown.

1 Entretien avec Pierre Kipré, Paris, le 8 décembre 2001.

2 Il s'agit de l'Association des cadres catholiques (ACC) et de la Fédération nationale des parents et étudiants catholiques (FENAPEC).

3 Des raisons idéologiques et financières ont poussé certains régimes politiques africains à nationaliser les écoles catholiques : la Guinée en 1960, le Congo-Brazzaville en 1965, l'ex Haute-Volta en 1969, le Bénin en 1975. On s'en aperçoit, les dates des nationalisations varient d'un pays à l'autre et sont étalées sur les deux décennies suivant les déclarations d'indépendance : une analyse comparée, jamais encore entreprise, montrerait pourquoi les processus de nationalisation identifiés diffèrent sur le plan de leur modalité et de leur étendue ; en effet, ils ont été brutaux (cas du Congo-Brazzaville) ou plus ou moins négociés avec l'Église (cas de l'ex Haute Volta) ; en outre, ils ont concerné soit l'ensemble des écoles catholiques (cas du Bénin), soit les écoles primaires seulement (cas de l'ex Haute Volta).

4 Parti démocratique de Côte d'Ivoire, à cette époque le seul parti autorisé dans le pays. Le PDCI a gouverné la Côte d'Ivoire de l'indépendance jusqu'au coup d'État du général Gueï, le 24 décembre 1999.

5 Archives du ministère français des Affaires Étrangères, série « Questions culturelles et religieuses », enseignement, DAM 1, fiche 22, 1965.

6 Les croyances du chef de l'État étaient plurielles, ses adhésions multiples ; il ne concevait pas que le catholicisme fût la seule cure possible de l'âme ni qu'une religion dût nécessairement en supplanter une autre, au motif de sa prétention à la vérité universelle.

7 Ministre de l'Éducation nationale entre 1958 et 1960, Ernest Boka fut accusé de complot contre le chef de l'État, emprisonné et torturé à mort.

8 Dans l'entourage de Mgr Yago, des prêtres européens servirent d'agents de liaison entre les familles des détenus et l'aumônier de la prison de Yamoussoukro.

9 Entretien avec Régis Peillon, Lyon, le 5 avril 2000.

10 En 1962 et 1966, des revalorisations du salaire des maîtres de l'enseignement privé catholique furent négociées et obtenues auprès du gouvernement ivoirien.

11 En 1982-83, après la signature du premier protocole d'accord entre l'État et l'enseignement laïc (30 juin 1982), la Côte d'Ivoire comptait cent vingt-quatre établissements privés laïcs (quatre-vingt-cinq de plus qu'en 1974-75) et vingt-neuf établissements confessionnels (seulement quatre de plus qu'en 1974-75).

12 Littéralement “village dioula” en langue Dioula.

13 Entretien avec Kadjatou Limanga, Gagnoa, le 4 mars 2000.

14 Collège catholique de filles.

15 Certificat de fin d'études primaires.

16 Au moment de l'entretien, le mari de Kadjatou était absent depuis un mois.

17 Entretien avec Alimata Ouangalé, Gagnoa, le 4 mars 2000.

18 Entretien avec Mawa Cissé, Gagnoa, le 4 mars 2000.

19 100 FCFA = 0,15 euros.

20 Mawa dit gagner entre 10 et 20 000 FCFA par semaine, surtout en période de traite du cacao.

21 Entretien avec Ignace Kouamé, Gagnoa, le 28 mars 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Lanoue, « Les écoles catholiques et la construction des « identités scolaires » en Côte d’Ivoire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 3 | 2004, 75-91.

Référence électronique

Éric Lanoue, « Les écoles catholiques et la construction des « identités scolaires » en Côte d’Ivoire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 3 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cres.revues.org/1376

Haut de page

Auteur

Éric Lanoue

Sociologue, chercheur associé au CEAN/CNRS, Bordeaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org