Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus de lecture

La reconfiguration des acteurs sociaux en Afrique et la thèse de la déliquescence de l’État

Nathalie Bonini
p. 249-253
Référence(s) :

À propos d’un ouvrage de : Lebeau Yann, Niane Boubacar, Piriou Agnès, De Saint Martin Monique (dir.), États et acteurs émergents en Afrique, Paris, Karthala-Ifra, 2003, 351 p.

Texte intégral

1On a beaucoup écrit – depuis les années d’ajustement structurel en particulier – sur la déliquescence des États africains. Mais n’a-t-on pas été, pour mieux critiquer le discours libéral qui s’en félicitait, un peu trop rapide dans le diagnostic ? Certes, les États ont connu d’indéniables transformations et une perte de leur pouvoir et de leur légitimité, eux qui représentaient l’unique point de référence durant la période de construction nationale. Mais « aux modifications des prérogatives de l’État ont correspondu l’émergence de nouveaux acteurs et une redistribution des pouvoirs à la fois dans le champ étatique et dans les relations de l’État à la société civile » (Lebeau, p. 26). C’est ce qu’analyse un ouvrage collectif où les auteurs « portent un regard distancié sur les termes de la redistribution des pouvoirs qui s’est opérée au sein de l’État en Afrique » (p. 26) et tentent d’approfondir et/ou de dépasser les analyses en termes de césure entre espace étatique et espace sociétal en dévoilant les stratégies d’infiltration et d’ingérence d’acteurs de la “société civile”, notamment d’élites émergentes, dans les services publics. Comme le souligne J. Copans qui introduit l’ouvrage, « Deux phénomènes se dégagent des contributions : la diversité des acteurs émergents, qu’exprime pour partie la mobilité des élites, qu’elles proviennent du haut de la société ou des catégories plus populaires, d’une part, et la dialectique subtile entre les facteurs internes et externes des recompositions, reconfigurations et contournements de l’État d’autre part » (p. 13). Qu’il s’agisse d’ONG, d’associations économiques nationales ou internationales, d’intellectuels (vivant sur le territoire ou en diaspora) de partis politiques récemment légalisés, de syndicats ou de divers protagonistes issus de la société civile, les acteurs présentés dans ce recueil comme émergents occupent de diverses façons des espaces laissés libres par des États affaiblis dans leurs prérogatives économiques et sociales mais qui ne sont pas absents pour autant. Après avoir soulevé le décalage existant entre la rapidité des bouleversements sociaux dans les États africains et la vision qu’il décrit comme relativement homogène et surtout datée que nous fournissent généralement les travaux en sciences sociales, J. Copans évoque les « nouveaux visages de l’État des années 1990 » et particulièrement de la seconde moitié des années quatre-vingt-quinze où les transformations qu’ont connues les États africains se sont accélérées et ont touché des secteurs de plus en plus diversifiés. Des recherches nouvelles se sont alors développées sur l’État, révélant l’inadéquation de la notion de crise pour décrire ces processus. Elles ont ouvert de nouvelles perspectives, représentées dans ce recueil.

2Si le désengagement de l’État est partout souligné, les auteurs n’en font pas nécessairement une manifestation de sa déliquescence, comme le veut le discours dominant sur l’État en Afrique. La perspective théorique exprimée par A. Kouvouama dans son article sur la modernité politique au Congo-Brazzaville semble relativement partagée par les autres auteurs : « Tout en se démarquant de la déliquescence de l’État en Afrique qui ne rend pas suffisamment compte des transformations internes dues à la poussée des forces endogènes et des greffes exogènes, on inclinerait davantage pour celle de son inachèvement dont le processus s’accompagne d’une reconfiguration de l’État en Afrique dans un contexte national et international très mouvementé, fait de contraintes et d’opportunités » (p. 32). La plupart des articles mettent en évidence des logiques de contournement ou d’autonomisation de l’État en même temps que des tentatives d’infiltration par des nouveaux acteurs. De même dévoilent-ils deux processus concomitants d’institutionnalisation progressive de l’informel (par exemple le rôle grandissant des agents d’affaire et des ONG au Sénégal) et d’informalisation d’activités institutionnalisées (comme en témoigne l’exemple de la recherche au Nigéria).

3L’avant-propos de cet ouvrage nous renseigne sur sa genèse, fruit d’un colloque qui s’est tenu en novembre 2000 à la MSH de Paris sur le thème « États et acteurs émergents en Afrique ». L’affaiblissement des États, leurs recompositions et les conditions d’émergence de nouveaux acteurs dans le champ politique ont été au cœur des débats. Contrairement à la majeure partie de la production scientifique africaniste française, le matériau de base de ce recueil ne se limite pas aux anciennes colonies françaises, l’Afrique anglophone (à travers trois contributions sur le Nigéria) et dans une moindre mesure la partie lusophone, étant représentées.

4Quatre parties, correspondant à la fois aux thématiques qui étaient apparues centrales lors du colloque et à des angles d’approches différents, rythment cet ouvrage. Les deux premières, consacrées respectivement à la « distribution et redistribution des pouvoirs », puis à la « privatisation des États et/ou des relations à l’État », se centrent sur les transformations des États eux-mêmes, envisagées notamment à travers les relations que leurs services entretiennent avec différents acteurs, dont certains émergents. Les articles présentés. Le retrait de l’État de certaines de ses fonctions essentielles semble pourtant particulièrement marqué, pour les lecteurs des Cahiers de le recherche sur l’éducation et les savoirs : en effet, dans l’ouvrage, on voit bien que l’État lui-même est moins directement présent dans les deux dernières parties, si ce n’est par son absence dans les domaines qui lui sont traditionnellement dévolus. Portant sur les « logiques transnationales » et « la coopération internationale, l’État et le local », elles s’intéressent aux effets des politiques d’aides internationales sur les États comme sur le local. À travers l’exemple de l’éducation, du syndicalisme ou de la diaspora des intellectuels, les auteurs analysent « les enjeux, les usages sociaux et les ambiguïtés des liens internationaux, les modes de renouvellement des liens de coopération, l’apparition de réseaux transnationaux » (De Saint Martin, p. 197).

5Reprenons l’essentiel des analyses proposées. Sujets centraux des contributions ou traités de façon périphérique, les systèmes éducatifs et les ONG représentent des domaines privilégiés pour aborder les relations à l’intérieur des services de l’État comme celles qu’il entretient avec l’extérieur. Le plus souvent monopole d’État, l’éducation tend à échapper à son contrôle depuis les années quatre-vingt et la mise en place de plans d’ajustement structurels en même temps que celui-ci s’en désengage, laissant le champ libre à l’expansion d’un marché privé de la formation. Centré sur l’éducation supérieure et la recherche, l’article de Y. Lebeau décrit la marginalisation de la recherche dans les universités nigérianes – notamment celle d’Ibadan. L’auteur analyse la transformation de la communauté scientifique nigériane, jusqu’alors très fortement structurée, « sous l’action concomitante d’une baisse généralisée du niveau de vie des enseignants-chercheurs, d’une marginalisation de leur production scientifique par interruption des subventions (…) et d’un renforcement de l’autoritarisme de l’État » (p. 132). Entrecoupé de témoignages de chercheurs “installés”, déclassés ou précaires, cet article conclut à la privatisation et l’informalisation des pratiques dans l’université publique. Toujours dans le supérieur, B. Ly décrit l’émergence de nouvelles associations d’étudiants sénégalaises qui se démarquent et se substituent au mouvement très politisé des étudiants d’avant les années quatrevingt (leur ancrage régional et/ou ethnique brisant par ailleurs l’élan national et panafricaniste dominant dans les années soixante). En Algérie, M. Haddab envisage l’action – et l’immobilisme – de l’État par le biais de sa politique éducative et de son rapport à l’enseignement privé jusqu’à aujourd’hui officiellement interdit pour les cycles primaire et secondaire, mais qui se développe de façon détournée. Sont également étudiés ses rapports à la communication (presse, radio, télévision) et à l’édition, domaines dans lesquels émergent des acteurs (élites ?) privés. L’éducation constitue également l’angle d’approche privilégié par D. Broady et M. Palme, qui abordent la privatisation et l’islamisation de l’enseignement dans le Mozambique de l’aprèsconflit des années quatre-vingt-dix. Antérieurement monolithique, le système éducatif s’est en effet diversifié considérablement depuis ces années, empruntant ce que les auteurs nomment les « chemins différents vers la modernité » (p. 201) ; l’islamisation en est un, en rupture avec les modèles américains dominants de la modernité. Absent dans cet article, l’État semble l’être aussi devenu de la gestion et du contrôle de son système éducatif.

6En dehors de l’article déjà cité de Y. Lebeau, la mobilité (géographique, sociale) des élites et ses effets sur les plans économique et social sont analysés par A. Gueye, qui s’intéresse à la diaspora intellectuelle africaine en Occident, soulignant le caractère disparate de l’attitude des intellectuels vis-à-vis de leurs États. Une constante se dégage néanmoins : la conviction que leur destin socio-économique n’est plus lié à celui de leurs États, mais dépend désormais de leurs relations à l’extérieur, bien que les pays d’accueil ne satisfassent pas toujours leurs attentes. Partant du Brésil et non plus de l’Afrique, et cherchant à étudier leur contribution à la construction des États émergents – qui n’est qu’évoquée – A. Garcia décrit l’exil politique des intellectuels brésiliens pendant les années de dictature (1964-1985) vers d’autres cieux, notamment africains lusophones.

7Les nouveaux acteurs économiques apparaissent principalement dans deux contributions : G. Blundo s’intéresse à la place croissante des agents d’affaires et autres rabatteurs au Sénégal, qui sont en passe de devenir des intermédiaires incontournables entre les fonctionnaires et la population. L’auteur décrit « l’émergence des formes de privatisation informelles inédites et la progressive institutionnalisation de l’informel comme mode de gestion de l’État au quotidien » (p. 154). Banalisant son application aux démarches administratives, cette logique de courtage à l’œuvre dans les échanges sociaux quotidiens s’institutionnalise en même temps qu’elle conduit « à un processus de négociation et de réorientation (voire de délégitimation ?) de l’action des services administratifs » (p. 171). B. Humarau-Lebeau, elle, s’intéresse aux associations professionnelles commerçantes d’Ibadan (Nigéria) qui, loin de jouer uniquement un rôle de mutuelle sociale pour leurs adhérents, « (…) construisent, grâce à cette fonction sociale, une identité de groupe pour investir d’autres domaines » (p. 177). L’auteur insiste alors davantage sur les mécanismes de « chevauchement » que sur ceux de contournement de l’État par ces associations, notamment par leurs dirigeants.

  • 1 Hours (B.), 1998, « ONG et idéologies de la solidarité : du développement à l’humanitaire », in ONG (...)
  • 2 Olivier de Sardan (J.-P.), 1995, « Stéréotypes, idéologies et représentations », in Anthropologie d (...)

8De plus en plus nombreuses en Afrique, les ONG occupent également une bonne place dans ce recueil. Les États affaiblis laissent a place à des reconfigurations et à l’apparition de formes de contre-pouvoir à l’État central qui s’appuient notamment sur les ONG et les communautés de base (De Saint Martin p. 197). Forces exogènes et relais pour l’État, les ONG se sont autonomisées, devenant dans bien des cas des interlocutrices incontournables et parfois même des concurrentes. À propos du Sénégal, B. Niane s’interroge ainsi sur la possibilité qu’elles deviennent, volontairement ou en étant instrumentalisées, un contre-pouvoir et une « alternative beaucoup plus crédible que les services étatiques jusque-là chargés de la définition, de l’exécution des programmes socioéconomiques » (p. 87) ; et ce d’autant plus que, fondées sur des valeurs humanistes et de solidarité, ces ONG ont pour elles l’idéologie humanitaire qui, comme l’ont souligné B. Hours1 et J.-P. Olivier de Sardan2, est considérée comme allant de soi et, est donc peu questionnée. Pléthores dans certaines régions rurales, ces ONG – par ailleurs fréquemment en concurrence entre elles – s’institutionnalisent de plus en plus sans pour autant être en mesure de remplacer les services de l’État dans leur rôle décisionnel, tributaires qu’elles sont de ce que B. Niane nomme « le commerce du don » (p. 106). À travers l’exemple d’un jumelage entre une ville du Nord de la France et une région du Nord-Ouest du Burkina Faso, M. Pinçon-Charlot et M. Pinçon mettent en évidence les relations inégales que créent des opérations humanitaires de coopération décentralisée. Ils montrent également comment « l’aide humanitaire vient troubler le jeu entre les représentants de l’État, les chefs coutumiers et la population locale » créant des relations difficiles entre les nouveaux acteurs et l’administration (p. 25).

9Dans le prolongement de ces études sur la place des ONG, certains articles se centrent sur les effets induits par différentes formes de coopération internationale. Après avoir retracé les étapes de la montée en puissance des grands organismes internationaux et leur confrontation avec les États qui, bon gré mal gré, les accueillent – confrontation déjà perceptible dans leurs conceptions respectives de l’État –, A. Sindzingre distingue ceux que les plans d’ajustement structurel laissent « sur le bord du chemin » des nouvelles élites, notamment économiques, fortement éduquées, qui représentent « les interlocuteurs privilégiés des donateurs internationaux » (p. 288).

10Se référant à la philosophie politique et aux théories de la démocratie, M. Leclerc-Olive, pour sa part, interroge les notions de “société civile”, de “gouvernance” et de “légitimité” utilisées par différents protagonistes dans le cadre d’une analyse du rôle joué par les collectivités territoriales dans le paysage social malien (processus de décentralisation, multiplication des ONG). Fermant l’ouvrage, M. de Saint Martin et A. M. Waser s’intéressent à divers projets d’introduction de l’Internet en Afrique, qualifiés par leurs promoteurs d’outil de développement important pour les populations africaines et présentés, en même temps, comme un moyen de contourner les pouvoirs et hiérarchies existantes.

11Au total, les plans d’ajustement structurel, les politiques de démocratisation et de décentralisation ont bouleversé les structures, le rôle et le pouvoir des États africains contemporains, et permis l’émergence de nouveaux acteurs sur les scènes politique économique et sociale dont la diversité transparaît dans ce recueil. On peut toutefois déplorer l’absence d’études des mouvements religieux et de leurs leaders : s’ils ne peuvent être considérés comme émergents (car présents depuis longtemps dans les pays étudiés), ceux-ci ont accru leur participation aux affaires publiques, tant au niveau local que national. Seul l’article consacré à l’évolution du système d’éducation au Mozambique, dont l’une des manifestations est l’islamisation, suggère cette place nouvelle prise par des acteurs religieux sur la scène publique. De même, on voit peu les catégories de populations traditionnellement absentes des instances de décision, telles les jeunes ou les femmes, qui, sans constituer des acteurs émergents en tant que tels, tirent leur épingle du jeu du multipartisme et surtout de l’injonction à la démocratie participative qui l’accompagne – notamment de la part des ONG ou des organismes internationaux.

Haut de page

Notes

1 Hours (B.), 1998, « ONG et idéologies de la solidarité : du développement à l’humanitaire », in ONG et Développement. Société, économie, politique, Paris, Karthala, pp. 33-46. Par ailleurs, plusieurs contributions de cet ouvrage traitent du rapport entre ONG et États dans différents pays d’Amérique latine interrogeant également la force de contre-pouvoir et d’action politique de ces ONG.

2 Olivier de Sardan (J.-P.), 1995, « Stéréotypes, idéologies et représentations », in Anthropologie du développement, Paris, APAD-Karthala, pp. 55-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bonini, « La reconfiguration des acteurs sociaux en Afrique et la thèse de la déliquescence de l’État », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 3 | 2004, 249-253.

Référence électronique

Nathalie Bonini, « La reconfiguration des acteurs sociaux en Afrique et la thèse de la déliquescence de l’État », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 3 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1410

Haut de page

Auteur

Nathalie Bonini

Anthropologue, Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org