Navigation – Plan du site
Notes et comptes rendus de lecture

À propos des ouvrages : « Student Resistance. A History of the Unruly Subject », « A Thousand Flowers. Social Struggles against Structural Adjustment in African Universities »

Pascal Bianchini
p. 277-282
Référence(s) :

Edelman Boren Mark, Student Resistance. A History of the Unruly Subject, New York, Routledge, 2001.
Federici Silvia, Caffentzis George and Alidou Ousseina (eds.), A Thousand Flowers. Social Struggles against Structural Adjustment in African Universities, Trenton, NJ, Africa World Press, 2000.

Texte intégral

  • 1 Pour un éclairage sur ces différences d’attitudes entre universitaires de gauche de part et d’autre (...)

1Il y a déjà longtemps que les intellectuels “radicaux” sont une espèce en voie de disparition dans l’Université française. Il n’en va pas tout à fait de même outre-Atlantique où une tradition dissidente s’est relativement mieux maintenue avec des figures de proue, telles que Noam Chomsky, Edward Saïd ou Howard Zinn. Autant dire que les deux ouvrages dont il sera question peuvent avoir un petit côté “exotique” dans le panorama universitaire francophone (même en y englobant les secteurs “critiques” de l’intelligentsia actuelle), d’où un intérêt supplémentaire à leur accorder1.

2Le premier auteur, Mark Edelman Boren, précise qu’en s’intéressant au sujet des mouvements étudiants il a du devenir lui-même une « sorte de chercheur activiste » tant le matériau est abondant et relativement peu analysé par les sciences sociales. Si un certain nombre d’ouvrages ont été publiés dans la foulée de 1968 (Feuers ou encore Lipset), les grandes études comparatives font aujourd’hui défaut, à quelques exceptions près (Altbach notamment). Autant dire que l’ambition de l’ouvrage est énorme : offrir en un peu plus de trois cents pages un panorama universel des actions de « résistance » – il faudra revenir sur ce terme – des étudiants, de la période médiévale à nos jours.

3L’auteur remonte au Moyen-Âge pour situer l’origine de ces conflits où l’on retrouve la figure de l’étudiant frondeur qui chahute volontiers l’ordre bourgeois des cités qui accueillent les universités (« town and gown clashes »), une situation qui est paradoxalement utilisée par le pouvoir royal pour rétablir un équilibre à son profit et au détriment des notables urbains (pp. 8-21). Mais c’est au XIXe siècle que s’opère une rupture importante avec l’apparition en Allemagne des Burschenshaften, en lesquelles on peut voir la première forme de syndicalisme étudiant, avec un certain degré de politisation, en rupture avec le modèle associatif préexistant des confréries ou fraternités étudiantes. Tout au long de ce siècle, la politisation étudiante prendra des colorations diverses ; elle accompagne l’essor des revendications nationales, notamment au sein de l’Europe centrale ; elle est aussi par la suite marquée par l’attraction pour le mouvement ouvrier naissant dans la plupart des pays européens. Mais, déjà, de forts particularismes nationaux apparaissent : on remarque en Russie la démarche populiste de certains étudiants ou encore l’action nihiliste et conspirative qui aboutit en 1881 à l’attentat où périt le tsar Alexandre II, tandis qu’aux États-Unis la question raciale fait de l’anti-esclavagisme un des premiers facteurs de la politisation des étudiants américains.

4C’est l’attentat perpétré par un étudiant serbe, Gavrilo Princip, contre l’archiduc Ferdinand à Sarajevo, qui sert de prétexte à la déclaration de guerre de l’Autriche à la Serbie en 1914. Mais durant les premières décennies de ce nouveau siècle, c’est également en dehors de l’Europe que le rôle des mouvements étudiants s’annonce déterminant. Les étudiants sont ainsi actifs en Chine en 1919 avec le mouvement du 4 mai contre la présence japonaise et les pouvoirs féodaux persistants (p. 67). De même en Amérique latine, notamment à partir de l’exemple argentin de 1918-1919, les étudiants constituent une force socio-politique ascendante (pp. 68-72).

5Dans les pays occidentaux, on assiste alors à des mouvements de politisation contradictoires : en France par exemple, l’UNEF, créée en 1907, demeure pendant très longtemps une organisation purement corporatiste, tandis que la période de l’entre-deux-guerres est dominée par l’influence de l’Action française. En Allemagne, l’avènement du nazisme a été précédé par une efficacité décisive de l’organisation étudiante du parti nazi. En revanche, aux États-Unis, ce sont les organisations socialistes et antifascistes qui sont à l’origine d’une première vague de politisation des étudiants au cours de ce siècle (pp. 89-94).

6La Seconde Guerre mondiale a consolidé cette tendance à la politisation étudiante, mais c’est évidemment surtout avec les années soixante que la vague prend sa hauteur maximale et déferle sur le monde entier. Edelman montre bien aussi la variété des inspirations de ces mouvements selon le contexte idéologique et géopolitique de l’époque : mouvement pour le droit à l’expression (« free speech movement » parti de Berkeley), puis opposition à la guerre au Vietnam sur les campus américains, luttes contre « l’impérialisme américain et ses alliés » pour les étudiants du SDS d’Allemagne ou de Zengakuren au Japon, rapprochement entre le mouvement étudiant et les secteurs ouvriers les plus radicalisés en Italie, notamment à Turin (pp. 143-161). Les années 1968-69 font à elles seules l’objet de deux chapitres, en tant que « moment historique ayant cristallisé le pouvoir global des étudiants ». L’auteur rend compte du déroulement des événements en France à partir de Nanterre, puis à la Sorbonne, ainsi que des événements comparables observés ailleurs dans le monde, notamment à Mexico où la répression policière a été particulièrement violente (entre cinquante et cinq cents morts le 2 octobre 1968 sur la Place des Trois Cultures). À partir de ce moment historique particulier, Edelman montre l’exacerbation des clivages internes à ces mouvements, d’abord entre les partisans d’une radicalisation des moyens de lutte et les partisans d’un militantisme plus pacifique, ensuite avec la montée en puissance des luttes spécifiques (féminisme, minorités ethniques…) (pp. 184-192). Enfin, dans les deux derniers chapitres, il est question du rôle des mouvements étudiants dans la contestation des régimes de partis uniques, notamment dans les pays du bloc socialiste (Tchécoslovaquie et Roumanie en particulier). Les événements de Tian An Men et la répression des étudiants chinois en 1989 après une période d’incertitude de quelques semaines font l’objet d’un développement assez important qui montre bien la diversité des réactions possibles des régimes “totalitaires”. D’autre part, on mentionne aussi les luttes des étudiants dans les pays du Sud contre les mesures d’austérité économique visant à réduire l’accès à l’Université avec la mise en place de droits d’inscriptions élevés (notamment au Mexique et au Brésil).

7Au total, l’ouvrage peut donner l’impression d’une synthèse brillante. Il fournit aussi des pistes comparatives et montre le caractère universel des mobilisations étudiantes ainsi que la possibilité de trajectoires spécifiques (par exemple le faible rôle des étudiants russes dans la chute du système soviétique, comparé à la présence plus sensible des mobilisations étudiantes dans d’autres pays d’Europe de l’Est : Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie…). Cela dit, il comporte aussi des faiblesses inhérentes à l’essayisme et à l’encyclopédisme de ce type de démarche. On peut commencer par une critique peut-être un peu inévitable étant donnée la multiplicité des événements survolés, à savoir l’existence d’erreurs factuelles ici ou là. C’est le cas par exemple pour le bilan des étudiants tués lors des événements de mai et juin 1968 à Dakar, qui est à mettre au singulier et non au pluriel. Sur ce point précis, l’erreur est excusable car la rumeur de plusieurs décès d’étudiants a couru durant ces journées de crise. Ce qui est en revanche plus surprenant, c’est d’avoir laissé passer une erreur à propos de la manifestation pro-gaulliste des lycéens et des étudiants le 11 novembre 1940 sous l’Arc de Triomphe à Paris, en avançant un bilan d’une centaine de morts (p. 99), alors qu’il n’y eut que des arrestations…

8L’autre critique, d’une portée un peu plus générale, concerne le traitement du continent africain, dont on donne quelques aperçus depuis la création de la West African Students Union (WASU), en 1925, jusqu’à la renaissance des mouvements étudiants des années quatre-vingt-dix dans le cadre des luttes contre les régimes de parti unique. On peut mentionner quelques oublis importants comme celui de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) dans les années cinquante et soixante ou, plus surprenant encore, de la South African Students Organisation (SASO) et du Mouvement de la Conscience Noire des années soixante-dix dominé par la figure de Steve Biko. Mais, surtout, l’ouvrage se cantonne, dans le cas de l’Afrique, à des descriptions événementielles, et il manque une analyse spécifique qui souligne le rôle du syndicalisme étudiant dans l’histoire politique contemporaine.

9Cette dernière remarque renvoie à une critique plus fondamentale concernant le concept de « résistance » qui englobe de manière imprécise l’ensemble des actions collectives estudiantines. On peut comprendre le choix d’un tel terme en réaction aux formulations dévalorisantes souvent utilisées par certains auteurs qui parlent souvent de l’« agitation étudiante » (« students unrest »). Mais en quoi ce terme peut-il englober par exemple l’action des étudiants nazis dans l’Allemagne des années trente (p. 90) ? D’autre part, en se focalisant sur les moments critiques, ne tend-on pas à laisser de côté les aspects moins spectaculaires du militantisme étudiant ? Une étude plus approfondie montrerait bien, en effet, que ces derniers sont souvent précédés d’étapes qui permettent les mobilisations de grande envergure.

10Le deuxième ouvrage (A Thousand Flowers) est en fait une collection de papiers critiques à l’endroit de la politique de la Banque mondiale dans le domaine de l’enseignement supérieur africain, écrits au cours des années quatre-vingt-dix. L’ensemble témoigne de la mise en place d’un réseau d’universitaires organisés autour de l’opposition à ces politiques d’“ajustement” des universités. L’objectif de cette structure, le « Comité pour la liberté académique en Afrique » (Committee for Academic Freedom in Africa, CAFA) est triple : mettre en œuvre une solidarité par rapport aux situations d’urgence que connaissent les universités africaines, sensibiliser des syndicats et des associations d’universitaires des pays du Nord en faveur de leurs collègues africains et des étudiants, enfin poser en termes nouveaux le débat sur la crise de l’éducation en Afrique.

11Conformément à cette dernière ambition, on trouve dans l’ouvrage un effort de présenter une analyse critique de la restructuration des systèmes d’enseignement supérieur en cours. Le papier de Caffentzis (fondateur du CAFA) sur la « Banque mondiale et l’éducation en Afrique » rappelle les grandes lignes du raisonnement et les orientations de la Banque en la matière. La réduction des dépenses publiques pour le supérieur est justifiée par des raisons d’austérité budgétaire mais aussi d’équité (la redistribution des ressources en faveur de la scolarisation primaire). À partir de là, une politique de « partage des coûts » (« cost sharing ») est prônée par la Banque pour le supérieur, de même que le développement de prêts d’étude et la décentralisation de la gestion des établissements, qui doivent pouvoir mobiliser des ressources locales pour assurer leur fonctionnement (pp. 6-7).

12Face à cela, le fondateur du CAFA conteste l’idée d’un développement excessif du supérieur (au regard des autres continents, avec un taux d’inscription d’environ 3 %, le continent africain est loin derrière les autres). Caffentzis accuse la Banque de mener une politique d’« extermination académique » et de spéculer sur le long terme sur la paupérisation du salariat africain afin d’offrir des perspectives de profit aux investissements étrangers… Il conteste aussi l’idée du caractère substitutif des enseignements primaire d’un côté, et secondaire et supérieur de l’autre, comme le veut le discours en faveur de l’ajustement éducatif. A contrario, il montre que, dans les années quatre-vingt, ce sont les pays qui ont été les premiers “ajustés” qui ont vu diminuer leurs taux de scolarisation primaire. Enfin, à l’encontre de l’accusation de « privilégiés » qui vise parfois les mobilisations d’universitaires et d’étudiants, Caffentzis affirme au contraire que « les syndicats d’étudiants et d’universitaires ont fréquemment été l’opposition la plus organisée au néocolonialisme, et ont été historiquement capables d’articuler des demandes sociales plus générales » (p. 15).

13L’ouvrage contient d’autres contributions : celle d’Ousseina Alidou montre que, depuis les années quatre-vingt-dix, la Banque mondiale a pu étendre son hégémonie sur les systèmes francophones, du fait du nouveau contexte géopolitique favorisant la remise en cause des zones d’influence traditionnelles ; celle d’Alamine Mazrui dénonce le double langage de la Banque en faveur des langues nationales tout en étendant la diffusion de la langue impériale qu’est l’anglais ; Caffentzis, dans un autre chapitre, dénonce l’ambition de « rééducation » des cadres et des universitaires africains, au sein de programmes de « renforcement des capacités » (« capacity building ») contribuant ouvertement à déclasser les formations proposées par les universités africaines.

  • 2 Notamment Bathily, Diouf & Mbodj, 1995, « The Senegalese student movement from its inception to 198 (...)

14Mais on retiendra surtout l’analyse de Silvia Federici sur le « nouveau mouvement étudiant africain » (pp. 83-112). Elle rappelle qu’autrefois les premières organisations étudiantes ont joué un rôle important dans la prise de conscience anticoloniale. Mais elle avance désormais la thèse d’une prolétarisation de la condition étudiante qui donne un contenu de classe aux combats actuels des étudiants que les mouvements antérieurs des années soixante/soixante-dix n’avaient pas. Loin d’être une réaction de privilégiés, les mouvements actuels agiraient dans le sens de l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur, une cause qui vaut bien d’être défendue au Sud comme au Nord. Ce texte est donc une vigoureuse réponse aux auteurs qui ont parfois tendance à considérer les mouvements étudiants actuels comme un vestige dégradé d’un passé glorieux, marqué notamment par la contribution au mouvement de décolonisation2.

15Ce recueil de textes où figure aussi une chronologie exhaustive des différentes mobilisations étudiantes sur les campus africains, de 1985 à 1997, constitue ainsi un ouvrage de référence pour tous ceux qui n’entendent pas se satisfaire d’une mondialisation à sens unique (le cœur de cet argumentaire réside peut-être dans l’introduction lorsqu’il est question du « droit à un accès égal, comme les jeunes d’Europe ou d’Amérique du Nord, et les jeunes des autres pays du monde, au savoir et à la richesse produits internationalement » (p. xiii). Cependant, il y a peut-être un risque à célébrer ainsi de nouvelles figures emblématiques. Certes, on pointe parfois certaines carences au sein de ces mouvements sociaux, notamment la faible participation féminine (pp. 101-102). Il est aussi signalé qu’il ne s’agit pas « de faire l’impasse sur les pièges de l’éducation post-coloniale » (p. xiii). Malgré cela, on peut déplorer l’absence d’un véritable bilan critique des débouchés politiques des mouvements étudiants, aussi bien dans le domaine spécifique des systèmes d’enseignement que dans celui des modèles généraux d’émancipation de la tutelle coloniale qui ont dominé largement des années cinquante aux années soixante-dix. Cette tâche intellectuelle qui a été laissée de côté dans cet ouvrage devra être menée tôt ou tard.

Haut de page

Notes

1 Pour un éclairage sur ces différences d’attitudes entre universitaires de gauche de part et d’autre de l’Atlantique, on lira avec profit la postface de Jean Bricmont in Noam Chomsky, 2002, De la guerre comme politique étrangère des États-Unis, Agone.

2 Notamment Bathily, Diouf & Mbodj, 1995, « The Senegalese student movement from its inception to 1989 », in Mamdani and Wamba-dia-Wamba, eds., African studies in social movements and democracy, Dakar/Codesria, pp. 369-408.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bianchini, « À propos des ouvrages : « Student Resistance. A History of the Unruly Subject », « A Thousand Flowers. Social Struggles against Structural Adjustment in African Universities » », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 2 | 2003, 277-282.

Référence électronique

Pascal Bianchini, « À propos des ouvrages : « Student Resistance. A History of the Unruly Subject », « A Thousand Flowers. Social Struggles against Structural Adjustment in African Universities » », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 2 | 2003, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cres.revues.org/1542

Haut de page

Auteur

Pascal Bianchini

Chercheur associé au Centre d’Étude d’Afrique Noire, IEP de Bordeaux

Articles du même auteur

  • Journalistes et militants dans les luttes scolaires et universitaires au Sénégal et au Burkina Faso (années soixante - quatre-vingt-dix)
    Paru dans Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org