Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
La presse écrite : source ou objet d'analyse ?

Presse et institution scolaire : une co-construction de l’information sur l’École à la Réunion

Media and school: a construction of information on schools in the island of Réunion
Éliane Wolff
p. 33-55

Résumés

Nous savons peu de choses sur la manière dont est sélectionnée et construite l’information sur l’École et les Jeunes. Les théories de l’agenda ont montré que si les médias ne réussissent pas forcément à orienter l’opinion des gens, ils sont par contre efficaces pour focaliser leur attention sur tel ou tel sujet : les médias ne nous disent pas quoi penser, mais à quoi penser. De façon plus récente l’attention s’est focalisée sur les rapports d’influence entre l’agenda des journalistes et l’agenda des sources. Après avoir dressé un rapide tableau du paysage médiatique et scolaire réunionnais, nous tenterons d’explorer comment, dans la négociation entre les journalistes de la presse régionale chargés de la rubrique Éducation et leurs interlocuteurs institutionnels, se co-construit le discours médiatique sur l’École.

Haut de page

Texte intégral

1« Nous savons peu de choses sur la manière dont est sélectionnée et construite l’information sur l’école et les jeunes. » Partant de ce constat, notre recherche tente de mettre à jour quelques éléments du processus d’élaboration de l’information sur l’École et les jeunes à l’Ile de la Réunion. C’est donc résolument en amont de la diffusion des produits médiatiques que nous nous situons.

2Cette approche est balisée par quelques repères théoriques et méthodologiques : elle s’inspire des théories de l’agenda et est inscrite dans une perspective relevant des théories de l’acteur. Une rapide évocation du paysage médiatique et scolaire réunionnais nous permettra de resituer cette intervention dans son contexte si spécifique : celui d’une ancienne colonie française devenue département il y a moins de cinquante ans et traversée depuis par de profondes et massives mutations. Les résultats partiels donnés ici tenteront de saisir comment des journalistes spécialisés (chargés de la rubrique Éducation des deux principaux quotidiens) et leurs interlocuteurs institutionnels majeurs (des fonctionnaires chargés de la communication au Rectorat de la Réunion) co-construisent le discours médiatique sur l’École.

Repères théoriques et méthodologiques

3Les recherches en communication ont montré que, si les médias ne réussissent pas forcément à orienter l’opinion des gens, ils sont par contre efficaces pour focaliser leur attention sur tel ou tel sujet. Selon la formule maintenant connue, les médias ne nous disent pas quoi penser, mais à quoi penser (Mc Combs & Shaw, 1972). En effet, ils imposent un rythme et définissent un calendrier des événements, ils proposent des objets à l’attention collective et ils établissent une hiérarchisation de ces objets : ils construisent l’agenda. Alors que les premières approches laissaient dans l’ombre tout le travail de médiation et de traitement de l’information pratiqués en amont, on s’efforce à présent d’ouvrir la boîte noire (Bregman, 1989). Comme le souligne Jean Charron, « au modèle de l’agenda setting centré sur la relation médias-public, s’est substitué, au cours des années 80, le modèle plus complexe de construction de l’agenda public (agenda building) qui considère les rapports d’influence entre l’agenda des sources, l’agenda des médias et celui du public » (1998 : 323). Le processus de construction de l’information sur l’École est abordé ici dans le cadre d’une approche systémique. Il est envisagé comme le résultat des interactions entre les journalistes spécialisés et leurs sources. Celles-ci sont multiples : enseignants, familles, élèves, étudiants, représentants syndicaux, associations de parents d’élèves, personnels administratifs. Tous ces acteurs de l’École sont en interdépendance. Tous, à un moment ou à un autre, sont les interlocuteurs des journalistes. Tous possèdent leur vision de l’École et leurs définitions sont d’autant plus ouvertes et conflictuelles qu’elles s’appuient sur l’expérience récente d’une institution scolaire jeune et en plein développement.

4Nous limiterons ici l’étude du système d’action à deux types d’acteurs : les journalistes et les chargés de communication de l’institution rectorale. Les données sont constituées par des narrations de pratiques recueillies auprès de sept professionnels :
- trois journalistes chargés de la rubrique Éducation dans les deux principaux journaux de la presse quotidienne réunionnaise ;
- trois acteurs institutionnels : la responsable de la communication, l’attachée de presse et l’Inspecteur académique chargé de l’information et de l’orientation des élèves (tous trois en poste au Rectorat de la Réunion) ;
- enfin, un dernier entretien a été réalisé avec un personnage singulier ayant une expérience des deux univers professionnels : fonctionnaire de l’Éducation nationale, il a collaboré pendant plusieurs années à la rubrique Éducation du principal journal local.

Le contexte local : une société singulière en profonde mutation

5Les mutations de la société réunionnaise ont particulièrement touché les espaces médiatique et scolaire, qui s’organisent et se professionnalisent dans un même mouvement. Du côté de l’École, on assiste à un développement massif de la scolarisation, accompagné par la mise en place d’une communication institutionnelle de plus en plus structurée. Le mouvement avait été initié au niveau national avec l’apparition d’une direction de la communication. Du côté de la presse apparaissent dans le même temps des rubriques sur l’éducation, animées par des journalistes spécialisés – signe d’une professionnalisation certaine du métier. À la fin des années quatre-vingt, médias et École vont entamer une dynamique de rapprochement et de collaboration tout à fait nouvelle.

Le paysage médiatique : une presse locale spécifique

6Le paysage médiatique réunionnais s’inscrit dans une histoire singulière, où l’espace public est encore un processus en cours (Simonin, Watin, Wolff, 1994). Longtemps dominé par une presse d’opinion et par une radio et une télévision d’État relayant sur l’Ile la Voix de la France, le paysage médiatique réunionnais connaît, depuis une vingtaine d’années, de profonds bouleversements.

  • 1 Le Quotidien tire à 35 000 exemplaires et Le Journal de l’Ile en annonce 18 000.

7Fondé en 1976 par un chef d’entreprise local, le journal Le Quotidien de la Réunion a été le premier à opérer une brèche dans l’espace figé des mass media de l’époque. Il innove alors du point de vue de la fabrication, de la présentation, du système de distribution ; surtout, il propose un regard pluraliste sur l’actualité et offre un espace de discussion contradictoire. Son apparition met fin au monopole de fait du journal L’Ile de la Réunion qui, depuis sa création en 1951, ne cachait pas ses sympathies pour la droite locale. Racheté en 1990 par le groupe Hersant, ce journal tente depuis quelques ouvertures et cherche à attirer de nouveaux lecteurs dans le cadre d’une concurrence frontale avec son rival Le Quotidien1. Enfin, il faut citer le journal Témoignages, organe de presse du Parti Communiste Réunionnais – à la diffusion confidentielle et perpétuant la tradition de la presse d’opinion –, qui se situe à la marge de cette presse locale, dont il nous faut à présent pointer les spécificités.

  • 2 L’Ile Maurice, Madagascar, les Seychelles, les Comores, Mayotte, l’Afrique du Sud.
  • 3 Ce sont des professeurs d’Université nommés en conseil des ministres et chargés de faire appliquer (...)

8La Presse Quotidienne Régionale Réunionnaise (PQRR) occupe une position singulière dans ce département insulaire français situé à plus de dix mille kilomètres de Paris. Elle couvre bien sûr l’information locale, sans toutefois être “localiste” puisque, contrairement à ce qui se passe souvent en métropole, on n’y trouve pas de feuillets consacrés à l’actualité des micros régions. Cette PQRR rend également compte de l’actualité nationale, une fonction d’autant plus importante que la presse nationale arrive à la Réunion avec deux jours de retard et un coût majoré de 30 % environ. Enfin, elle consacre des pages à l’information internationale, en particulier de la zone de l’Océan Indien2. Animés par des équipes rédactionnelles jeunes et de mieux en mieux formées, les deux journaux ne se contentent pas de rendre compte des activités des notables ou de faire de la “petite locale”, à l’instar de nombre de leurs collègues de métropole. Via leurs éditoriaux, leur travail d’investigation ou leurs dossiers de fond, ils participent activement au débat public et se constituent en véritable « acteur social » (Idelson, 1998). Les recteurs3 doivent ainsi très rapidement prendre la mesure de la spécificité de cette presse locale, à laquelle leurs affectations précédentes ne les avaient pas préparés, comme en témoigne un fonctionnaire du rectorat en ces termes :

« Les recteurs sont en première ligne dans cette presse-là et ils n’y sont pas habitués. Ici on ne les traite pas comme des notables qui inaugurent des machins. Ils sont souvent surpris par la virulence et l’irrévérence, ils ne sont pas du tout habitués à ça. Il y a des recteurs qui le prennent bien, il y en a qui le prennent plus mal et ils font la gueule. Ils ne sont pas contents et puis voilà, ils ne peuvent pas faire grand chose, qu’est ce que vous voulez qu’ils fassent ? ».

9Le Quotidien est le premier journal à introduire une page de lecteurs, à écrire en créole, à proposer des dossiers et un rubriquage thématique. Sa rubrique hebdomadaire consacrée à l’Éducation – le Quotidien de l’Éducation – fut lancée le mercredi 25 mai 1988, accompagnée de “l’appel de une” résumant les enjeux d’une telle initiative :

« À la Réunion plus qu’ailleurs en France, l’École au sens large du mot a un rôle essentiel à jouer. Rôle pédagogique, rôle d’insertion. Le Quotidien a décidé d’entrer dans la partie. Aux côtés des élèves, des parents, des enseignants ».

10Depuis, la rubrique comporte une double page prise en charge au départ par un journaliste et un fonctionnaire de l’Éducation nationale qui en avait soufflé l’idée au rédacteur en chef. Le Quotidien de l’Éducation paraît désormais régulièrement tous les mercredis, ne marquant une pause que durant les vacances scolaires.

11Face à cette nouvelle offre, Le Journal de l’Ile réagit en créant lui aussi des pages Éducation, aux formules et fortunes diverses : des pages centrales créées en 1990 paraissent de façon hebdomadaire. En 1993, un supplément Éducation est encarté toutes les semaines, mais ce gros dossier de seize pages est rapidement supprimé pour des raisons de coût. En 1997, à la faveur d’un mouvement de grève des enseignants auxquels le journal ouvre largement ses colonnes dans le cadre d’une tribune libre, la rubrique est à nouveau proposée et paraît tous les jeudis. À la fin de la même année, Le Journal de l’Ile fait paraître ses pages Éducation le mercredi, engageant ainsi une confrontation directe avec le journal concurrent.

12Si les deux principaux journaux proposent ainsi toutes les semaines de deux à six pages traitant spécifiquement de l’École, c’est que le fait scolaire revêt à la Réunion une importance tout à fait particulière.

Le paysage scolaire : un fait de société

  • 4 Ils étaient à peine 600 en 1970.
  • 5 La revue Arum, créée en 1993.

13Le fait scolaire est devenu un véritable fait de société : actuellement, le tiers de la population est scolarisé – tous niveaux scolaires confondus ! Potentiellement, toute la population de la Réunion est concernée par l’École, que ce soit en tant qu’élève, en tant qu’enseignant ou encore comme parent. L’École et la formation sont devenues des passages obligés de l’insertion sociale et professionnelle, dans une île qui passe de façon brutale d’une société créole post-coloniale d’ordre traditionnel à une société moderne complexe et segmentée. La réussite scolaire est devenue un enjeu de plus en plus important pour les familles. Il n’en a pas toujours été ainsi. Il a fallu attendre la fin des années soixante pour voir l’École accueillir la totalité des enfants âgés de six à quatorze ans, et les années quatre-vingt pour que l’enseignement secondaire prenne véritablement son essor. À la Réunion, la scolarisation est donc récente et massive. Concentrée sur une courte période, elle a touché successivement tous les niveaux scolaires, jusqu’à l’Université qui accueille à présent plus de 10 000 étudiants4. Cette massification correspond certes à une volonté politique nationale (amener 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat), mais elle a été relayée et adaptée localement lorsqu’un rectorat de plein exercice a été installé dans l’île en 1984. À partir de ce moment-là, une politique académique a pu s’exprimer en fixant des priorités tenant compte des spécificités et des “retards locaux”. L’institution rectorale s’est alors donné les moyens d’informer sur son action en nommant en 1988 un chargé de communication attaché au cabinet du recteur. Le service s’est depuis renforcé avec l’installation d’une attachée de presse et d’un fonctionnaire chargé de créer et d’animer une revue académique interne5. La communication institutionnelle externe et interne ont ainsi été prises en charge et structurées.

14Pour l’institution rectorale, la parution chaque semaine de plusieurs pages consacrées exclusivement à l’éducation constitue une opportunité rare qu’il s’agit de gérer avec attention : « Rares sont les presses régionales qui consacrent autant de pages à l’École ; et ici la presse, c’est très important en nombre de lecteurs, en contenu, en impact et en retour. Ensuite il y a la revue de presse qui est très écoutée le matin sur les ondes de RFO, c’est très important ». L’institution ne peut concevoir son action sans communiquer avec l’extérieur « sinon elle serait morte » ; mieux vaut pour elle collaborer avec les médias plutôt que de voir les pages hebdomadaires consacrées à l’éducation se faire sans elle. Les médias sont eux aussi dans l’obligation de maintenir un contact avec l’institution, ne serait-ce que parce que son message est présumé d’intérêt public – il doit donc figurer dans l’agenda médiatique.

15Après avoir rapidement rappelé le résultat du travail de structuration de l’agenda par les journalistes en donnant à voir quelques-uns des sujets Éducation portés à l’attention du public, nous évoquerons l’interaction entre l’agenda des sources et celui des professionnels de l’information. Comme le souligne Charron (1988 : 324), dont les travaux ont fortement inspiré cette recherche, « les acteurs sociaux en quête de publicité (dans le sens accès contrôlé à l’espace public) doivent négocier leur présence médiatique avec les journalistes qui, eux, sont en quête d’informations ». Pour ce spécialiste des médias, les protagonistes procèdent en quelque sorte à un marchandage, échangeant de l’information contre de la publicité. Nous évoquerons tour à tour la perspective des professionnels des médias et celle des professionnels de la communication du rectorat. Pour conclure, nous verrons que le “modèle agenda” n’épuise pas toutes les formes d’influence susceptibles d’agir dans l’espace public.

Les journalistes et le “bon sujet”

Les médias parlent de l’École

16Les médias définissent le calendrier des événements et la hiérarchie des sujets. Lorsqu’ils parlent de l’École, ils soumettent une sélection de thématiques à leurs lecteurs.

Quand les médias parlent de l’École : approche comparative des sujets traités

Sujets année scolaire 1997-98

Le Quotidien

Le Journal de l’Ile

Le pré-scolaire

0

3

Le primaire

9

3

Le collège

0

1

Le lycée

14

12

L’Université

7

9

Les sujets transversaux
dont :

13

13

Les personnels

4

4

Les élèves

3

1

Les parents

1

_

Le calendrier scolaire

_

2

La cantine

_

1

La citoyenneté

3

1

Les apprentissages-devoirs

2

3

La violence

_

1

  • 6 Ce recensement porte sur les dossiers de la rubrique Éducation traités par chacun des journaux dura (...)

17Le recensement des sujets traités durant une année scolaire6 permet de faire les constats suivants : c’est le lycée (vingt-six dossiers), puis l’Université (seize sujets), qui focalisent l’attention, bien avant le niveau primaire (douze sujets), préscolaire (trois sujets) ou le collège (un sujet). Les sujets généraux portent sur les personnels de l’Éducation nationale (huit sujets), les élèves (quatre sujets) et leurs apprentissages (cinq sujets). L’attention du lectorat est enfin attirée de façon plus sporadique sur le calendrier scolaire, les phénomènes de violence, la citoyenneté à l’école et la cantine scolaire.

18Ce bref inventaire de quatre-vingt-quatre dossiers pourrait faire l’objet d’analyses complémentaires afin d’enrichir ces premiers constats. On pourrait procéder à une analyse comparative des supports ou mettre en relation la couverture médiatique avec le calendrier scolaire ou avec l’application des réformes. De même, une approche historique permettrait de mesurer le déplacement de l’intérêt porté aux différents sujets. Mais, quelles que soient les analyses entreprises, elles laissent dans l’ombre tout le travail effectué en amont, entre professionnels des médias et chargés de la communication de l’institution rectorale. Car, s’ils partagent des préoccupations communes – parler de l’École –, chacun poursuit néanmoins des objectifs différents. Ils sont pourtant conduits (pour ne pas dire condamnés) à collaborer car ils ne peuvent se passer l’un de l’autre. Quelles sont les attentes réciproques ? Les termes de l’échange ? Les règles du jeu ?

Les attentes réciproques

19Les journalistes chargés de la rubrique Éducation attendent du chargé de communication du rectorat efficacité et disponibilité. Ils souhaitent obtenir en un minimum de temps un résumé de l’actualité de l’institution, des contacts avec le bon interlocuteur, des informations techniques fiables particulièrement nombreuses et complexes à traiter dans le cadre de la rubrique, enfin des idées de sujets. Le “chargé de com’” est avant tout perçu comme « une personne-ressource » que l’on peut appeler plusieurs fois par jour en fonction des besoins, toujours urgents, du moment. Disponibilité à toute épreuve (pas seulement aux horaires de l’institution), rapidité dans le traitement des questions et coopération avec « le moins de langue de bois possible » sont, comme d’autres travaux l’ont montré (Messika, 1994), les qualités les plus appréciées par les journalistes.

20Les “chargé de com’” s’efforcent de répondre au mieux à ces attentes :

« Je suis là pour faire l’interface avec la presse et je le fais avec le plus de disponibilité possible » ; « Je réponds toujours ; quelle que soit la question, c’est une règle de la maison ».

21S’ils travaillent ensemble, ces professionnels poursuivent cependant des objectifs différents. Pour les sources, il s’agit de fournir à la presse des informations rigoureusement vérifiées assorties de chiffres exacts, ainsi que les meilleurs contacts au sein de l’institution. Mais l’objectif essentiel reste de « valoriser ce qui se fait dans les établissements », de « servir l’image du recteur, de l’Académie et du rectorat », « d’aller contre l’idée reçue que dans le scolaire tout est figé et qu’on ne fait rien ». Comme le note la chargée de communication du rectorat, la définition d’un bon article peut se résumer à « montrer ce qui va bien, alors que pour les journalistes c’est souvent le contraire ». Les journalistes des deux quotidiens répondent qu’ils ne sont « pas là pour présenter les choses sous un bon jour, ou pour réhabiliter l’Éducation nationale », ou pour se contenter de « parler en bien de ce qui va bien », et que « ça n’a aucun intérêt pour le lecteur ni pour nous de répéter ce que dit monsieur le recteur, sinon on fait le journal officiel ». Pour les professionnels de la presse, l’objectif assigné à la rubrique Éducation se résume en quelques mots : informer, vulgariser, poser des questions, faire débattre.

22Les journalistes et leurs sources institutionnelles partagent des intérêts à la fois complémentaires et divergents. L’étude de leurs perceptions réciproques montre que chacun connaît parfaitement les attentes de l’autre mais que, poursuivant des objectifs différents, il leur est difficile de faire coïncider leur définition et leur sélection du “bon sujet”.

Définir le “bon sujet”

  • 7 Dans une étude pionnière sur les journalistes spécialistes de l’Éducation nationale, Padioleau (197 (...)

23Pour le journaliste, la définition du “bon sujet” renvoie à la double dimension d’un journalisme d’information et d’un journalisme de critique7.

24Il s’agit d’abord pour les professionnels des médias de rendre compte de données significatives, de se faire l’intermédiaire entre les sources et le grand public, de proposer une vulgarisation de l’information administrative, mais aussi de faire émerger une information qui ne soit pas seulement institutionnelle. Il faut ainsi « informer et être pédagogique, expliquer comment ça marche, clarifier, pour qu’à la fin de l’article le lecteur ait appris quelque chose ».

25Pour les journalistes, selon qui le journal est une entreprise qui doit “vendre” son produit au mieux, un “bon sujet” doit présenter un certain nombre de qualités, dont celle de toucher le maximum de lecteurs. Pour cela, il ne doit pas être trop spécialisé, trop pointu, bien au contraire :

« Un bon sujet intéresse ceux qui n’ont rien à voir avec le monde de l’enseignement ; un bon sujet c’est un sujet qui concerne les gens, qui ratisse large ».

26Dans l’espace concurrentiel qui prévaut à la Réunion, le “bon sujet” prend la forme de l’exclusivité qui positionne le journaliste à la pointe de l’actualité :

« Le bon papier, c’est celui où j’ai appris quelque chose aux gens, une révélation, un scoop. Quand on grille le concurrent sur un sujet, ça fait plaisir, c’est toujours bien ».

27Une autre qualité souvent signalée concerne le « sujet gigogne, qui amène à traiter des choses en cascade » et qui permet de « donner la parole à des interlocuteurs très différents ». Le “bon sujet” se prête facilement au formatage de l’écriture journalistique privilégiant le témoignage qui donne vie à l’information, la personnalise, la met en scène sur le terrain de l’école :

« Il faut que ce soit vivant, il faut qu’il y ait des gens qui parlent, des portraits, des témoignages ».

28Cette fonction d’information s’accompagne d’une fonction critique qui s’entend avant tout comme une distanciation par rapport au discours institutionnel :

« Il faut mettre le doigt où ça fait mal. En fait, c’est plutôt ça la définition du bon sujet. Et dans le système éducatif il y a toujours quelque chose qui ne va pas, donc il y a de quoi faire ».

29Le message officiel demande à être confronté à la réalité du terrain :

« J’essaie de voir l’application plus pratique des choses, de voir concrètement sur le terrain ce que cela entraîne comme changement ».

30Susciter la discussion, donner des points de vue différents, ouvrir et alimenter le débat, donner la parole aux contradicteurs et enfin, lorsque c’est possible, décoder les discours des différentes parties et placer les éléments en contexte : tels sont les buts que s’assignent les journalistes. « Pour la rubrique, l’essentiel c’est montrer et faire débattre (…). Je montre ce qui se passe, j’explique des mesures et j’en fais discuter des gens ».

31Selon les journalistes, la qualité première du “bon sujet” est ainsi de susciter le débat, la discussion. Le meilleur sujet est, par excellence, le sujet polémique sur lequel tous les partenaires de l’éducation ont une position à défendre :

« Si je peux trouver un sujet polémique, c’est encore mieux, un sujet sur lequel les gens ne sont pas d’accord et qui entraîne un débat d’idées, ça c’est intéressant (…) ; c’est bien aussi quand c’est polémique, tout simplement parce que ça crée un débat ... surtout dans un domaine aussi sensible comme l’éducation qui intéresse tout le monde tout simplement parce qu’on est tous soit parents, soit usagers de l’école ».

Les règles du jeu

32Disposer chaque semaine dans une presse quotidienne à fort tirage de quatre à six pages spécifiquement réservées à l’éducation, auxquelles une revue de presse radiophonique matinale donne un large écho, constitue une opportunité d’accès à l’espace public très appréciée par l’institution rectorale. Cette tribune doit être gérée au mieux dans le cadre d’une collaboration bien menée avec les journalistes responsables de la rubrique.

33Il s’agit de leur proposer les ressources permettant de nourrir leur rubrique (contact avec les bons interlocuteurs, idées de sujets, information sur l’actualité) et de “cadrer” leur message, tout en préservant leur autonomie d’écriture. Car les journalistes se défendent d’être la courroie de transmission du discours institutionnel. Leur professionnalisme se définit dans leur indépendance face aux sources et dans leur capacité de distanciation vis-à-vis du message rectoral. Il y va de leur crédibilité, qui se construit ici moins à l’égard des lecteurs que vis-à-vis de leurs confrères :

« Le bon sujet n’est surtout pas institutionnel ; si jamais un journal commence à être complaisant, il va se ridiculiser par rapport à l’autre. Là, encore, c’est sain cette forte concurrence entre les deux quotidiens, même si parfois ça peut provoquer une escalade dans la recherche de l’info. Mais c’est beaucoup mieux qu’il y ait cette recherche constante de l’info et de l’info pas gentille quoi, pas complaisante, que l’inverse ; comme on assiste en métropole, où la plupart des quotidiens régionaux sont en situation de monopole, sans concurrence. Ils font une info très plate, très institutionnelle justement, ce n’est pas eux qui sortent les affaires ».

34La concurrence entre les deux journaux oblige à la vigilance, en même temps qu’elle suscite l’émulation entre les journalistes :

« Parfois ça nous pèse, il faut toujours tenir compte de ce que fait l’autre, mais ça nous oblige aussi à être moins plan-plan ».

35Dans cette perspective de distanciation, s’appuyer sur les différents acteurs de l’Éducation, dont les intérêts divergents garantissent la pluralité des perspectives et permettent de donner un contrepoint au discours institutionnel, constitue une ressource importante :

« C’est une question d’équilibre, il faut savoir que tout le monde à tous les niveaux a des intérêts divergents : le proviseur du lycée va me filer des infos que le rectorat ne va pas me filer parce que le proviseur veut emmerder le rectorat ; le prof. va me filer des infos (y compris un fac-similé d’un document interne) parce qu’il veut emmerder un tel et un tel. Il n’y a pas de mystère, on est aussi le jouet consentant des gens qui veulent faire passer des choses par nous à tous les niveaux. C’est là qu’on s’y retrouve, car comme c’est des intérêts divergents et contradictoires, nous on est au milieu ; et à partir du moment où l’on n’est pas dupe, on en fera un bon usage ».

36Le journaliste dispose de ressources qui lui permettent de maintenir de « bons contacts » avec les sources, ou de leur « rendre service » sans avoir l’impression de déroger à sa déontologie :

« Il peut aussi y avoir renvoi d’ascenseur, mais on ne va jamais parler d’un truc qui n’a aucun intérêt parce qu’on nous a demandé de le faire ; si une chargée de com’ m’appelle et me dit “on a invité 300 gamins, ce serait bien que tu fasses un petit mot dessus , on dit ok, on va lui faire une brève là-dessus, ça ne mange pas de pain ».

37Dans le cadre de cette transaction entre acteurs, dont les intérêts, on l’a vu, sont à la fois complémentaires et divergents, se définissent des règles de fonctionnement qui permettent d’instaurer un équilibre fragile. Dans ce système d’action en effet, les protagonistes sont en interdépendance et personne n’a intérêt à entrer en conflit avec quiconque :

« Il y a une relation de confiance, ce n’est pas de l’amour, c’est de la confiance avec le rectorat. Quand ça merde au niveau du bac, je le dis. Mais d’un autre côté, quel meilleur vecteur de communication pour un rectorat que Le Quotidien de l’Éducation, le journal le plus vendu, le plus implanté... donc on a besoin les uns des autres, le tout c’est de respecter certaines règles ».

38La règle fondamentale énoncée par les professionnels des médias concerne le respect du territoire de chacun. Alors que la réciprocité des rapports entre journalistes et chargés de communication s’impose comme une réalité quotidienne reconnue par tous, les journalistes tiennent à rappeler que leur conception de l’information ne peut être comparée à celle de leurs partenaires institutionnels. « Le jeu d’équilibre, il existe » et ne pose pas problème, à condition que les territoires respectifs soient respectés :

« Là où c’est malsain, c’est quand on mélange les genres, c’est quand le journaliste devient chargé de com’ ».

39Les relations entre les partenaires peuvent être cordiales ; pour autant, le journaliste ne doit pas perdre sa liberté d’écriture :

« Il y a des règles du jeu basées sur l’honnêteté et pas sur la gentillesse... les termes de l’équilibre, c’est : on ne triche pas ».

40Les rapports de confiance peuvent devenir des rapports de force tant les intérêts sont divergents. Cependant, personne n’a intérêt à provoquer la rupture. Les professionnels préfèrent ainsi toujours « s’expliquer » plutôt que de se « fâcher ».

41La profession journalistique réaffirme la nécessité de maintenir des démarcations claires entre les deux champs professionnels. On constate cependant que les frontières ne sont pas étanches. L’exemple de ce fonctionnaire de l’Éducation nationale, qui a participé à la création de la rubrique du Quotidien de l’Éducation, est de ce point de vue tout à fait emblématique. Sa collaboration au journal (à raison d’un article d’une page par semaine) a duré plus de huit années, au cours desquelles il a également été à l’initiative de la création du journal interne de l’Académie, cumulant ainsi les fonctions de pigiste dans la presse quotidienne et de journaliste d’entreprise. Seule sa nomination à plein temps au cabinet de communication du recteur a suscité des protestations de la part du journal concurrent, craignant de subir une inégalité de traitement du fait de cette double appartenance. Il a donc cessé de signer des papiers pendant la durée de sa présence au cabinet rectoral. À présent appelé à d’autres fonctions au sein de l’institution, il a repris une collaboration épisodique avec le Quotidien de l’Éducation où, comme à son habitude et avec la bienveillance de l’administration, il signe à nouveau des articles. Malgré les déclarations sur l’importance de ne pas effectuer un “mélange des genres”, il y a bien, dans la réalité, une perméabilité entre les deux professions. Nous allons le voir, l’étude de la stratégie des sources le confirme.

Les sources et leurs ressources

  • 8 À la Réunion, on compte quelques journalistes assurant des fonctions de chargé de communication dan (...)

42Comme le souligne Charron (1998), le modèle de l’échange marchand qui sous-tend le modèle de l’agenda building reproduit l’erreur chronique de considérer l’information fournie par la source comme une donnée objective, sélectionnée ou non par le journaliste qui la met ensuite en forme. Or, si de nombreuses recherches ont montré le caractère construit de l’information (Véron : 1981 ; Tétu : 1989 ; Champagne : 1991 ; Accardo : 1995, 1998 ; Neveu : 1998), les chercheurs ont tardé à appliquer aux sources la perspective constructiviste déjà adoptée pour l’analyse de la production journalistique. Pourtant, les sources sélectionnent elles aussi, filtrent, construisent et formatent l’information en direction des médias. Compte tenu du caractère routinier du travail journalistique et des contraintes organisationnelles et techniques qui façonnent, celui qui connaît le fonctionnement général des médias peut facilement prévoir le comportement des journalistes et y ajuster sa propre stratégie. C’est à quoi s’emploient les chargés de communication que la fonction, en voie de professionnalisation (Messika, 1995), amène à connaître de mieux en mieux les pratiques journalistiques. Il n’y a pas de meilleur spécialiste des relations avec la presse qu’un ancien journaliste8. Faute d’être issus de la profession, les “chargés de com’” du rectorat suivent des cours dans le cadre du CFPJ (Centre de Formation Professionnel de Journalistes) de Paris. Ils bénéficient ainsi des sessions de media training, de préparation au dossier ou à la conférence de presse, sous la direction de journalistes en exercice, tout en côtoyant des étudiants journalistes inscrits dans ce centre de formation particulièrement réputé dans la profession :

« J’ai suivi des stages au CFPJ pour apprendre l’écriture journalistique et donc, à partir de là, ça m’a donné une bonne connaissance de ce que les journalistes veulent comme informations, de quel genre de chiffres ils peuvent avoir besoin, de quel genre d’illustrations. Mes dossiers, je les fais à partir de la façon dont moi j’écrirais l’article si j’étais journaliste... je le formate pour eux ».

43Ce savoir-faire est démultiplié au sein de l’Académie afin que les personnels les plus souvent en contact avec la presse soient le mieux armés possible. La chargée de communication participe ainsi à la formation des chefs d’établissements stagiaires, pour les préparer à ce rapport avec la presse ; elle aide également certains experts à préparer leurs interventions dans les médias afin que le message soit « clair, simple, avec peu de chiffres ». Et une analyse a posteriori des articles permet de pointer les dysfonctionnements ou les “erreurs de communication” commises pour y remédier. Un gros travail de filtrage des messages est effectué au sein de l’institution :

« Au départ, pour rencontrer la presse, il faut qu’il y ait une information. Souvent on vient me présenter des choses sans aucun intérêt pour un journaliste ; il y en a qui voudraient me faire inviter la presse à chaque fois qu’il y a une réunion de signature de quelque chose et chaque fois je râle, parce que je refuse d’inviter un journaliste pour ça ».

44L’enjeu pour les chargés de communication consiste à ne pas apparaître aux yeux de leurs interlocuteurs des médias comme des agents de la propagande institutionnelle. Les sources travaillent alors à parler le langage des journalistes pour, au final, se faire entendre d’eux. La stratégie mise en place est pluridimensionnelle : elle s’appuie sur l’organisation stratégique de l’agenda et sur l’adoption de l’ensemble des formats journalistiques.

L’agenda

45Une bonne connaissance de l’emploi du temps des journalistes de la presse écrite permet d’adapter l’agenda de la communication institutionnelle à celui des professionnels de l’information, l’objectif étant d’obtenir la meilleure couverture médiatique possible. Ainsi, pour les conférences de presse, le début de semaine est privilégié car il est généralement moins chargé. Ces rencontres ne commencent jamais avant dix heures du matin pour permettre aux journalistes d’assister à leur conférence de rédaction quotidienne. Des rendez-vous sont organisés à d’autres moments pour éviter l’enfermement dans la seule rubrique du mercredi et pour augmenter la surface de parution réservée à l’éducation :

« Je tiens compte aussi des pages du mercredi pour justement les éviter et avoir des choses sur l’éducation les autres jours. Je ne veux pas me laisser enfermer là-dedans. Du coup cela augmente la surface de parution, ça multiplie les pages. Je sais aussi que la page de samedi est bien lue, donc j’essaie de faire des choses le vendredi, pour avoir une couverture presse le samedi ».

Parler le langage des médias : formater le message

46L’écriture journalistique est simple et ne relève pas, même dans le cadre d’une rubrique spécialisée, de l’expertise. L’information en direction de la presse doit donc être formatée en tenant compte de la spécificité des routines du langage de la presse écrite :

« Il faut trouver un angle, être simple, ne pas donner des tonnes de chiffres, car tout ce qui est chiffré en général c’est déformé, donc j’essaie d’en tirer mon parti et de donner en général un seul chiffre ».

47Un important travail d’énonciation est déjà pris en charge en amont, par le ministère qui dispose de son propre service d’experts. La politique éducative nationale est mise en mots au niveau central ; les rectorats reprennent et diffusent ensuite slogans et formules :

« Le ministère travaille les appellations : par exemple on est parti du “collège pour tous” au “collège pour tous et pour chacun”. Toutes ces subtilités sémantiques sont la preuve qu’il y a un certain travail fait en amont et moi je n’ai qu’à reprendre ».

48La “petite phrase”, la “formule choc” qui résume le propos sans trop le caricaturer est particulièrement travaillée dans les interviews et souvent reprise par le journaliste dans l’accroche ou dans un sous-titre :

« En général j’aime bien essayer de glisser dans le discours un petit truc un peu choc, une petite phrase quoi, et en général ils le reprennent, ça leur permet de faire un sous-titre ».

49Cette prise en charge et ce contrôle de l’écriture par les sources peuvent aller très loin. L’urgence dans laquelle travaillent les journalistes, les contraintes organisationnelles et techniques qui pèsent sur eux font qu’il leur est souvent plus simple et plus économique de s’appuyer sur les dossiers de presse préparés à leur intention par des sources plus disponibles :

« Il m’est même arrivé de faire les articles. J’ai eu des journalistes qui n’avaient pas pu couvrir l’événement et qui m’appellent. Dans ces cas-là, c’est très confortable : je leur raconte, je leur dicte pratiquement l’article, je fais aussi un communiqué de presse, éventuellement j’envoie le dossier de presse à ceux qui ne peuvent pas venir et qui n’ont pas donné de nouvelles. Ça m’est déjà arrivé de trouver mes notes d’information reprises telles quelles dans des articles ; ça me fait plaisir parce que ça me montre que je n’ai pas perdu la main ».

L’angle

50Du fait de la divergence de leurs intérêts et de leurs approches, il est difficile aux journalistes et chargés de communication de faire coïncider leur sélection et leur hiérarchisation de l’information. Mais les premiers pensent pouvoir faire jouer le processus à leur avantage à condition d’anticiper et d’ajuster au mieux leur action et leurs discours vis-à-vis de la presse :

« Tout dépend de l’angle, du comment tu présentes la chose aux journalistes ».

51Une bonne connaissance des routines professionnelles leur permet de proposer des sujets dont l’angle d’approche est travaillé de façon à correspondre au mieux aux différents formats offerts par la presse écrite :

« Tous les sujets sont formatables, il suffit de trouver le bon angle et l’on peut faire passer tous les sujets. Les journalistes eux-mêmes ont des formats très différents, d’une brève au dossier de seize pages, il y a de quoi faire… je m’arrangerai pour que le format convienne pour faire passer mon message ».

La construction de l’événement

52Pour éviter que leur discours ne se perde dans le flot des informations et parvienne à accéder à l’espace public médiatique, les attachés de communication développent des stratégies de plus en plus élaborées. Car l’accès à l’espace public s’avère de plus en plus difficile et les journalistes sont aujourd’hui plus sollicités qu’ils ne sont demandeurs :

« Maintenant il va falloir se creuser la tête de plus en plus pour pouvoir intéresser les journalistes, il faut trouver un angle, être simple, ne pas donner des tonnes de chiffres. Au fur et à mesure on devient plus pro et on ne se contente pas de balancer un simple mot aux journalistes ; ils sont tellement sollicités maintenant qu’il faut qu’on argumente, qu’on travaille le dossier ».

53Cette exigence entraîne une professionnalisation de la fonction et la mise en œuvre de pratiques de plus en plus sophistiquées. Pour accéder de façon certaine à l’espace public, le message institutionnel doit prendre la forme imposée d’un “événement médiatique” qui, nous rappelle Charron, « n’est pas un agencement naturel ou fortuit de faits bruts. C’est le genre qu’emprunte le discours public pour se mettre en scène. C’est le vecteur du jeu d’influence qui sous-tend la production de l’actualité et par lequel se construisent des images publiques et se fabrique une représentation publique des acteurs sociaux » (1998 : 326). La tournée d’un recteur au centre de l’île, qui part en tournée à pied pour y rencontrer les enseignants de l’un des cirques les moins accessibles de la Réunion, constitue un “événement” qui intéresse l’ensemble des médias : la notoriété du personnage présenté hors de son cadre habituel, le caractère exceptionnel de la situation, mais aussi, pour les médias télévisuels, la possibilité de faire de belles images, tout cela contribue à assurer une couverture médiatique d’envergure tout en imposant l’image d’un recteur actif, dynamique, qui “mouille sa chemise” dans tous les sens du terme. Ce formatage reste néanmoins exceptionnel, car son impact est proportionnel à sa rareté ; et il ne peut être mis en œuvre trop souvent sous peine de subir une dévaluation sur le “marché des nouvelles”.

Le scoop ou la construction de l’exclusivité

54Sur le marché de la nouvelle, qui s’inscrit dans un cadre concurrentiel sévère, le scoop présente une valeur certaine et l’exclusivité est très appréciée. Pour imposer leur information de façon certaine dans l’agenda médiatique, les “chargés de com’” s’emploient à la formater dans ce sens :

« Ce qu’ils cherchent c’est le scoop. Alors là encore on peut s’arranger, parce que même la chose la plus banale peut être vendue comme un scoop ; c’est une question de technique, c’est une question de formatage (…). Tu arrives toujours à en faire quelque chose d’intéressant pour les journalistes ».

55De fait, pour maintenir de bonnes relations avec les journalistes, les sources doivent construire une “exclusivité” à destination de chacun des deux journaux en prenant garde de ne léser aucun des interlocuteurs habituels. Chaque journaliste se voit ainsi proposer un sujet qu’il sera le seul à traiter dans son journal : « Chacun a son exclu et tout le monde est content », en particulier le service communication qui voit ses deux sujets accéder à l’espace public sous la forme la plus complète du “dossier”. La stratégie mise en œuvre peut aller jusqu’au choix de l’interlocuteur jugé le plus à même de bien traiter le sujet. À force de travailler avec les mêmes journalistes responsables de rubrique, l’institution accède à une certaine connaissance des pratiques, des sensibilités et des qualités de chacun d’eux. La distribution des sujets se fait en fonction de ce stock de connaissances élaborées au fil des rencontres et qui finissent par constituer des ressources supplémentaires :

« Je les connais tous, je sais un peu quelles sont leurs sensibilités, donc, selon le sujet, je vois... Sur des problèmes un peu complexes ou des sujets qui sont un peu difficiles à expliquer et qu’il faut quand même exposer clairement en six ou sept colonnes, moi j’avoue que c’est X qui réussit le mieux à faire une synthèse... L’essentiel est dit et c’est clair et bien fait. Quand il s’agit plutôt de donner une information et de l’accompagner d’un certain nombre de témoignages, ils sont tous très bons, c’est beaucoup moins difficile de choisir ».

56Cette pratique n’est pas sans risques et repose sur le respect de quelques règles de base. Ainsi, seule l’information pédagogique ne relevant pas de l’actualité “chaude” peut faire l’objet de ce type de distribution ciblée :

« Si le sujet est d’actualité et très polémique, je ne m’amuserai pas à en faire une exclusivité, sinon je risque gros avec le journaliste et le journal... Si je n’ai plus la confiance des journalistes, je ne peux plus travailler... donc, si c’est un sujet d’actualité, je fais une conférence de presse pour apporter en une fois une réponse à tout le monde ».

57Faut-il en informer les journalistes eux-mêmes ? Ici les avis divergent. Pour les uns « la règle de base » consiste à ne jamais dévoiler à un journaliste le contenu du sujet sur lequel travaille son confrère. D’autres préfèrent « ne rien cacher », car cette information permet au contraire à chacun d’eux de traiter les sujets de façon très différenciée. La ligne de conduite générale est définie par quelques principes faisant écho à la déontologie journalistique : une information doit être fiable et de qualité ; rien ne doit être donné qui n’ait été au préalable vérifié et qualifié ; il ne faut jamais donner une fausse information, il vaut mieux se taire que de tromper un journaliste ; il faut toujours répondre aux demandes de renseignements même pour dire qu’on ne dispose pas de l’information.

Qui perd gagne et réciproquement

58Le contenu de la rubrique Éducation se construit pour une bonne part dans le cadre des interactions quotidiennes entre les professionnels des médias et les professionnels de la communication institutionnelle. Cependant, le processus d’influence aboutissant à l’imposition ou non d’un thème dans l’espace public apparaît plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord.

59L’influence ne s’obtient pas seulement en inscrivant un thème à l’ordre du jour, mais aussi en guidant son interprétation, voire en imposant la définition. L’action des sources consiste à « clarifier… à contextualiser… à montrer que c’est un peu plus compliqué que cela en a l’air… à recadrer pour échapper au traitement factuel du petit incident qui fait vendre ». Les sources peuvent également agir pour éviter que certains sujets “sensibles” n’apparaissent dans l’espace public. Leur influence peut se mesurer dans le fait qu’elles parviennent à soustraire certaines informations à l’attention publique ; un exemple récent concerne l’apparition dans une école d’un cas de méningite que l’institution n’a pas voulu ébruiter de « peur d’affoler les foules » ; elle a préféré « mentir par omission ».

60Enfin, l’information n’est pas une donnée objective que le journaliste décide ou non de sélectionner et de transformer en produit formaté pour sa rubrique. Les sources, on l’a vu, exercent une action en amont en s’appuyant sur la connaissance intime des pratiques et des routines journalistiques. Cependant, nous rappelle Charron (1998), pour avoir une vision plus équilibrée il faut considérer les contraintes que les médias font peser sur les sources, et les concessions qu’elles doivent consentir au langage et à la logique médiatique pour que leurs informations soient « publicisées » : les sources finissent par faire ce que les médias attendent d’elles. Or, tout ne peut être dit dans des formats aussi contraignants. L’institution dispose certes d’une revue académique pour évoquer des thèmes moins médiatiques ou présentés selon des formes moins standardisées, mais ce support reste destiné à une communication interne en direction des agents de l’institution. Pour toucher le grand public, il faut obligatoirement rentrer dans les formats médiatiques précontraints.

61Finalement, ce qui se joue entre professionnels de la communication et journalistes ne peut se réduire à une manipulation réciproque. Il s’agit plutôt, dans le cadre d’interactions définies par des règles auto-construites, d’une négociation plus équilibrée qu’il n’y paraît de prime abord, entre deux parties dont les intérêts sont à la fois complémentaires et divergents et dont l’enjeu final consiste à imposer dans l’espace public une certaine définition de la réalité scolaire locale.

Haut de page

Bibliographie

Accardo (dir.), 1995, Journalistes au quotidien, essais de socioanalyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, Le Mascaret.

Accardo (A.), 1998, Journalistes précaires, Bordeaux, Le Mascaret.

Bregman (D.), 1989, « La fonction agenda : une problématique en devenir », Hermès, pp. 191-201, n° 4.

Champagne (P.), 1991, « La construction médiatique des “malaises sociaux” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 90, décembre, pp. 64-75.

Charron (J.), 1994, La production de l’actualité, Québec, Boréal.

Charron (J.), 1998, « Les médias font-ils l’opinion ? », in P. Cabin (dir.) La communication. État des savoirs, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, pp. 321-326.

Charron (J.), Lemieux (J.) & Sauvageau (F.), 1991, Les journalistes, les médias et leurs sources, Montréal, Gaëtan Morin.

Mc Combs (M.-E.) & Shaw (D.), 1972, « The agenda setting function of mass media », Public opinion quaderly, vol. 36, pp. 176-185.

Mc Combs (M.-E.) & Shaw (D.), 1993, « The evolution of Agenda Setting research : twenty-five years in the marketplace of Ideas », Journal of Communication, vol. 43, n° 2, pp. 58-67.

Messika (L.), 1994, « Dircoms, journalistes convergence du flou », Réseaux, n° 64, pp. 55-74.

Messika (L.), 1995, Les Dircoms : un métier en voie de professionnalisation, Paris, L’Harmattan.

Idelson (B.), 1999, La presse quotidienne régionale (P.Q.R.), acteur social local. Analyse d’un discours de presse : le cas du Quotidien de la Réunion 1976-1997, Université de la Réunion-Université de Provence, Thèse de doctorat.

Neveu (E.), 1998, « La presse et le mouvement des légumiers léonards. Distanciation et proximité dans la couverture locale d’un mouvement social violent », communication au colloque Social Movements, Media and policing, Université de Genève, 9 et 10 octobre.

Padioleau (J.-G.), 1976, « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, vol. 18, n° 3, juillet-septembre, pp. 256-282.

Ruellan (D.), 1993, Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Simonin (J.), Watin (M.) & Wolff (E.), 1994, « Une île en mutation », Informations Sociales, n° 33, pp. 103-108.

Simonin (J.) & Wolff (E.), 1996, « École et famille à la Réunion : le télescopage des modèles », in F. de Singly (dir.), Famille et École, Lien social et Politiques, RIAC, n° 35, Université de Montréal, pp. 37-46.

Tetu (J-F.) & Mouillaud (M.), 1989, Le journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Veron (O.), 1981, Construire l’événement : les médias et l’accident de Tree Mile Island, Paris, Éditions de Minuit.

Watin (M.) & Wolff (E.), 1996, « L’émergence de l’espace public à la Réunion : un contexte socio-historique singulier », Bulletin du CERTEIC, Études de communication, n° 17, Presses Universitaires de Lille, pp. 19-39.

Wolff (E.), 1997, « Presse lycéenne et émergence de l’espace public à la Réunion », Réseaux, n° 86, pp. 139-156.

Wolff (E.), 1998, Lycéens à la une. La presse lycéenne à la Réunion : 1970-1995, St André, Océans Editions.

Haut de page

Notes

1 Le Quotidien tire à 35 000 exemplaires et Le Journal de l’Ile en annonce 18 000.

2 L’Ile Maurice, Madagascar, les Seychelles, les Comores, Mayotte, l’Afrique du Sud.

3 Ce sont des professeurs d’Université nommés en conseil des ministres et chargés de faire appliquer la politique nationale à la tête du rectorat qu’ils dirigent.

4 Ils étaient à peine 600 en 1970.

5 La revue Arum, créée en 1993.

6 Ce recensement porte sur les dossiers de la rubrique Éducation traités par chacun des journaux durant l’année scolaire 1997-98.

7 Dans une étude pionnière sur les journalistes spécialistes de l’Éducation nationale, Padioleau (1976) évoque cette double dimension de la pragmatique journalistique se référant à une rhétorique de l’objectivité et à une rhétorique de l’expertise critique.

8 À la Réunion, on compte quelques journalistes assurant des fonctions de chargé de communication dans les collectivités locales ou auprès d’hommes politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éliane Wolff, « Presse et institution scolaire : une co-construction de l’information sur l’École à la Réunion », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 33-55.

Référence électronique

Éliane Wolff, « Presse et institution scolaire : une co-construction de l’information sur l’École à la Réunion », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cres.revues.org/1662

Haut de page

Auteur

Éliane Wolff

Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de la Réunion.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org