Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
Jeunesse et diplôme au Maghreb : un enjeu idéologique

Politiques scolaires et choix de carrière : l’École algérienne vue par les médias

School policies and choice of careers: the Algerian school through the media
Hocine Khelfaoui
p. 113-132

Résumés

En Algérie, les médias constituent un canal et un instrument important dans la diffusion de l’information sur l’école. Outre ses fonctions ordinaires d’information, la presse compense, dans le contexte algérien, l’insuffisance de communication de l’école avec son environnement. Avec un système éducatif dont le comportement autarcique est proche de l’autisme, ce sont les médias qui rendent possibles la visibilité et la lisibilité du “système”. Mais, loin d’être de simples canaux d’information, ils participent aux débats sur l’école et répercutent le point de vue des principaux courants politiques. Tout en retraçant l’histoire des médias algériens dans leur rapport à l’éducation, le texte proposé tente d’analyser leur impact sur un double plan : celui des politiques scolaires préconisées par les principales tendances socio-politiques et mises en œuvre par l’État, et celui des choix et des stratégies individuels de carrière.

Haut de page

Texte intégral

1De prime abord, traiter du thème de l’École à travers les médias peut paraître séduisant. Mais, à y regarder de près, derrière sa simplicité apparente se cachent deux problèmes d’une grande complexité : le premier est celui de la masse de travail empirique qu’une telle recherche implique ; le second relève de la diversité des points de vue qui se reflètent dans les médias, diversité à travers laquelle il faut décoder les rapports complexes qu’entretiennent les différentes sphères de l’activité sociale (socioculturelle, politique, économique), et surtout les antagonismes et les conflits qui les traversent, notamment dans les pays où il n’y a pas de consensus autour des fonctions sociales de l’École.

2En effet, à moins de réduire le champ de la recherche dans le temps à un nombre déterminé d’années, ce qui amoindrit considérablement la portée explicative de l’analyse, l’on se trouve devant une quantité de matière aussi abondante que variée. Cette masse d’informations reflète le point de vue de toutes les tendances socioculturelles et politiques qui existent dans le pays.

3Ces difficultés nous imposent de limiter à la fois le terrain de nos recherches et le champ de nos investigations. Le terrain de notre recherche n’est, pour cela, constitué que de la seule presse écrite ; les médias audiovisuels étant grosso modo traversés par les mêmes courants d’opinion, cette limite ne réduit pas sensiblement la portée explicative de l’analyse. Le champ d’investigation se borne, lui, à l’exploration d’une seule hypothèse, construite à partir de compilations de journaux, mais aussi de nos enquêtes et travaux antérieurs sur le système algérien d’éducation et de formation. Cette hypothèse peut être formulée ainsi : si les médias ont une influence importante sur les questions politiques de l’éducation, leur impact sur les choix individuels et les stratégies de carrière est très faible, sinon nul.

4Après une brève présentation du paysage médiatique algérien dans son rapport à l’École et au pouvoir, le présent travail traitera dans un premier temps de son impact sur les grandes orientations du système éducatif, celles qui relèvent du niveau politique, puis, dans un second temps, sur le choix des carrières et des itinéraires professionnels chez les jeunes en quête de formation professionnelle.

École, pouvoir et médias en Algérie

5En Algérie, les médias constituent un canal et un instrument important dans la diffusion de l’information sur l’École. Outre ses fonctions ordinaires, la presse compense l’absence de communication de l’institution scolaire avec son environnement. Nous avons montré dans des travaux antérieurs (Khelfaoui, 1991) les grandes capacités du système éducatif à s’autonomiser par rapport à son environnement, autonomisation qui, loin de le soustraire aux influences extérieures, notamment celle du pouvoir et des conjonctures politiques, l’en rend au contraire très dépendant. Car, en s’autonomisant de la société, et notamment des activités économiques, il s’en éloigne et se met du coup sous la coupe du pouvoir politique. Dans le contexte algérien, l’autonomisation du système éducatif n’a pas donné lieu à une renégociation du rapport de l’École à l’économique et au social, mais à une distanciation d’avec ces deux sphères. Le système éducatif se crée une situation paradoxale de dépendance-autonomie qui l’éloigne de la société mais qui le met sous le contrôle des pouvoirs politiques.

6L’École se trouve dès lors entre un État qui ne communique pas mais ordonne, et une société avec laquelle elle entretient peu d’échanges. Perdant toute capacité de communiquer, en premier lieu avec les parents d’élèves, elle entre dans un état de fonctionnement autarcique proche de l’autisme. Si l’on définit la communication comme le résultat d’un échange d’informations, plutôt qu’une information à sens unique de maître à élève, on pourrait ajouter que l’École ne communique pas plus avec les élèves, les activités pédagogiques se réduisant souvent à un discours à sens unique. Pour cette raison, et faute de revues spécialisées à caractère scientifique et pédagogique, ce sont essentiellement les journaux qui rendent possible la visibilité et la lisibilité du “système scolaire”, non seulement pour la majorité de la population, mais aussi pour l’élite.

  • 1 Nous avons pu remarquer que seuls les enseignants partis à la retraite interviennent dans les débat (...)

7Dans cette situation, les médias sont souvent les seuls à dénoncer le contenu des enseignements, généralement qualifiés d’obsolètes, les conditions matérielles dans lesquelles ils sont dispensés, ainsi que les comportements anti-pédagogiques signalés par les élèves ou leurs parents. Il est paradoxalement très rare que de telles critiques viennent des enseignants – qui n’interviennent dans la presse que pour se plaindre des abus d’autorité dont ils sont victimes – ou des responsables pédagogiques1. La presse est ainsi le seul canal qui permet aux parents, aux enseignants et aux élèves d’exprimer une requête, un mécontentement, ou d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur les dysfonctionnements qui affectent l’École.

Aperçu sur le paysage médiatique algérien

8Outre les trois chaînes de radio (arabophone, francophone et berbérophone) et l’unique chaîne de télévision, l’Algérie a compté dès l’indépendance de nombreux journaux et périodiques en langue arabe et française. En 1974, on dénombrait quatre quotidiens (deux en langue française et deux en langue arabe), cinq hebdomadaires (quatre en français et un en arabe) et sept mensuels, dont deux en langue arabe (Tableau 1). Les principaux médias, mais aussi ceux qui ont le plus fort tirage, étaient en langue française. Tous ces journaux étaient à des degrés divers contrôlés par le Pouvoir. Cependant, comme celui-ci n’était pas homogène – des tendances diamétralement opposées coexistaient en son sein –, tous les courants représentés pouvaient s’y exprimer. Les plus influents d’entre eux avaient d’ailleurs de manière officieuse des titres presque exclusivement sous leur contrôle.

9Il était de notoriété publique que l’hebdomadaire Algérie Actualité représentait durant les années quatre-vingt le courant libéral et laïcisant ; il était aussi considéré comme le journal des intellectuels francophones. Curieusement, des membres influents du Pouvoir le percevaient comme un journal d’opposition. Le quotidien arabophone Al Chaâb, plutôt conservateur et se réclamant de “l’identité nationale”, reflétait généralement les avis de la tendance adverse. Certains titres passaient d’un courant à un autre en fonction du rapport de force du moment. Par exemple, bien que dépendant directement du Parti, l’hebdomadaire de langue française Révolution Africaine est passé à plusieurs reprises d’une tendance à une autre, notamment de la “gauche communiste” à la “droite nationaliste” et inversement.

  • 2 L’usage du qualificatif “indépendant”, accolé à la presse, a donné lieu à de nombreuses controverse (...)

10Avec la libéralisation de la presse, en 1988, de nombreux journalistes ont quitté ces organes pour créer leurs propres titres. C’est ainsi qu’est née et s’est développée la presse dite “indépendante”2 en Algérie. Outre la presse gouvernementale, qui ne subsiste désormais que grâce aux subventions de l’État, de très nombreux journaux, quotidiens et hebdomadaires, ont été créés dans les deux langues (Tableau 2).

Tableau 1 : État non exhaustif de la presse écrite en 1974

Nom du média

Langue

Périodicité

Origine

Tirage
(estimation)

Al-açalat

Arabe/bilingue

Mensuel

Ministère de
l’Enseignement
originel

Algérie-Actualité

Français

Hebdomadaire

Ministère
de l’Information

45 000

El Djeich

Français

Mensuel

MDN

15 000

El Djeich

Arabe

Mensuel

MDN

10 000

La République

Français

Quotidien

Ministère
de l’Information

35 à
50 000

El Moudjahid

Français

Quotidien

Ministère
de l’Information

120 000 à
150 000

El Moudjahid
Attaqafa

Arabe

Hebdomadaire

Ministère
de l’Information

60 000

An Nasr

Arabe

Quotidien

Ministère
de l’Information

25 000

Promesse
(Amal, en arabe)

Français
et Arabe

Irrégulier

Ministère
de la Culture

Révolution
Africaine

Français

Hebdomadaire

Parti FLN

18 000

Révolution
et Travail

Français
et Arabe

Hebdomadaire

UGTA

7 000 à
8 000

La Revue
du Fellah

Français

Mensuel

Ministère
de l’Agriculture

El Chaâb

Arabe

Quotidien

Ministère
de l’Information

25 000

Terre et Progrès

Français

Mensuel

Ministère
de l’Agriculture

15 000

Sources : d’après Etienne et Leca, 1975 : 66.

Tableau 2 : État de la presse écrite en 2000 (tableau non exhaustif)

Nom du média

Langue

Périodicité

Origine

Tirage
(estimation)

El Khabar

Arabe

Quotidien

Indépendant

400 000 à
500 000

El Khabar
El Ousbouyi

Arabe

Hebdo

Indépendant

Inconnu

El Alem Essyassi

Arabe

Quotidien

Indépendant

Inconnu

El Chaâb

Arabe

Quotidien

Gouvernemental

7 à 8 000

An Nasr

Arabe

Quotidien

Gouvernemental

4 à 5 000

Al Açil

Arabe

Quotidien

Privé

9 à 10 000

El Moudjahid

Français

Quotidien

Gouvernemental

7 à 8 000

Horizon

Français

Quotidien

Gouvernemental

9 à 10 000

El Watan

Français

Quotidien

Indépendant

110 000

Le Matin

Français

Quotidien

Indépendant

150 000

Liberté

Français

Quotidien

Indépendant

150 000

Le Soir

Français

Quotidien

Indépendant

100 000

La Tribune

Français

Quotidien

Indépendant

50 000

Le Quotidien
d’Oran

Français

Quotidien

Indépendant

130 000

Demain l’Algérie

Français

Quotidien

Privé

Faible

L’Authentique

Français

Quotidien

Privé

Faible

La Nouvelle
République

Français

Quotidien

Indépendant

Faible

Le Jeune
Indépendant

Français

Quotidien

Indépendant

Faible

La Libre Algérie

Français

Quotidien

Partisan (FFS)

Faible

Saout El Ahrar

Arabe

Quotidien

Partisan (FLN)

Faible

À noter que les expériences de presse partisane ont presque toutes échoué, ou ont donné lieu à des journaux de très faible tirage, comme La Libre Algérie (en français) du FFS, ainsi que Saout El Ahrar (également en français) du FLN.

Les médias : influence passée et actuelle

11Les médias ont toujours eu une influence importante sur l’opinion publique, et donc sur les différents pouvoirs successifs, y compris à l’époque du “monopartisme”. Ils avaient même plus d’impact sur le Pouvoir à cette époque dans la mesure où ils étaient censés représenter des courants internes, qu’on ne peut réprimer sans risquer de mettre en péril la cohésion interne du système. Après la libéralisation, celui-ci s’est montré un moment sensible aux critiques venant des médias, mais s’est vite doté d’une stratégie adaptée à la nouvelle situation.

12Cette stratégie consistait à réagir aux écrits critiques au cas par cas et par des comportements appropriés : il s’agissait de répondre par une mise au point, de faire le dos rond ou, lorsque l’affaire était gravement compromettante, de recourir à une justice instrumentalisée pour sanctionner financièrement et/ou pénalement les journalistes, ou encore, dans les cas graves, de suspendre le titre pour une durée plus ou moins longue. Encore maintenant, ces comportements peuvent également varier d’un titre à un autre : on est généralement plus prudent à l’égard des titres ou même des personnes ayant une aura internationale. Le monopole de l’État sur la publicité est également utilisé pour pénaliser les titres indociles et récompenser ceux qui le sont moins. En fait, dans bien des cas, le Pouvoir choisit à l’égard de la presse le comportement qu’il adopte à l’égard de l’opposition politique et que l’on peut résumer ainsi : « Dites (ou écrivez) ce que vous voulez, nous, nous faisons ce que nous voulons ». Lorsque les protestations dépassent le seuil du dit ou de l’écrit, le monopole de la violence détenu par l’État est alors exercé à l’encontre des récalcitrants. En l’absence d’arbitrage social opérant, et tant que l’État bénéficie du sentiment de répulsion et de peur généré par le terrorisme, cette stratégie s’avère payante.

13De ce fait, les médias ont probablement eu plus d’influence sur le Pouvoir, et donc sur les orientations politiques, avant la libéralisation qu’après. Cela étant, plusieurs niveaux de distinction sont à relever dans les attitudes des médias algériens à l’égard du système d’éducation et de formation. Au niveau diachronique, on observe naturellement une évolution significative entre la période du Parti unique et celle qui lui a succédé à partir de 1988. Au niveau synchronique, on distingue des comportements assez nuancés entre les médias dits publics (en fait gouvernementaux) et ceux dits indépendants (de propriété privée) ; tout comme on observe au sein de ces deux groupes de médias d’autres nuances entre presse arabophone et presse francophone, entre presse écrite et presse audiovisuelle.

L’impact sur les politiques d’éducation

14Lorsque l’on parcourt les principaux titres de la presse algérienne, l’on se rend compte qu’elle est essentiellement une presse politique. D’ailleurs, un journal se définit d’abord par sa ligne politique. La “Une” et les premières pages sont toujours réservées à la rubrique politique ; ensuite viennent se greffer des rubriques culturelles ou littéraires, des rubriques sentimentales ou matrimoniales, des faits divers, etc… Rares sont les journaux à contenu économique ou spécialisé qui ont pu s’imposer dans le paysage médiatique algérien. Face à ce vide, quelques associations professionnelles et secteurs d’activité industrielle ont tenté, vainement, d’éditer ici et là une revue spécialisée, s’adressant à un public en quête d’informations portant sur les activités économiques et les professions techniques.

15Au sommet de son prestige, au milieu des années quatre-vingt, l’hebdomadaire Algérie Actualité a entrepris de lancer un mensuel économique Actualité Économie. Bien qu’il prît une coloration politique – par sa position critique à l’égard du secteur public et son soutien au secteur privé, le système préparant alors sa mue future – et qu’il fût le seul journal de cette nature sur le marché, il ne tint pas plus de trois ans. Tout récemment encore, L’Économiste d’Algérie, un hebdomadaire d’informations économiques, a été lancé par des journalistes indépendants ; après six mois de parution, il reste largement méconnu du grand public. Ce journal n’a d’ailleurs pu avoir l’autorisation de paraître qu’après de très nombreuses démarches et une longue grève de la faim menée par son fondateur principal. Alors qu’il n’oppose aucun obstacle à la multiplication des journaux politiques, le Pouvoir fait preuve d’une extrême méfiance à l’égard de la presse économique.

16Cette situation explique la propension des médias à aborder le système éducatif sous l’angle politique. Il est facile d’observer qu’ils sont plutôt intéressés par un enseignement porteur d’idéologie (société laïque, société religieuse…) ; aussi le système éducatif est-il désormais associé à la construction d’un “projet de société” plutôt qu’à un “projet de développement”, comme c’était souvent le cas avant la libéralisation. Bien évidemment, leur position ne fait ici que refléter les antagonismes qui traversent la société et le système politique algérien. Cette orientation originelle pourrait également trouver une de ses causes dans le fait que les médias ont abrité dès les premières années de l’indépendance des débats contradictoires sur la nature du système scolaire à construire et que, au cours de ces débats, seuls les politiques ou des points de vue reflétant des avis politiques, s’y exprimaient. On peut en effet remarquer que très peu d’écrits viennent de pédagogues ou de techniciens s’intéressant concrètement aux programmes enseignés, à la manière dont ils sont enseignés ou aux débouchés de l’école.

Médias et langues d’enseignement

17Les médias ont depuis toujours servi de support aux débats sur la place de la religion, de la langue (arabe ou française) ou de la technique dans l’enseignement – lorsque celle-ci est politiquement orientée comme ce fut le cas lors des campagnes de promotion en faveur des instituts technologiques au début des années soixante-dix. Parmi les thèmes qui ont le plus mobilisé les médias, et sur lesquels ceux-ci ont exercé le plus d’influence, figure celui de la langue d’enseignement. Dès 1963, moins d’une année après l’indépendance, les journaux ouvrirent leurs colonnes à des points de vue très tranchés autour de la question de l’arabisation de l’enseignement. Si cette option n’était alors contestée par personne, le contenu et les moyens d’y parvenir étaient loin de faire l’unanimité.

  • 3 Cette thèse est soutenue par Mostéfa Lacheraf, sociologue et homme politique algérien.
  • 4 Voir Etienne et Leca, 1975.

18Deux thèses s’affrontaient alors. Selon la première, dite de la “transplantation du domaine français en arabe et vice-versa”, il s’agit de parvenir à une langue qui fut la synthèse de la modernité véhiculée par la culture et la langue française, et de l’authenticité véhiculée par la langue et la culture arabe. Un tel objectif supposait qu’il n’y ait pas de rupture brutale avec la langue française, et entrevoyait une arabisation progressive et à long terme. Cette thèse était soutenue dans les colonnes de Révolution Africaine, organe central du FLN3. La seconde thèse, dite de “l’expulsion du domaine français”, préconisait une rupture radicale avec la langue et la culture française. Réagissant aux écrits de Révolution Africaine, les tenants de cette seconde thèse répliquaient dans les colonnes de la version arabe de la revue El Djeich – publication hebdomadaire qui existe également en langue française et qui est l’organe central de l’Armée4.

  • 5 Al-Uruba (l’arabité), revue publiée à Constantine, et cité par B. Etienne, 1977 : 184.

19Les médias ne s’affrontaient pas seulement autour de la place de la langue dans l’enseignement ; ils prenaient également position au sujet des possibilités d’emploi et de promotion sociale que permet chacune des deux langues. Ainsi, les médias de langue arabe ne cessaient de dénoncer l’absence de débouchés pour les diplômés arabophones. Aux premières années de l’indépendance, le seul emploi offert à ces derniers, qui ne pouvaient d’ailleurs avoir obtenu leur titre qu’en Tunisie ou dans un autre pays arabe, était d’enseigner dans une école primaire. Cette situation paraissait d’autant plus inacceptable pour les partisans de l’arabisation qu’elle tendait à accréditer “l’idée empoisonnée” qui oppose le français, « langue du pain et de la vie », à l’arabe, « langue des rites et des amulettes »5.

  • 6 Le FLN était jusqu’à la fin des années quatre-vingt parmi les plus gros employeurs de la Fonction p (...)
  • 7 Ces dernières années, l’appareil judiciaire a souvent été mobilisé pour juguler ou réprimer sévèrem (...)

20En effet, les “arabisants” avaient alors bien moins de chance d’accéder à un statut économique et social comparable à celui de leurs homologues ayant suivi des études en langue française. Cette situation évolua certes au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, mais resta durant cette période à l’avantage des “francisants”. Un partage de fait a eu lieu alors : les diplômés de langue arabe avaient pour principaux débouchés les “appareils idéologiques”, à savoir le secteur éducatif, l’appareil judiciaire, le ministère de l’Information, le Parti FLN6…, ainsi que le secteur du commerce informel. Les diplômés de langue française allaient, eux, majoritairement dans le secteur public économique (agriculture, industrie, pétrole, hydraulique…) et, également, dans le secteur économique privé productif. Cette “distribution” marque aujourd’hui encore le paysage politique et socioculturel algérien, et constitue un des plus importants clivages de la société7.

  • 8 Les articles traitant de ces thèmes foisonnent dans la presse. Toutefois, avec la montée de la viol (...)

21Le fait que certains médias servaient de caisse de résonance aux “arabisants” contribuait à faire d’eux, durant les années soixante-dix, un groupe social turbulent et revendicatif. Par certains côtés, cette situation rappelle assez étrangement celle que vivent actuellement les “francisants” ; complètement, ou presque, expulsés du domaine éducatif, ces derniers s’en prennent quasi quotidiennement dans la presse à « l’école des analphabètes bilingues », qui ne produit que de la « violence religieuse »8.

22En somme, il paraît assez clairement que la presse arabophone répercuta globalement (mais non exclusivement) des messages et des analyses favorables au courant culturaliste et conservateur, tandis que la presse francophone en fit de même pour le courant adverse, qui se définit globalement comme laïc et moderniste.

23Les médias vont avoir un impact majeur, non seulement sur l’avenir de l’École mais également sur celui de la société algérienne dans son ensemble. Cet impact se mesure par exemple aux conséquences qu’auront les écrits médiatiques de Abdallah Cheriet en réaction au projet de réforme du système éducatif de 1977, annoncée par Mostéfa Lacheraf qui venait d’être nommé ministre de l’Éducation. Abdallah Cheriet, intellectuel arabophone polémiste, attaqua de manière frontale dans la presse la politique éducative préconisée par le nouveau ministre en s’attardant tactiquement sur la question sensible de la langue d’enseignement.

  • 9 Le Président Boumédienne aurait, selon Le Quotidien d’Oran qui est revenu sur cet épisode dans son (...)

24Découragé par l’ampleur considérable de l’écho produit par ces écrits médiatiques, mais probablement surtout par l’attitude du chef de l’État, dont la position est restée ambiguë9, Lacheraf, à la personnalité plus intellectuelle que politique malgré son itinéraire de militant, démissionna de son poste de ministre de l’Éducation. Pour la première fois, les médias auront servi à obtenir la démission d’un ministre, à un moment où ce poste représentait un réel pouvoir. Cet événement aura des répercutions considérables sur le cours des choses en matière d’éducation et sur l’évolution politique et sociale de l’Algérie. Tout en marquant le maintien définitif de l’école sous le contrôle des “réformistes”, il préparait la défaite sociale future du courant que Lacheraf qualifiera plus tard de « patriotique et modernisateur » – car le style d’arabisation adopté par l’école est indissociable des lectures religieuses qui menèrent à la guerre civile.

25Le Président Boumédienne semble avoir pressenti ce retournement puisqu’il ne cessait de prédire aux “arabisants” qui se plaignaient de la mainmise des “francisants” sur les rouages économiques du pays, que leur revanche serait dans l’avenir s’ils savaient se montrer patients. Cela paraît même être le seul aspect de la stratégie de Boumédienne qui ait réussi.

  • 10 La Nahda, ou Renaissance islamique, est un mouvement politico-intellectuel fondé par Djamel Eddine (...)

26En acceptant la démission de Lacheraf, le Président Boumédienne obéit à un rapport de force au sein de l’ensemble de la classe politique : il fallait préserver le modus vivendi qui s’était établi globalement au sein du pouvoir, et qui, depuis l’indépendance, concédait le domaine éducatif à la tendance socio-politique dite réformiste (Khelfaoui, 1987). Pourtant, à lire Lacheraf, on comprend que son intention n’était pas de s’opposer à l’arabisation ; il se méfiait surtout de son instrumentalisation politique et religieuse, et des mauvaises lectures faites de l’œuvre des fondateurs du mouvement Nahda10, dont se réclamaient les réformistes. « À cause des lacunes dans l’interprétation du projet des deux pionniers et de la persistance d’une certaine mentalité décadente, écrira-t-il bien plus tard, les réformateurs aux larges vues devenaient des réformistes étriqués ; la politique cédait le pas à l’idéologie, et la religion (…) se transformait en religiosité tactique. Sans oublier le chauvinisme xénophobe et stérile qui succède au patriotisme libérateur… » (El Watan, 5-6/06/1998).

  • 11 Mostéfa Lacheraf écrit encore (1998 : 324) : « En avril 1977, ayant été nommé ministre de l’Éducati (...)

27C’est encore dans les médias qu’il qualifiera plus tard ses projets de réforme de « combat inégal contre l’obscurantisme avant-coureur, d’où allait naître l’actuel phénomène totalitaire, intégriste, déstabilisateur et rétrograde, à l’école, dans les partis politico-religieux et conservateurs… »11.

École, médias et enjeux politiques

  • 12 Cette solidarité rappelle un des codes de conduite qui assuraient la survie en milieu hostile des a (...)

28Avec la libéralisation et la montée de l’islamisme politique, les médias devinrent une arme de combat quotidiennement utilisée par les tendances rivales. Les écrits perdirent alors toute objectivité, voire toute retenue, sachant que le lecteur s’était de lui-même constitué prisonnier d’un seul point de vue. En effet, francophones et arabophones, islamistes et laïcs ne lisent, en règle générale, que les journaux correspondant à leur obédience, et ne peuvent donc se faire un avis indépendant de l’opinion des autres. L’appartenance à l’une de ces obédiences, comme d’ailleurs à un parti politique, génère une solidarité de type communautaire où l’individu, ne pouvant remettre en cause le groupe, est totalement sous l’emprise de ses publicistes politiques12.

  • 13 En réponse à l’une de ces accusations, un journal francophone n’a pas hésité à titrer, sur un ton d (...)

29L’école étant considérée par les “réformistes” comme leur chasse gardée, toute critique la visant est vue comme « une campagne orchestrée par les francophones », ce qui ne manque jamais de faire réagir la presse de langue française13. Cette conjoncture a connu une avalanche d’écrits journalistiques, dont un nombre important a trait directement ou indirectement à l’École, soit comme responsable de la crise, soit comme enjeu de la société future. Ces écrits se caractérisent souvent par une violence excessive (Arous, 1993).

30La focalisation sur la question de la langue d’enseignement et de la place de la religion a fini par occulter presque tous les autres problèmes de l’École. Les rares voies qui tentent d’aller au-delà de cette question n’arrivent pas à se faire entendre, et finissent toujours par se perdre dans la cacophonie générale. La modernisation des programmes, le recyclage et la formation pédagogique des enseignants, le surpeuplement des classes, la tendance à la déscolarisation, et surtout la perte de prestige et la dévalorisation sociale de l’École – la scolarisation passe de moins en moins pour un investissement utile pour l’avenir – occupent peu de place dans les colonnes de la presse. Celle-ci, toutes tendances confondues, a rarement attiré l’attention sur le désenchantement à l’égard de l’École, sa dévalorisation sociale, et les graves conséquences sociales qui en résultent. Néanmoins, les médias expriment parfois des points de vue moins partisans. Dès que les débats ne concernent plus la langue d’enseignement ou la place de la religion dans les programmes, ils deviennent moins passionnés, et les anathèmes laissent place à la recherche d’arguments objectifs. On peut ainsi lire des réflexions très poussées, des enquêtes de terrain fouillées sur certains problèmes (conditions de travail des enseignants, médecine scolaire, couverture scolaire des régions enclavées, programmes d’enseignement…). Mais ces écrits viennent souvent à la suite d’événements extérieurs au monde des médias.

  • 14 Boudalia-Greffou, 1989.

31Ainsi, les programmes d’enseignement ont fait l’objet d’un battage médiatique sans précédent à la suite de la publication, en 1989, d’un ouvrage remettant en cause les méthodes pédagogiques appliquées par l’école algérienne14. Deux des conclusions avancées dans cet ouvrage ont particulièrement attiré l’attention des médias : la première soutenait que l’école algérienne était une copie des classes de perfectionnement françaises – un système parallèle conçu pour « les enfants migrants et de français catalogués débiles légers » ; la seconde révélait que si ce système n’avait pas rencontré de résistance, c’est parce qu’on avait réussi à le faire passer pour une « méthode nationale », et de ce fait, « érigé en tabou générateur d’immobilisme ».

32Outre sa “surmédiatisation” par la presse francophone – il apportait de l’eau à son moulin –, l’opuscule fit l’objet de très nombreux débats dans presque tous les journaux ; comme sa parution avait coïncidé avec l’ouverture politique qui suivit les émeutes d’octobre 1988, même la Télévision nationale lui consacra des émissions. C’est principalement à la suite de ces débats que les médias francophones évoquèrent pour la première fois la nécessité de recourir à l’école privée. Derrière cette demande, soutenue par l’argument selon lequel l’école publique “débilise” les enfants, se profilait aussi l’ambition de ne plus se limiter à revendiquer la réforme du système éducatif, mais de lui trouver un substitut, de lui trouver des voies de contournement. Un sentiment de renoncement, né de la conviction que l’école publique était “non réformable”, n’était pas non plus absent de cette nouvelle démarche. Il est certain que les débats qui eurent lieu à travers les colonnes de la presse furent plus riches et plus nombreux que ceux organisés par les institutions étatiques. Ceux-ci avaient généralement lieu au sein de commissions officielles, que chacun soupçonnait d’exister seulement pour cautionner une politique déjà décidée en haut lieu. Mais on ne sait dans quelle mesure les points de vue et les analyses (parfois de haut niveau) développés dans la presse sont pris en compte dans la définition de la politique nationale éducative. Il paraît évident que les décisions prises en dernier ressort par le Pouvoir obéissent davantage à des considérations politiciennes, quelles que puissent en être les conséquences sur l’école et la société, qu’à une volonté de construire un système éducatif performant.

Impact sur les stratégies de carrière

  • 15 En Algérie, on estime que chaque exemplaire acheté est lu par trois personnes en moyenne.

33Si les médias ont abondamment traité de l’école du point de vue de son rôle dans la construction de la société algérienne, donc comme lieu de socialisation, ils se sont néanmoins assez peu intéressés à elle comme instrument de professionnalisation. La nécessité de valoriser l’enseignement technique et professionnel par rapport à l’enseignement général, qui a toujours été le cheval de bataille du secteur économique et industriel, n’a guère trouvé de relais auprès de la presse de toute obédience. Pourtant, les cadres de ce secteur appartiennent dans l’ensemble à la même mouvance politique que la presse de langue française prise dans sa globalité, ainsi que certains grands médias arabophones comme le quotidien El Khabar, qui détient le plus fort tirage avec cinq cent mille exemplaires vendus, et près d’un million et demi de lecteurs15.

34Pour étayer cette affirmation, nous nous sommes appuyés sur des informations recueillies lors de divers travaux sur l’enseignement technique et la formation professionnelle en Algérie. Par exemple, nous avons reconduit une même question à un échantillon de cinquante étudiants inscrits dans un institut technologique pendant une période de quinze ans (de 1981 à 1996). Cette question tentait de cerner les différentes sources d’information qui contribuent à orienter les élèves vers le choix d’études techniques.

Tableau 3 : Comment les étudiants s’orientent vers des études techniques, en 1981, 1983, 1986 et 1996

Source d’information

1981

1983

1986

1996

Par hasard ou par tâtonnement

25

50 %

19

34 %

12

24 %

18

34 %

Sur information de presse

13

26 %

21

42 %

6

12 %

0

0 %

Sur le conseil d’une connaissance

9

18 %

7

14 %

22

44 %

15

30 %

Vous connaissiez votre institut
et vous êtes venus en connaissance
de cause

3

6 %

3

6 %

10

20 %

17

34 %

Total

50

100 %

50

100 %

50

100 %

50

100 %

(résultats d’enquêtes)

35L’indication la plus remarquable ici est l’anonymat dans lequel se trouvaient encore, en 1981, les filières d’enseignement technique. Seule une infime partie des candidats a déclaré avoir choisi cette filière en connaissance de cause, étant déjà informée des possibilités offertes par l’Institut qu’elle a décidé de fréquenter. On peut par contre noter le rôle important de la presse en 1981 et 1983. Durant ces deux moments, elle a participé respectivement à l’orientation de 26 % et de 42 % des candidats ; on constate en revanche que son influence sur le choix de ces études est tombée à 12 % en 1986 et qu’elle est devenue nulle en 1996. Plusieurs explications peuvent être données au recul des inscriptions en filières techniques et professionnelles suscitées par les médias.

36La première est liée à l’indifférence de la presse à l’égard des prolongements et de la finalité socio-économique des études. Les médias n’ont joué un rôle important en 1983 et en 1986 que parce qu’ils se sont fait l’écho de la volonté des pouvoirs publics ; les résultats médiatiques des années 1983 et 1986 constituent une sorte de prolongement des campagnes de presse ordonnées par les pouvoirs publics lors du lancement des différents instituts technologiques tout au long de la décennie soixante-dix. À cette époque, la presse était chargée de défendre “l’option scientifique et technique”, comme soutien aux plans nationaux d’industrialisation, au sein du système éducatif. L’enseignement technologique et professionnel était ainsi présenté comme l’alternative au système éducatif hérité de la colonisation et condamné dans le discours officiel dominant pour son “élitisme” et son inadaptation aux besoins de l’économie.

37La deuxième explication est liée au recours intensif à la publicité médiatique, rendu possible, jusqu’à la crise économique de 1986, par l’aisance financière des institutions de formation. Les médias de l’État permettaient à n’importe quelle institution publique de diffuser autant de placards publicitaires qu’elle le souhaitait. Les instituts technologiques, qui disposaient alors de budgets importants, se permettaient de longues et coûteuses campagnes de presse dans les deux langues. De telles campagnes de presse, qui ne relevaient pas de l’initiative des médias et étaient financées par les instituts technologiques eux-mêmes, ont eu un impact important sur le choix des élèves, comme cela ressort des réponses des étudiants interrogés.

38Comme on le remarque, cet impact s’est toutefois effondré à partir de 1986 au profit d’autres sources d’information, telle que la connaissance préalable de l’institut choisi par le candidat, ou encore les conseils qu’il recueille auprès de ses connaissances personnelles. Les instituts technologiques semblent ainsi avoir amélioré leur image de marque, ce qui amoindrit le rôle des médias dans les choix de carrière au profit de leur propre renommée. La comparaison des données obtenues à différentes périodes montre que ces établissements sont désormais mieux connus, puisque le nombre d’élèves qui y viennent “en connaissance de cause” n’a cessé de croître. En somme, ces établissements n’ont plus le même besoin de recourir aux placards publicitaires pour attirer un public scolaire.

39La baisse de l’impact des médias sur le choix des carrières peut néanmoins s’expliquer également par l’arrêt des placards publicitaires dans les journaux, arrêt qu’il faut attribuer au coût de location prohibitif des espaces médiatiques ; les budgets attribués aux établissements scolaires sont désormais “squelettiques” et ne peuvent faire face à d’importants frais de communication. L’espace publicitaire est maintenant presque entièrement occupé par l’école privée, qui a investi massivement certains créneaux d’enseignement comme les langues étrangères, l’informatique, la comptabilité, le commerce, la gestion des ressources humaines et le management.

40En fait, la presse dite “publique” a plutôt tendance à suivre l’évolution de la situation politique, à aller dans le même sens qu’elle, plutôt qu’à chercher à l’influencer. On peut constater qu’après avoir été au cœur du discours médiatique durant les années soixante-dix et quatre-vingt, l’enseignement technologique à finalité professionnelle est de nouveau relégué au second plan par rapport à l’enseignement général. C’est en effet celui-ci qui occupe maintenant une large place dans les commentaires et enquêtes de la presse nationale, l’enseignement technique et professionnel n’étant plus évoqué qu’en de rares occasions, généralement sous forme de nouvelles brèves et anodines. N’étant pas considéré comme porteur d’idéologie, cet enseignement est ignoré des médias, qu’ils soient publics ou privés, arabophones ou francophones, laïcs ou islamistes. La technologie n’est toujours pas un thème politiquement porteur au regard des médias, pas plus qu’elle n’est susceptible d’intéresser un lectorat numériquement significatif.

41En outre, les médias ont toujours présenté l’enseignement technique et professionnel comme “l’école de la deuxième chance”, destinée aux relégués de l’enseignement général. Ce faisant, ils ne font qu’exprimer une solide conviction populaire, que l’on retrouve aussi bien chez les parents d’élèves que chez les élèves eux-mêmes, qui ne se résignent à suivre cette filière que faute d’autre possibilité. Le public associe ce type d’enseignement à une professionnalisation qui relève à ses yeux du domaine de compétence de l’entreprise, et non de celle de l’École, même s’il s’agit d’une Université. Ainsi, l’opinion dissocie clairement “scolarisation” et “professionnalisation”, liant la première à l’École et la seconde à l’entreprise. Cette croyance est si forte qu’aucun discours, médiatique ou autre, n’en est venu à bout depuis l’indépendance. De nombreuses expériences d’enseignement qui ont trop mis l’accent sur la dimension “professionnelle” – d’abord les collèges et lycées techniques, ensuite les instituts technologiques – ont ainsi, et pour cette raison même, échoué.

42Toutes les enquêtes effectuées sur la demande de scolarisation ou sur les stratégies familiales et individuelles d’éducation révèlent une nette préférence pour les cursus académiques par rapport aux cursus professionnels. Cette préférence se fonde sur le fait que le savoir légitime – ce qui est considéré comme le “vrai savoir” – est historiquement et socialement associé aux titres scolaires délivrés par l’enseignement académique. En reconduisant cette croyance, les médias contribuent à marginaliser l’enseignement technique et professionnel et à reproduire l’image d’un enseignement général qui serait la marque du succès scolaire et la voie royale pour la réussite sociale. Ils contribuent ainsi à entériner la hiérarchisation sociale des cursus et des diplômes à l’avantage de l’enseignement classique.

43Le développement de la communication de masse, grâce aux grands médias, ne sera donc pas plus à l’avantage de l’enseignement technique et professionnel.

  • 16 Voir El Kenz, 1991 et Khelfaoui, 1996.

44D’une part, le développement de l’information par les médias a réduit considérablement la communication de personne à personne qui caractérisait traditionnellement l’enseignement16 des professions et des métiers. Les médias ont affaibli les canaux d’information traditionnelle sans pour autant en changer fondamentalement le contenu et sans les relayer pleinement. Les formes de communication sociale, qui participaient dans le passé à construire le statut social des métiers et des professions, se sont effritées sans être compensées par une information élaborée et largement diffusée. L’information technique et professionnelle ne peut d’ailleurs être propagée que par des supports médiatiques modernes ou, à la limite, par des personnes dotées d’une culture scientifique et technique et capables de construire des discours élaborés. L’enquête précédemment citée a montré comment les médias n’ont pu servir de médiateurs efficaces entre les cadres d’entreprises et de centres de formation professionnelle, seules catégories sociales véhiculant un discours valorisant pour les professions techniques, et les jeunes demandeurs de formation et d’emploi.

45D’autre part, en mettant en valeur d’autres secteurs et en passant relativement sous silence celui de l’enseignement technique et professionnel ou en n’évoquant que ses aspects peu attractifs – c’est un débouché de l’échec scolaire, il annonce la précarité, il permet difficilement d’avoir une carrière valorisante… –, les médias contribuent à sa dévalorisation. Le contenu péjoratif de l’information, sa répartition inégale par rapport aux espaces consacrés à l’enseignement général, ont contribué à réduire sa “présence sociale”.

Conclusion

46En Algérie, l’École reste depuis l’indépendance le plus important des enjeux socio-politiques. C’est à travers elle que les principaux courants politiques tentent de mettre en application leurs projets de société future. De ce fait, l’École a toujours été l’objet de luttes âpres et sans merci de la part des différents centres de pouvoir régnant sur le pays. Il n’est donc pas étonnant que les médias, de toute obédience, se soient principalement mobilisés autour de cet objectif, reléguant son rôle dans la construction des valeurs de l’État et du travail.

Haut de page

Bibliographie

Arous (Z.), 1993, « La Personnalité déchirée entre le Moi et l’Autre », Revue Naqd, n° 5, avril-août, Alger, pp. 4-16 (en langue arabe).

Boudalia-GREFFOU (M.), 1989, L’École algérienne de Ibn Badis à Pavlov, Alger, Éditions Laphomic.

Bouzida (A.), 1976, L’idéologie de l’instituteur, SNED Éditions.

El Kenz (A.) (DIR.), 1991, Les jeunes et les métiers du bâtiment : enquête socioprofessionnelle, Alger, CREAD.

Etienne (B.) & Leca (J.), 1975, « La politique culturelle de l’Algérie », Culture et société au Maghreb, ouvrage collectif, Centre de Recherche et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes, CNRS, pp. 45-76.

Etienne (B.), 1977, L’Algérie : cultures et révolution, Paris, Seuil.

Khelfaoui (H.), 1987, Contribution à une analyse sociologique de la formation technologique supérieure, cas de l’Institut National des Hydrocarbures et de la Chimie, Université d’Alger, mémoire de magister.

Khelfaoui (H.), 1991, « Le rapport de la formation technologique à l’enseignement général et à l’industrie », Maghreb et Maîtrise technologique, ouvrage collectif, Tunis, Éditions CERP-CEMAT, pp. 225-252.

Khelfaoui (H.), 1996, « Représentations, stratégies de carrière et métiers : cas du bâtiment », in D. Guerid (dir.), Cultures d’Entreprise, Oran, Éditions du CRASC, pp. 175-189.

Lacheraf (M.), 1998, Des noms et des lieux : mémoire d’une Algérie oubliée, Alger, Casbah Éditions.

Madi (M.), 1993, « Langue et identité : de la marginalisation à la résistance », in Élites et questions identitaires, Alger, Casbah Éditions, pp. 107-127.

Remaoun (H.), 1997, « Écoles, histoire et enjeux institutionnels dans l’Algérie indépendante », in ibid., pp. 83-104.

Taleb Ibrahimi (K.), 1997, « L’arabisation, lieu de conflits multiples », in ibid., pp. 39-63.

Haut de page

Notes

1 Nous avons pu remarquer que seuls les enseignants partis à la retraite interviennent dans les débats sur le système éducatif rapportés par les médias.

2 L’usage du qualificatif “indépendant”, accolé à la presse, a donné lieu à de nombreuses controverses. La presse non gouvernementale se partage entre propriété collective des journalistes qui y travaillent, et propriété d’hommes d’affaires. Revendiqué dans un premier temps par les journaux de la première catégorie, ce qualificatif est également disputé par les seconds. Quant au Pouvoir, et à sa suite les journaux gouvernementaux, il a toujours rejeté cette appellation, arguant que ces titres de presse obéissent indistinctement à des lobbies, mais qu’il n’identifie jamais.

3 Cette thèse est soutenue par Mostéfa Lacheraf, sociologue et homme politique algérien.

4 Voir Etienne et Leca, 1975.

5 Al-Uruba (l’arabité), revue publiée à Constantine, et cité par B. Etienne, 1977 : 184.

6 Le FLN était jusqu’à la fin des années quatre-vingt parmi les plus gros employeurs de la Fonction publique, son personnel émargeant à la caisse de l’État.

7 Ces dernières années, l’appareil judiciaire a souvent été mobilisé pour juguler ou réprimer sévèrement les composantes du courant “franco-laïc”, comme le montre clairement l’emprisonnement massif des cadres du secteur industriel public de 1996 à 1999.

8 Les articles traitant de ces thèmes foisonnent dans la presse. Toutefois, avec la montée de la violence et l’implication d’enseignants dans des actes terroristes, de tels écrits sont également repris par des organes de langue arabe. Il y a lieu de souligner que les clivages linguistiques recouvrent de moins en moins ces dernières années les clivages politiques.

9 Le Président Boumédienne aurait, selon Le Quotidien d’Oran qui est revenu sur cet épisode dans son édition du 18/05/2000, menacé de dissoudre le Parlement si ses membres persistaient à réclamer la démission de Lacheraf.

10 La Nahda, ou Renaissance islamique, est un mouvement politico-intellectuel fondé par Djamel Eddine Al Afghani et Mohamed Abdou au début du vingtième siècle.

11 Mostéfa Lacheraf écrit encore (1998 : 324) : « En avril 1977, ayant été nommé ministre de l’Éducation nationale dans le dernier gouvernement de Boumédienne, et cela malgré mes refus répétés, je me vis aussitôt en butte aux attaques et sabotages du clan des conservateurs activistes qui, dans la chasse gardée de l’enseignement à ses différents degrés, avaient réalisé depuis 1962 l’union sacrée entre les débris déphasés de certains vieux oulémas et la nouvelle vague d’arabisants frénétiques et médiocres dominés par le baâth ».

12 Cette solidarité rappelle un des codes de conduite qui assuraient la survie en milieu hostile des anciennes tribus arabes, et qui enjoint à chaque individu de soutenir sans conditions les autres membres du groupe. « Soutiens ton frère qu’il ait tort ou raison », sous peine d’exclusion et de bannissement sans aucune chance de se faire accepter par un autre groupe, comme cela est arrivé aux dirigeants du FIS qui ont exprimé publiquement, en 1990, leur désaccord avec la Direction de leur Parti.

13 En réponse à l’une de ces accusations, un journal francophone n’a pas hésité à titrer, sur un ton délibérément provocateur, « Francophones et fiers de l’être » (L’Hebdo Libéré, cité par Arous, 1993).

14 Boudalia-Greffou, 1989.

15 En Algérie, on estime que chaque exemplaire acheté est lu par trois personnes en moyenne.

16 Voir El Kenz, 1991 et Khelfaoui, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hocine Khelfaoui, « Politiques scolaires et choix de carrière : l’École algérienne vue par les médias », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 113-132.

Référence électronique

Hocine Khelfaoui, « Politiques scolaires et choix de carrière : l’École algérienne vue par les médias », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1682

Haut de page

Auteur

Hocine Khelfaoui

Sociologue, Maître de conférences à l’Université de Boumerdès, chercheur associé au CREAD (Alger).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org