Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
Luttes scolaires et universitaires en Afrique Noire : une problématique politique

Dix ans d’École vus par Jeune Afrique

La décennie quatre-vingt-dix
Ten years of schooling as seen in “Jeune Afrique”
Bénédicte Kail
p. 133-150

Résumés

À partir de l’analyse de l’ensemble des articles traitant de l’école durant la décennie quatre-vingt-dix, il s’agit de montrer comment l’hebdomadaire Jeune Afrique choisit d’accompagner les États africains dans le contexte de démocratisation et d’éclosion du multipartisme qui a prévalu durant ces années. Ainsi, non seulement l’hebdomadaire donne peu de place à ce sujet politiquement sensible mais, lorsqu’il aborde les thèmes des crises scolaires et universitaires ou celui des réformes, il minimise la responsabilité des gouvernements en insistant sur les difficultés économiques qu’ils rencontrent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Néo-destour est le parti d’où sera issu le PSD (Parti Socialiste Destourien). Il a été fondé en (...)

1Jeune Afrique fait directement suite à deux hebdomadaires tunisiens. Le premier, L’Action, initié par Habib Bourguiba en 1955 – juste avant l’indépendance du pays – et dirigé par Béchir Ben Yamed, se trouva rapidement en désaccord avec le Néo-destour1, auquel il reprochait ses relations privilégiées avec les Français. Il fut donc dissout en 1958. Deux ans après, la détente permit à l’équipe de créer un second hebdomadaire : Afrique Action. Mais celui-ci, faisant campagne contre le pouvoir personnel du Président, disparut en 1961. Il fut relayé aussitôt par Jeune Afrique, dirigé lui aussi par Béchir Ben Yamed qui, pour avoir plus d’autonomie, s’installa rapidement à Paris (Kraemer, 1995 : 163).

2Dans la période qui vit l’apparition des journaux d’État, Jeune Afrique constitua une tentative d’indépendance vis-à-vis du parti unique, par refus du précepte : « à parti unique, journal unique ». Il affichait une volonté d’accompagnement des nouveaux États africains dans leur toute nouvelle indépendance et avait « la tâche difficile de ménager la susceptibilité des gouvernements en place, tout en donnant une information souvent occultée par les médias gouvernementaux » (Tudescq, 1995 : 311).

3Cet article se propose d’analyser cette volonté d’accompagnement des États africains dans le contexte de démocratisation et d’éclosion du multipartisme des années quatre-vingt-dix, ainsi que sa combinaison avecles exigences journalistiques à travers l’exemple de l’École. Sujet éminemment politique, puisque l’institution scolaire a toujours été au centre des préoccupations, aussi bien des États que des organismes internationaux ; sujet qui est lui-même l’objet des politiques nationales aussi bien que des “recommandations” ou directives internationales ; sujet cible de nombreuses initiatives des organisations non gouvernementales (ONG) ou, plus récemment encore, des populations ; enfin, sujet politiquement sensible, souvent brûlant et au cœur de l’actualité dans de nombreux pays africains.

  • 2 Jeune Afrique compte cinquante numéros par an car il y a deux numéros doubles : un entre Noël et le (...)

4Après avoir vu rapidement la période des années quatre-vingt-dix de façon à restituer le contexte d’évolution de Jeune Afrique, je tenterai de mesurer la place donnée au thème de l’École dans l’hebdomadaire, avant d’en analyser plus précisément le contenu à partir des principaux thèmes abordés. D’un point de vue méthodologique, je m’appuierai sur l’examen de dix ans de l’hebdomadaire, soit cinq cents numéros de revue2, dans lesquels j’ai comptabilisé quatre-vingt-quatorze articles traitant de l’École. Je recourrai également à un entretien réalisé avec le rédacteur chargé des dossiers relatifs aux Grandes écoles, permanent à Jeune Afrique.

Le périodique étranger le plus lu en Afrique subsaharienne

5Aujourd’hui, Jeune Afrique reste le périodique étranger le plus lu en Afrique subsaharienne francophone (Tudescq, 1995 : 311). Néanmoins, c’est dans les années soixante-dix et quatre-vingt qu’il a connu son heure de gloire, tirant à 250 000 exemplaires et employant 140 personnes. Or, depuis le début des années quatre-vingt-dix, plusieurs évènements ont fait chuter ces chiffres : l’apparition d’une nouvelle presse nationale d’opposition dans de nombreux pays africains ; une crise de la publicité qui a fait chuter ses recettes ; la dévaluation du franc CFA en 1994, qui a entraîné une augmentation de son prix de vente.

6Parallèlement, plusieurs transformations s’observent directement dans la structure même du journal : apparition d’une rubrique focus en 1993 qui traite de la toute dernière actualité et dans laquelle on trouve de nombreux articles sur des évènements ponctuels liés à l’École : grève étudiantine , promulgation d’une année blanche, cible scolaire en Algérie, etc. ; distinction entre Le temps du Maghreb et Le temps de l’Afrique en 1995 ; apparition d’une rubrique Économie en 1996 ; enfin, deux changements successifs de format : un agrandissement en 1995 et un retour à un format plus réduit en 1999 (lors du numéro 2000).

7Le journal cherche ainsi à fidéliser un lectorat lui-même en évolution du fait des transformations économiques et politiques de ces dernières années. Et cette stratégie est toujours en cours puisque l’hebdomadaire est devenu Jeune Afrique. L’intelligent.

8En 1996, Jeune Afrique a connu un début d’amélioration sur le plan des ventes en Afrique noire et le responsable, Béchir Ben Yamed (inchangé depuis 1961), a alors décidé de renforcer les équipes et de recentrer le journal sur l’économie au détriment du politique. Il a fait ainsi le choix d’intéresser les annonceurs.

Un sujet mineur mais un choix des pays révélateur

  • 3 Selon le concept d’« agenda setting » de Mc Combs et Shows, les préoccupations des citoyens sont st (...)

9Un critère pour situer la place de l’École dans Jeune Afrique a été d’évaluer le nombre et la place des articles qui y font référence. En effet, l’importance relative accordée à ce sujet, l’orientation des lecteurs sur les articles (par le choix des couvertures et des photos, l’utilisation des gros titres, etc.), sont révélateurs de la place de l’École dans “l’agenda politique”3.

10Avec quatre-vingt-quatorze articles au total dans les cinq cents numéros du périodique en dix ans, l’École n’apparaît pas comme un sujet prioritaire. En outre, elle n’a jamais fait l’objet d’une couverture, alors qu’il aurait pu y avoir, par exemple, une photo de manifestation étudiante (comme c’est le cas dans plusieurs articles) ou d’un dirigeant syndical (ce qui n’est jamais le cas).

11Les quatre-vingt-quatorze articles ont été écrits par soixante-neuf auteurs (de toutes nationalités : aussi bien des Français que des auteurs d’Afrique noire ou du Maghreb) et, parmi les dix qui ont eu l’occasion d’en écrire plusieurs sur ce thème, aucun n’en a écrit plus de trois. Jeune Afrique ne semble donc pas collaborer avec des journalistes spécialistes de l’École, ni même faire appel à un grand nombre de collaborateurs réguliers. Seuls trois journalistes ont écrit sur un intervalle de plus de trois ans. L’hebdomadaire fait ainsi davantage appel, pour ce thème tout du moins, à des collaborateurs ponctuels.

12Parmi les soixante-neuf auteurs, onze sont, comme les désigne le rédacteur, des “permanents” (restés plus de deux ans). Parmi eux, huit sont présents depuis le début du journal et sont basés à Paris. Les auteurs des articles sont donc surtout des collaborateurs ponctuels et des pigistes, le journal connaissant un turn-over très important.

13Six correspondants écrivent également pour le journal. En général, ils assurent la majorité des articles sur le pays dont ils sont résidents, et ce pendant environ trois ans. Une exception cependant, en 1997 : sept articles ont été rédigés sur la Côte-d’Ivoire avec trois signatures différentes.

14D’après le rédacteur, le premier correspondant « ne convenait pas », pas plus que le second, jugé « trop social mais pas assez politique ». Son article de fond de six pages : « Pourquoi l’école va mal », évoquait pourtant les différents niveaux de l’enseignement en prenant en compte aussi bien le point de vue des enseignants que des élèves et étudiants. Il offrait ainsi un état des lieux complet et lucide des lacunes et dérives du système éducatif ivoirien (1997, n° 1916).

15Le choix des pays concernés par les quatre-vingt-quatorze articles est révélateur d’une certaine politique de Jeune Afrique.

  • 4 Précisons que huit articles traitaient de l’ensemble de l’Afrique et un d’un ensemble de pays d’Afr (...)

16Comme le montre le tableau 1 (en annexe), deux pays sont fortement sur-représentés : la Côte-d’Ivoire (dix-sept articles) et la Tunisie (dix articles). Viennent ensuite le Maroc (huit articles), le Sénégal (sept), l’Algérie (cinq), puis le Cameroun et le Niger (trois articles chacun). Aucun des autres pays ne totalise plus de deux articles4.

17Ainsi, Jeune Afrique prête particulièrement attention à l’École de l’Afrique francophone (quarante et un articles) et du Maghreb (vingt-trois articles). Il traite principalement de pays où il peut être lu ; ainsi, aucun article ne concerne un pays lusophone, et seuls trois articles relatent la situation dans des pays anglophones (Afrique du Sud, Kenya, Namibie). Quelques pays d’Afrique francophone sont absents : la Mauritanie, la Guinée, le Togo ou le Gabon par exemple. Comment expliquer ces différences ?

  • 5 Dans ces pays, les ventes sont liées au niveau de vie et vont de 10 000 en Côted’Ivoire (le plus gr (...)

18Jeune Afrique possède toujours des bureaux en Tunisie (pays dont il est issu) et sa distribution est inégale selon les différents pays d’Afrique. Les 100 000 exemplaires qu’il tire actuellement sont diffusés pour un tiers en Europe – principalement en France – et aux États-Unis (la Banque Mondiale et le FMI y sont abonnés par exemple), pour un tiers en Afrique du Nord (Tunisie, Maroc, Algérie), pour un tiers enfin en Afrique noire francophone5.

  • 6 Mais cette façon différente de comptabiliser est sans conséquence pour les autres pays, comme le mo (...)

19Il y a ainsi obligation – faite par le directeur de Jeune Afrique – d’écrire un « petit quelque chose » sur la Côte-d’Ivoire dans chaque numéro. L’analyse de la fréquence et de la longueur des articles montre alors que, d’après le décompte du nombre de colonnes et non plus seulement d’articles, la Tunisie prend le pas sur la Côte-d’Ivoire (soixante-huit colonnes contre soixante-cinq)6. Cette différence traduit une obligation commerciale vis-à-vis des lecteurs de la Côte-d’Ivoire : l’essentiel est bien que le nom de ce pays apparaisse dans le sommaire, même si l’article en lui-même est très court, de façon à intéresser ces acheteurs potentiels, les plus nombreux d’Afrique noire francophone.

  • 7 Selon les tenants de l’approche “économie politique” des médias, « aucune compréhension des médias (...)

20L’autre point d’explication fournie par le rédacteur a été la question de l’opportunité, qui recoupe alors aussi bien l’économique (profiter d’un journaliste sur place) que le politique (permettre de mieux connaître un pays où se déroule un évènement important). Ainsi, la présence d’un sommet africain au Burkina Faso en 1996, par exemple, justifie le long article sur l’Université de Ouagadougou la même année. Mais cela explique-t-il la note positive finale : « ici, les choses fonctionnent plutôt mieux qu’ailleurs (…) l’Université de Ouaga attire de plus en plus d’étrangers chaque année » (1996, n° 1873 : 86), après la description des restrictions budgétaires, des irrégularités et du malaise des étudiants ? Peut-on penser que l’explication économique7 permet de rendre compte du contenu de cet article en particulier et des articles en général ? L’aspect économique fournit une explication nécessaire mais non suffisante.

Les thèmes abordés

21Lorsqu’on examine plus attentivement les thèmes abordés par les quatre-vingt-quatorze articles (voir tableau 2), quatre thèmes dominent :
- les crises scolaires et/ou universitaires (trente et un articles) – catégorie qui regroupe les articles traitant des conditions scolaires et/ou universitaires s’accompagnant de manifestations et autres mouvements de lycéens et/ou d’étudiants ;
- les conditions scolaires et/ou universitaires sans luttes : dix-sept articles qui dressent plutôt un état des lieux ;
- les réformes, mesures gouvernementales ou recommandations des organisations internationales (dix-sept articles) ;
- les Grandes écoles, Universités nouvelles, etc., en France et/ou en Afrique (douze articles).

22On constate des variations dans l’importance accordée à ces différents thèmes selon les années. Davantage d’articles sont par exemple consacrés aux crises scolaires et universitaires au moment où elles jouent un rôle important dans les transformations politiques, en 1990 et 1991, et aux réformes ensuite, faisant écho en cela aux préoccupations politiques. Étudions trois de ces thèmes plus attentivement.

Les crises

23En 1990 et 1991, les articles sur les crises scolaires et, surtout, universitaires, sont nombreux et renvoient aux crises politiques. Ils sont d’ailleurs majoritaires (six articles sur les neuf publiés en 1990 et dix sur les treize en 1991), ce qui ne se renouvellera plus par la suite.

24Deux séries d’articles traitent de ce sujet. La première, publiée en 1990, fait six pages et titre « Étudiants. Où mènera le désespoir ? » Les articles y dressent un tableau sombre des conditions étudiantes de différents pays d’Afrique noire et du Maghreb ; l’ensemble des étudiants apparaît alors comme une catégorie sociale confrontée à des difficultés communes. Au Gabon, au Sénégal, au Bénin et au Zaïre, les étudiants sont tous dans un « même combat » et les revendications corporatistes et matérielles font place à des revendications qualitatives au niveau de l’enseignement, dues à une angoisse croissante vis-à-vis de l’avenir. Les journalistes n’hésitent pas alors à interpeller les politiques puisque la « démagogie a mal récompensé les États [qui] n’ont pas vu venir la crise économique et financière qui les étrangle aujourd’hui » (1990, n° 1519 : 46-47). En Tunisie en revanche, seule la minorité des islamistes est agissante ; c’est alors sa place et son rôle politique au sein des universités qui sont mis en avant. Tandis qu’en Algérie, les étudiants sont décrits comme n’ayant encore « guère relevé l’aspect éminemment politique du malaise estudiantin » faute d’organisations « susceptibles de nouer le dialogue avec les politiques » (1990, n° 1519 : 50). Il s’agit alors de pointer un danger potentiel, une jeunesse dangereuse, comme quelques semaines plus tard au sujet du Cameroun où « Paul Biya aurait tort de ne pas tenir compte des revendications d’une jeunesse estudiantine à bout de patience » ; car, « soudés par des frustrations accumulées et détenteurs d’une conscience politique, les étudiants sont, à coup sûr, l’une des pierres angulaires du changement » (1990, n° 1555 : 33).

25Les crises universitaires sont présentées comme étant à la fois révélatrices des crises conjoncturelles que traversent les pays et les détonateurs de crises politiques plus généralisées. Dans ce contexte particulier, les étudiants émergent en tant qu’acteurs du politique.

26La seconde série d’articles, publiée en 1991, est encore plus importante que la première (onze pages). Elle titre : « Que veulent les étudiants ? » et compare là aussi la situation dans différents pays, mais cette fois d’Afrique noire uniquement (pour le Maghreb, l’accent est définitivement mis sur les rapports entre le pouvoir et les islamistes, et ce aussi bien en Algérie qu’en Tunisie ou au Maroc).

27L’idée principale est que « les revendications ne sont plus seulement corporatistes » (1991, n° 1519 : 40), mais de plus en plus politiques (la notion de politique s’élargissant de plus en plus). Tel est le cas pour des pays comme le Niger, le Burkina Faso, le Tchad, la Centrafrique, la Côte-d’Ivoire ou le Cameroun, où les étudiants sont « à la pointe du combat pour la démocratie » (1991, n° 1593 : 22), et « souhaitent s’impliquer dans le combat politique » (1991, n° 1593 : 25). Comme le résume un journaliste, « au commencement étaient les revendications matérielles, les conditions de vie et de travail : montant des bourses, capacités d’accueil des salles de cours, des cités universitaires, moyens de transport. À l’arrivée, toujours le pain, bien sûr, mais aussi le pluralisme politique » (1991, n° 1593 : 19).

28Dans ces articles, les étudiants représentent un enjeu pour les politiques : « avec l’avènement du multipartisme, les syndicats, les partis politiques et le pouvoir essaient, chacun de leur côté, de s’attirer les sympathies de la jeunesse, cette frange sensible de la société » (1991, n° 1593 : 27-28). Ils sont au cœur des luttes politiques : soit activement en tant que force de contestation, ou passivement en tant que groupe social que les différents partis cherchent à séduire et à s’attacher.

29Néanmoins, dès 1991 une différenciation se fait selon les pays. Au Congo par exemple, les étudiants « étaient à la pointe des combats politiques » et sont devenus les « oubliés de la démocratie » puisqu’ils n’ont pas été écoutés lors des débats de la conférence nationale (1991, n° 1593 : 28). De même au Zaïre où, « autrefois fer de lance de la contestation du régime, les étudiants ne jouent désormais qu’un rôle mineur » (1991, n° 1593 : 28). Pour eux, c’est déjà la fin de l’activisme politique. Idée que l’on retrouvera par la suite au sujet d’autres pays.

30Dans ces deux séries d’articles, l’argumentaire prend appui sur la crise économique. C’est elle qui a réveillé les étudiants endormis dans leur confort (autre idée qui réapparaîtra). Ainsi, l’explication la plus courante des mouvements universitaires aux débuts des années quatre-vingt-dix est essentiellement puisée dans le registre ordinaire et finalement consensuel de la pénurie économique. Celle-ci expliquerait la déstabilisation politique des régimes à parti unique.

31Cette insistance sur les questions économiques permet à Jeune Afrique de rester neutre et de ne pas émettre de jugement trop critique sur les politiques des gouvernants – ceux-ci sont dépossédés de l’arme économique et ne peuvent rien faire pour améliorer la situation ; à une nuance près cependant, entre les pays qui font des efforts et les autres – comme le Nigeria où les gouvernants n’ont pas réinvesti les bénéfices du pétrole dans l’éducation.

32L’essentiel des articles de ces années porte par conséquent sur les mouvements opposant les élèves et les étudiants aux gouvernements des différents pays concernés, avec toute la panoplie de représailles mise en place : arrestations, interdictions de toute activité syndicale sur le campus, édification d’universités éclatées, ou même installation d’un « poste militaire aux portes du campus » en Côte-d’Ivoire (1991, n° 1593 : 24).

33Simultanément, durant cette période où une partie des enseignants du secondaire et du supérieur est particulièrement active dans les revendications de démocratisation, Jeune Afrique élude quasiment leur participation pour n’évoquer que subrepticement leur misère matérielle. C’est seulement à partir de 1995 qu’ils commencent à être spécifiquement pris en compte dans les colonnes du journal avec un article sur « la grogne des enseignants au Maroc » et un autre, en 1996, sur « les professeurs [qui] se rebiffent en Tunisie ».

34En 1992 et 1993, très peu d’articles sont consacrés à l’École et un seul – « La récréation est finie au Sénégal » (1992, n° 1624 : 24-25) – concerne les luttes étudiantes. Il est écrit au moment de la reprise des cours, et présente la croissance du nombre d’étudiants comme un « problème (…) récurrent dans la plupart des pays du continent ».

35Il faudra attendre le numéro paru fin 1993-début 1994 pour que le thème des crises scolaires et/ou étudiantes apparaisse à nouveau, mais sous un titre révélateur du tournant qui s’opère : « Cameroun. L’Université en chantier », avec pour sous-titre : « Haut lieu de la contestation politique il y a deux ans, l’Université vivote aujourd’hui comme elle peut. Les étudiants sont avant tout préoccupés de leurs conditions matérielles difficiles et de leur avenir » (1993-94, n° 1720-1721 : 42).

36Ainsi, les étudiants abandonnent la politique pour obtenir plus de moyens : c’est le retour du corporatisme et d’un discours récurrent sur les crises scolaires (manifestations, grèves…) : manque de moyens et de locaux, effectifs pléthoriques, conditions de travail déplorables… Mais cette information se limite essentiellement à des constats qui mettent en avant les questions matérielles et pédagogiques, finalement classiques dans le discours sur l’École en Afrique. Il n’y a pas de problématique réellement nouvelle dans le traitement des questions scolaires.

37En outre, lorsque le politique réapparaît, c’est pour montrer comment les étudiants se font manipuler par des « groupuscules irresponsables qui ont pris l’école en otage », comme en parlait le ministre ivoirien au sujet des étudiants de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte-d’Ivoire) (1994, n° 1743 : 24). Cette idée d’une manipulation des étudiants par les politiques restera. On la retrouvera aussi bien dans les articles sur les islamistes dans les universités du Maroc que dans ceux sur les « groupuscules extrémistes » de la FESCI en Côte-d’Ivoire, groupuscules qu’il s’agit de contrôler pour faire aboutir les réformes politiques : comme le souligne un slogan du ministère de l’Éducation nationale placardé sur tous les murs d’Abidjan en 1997, « quand l’école marche, tout le monde y gagne » (1997, n° 1921 : 22).

38Ceci n’empêche pas un discours critique vis-à-vis des gouvernements. On lira par exemple : « Face à la crise, les autorités se contentent, trop souvent, de fustiger les enseignants, coupables de revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail, et les étudiants, manipulés, inconscients et irresponsables, qui veulent “mettre le feu au pays” » (1999, n° 1999). Ou même : « [Il ne] reste qu’à la requête de rencontrer le chef de l’État pour tenter d’apaiser les tensions, le pouvoir a répondu par une fin de non recevoir. Pis, il a entrepris des poursuites contre les responsables étudiants » (1999, n° 2004 : 17). Néanmoins, ces critiques restent toujours limitées ; on lit ainsi : « ce qui manque, c’est la volonté et les moyens de mettre en œuvre une stratégie à long terme » (1999, n° 1999). Ou encore : « en dépit des efforts consentis par le gouvernement (…) le système éducatif reste peu efficace » (1999, n° 2004 : 16).

39Le gouvernement est donc accusé dans ses actions de répressions, mais sa politique est souvent excusée par l’argument économique :

« En raison de la grave crise économique des années quatre-vingt, l’État n’a pas été en mesure d’accroître les capacités d’accueil des établissements universitaires (…) ni d’améliorer un matériel didactique largement obsolète et moins encore d’augmenter l’enveloppe budgétaire consacrée aux bourses » (1999, n° 1999).

  • 8 Voir ici même l’article de Laurence Proteau.

40En 1999, lorsque le gouvernement ivoirien procède à des arrestations, qu’il est condamné par la presse internationale pour avoir torturé le leader de la FESCI8, Jeune Afrique n’y accorde aucune ligne. Il semble que les “choix” de la rédaction soient particulièrement prudents sur ce sujet brûlant. On peut alors se demander s’il n’y a pas une forme d’autocensure sur un sujet politiquement sensible dont le traitement dérangerait certains États.

  • 9 Ibid.

41On peut se demander aussi, et c’est peut-être pire, s’il ne s’agit pas de parler de l’École lorsqu’il n’y a pas grand-chose d’autre à dire – dans ce pays en effet, ce “silence” correspond aussi à la crise Ouattara9 qui occupe alors pleinement le devant de la scène politique (et dont Jeune Afrique parlera dans chacun de ses numéros ou presque).

42Les crises scolaires et/ou universitaires sont donc présentes durant toute la décennie quatre-vingt-dix. Néanmoins, le traitement même des sujets suit une nette évolution. Les étudiants qui étaient « à la pointe du combat pour la démocratie » en 1991 sont « manipulés, inconscients et irresponsables, [ils] veulent “mettre le feu au pays” » en 1999. D’un côté, les mouvements étudiants sont présentés comme un moyen de défendre ou de revendiquer la démocratie ; de l’autre, ils sont une menace pour la paix sociale.

43Lorsque l’on sait que « le choix que certains journalistes font de certains mots, de certaines métaphores, de certaines images (…) contribue à façonner le “canevas”, l’arrière-plan à partir duquel les événements et les discours qui parsèment l’actualité sont appréhendés par les individus, et donc à orienter le jugement de ces derniers » (Derville, 1997 : 97) ; lorsque l’on sait également que le fait d’adopter un point de vue ou l’autre peut renforcer ou affaiblir les camps en présence, on ne peut que s’interroger sur cette évolution. On peut en effet supposer qu’en légitimant les représentations négatives concernant les étudiants, Jeune Afrique participe aux tentatives de stigmatisation de leur image, stigmatisation qui ne pourra que réduire leurs capacités à séduire de nouveaux partisans, à mobiliser leurs membres, et donc à accroître leur pouvoir politique.

Les réformes, mesures gouvernementales ou recommandations des organisations internationales

44Jeune Afrique traite des réformes entreprises par les gouvernements lorsqu’il peut en faire ressortir les cotés positifs. Par exemple, le journal publie régulièrement des dossiers sur des pays, mais seuls cinq d’entre eux comportent un article sur l’éducation et quatre sont positifs.

45En 1994, un dossier sur la Tunisie comprend un article :

« Révolution culturelle : La réforme de l’éducation, en particulier dans le domaine de l’instruction religieuse et de l’histoire, vise à former des “tunisiens nouveaux” citoyens d’une société moderne » (n° 1732).

461994 toujours, un dossier concerne la République Centre-Africaine :

« L’école en chantier : après 3 “années blanches”, le système éducatif est en ruine. Le gouvernement s’est attelé au problème, mais il faudra du temps » (n° 1764/65).

47En 1996, un dossier se penche sur le Burkina Faso avec un article sur l’Université intitulé « Mention assez bien ».

48En 1998, un dossier est consacré à la République Démocratique du Congo :

« L’imagination au pouvoir : Grâce à des solutions originales, l’Université de Kinshasa a su mieux faire face à la crise des 10 dernières années que d’autres institutions et ces solutions c’est par exemple de vendre à l’extérieur le savoir des chercheurs en offrant des prestations de bureau d’étude » ; comme le souligne le recteur, « l’Université doit s’impliquer plus fortement dans la vie de la communauté et les étudiants doivent être mobilisables par l’État pour contribuer au développement du pays, tout comme les militaires contribuent à sa sécurité » (n° 1948).

49Bien qu’il évoque le manque de débouchés et dresse un bilan amer de l’Université au Burkina Faso, titrant « Université cherche raison d’être » (1993), le cinquième article fait, lui, ressortir les efforts du gouvernement.

50Il s’agit donc d’articles toujours “politiquement corrects”. En outre, ceux qui abordent les réformes sont ouvertement dans l’esprit de la Banque Mondiale (abonnée à Jeune Afrique). En 1990, un article diagnostic stipule, par exemple, que « le système de double vacation des locaux (…) permet déjà dans certains pays de mieux répondre à la demande » ; il ajoute : « les gouvernements se doivent d’adopter une politique flexible et peu coûteuse de formation et de nomination du personnel enseignant » (n° 1529).

51Les choix de la rédaction sont ainsi particulièrement prudents à propos des réformes, un sujet pourtant brûlant.

Les dossiers sur les Grandes écoles

52Les dossiers sur les Grandes écoles apparaissent à la suite des remaniements de 1996. Auparavant, le sujet était déjà abordé, mais plutôt sous forme d’articles, notamment en 1993 avec : « Grandes écoles : la voie étroite ».

53Le premier dossier paraît en 1997 et s’intitule : « Les Grandes écoles. Et pourquoi pas Harvard », le second sort en 1999 et titre : « S’orienter. À quelles formations se vouer ? ».

54Au niveau du contenu, ces deux dossiers conseillent aux jeunes de commencer par des écoles bien choisies en Afrique (en Côte-d’Ivoire, au Sénégal, au Maroc ou en Tunisie), puis de poursuivre par un second cycle en Europe, dans une Grande école de commerce par exemple, avant de faire, s’ils peuvent se le permettre bien sûr, un MBA aux États-Unis. Le message sous-jacent, que m’a confirmé le rédacteur, est donc de faire comprendre aux jeunes que, s’ils veulent échapper au « bordel » des universités africaines, ils ont d’autres solutions que d’immigrer en France. En revanche, le rédacteur choisit de citer HEC ou Sup. de Co., plutôt que l’Université Paris-Dauphine par exemple, sur la base de son expérience personnelle, mais aussi par envie de comparer Jeune Afrique et des hebdomadaires, comme L’Express, qui incitent à l’obtention de diplômes prestigieux.

55En ce qui concerne la forme, les dossiers se présentent comme de véritables “attrape pub”. Selon le rédacteur en effet, ils réalisent à eux seuls la moitié du chiffre d’affaires publicitaire du journal. En outre, le lectorat est particulièrement réceptif aux messages publicitaires des écoles privées et accroît ainsi leur fréquence.

56Il n’est pas sûr que cela réponde vraiment à « un besoin d’identification des jeunes qui font leurs études en France », comme il le dit – bien que cet argument s’accorde avec la fonction de « reliance » sociale (Stoetzel, 1973 : 276). En revanche, cela tient sûrement à l’appartenance de ses lecteurs aux élites politiques, économiques et culturelles. Comme le déclare le rédacteur, « on n’est pas le journal du gratin, mais… les gens qui achètent Jeune Afrique ont ou vont avoir des enfants qui vont partir faire des études à l’étranger, [donc] c’est bien qu’on leur donne des pistes ».

L’École dans Jeune Afrique : une stratégie commerciale pour un sujet marketing ?

57Jeune Afrique se veut être un « hebdomadaire politique et économique international » ; son rédacteur insiste sur le fait que les sujets sociaux – et l’École en est un pour lui – « ne marchent pas » : lorsqu’ils sont en couverture, ils ne font pas vendre. C’est donc toujours « la politique qui fait vendre ».

58Le rédacteur raisonne en termes de marketing, aussi bien en direction des lecteurs que des annonceurs. Tout son argumentaire semble vouloir démontrer que Jeune Afrique possède bien les caractéristiques propres aux périodiques, comme les définit Jean-Marie Charon : un personnel comprenant une proportion importante de cadres, aussi bien rédactionnels que commerciaux et gestionnaires, un recours large aux pigistes et la sous-traitance de sa fabrication au secteur de l’imprimerie de labeur ; mais, surtout, une démarche marketing incluant une analyse du marché des lecteurs et des annonceurs, une adaptation du produit aux attentes du lecteur (textes assez courts, avec photos), le tout renforcé par un ajustement du produit aux attentes des annonceurs. Il s’agit alors de proposer à ces derniers des supports qui s’adressent à des clientèles ciblées, comme les suppléments thématiques ou les “cahiers”, qui sont des “pièges à pub” (1991 : 276-286).

59Il invoque également le « déterminisme économique » (les difficultés à concilier l’intérêt du public et l’entreprise de presse), ainsi que le « déterminisme technologique » (mimétisme des supports écrits, contraintes de longueur, etc.) pour justifier des choix discutables. Ainsi la responsabilité en revient au « système » ; les journalistes, eux, sont innocents.

60La politique de Jeune Afrique vise plutôt à développer ses recettes publicitaires et à s’attacher le lectorat déjà existant. Ceci d’autant plus que, comme le précise le rédacteur, « une nouvelle génération d’Africains va arriver au pouvoir et ils ont fait leurs études en France. Je suis content qu’on les ait fidélisés ». Il semble aussi que le manque de prise de position critique de Jeune Afrique tienne à la fois à son histoire et à son financement. Sa politique, enfin, répond au souhait de rester celui qui accompagne les pays africains (ce qui bien sûr empêche certaines critiques), mais aussi à la volonté de ne jamais tomber dans l’afro-pessimisme.

Haut de page

Bibliographie

Charon (J-M.), 1991, La presse en France, de 1945 à nos jours, Paris, Seuil.

Derville (G.), 1997, Le pouvoir des médias. Mythes et réalités, Grenoble, PUG.

Kraemer (G.), 1995, Trois siècles de presse francophone dans le monde. Hors de France, de Belgique, de Suisse et du Québec, Paris, L’Harmattan.

Stoetzel (J.), 1973, « À côté de l’information », in F. Balle, J. Padioleau, Sociologie de l’information, Paris, Larousse, pp. 277-283.

Tudescq (A.-J.), 1995, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse de l’Afrique Subsaharienne, Talence, MSHA.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 : Nombre d’articles de Jeune Afrique par pays ou zone géographique, et par année

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Total des articles

Nombre de colonnes

Algérie

1

1

2

1

5

13

Afrique du Sud

1

1

2

Bénin

2

2

4

Burkina Faso

1

1

2

12

Cameroun

1

1

1

4

13

Centrafrique

1

1

2

Congo

1

1

1

Côte-d’Ivoire

1

2

2

1

7

1

3

17

65

Kenya

1

1

3

Libye

1

1

4

Mali

1

1

3

Maroc

1

3

2

1

1

8

36

Namibie

1

1

1

Niger

3

3

12

Rép. Démo. du Congo

2

2

8

Rwanda

1

1

2

2

Sénégal

1

1

1

1

2

1

7

20

Tunisie

1

1

2

1

1

2

2

10

68

Zaïre

1

1

2

Ensemble de l’Afrique

4

3

1

8

34

Groupe de pays d’Afrique

1

1

3

Etudiants africains à l’étranger et Grandes écoles

1

2

2

1

1

1

5

13

56

Enseignement supérieur en général

1

1

1

3

10

Total des articles

9

13

3

4

11

12

6

16

9

11

94

374

Tableau 2 : Nombre d’articles de Jeune Afrique par thème et par année (1990-1999)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Total

Conditions scolaires et/ou universitaires avec luttes

6

11

1

4

1

4

2

2

31

Conditions scolaires et/ou universitaires sans luttes

3

1

1

2

3

4

2

1

17

Condition enseignante avec ou sans luttes

1

1

2

2

1

7

Réformes, mesures gouvernementales et recommandations des organisations internationales

1

1

5

4

4

2

17

Actions particulières, ONG, pédagogies innovantes

4

4

Langue

1

1

2

Etudiants à l’étranger (situation…)

1

1

1

1

1

5

Grandes écoles en France et/ou en Afrique,

Universités nouvelles

1

3

1

2

1

4

12

Total

9

13

3

4

11

12

6

16

10*

11

95

* noté 10 car un article traite distinctement de deux sujets : conditions scolaires sans luttes, et réformes.

Tableau 3 : Nombre d’articles par niveau scolaire et par année (1990-1999)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Total

%

Enseignement

Primaire et secondaire

4

1

2

1

3

6

1

5

2

1

26

27,7

Enseignement

supérieur

5

10

-

3

5

5

5

8

6

8

55

58,5

Enseignement

en général

-

2

1

-

3

1

-

3

1

2

13

13,8

Total

9

13

3

4

11

12

6

16

9

11

94

100

Haut de page

Notes

1 Le Néo-destour est le parti d’où sera issu le PSD (Parti Socialiste Destourien). Il a été fondé en 1934, à la suite d’une scission avec le Destour (Constitution) qui, dès sa création en 1920, prônait de profondes réformes démocratiques. Le Néo-destour était constitué de nationalistes favorables à une ouverture sur l’Occident et c’est principalement sur cette ouverture qu’il s’opposait au Destour. C’est en 1964 qu’Habib Bourguiba, son dirigeant, le renommera PSD.

2 Jeune Afrique compte cinquante numéros par an car il y a deux numéros doubles : un entre Noël et le jour de l’An et un durant l’été.

3 Selon le concept d’« agenda setting » de Mc Combs et Shows, les préoccupations des citoyens sont structurées par les médias. Ces auteurs émettent hypothèse que « la presse ne réussit peut-être pas, la plupart du temps, à dire aux gens ce qu’il faut penser, mais elle est extrêmement efficace pour dire à ses lecteurs à quoi il faut penser » (Mc Combs et Shows, cités par Derville, 1997 : 61). Mais celle-ci n’a jamais pu être démontrée ; les chercheurs tendent plutôt à postuler l’existence d’une boucle récursive dont il est délicat de situer la source, les préoccupations du public et celles des médias s’influençant mutuellement (Derville, ibid. : 64).

4 Précisons que huit articles traitaient de l’ensemble de l’Afrique et un d’un ensemble de pays d’Afrique noire.

5 Dans ces pays, les ventes sont liées au niveau de vie et vont de 10 000 en Côted’Ivoire (le plus gros acheteur) et 8 000 environ au Sénégal, à quelques centaines seulement au Tchad ou en Mauritanie.

6 Mais cette façon différente de comptabiliser est sans conséquence pour les autres pays, comme le montre également le tableau 1, p. 148.

7 Selon les tenants de l’approche “économie politique” des médias, « aucune compréhension des médias n’est possible sans tenir compte des conditions économiques dans lesquelles les messages qu’ils diffusent sont produits » (Derville, 1997 : 74).

8 Voir ici même l’article de Laurence Proteau.

9 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Kail, « Dix ans d’École vus par Jeune Afrique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 133-150.

Référence électronique

Bénédicte Kail, « Dix ans d’École vus par Jeune Afrique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 22 octobre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cres.revues.org/1688

Haut de page

Auteur

Bénédicte Kail

Sociologue, chargée de cours à l’Université de Picardie-Jules Verne, chercheur associée à SASO.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org