Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
Luttes scolaires et universitaires en Afrique Noire : une problématique politique

Entre instrumentalisation et autonomisation

Journalistes et militants dans les luttes scolaires et universitaires au Sénégal et au Burkina Faso (années soixante - quatre-vingt-dix)
Between instrumentalization and autonomisation. Journalists and militants in school and university conflicts in Senegal and Burkina Faso from the sixties to the nineties
Pascal Bianchini
p. 151-178

Résumés

En Afrique subsaharienne, l’histoire de la presse et celle des mouvements sociaux issus de la crise de l’enseignement ont été caractérisées par un niveau élevé d’interdépendance. Les journaux constituent un miroir des différentes mobilisations sociales autour des enjeux scolaires et universitaires, à travers des stratégies plus ou moins élaborées de censure et de dévoilement. Mais le développement de nouvelles formes de presse est en partie l’effet de l’existence de ces mouvements sociaux qui ont contesté l’hégémonie de la classe dirigeante. La “configuration communicationnelle” qui en résulte n’est cependant pas univoque : le cas du Sénégal permet d’entrevoir les premières étapes de la constitution d’un “champ journalistique” autonome, tandis que, dans le cas du Burkina Faso, la forte polarisation socio-politique a fortement perturbé cette dynamique institutionnelle.

Haut de page

Texte intégral

« Chaque époque historique et chaque type de société ont la configuration communicationnelle qu’ils méritent. Cette configuration avec ses divers niveaux, qu’ils soient économique, social, technique ou mental, et ses différentes échelles, locale, nationale ou internationale, produit un concept de communication hégémonique. Dans le passage d’une configuration à une autre, il importe de dégager continuités et ruptures »
(Mattelart, 1994 : 8).

1Il est banal de constater que la description et l’analyse de l’information, activité humaine organisée, ne se situent pour les sciences sociales s’intéressant à l’Afrique qu’au stade embryonnaire. On peut alors légitimement se demander si ce n’est pas “mettre la charrue avant les bœufs” que de vouloir étudier sous un angle particulier le rôle des médias sur ce continent, avant que ne s’élabore une connaissance plus générale du phénomène en question.

2Cependant, si une telle objection subsiste, il demeure que le prisme retenu pour aborder les “configurations communicationnelles” des sociétés qui nous intéressent présente un intérêt spécifique. Non seulement il est possible de lire l’histoire des crises scolaires et universitaires en Afrique noire à travers la presse, mais encore on peut établir – avec un peu plus d’investigations – un faisceau de liens entre les acteurs de ces crises socio-politiques et ceux des médias.

3En la matière, les situations africaines offrent souvent un condensé et un accéléré de la succession des “illusions d’une époque”. En partie à cause de la situation de dépendance vis-à-vis de l’extérieur, le travail hégémonique de “l’idéologie dominante” y est plus incertain, ponctué de pirouettes et de volte-face, donnant parfois le vertige. Devant un parterre d’étudiants et d’universitaires, le directeur du mensuel Afrique Éducation résumait à sa manière cette histoire un peu folle de la presse africaine :

« (…) La question est de savoir si la presse avait pendant ce temps joué son rôle qui est de rendre fidèlement compte des événements sans parti pris. Certains diront non, d’autres oui. Personnellement, je pense que non, mais j’ajouterai que la presse durant ces trente années devrait bénéficier de circonstances atténuantes. Pourquoi ? Parce que nous vivions sous le joug des partis uniques. C’était l’ère des ministres de l’Information (et non de la Communication) dont le rôle est de véhiculer des messages uniques (radio, télévision et presse d’État) par des journalistes fortement idéologisés. Cela marchait ainsi ou cassait. C’était l’exil ou le rang dans la grande majorité des pays pendant trente ans. La presse, dans ces conditions, a joué profil bas. Encore une fois, je ne lui donnerai pas tort, car quand un petit organe de presse osait un tout petit peu, c’était la censure. Parfois, c’était la prison pour le ou les journalistes incriminés dont certains sont des pères de famille. Heureusement, à partir de l’année 1990, les bouches ont commencé à se délier avec l’instauration du multipartisme dans la plupart des pays. L’une des conséquences de cette nouvelle donne a été l’avènement d’une presse plus libre et indépendante » (Tedga, 1998 : 28-29).

  • 1 « Personnellement, je n’ai pas de solutions miracles à énoncer. Simplement quelques questions à pos (...)
  • 2 Bara Diouf, ancien président-directeur général du Soleil, résumait ainsi la situation. Selon lui, « (...)

4Une des conséquences logiques de cette volonté de neutraliser une relation problématique – ici entre la presse et les autorités universitaires lors des crises étudiantes – est de s’en remettre à des “solutions techniques”, qui permettent en particulier de justifier le recours à une nouvelle expertise : celle de la “communication”1. C’est également le cas lorsqu’on pense avoir trouvé la parade aux dérapages supposés ou réels de la presse africaine d’aujourd’hui, en mettant l’accent sur la formation professionnelle des journalistes et en proposant l’instauration d’une réglementation de l’activité allant de pair avec une affirmation de la “déontologie” journalistique2.

5Or, à l’inverse d’une vision dichotomique, entre un présent à célébrer – celui de l’autonomie et de la liberté, jusqu’aux excès – et un passé à oublier – caractérisé uniquement par la censure et la dépendance totale à l’égard du pouvoir politique –, il est plus réaliste de considérer que ces deux univers, celui de la presse et celui du système d’enseignement, ont été depuis longtemps en interaction, soumis à l’effet de stratégies sociopolitiques opposées. En dépit des verrouillages bien réels, il y a bien eu un jeu de forces contradictoires, que l’on peut essayer d’analyser. Plus précisément, derrière la relation, par la presse, des crises scolaires et universitaires, il faudrait aussi étudier les relations des hommes de presse avec les acteurs de ces crises – au sens d’être relié à quelqu’un ou à un groupe d’intérêt.

6C’est dans cette perspective que l’on va tenter de périodiser une histoire où s’entremêlent ruptures et continuités. Pour des raisons de disponibilité des sources, nous nous sommes limités à l’examen de la presse écrite. Nous examinerons ainsi en parallèle la situation au Sénégal et au Burkina Faso, à travers trois époques historiques successives :
- les années soixante/soixante-dix, où des crises socio-politiques majeures ont lieu (mai 68 au Sénégal, “soulèvement populaire” du 3 janvier 1966 en Haute-Volta) ;
- les années quatre-vingt, marquées par des transitions différentes selon les deux pays ;
- et les années quatre-vingt-dix, dans le contexte de la “vague démocratique” et du développement d’une presse non étatique.

7Cette étude ne prétend pas à l’exhaustivité : certains événements considérés comme mineurs de cette histoire contemporaine ont été laissés de côté ; à l’inverse, le choix a été fait de donner un éclairage plus intense sur certains moments critiques.

8Enfin, à l’issue de ce panorama historique des rapports entre presse et crises scolaires et universitaires, nous proposerons quelques réflexions plus générales pouvant contribuer à une sorte de théorie de l’“opinion publique” en Afrique noire.

Sénégal : le journalisme pompier chargé d’éteindre le feu de la crise étudiante de 1968

9En tant que pivot de la présence coloniale française, le Sénégal a hérité d’infrastructures plus importantes que ses voisins d’Afrique de l’Ouest. En matière de presse écrite, il faut signaler la présence de Dakar-Matin, créé en 1933, propriété du groupe privé De Breteuil, qui s’est développé dans l’Empire français en Afrique (Maroc, Sénégal, Côte-d’Ivoire, Congo, Guinée, Madagascar, Cameroun) à l’image des monopoles du capitalisme colonial dans d’autres secteurs (Barton, 1979 : 59-70).

10Dans les années qui suivent l’indépendance, on observe une certaine continuité avec la période coloniale, qui se manifeste aussi dans d’autres institutions (la haute fonction publique, le monde des affaires et l’Université), ce qui entraîne des frustrations parmi les nouvelles générations issues du système de formation secondaire et supérieure. Aussi, malgré des efforts pour mettre sur pied des organes de presse au service exclusif de l’État sénégalais et du parti au pouvoir, certains journalistes (passés d’ailleurs par des organisations de jeunesse “anti-impérialistes” des années cinquante) se retrouvent dans les années soixante dans un Syndicat national de la presse qui dénonce la mainmise des expatriés sur la presse nationale et la relégation des journalistes sénégalais dans une « position secondaire » (Paye, 1992 : 337).

11Durant la crise de mai 68, le quotidien Dakar-Matin demeure encore aux mains d’intérêts privés et non nationaux. En dépit de cette situation juridique, la “ligne” du journal se révèle semblable à celle d’un organe de parti unique dans la bataille qui oppose le pouvoir aux étudiants et aux autres forces sociales entrées en rébellion. Le point de vue plus modéré sur les étudiants et leurs relations conflictuelles avec le pouvoir politique – que l’on trouvait auparavant, par exemple dans la presse catholique – se trouve ainsi balayé.

12Le ton partisan choisi par le quotidien sénégalais aux heures chaudes de la crise résume bien cet engagement sans nuance :

« Grâce au soutien résolu des masses sénégalaises Échec à la subversion. La grève générale déclenchée par les syndicats du Cap-Vert a avorté. »

13Toujours en première page :

« Important communiqué : le parti de la subversion, au service de l’étranger, est passé à l’action en attaquant des magasins et en brûlant des voitures et des immeubles. Les forces de l’ordre ont reçu l’autorisation de faire usage de leurs armes et de tirer à vue sur les incendiaires et leurs pillards. »

14Toutefois, un article non signé – qui, au passage, contredit le constat de dénégation quant à l’ampleur de la grève – lance l’injonction de « Reprendre le travail. Après les avertissements et les mises en garde qui ont été prodigués, aucun travailleur, aucun étudiant et élève ne peut plus ignorer le caractère illicite et subversif de ce mouvement de grève » (Dakar-Matin, 01/06/1968).

  • 3 Ainsi, la veille : « Demain à 20 heures le Chef de l’État s’adresse à la Nation. Léopold Sedar Seng (...)

15À la lecture des “Unes” de Dakar-Matin parues durant cette crise, on est aussi frappé par la mise en parallèle de la crise de régime en France et de celle au Sénégal3. La thèse du complot des étudiants « manipulés de l’étranger » est étayée par une visite guidée dans les locaux du laboratoire de la faculté de chimie à l’intention de la presse nationale et étrangère, où l’on exhibe du matériel ayant servi à fabriquer des cocktails Molotov (Dakar-Matin, 05/06/1968).

  • 4 Sur ce point, il n’est pas indifférent de savoir que celui qui a occupé pour un temps des responsab (...)

16Le relais des thèses favorables au gouvernement durant cette période ne s’observe pas uniquement dans la presse locale4. Mais, même si le pouvoir dispose de tous les leviers de contrôle sur l’information officielle, cette situation a pu entraîner des effets contre-productifs. Lors de la crise de 1968 par exemple, le bureau national de l’Union nationale des travailleurs sénégalais (UNTS) a ainsi accusé Dakar-Matin de se livrer « à une campagne systématique d’accusations calomnieuses et de dénigrement des dirigeants syndicaux pour dénaturer leur action et vicier le climat social » (Paye, ibid. : 340). Ce que ce communiqué syndical ne disait pas, c’est que la décision de la grève générale du 30 mai à l’issue des événements à l’Université a été emportée, suite à une rumeur faisant état de nombreux morts lors de l’assaut donné par les forces de l’ordre. En raison de ce monopole du pouvoir sur l’information officielle, accrû en temps de crise, et du développement conjoint de l’information officieuse, qui circule en “temps réel” et qui peut concourir à la réussite des mobilisations anti-gouvernementales, un tel scénario n’était pas exceptionnel.

17Enfin, il faut mentionner la situation du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI), autre élément important dans cette phase fondatrice des relations entre presse et mouvements sociaux issus de la crise universitaire. Créé en 1964 sous la direction de Paulin Soumanou Vieyra, Sénégalais d’adoption d’origine béninoise, connu comme un des pionniers du cinéma et de la critique cinématographique, le CESTI est soupçonné dès les premières années de « former des communistes », « selon la sentence catégorique d’un patron de presse de l’époque » (Paye, ibid. : 360). Par ailleurs, avec la crise de 1968, il n’est pas resté à l’écart de ces événements ; l’établissement a été fermé durant deux ans jusqu’en 1970 (Tudesq, 1995 : 131). Cette histoire particulière de l’école de formation des journalistes sénégalais n’a sans doute pas été sans effet sur les générations à venir, favorisant ainsi l’émergence d’un journalisme d’opposition malgré les tentatives répétées de contrôle gouvernemental.

Haute-Volta : les débuts d’un journalisme “tableau d’affichage” à partir de la crise de 1966

  • 5 D’après un catalogue des publications parues de 1858 à 1962 et conservées à l’IFAN, on a enregistré (...)

18La Haute-Volta coloniale, territoire enclavé, démantelé puis reconstitué par le colonisateur, n’a pas connu de véritable développement de la presse avant l’indépendance5. En 1960 naît la première publication nationale d’envergure : Carrefour africain, hebdomadaire qui paraîtra jusque dans les années quatre-vingt. L’autre grande publication historique” du pays, L’Observateur, a vu le jour au début des années soixante-dix, et durant toute cette décennie ne paraît toujours que trois fois par semaine.

  • 6 Paalga signifie “nouveau” en mooré. L’Observateur a connu une période d’interruption avec la périod (...)

19Ce qui caractérise ces débuts de la presse écrite voltaïque, par contraste avec le cas sénégalais, c’est la faiblesse des moyens et, également, l’absence d’intérêts français. Dans l’équipe dirigeante de Carrefour africain, il n’y a pas d’expatriés français comme c’était le cas pour Dakar-Matin. On y trouve notamment François Bassolet, rédacteur en chef, qui sera quelques années plus tard l’un des fondateurs du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO), ainsi qu’Édouard Ouedraogo, alors photographe, un autre des “doyens” de la presse burkinabé, actuel directeur de publication de L’Observateur Paalga6.

20La périodicité est, pour la relation des événements, une autre donnée importante qui permet de distinguer la situation voltaïque du cas sénégalais. Le récit du “soulèvement populaire” du 3 janvier 1966 dans l’organe national n’est pas réalisé à chaud, mais après le dénouement de la crise. On a donc droit à un récit très chronologique des événements ayant conduit à la chute du régime de Maurice Yaméogo.

21On trouve déjà dans ce numéro la structure ternaire classique du journalisme voltaïque : un éditorial consensuel qui salue « la marche triomphale du peuple à l’assaut du palais, effectuée sans distinction de rang social, d’ethnie ou de région », la citation des propos du nouveau chef de l’État qui fait écho à la teneur de l’éditorial (« Je ne suis, ni d’aucun village, ni d’aucune ville, ni d’aucune région, je suis voltaïque »), et, enfin, le récit des faits bruts.

22De grandes grèves scolaires éclatent en 1971-72 dans l’ouest du pays. Ces mobilisations constituent le premier épisode d’un processus de radicalisation au sein de la jeunesse au cours de cette décennie ; elles font l’objet d’un récit particulièrement détaillé. La part belle est faite au ministre de l’Éducation d’alors, Charles Tamini, dont l’hebdomadaire retranscrit intégralement les propos (Carrefour africain, 8/01/1972). La version qu’il donne des évènements au cours d’une conférence de presse est évidemment partisane, mais a l’avantage inestimable de n’avoir pas été revue et corrigée par quelque conseiller en communication, d’où un aperçu assez extraordinaire du “vécu” de cette première crise lycéenne des années soixante-dix et de l’attitude des autorités gouvernementales :

« Le lundi 20 décembre, au lycée Ouezzin Coulibaly, vers huit heures, j’ai trouvé des élèves rassemblés autour des bâtiments de l’administration, d’autres entre les bâtiments des classes, mais tous les bras croisés, les uns ayant leurs livres, regardant, ayant l’air plus ou moins moqueur, les professeurs rassemblés de l’autre côté, dans leur salle. Que faites-vous ? Pourquoi n’allez vous pas en classe ? J’eus comme réponse le silence. Vous ne voulez pas aller en classe ? Toujours le silence ! Je savais depuis que je suis arrivé à Bobo Dioulasso, c’est-à-dire dès vendredi 17 décembre, que les élèves du lycée Ouezzin avaient décidé de faire une révolte inédite le lundi. Ils avaient donc déterminé, préparé cela et fixé la date. Ils ont envoyé leurs meneurs prendre des contacts avec le lycée municipal, le CEG et le CEG de Banfora (où ils ont envoyé quelqu’un qui a pris le train spécialement pour cela), le collège de Tounouma, tous les établissements qu’ils pouvaient contacter ».

23Après avoir évoqué les revendications matérielles du mouvement des lycéens – comme le refus de payer un habillement jugé trop cher –, il dénonce la politisation du mouvement :

« Quand vous avez des enfants qui écrivent à des syndicats, à des chefs d’État, à toutes sortes de représentants d’organismes de masse et qui concluent en disant : “À bas l’impérialisme et les valets de l’impérialisme”, je veux bien savoir où ils sont en Haute-Volta. »

24Enfin, pour terminer, relevons un démenti qui en dit long sur l’incompréhension des autorités face à cette crise qui ouvre sur un cycle de mobilisation scolaire et étudiante se prolongeant durant toute une décennie :

« Les bruits ont couru que j’ai été molesté par les élèves, c’est absolument faux. J’ai été dans la cour, les élèves n’ont pas insulté qui que ce soit. Ils se sont limités à des cris de rien du tout et, lorsqu’à chaque fois on interpellait quelqu’un, il se soumettait aussitôt, puis se mettait à fuir, et lorsqu’on tapait avec un bâton sur la tête d’un élève, son voisin se mettait à rire le premier » (ibid.).

25Durant les années qui suivent, l’autre grand périodique apparu en 1973 – L’Observateur – relate de façon détaillée les grèves d’enseignants. La différence avec la situation sénégalaise est que le discours des syndicats, notamment du Syndicat national des enseignants africains de Haute-Volta (SNEAHV), est souvent relayé par cette presse nationale, que ce soit à l’occasion des congrès ou des mouvements de grève.

  • 7 C’est ce que les journalistes voltaïques appelaient entre eux le “coupé cloué”, du nom d’un chanteu (...)

26Dans les deux cas, au Sénégal et en Haute-Volta, la presse est utilisée comme porte-voix du discours des responsables politiques. Il y a donc un véritable “journalisme officiel”. Cependant, dans le cas de la presse voltaïque, la situation est moins sous contrôle, du fait d’une instabilité gouvernementale et de l’existence d’un contre-pouvoir syndical reconnu – phénomènes avec lesquels les journalistes ont appris à composer. La circulation de l’information s’effectue dans une sorte d’équilibre provisoire entre les prises de parole contestataires ou autonomes vis-à-vis de la classe dirigeante (tracts ou journaux de partis ou de syndicats, voire tentatives de presse indépendante avec L’Observateur et Kibaaré qui n’a existé que durant cette période) et les tentations autoritaires du côté gouvernemental (projet de parti unique en 1975 avec le Gouvernement du renouveau national, parution à la fin des années soixante-dix du journal conservateur Dunya, dont le responsable de publication est lié à l’establishment militaire). D’où une neutralité ambiguë – qu’un observateur qualifiait de journalisme « tableau d’affichage » (Ouedraogo, 1999 : 65) : on se contente de reproduire les positions des uns et des autres, de relater des faits, en se gardant de toute analyse autre que consensuelle7.

Sénégal : le tournant des années quatre-vingt, d’un journalisme monopolistique à un journalisme plus concurrentiel

27Dans les années qui suivent la crise de 1968, l’agitation sociale se poursuit. Dans ce contexte, le régime senghorien cherche d’abord à “verrouiller” le système, notamment en interdisant toute expression de l’opposition syndicale et estudiantine. Le quotidien Le Soleil, qui a remplacé Dakar-Matin en 1970, prend place dans un dispositif qui cherche à raffermir l’hégémonie du parti au pouvoir sur la société.

28Cependant, après une première phase de fermeture, une certaine libéralisation politique et syndicale s’effectue progressivement dans le milieu de la décennie soixante-dix. Parmi les journalistes, des tentatives de presse indépendante du pouvoir d’État se font jour, d’abord très modestes et vite étouffées – comme Lettre fermée en 1972 –, puis liées à l’autorisation de partis politiques légaux – Le Démocrate, l’organe du Parti démocratique sénégalais lancé en 1974 –, voire au soutien de forces politiques qui n’ont pas d’existence légale dans le cadre du multipartisme limité. Tel est le cas de Siggi, qui doit changer de titre pour devenir Taxaw, animé par les amis politiques de Cheikh Anta Diop, ou de Ande Sopi, où se retrouvent l’ancien premier ministre Mamadou Dia ainsi que la fraction “clandestine” du Parti africain de l’indépendance (Paye, ibid. : 354-355 et Tudesq, 1998b : 105). Cependant, cette concurrence au journal Le Soleil est demeurée marginale et, lorsqu’elle a pu être significative à un moment donné, n’a pu perdurer du fait des pressions exercées par le pouvoir.

29Aussi, vers la fin de la décennie, lorsque s’engage un bras de fer entre le gouvernement et le syndicat des enseignants (le SUDES, Syndicat unique et démocratique des enseignants du Sénégal), qui se mobilise autour d’une plate-forme comportant aussi bien des revendications catégorielles que celles visant à une réforme du système éducatif, Le Soleil jouit toujours d’une situation de quasi-monopole de la presse écrite.

30Dès l’annonce de la journée de grève prévue pour le 13 mai par le SUDES – qui n’aura jamais droit aux colonnes du journal pour exprimer son point de vue –, la parole est donnée au ministre (Le Soleil, 05/05/1980 : 2). Puis le quotidien national s’efforce de montrer que le gouvernement n’est pas affecté par le préavis de grève du SUDES en notant que : « Des personnels de l’enseignement sont réquisitionnés » (13/05/1980 : 1), ou que « Le gouvernement a pris ses responsabilités pour la sauvegarde de la paix » (ibid. : 3).

31Ensuite, pour montrer que la grève a été un échec, le quotidien relève que « Tous les établissements ont fonctionné en dépit du mot d’ordre du SUDES » (14-15/05/1980). Le lendemain, le journal annonce les taux officiels de grévistes du ministre : 52,37 %, sans faire état des chiffres syndicaux (Le Soleil, 16/05/1980).

32Ensuite, dans une phase d’incertitude où l’on attend la réponse gouvernementale à la grève des enseignants qui tarde à se dessiner, le quotidien recourt à une vieille tactique sportive qui consiste à temporiser en faisant “tourner la balle dans son propre camp”, en reproduisant les déclarations des organisations liées au pouvoir : « Mouvement des enseignants socialistes. Quatre syndicats seront fédérés en juin prochain » (Le Soleil, 19/05/1980), « Situation syndicale. Vigilance et fermeté, réclame le B.P. du P.S. » (Le Soleil, 23/05/1980).

33Puis, « Le chef de l’État écrit au SUDES ». Le même jour, l’éditorial en appelle à la mobilisation des parents face aux enseignants du SUDES en invoquant le spectre de l’“année blanche” du fait du projet des syndicalistes de boycotter les examens de fin d’année.

34Après la dramatisation vient à nouveau le discours réconfortant de l’autorité gouvernementale : « Le ministre de l’éducation nationale rassure les parents d’élèves. Examens et compositions se dérouleront comme prévu » (Le Soleil, 7-8/06/1980 : 1).

35À nouveau, « Kader Fall fait le point » sur deux livraisons successives du quotidien et refait ses comptes face au chiffre « fantaisiste de 71 à 80 % du SUDES », en affirmant cette fois qu’il n’y a eu que « 33 % des enseignants sénégalais de tous ordonnancements qui ont participé à la grève du 13 mai » (ibid. : pp. 4-5).

  • 8 Jusqu’au dénouement de la crise, qui a lieu six mois plus tard avec la tenue des États généraux de (...)

36Tout au long de la crise qui va se prolonger par des suspensions prises à l’encontre des responsables syndicaux, suite au boycott des examens, Le Soleil épouse les inflexions de la stratégie gouvernementale8. Allant même plus loin, l’éditorialiste Ibrahima Gaye a poussé l’engagement jusqu’à corriger les copies du baccalauréat à la place des enseignants grévistes (les expatriés français ont été aussi largement sollicités).

  • 9 Confirmé quelques mois plus tard par le fait que les signataires de l’accord obtiendront des bourse (...)

37Lors d’une autre crise relativement importante qui agite l’Université en 1984 et qui marque un nouveau cycle du mouvement étudiant, la stratégie suivie par Le Soleil est alors le silence : le journal ignore la grève qui dure environ deux mois. Pour faire face à ce black-out, les étudiants placardent un peu partout dans la capitale des affichettes expliquant les raisons de leur mouvement. Lorsque la négociation a lieu, Le Soleil adopte une attitude inverse, mais qui s’intègre tout autant à la stratégie gouvernementale : il annonce la signature d’un accord débouchant sur la reprise des cours. En réalité, cette reprise ne sera effective que plusieurs jours plus tard, car la signature du compromis n’a pas emporté l’adhésion de l’ensemble des dirigeants, ni de la base qui n’a pas été consultée. Entaché du soupçon de corruption9, cet accord, aussitôt publié par Le Soleil pour court-circuiter la grève, a en fait entraîné une remise en cause de l’organisation du mouvement étudiant débouchant trois années plus tard sur la dissolution des anciennes “unions nationales” et la création de la Coordination des étudiants de Dakar (CED).

  • 10 Le prolétaire, Organe du Parti de l’Indépendance et du travail (PIT), ex-PAISénégal, pro soviétique
  • 11 Le prolétaire (autre traduction en wolof !), organe de And Jëf, les “maoïstes”.
  • 12 À l’origine, lorsqu’il était mensuel, Wal Fadjri (L’Aurore) affichait une ligne ouvertement islamiq (...)
  • 13 Sud est sous l’influence de certains milieux d’affaires, à l’image de son patron Niaga Sylla, mais (...)

38Durant les premières années de la décennie, l’action de ces mouvements sociaux est surtout relayée dans la presse militante d’opposition (Dan Doole10, Jaay Doole bi11) qui touche surtout un public “intellectuel” de sympathisants de ces partis. Ce n’est que vers la fin de la décennie qu’apparaît une nouvelle presse privée, qui va progressivement remettre en cause l’hégémonie des médias gouvernementaux. Deux titres apparus à cette époque – partis d’une périodicité mensuelle pour Wal Fadjri12, et hebdomadaire pour Sud13 – seront à l’origine de deux nouveaux quotidiens dans la décennie suivante, puis des deux principaux groupes de presse privés actuels.

  • 14 À l’intérieur du camp gouvernemental, le ministre de l’Éducation Iba Der Thiam n’appartenait pas au (...)
  • 15 « Il y a un constat à faire. C’est que d’une part, il y a un traitement différent entre les élèves (...)

39L’action répressive des forces de l’ordre à l’encontre des étudiants se trouve ainsi exposée à davantage de critiques, comme c’est le cas lors de l’assaut du campus le 22 janvier 1987, qui fait de nombreux blessés (Wal Fadjri, 05/02/1987). Fait impensable quelques années auparavant, dans les jours qui suivent Le Soleil accueille dans ses colonnes une polémique entre un “idéologue” du parti au pouvoir et le ministre de l’Éducation nationale, révélatrice d’anciennes lignes de fracture14. Avec la crise post-électorale de février 1988, dont l’issue aura été une “année blanche”, cette presse privée hebdomadaire se montre assez prudente dans les premières semaines marquées par l’instauration du couvre-feu : elle se contente de relater les faits. Mais, dans les mois qui suivent, elle s’enhardit davantage et se fait l’écho des propos qui dénoncent les stratégies de manipulation du mouvement des élèves au détriment de celui des étudiants15. Plus audacieux encore, un hebdomadaire satirique révèle la teneur d’un document interne au parti au pouvoir, qui classe les leaders de ces mouvements étudiants et élèves en trois catégories : les « corruptibles », les « intimidables » et les « irrécupérables » car « politisés à l’extrême » (Le Cafard libéré, 08/07/1988, cité in A. Bathily, M. Diouf, M. Mbodj, 1990 : 57).

Haute-Volta/Burkina Faso : le journalisme militant qui désigne les ennemis de la révolution

40Au début des années quatre-vingt, l’Observateur, devenu quotidien, est l’institution centrale de la presse écrite. Il accueille ainsi les débats qui agitent l’intelligentsia voltaïque, comme celui autour de l’enseignement en langues nationales (11-12-13-14/06/1981). Quant aux crises qui surviennent dans le système d’enseignement, on y trouve surtout le compte rendu événementiel – selon l’habitude bien rôdée de ne pas prendre parti –, qui sous-tend la ligne éditoriale. C’est ainsi qu’est traitée la longue grève des enseignants de 1980 qui aboutit à la chute de la IIIème République voltaïque et à l’avènement d’un régime militaire (03/01/1981). On y trouve aussi quelques mois plus tard un long communiqué du syndicat des enseignants du primaire, le SNEAHV, qui précise la nature de ses relations avec le nouveau régime militaire du colonel Saye Zerbo (10/12/1981).

41Mais ces relations de neutralité bienveillante entre presse et pouvoir politique vont prendre fin, avec l’avènement, après le coup de force du 4 août 1983, du Conseil national de la révolution (CNR), avec à sa tête le charismatique capitaine Sankara. Le nouveau pouvoir entend, là comme ailleurs, instaurer une rupture avec la période précédente et “mater” les contre-pouvoirs au sein de la société civile ayant les capacités de bloquer son projet (autorités coutumières mais aussi syndicats). À la base, le fer de lance de cette volonté hégémonique, c’est la mise sur pied de Comités de défense de la révolution (CDR), où va se retrouver notamment une partie de la jeunesse scolarisée.

  • 16 “Vérité” en langue mooré. Le projet d’un quotidien d’État était antérieur au CNR, mais n’avait pu v (...)
  • 17 La première expression vise surtout les syndicalistes du SNEAHV, accusés d’avoir servi de cheval de (...)

42Dans le domaine de la presse, en 1984 un incendie détruit opportunément les locaux de L’Observateur, qui ne paraît donc plus pendant quelques années, laissant le champ libre à un nouveau quotidien, Sidwaya16, appelé à jouer le rôle de porte-voix du régime révolutionnaire. Dans les colonnes de Carrefour Africain, toujours hebdomadaire, les éditoriaux de Paulin Bamouni, un des idéologues du régime, pourfendent non seulement les forces « réactionnaires » et « impérialistes », mais aussi de plus en plus – à partir de 1985 où se déclare une opposition de gauche au régime, avec la création d’un « Front syndical » – le « syndicalisme putschiste » et l’« anarchosyndicalisme »17 (Carrefour africain, 01/02/1985 et 15/02/1985).

  • 18 « La fraction de la jeunesse qui fait partie intégrante du peuple doit être éduquée dans un sens ré (...)

43Le discours de Carrefour africain sous la période révolutionnaire est dominé par une tonalité engagée, voire sectaire : on y privilégie l’écho des campagnes d’alphabétisation ou de vaccination, de la mobilisation de la jeunesse dans les structures révolutionnaires (CDR, “pionniers”)18. Le regard porté sur l’Université a parfois une connotation anti-intellectuelle.

44Durant ces années, l’Université est l’enjeu d’une concurrence féroce entre, d’une part, les tenants du nouveau pouvoir issus à l’origine d’une fraction du mouvement étudiant ayant choisi de s’allier à des militaires “marxisants” et, d’autre part, le reste du mouvement étudiant qui demeure sous l’emprise de l’Union générale des étudiants voltaïques (UGEV), elle-même sous influence du Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV). Cependant, cette tension permanente n’a jamais dégénéré en une véritable crise ouverte à l’Université, du fait notamment de l’hypothèque militaire qui pèse sur la situation politique.

  • 19 Le volontarisme du CNR s’est manifesté par le lancement de périodiques destinés aux organisations d (...)
  • 20 Cette publication apparaît au moment où Sankara et ses proches ne contrôlent plus vraiment les médi (...)

45Cela dit, la conception très monolithique de l’information qui prévaut alors a du mal à exister en pratique19. Le régime est loin de tout contrôler, d’autant plus qu’il est fondé sur une coalition instable de groupuscules politiques et de factions militaires. Avec la fin de la période du CNR, à l’approche du coup d’État du 15 octobre 1987, les luttes intestines qui se déchaînent au sein du régime révolutionnaire se manifestent par une floraison de tracts, de journaux militants rédigés par différents groupuscules, voire de publications satiriques comme L’Intrus20.

46La décennie quatre-vingt est donc caractérisée par une divergence notable entre les deux pays : au Sénégal, la montée des forces contre hégémoniques se traduit par la transformation d’une presse militante en une presse oppositionnelle, plus professionnalisée, qui va rendre compte des mouvements sociaux scolaires et universitaires, de manière alternative à la version officielle des organes contrôlés par le pouvoir. Dans le cas burkinabé, l’épisode révolutionnaire constitue une rupture avec la phase d’équilibre relatif entre pouvoir politique et contre-pouvoirs syndicaux, où l’on assiste alors à une tentative provisoire et finalement avortée de mise en place d’une presse étatique de propagande.

Sénégal : montée en puissance des médias indépendants et médiatisation des mobilisations scolaires et universitaires

47Le tournant de la décennie quatre-vingt-dix est caractérisé par une aggravation de la crise de l’Université. L’année 1989 est marquée par une longue grève des enseignants du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES). Les années suivantes, jusqu’en 1994, les grèves étudiantes se répètent. Elles sont menées par la Coordination des étudiants de Dakar (CED), souvent autour de questions sociales.

  • 21 Cette évolution s’explique notamment par la fin de la bipolarisation tranchée de la vie politique a (...)

48Ces conflits trouvent un large écho dans la presse indépendante (Wal Fadjri, Sud) qui acquiert alors un rythme de parution quotidien. Ces organes mettent en place une certaine spécialisation des journalistes. On retrouve ainsi souvent les mêmes signatures dans les articles consacrés aux questions scolaires et universitaires. Quelques années plus tard, vers le milieu de la décennie, une nouvelle étape est franchie dans le renforcement de ces groupes de presse privés, avec l’apparition de radios FM. Cet essor a aussi des conséquences sur l’attitude du quotidien gouvernemental, qui n’adopte plus le même sectarisme à l’égard des syndicats liés aux forces d’opposition, en rendant plus largement compte de leurs activités21.

49De leur côté, les “cadres” de ces mouvements sociaux ont appris à nouer des relations avec la presse, en tenant régulièrement auprès d’elle des conférences. À l’inverse, la presse militante, qui jouait un rôle essentiel dans la diffusion des positions des différents acteurs du mouvement, a pratiquement disparu au fur et à mesure que la presse professionnelle s’est fait l’écho des mobilisations.

  • 22 Dans un papier publié par l’autre organe de la presse privée, on dénonce le « chantage à l’année bl (...)

50On peut parler d’une forme de complicité intellectuelle entre ces nouveaux médias et les acteurs des mouvements sociaux scolaires et surtout universitaires. La façon dont des organes tels que Sud ou Wal Fadjri ont rendu compte des grèves de l’année 1994, en réaction à la réforme impulsée par la Banque mondiale, illustre bien cette situation. Lorsque, au cours de l’été, le gouvernement décide de faire évacuer la cité universitaire, cette décision fait l’objet d’une condamnation sans appel des éditorialistes (« Les étudiants renvoyés des universités. Année blanche. Journée noire » ; « Inutilement humiliant » (Wal Fadjri, 03/08/1994)22. Lorsque, à la rentrée, le gouvernement envoie la police sur le campus pour empêcher la CED de remobiliser ses troupes, les réactions hostiles se multiplient dans la presse : « Université de Dakar. Les policiers ouvrent le bal. Cinq étudiants interpellés, quatre blessés » (Wal Fadjri, 12-13/11/1994) ; « L’Université se mobilise. Les policiers priés de vider les lieux » (Wal Fadjri, 15/11/1994) ; « Université. Après la levée de boucliers. Les policiers reculent » (Wal Fadjri, 18/11/1994).

51Pour autant, cette mobilisation de la presse privée en faveur de la CED ne change pas l’issue du rapport de force, c’est-à-dire une défaite totale de l’organisation étudiante qui doit se dissoudre quelques mois plus tard. La médiatisation ne peut suffire à redonner une existence à un mouvement social qui s’essouffle.

Le phénomène de presse des années quatre-vingt-dix au Burkina Faso : L’Indépendant et ses relations avec les mobilisations scolaires et universitaires

52Après la chute du CNR, une détente s’amorce entre le pouvoir et les syndicats, et la société civile en général. L’Observateur reparaît en 1988 sous le nom d’Observateur Paalga. À partir du début des années quatre-vingt-dix, de nouveaux titres apparaissent : des quotidiens, comme Le Pays ou Le Journal du Soir, ou des hebdomadaires comme le Journal du jeudi, satirique, et surtout le plus marquant : L’Indépendant, qui paraît à partir de 1993.

53Mais ce développement du pluralisme dans le domaine des médias ne s’accompagne pas d’une détente sur le plan socio-politique. L’ajustement structurel provoque des mécontentements sociaux, notamment du côté des étudiants, dont les bourses sont alors réduites sensiblement. Par ailleurs, l’essence du régime demeure militaire, malgré la démocratisation à usage externe.

  • 23 Pour le commun des mortels burkinabès, le terme de “Conseil” renvoie à cette réalité sécuritaire hé (...)

54L’Université de Ouagadougou connaît une crise majeure en mai 1990. Derrière les revendications catégorielles apparaît l’enjeu politique du contrôle du campus que se disputent les Comités révolutionnaires (CR héritiers des CDR) et l’Association nationale des étudiants burkinabé (l’ANEB dans le prolongement de l’UGEV). La grève déclenchée par l’ANEB est largement suivie. Le régime réagit alors avec violence. Le campus est investi par les forces de l’ordre, et notamment les commandos de la garde présidentielle. Certains dirigeants du mouvement sont enlevés pour être détenus dans les locaux du Conseil de l’Entente23, où ils sont torturés. L’un d’eux, Dabo Boukary, n’est pas ressorti vivant de ces interrogatoires, et l’indication du lieu où il a été inhumé figure toujours dans les plateformes revendicatives des étudiants.

  • 24 Il s’agit toujours d’écrits signés de façon anonyme (« un groupe d’étudiants de… » ou « un groupe d (...)

55Cette crise étudiante a eu aussi des conséquences sur la presse : pour avoir rendu compte de ces événements de mai 1990, le directeur du quotidien national Sidwaya a tout simplement été relevé de ses fonctions. Durant les années qui suivent, malgré le libéralisme apparent – de nouveaux titres sortent –, les journalistes semblent s’imposer une sorte d’autocensure à l’égard du régime, selon l’ancienne formule du “tableau d’affichage”. Ainsi, à l’occasion des crises scolaires et universitaires, se succèdent dans les pages des quotidiens les communiqués des uns – ministres de l’éducation ou de l’enseignement supérieur, recteurs, etc.  ou des autres – syndicats d’enseignants, organisations étudiantes, etc. Cette formule permet également à des groupes virtuels d’exprimer des prises de positions qui s’apparentent souvent à des tentatives de manipulation de la part du pouvoir24.

56Un phénomène atypique va toutefois bouleverser ce compromis tacite entre les organes de presse et le pouvoir : apparaît en effet L’Indépendant, un hebdomadaire dirigé par Norbert Zongo, qui écrit l’essentiel des articles – et qu’il signe sous le pseudonyme de Henri Sebgo. Sa trajectoire biographique résume d’une certaine façon la posture contre-hégémonique des mouvements sociaux issus du processus de scolarisation.

« Il raconte lui-même dans un numéro anniversaire qu’il a réalisé son premier journal en classe de sixième à Koudougou “La voix du cours normal”. Cela lui valut quelques ennuis avec les autorités, pour une caricature d’un garde républicain juché en haut d’un mât pour remettre en ordre un drapeau malencontreusement mis en berne, au cours d’une visite présidentielle. Ensuite, devenu instituteur adjoint, il passe son bac en suivant des cours par correspondance. Il part ensuite à Lomé suivre des études de journalisme. Son séjour s’interrompt brutalement par un retour clandestin du Togo, à cause de sa participation au mouvement étudiant, mais aussi du fait d’un roman (Le parachutage) tombé entre les mains d’informateurs de la police togolaise et qui n’a pas eu l’heur de plaire au président Eyadéma. À son retour au pays en 1981, il subit un internement administratif durant une année dans une caserne de gendarmerie. Grâce au soutien du romancier Amadou Kourouma, il obtient une nouvelle chance et peut ainsi effectuer des études de journalisme à Yaoundé. Lorsqu’il revient au Burkina Faso durant la période révolutionnaire, il travaille d’abord au quotidien Sidwaya. Puis, quelques années plus tard, refusant une affectation – sanction à Banfora, il quitte la presse d’État pour rejoindre un hebdomadaire privé, La Clef. En 1993, il fonde à son tour son propre journal » (L’Indépendant, 02/06/1994).

57Norbert Zongo est également une sorte d’homme-orchestre, qui assure l’intendance de sa publication et, par des revenus annexes, l’indépendance du journal (il a monté un ranch de chasse dans le sud du pays). Il a su nouer des contacts à l’étranger – avec la coopération danoise en particulier, qui joue un rôle important dans le pays – pour s’assurer une certaine protection (toute relative comme en témoigne sa fin tragique !). C’est, enfin, une écriture journalistique inclassable, plus souvent proche du registre littéraire, avec un sens de la formule acérée mais aussi l’art de la litote. En utilisant le “nous” dans son face-à-face avec le pouvoir, Zongo a endossé le rôle de porte-voix d’une opposition sans concession au régime de Blaise Compaoré.

58Car la ligne éditoriale du journal, tout en étant très prudente dans le contenu de ses propos, met précisément le doigt sur les zones d’ombre de l’“État de droit”, notamment la corruption qui se développe durant ces années et le maintien de pratiques sécuritaires héritées de l’état d’exception. Le succès populaire du journal – le tirage finit par atteindre 15 000 exemplaires, ce qui dépasse de loin la diffusion de tous les autres titres au Burkina Faso – devient de plus en plus insupportable pour l’entourage présidentiel. Son obstination à vouloir faire la lumière sur la disparition du chauffeur du frère du Président Compaoré (le « petit président » comme Norbert Zongo le désignait), lui vaudra de mourir “accidenté” avec trois de ses compagnons le 13 décembre 1998. Cet assassinat politique, par l’ampleur des mobilisations populaires qu’il a suscitées, sera à l’origine d’une crise de régime sans précédent.

59Le journalisme d’investigation de Norbert Zongo s’est naturellement intéressé aux crises scolaires et universitaires. Il est ainsi allé enquêter à Garango sur la mort de deux élèves lors de manifestations. Dans cette petite ville, il a recueilli de nombreux témoignages allant à l’encontre de la version officielle d’un simple accident, de la part de gendarmes qui auraient tiré « pour se dégager ». À l’inverse, selon Zongo, il ne pouvait s’agir que d’un acte commis de sang froid par un homme connu pour ses antécédents violents et sûr de son impunité (L’Indépendant, 16/05/1995).

60La longue grève des étudiants de 1996-1997, qui a failli se solder par une “année blanche”, a également fait l’objet de nombreux articles dans L’indépendant, révélateurs du positionnement du journal à l’égard des mouvements sociaux issus de la “société civile”, et en particulier du mouvement étudiant. Zongo expose ainsi sa vision des causes actuelles et passées des mobilisations étudiantes :

  • 25 Référence à la scission historique du mouvement étudiant voltaïque au début des années quatre-vingt (...)

« L’époque où le maoïsme, le trotskisme, le léninisme divisaient les campus et opposaient les étudiants est révolue. L’époque de la Haute-Volta où il était question de courant réformiste liquidateur et de courant orthodoxe25 est à jamais révolue. C’était la belle époque des rêves révolutionnaires et internationalistes. Il était question de conviction, de lutte et de prise de conscience, de la nécessité d’abattre le grand Capital et ses conséquences, toutes choses nobles. Mais une des particularités de cette époque : la bourse était régulière et tous les bacheliers en avaient ; étudiant était synonyme d’avenir, de réussite sociale. Étudiant était un titre qui s’apparentait à chevalier de la connaissance mais surtout haut cadre et grand homme politique en herbe. Aujourd’hui les choses sont très loin de celles qu’elles furent à cette époque. Il y a un grand manipulateur des étudiants : la Misère » (L’Indépendant, 24/12/1996).

61Avec son sens de la formule, il résume ainsi les clivages au sein du parti au pouvoir confronté à la crise :

« Le CDP est fait de “On les tue” et de “Discutons avec eux pour voir”. Malheureusement pour ce parti, les “On les tue !” sont les membres fondateurs du parti » (L’Indépendant, 04/03/1997).

62Il en vient même parfois à critiquer un certain angélisme des étudiants, dans leur stratégie de lutte :

« Infiltrés depuis toujours, le projet des étudiants d’occuper les églises dès leur expulsion des cités a été éventé. Les forces de l’ordre ont pris d’assaut les églises censées recevoir les expulsés. Pauvres étudiants, ils n’ont pas encore compris qu’il ne saurait y avoir de saints, encore moins leurs églises, telle l’église Saint Bernard à Paris, dans un pays où tout est permis pour pérenniser et “protéger” un pouvoir, même avec l’appui du Diable. »

  • 26 Allusion au maire de la capitale, Simon Compaoré, fils de pasteur, accusé de constituer des milices (...)

« Quand ceux qui se disent “profondément” croyants, traditionnellement pratiquants26, distribuent des pistolets automatiques pour tuer, il faut chercher son salut ailleurs que dans une Église ou dans un temple. “Celui qui aime manger les têtes n’a pas peur de crever les yeux”, dit la sagesse mossi » (L’Indépendant, 18/03/1997).

63Sur le fond, Norbert Zongo est amené à évaluer la stratégie de l’ANEB qu’il soutient dans ses articles tout au long de cette grève. Sans désavouer ouvertement la direction du mouvement, il adopte une posture critique car, à la base, beaucoup d’étudiants ont considéré qu’il y avait eu une sorte de trahison – le mot d’ordre ayant été levé, sans avancées significatives par rapport à la plate-forme revendicative :

« Nous disons que si l’ANEB a eu des conseillers, ils ont eu tort de prêcher le “cessez le feu” par crainte des menaces et dangers d’un changement de régime. Personnellement nous n’avons pas pensé que ceux qui prétendaient vouloir la chute du régime mettraient leurs menaces à exécution. Pas dans ces circonstances et dans ce contexte » (L’Indépendant, 29/04/1997).

  • 27 Le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune mention de ce journal, ni de son directeur – ava (...)

64Dans les deux cas, sénégalais et burkinabé, on peut donc voir se développer des “affinités électives” entre les mouvements sociaux issus du système d’enseignement et la presse indépendante florissante durant cette décennie quatre-vingt-dix. Néanmoins, l’évolution contemporaine ne va pas dans un sens toujours identique. Dans le cas du Sénégal, malgré des accès de fièvre, se dessine une certaine institutionnalisation des conflits sociaux, qui permet l’émergence d’une autonomie de la presse, davantage fondée sur la seule compétence professionnelle. Au Burkina Faso au contraire, l’histoire récente a prouvé que la démocratisation des institutions avec l’avènement de la IVème République était largement en trompe-l’oeil. Dans ce dernier cas, un clivage très net continue d’exister aussi bien au sein de la presse que des mouvements sociaux, entre des organisations de “dialogueurs” – intégrées de façon souterraine à un système de pouvoir autoritaire et clientéliste –, et des forces en rupture au sein desquelles L’Indépendant a joué un rôle considérable27. Il s’est en effet associé au mouvement étudiant ainsi qu’à la Confédération générale du travail du Burkina (CGTB) et au Mouvement burkinabé des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) (Loada, 2000 : 138-139).

Quelques pistes de réflexion pour une sociologie des médias et des mouvements sociaux en Afrique noire

65Malgré ces différences notables entre les deux pays, on peut proposer un paradigme qui permet de cerner les relations entre médias et mouvements sociaux issus du système d’enseignement en Afrique noire.

66Le constat de départ est celui d’une interdépendance particulière entre la presse et ces mouvements sociaux. Le phénomène n’est pas limité à l’Afrique de colonisation française. Au Nigéria par exemple, un événement célèbre de l’histoire conflictuelle du journalisme et du pouvoir militaire illustre cette interaction “sensible” :

« Un épisode fondateur qui a marqué durablement les relations entre presse et pouvoir militaire fut, en 1973, le traitement brutal infligé à Port Harcourt au correspondant du Nigerian Observer, Minere Amakiri, par les sbires du gouverneur militaire de l’État de Rivers, le commandant Alfred Diete-Spiff : le malheureux journaliste avait eu l’outrecuidance de publier, le jour de l’anniversaire du gouverneur, un article révélant l’imminence d’une grève des enseignants de la région. “Ignorez vous que c’est aujourd’hui l’anniversaire de Son Excellence ?” lui ont reproché les policiers avant de lui raser la tête avec une lame rouillée, de le déshabiller entièrement et de lui administrer vingt-quatre coups de canne » (Maringues, 1996 : 69).

67Dans un tel contexte, marqué par des rapports de force qui polarisent le jeu socio-politique, il est difficile de demeurer à l’écart. L’exemple du Mali des années quatre-vingt-dix, avec le conflit entre le gouvernement d’Alpha Konaré et le mouvement étudiant, est très éclairant. Il fait éclater la logique de ces “affinités électives” que l’on a pu voir à l’oeuvre entre le développement de la presse et celui des mouvements sociaux, dans le cas du Sénégal et du Burkina Faso. En effet, certains dirigeants maliens actuels sont eux-mêmes issus de l’histoire du mouvement étudiant, dont ils étaient les leaders dans les années soixante-dix. D’où des positionnements contradictoires au sein de cette presse “indépendante” confrontée à une situation trouble, brouillée par le jeu de légitimités différentes (cf. Sangho, in Panos, 1996 : 96-102).

68Reste à examiner ensuite le sens de cette “médiatisation” des conflits socio-politiques. Dans le cas de la France contemporaine, un sociologue, s’inspirant de certaines thèses de Pierre Bourdieu, a avancé la proposition d’une « fabrication médiatique » – essentiellement par la télévision – de certains « malaises sociaux », en particulier dans le cas de certaines mobilisations des lycéens, et plus généralement du “malaise des banlieues” (Champagne, 1991 : 65-66).

69Dans le cas des pays africains, le déterminisme paraît plutôt inversé : c’est le poids des clivages socio-politiques – et notamment le clivage majeur de l’histoire post-coloniale, entre ce que l’on peut appeler les forces contre-hégémoniques et la classe dirigeante – qui conditionne encore l’existence problématique d’un champ journalistique, dont l’autonomie n’est pas encore évidente. On ne peut donc pas attribuer aux organes de presse en tant que tels une capacité de “faiseur d’opinions”, voire de déclencheurs de mobilisations.

70Le cas de Norbert Zongo et de son journal L’Indépendant fait, d’une certaine manière, figure d’exception, puisqu’il en est venu à exercer une sorte de magistère moral sur la “société civile” face au pouvoir politique, situation qu’il assumait lui-même de façon explicite. Mais il ne faut pas oublier non plus que la trajectoire personnelle de Zongo est liée à cette histoire sociale et que l’audience qu’il a pu obtenir en découle aussi.

  • 28 « (...) le journalisme d’information constitue un champ d’activité qui fait système » (Bourdieu, 19 (...)

71Par ailleurs, ce dernier exemple pose l’autre problème théorique de la pertinence du concept de champ pour analyser le développement des interactions entre presse et mouvements sociaux. À l’évidence, la notion de champ journalistique utilisée par Bourdieu pose ici problème28, lorsque la massification de la profession est encore toute relative, que la spécialisation y est embryonnaire, et que des aventures individuelles, ou de la part de groupes restreints, sont possibles, et à l’origine imprévisibles. Certes, ce champ journalistique et médiatique est parfois en voie de constitution, comme on le voit dans l’exemple du Sénégal, du fait d’une histoire plus ancienne de la presse. Mais on peut se demander si le paradigme individualiste de Gabriel Tarde, celui du « publiciste » qui se crée un « public » – catégorie de mobilisation plus évoluée que la simple interaction au sein de la « foule » –, ne permet pas aussi de rendre compte du développement d’une certaine presse en Afrique de nos jours.

« S’il était vrai, comme les louangeurs de foules ont l’habitude de le répéter, que le rôle historique des individualistes fut destiné à s’amoindrir de plus en plus, au fur et à mesure de l’évolution démocratique des sociétés, on devrait être singulièrement surpris de voir grandir de jour en jour l’importance des publicistes. Il n’est pourtant pas niable qu’ils font l’opinion dans des circonstances critiques ; et, quand il plaît à deux ou trois de ces grands chefs de clans politiques ou littéraires de s’allier pour une même cause, si mauvaise qu’elle soit, elle est assurée de triompher. Ainsi, chose remarquable, le dernier formé des groupements sociaux et le plus en voie de se déployer au cours de notre civilisation démocratique, autrement dit, le groupement social en publics, est celui qui offre aux caractères individuels marquants les plus grandes facilités de s’imposer, et aux opinions individuelles originales les plus grandes facilités de se répandre » (Tarde, 1989 : 44).

  • 29 Cela a été particulièrement le cas pour la télévision burkinabé à l’occasion de l’affaire Zongo où, (...)

72Pour relativiser la portée de l’« emprise du journalisme » dans les sociétés africaines pour « faire l’opinion », il faut également souligner la faible crédibilité de l’information officielle, telle qu’elle est diffusée encore aujourd’hui à la télévision ou à la radio d’État. La censure y joue encore un rôle bien visible, surtout en temps de crise29. Mais il faut aussi compter avec le manque de moyens en matière d’audiovisuel, qui réduit souvent les journaux télévisés à la citation de longs communiqués officiels et à des panoramiques sur des colloques ou autres séminaires.

  • 30 Un auteur congolais a tenté une typologie montrant que la rumeur n’est pas l’apanage exclusif des c (...)

73Face à cette information officielle souvent peu attractive, voire totalement discréditée, l’on se tourne alors vers des sources alternatives d’information, notamment la rumeur30 – qui peut être orale ou écrite (sous forme de tracts ou de journaux anonymes) – et également vers des sources d’information étrangères (notamment les radios et, de plus en plus, les télévisions diffusées par les canaux satellites) (Mabou, 1996 : 51-59).

  • 31 « Bien que les agents qui sont engagés dans le champ journalistique soient dans une relation de con (...)

74Un dernier problème enfin : celui des forces qui remettent en cause la logique d’autonomisation professionnelle des journalistes. Si l’on en revient aux thèses de Bourdieu, il est clair que c’est l’extension d’une logique de marché qui menace le plus l’autonomie du « champ journalistique »31. Or, pour les promoteurs de cette nouvelle presse “indépendante”, dont on a vu les attaches historiques avec des mouvements sociaux, l’ennemi principal c’est l’État, le pouvoir politique avec ses prétentions à contrôler l’information. Aussi, a contrario, la logique de marché se trouve parfois parée de toutes les vertus. Comme le montrent ces propos de Diégou Bailly, le directeur du Jour, chef de file de cette presse “indépendante” en Côte-d’Ivoire, « cette politisation excessive n’a pas permis de prendre la presse pour ce qu’elle est véritablement : un produit marchand soumis, comme les autres, aux lois du marché et dont la compétitivité dépend des facteurs technologiques » (cité in Tudesq, 1998b : 14).

75Si cette orientation se confirme, il y a éventuellement là, de la part de cette nouvelle presse, un facteur de rupture ou d’éloignement avec les mobilisations contre hégémoniques. En effet, ces dernières ont été confrontées de plus en plus à des politiques d’“ajustement” dictées par les institutions de Bretton Woods au nom de cette idéologie du marché. Le FMI et la Banque mondiale apparaissent alors de plus en plus comme les véritables adversaires de ces mouvements sociaux, au fur et à mesure que s’opère le déclassement des appareils d’État. D’autre part, le rappel du passé colonial et néo-colonial montre aussi que le caractère formellement privé du capital d’un journal ne signifie pas son indépendance à l’égard du pouvoir politique (cf. les “Unes” de Dakar-Matin en mai 1968). Enfin, on peut encore faire remarquer qu’en Afrique particulièrement le pouvoir d’“acheter” et celui d’intimider les journalistes est souvent concentré aux mains des mêmes personnes !

76Mais cette tentation du marché n’est peut-être aussi qu’un épiphénomène idéologique. Rien ne dit que les “affinités électives” entre le développement de la presse indépendante et celui des mouvements sociaux issus de l’école, que nous avons tenté de décrire et d’analyser sur plusieurs décennies, ne soient pas vouées à se reproduire sous des formes renouvelées.

Haut de page

Bibliographie

Aubenas (F.) & Benasayag (M.), 1999, La fabrication de l’information. Les journalistes et l’idéologie de la communication, Paris, La Découverte.

Bathily (A.), Diouf (M.) & Mbodj (M.), Le mouvement étudiant sénégalais des origines à 1989, Dakar, CODESRIA.

Bourdieu (P.), 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-102, mars, pp. 3-9.

Bart-Lenoble (A.), 1996, Afrique nouvelle. Un hebdomadaire catholique dans l’histoire. 1947-87, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Barton (F.), 1979, The Press of Africa. Persecution and Perseverance, London, MacMillan.

Champagne (P.), 1991, « La construction médiatique des malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 90, décembre, pp. 64-75.

Drabo (Y.-K.), 1983, Socio-histoire de la formation des journalistes africains. Bilan de deux décennies d’action en France et en Afrique francophone. 1959-80, Bordeaux III, Thèse de doctorat d’État es-Lettres et Sciences humaines.

Gakasso (J.-C.), 1997, La nouvelle presse congolaise, Paris, L’Harmattan.

Loada (A.), 1999, « Réflexions sur la société civile en Afrique », Politique africaine, n° 76, décembre, pp. 136-150.

Mabou (M.), 1996, « Medias de masse et paradoxes du contrôle de l’information en Afrique », Revue juridique et politique, L. 1, janv.-avril, pp. 51-59.

Maringues (M.), 1996, Nigéria : un journalisme de guérilla, Paris, Reporters sans frontières.

Mattelart (A.), 1994, L’invention de la communication, Paris, La Découverte.

Organistion Panafricaine des journalistes indépendants, 1999, L’assassinat de Norbert Zongo. Crime d’État contre un journaliste, Bondy, MINSI.

Paye (M.), 1992, « La presse et le pouvoir », in M.-C. Diop, Sénégal. Trajectoires d’un État, Dakar, CODESRIA, pp. 332-377.

Sanon (V.), 2000, La liberté de la presse dans les nouvelles démocraties d’Afrique de l’Ouest sahélienne : enjeux et limites (Burkina Faso – Mali – Niger), Bordeaux III, Thèse de sciences de l’information, de la communication et des arts.

Tarde (G.), 1989, L’opinion et la foule, Paris, PUF.

Tedga (J.-P.), 1998, « Le rôle de la presse dans les crises universitaires », Campus Echos, 1er juin, pp. 28-29.

Tudesq (A.-J.), 1995, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse de l’Afrique subsaharienne, Talence, MSHA.

Tudesq (A.-J.), 1998, L’espoir et l’illusion. Actions positives et effets pervers des médias en Afrique subsaharienne, Talence, MSHA.

Tudesq (A.-J.) et alii, 1998, Journaux et radios en Afrique au XIXe et XIXe siècles, Paris, GRET.

Ouedraogo (J.), 1999, « Burkina Faso. Autour de l’affaire Norbert Zongo », Politique africaine, n° 74, juin, pp. 163-171.

Panos, 1996, Ne tirez pas sur les médias. Éthique et déontologie de l’information en Afrique de l’Ouest, Panos, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 « Personnellement, je n’ai pas de solutions miracles à énoncer. Simplement quelques questions à poser aux responsables académiques et politiques. Première question : êtes-vous prêt à créer des postes (un seul suffira par Université d’attaché de presse), postes qui devraient être confiés à des journalistes professionnels et dont le rôle sera d’être en contact avec la presse ? Deuxième question : êtes-vous prêts à organiser tous les deux mois des déjeuners de presse ? Ces rencontres limiteraient ce que l’on appelle souvent “des écarts de langage” des journalistes. Troisième question : êtes-vous prêts à financer la formation de certains journalistes ? Sinon, ne vous plaignez pas que la presse ne s’intéresse qu’aux amphis qui brûlent ou aux étudiants qui réclament des bourses » (ibid.).

2 Bara Diouf, ancien président-directeur général du Soleil, résumait ainsi la situation. Selon lui, « L’ouverture démocratique a été d’une telle brutalité que la floraison de journaux n’a pas été accompagnée d’un nombre suffisant de journalistes formés. Le recrutement à tour de bras a mené certains à confondre le journal avec la place publique : “la grand-place” » (Ndao, in Panos, 1996 : 173).

3 Ainsi, la veille : « Demain à 20 heures le Chef de l’État s’adresse à la Nation. Léopold Sedar Senghor a décidé “sine die” la fermeture de l’Université de Dakar. Le gouverneur du Cap-Vert décrète la fermeture de tous les établissements publics et interdit toutes sortes de manifestations », tandis que « De Gaulle annule un conseil des ministres et quitte brusquement Paris pour une destination encore inconnue » (Dakar-Matin, 30/05/1968).

4 Sur ce point, il n’est pas indifférent de savoir que celui qui a occupé pour un temps des responsabilités au sein de l’organisation professionnelle des journalistes reprise en main par le pouvoir (l’Union nationale des journalistes professionnels au Sénégal) est devenu par la suite correspondant à Dakar du quotidien français Le Monde.

5 D’après un catalogue des publications parues de 1858 à 1962 et conservées à l’IFAN, on a enregistré pour la Haute-Volta seulement quatre publications officielles et dix non officielles contre trente-deux publications officielles et cent quarante-quatre non officielles au Sénégal (Drabo, 1983 : 122).

6 Paalga signifie “nouveau” en mooré. L’Observateur a connu une période d’interruption avec la période révolutionnaire et a reparu sous ce titre modifié après quatre années de silence forcé.

7 C’est ce que les journalistes voltaïques appelaient entre eux le “coupé cloué”, du nom d’un chanteur haïtien à la mode à l’époque.

8 Jusqu’au dénouement de la crise, qui a lieu six mois plus tard avec la tenue des États généraux de l’Éducation, où la réconciliation nationale est célébrée avec lyrisme (Le Soleil, 29-30/01/1980).

9 Confirmé quelques mois plus tard par le fait que les signataires de l’accord obtiendront des bourses pour l’étranger.

10 Le prolétaire, Organe du Parti de l’Indépendance et du travail (PIT), ex-PAISénégal, pro soviétique.

11 Le prolétaire (autre traduction en wolof !), organe de And Jëf, les “maoïstes”.

12 À l’origine, lorsqu’il était mensuel, Wal Fadjri (L’Aurore) affichait une ligne ouvertement islamique. Mais, par la suite, son propriétaire Sidy Lamine Niasse a fini par accepter les choix laïques de sa rédaction, afin de s’imposer au sein de la presse sénégalaise.

13 Sud est sous l’influence de certains milieux d’affaires, à l’image de son patron Niaga Sylla, mais on trouve dans sa rédaction des proches de And Jëf comme Vieux Savané, le frère de Landing, secrétaire général de cette formation.

14 À l’intérieur du camp gouvernemental, le ministre de l’Éducation Iba Der Thiam n’appartenait pas au parti au pouvoir. Ce choix d’un ancien syndicaliste enseignant à ce poste a justement résulté d’un calcul visant à diviser ce mouvement syndical. Mais la place qu’il a prise durant plusieurs années au sein du gouvernement a suscité aussi beaucoup de réticences au sein du Parti socialiste (Le Soleil, 20/02 et 21-22/02/1987).

15 « Il y a un constat à faire. C’est que d’une part, il y a un traitement différent entre les élèves et les étudiants. Le traitement différent entre dans la logique du gouvernement qui consiste à diviser le mouvement élève-étudiant et à faire plus de concessions à la partie jugée plus radicale, c’est-à-dire les élèves. Mais ce calcul politicien à notre avis est tout à fait risqué parce qu’en manœuvrant ainsi, le gouvernement prend des risques pour la rentrée » (Propos d’un dirigeant syndical enseignant, Mamadou Ndoye, in Sud-Hebdo, 21 et 29/09/1988).

16 “Vérité” en langue mooré. Le projet d’un quotidien d’État était antérieur au CNR, mais n’avait pu voir encore le jour.

17 La première expression vise surtout les syndicalistes du SNEAHV, accusés d’avoir servi de cheval de Troie en 1980 pour l’arrivée au pouvoir du régime de Saye Zerbo, et qui ont été “dégagés” de la fonction publique pour avoir fait grève en mars 1984. La seconde vise surtout les frères ennemis du Parti communiste révolutionnaire voltaïque, dont l’emprise à partir du mouvement étudiant commence à s’étendre aux syndicats de salariés.

18 « La fraction de la jeunesse qui fait partie intégrante du peuple doit être éduquée dans un sens révolutionnaire, d’où la nécessité d’un enseignement de type nouveau qui s’acharne à inculquer aux jeunes l’amour de la patrie, la conscience anti-impérialiste, une connaissance des réalités de leur peuple et la possibilité de gagner leur pain et de participer à la construction d’un pays par l’apprentissage d’un métier » (Carrefour africain, 30/08/1985 : 20).

19 Le volontarisme du CNR s’est manifesté par le lancement de périodiques destinés aux organisations de jeunesse (Lolowule : L’Étoile rouge) ou aux campagnes d’alphabétisation “commandos” (Bantaare, du nom d’un résistant à la colonisation française).

20 Cette publication apparaît au moment où Sankara et ses proches ne contrôlent plus vraiment les médias officiels. Elle se fait l’écho des critiques que ce dernier ne pouvait pas adresser ouvertement à ses “ennemis intimes”.

21 Cette évolution s’explique notamment par la fin de la bipolarisation tranchée de la vie politique au Sénégal en cette décennie quatre-vingt-dix, avec l’entrée de partis politiques d’opposition au gouvernement à partir de 1991 (le PDS et le PIT), puis en 1993 (la Ligue démocratique).

22 Dans un papier publié par l’autre organe de la presse privée, on dénonce le « chantage à l’année blanche » du gouvernement (Sud, 29/07/1994).

23 Pour le commun des mortels burkinabès, le terme de “Conseil” renvoie à cette réalité sécuritaire héritée de l’état d’exception.

24 Il s’agit toujours d’écrits signés de façon anonyme (« un groupe d’étudiants de… » ou « un groupe d’enseignants de… ») visant à dénigrer le mouvement de grève. Ainsi, par exemple : « Le CODE creuse une tombe », signé d’étudiants de la FASEG et de la FLASHS (Le Pays, 22/01/1993), ou encore : « Crise universitaire. Les trois erreurs de l’’ANEB », signé par un groupe d’enseignants de la FLASHS, de la FAST et de la FSS (Le Pays, 27/02/1997).

25 Référence à la scission historique du mouvement étudiant voltaïque au début des années quatre-vingt, entre la fraction dissidente conduite par Valère Somé, qui va ensuite se retrouver aux côtés de Sankara en 1983, et celle influencée par le PCRV, opposée au régime du CNR.

26 Allusion au maire de la capitale, Simon Compaoré, fils de pasteur, accusé de constituer des milices de “loubards”.

27 Le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune mention de ce journal, ni de son directeur – avant que n’éclate “l’affaire Zongo” en décembre 1998 – dans les publications africanistes des années quatre-vingt-dix consacrées tant à l’évolution des institutions politiques qu’à celle de la presse, conduit malheureusement à se poser la question du niveau d’information, ou encore des mécanismes d’autocensure qui n’épargnent pas le milieu des universitaires et des chercheurs.

28 « (...) le journalisme d’information constitue un champ d’activité qui fait système » (Bourdieu, 1994 : 7).

29 Cela a été particulièrement le cas pour la télévision burkinabé à l’occasion de l’affaire Zongo où, durant les journées les plus chaudes de la crise, on a même ajourné toutes les émissions qui devaient se dérouler en direct, avec un public non contrôlé, par crainte des débordements. Peine perdue : trois mois plus tard, le président Compaoré subira une humiliation publique lorsqu’il sera hué par la foule lors de la cérémonie d’ouverture du FESPACO, sous le regard des caméras de télévision.

30 Un auteur congolais a tenté une typologie montrant que la rumeur n’est pas l’apanage exclusif des contestataires. À côté de la « rumeur-subversion », il peut exister aussi des « rumeurs-valorisation » venant de ceux qui cherchent à montrer qu’ils sont en position sociale d’avoir des informations exclusives, ou encore la « rumeur -ballon d’essai » qui participe de stratégies du pouvoir à l’égard de l’opinion (Gakasso, 1997 : 61-62). Mais dans les phases de crise qui nous intéressent, la rumeur, vraie ou fausse, joue presque toujours un rôle de court-circuit par rapport à l’information officielle.

31 « Bien que les agents qui sont engagés dans le champ journalistique soient dans une relation de concurrence et de lutte permanentes et que le champ journalistique soit, d’une certaine façon, englobé dans le champ politique au sein duquel il exerce des effets très puissants, ces deux champs ont en commun d’être très directement et très étroitement placés sous l’empire de la sanction du marché et du plébiscite » (Bourdieu, 1994 : 7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bianchini, « Entre instrumentalisation et autonomisation », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 151-178.

Référence électronique

Pascal Bianchini, « Entre instrumentalisation et autonomisation », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1696

Haut de page

Auteur

Pascal Bianchini

Sociologue, chercheur au CEAN (Bordeaux).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org