Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
Luttes scolaires et universitaires en Afrique Noire : une problématique politique

La réthorique journalistique

À propos d’une “crise” scolaire en Côte-d’Ivoire
The journalist rhetoric. About school “crisis” in Ivory Coast
Laurence Proteau
p. 179-199

Résumés

En prenant comme objet la production d’un échantillon de journaux ivoiriens à propos des mouvements de revendication lycéens et estudiantins qui se sont déroulés en 1999, l’auteur montre que, quelle que soit l’affiliation partisane des titres, la rhétorique journalistique est structurée selon une logique d’opposition binaire. La présentation et le commentaire des événements sont calqués sur les logiques d’oppositions politiques, ce qui traduit le déficit d’autonomie de la presse ivoirienne. L’introduction du multipartisme et du pluralisme médiatique en 1990, n’a donc pas supprimé les déterminismes politiques des catégories de l’entendement journalistique. Ce qui change, en revanche, c’est l’existence d’un écho inversé des prises de position des journaux du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1L’analyse des processus et des dynamiques d’éducation suppose l’étude de multiples dimensions de cet objet socialement et politiquement sensible. Des politiques publiques aux stratégies familiales en passant par les pratiques ordinaires dans l’univers scolaire, l’espace d’investigation est vaste. La question des luttes scolaires et universitaires est une entrée singulière encore peu explorée. Elle apporte cependant des éléments de compréhension de la position de l’institution scolaire dans l’espace public ou, plus exactement, dans le champ politique. Nous avions traité de cette question dans une perspective de sociologie politique (Proteau, 1998) en analysant les logiques des prises de position des agents de l’institution scolaire lors des nombreux conflits qui ont marqué leurs rapports avec l’État depuis les années soixante. Nous voudrions ici reconsidérer cette question sous l’angle particulier de la construction médiatique de “l’événement” et de la “crise” dans le champ scolaire en reconstituant l’espace des possibles rhétoriques dans lequel s’expriment les prises de position des journalistes. Cette ambition ne peut faire l’économie d’une interrogation sur les principes d’organisation et de structuration de l’espace médiatique et ce d’autant plus que, selon nous, les caractéristiques propres à cet espace expliquent, au moins en partie, les formes de construction de l’événement et participent de son déroulement et de sa conclusion. Ce qui suppose que l’émergence d’une contestation dans le champ scolaire – domaine hautement sensible politiquement – donne à voir les logiques qui structurent les prises de position des différents organes de presse et les luttes dans cet espace, plutôt que la “réalité” d’un événement. La presse construit des “faits” comme des “événements” à partir d’enjeux directement dépendants du champ politique. Et, bien qu’une partie des journalistes aient engagé une lutte pour l’autonomisation de la presse vis-à-vis du politique, le traitement médiatique de la crise scolaire révèle les limites actuelles de cette revendication lorsque le “sujet” est lui même éminemment politique.

  • 1 Les éléments d’analyse utilisés proviennent d’un corpus constitué de 481 articles de presse tirés d (...)
  • 2 La plupart des médias audiovisuels ont un statut de service public et sont de fait contrôlés par le (...)
  • 3 Le général Guéi, ancien chef d’état-major de l’Armée ivoirienne, nommé en 1990 par Houphouët-Boigny (...)

2Notre analyse des logiques des prises de position des journalistes et des formes ordinaires de la rhétorique médiatique s’appuie sur la production des principaux journaux1 – à l’exclusion des autres médias2 – lors de la longue “crise scolaire et universitaire” de 1999 (mars à novembre). L’intérêt de la période considérée est lié aux événements politiques et à leur dénouement. En effet, aux cours de l’année 1999, les oppositions politiques se durcissent entre les principaux partis entrés en pré-campagne en vue des échéances électorales de l’an 2000. Les nouvelles conditions d’éligibilité à la fonction présidentielle qui imposent que les candidats soient ivoiriens de père et de mère, eux-mêmes ivoiriens de naissance, éliminent de la compétition le leader du RDR, Alassane Dramane Ouattara. Ces dispositions législatives sont soutenues par l’invention par les élites intellectuelles du PDCI d’une notion idéologique et xénophobe : l’“ivoirité”. L’arrestation des principaux leaders du RDR en novembre 1999 exacerbe encore les tensions politiques : le 24 décembre 1999, la Côte-d’Ivoire change de régime politique suite à un coup d’État militaire3, le premier de son histoire. La “crise scolaire et universitaire de 1999 est donc la dernière manifestation de ce type à affronter les formes de répression depuis longtemps expérimentées par le PDCI.

Processus d’autonomisation du champ médiatique

  • 4 Le Jour reste souvent relativement neutre, il se contente de rappeler les revendications, de rappor (...)

3Depuis la restauration du multipartisme en avril 1990, l’espace de la presse écrite s’est considérablement diversifié sans pour autant conquérir son autonomie ; aux journaux de statut privé qui s’annoncent comme organes de presse des différents partis politiques ou qui ont une affiliation partisane marquée, s’ajoutent les médias publics liés au PDCI jusqu’au coup d’État militaire du 24 décembre 1999. Ainsi, aucun journal ne peut réellement être considéré comme indépendant, bien que le quotidien Le Jour semble être plus proche de la revendication de “professionnalisation”4. Une des conséquences de cette configuration est l’extrême virulence des conflits entre les titres sur les questions politiques : les journalistes s’interpellent, se calomnient, se discréditent les uns les autres et les échos de ces querelles auto-alimentent leurs journaux respectifs.

  • 5 Nous entendons la notion de “liberté de la presse” non pas comme le signe de l’autonomie totale, la (...)

4Dans un premier temps, cette nouvelle presse – qui fût le plus souvent l’œuvre de militants des partis politiques parmi lesquels de nombreux enseignants – bénéficie d’une relative liberté5, rapidement bridée par une loi (votée fin 1991) très restrictive, qui ne contient alors pas moins de 21 articles concernant les crimes et délits de presse. Elle permet, entre autres, d’inculper et d’emprisonner les journalistes et les patrons de presse pour « offense au chef de l’État » (cf. encadré 1, p. 185).

  • 6 La fondation allemande Friedrich Ebert est le principal bailleur de fonds de l’Union, viennent ensu (...)

5C’est à cette époque que les différents médias renforcent leur organisation transversale en créant l’Union nationale des journalistes de Côte-d’Ivoire (Unjci)6. Lors d’un séminaire organisé en août 1992 par cette organisation, les journalistes reconnaissent « le caractère partisan de la plupart des organes de presse et appellent les journalistes à plus de professionnalisme ». La politisation des médias est le thème central des débats. Perçue comme l’obstacle majeur à l’autonomisation de la presse et à son développement comme entreprise, elle est reliée, par les participants, à la faible rémunération des journalistes. En effet, considérés avant tout comme des militants défendant une cause et non comme des professionnels de l’information, la plupart des journalistes sont sous-payés et exploités par leur employeur au nom de l’intérêt supérieur de l’engagement politique. Cette position ne convient plus à de nombreux journalistes et la revendication d’un statut de professionnel apparaît comme la seule manière de transformer une “mission” en profession. Ainsi pourraient être négociés et garantis des conditions de travail, des salaires, des droits et un statut. Cet intérêt commun à certains journalistes explique certainement, au moins en partie, qu’ils entreprennent de former une “corporation”, de donner à voir une identité collective – identité illusoire si l’on tient compte de l’hétérogénéité des trajectoires et des positions –, de s’allier autour d’enjeux communs en dépit de leurs différentes appartenances politiques.

  • 7 En 1993, Abou Dramane Sangaré (directeur de publication du groupe Le Nouvel Horizon et numéro deux (...)
  • 8 Créé en septembre 1995. Le premier président est Alfred Dan Moussa, rédacteur en chef puis directeu (...)

6Émerge alors la notion de confraternité qui s’intègre dans les tentatives de l’Unjci de fédérer les journalistes, non plus sur la base des idéologies politiques mais sur le thème de la défense d’une profession à construire et à structurer. Et, pour donner corps aux concepts de confraternité et de professionnalisme, l’Unjci élabore un code de déontologie, crée un prix qui récompense les journalistes « d’excellence »7, organise des séminaires de formation, soutient la création d’associations de journalistes spécialisés (sportive, culturelle, économique, politique…) et d’un syndicat national de la presse privée (Synappci, dirigé par un journaliste de Notre Voie) ; elle crée enfin l’Observatoire de la Liberté de la Presse, de l’Ethique et la Déontologie (Olped)8, exemple unique en Afrique.

  • 9 Cf. annexe.
  • 10 En 1998, le prix institué par l’Olped, d’une valeur de dix millions de francs CFA, devant récompens (...)

7L’Observatoire examine l’ensemble des articles et des émissions à partir d’une grille qui comprend neuf rubriques9. Publiés deux fois par mois, ces comptes rendus tentent de redéfinir les enjeux de luttes entre les journalistes (distinction par les pairs) et entre les rédactions10 et d’imposer le respect des règles déontologiques que l’Unjci a fixées. L’Observatoire, en marquant les limites entre les “bonnes” et les “mauvaises” manières de traiter l’information, contribue à produire le groupe social des journalistes. Il participe aussi à la définition des “vrais” et des “faux” journalistes, essentiellement sur la base de l’autonomie de la production médiatique vis-à-vis des enjeux, conflits et luttes politiques. Diégou Bailly, président de l’Unjci de 1995 à 1998, soutien qu’il faut « (…) accepter le code de déontologie comme un ensemble de règles et principes que s’imposent volontairement les journalistes pour ne pas laisser à l’État seul le pouvoir de réglementer la presse (…) le code de déontologie doit échapper au contrôle de l’État. Celui-ci ne doit se mêler, en aucune façon, ni dans sa définition ni dans son application (…) » (Le Jour, 24 & 25/04/1999). Ainsi, le débat sur les pratiques légitimes du journalisme doit être mené entre professionnels afin d’en exclure les politiques, entre autres.

  • 11 En 1996-1997, 251 dossiers sont transmis à la commission qui en agrée 199. Les candidats satisfaits (...)

8La question de l’imposition de règles d’accès au statut de journaliste est centrale dans la tentative de constitution d’un corps de professionnel. Et l’institution en 1996, par l’Unjci, d’une carte d’identité de journaliste professionnel vise à contrôler l’entrée dans la profession et à éliminer les indésirables11. L’ensemble de ces instances et de ces initiatives, mises en œuvre par la fraction la plus formée – ou la plus intellectuelle parmi les nouveaux journalistes – ayant le plus souvent des responsabilités rédactionnelles, vise non seulement à conquérir une autonomie (relative) par rapport au pouvoir politique (crédit symbolique à apparaître comme un contre-pouvoir) mais également à convaincre l’ensemble des journalistes de l’intérêt qu’ils pourraient en retirer, notamment en terme de prestige, de respectabilité sociale et de niveau de vie. « Au nom de quel fanatisme les consciences sociales critiques que nous sommes acceptons que certains d’entre nous soient payés en bons d’essence, voire en menus présents sans valeur réelle ? », déclare l’actuel président de l’Unjci, Honorat Dé Yédagne (Fraternité-Matin, 14/06/1999). Se présenter comme des professionnels de l’information plutôt que d’apparaître comme des propagandistes politiques et cesser d’être perçus comme des porte-parole partisans s’impose également en raison de la concurrence entre les médias qui durcit les conditions de survie dans le poste. En effet, l’instauration du pluralisme médiatique en 1990 entraîne, d’une part, l’explosion des titres et par conséquent du nombre de journalistes qui s’initient “sur le tas” et, d’autre part, l’apparition de patrons de groupes de presse. Ceux-ci, très présents dans les instances de représentation de la profession, ont également intérêt à transformer des organes d’opinion en entreprises d’information économiquement viables pour gagner des parts de marché et dégager du profit. Ils sont soutenus par le président de l’Unjci qui défend une conception entrepreneuriale de la gestion des médias : « La presse partisane mourra de sa belle mort en Côte-d’Ivoire lorsque nous ferons entrer notre presse dans l’âge de l’économie », affirme-t-il (Fraternité-Matin, 09/09/1998).

Encadré 1

En 1994, César Etou, journaliste à La Voie, est condamné à douze mois de prison pour offense au chef de l’État. Il avait écrit à propos de l’argent donné par la France pour les funérailles d’Houphouët-Boigny qu’il était « honteux d’aller quémander autant d’argent pour enterrer un mort ».
Le quotidien La Voie est, le 29 décembre 1995, interdit de parution pour trois mois après un procès en diffamation pour avoir titré dans son édition du 18 décembre 1995, à propos de la défaite de l’ASEC en finale retour de la 31e coupe d’Afrique des clubs champions : « Bédié était là, le malheur aussi ». Abou Dramane Sangaré, secrétaire général du FPI (maître-assistant à l’Université), directeur de publication du groupe de presse Le Nouvel Horizon/La Voie et Emmanuel Koré, journaliste, auteur de l’article incriminé, sont condamnés à vingt-quatre mois de prison ferme et à trois millions d’amende pour « offense au chef de l’État ».
D’autres motifs peuvent être invoqués : le 28 avril 1999, Raphaël Lakpé, directeur de publication de Le Populaire nouvelle formule, est arrêté avec cinq autres journalistes. Son journal avait annoncé la mort d’un étudiant lors d’affrontements avec la police. Cette fausse nouvelle, bien que démentie dans l’édition du lendemain, justifia l’inculpation et l’emprisonnement des journalistes pour « atteinte à la sûreté de l’État ».
Pourtant, la loi n’empêche pas les autorités politiques d’avoir recours à des méthodes de répression plus “artisanales”, comme en juin 1995, lorsque Abou Dramane Sangaré, convoqué dans le bureau du ministre de la Sécurité, le général Gaston Ouassénan Koné, reçoit une trentaine de coups de matraque : le ministre lui reprochait un article jugé « insultant » pour lui et sa famille.
En avril 2000, Notre Voie titre « Un journaliste de Le jeune Démocrate enlevé et battu à sang par des militaires » (11/04/200), suite à un article sur l’arrestation présumée de militaires guinéens impliqués dans une mutinerie sur le territoire ivoirien. L’auteur est enlevé dans les locaux du journal et « sauvagement battu par les militaires ».
Le 8 septembre 2000, Joachim Beugré, journaliste au quotidien Le Jour, est battu par des militaires au sortir d’une audience avec le chef de l’État, Robert Guéi. Il était convoqué pour un article intitulé « État civil du candidat Robert Guéi : quelques interrogations », dans lequel la filiation paternelle du chef de l’État était mise en cause.

9Cette transformation morphologique est une condition pour qu’apparaisse l’intérêt à l’émancipation des médias par rapport aux partis politiques. Les patrons de presse et certaines fractions des journalistes tentent de s’imposer non plus comme vassaux (relais technique de partis politiques) mais comme composante spécifique du champ du pouvoir. Ainsi, les rapports entre presse et politique sont également dépendants de l’état des rapports de forces entre fractions des classes dominantes.

De la revendication scolaire à la “crise politique” : essai transformé par les médias

  • 12 On peut penser, entre autres, à Abou Dramane Sangaré qui est à la fois universitaire, directeur du (...)

10Dans ce contexte où l’on observe une volonté de certains membres de la profession d’impulser un processus d’autonomisation de l’espace médiatique, comment va être traitée une crise scolaire ? Peut-on lire dans la production journalistique sur ce sujet les signes d’une conquête effective d’autonomie de la presse écrite ? Quel est le degré de division sociale du travail entre hommes politiques et journalistes, de spécialisation des fonctions politiques et des fonctions journalistiques12 et de concentration des pouvoirs ? Notre objectif n’est pas de détailler l’ensemble de la production médiatique mais de définir la structure formelle du type de raisonnement, de dégager les principaux registres de discours et de reconstruire les logiques des oppositions entre les différents titres à partir d’une analyse des principales “techniques” de la rhétorique journalistique, le plus souvent utilisées à des fins polémiques.

11La Fédération estudiantines et scolaire de Côte-d’Ivoire (Fesci) est née en avril 1990 lors des luttes contre le régime de parti unique de Félix Houphouët-Boigny. La Fesci devient rapidement le syndicat le plus présent dans les luttes étudiantines et incarne le symbole de la contestation en milieu scolaire et universitaire. Elle contribue fortement à la restauration du multipartisme et en revendique même la paternité. Elle sera dissoute en 1991 puis réhabilitée en 1997 et ses principaux leaders connaîtront tous des périodes plus ou moins longues d’emprisonnement – souvent dans des camps militaires –, avec ou sans jugement. Certains de ces épisodes donneront lieu à la traditionnelle cérémonie du “pardon”, rituel d’expiation orchestré par le pouvoir politique : les étudiants se repentent publiquement et font allégeance. La mise en scène du “pardon” des éléments contestataires est une pratique de coercition politique utilisée à plusieurs reprises depuis l’indépendance. Il est plus étonnant de constater que le multipartisme n’a pas modifié, au moins dans ce cas précis, les modalités de la violence symbolique du pouvoir d’État (cf. encadré 2). Les moyens de coercition mis en place dès les premières contestations estudiantines seront maintes fois utilisés par la suite. La violence légitime de l’État est d’ordre physique (intervention de l’armée et internement dans des camps disciplinaires), académique (fermeture de l’Université et exclusion d’étudiants), politique (demande de “pardon” et déclaration d’allégeance au parti et/ou cooptation), économique (distribution conditionnelle des bourses) et symbolique (“fils” sans reconnaissance envers le “Père de la nation”– depuis la mort d’Houphouët-Boigny la presse proche du PDCI parle plus volontiers de la “grande famille ivoirienne” – malgré leur statut privilégié).

Encadré 2

En mai 1969, des étudiants contestent l’imposition du monopole syndical du Meeci (mouvement des élèves et étudiants de Côte-d’Ivoire). Ils sont arrêtés et incarcérés dans un camp militaire d’où ils écrivent une lettre de “pardon” et d’allégeance – Laurent Gbagbo, actuel président de la République ivoirienne, est un des signataires de cette lettre – au Président Houphouët-Boigny « (…) pour reconnaître leur tort, se repentir et implorer la clémence du “père de la nation” (…) » : « Nous sommes résolus à militer au sein du MEECI, sous-section du PDCI-RDA » (Fraternité-Matin, 30/05/1969).
En mai 1994, plusieurs membres de la Fesci sont arrêtés. Détenus au secret durant quinze jours, ils sont libérés après avoir demandé “pardon” dans une “confession” lue par le Secrétaire adjoint de la Fesci à la télévision nationale et publiée par les journaux : « Nous rédigeons cette lettre pour (…) présenter nos excuses au gouvernement et pour nous réconcilier avec nos parents et avec la nation toute entière. (…) Nous regrettons toutes les perturbations survenues sur l’université ces dernières années, perturbations qui ont contribué au rabais de notre formation. (…) Dans l’intérêt supérieur de la nation, nous demandons à tous les camarades de reprendre le chemin des amphis (…) » (Fraternité-Matin, 01/06/1994).

12Depuis sa création, les actions et les prises de position du syndicat sont très médiatisées et constituent un fond de commerce largement exploité par les différents journaux. Le traitement médiatique des questions relatives à la Fesci n’est jamais neutre politiquement et de façon significative, les journalistes politiques et les éditorialistes anciens dans le métier se chargent en priorité de traiter de la Fesci, alors que les questions générales sur l’institution scolaire relèvent de la compétence de journalistes spécialisés, de pigistes ou de correspondants. La Fesci est donc constituée, par la logique de la division du travail journalistique, comme un “sujet” politique plutôt que “scolaire”. Cette classification est commune aux différents médias et ce consensus n’est pas sans effet sur la position de la Fesci sur la scène publique.

La thèse de la “barbarie” contre celle de la “diabolisation”

  • 13 Dans la suite du texte nous n’indiquerons plus que le jour et le mois, l’année étant toujours ident (...)

13Fin décembre 1998, la Fesci élit un nouveau secrétaire général, Charles Blé Goudé étudiant en maîtrise d’anglais. Présenté par la presse PDCI et RDR comme proche du FPI, il prend position dans la presse publique pour affirmer que la Fesci n’est pas un mouvement d’opposition et qu’elle n’est pas financée par le FPI (Ivoir’Soir ; Fraternité-Matin). Une série de perturbations trouble l’ordre scolaire au cours des mois de janvier et février 1999 : les élèves du lycée technique de Bouaké refusent le concours d’entrée dans les écoles supérieures techniques et descendent dans la rue ; la Fesci menace de « paralyser toute l’institution » (Le Jour 17/02/199913) pour soutenir les universitaires qui réclament leur prime de correction ; alors que les étudiants de tronc commun de l’Université d’Abobo-Adjamé sont en grève pour exiger la suppression de l’examen de fin d’année.

14Ces différents conflits sont couverts de façon relativement classique : la presse FPI soutien les initiatives de la Fesci ; Le Jour insiste sur les liens entre son secrétaire général et le FPI et sur les divisions internes au syndicat ; la presse PDCI oppose aux « vandales-casseurs » « adeptes » de la Fesci les étudiants « responsables » de l’Unesci (un syndicat étudiant dit de “participation”). Notre Voie est sans conteste le journal le plus bienveillant à l’égard de la Fesci. Il rapporte longuement le premier meeting de Goudé (« les étudiants l’appellent affectueusement le génie de Kpo ») où sont dénoncés pêle-mêle « les mauvaises conditions de travail des élèves et étudiants, le chômage, les salaires à double vitesse des enseignants, l’insécurité, la pédophilie, l’inflation, la mauvaise gouvernance » (06 & 07/03). Le journaliste insiste sur la mise en cause directe du régime corrompu de Bédié et sur l’intention de la Fesci de commencer la lutte contre « le pouvoir ».

15Alors que le leader étudiant installe des sections à travers le pays et mobilise ses troupes, un fait divers et son tragique dénouement vont faire la Une des journaux. Le 17 mars, une élève est assassinée dans une ville de l’intérieur et, quelques jours plus tard, les élèves tuent un commerçant malien qu’ils accusent d’être le commanditaire du meurtre. Le gouvernement, par la médiation de Fraternité-Matin, met en cause directement la responsabilité de la Fesci ; Notre Voie tend à justifier le crime des élèves en rappelant la mauvaise réputation du commerçant – il est question de sacrifice humain pour s’assurer la fortune ; la presse PDCI se déchaîne, parle de « barbarie », accuse des « politiciens » de prendre « l’école en otage » et appelle « la majorité qui opte pour le silence » à passer à « l’action pacifique » contre les « imposteurs, provocateurs et autres troublions qui sabotent l’école »… Se met alors en place une campagne de presse présentant la Fesci comme une organisation para-militaire. « Blé Goudé est arrivé avec des gardes armés de pistolets automatiques », affirme Ivoir’Soir (30/03) qui parlera également de « dérive morale ». La presse PDCI va encore plus loin : « Villages incendiés, casses, vols, viols, tout y passe. C’est une véritable guérilla que ces soi-disant étudiants organisent dans les rues de nos cités (…) ; des camps d’entraînement et d’exercice de biceps et de triceps sont aujourd’hui ouverts (…). Ces élèves et étudiants devenus de véritables monstres et ennemis de notre société (…). Comme dans une jungle, comme des va-t-en-guerre, ils règnent dans nos cités » (Le Réveil, 06 au 12/05).

16Le meurtre du commerçant est utilisé par la presse PDCI comme preuve de la dangerosité de la Fesci, comme l’avait été le meurtre d’un étudiant en juin 1991, accusé par la Fesci d’être le chef des « loubards » infiltré à l’université. Le traitement médiatique par la presse PDCI construit un fait divers macabre en événement politique et place les luttes de la Fesci sur le terrain bien connu de l’opposition violente à l’autorité politique plutôt que sur le terrain des luttes scolaires. La Fesci est présentée comme « le bras armé » de l’opposition politique, elle n’a pas le statut de force politique consciente et autonome comme l’affirme la presse d’opposition. C’est aussi sur le terrain politique que se situent les commentaires de Notre Voie (06/04), qui se saisit de l’incendie criminel de la chambre universitaire du leader étudiant pour affirmer que « cette tentative de meurtre intervient après l’annonce de la Fesci de la reprise de la lutte » et qui accuse la presse « à la solde du pouvoir » de diaboliser le syndicat étudiant, alors que la presse PDCI voit dans cet incendie une manipulation des « vandales » de la Fesci et l’indice de leur division.

La thèse de la “manipulation” contre celle de la “répression”

  • 14 Comme, par exemple, la suppression du célèbre “parapluie atomique” qui n’imposait pas de délais pou (...)

17Alors que l’Université de Bouaké est fermée à partir du 24 mars sur décision de son président suite à des affrontements entre étudiants de la Fesci et forces de l’ordre, le leader du syndicat étudiant annonce une mobilisation totale après les vacances de Pâques : « préparez vous moralement, physiquement et mystiquement pour qu’au retour des congés nous engagions la bataille contre tous les maux de l’école ivoirienne », déclare-t-il dans Notre Voie (29/03). Les revendications ne sont pas nouvelles : il s’agit avant tout des conditions de sélection14, des conditions de vie (bourses, frais de scolarité), de travail (classes, amphithéâtres, bibliothèques), de logement (résidences universitaires, internats) et de transports (bus). La grève totale est décrétée à partir du 26 avril sur tout le territoire et pour l’ensemble des structures scolaires et universitaires. Les manifestations se déroulent dans la plus totale confusion et donnent lieu à de violents affrontements. Interdite de meeting à l’Université, comptant dans ses rangs de nombreuses arrestations, la Fesci accepte une semaine de pose. Or, en pleine trêve, le gouvernement interdit la fédération dans le primaire et le secondaire au motif des « casses et autres dérives terroristes imputables exclusivement à la Fesci et à ses commanditaires locaux et extérieurs » et condamne « l’utilisation insidieuse de mineurs par la Fesci comme boucliers humains » (Fraternité-Matin, 04/05).

18Resurgissent alors les thèses du complot et de la manipulation soutenue par Konan Bédié (« Troubles qui s’apparentent à un mouvement d’insurrection et qui prennent une tournure politique (…) mouvements suscités par une certaine opposition » ; « enfants manipulés et abusés », Fraternité-Matin, 06/05). La décision est prise de fermer les établissements scolaires, les internats, les résidences universitaires, de suspendre le versement des bourses, d’exclure les élèves « perturbateurs » : Notre Voie titre « Bédié décide de réprimer massivement les élèves et étudiants, Blé Goudé échappe à un kidnapping » (06/05), « Silence de mort sur l’école ivoirienne », et « Vers une année blanche » (07/05) ; pour sa part, Fraternité-Matin dit « Non à l’insurrection pour la conquête du pouvoir » et préfère donner une vision consensuelle de ces décisions en titrant : « Tous d’accord pour la fermeture » (08 & 09/05) ; Le Jour juge que les propos de Bédié « ont tout l’air d’une déclaration de guerre » (06/05). Alors que les manifestations se poursuivent, la Fesci décide l’arrêt des meeting et affirme à la télévision son intention de ne pas « braver l’autorité du chef de l’État » (Fraternité-Matin, 10/05).

19Débute alors une autre étape, elle aussi classique dans les crises universitaires : après la répression, les compromis, la “grand-messe” du dialogue (Fraternité-Matin titre « La voie du dialogue » (12 & 13/05) ; Le Réveil : « Dialogue, tolérance et excellence » (du 13 au 19/05) et, enfin, la médiatisation orchestrée de la mansuétude affichée du pouvoir. Pour les uns « la Fesci [est] gagnée par la sagesse » (Ivoir’Soir, 10/05), pour les autres « cette décision est tactique parce que le n° 1 de la Fesci reconnaît lui-même que, lors des manifestations, son mouvement est infiltré par des vandales » (Le Jour, 10/05). À l’issue des négociations, le gouvernement décide la réouverture des établissements scolaires et la Fesci annonce la levée temporaire de la grève (18/05). Pourtant, cette trêve est fragile et la condamnation de six étudiants de la Fesci à cinq ans de prison ferme pour « troubles politiques graves et vandalisme » le 21 mai relance les affrontements dans les cités universitaires. Le Démocrate (25/05) accuse alors les « vandales » de la Fesci organisés en « commandos » de faire « subir leur loi » à « la majorité esseulée » et célèbre la victoire des forces de l’ordre contre « l’anarchie et l’incivisme ». Pour le leader de la Fesci, cette condamnation est une provocation et pousse les étudiants à réinvestir la rue : désormais une revendication domine (« Libération de tous les élèves et étudiants ») et un slogan se diffuse (« Emprisonnez-nous, on s’en fout »).

20S’accélère alors le cycle manifestation-casses-répressions-arrestations dans tout le pays. Là aussi le schéma est connu : les revendications antérieures sont oubliées au profit de la solidarité avec les prisonniers et la lutte ouverte contre le régime politique. Le pouvoir a souvent usé de cette stratégie pour mettre fin aux mouvements en graciant les prisonniers après quelques mois de détention. La presse d’opposition retrouve également, avec ces arrestations, une rhétorique bien rodée : d’un côté la « fascisation du régime », la « provocation », la « torture », la « répression » ; de l’autre les « héros », les « martyrs », défenseurs d’une « noble cause » qui en appellent à l’opinion nationale et internationale, aux parents d’élèves (« notre seul recours, c’est vous », déclare Goudé) et enfin à Dieu (« prendre Dieu à témoin quant aux difficultés que nous vivons et la manière méchante dont nous sommes traités », Notre Voie, 28/05). Les dirigeants du syndicat recourent par voie de presse à l’analogie, largement répandue dans le sens commun ivoirien, entre l’autorité politique et l’autorité familiale ; entre la maltraitance familiale condamnable et l’arbitraire du pouvoir : l’autorité sans la protection en contrepartie n’est plus légitime et peut alors être récusée.

21Le 29 mai, le gouvernement annonce la fermeture des cités universitaires. Fraternité-Matin salue le « courage politique » de l’État et Ivoir’Soir la lutte contre « l’extrémisme » et la « manipulation » (« chair à canons des partis politiques »). En revanche, Notre Voie dénonce la « répression sauvage et brutale » et Le Jour se fait le porte-parole de « l’indignation des parents » et de la détresse des étudiants. D’un côté, un gouvernement « soucieux de préserver le climat de paix et de stabilité sociale » (Ivoir’Soir, 02/06) et un Président « qui est surtout le père de la jeunesse ivoirienne » (Le Démocrate, 11/06) contre les « maquisards de la Fesci [qui préparent] des diplômes de guerre » (Le Réveil, 03 au 09/06) ; de l’autre, un « mouvement responsable » (Notre Voie, 31/05) victime d’une « chasse à l’homme » (Le Jour, 02/06) contre un « État fasciste » (Notre Voie, 20/08).

  • 15 Églises : Catholique ; Protestante méthodiste ; Evangélique ; Harriste ; Assemblées de Dieu et Cons (...)

22Le 24 juin, les différents médias annoncent que la Fesci suspend son mot d’ordre de grève à la demande d’un collectif « d’hommes de Dieu », institué médiateur15, qui s’engage à obtenir la libération des étudiants, le report des examens et la réouverture des cités. Fraternité-Matin affirme que Goudé « présente publiquement ses excuses au président H. Konan Bédié » alors que Notre Voie choisit de rendre compte des excuses de la Fesci « au corps enseignant ». Aucun des engagements prispar le collectif ne sera respecté et les arrestations de fescistes se poursuivent. « Trahie » par le gouvernement et les religieux selon Le Jour, la Fesci relance la grève à la fin juillet après un mois de trêve. La décision d’invalider l’année universitaire (à l’exception de médecine, pharmacie et odonto-stomatologie) prise le 2 juin est dénoncée par la presse d’opposition comme la manifestation de « l’incapacité notoire du gouvernement à résoudre les problèmes sociaux » (Notre Voie) et « comme une injustice » (Le Jour). Quelques jours plus tard (17/08), le leader de la Fesci qui, selon Notre Voie « était rentré en clandestinité depuis que deux mandats d’arrêt avaient été lancés contre lui » (19/08), est arrêté. Alors que Fraternité-Matin annonce une juste punition « pour avoir incité les milieux universitaires et scolaires à la violence et à la casse » (19/08), Le Jour affirme que Goudé est « châtié pour sa présence au congrès du RDR » (20/08) ; et Notre Voie accuse les chefs religieux (« Les religieux sont-ils complices de Bédié ? », 20/08).

23Le dernier épisode de la crise éclate dans la presse le 29 septembre 1999 : Le Patriote publie une photo de Goudé « enchaîné sur son lit d’hôpital » et accuse le régime de « barbarie » et de « cruauté ». La cruauté revient aussi dans les colonnes de Notre Voie (« Les criminels protégés, Blé Goudé enchaîné. Bédié et son régime : quelle cruauté ! ! ! »), qui compare les « supplices » subis par Goudé « à ceux qu’ont endurés les esclaves lors de la traite des Nègres ». Le Démocrate, quant à lui, dénonce « Une méchante et grossière machination », « un complot monté de toutes pièces [par l’opposition et ses journaux] pour dénigrer le pouvoir ». Selon la presse d’opposition, les étudiants sont libérés le 1er octobre « sous les pressions de l’opinion » ; selon la presse PDCI, cette libération est le fruit de la « mansuétude » du Président. Les cours ne reprennent pas immédiatement, la Fesci exigeant la satisfaction de ses revendications. Des négociations s’engagent alors entre le syndicat et les autorités. Finalement, la Fesci obtient le report de la réforme de l’enseignement supérieur et lève le mot d’ordre de grève fin novembre 1999.

Les “petites plumes” du politique : une rhétorique manichéenne

24Pour répondre à notre interrogation de départ sur le degré d’autonomie des médias et de différenciation des fonctions politique et journalistique, nous avons recherché des éléments de comparaison dans le passé. Avant la fin du parti-État, les contestations menées par les étudiants ou les enseignants ont toujours été traitées par les médias en des termes similaires.

En 1969, durant les manifestations des étudiants qui contestent la légitimité du monopole syndical du Mouvement des élèves et étudiants de Côte-d’Ivoire (Meeci - sous-section du PDCI-RDA), la presse mène une virulente campagne contre la « minorité d’étudiants (…) manipulée par l’extérieur pour déstabiliser le régime », alors que « l’État consent à tant d’efforts pour la formation de la jeunesse » (Fraternité-Hebdo, 23/05/1969).

En 1987, à propos des enseignants du secondaire regroupés au Synesci, les journaux de l’époque dénoncent un « groupuscule d’irresponsables manipulés de l’extérieur » ; des « énergumènes lâches agissant bassement dans l’ombre » ; des « esprits chagrins dont l’action consiste à intoxiquer, démobiliser toute une nation »… À ces « illuminés » sont opposés les « vrais patriotes » et le « peuple ivoirien ».

25La restauration du multipartisme n’a pas transformé les formes ordinaires et récurrentes de l’expression journalistique. Ce qui change, c’est l’ennemi : il n’est plus extérieur (le marxisme), il est intérieur (l’opposition).

En 1992, à propos des contestations étudiantes, la presse liée au PDCI utilise avec la même aisance la vieille rhétorique bien rodée : « étudiants adeptes de la pagaille à la solde de certains partis politiques animés par le nihilisme et l’indiscipline caractérisée » ; « bandits de grands chemins, ces jeunes ivoiriens égarés et manipulés (…) ont saboté les cours pendant des mois ».

26En 1999, on retrouve les termes anciens de la rhétorique de la presse du pouvoir. Ceux qui s’opposent sont « manipulés et corrompus » et ne représentent qu’un « groupuscule d’extrémistes ». À l’inverse, la « majorité silencieuse » regroupe les « patriotes authentiques ». Les “petites plumes du pouvoir” dénoncent « les casses » des « commandos » de la Fesci qui « terrorisent » la population, tandis que la presse d’opposition fustige la « répression policière » menée avec « des chars (de la honte) de l’ère de l’apartheid ». D’un côté, on comptabilise les dégâts causés par les manifestants (saccage, ravage, pillage, violence extrême, « braisage »…), de l’autre les blessés dans leurs rangs (gazés, bombardés, sauvagement battu, crâne fendu, coma profond…).

27Ce qui se dégage de l’analyse du traitement médiatique de cette “crise”, c’est l’absence de variante dans la rhétorique, la similitude des articles d’une “crise” à l’autre et le maintien des déterminismes politiques des catégories de l’entendement journalistique. Ce qui change avec le pluralisme de la presse, c’est l’existence d’un écho inversé des prises de position des journaux du pouvoir. Le registre du discours, quant à lui, est le même quels que soient les titres. Et, de fait, l’image sociale de la Fesci est construite suivant un schéma dualiste : majorité/groupuscule ; responsable/manipulé ; aspiration légitime/subversion de l’ordre ; héroïsme/terrorisme ; courageux/assassins ; bonne jeunesse/mauvaise jeunesse ; fascisme du pouvoir/dialogue.

28L’essentiel de la structure du discours des journalistes peut être aisément synthétisé sous la forme d’un tableau synoptique qui rend compte de l’exacte opposition entre les termes utilisés en fonction de la position des auteurs dans l’espace politico-médiatique (cf. tableau 1). Ce tableau met à plat la rhétorique journalistique ordinaire employée dans le traitement de la crise scolaire et universitaire de 1999. Il pourrait également rendre compte, à quelques nuances près – notamment l’absence de l’écho de la presse liée à l’opposition politique –, des crises antérieures à la restauration du multipartisme.

29Le tableau se compose de deux colonnes principales (presse liée à l’opposition/presse liée au pouvoir), qui se divisent elles-mêmes en deux sections (positif/négatif). L’inversion des qualificatifs est parfaite : ce qui est jugé positivement par la presse liée à l’opposition, c’est-à-dire les actes et caractéristiques de la Fesci, est traduit en termes négatifs par la presse proche du pouvoir. À l’inverse, la colonne qui regroupe les traits négatifs désigne, pour la presse liée à l’opposition, soit les jeunes proches du pouvoir et s’opposant à la Fesci, soit les caractéristiques du régime politique. La première ligne du tableau montre clairement cette correspondance inversée de la rhétorique des journalistes : pour la presse liée à l’opposition, les « aspirations légitimes » des jeunes « responsables » et « courageux » de la Fesci se heurtent aux menaces des « loubards » « à la solde du pouvoir » ; en revanche, dans la presse proche du pouvoir, les membres de la Fesci sont présentés comme des « vandales », des « casseurs », etc., s’opposant aux jeunes gens « responsables » qui restent hors des manipulations politiciennes.

Tableau 1 : Dualisme de la rhétorique journalistique

Presse liée à l’opposition

Presse liée au pouvoir (privée/publique)

Positif

Négatif

Positif

Négatif

FESCI

AUTRES

AUTRES

FESCI

Responsable

À la solde du pouvoir

Vandale

Aspiration légitime

Responsable

Casseur

Courageux

Loubard

Imposteur

Monstre

Majorité

Minorité

Majorité silencieuse

Groupuscule

Vrai étudiant

Faux étudiant

Excellence

Médiocrité

Sauver l’école

Travailler pour son avenir

Saboteur de l’école

Noble cause

Trahison

Ordre

Anarchie

Lutte contre l’injustice

Régime corrompu

Discipline

Insurrection

Démocrate

Barbarie

Respectueux

Incivisme

Manipulé

Patriote authentique

Bras armé
de l’opposition

Vrai ivoirien

Complot

Victime

Chasse à l’homme

Guérilla urbaine

Action pacifique

Tentative de meurtre

Extrémisme

Kidnapping

Commandos

Provocation

Dialogue

Dérive morale

Lutte héroïque

Répression

Torture

Paix

Dérive terroriste

Martyr

Cruauté

Supplice

Mansuétude

Provocation

Démocratie

Fascisation du régime

Démocratie

Barbarie

30La dualité des arguments-type s’organise autour de deux thèses qui s’opposent : pour les “petites plumes du pouvoir”, les contestations étudiantes – et les manipulateurs qui les suscitent – représenteraient un péril pour la stabilité politique et le progrès social. Pour les “petites plumes de l’opposition”, la répression, par le pouvoir politique, de ces mouvements « spontanés », s’opposerait et brimerait la volonté populaire de justice sociale et de changements politiques.

31Cet univers de représentations dualistes par l’imposition de schèmes de perceptions enchantées ou stigmatisantes correspond à un véritable travail symbolique de désignation de la place des acteurs de la vie sociale et politique. Comme Hirschman l’a montré dans son ouvrage sur la rhétorique réactionnaire (Hirschman, 1991), les journalistes, quelles que soient leurs sympathies partisanes, usent d’un répertoire pauvre, répétitif, à base d’oppositions, de procédés comme l’exagération, l’occultation, l’affirmation et la simplification. La lecture de la production médiatique datant d’avant la restauration du multipartisme et du pluralisme de la presse montre également la permanence de ce type de rhétorique : « (…) d’un moment de l’histoire à l’autre ce discours se reproduit à l’identique », remarque également Hirschman dans son analyse de deux siècles d’opposition aux réformes économiques et sociales en Europe (Hirschman, op. cit. : 219). Ce type de rhétorique au service d’une cause fait l’économie de la démonstration et du débat : elle affirme et impose à partir des catégories de perception politiques.

32La presse écrite reste donc avant tout un moyen de persuasion et de propagande politique, et les revendications d’autonomie portées par certains journalistes semblent encore de l’ordre d’une lutte à mener, et non pas d’un acquis à préserver.

Haut de page

Bibliographie

Accardo (A.) (dir.), 1995, Journalistes au quotidien. Essai de socioanalyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, Le Marcadet.

Bailly (D.), 1995, La réinstauration du multipartisme en Côte-d’Ivoire ou la double mort d’Houphouët-Boigny, Paris, L’Harmattan.

Bourdieu (P.), 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 101-102, mars, pp. 3-9.

Champagne (P.), 1993, « La vision médiatique », in P. Bourdieu dir., La misère du monde, Paris, Seuil, pp. 61-79.

Diaby (Y.), 1985, La presse écrite en Côte-d’Ivoire, Université de Bordeaux III, thèse de doctorat.

Dobry (M.), 1992, Sociologie des crises politiques, Paris, Presse de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Hirschman (A.-O.), 1991, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard.

Kraemer (G.), 1995, Trois siècles de presse francophone dans le monde, Paris, L’Harmattan.

Le Bohec (J.), 1997, Les rapports presse-politique, Paris, L’Harmattan.

Martin (M.) (dir.), 1991, Histoire et médias. Journalisme et journalistes français 1950-1990, Paris, Albin Michel.

Proteau (L.), 1998, « La “reproduction en question”. École, Université et mouvements sociaux en Côte-d’Ivoire », in Questions sensibles, Paris, PUF, pp. 359-375.

Tudesq (A.-J.), 1995, Feuilles d’Afrique. Étude de la presse de l’Afrique subsaharienne, Talence, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Tudesq (A.-J.), 1998, L’Espoir et l’Illusion, Actions positives et effets pervers des médias en Afrique subsaharienne, Talence, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Tudesq (A.-J.) et Nédélec (S.), 1998, Journaux et radios en Afrique aux XIXe et XXe siècles, Paris, GRET.

Journaux consultés

Quotidiens :
Fraternité-Matin et Ivoir’Soir (service public)
Le Démocrate et La Nouvelle République (PDCI)
Le Patriote (RDR)
Notre Voie (FPI)
Le Jour (indépendant mais proche de l’opposition)

Hebdomadaire :
Le Réveil-Hebdo (PDCI)

Haut de page

Annexe

Union nationale des journalistes de Côte-d’Ivoire – Unjci
Créée en septembre 1991

Premier président Yao Noël (Réveil Hebdo) de 1991 à 1993 : directeur de publication et rédacteur en Chef de Réveil Hebdo (PDCI), vice-président de l’Union des journalistes africains (UJA), directeur chargé de la Communication et de la Propagande du PDCI.
Second président Diégou Bailly (Le Jour) jusqu’en 1998 rédacteur en chef d’Ivoire-Dimanche jusqu’à sa disparition en 1990, puis Secrétaire général de la rédaction de Le Nouvel Horizon, organe du FPI, puis directeur de publication de Notre temps également lié au FPI, puis directeur de la publication du quotidien Le Jour.
Troisième président Honorat Dé Yédagne (Fraternité-Matin) à partir de 1998 : Chef du “service économie” à Fraternité-Matin.

Récompense : Prix Ebony
tous les deux ans, les journalistes “d’excellence”

Premier prix Ebony décerné en 1993 à Dramane Sangaré (directeur de publication du groupe Le Nouvel Horizon et Secrétaire général du FPI) pour « Nous sommes presque tous des ripoux », article dans lequel il fait état des relations ambiguës entre journalistes et hommes politiques.

Observatoire de la Liberté de la Presse,
de l’Ethique et la Déontologie (Olped) – créé en 1995

Président : Alfred Dan Moussa, rédacteur en chef, puis directeur des rédactions à partir de février 2000 de Fraternité-Matin.
Grille comprenant neuf rubriques : injure ; incitation à la révolte et à la violence ; incitation au tribalisme et à la xénophobie ; incitation au fanatisme religieux et politique ; incitation à la débauche ; atteintes aux bonnes mœurs et à la morale ; atteinte à la dignité humaine ; non-respect de l’équilibre dans le traitement de l’information ; atteinte à la confraternité.

Syndicat national de la presse privée (Synappci) – créé en juin 1999

Secrétaire général : Cendres Glazaï journaliste à Notre Voie.

Haut de page

Notes

1 Les éléments d’analyse utilisés proviennent d’un corpus constitué de 481 articles de presse tirés de huit titres, dont sept quotidiens et un hebdomadaire : Le Démocrate, Le Réveil, La Nouvelle République, journaux du Parti Démocratique de Côte-d’Ivoire (PDCI, au pouvoir au moment de la crise scolaire de 1999) ; Fraternité-Matin, Ivoir’Soir, deux titres de services publics eux aussi fortement dépendants du PDCI ; Notre Voie, quotidien lié au Front Populaire Ivoirien (FPI - socialiste) ; Le Patriote, journal du Rassemblement des Républicains (RDR - centriste) ; et enfin Le Jour, se déclarant indépendant mais proche de l’opposition.

2 La plupart des médias audiovisuels ont un statut de service public et sont de fait contrôlés par le parti au pouvoir jusqu’au 24 décembre 1999 (PDCI). C’est notamment le cas de la Radio Télévision Ivoirienne devenue société d’économie mixte en février 1992. Une seule télévision privée est autorisée : Canal Horizons, chaîne à péage française. En revanche, en 1991, une loi met fin au monopole d’État sur la radio et des fréquences FM sont accordées à plusieurs radios privées dont RFI, BBC, Africa N° 1, Radio Nostalgie et JAM (Jeune Afrique Musique). La radio nationale reste très gouvernementale, mais Fréquence deux, créée en 1991, diffuse avec plus de liberté. Par ailleurs il existe de nombreuses radios libres non commerciales.

3 Le général Guéi, ancien chef d’état-major de l’Armée ivoirienne, nommé en 1990 par Houphouët-Boigny et limogé en 1995 par Bédié, prend la direction du coup d’État, destitue Konan Bédié, forme un Comité national de salut public (CNSP), suspend la Constitution, dissoud l’Assemblée Nationale et se proclame Président de la République ivoirienne le 24 décembre 1999.

4 Le Jour reste souvent relativement neutre, il se contente de rappeler les revendications, de rapporter des points de vue. La technique utilisée pour prétendre à “l’objectivité” consiste à citer les propos des principaux acteurs impliqués dans la “crise”. Ainsi, la critique du régime émane le plus souvent des discours du leader étudiant “fidèlement” retranscrits (les guillemets sont censés en attester). Cette technique qui tend à faire oublier la sélection des propos rapportés est déjà une prise de position du journal.

5 Nous entendons la notion de “liberté de la presse” non pas comme le signe de l’autonomie totale, largement illusoire même dans les pays occidentaux, mais plutôt comme l’absence de pressions externes directes (censure officielle, menace physique, emprisonnement et licenciement, etc.).

6 La fondation allemande Friedrich Ebert est le principal bailleur de fonds de l’Union, viennent ensuite les États-Unis, la France et l’Union européenne. Cf. annexe.

7 En 1993, Abou Dramane Sangaré (directeur de publication du groupe Le Nouvel Horizon et numéro deux du FPI) obtient le premier prix Ebony pour son article « Nous sommes presque tous des ripoux », dans lequel il fait état des relations ambiguës entre journalistes et politiciens, sportifs ou milieux d’affaires. Il dénonce également les financements occultes sous forme de publi-reportages. En 1998, le nouveau président de l’Unjci, Honorat Dé Yédagne, déplore que la plupart des anciens lauréats du prix Ebony, ceux qui représentent « le journalisme d’excellence (…) quittent un à un la profession ». Selon lui, les vrais professionnels « s’en iront toujours parce qu’un journaliste pleinement conscient de sa dignité ne peut souffrir d’être méprisé… ». Il fait référence à la misère économique des journalistes et à leur subordination au champ politique (Fraternité-Matin, 09/09/1998).

8 Créé en septembre 1995. Le premier président est Alfred Dan Moussa, rédacteur en chef puis directeur de rédaction à partir de février 2000 de Fraternité-Matin. À partir d’août 2000, l’Olped devient indépendant de l’Unjci et il est doté d’un pouvoir coercitif.

9 Cf. annexe.

10 En 1998, le prix institué par l’Olped, d’une valeur de dix millions de francs CFA, devant récompenser les rédactions respectueuses de l’éthique et de la déontologie, n’a pas été décerné en raison des manquements généralisés à l’éthique.

11 En 1996-1997, 251 dossiers sont transmis à la commission qui en agrée 199. Les candidats satisfaits sont pour les trois quarts des journalistes des médias d’État et des organes de presse du PDCI. Pour la session 1997-1998, 361 cartes sont délivrées sur 422 demandes. En 1998-99, 407 cartes sont attribuées.

12 On peut penser, entre autres, à Abou Dramane Sangaré qui est à la fois universitaire, directeur du groupe de presse Le Nouvel Horizon et secrétaire général du Front populaire ivoirien ; à Yao Noël, directeur du groupe de presse Le Réveil, premier président de l’Unjci (1991-1993), actuellement vice-président de l’Union des journalistes africains et directeur chargé de la Communication et de la Propagande du PDCI-RDA ; à Ayié Ayié Alexandre, universitaire, secrétaire général de l’Union syndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche de 1991 à 1995 (Unesur), directeur de publication du quotidien Le Républicain ivoirien proche du RDR.

13 Dans la suite du texte nous n’indiquerons plus que le jour et le mois, l’année étant toujours identique : 1999.

14 Comme, par exemple, la suppression du célèbre “parapluie atomique” qui n’imposait pas de délais pour obtenir la licence (actuellement elle doit être acquise en deux ans), ou encore les concours institués à l’entrée de certaines écoles d’enseignement supérieur.

15 Églises : Catholique ; Protestante méthodiste ; Evangélique ; Harriste ; Assemblées de Dieu et Conseil islamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Proteau, « La réthorique journalistique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 179-199.

Référence électronique

Laurence Proteau, « La réthorique journalistique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 02 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cres.revues.org/1700

Haut de page

Auteur

Laurence Proteau

Sociologue, Université de Picardie – Jules Verne/SASO, CSE/EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org