Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
L'Église et l'enseignement : une critique de l'État et un enjeu moral

L’École au Congo-Brazzaville vue par La Semaine Africaine (1989-1999)

School in Congo – Brazzaville
Suzie Guth
p. 201-222

Résumés

L’examen pendant une décennie (1989-1999) de la Semaine Africaine, un hebdomadaire catholique, fait apparaître trois sujets importants concernant la jeunesse : l’évolution de l’université de Brazzaville, la dualité de l’image de la jeunesse entre la jeunesse militante, militarisée ou milicienne et la jeunesse marginale qui se spécialise dans le paraître et le dandysme, celle des Sapeurs de Brazzaville, enfin, le problème de la rétrocession des établissements scolaires à l’Église catholique.
Les styles de narration des événements sont en tous points opposés, l’université n’est vue que sous l’angle du déclin alors que le retour des écoles publiques à l’enseignement privé appartient au pari que l’Église se doit de relever. À partir de 1993, la guerre devient progressivement l’Umwelt de la société congolaise, ses effets délétères sur la jeunesse, la violence qu’elle instaure sont mentionnés au fil des années. L’université devient le symbole du sacrifice, de la destruction et de la décadence, du hiatus entre des aspirations à un idéal et la réalité du fonctionnement quotidien. La critique de l’université Marien Ngouabi agit comme s’il s’agissait d’une catharsis, comme si elle suppléait à la critique de l’État congolais.

Haut de page

Texte intégral

1La Semaine Africaine est aujourd’hui l’hebdomadaire le plus ancien de l’Afrique Équatoriale Française (AEF). Il est né des cendres de Brazzaville, un supplément bimensuel de La Vie Catholique Illustrée (1950). La Semaine de L’AEF devint La Semaine Africaine au moment de l’accession à l’indépendance du Congo. En 1959, son tirage passa de 4 400 à 6 800 exemplaires. C’était un organe de presse qui couvrait toute l’Afrique Centrale, mais plus particulièrement le Congo-Brazzaville ; en 1963, le Congo en assurait la moitié de la diffusion. Le Père Le Gall souhaitait que ce journal soit imprimé à Brazzaville, tout en gardant un aspect international, ce qui fut fait (La Semaine Africaine, n° 2132). De nos jours, La Semaine Africaine n’assume quasiment plus cette mission ; du point de vue rédactionnel, le contenu des articles s’est d’une certaine manière laïcisé, bien que les pages centrales (pages 6 et 7) continuent à diffuser le message évangélique et ecclésial. L’hebdomadaire a traversé tous les régimes, en se limitant quelquefois pendant les années de monopartisme aux nouvelles religieuses et en conservant pour les dépêches politiques une neutralité de ton qui lui permettait de paraître régulièrement dans les kiosques. Ce ton ecclésial contrastait avec celui de l’hebdomadaire du parti unique Etoumba qui s’était spécialisé dans le discours idéologique et dans l’affirmation de soi.

2En 1992, La Semaine Africaine fête ses quarante ans, son format est alors un grand A4 de seize pages comportant trois pages de sport et deux pages plus religieuses ; aujourd’hui, l’hebdomadaire a doublé son format (douze pages), il comporte environ huit pages de texte lorsque l’on enlève la bande dessinée et la partie promotionnelle. Les deux pages intérieures accueillent la rubrique “religion” et la page suivante traite de la société (page huit) : c’est là que l’on peut en général lire les nouvelles de l’enseignement. La page antépénultième est consacrée aux sports, l’avant dernière page comporte une bande dessinée humoristique : Zoba Moké : c’est-à-dire Monsieur l’Idiot ou le Naïf.

3La prise de position dans les affaires séculières est devenue de plus en plus manifeste avec la montée des conflits politiques et des conflits armés. La Semaine Africaine s’est transformée en un hebdomadaire de plus en plus engagé ; la région du Pool, siège de la rédaction, mais aussi lieu d’origine de nombreux prêtres et laïcs, est devenue à la fois l’objet et le sujet du débat politique.

4Le nombre d’articles traitant de l’enseignement et de la jeunesse a suivi cette évolution politique. On aurait pu penser à première vue que l’acte du 21 juin 1991 de la conférence nationale, portant rétrocession des écoles à l’Église catholique, aurait entraîné un accroissement du nombre d’articles relatifs aux écoles. Mais les choses ne sont pas allées aussi vite : la rétrocession des écoles fut lente et continue ; ce sont les années de guerre qui vont bouleverser l’agenda scolaire, qui vont offrir la matière à un nombre d’articles de plus en plus volumineux. On observe un fort accroissement (onze articles) en 1997, année de la guerre civile, et en 1999 à l’issue de la guerre urbaine au Sud de Brazzaville. Il faut aussi tenir compte du fait que la rentrée universitaire a eu lieu en juin 1999 pour certaines Facultés. Ainsi, la multiplication des articles est due autant à la rétrocession des écoles qu’à la guerre civile et à ses conséquences : il s’agit de faire le bilan et d’imaginer un avenir pour le pays. En comparant La Semaine Africaine des années soixante, à l’époque de l’instauration du monopartisme et de la nationalisation des établissements catholiques, à l’hebdomadaire d’aujourd’hui, on voit combien la situation politique a évolué et combien l’Église catholique s’est impliquée dans la société. Cette transformation nous semble liée à trois facteurs :
- la reconnaissance des associations et des groupements depuis la Conférence Nationale ;
- l’extrême gravité de la situation politique, économique et humanitaire ;
- le pluralisme dans la presse écrite (la situation de quasi-monopole existe toujours dans l’audiovisuel).

5Des articles sur l’Université Marien Ngouabi paraissent régulièrement et leur contenu évoque presque toujours la catastrophe, comme on pourra en juger à la lecture de ces titres publiés entre 1995 et 1999 :

« Les ripoux vous saluent bien (problème du règlement des bourses des étudiants) » ; « La situation des étudiants est précaire » ; « Sous le feu croisé des grèves et des revendications » ; « Les étudiants rabroués » ; « Université Marien Ngouabi : un constat amer » ; « Triste sort pour les campusards » ; « Les examens suspendus » ; « Université Marien Ngouabi : la chute libre » ; « La faillite des intellectuels congolais » ; « Université Marien Ngouabi : La longue attente – un salaire saucissonné ».

6On peut s’étonner de l’importance accordée à l’Université Marien Ngouabi, mais il ne faut pas oublier que nombre d’universitaires écrivent dans La Semaine Africaine ; de plus, les locaux du siège du journal sont proches de la Faculté des Lettres de l’avenue Bayardelle. La gestion de l’Université devient ainsi un enjeu professionnel et politique, mais aussi un élément du débat avec les étudiants.

7Nous étudierons les fluctuations de la fréquence des articles concernant la jeunesse et sa scolarité, et nous verrons ensuite que la jeunesse est présentée de manière duelle. Soit le rédacteur oppose la jeunesse embrigadée, celle de la JMNR, aux Sapeurs de Bacongo, soit il oppose, comme le fait Sœur Nkouka, le mythe du diplôme à l’aspiration à la réussite. Nous traiterons ensuite plus longuement des années de guerre en préservant la chronologie des faits et des articles. En 1997 et 1998, deux conflits, d’abord urbains, ont pris une ampleur nationale, ont ravagé le pays et réduit nombre d’habitants à la misère. L’année 1999 marque un retour progressif vers la paix par la signature des accords de décembre 1999, mais c’est aussi le temps des bilans et de la réflexion.

Dix années de Semaine Africaine : statistiques et figures de la jeunesse

8De 1989 à 1999, le nombre d’articles concernant l’école dans l’hebdomadaire catholique d’Afrique Centrale varie du simple au décuple. Le nombre modal est de l’ordre de trois par an alors que la moyenne est de sept articles par an ; avant 1993 les parutions sont inférieures à la moyenne, alors qu’après cette date et pendant les trois années 1995, 1997, 1999, les parutions sont supérieures à la moyenne.

Année

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Articles

3

2

6

1

2

1

9

3

11

6

21

9Les raisons de ces fluctuations sont de deux ordres : la première tient à la restitution des établissements scolaires et la seconde porte sur les années de guerre, les destructions, la conscience d’une certaine décadence et la stigmatisation de celle-ci. Deux rédacteurs interviennent principalement dans ce débat : il s’agit de la Sœur Nkouka, au style plutôt primesautier (nous apprenons au fil des lectures qu’elle enseigne depuis des décennies à l’Université Marien Ngouabi), et de l’Abbé François Wembat, aumônier de l’Université mais aussi enseignant dans cet établissement.

Jeunesse embrigadée et jeunesse élégante

10Les changements dans La Semaine Africaine semblent dater de 1993. Douze articles paraissent alors, traitant principalement des devoirs de l’Église face à cette nouvelle charge d’éducation, ainsi que de l’évolution de l’enseignement catholique au Congo. Yves Botto trace en 1993 une rétrospective du rôle de la jeunesse durant trente années de vie politique congolaise (La Semaine Africaine, n° 1947). Il décrit d’un côté les militants de la Jeunesse du Mouvement National de la Révolution, la JMNR (Bonnafé, 1968 : 327-368) et de l’autre Les Sapeurs de Brazzaville. Bien que cette représentation de la jeunesse soit pour l’auteur une simplification, il montre que le déclin du militantisme ouvre la voie à son contraire : le dandysme (les Sapeurs sont considérés comme les représentants de l’impérialisme), tant il est vrai que la fringue et l’apparence reflètent pour les premiers comme pour les seconds une forme de visibilité sociale. Le rédacteur analyse cette confusion de l’utopie, du tricotage des slogans et de l’élégance. Yves Botto essaie de mettre en scène une vaste rétrospective du mouvement milicien au Congo, en opérant la liaison entre la JMNR, créée en 1965, et les mouvements miliciens d’aujourd’hui. Certes, la présence à la tête de l’État de Pascal Lissouba, ancien premier ministre du défunt Président Massemba Débat et, lors de sa primature, créateur au sein de la JMNR d’une fraction armée, la Défense Civile, considérée comme un corps d’élite, incite à établir cette continuité. La plupart des historiens et des commentateurs politiques opèrent ce type de rapprochement, qui laisse croire à une forme téléologique dans la succession des générations. L’historien Rémy Bazenguissa-Ganga (1997) montre que la création de la JMNR ouvre la voie à l’émergence des “Jeunes” dans le champ politique (1963-1968). Le militant de la jeunesse “unique” devient une figure de l’ordre politique. Certes la jeunesse a souvent été instrumentalisée, mais la création des milices (Dorier-Apprill et alii, 1998) sous la présidence de Pascal Lissouba va lui redonner un nouveau lustre. Comme l’affirme l’historien, l’urbanité s’affiche aussi dans les représentations des corps : à ces jeunes embrigadés en uniforme qui scandent des slogans, les Sapeurs de Brazzaville vont opposer le talon-dame (Bazenguissa-Ganga, 1977 : 183), qui a été particulièrement apprécié chez le président Omar Bongo du Gabon, et que Justin Gandoulou et à sa suite Rémy Bazenguissa-Ganga vont mettre en scène tant à Paris que dans leur ville natale (Gandoulou, 1989). À l’uniforme du premier s’oppose celui au teint de papaye mûre qui ne porte que des vêtements griffés, véritable figure de mode mais aussi figure alternative et marginale du monde urbain. Mais les pagnes politiques ou religieux et l’uniforme qu’ils composent font partie de la culture de la rue et des institutions ecclésiales. Les Scola qui animent les messes à l’effigie de Saint Charles Lwanga, le pagne de la Conférence nationale souveraine qui intime les trois commandements politiques : « tu ne mentiras pas, tu ne tueras pas, tu ne voleras pas », illustrent les formes populaires de communication et montrent que l’ordre politique s’incarne sur les corps (Weissmann, 1993 : 62). Yves Botto rapproche ce mouvement de celui du « drop out » qui a caractérisé les mouvements beatnik et hippy en Occident. Concluant son article, l’auteur fait référence à la Conférence Nationale où « les jeunes intelligences mises en orbite à ce grand forum ont tenté d’apporter des idées novatrices dont certaines pourraient, avec le temps, constituer la plate-forme d’une vision alternative du développement » (La Semaine Africaine, n° 1947, 1993). Ainsi, le rédacteur appelle à un dépassement de ces deux figures urbaines en appelant à la tolérance et au dialogue.

Le spectre de l’année blanche et le reliquat du militantisme

11Le 21 octobre 1993, dans une lettre ouverte aux élèves du Complexe Notre Dame de Namibie à Loudima, Sœur Marie Thérèse Nkouka fustige les jeunes filles de l’institution qui se sont mises en grève et sont parties de l’établissement :

« Votre parole a déclaré blanche une année largement rougie par les gouttes du sang d’un travail scolaire impressionnant : n’avions-nous pas pris le nom général A.R.- Aspirants à la réussite ? D’où est venu ce démon qui vous a fait changer d’idéal pour que vous admettiez que l’année soit perdue pour tous ? »

12La Sœur explique qu’elle est considérée par le Comité comme une piégeuse de jeunes, car la formation professionnelle dispensée aux jeunes filles ne débouche sur aucun diplôme professionnel. Le titre de l’article reprend bien l’argumentation : « Formation Professionnelle d’abord, diplôme après ». Sœur Nkouka dénonce « le mythe congolais du diplôme » qui ne mène, dans bien des cas, qu’au chômage. Dans les écoles dont elle a la charge, l’Église catholique a voulu remettre la formation professionnelle au goût du jour, et nous voyons sur la photographie illustrant l’article les jeunes filles occupées à coudre. Cette rébellion contre la parole forte des évêques qui ont cherché à les influencer, contre l’Église catholique mère et éducatrice, montre un premier échec de l’enseignement catholique.

13Alors que la jeunesse avait été nourrie de militantisme et de slogans, le Complexe Notre Dame de Namibie, fruit d’une coopération internationale, n’offrait aux jeunes filles qu’une formation à un métier féminin par excellence, la couture, sans conduire à un diplôme particulier. Cet établissement est présenté dans La Semaine Africaine (n° 1905) comme « un joyau de l’État namibien remis officiellement à l’état congolais… ». Ce fut le premier établissement mis à disposition de l’Église, qui eut de ce fait une valeur de symbole et d’exemple. Le complexe Notre Dame de la Namibie à Loudima est évoqué plusieurs fois de façon positive dans La Semaine Africaine :

n° 1905, 1991

L’Église catholique renoue avec l’enseignement

n° 1929, 1992

Le complexe scolaire Notre Dame de la Namibie

de Loudima

n° 1933, 1992

Premier Conseil d’administration complexe

Notre Dame de la Namibie (Loudima).

  • 1 Faubourg de Brazzaville.

14Deux ans plus tard, les élèves étaient entrés en rébellion et avaient abandonné le complexe. Dans le journal Mweti du 20 juin 1991, une couturière connue de Makélékélé1 interrogée par le journaliste indique que les parents « pensent que la couture est un dépotoir après un échec scolaire ». Tout semble se passer comme si l’Église avait la même appréhension du réel que les professionnels de la couture et non celle des parents d’élèves.

15L’objectif de la convention de l’établissement avec l’État est de former les cadres moyens dans le domaine du bois, de la mécanique et des métaux en feuilles, de l’agriculture et de l’élevage, de l’agroalimentaire, des arts ménagers et des sciences sociales. La mise en place de cet établissement est considérée comme un défi qu’il convient de relever, en raison de son importance et de son coût élevé. Il compte une forte proportion de jeunes filles (deux tiers), mais nous apprenons que la congrégation qui s’est portée volontaire pour encadrer l’internat, les Missionnaires Clarétaires, ne viendra qu’en septembre 1992 pour la deuxième rentrée scolaire.

16Le Père Christian de La Bretesche (La Semaine Africaine n° 1946) résume la philosophie de l’Église en matière scolaire : permettre aux jeunes Congolais de tous les niveaux scolaires de trouver une insertion économique, en devenant non plus demandeurs d’emploi, mais porteurs d’initiatives économiques :

« Là encore, choisissons le bon vocabulaire, cessons de parler de “récupération des échoués”, parlons tout simplement de mise en valeur des ressources humaines ».

17Ces trois articles esquissent une vision volontariste de ce que devrait être l’enseignement chrétien : un projet, l’invention de nouvelles solutions, la transformation des « échoués » en « porteurs d’initiatives économiques ». Mais l’absence de formation diplômante conduit les jeunes filles du Complexe Notre Dame de la Namibie à la révolte, qui est assimilée à un refus d’obéissance, à l’œuvre du démon. Ainsi, le bien se trouve du côté de l’institution ecclésiale et le mal dans le refus de ses objectifs et de ses modalités d’action.

18Dans un article de La Semaine Africaine du jeudi 29 avril 1993, le père Wembat, aumônier de l’Université, évoque l’enseignement catholique sous la colonisation et rappelle que des problèmes similaires se posaient déjà sous le vicariat de Mgr. Biéchy en 1936-1939. Il conclut :

« La reprise des établissements scolaires n’est pas une chose facile. Nous ne sommes plus à l’école coloniale. Le nombre d’élèves inscrits est à multiplier par mille. Que ce regard en arrière nous aide à mieux nous organiser pour prévenir toute aventure et ne pas décevoir ceux qui comptent sur nous pour relever l’enseignement et l’éducation des jeunes dans notre pays ».

  • 2 Sœur M.Th. Nkouka, « Il y a trente-six ans, l’école congolaise était nationalisée» (La semaine Afri (...)

19Le 6 mai 1993, l’établissement est cependant confisqué par le président de la République, Pascal Lissouba. Le complexe va servir de base de formation pour les milices présidentielles. L’école aura fonctionné seize mois, et les cinq cents jeunes de la région de Loubima qui y étaient scolarisés vont se retrouver à la porte2.

20Yves Botto présente quant à lui la jeunesse congolaise sous deux aspects :
- l’implication politique dans le militantisme en uniforme (une photo illustre cet aspect) ;
- le refus narcissique de cet engagement (une autre photo illustre cet aspect).

21Il appelle les jeunes à trouver d’autres modes d’avenir et notamment celui du dialogue. La création d’un enseignement chrétien au Congo nécessite de trouver de nouvelles voies, de nouvelles modalités d’action, mais aussi de rompre avec la jeunesse d’hier symbolisée par deux figures, celle du militant et celle du dandy. La troisième voie, celle du dialogue et de la valorisation des ressources humaines ou de la rédemption de ceux ayant échoué, reste encore à incarner.

L’Université et les années de guerre (1997-1999)

  • 3 Chemin de fer Congo-Océan.
  • 4 Route du Nord, qui va de Brazzaville aux plateaux Batéké.

22Bien que ses premières manifestations datent de 1993-94, la guerre ne s’est véritablement étendue à tout le territoire du Congo qu’à partir du 5 juin 1997 ; l’appareil milicien, qui a été le support de la guerre, s’est progressivement mis en place sous la présidence de Pascal Lissouba. C’est à l’origine une guerre urbaine, qui va précipiter les populations sur les routes, en brousse, le long de l’axe du CFCO3, ou au PK 454, voire plus au Nord du pays. Les populations vont se déplacer pour fuir le conflit dans les pays voisins, mais aussi le long des axes routiers, du chemin de fer, ou des voies navigables.

23L’Université Marien Ngouabi était avant la guerre un foyer de contestation. Ainsi, lors de la semaine universitaire du 5 au 9 mai 1997, les étudiants, profitant de la présence du Président de la République ont réclamé leurs bourses. Le Président de la République Pascal Lissouba, ancien professeur d’Université, répond :

« Vous êtes des universitaires, par conséquent respectueux. Si vous pensez que vous êtes assimilables aux sauvages, alors allez au zoo. Je vous demanderai simplement de ne jamais cesser d’être polis quel que soit le dépassement. Vous avez copieusement crié sur votre ministre, j’espère que qui aime bien châtie bien ».

24La Semaine Africaine du 8 mai 1997 évoque les revendications exprimées par les universitaires et les étudiants : elles portent sur les heures complémentaires non payées ainsi que sur les bourses et sur les réformes des examens, notamment sur les notes éliminatoires en sciences économiques.

25Nous trouvons dans La Semaine du 21 août 1997, après une suspension de la parution des journaux, deux articles traitant de la démocratie, l’un traite de l’école et de la formation du citoyen, l’autre s’inspire de l’ouvrage de Dominique Ngoïe-Ngalla, professeur d’histoire et auteur de la Lettre d’un Pygmée à un Bantou. Le rédacteur de ce second article, Serge Zangala, présente d’abord les Églises du Réveil qui annoncent la fin du monde, s’inspirant des évangiles de Marc, Mathieu et Luc :

« Vous serez livrés même par vos pères et mères, vos frères, vos proches et vos amis ; on fera mourir plusieurs d’entre vous ».

26La guerre serait donc une apocalypse annoncée, comme le fut la destruction de Jérusalem, mais Dominique Ngoïe-Ngalla considère que les malheurs ne sont guère eschatologiques mais simplement humains ; il suggère de ne pas impliquer les Blancs :

« Vous les rendez responsables de tous vos malheurs. C’est trop facile. Les Congolais doivent trouver des solutions ailleurs que dans la guerre, ils doivent accepter d’assumer leur histoire et leur culture et mettre de l’ordre dans le pays ».

27L’article de Serge Zangala veut donc opposer au destin et à la prophétie la recherche de causes internes au peuple congolais puis, toujours d’une manière holistique, la volonté d’assumer les malheurs de la nation pour trouver une solution.

28L’Université Marien Ngouabi est l’objet dans le numéro du 23 juillet 1998 d’un article ayant pour titre : « Triste sort pour les campusards ! ». Les logements étudiants du campus sont en ruines, il n’y a plus de sanitaires, plus d’électricité, ordures et herbes sauvages se disputent le terrain. De plus, le quartier voisin de Diata a été dévasté. Un comité s’est constitué pour gérer les restes de la cité universitaire. Un cri d’alarme est adressé aux dirigeants du pays, mais l’article s’achève cependant sur une note optimiste : l’étudiant est l’espoir de demain.

  • 5 CAMES : Conseil Africain et Malgache de L’Enseignement Supérieur.

29L’enseignement dans son ensemble se met à vivre dans un temps différent. Le temps scolaire n’a pas été respecté, et l’on cherche à trouver des repères dans un temps antérieur : les bacheliers de 1996 réclament leur bourse, alors que l’année universitaire 1997/98 touche à sa fin… L’attribution d’une bourse est limitée aux étudiants qui arrivent à passer avec succès la première année de premier cycle et qui ont vingt-deux ans et plus. Ils doivent constituer un nouveau dossier, alors que les examens du 10 juin 1997 ont été supprimés pour raison de guerre civile. L’article insiste ensuite sur les conditions matérielles des universités (nous pensons qu’il s’agit surtout de l’établissement de la rue Bayardelle) : pas de bancs, pas d’électricité, des sujets écrits au tableau noir, les étudiants qui restent debout pour suivre les cours. Il faut ajouter (ce que l’article ne fait pas), que les bâtiments ont été dévastés et que les gravats encombrent toujours les salles en décembre 1999. Une session d’examen aurait dû avoir lieu, mais elle fut reportée (article du 12 novembre 1998) en raison du manque de papier et de son coût prohibitif. Le trafic fluvial entre Brazzaville et Kinshasa était suspendu, le chemin de fer Congo-Océan ne fonctionnait que très épisodiquement sur une fraction de son parcours ; la ramette de papier était évaluée à 8 500 francs CFA(alors que son coût avant la guerre était de 4 500 francs CFA). Les examens, jugés trop onéreux (la session était estimée à cent millions de francs CFA) furent reportés à des jours meilleurs. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique présente son programme dans un entretien publié le 6 août 1998. Il évoque la réhabilitation de la Faculté de Sciences et de la Faculté de Droit, son financement par Chevron Congo ; il cite le cabinet d’architectes chargé de cette tâche et annonce le démarrage des travaux pour les mois à venir. Il pense pouvoir récupérer les équipements de laboratoire commandés pour la Faculté de Sciences de Dolisie, établissement que le Président Pascal Lissouba avait décidé d’installer près de sa région natale et où les cours eurent effectivement lieu la dernière année de son mandat. En 1997, L’Unesco s’était engagée à fournir du matériel administratif. Le journaliste pousse plus avant son interview et demande au ministre quelle est la crédibilité que l’on peut accorder à l’enseignement supérieur au Congo d’un point de vue international. Celui-ci répond que la réinsertion a pu se faire grâce au CAMES5. L’agitation des étudiants est ensuite évoquée, mais, pour le ministre, elle n’est qu’une manifestation d’une minorité d’étudiants menée par un syndicalisme politisé.

30L’Université Marien Ngouabi donne lieu à des commentaires à caractère dramatique : « Université Marien Ngouabi : la chute libre » (28/01/99), « La faillite des intellectuels congolais » (18/03/1999), « L’Université est malade parce que l’État lui-même est malade » (30/09/1999) et « La recherche en question » (02/12/1999). Le 4 février 1999, le professeur Miyouna Tatani relate les conditions ubuesques dans lesquelles les enseignants reçoivent leur salaire ; il s’agit d’ailleurs d’une fraction de salaire puisqu’ils perçoivent en décembre 1998 un tiers du salaire de septembre 1998, celui du mois d’août étant oublié. L’attente aura duré toute la journée et s’achèvera à Bayardelle faute d’électricité :

« Au loin le rugissement des canons ponctue notre cérémonie en messe basse. À la radio, la musique de Tshala Mwana, Pépé Kéllé et Olomidé alterne avec les envolées pittoresques des journalistes qui exultent en périphrases à la gloire de ceux qui nous gouvernent. »

  • 6 CESB : Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville, établissement au Congo de la Fondation de l’ (...)

31Le rédacteur de l’article intitulé « Rentrée académique : mieux vaut tard que jamais ! » évoque plus particulièrement le problème des examens universitaires : les étudiants de certains départements universitaires de Lettres et Sciences humaines attendent toujours en 1999 les résultats des examens de la deuxième session de 1997-1998, alors que la nouvelle rentrée universitaire a eu lieu le 31 mai 1999 (examens de 1998-1999). En Sciences Economiques, les examens ne sont pas organisés faute de matériel, le 29 mai 1999 la compagnie pétrolière Chevron annonce un don de matériel de vingt millions de francs CFA pour cette même Faculté. L’Université a voulu compenser les retards dans les cycles académiques, mais, en cherchant à rattraper le temps à marches forcées, en créant de nouvelles années universitaires pour éviter les décalages dûs aux conflits, elle se heurte ainsi à des cycles d’études inachevés, à des hiatus temporels où l’année universitaire ne correspond plus à l’année réelle. Car ces ajustements ne vont pas sans rappeler les années blanches et, notamment, celle de 1993-1994. À ce temps en retard sur lui-même, qui s’accompagne du sentiment du déclin (justifié objectivement par l’état des bâtiments), la nostalgie qu’éprouve Paul Denguika du département de littérature et de civilisation africaines renvoie l’image d’un passé qui paraît idyllique aux yeux de ceux qui l’ont connu. C’est le temps du Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville6.

« Chaque année j’ai le cœur fendu et les larmes aux yeux de voir nos chers étudiants prendre les cours dans les couloirs des bâtiments ou encore au travers des fenêtres. Qu’il est loin le temps du Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville (CESB) ». Plus loin, l’auteur ajoute que « Les conditions objectives de l’acte de la recherche ne sont pas suffisamment remplies. Qu’est-ce qu’une Université qui ne publie ? Elle ressemble à un gigantesque lycée urbain ».

32Monsieur Antoine Yila, maître-assistant (CAMES) de littérature française, évoque la situation des chercheurs, une prime de recherches de trente mille francs CFA, pas de machine à écrire, les enseignants sont obligés d’être des héros pour produire intellectuellement, scientifiquement, académiquement. Le recteur, interrogé le 30 septembre 1999, ne mâche pas ses mots et répond à la question suivante :

« Tout le monde constate que l’Université est malade : plus de bibliothèque ni de laboratoires, plus de recherches. Quelles sont vos stratégies pour remédier à ces maux ? »

« L’Université Marien Ngouabi est une Université d’État, son propriétaire est malade. Mais contrairement à ce que disent les journalistes, l’Université ne se complaît pas dans sa maladie. Elle la combat dans la mesure de ses moyens. »

33Il annonce ensuite un certain nombre de projets (équipements de laboratoires, renaissance des Annales, modernisation de bibliothèques). La bibliothèque de la Faculté des Lettres, dont les livres ont été éparpillés dans toute la ville et sont encore vendus sur les marchés, doit être réhabilitée. Le bilan qu’établissent les journalistes et les universitaires ne semble guère noircir la réalité, bien au contraire ; la désolation qu’inspirent les bâtiments de Bayardelle, les gravats qui jonchent le sol, les bancs tordus et entassés, les sous-sols en ruines, l’absence de tout instrument administratif, si ce n’est une vieille machine à écrire mécanique, et surtout les bâtiments lézardés, mais encore debout, reflètent fidèlement l’image extérieure et métaphorique de l’Université congolaise. Vidée d’une partie de ses enseignants réfugiés dans d’autres pays, contrainte de rattraper les examens manqués, elle peine et s’essouffle dans ce décor encore colonial, dans ces bâtiments laissés à l’abandon. Néanmoins les petits métiers ont refait leur apparition, ici un photographe tire le portrait des étudiants pour les diverses cartes, là on vend des en-cas pour goûter entre les cours. La vie universitaire recommence avec son cortège de complaintes et de revendications, mais aussi avec sa précarité.

34La déshérence institutionnelle est assimilée à une maladie, à un mal ; la faillite de l’institution dénote un jugement sur les responsabilités mais aussi sur l’appartenance commune : l’Alma mater. Ainsi, l’abandon de la mère nourricière reflète la bêtise humaine. Paul Denquika du département de littérature va jusqu’à suggérer que c’est à croire que plus rien n’a de sens, que le sens n’a plus de sens. L’absurde reflète donc la situation à la fois institutionnelle mais aussi nationale. Il ne veut pas s’arrêter sur une note de désespoir, il conclut : « L’intellectuel par définition est l’éveilleur des consciences, celui qui dit non à la médiocrité, et non à la bêtise ». En d’autres termes, il n’y a pas de fatalité. Il évoque ensuite le Siècle des Lumières pour suggérer sans doute une renaissance possible, si ce n’est un âge de la raison.

35Le thème du déclin, de la chute de l’Université, atteint son apogée en 1999, mais il est cependant récurrent depuis 1991. Un article intitulé « Université Marien Ngouabi avant-dernière d’Afrique » commente ce piteux résultat issu du classement du CAMES. L’auteur, assistant à l’Université, lie cette situation à l’autocratie du Parti Congolais du Travail, à l’étouffement de toute contestation, à la politique du bâton et de la carotte, mais aussi à la léthargie administrative.

36En 1995 (15/01/1995), un article intitulé « L’Université Marien Ngouabi : la mise à mort » annonçait la disparition de l’enseignement supérieur. La même année (le 09/03/1995), un article intitulé « Les ripoux vous saluent bien » relate, sous la forme d’un conte moral, les tribulations de Tchica qui cherche à obtenir sa bourse universitaire. Après bien des démêlés avec les militaires qui gardent le Trésor Public, elle arrive au bout de ses peines en versant aux gardiens du Trésor une gratification de deux mois de bourse. Ce faisant, elle s’aperçoit que d’autres avaient aussi bénéficié des faveurs des militaires de la même manière. Ce conte moral s’achève par la métaphore de la gangrène de l’âme, qui envahit tout le corps social. Ainsi, le mal s’étend, les étudiants, victimes, doivent donner deux mois de leur bourse à ceux qui sont au sens propre les gardiens du bon fonctionnement des institutions.

37En face, à l’aumônerie, les activités ont repris pour la semaine pascale ainsi que pour la semaine universitaire en octobre 1999. Cent dix jeunes ont participé à cette semaine, qui fut surtout l’occasion de recevoir le sacrement de réconciliation. L’Église, à l’issue de cette guerre, est devenue le pilier moral sur lequel le gouvernement devrait s’appuyer, elle insiste à tous les niveaux sur l’importance du code moral – la guerre se situe selon elle dans l’immoral et conduit au constat de la nécessité d’enseigner et de créer des filières d’éthique et d’esthétique à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines.

L’après-guerre de 1999

38Les articles traitant de l’éducation peuvent être rangés en trois rubriques, les plus nombreux évoquent la situation scolaire de l’après-guerre à Brazzaville, dans le Pool et dans le Niari, régions où se déroulèrent les combats et où le pillage fut le plus intense. En avril 1999, selon un article paru dans le numéro 2002 de La Semaine Africaine, une mission des Nations-Unies qui s’était rendue à Dolisie et Nkayi (troisième et quatrième villes du Congo), relevait que deux mille personnes étaient revenues à Dolisie qui en comptait quatre-vingt mille avant-guerre et dix mille à Nkayi qui en comptait soixante mille avant-guerre. L’Université Marien Ngouabi suscite toujours bien des commentaires qui stigmatisent son déclin. Enfin, nous retrouvons la rubrique qui traite des établissements scolaires catholiques ou privés.

  • 7 Milices rivales.

39Les premières décisions concernant la scolarisation des enfants furent évoquées dès le 28 janvier 1999. Les enfants des quartiers de Bacongo et de Makélékélé (au nombre de quarante-six mille environ) ont été transférés dans les quartiers Nord pour y être scolarisés. L’association des parents d’élèves (APEC) s’est élevée contre cette décision, car les effectifs des établissements des quartiers Nord de Brazzaville étaient déjà pléthoriques. Le président de l’association considère que cette intégration est un échec car… l’information n’est pas bien passée. Le 1er avril 1999, un titre d’article annonce : « Plus du tiers des élèves congolais privés de scolarité ». Cette déscolarisation forcée concerne essentiellement le Sud du pays : les régions du Pool et de la Bouenza, du Niari et de la Lékoumou, ainsi que les quartiers Sud de la capitale. Les causes en sont partiellement l’environnement, mais surtout l’insécurité que font régner les affrontements qui se poursuivent entre Cocoyes et Ninjas7. Il est rappelé que l’Éducation nationale, qui scolarisait les enfants à plus de 100 % en taux brut, connaît aujourd’hui un recul qui est estimé à 13 % sur l’ensemble du pays, mais qui serait de 26 % dans la capitale ; il manque 57 511 élèves ainsi que plus de 2 000 enseignants ; seuls 318 d’entre eux auraient repris leur service. Nombreux sont les élèves scolarisés à Pointe-Noire, car les enseignants sont eux aussi restés dans l’agglomération ponténégrine. Le 24 juin 1999 Pierre Pemba relate une visite faite à sept établissements brazzavillois. Voici en résumé ce qu’il en dit : ces établissements qui totalisaient avant la guerre 19 222 élèves et 859 enseignants, n’ont plus que 4 710 élèves et 477 enseignants, soit 67 % d’élèves en moins et 44 % d’enseignants en moins. L’école primaire de Bacongo passe de 1 379 à 143 élèves, le Collège Angola Libre à 461 élèves sur 2 852, le Lycée Savorgnan de Brazza à 1 507 élèves sur 5 700 et le lycée Amilcar Cabral, qui se situait à dix-sept kilomètres de Brazzaville sur la route de Nganga Lingolo, est aujourd’hui abrité dans les locaux du Lycée Technique (204 élèves le fréquentent au lieu des 759 d’avant-guerre). Un article, « La preuve de la baisse des effectifs », publié dans le journal La Nouvelle République, nous donne en fin d’année de nouvelles statistiques sur les taux de réussite scolaire. Nous pouvons observer les résultats du BEPC de 1963 à 1999 (selon la direction des Examens et Concours, DEC). Le meilleur score obtenu était de 51,76 % en 1964 (faut-il rappeler le filtre de l’examen d’entrée en sixième ?), le score le plus bas a été enregistré en 1984 (10,83 %) mais, depuis 1990, les scores fluctuent entre 14,03 % (1992) et 38,60 %. Le mouvement est cependant à la baisse : en 1999 le taux de réussite est de 17,38 % pour 29 182 candidats, alors que l’année précédente ils étaient au nombre de 42 773. Ainsi, la décroissance des taux de réussite a été amorcée avant-guerre, mais la guerre et l’après-guerre vont accentuer cette tendance. On voit que le système éducatif porte les stigmates des conflits et du chaos qu’ils ont généré.

40L’insécurité urbaine et scolaire est mise en accusation dans deux articles du 25 février 1999. Pierre Pemba évoque l’intrusion dans les salles de classe de jeunes armés de PMAK. Ainsi, au CEG Leyet Gaboka, trois militaires armés, avec casques noirs de conducteurs d’engins blindés, ont menacé de tirer sur le surveillant général. Dans un autre article du même numéro, Sœur Thérèse Nkouka s’interroge : comment parler d’amour à ces enfants « plus guerriers qu’étudiants » dont le minimum de référence morale est désormais battu en brèche par ceux qui ont été amenés à tuer, violer, piller, braquer ? Elle les voit comme des brebis qui errent sans pasteur (Marc 6, 34). Malgré les destructions de trois diocèses sur six, Sœur Nkouka veut garder l’espérance. Pierre Pemba s’interroge sur la corruption des fonctionnaires qui, en raison d’immenses retards de salaire, se créent une situation en mettant en place un « cartel », en d’autres termes un travail d’atelier ou de cours particuliers : ils revendiquent « 100 % de réussite aux examens » mais, aux dires des enseignants interrogés par le rédacteur, « ces résultats sont douteux. Car nos collègues qui créent ces ateliers scolaires accompagnent leurs élèves jusqu’aux centres d’examen et s’arrangent avec nos collègues surveillants d’examen pour aider les petits ». L’article s’intitule « Quand la faim justifie les moyens ».

41Dans le Kouilou (article du 21/10/1999) la situation est inverse ; c’est là que les populations en fuite ont afflué. Le directeur régional de l’enseignement du Kouilou ne donne pas d’effectifs précis, mais il considère qu’il y a dans l’enseignement une baisse de qualité en raison de la pléthore d’écoliers ; rappelons que les enseignants sont eux aussi venus en masse et comblent le déficit de Pointe-Noire, mais ils devraient être affectés ailleurs, bien que la plupart d’entre eux souhaitent rester à Pointe-Noire. Le directeur régional du Kouilou admet que les conditions de vie sont de plus en plus difficiles, mais il omet de dire que les villages et les centres urbains ne sont pas tous accessibles.

42Déficit d’élèves d’un côté, bâtiments en ruines à Brazzaville, dans le Pool, ainsi que dans la région de Dolisie et de N’kayi, pléthore d’élèves et d’enseignants dans la capitale économique à Pointe-Noire, création d’un enseignement parallèle avec les cartels : tel est le bilan dressé par La Semaine Africaine après la guerre de 1998.

43Pourquoi cette opposition entre l’Université Marien Ngouabi et les établissements d’enseignement privés catholiques ? Nous ne pouvons que formuler des hypothèses sur ce long débat enseignement public et enseignement privé. L’Université congolaise, comme nous l’avons déjà indiqué, est la proche voisine de la cathédrale et des institutions ecclésiales et scolaires d’alentour, nombre de ses enseignants ont été des élèves des écoles catholiques. Certains comme Sœur Marie-Thérèse Nkouka et le père Wembat sont enseignants à la Faculté des Lettres de l’avenue Bayardelle. La critique est donc essentiellement interne : la Faculté des Lettres et Sciences Humaines représente l’État dans son omnipotence et son impuissance. Elle possède le quasi-monopole de l’enseignement supérieur et représente bien l’hégémonie de l’État national, et cultive aussi tous les dysfonctionnements bureaucratiques de l’État : gabegie, aléas pour les salaires et les bourses, lenteurs et imprévisions. Plus récemment, la destruction des bâtiments, la perte de l’outil culturel qu’est la bibliothèque, la difficulté pour trouver les moyens nécessaires en papier pour les examens, les dons des sociétés pétrolières qui lui sont accordés, montrent à l’envie que l’omnipotence s’est transformée en impuissance collective. Ainsi la Faculté des Lettres, qui n’en peut mais, est transformée en un symbole collectif de l’État. Pourtant, on note combien les enseignants lui sont attachés, l’un verse des larmes sur le sort de ses étudiants et pense avec nostalgie à la jeunesse de l’institution (au CESB), l’autre semble fustiger l’État pour que l’Université malade guérisse. Le constat de la chute, de la maladie, du déclin et de l’absurde peut aussi avoir pour mission de hâter la renaissance. Si, pour certains, l’absence de critique a sclérosé l’État et ses institutions, le discours critique contemporain devrait avoir pour vertu de contraindre les agents de la décision politique à la vigilance. La défaite politique a conduit au retour sur soi, à la recherche des explications et des causes, la victoire de la renaissance de l’enseignement privé a conduit en contrepartie à l’exaltation.

Conclusion

44Bien que les articles sur le monde scolaire et celui de la jeunesse ne soient pas hebdomadaires, ils représentent un bon analyseur de l’évolution de la société congolaise et de la critique sociale et politique exprimées par l’Église catholique. Par le biais des institutions d’éducation et de culture, l’Église expose ses normes, son credo, sa volonté d’insertion, mais elle ne soumet pas ses propres institutions à la même critique ; celle-ci est plus rare mais d’autant plus exemplaire : ainsi, deux numéros de La Semaine Africaine (07 et 20/06/2000) évoquent la gestion des biens de l’Église.

45L’analyse de la jeunesse fait référence aux figures tracées par les sciences sociales : celle de la jeunesse embrigadée et celle de la jeunesse exclusivement soucieuse du paraître et de soi. Sœur Nkouka fustige le mythe congolais du diplôme qui ne mène à aucune formation professionnelle ; alors que l’Église a le devoir d’orienter les jeunes vers une insertion professionnelle. Les articles des années d’après-guerre insistent sur les destructions matérielles, sur la désorganisation du système scolaire et universitaire, sur le phénomène de déscolarisation que l’on observe. Celle-ci n’est recensée qu’à Brazzaville alors que l’on reste sans nouvelles de tout l’arrière-pays ainsi que de la vallée du Niari. L’insécurité gagne aussi les établissements scolaires qui sont visités par les miliciens en armes. Mais c’est l’Université Marien Ngouabi qui fait l’objet de la critique la plus radicale : qu’il s’agisse du paiement des bourses, des retards dans le versement des salaires et des conditions dans lesquelles une fraction de celui-ci est payé. Les conditions matérielles et morales de la vie universitaire sont elles aussi analysées pour arriver à ce constat : l’Université est malade et son propriétaire est malade. Ainsi le déclin de cette institution de prestige signe le déclin ou la désorganisation de l’État. Les militaires gardiens du Trésor public sont devenus des ripoux et symbolisent la déliquescence des organismes publics.

46La rétrocession des établissements scolaires donne lieu à un discours plus contrasté. L’Église prend en charge des établissements dans un état de délabrement et de vétusté, et, grâce à un dur travail de réaménagement, ces établissements redeviennent des lieux accueillants et retrouvent leur identité d’autrefois : c’est l’image qui est proposée au lecteur. À partir de ces deux exemples institutionnels, nous constatons que La Semaine Africaine est bien un journal d’opinion, même si celle-ci est présentée d’une manière moins virulente que dans l’hebdomadaire La Rue Meurt, devenu La Rue, qui se veut d’une certaine manière le leader des journaux d’opinion, ou du moins son expression la plus virulente tant dans les écrits que dans les caricatures. Le ton de La Semaine Africaine est en général plus mesuré, c’est la raison pour laquelle les titres et les articles concernant l’Université Marien Ngouabi ne reflètent guère le style général, car ils sont l’œuvre des “intellectuels” qui présentent leur opinion et leur manière de voir leur propre institution culturelle.

Haut de page

Bibliographie

Bazenguissa-Ganga (R.), 1997, Les voies du politique au Congo – Essai de sociologie politique, Paris, Karthala.

Bonnafé (P.), 1968, « Une classe d’âge politique : la JMNR de la République du Congo-Brazzaville », Cahiers d’Études Africaines, vol. XIII, pp. 327-368.

Dorier-Apprill (E.), Kouvouama (A.), Apprill (C.), 1998, Vivre à Brazzaville-Modernité et crise au quotidien, Paris, Karthala.

Gandoulou (J.), 1989, Au cœur de la Sape : mœurs et aventures des Congolais à Paris, Paris, L’Harmattan.

Gandoulou (J.), 1989, Dandies à Bacongo, Le culte de l’élégance dans la société congolaise contemporaine. Paris, L’Harmattan.

Gurvitch (G.), 1969, La vocation actuelle de la sociologie, Paris, PUF, tome II (cf. le chapitre sur la multiplicité des temps sociaux pp. 325-430).

Guth (S.), 1997, Lycéens d’Afrique, Paris, L’Harmattan.

La Semaine Africaine, 1997, « La vocation régionale de la Semaine Africaine », n° 2132, octobre.

La Semaine Africaine, 1992, « Premier Conseil d’administration - complexe Notre Dame de la Namibie (Loudima) », n° 1933, août.

La Semaine Africaine, 1992, « Le Complexe Scolaire Notre Dame de la Namibie de Loudima », n° 1929, juillet.

La Semaine Africaine, 1993, n° 1946, février.

La Semaine Africaine, 1992, « Formation professionnelle d’abord, diplôme après », n° 1972.

La Semaine Africaine, 1992, n° 1905, 27 février.

La Semaine Africaine, 1993, n° 1947, 18 février.

Makouta-Mboukou (J.-P.), 1999, La destruction de Brazzaville ou la démocratie guillotinée, Paris, L’Harmattan.

Ngoie-Ngalla (D.), 1992, Lettre d’un pygmée à un Bantou, Kinshasa, Editions Selma.

Pourtier (R.) (dir.), 1998, « Congo-Brazzaville : entre guerre et paix », in Afrique Contemporaine, dossier spécial, n° 186.

Weber (M.), 1992, Essais sur la Théorie de la science, Paris, Plon, 2e édition.

Weissman (F.) 1993, Elections présidentielles de 1992 au Congo - Entreprise et mobilisation électorale, Bordeaux, Centre d’Études d’Afrique Noire.

Haut de page

Annexe

Chronologie Sommaire

La chronologie du conflit est empruntée à la revue Afrique contemporaine : « Dossier Spécial Congo-Brazzaville entre guerre et paix », Paris, La Documentation française, 186, avril-juin 1998, p. 77-89. Nous nous sommes inspirée, pour la partie concernant le dernier conflit de 1998-1999, de l’hebdomadaire L’Observateur, 26, 16-22 décembre 1999.

1991
Conférence nationale le 11 mars : elle se déclare souveraine et désigne Mgr. Kombo évêque d’Owando pour la présider. Avant de se séparer le 8 juin, la conférence nationale élit André Milongo au poste de premier ministre.

1992
La sixième constitution est adoptée : le “oui” est largement majoritaire. Les élections locales du 3 mai montrent la domination de deux partis : le MCDDI de Bernard Kolélas et l’UPADS de Pascal Lissouba, ancien premier ministre d’Alphonse Massemba Débat (deuxième président de la République du Congo). Le Président sortant, Denis Sassou-Nguesso, conteste les résultats. Le 24 juin, le MDCCI et l’UPADS remportent les élections, l’ancien parti unique demande l’annulation du scrutin. Le second tour confirme les résultats du premier tour. Le 16 août, Pascal Lissouba est élu président de la République au second tour. Le 17 novembre, le Président Lisssouba dissout l’Assemblée nationale.

1993
Élections législatives, le second tour suscite des violences. Mouvement de désobéissance civile lancé par l’opposition qui occasionne à Brazzaville l’érection de barricades et des affrontement entre les milices. En juillet, des affrontements armés entre les milices éclatent à Brazzaville et dans ses banlieues. L’état d’urgence est instauré. Le Président du Gabon sert de médiateur, un nouveau “second tour” des élections législatives a lieu. Celles-ci confortent la majorité présidentielle. Les affrontements recommencent à Brazzaville à la fin de l’année entre milices, entre les milices et l’armée ; on fait état d’une centaine de morts. C’est le début de la première guerre civile congolaise.

1994
Après un arbitrage international concernant l’élection de neuf députés à des élections (invalidation de six députés de l’opposition et de trois de la majorité), de nouveaux affrontements entre milices. Le bilan est plus lourd : 2 000 morts et 100 000 personnes déplacées.

1995
Signature d’un pacte de paix le 24 décembre 1995 entre l’opposition et la mouvance présidentielle pour désarmer les milices des deux bords.

1996
Mutinerie d’une fraction de l’armée. Les dates de l’élection présidentielle sont fixées pour l’année 1997. Mais un nouveau gisement pétrolier off shore, Nkossa, est mis en activité : il va devenir un enjeu des rivalités entre factions.

1997
L’ancien président de la République Denis Sassou Nguesso revient au Congo. D’anciens miliciens de la mouvance présidentielle se mutinent dans le camp de formation militaire de Loudima. En avril, mutinerie à la base navale de Brazzaville. Le 5 mai, le ministère de la Défense est assiégé par une trentaine de sous-officiers qui demandent l’adoption de la loi sur la réorganisation de l’armée. Des incidents éclatent lors de la tournée électorale de Denis Sassou-Nguesso dans le Nord du Congo en raison de son transport en tipoye, comme s’il était un chef traditionnel. Le 5 juin, les affrontements commencent dans les quartiers de Brazzaville. Rapatriement des ressortissants étrangers (opération Pélican), les combats se poursuivent. Première médiation avec le président gabonais. La France et les Etats-Unis demandent un cessez-le-feu aux belligérants. L’ONU veut un déploiement d’une force d’interposition, mais aucun pays ne se propose pour la former. La guerre se poursuit et s’étend de Brazzaville au Nord du pays. Les partisans de Sassou Nguesso sont maîtres du Nord du pays et du Centre Nord. Les combats à l’arme lourde se poursuivent à Brazzaville et c’est l’ancien Président Sassou Nguesso qui remporte le combat grâce à l’appui de troupes angolaises. Le 25 octobre 1998, il se déclare président de la République. L’ancien président de la République Pascal Lissouba parti en exil, accuse Elf d’avoir aidé son rival et se pourvoit en justice à cet effet. C’est la fin du deuxième conflit congolais.

1998
Le MCDDI de Bernard Kolélas, maire de Brazzaville, se rallie au président de la République Denis Sassou Nguesso. Un Forum fixe la transition “flexible” à trois ans. Le 24 août, trois personnes sont tuées sur la route de Kindamba Ngouédi (par des personnes présumées membres des milices Ninjas), un groupe armé attaque Mindouli le 24 août, tuant un commissaire et un adjudant. Le pouvoir politique pense que Savimbi d’Angola et les Tutsis rwandais se sont manifestés. La situation devient critique dans la région du Pool (région de Brazzaville). L’armée se dirige vers Brazzaville pour s’y réfugier, en raison, dit-on, de l’avancée des Ninjas (milice du Président Lissouba), des messages en ce sens arrivent à Bacongo et Makélékélé (quartiers Sud de Brazzaville). Ces mêmes quartiers Sud vont être bouclés jusqu’à Ganga Lingolo. Pendant ce temps, on procède au pillage.

Le pouvoir décide d’une autre stratégie : faire rentrer les milices à Brazzaville. Toutes les barricades sont levées sur la route qui mène à la capitale ; les milices Ninjas vont occuper les quartiers Sud, le pouvoir le centre et les quartiers Nord de Brazzaville. La guerre recommence dans la capitale congolaise, elle va, comme dans les précédents conflits, provoquer un flot de réfugiés, soit vers le Congo démocratique, soit vers le Sud du pays ; certains prennent la route qui mène à Pointe Noire, d’autres vont vers le Nord. C’est le deuxième départ des Congolais habitant ces quartiers ; pour certains, ce départ sera le dernier.

La guerre s’étend à la partie Sud du Congo. Dolisie et N’kayi sont en proie au pillage et à la guerre entre miliciens. Les populations de ces deux villes s’ajoutent aux flots de réfugiés dont on reste sans nouvelles pendant de longs mois, voire des années. Un projet d’amnistie est proposé en Conseil des ministres le 08.11.1999, il sera suivi d’une réconciliation à Pointe Noire ainsi que de manifestations oecuméniques, religieuses et politiques pour célébrer par une bénédiction (catholique, protestante, musulmane et églises prophétiques) l’anniversaire du troisième conflit et demander la paix et le pardon à cette occasion.

Haut de page

Notes

1 Faubourg de Brazzaville.

2 Sœur M.Th. Nkouka, « Il y a trente-six ans, l’école congolaise était nationalisée» (La semaine Africaine, n° 2 321, 2 août 2001).

3 Chemin de fer Congo-Océan.

4 Route du Nord, qui va de Brazzaville aux plateaux Batéké.

5 CAMES : Conseil Africain et Malgache de L’Enseignement Supérieur.

6 CESB : Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville, établissement au Congo de la Fondation de l’Enseignement Supérieur en Afrique Centrale, organisme international franco-africain jusqu’en 1972, date de sa nationalisation.

7 Milices rivales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzie Guth, « L’École au Congo-Brazzaville vue par La Semaine Africaine (1989-1999) », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 201-222.

Référence électronique

Suzie Guth, « L’École au Congo-Brazzaville vue par La Semaine Africaine (1989-1999) », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cres.revues.org/1708

Haut de page

Auteur

Suzie Guth

Professeur d’anthropologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org