Navigation – Plan du site
Dossier : Écoles et “jeunes” dans les médias du Sud
L'Église et l'enseignement : une critique de l'État et un enjeu moral

La presse catholique et l’éducation : les représentations contrastées de l’école et de la jeunesse en Côte-d’Ivoire (Djéliba et La Nouvelle, 1974 – 2000)

Catholic Press and Education: contrasting representations of school and youth in Ivory Coast
Éric Lanoue
p. 223-244

Résumés

Cet article analyse, à partir de données issues de la presse catholique ivoirienne, des représentations de l’école et de la jeunesse. Les revues Djéliba et La Nouvelle illustrent deux tendances d’une dynamique éducative plurielle, propre à l’Église en Côte-d’Ivoire : une tendance à la scolarisation d’excellence (les collèges catholiques sous tutelle congréganiste) et une tendance à l’éducation alternative (les centres de formation technico-professionnels). Après une présentation de ces deux revues (historique, type d’articles, thèmes, diffusion), sont interrogés d’une part les atouts de l’enseignement catholique (qualité pédagogique, encadrement des élèves et des enseignants, jugements moraux à leur propos) et, d’autre part, l’image donnée des centres de formation professionnels. L’enjeu de l’insertion sociale de la jeunesse, de plus en plus repérable depuis les années quatre-vingt-dix, rapproche les thèmes de la scolarisation, de l’apprentissage et de la socialisation de la jeunesse. Cet enjeu semble orienter la dynamique éducative d’Église dont la presse catholique ne mentionne pas explicitement les ressorts : les transformations de l’espace scolaire ivoirien, les orientations des politiques scolaires étatiques et les stratégies éducatives familiales. Ce sont pourtant ces ressorts qui permettent de mieux comprendre à la fois ce que la presse catholique valorise et le devenir de l’enseignement catholique depuis les années d’indépendance.

Haut de page

Texte intégral

1La presse catholique produit, sous forme d’articles originaux, des enquêtes sur les acteurs associés au fonctionnement d’ensemble des structures éducatives d’Église : réseaux scolaires (primaire et secondaire) et centres de formation technico-professionnels. Quand elle évoque l’école et la jeunesse, ce qui est plus spécifiquement le cas de la revue Djéliba, cette presse navigue entre deux pôles : celui de l’excellence scolaire incarné par le modèle du brillant collège sous tutelle congréganiste, et le pôle moins brillant, de structures éducatives alternatives, souvent destinées à une population de “déscolarisés” en quête d’emploi.

2Parmi cette presse, nous avons sélectionné quarante-neuf articles : trente-six dans la revue mensuelle Djéliba entre 1974 et 2000 et treize dans La Nouvelle, bimestrielle, entre 1989 et 2000.

Ces quarante-neuf articles ont été sélectionnés en raison de leur référence directe à l’École et la jeunesse, lisible dans le titre même de l’article. Les autres articles abordent soit ces deux objets de manière indirecte, soit d’autres thèmes plus spécifiquement religieux et catéchistiques. Depuis l’indépendance, il n’y a en Côte-d’Ivoire aucune presse catholique à diffusion nationale. Seules existent des revues à diffusion réduite qui communiquent les positions officielles de l’Église et les nouvelles des paroisses. Djéliba et La Nouvelle en sont deux exemples et présentent surtout l’intérêt d’une ouverture à des thèmes de société. Politiquement, elles se situent aujourd’hui dans la vaste mouvance du multipartisme, sans être affiliées à une tendance précise. La Nouvelle, ayant paru sous le régime d’Houphouët-Boigny (depuis 1974), a rendu compte des critiques des évêques ivoiriens formulées à l’endroit de ce régime dans les années quatre-vingt. Ces deux revues amplifient donc les positions officielles de l’Église (avortement, corruption…), tout en étant sensibles aux évolutions de la société ivoirienne.

  • 1 Au même titre que la généralisation de l’enseignement primaire et secondaire, la fabrication d’une (...)

3Ces articles indiquent certaines évolutions des investissements éducatifs catholiques en Côte-d’Ivoire et laissent entrevoir ce qu’elles doivent aux stratégies éducatives familiales, aux pressions exercées par les orientations des politiques scolaires de l’État, enfin aux transformations de l’espace éducatif ivoirien, surtout depuis l’indépendance. Dans ce contexte, il apparaît utile d’interroger la façon dont cette presse présente les atouts éducatifs catholiques – qu’ils soient ou non reconnus au sein du système scolaire public et national. Comment construit-elle le modèle brillant du collège catholique ? Par ses témoignages d’initiatives éducatives privées, que donne-t-elle à voir des insuffisances du système scolaire public ? Selon quelles logiques l’Église catholique préserve-t-elle ses établissements d’excellence1 et offre-t-elle des prestations éducatives originales, sur des marchés locaux où l’État est en retrait, voire inexistant ?

  • 2 Dans le secteur de l’enseignement privé, la participation de l’enseignement catholique à la scolari (...)

4L’Église catholique poursuit deux objectifs, la formation des élites et le recyclage des exclus, qui sont a priori opposés mais qui, face aux évolutions de l’enseignement public d’une part, privé laïc d’autre part (Proteau, 1996 : 58, 92) paraissent complémentaires. De là notre hypothèse : en raison d’une participation à la scolarisation en déclin depuis le début des années soixante-dix2 par rapport à celle du public et du privé laïc, l’Église catholique aurait été contrainte de diversifier davantage sa dynamique éducative. Sa presse en exacerbe les deux tendances les plus éloignées, sans considérer les établissements privés moyens, même catholiques.

5Elle présente ainsi les contraintes de cette dynamique et deux enjeux primordiaux, non seulement pour l’Église catholique mais aussi pour l’État et les populations de Côte-d’Ivoire : le maintien d’une dimension élitaire au cœur d’un système scolaire public de plus en plus dégradé, et la reconversion, aux marges de ce système sélectif, d’un nombre croissant d’élèves exclus ou faiblement scolarisés.

Djéliba et La Nouvelle sur le marché de la presse en Côte-d’Ivoire

6En Côte-d’Ivoire – et de manière plus importante par rapport aux autres confessions –, la presse catholique fourmille de bulletins, revues et brochures. Elle est le plus souvent à faible tirage mais régulièrement diffusée dans les paroisses, en marge de la presse professionnelle à grand tirage, vendue dans les kiosques ou à la criée. Parmi cette presse catholique, deux revues : Djéliba (5 000 exemplaires) et La Nouvelle (3 000 exemplaires), se présentent à qui s’intéresse aux représentations de l’École et de la jeunesse.

  • 3 Entretien avec le missionnaire responsable des revues Djéliba et La Nouvelle (08/03/2000, Abidjan).

7Créée en 1974 à la demande du premier évêque ivoirien Mgr Yago, Djéliba avait pour intention de cibler un public d’enfants déscolarisés, que les aumôniers voyaient s’éloigner des écoles et s’échapper, pour ainsi dire, de la sphère ecclésiale (Poulat, 1986), et de « donner une coloration chrétienne concernant leur vie3 ».

  • 4 Elle était vendue 10 francs CFA à l’origine (50 francs CFA aujourd’hui).
  • 5 Le mode de financement explique en partie la production et la diffusion nationale de ces revues, mê (...)

8Les conditions d’existence de cette revue peu onéreuse4 firent l’objet d’une attention particulière de la part du missionnaire français en charge de sa réalisation et de sa diffusion. Le but visé consistait à lancer sur un marché restreint une revue pérenne, autofinancée5, tirant bénéfice d’une Église instituée (diocèses érigés en 1956) et de ses réseaux paroissiaux répandus à travers le territoire national. Depuis sa création, rien ne semble avoir changé dans sa forme : les fréquences de parution (bimestrielle) et les méthodes de collecte des informations (envoi de jeunes paroissiens connus des prêtres), de montage des articles (forme de l’interview privilégiée), témoignent d’une volonté de maîtriser le circuit et la dynamique de production ; cette ambition n’a d’ailleurs cessé de guider la mise en œuvre épiscopale initiale (dès ses débuts, la revue dépend de la conférence épiscopale, commission médias).

9La Nouvelle est quant à elle la reprise de multiples bulletins diocésains supprimés en 1989 et relancés dans une seule revue plus fournie que Djéliba. Cette revue s’adresse non pas à un public de “jeunes” mais plutôt d’adultes et de parents d’élèves ; elle aborde cependant des thèmes relatifs à l’offre scolaire et éducative catholique et, aussi, à l’organisation du réseau scolaire catholique.

10Dans sa forme invariable, la série des cent seize numéros de Djéliba présente à sa Une un “grand sujet” puis des proverbes, souvent décryptés à la lumière du contexte scolaire ivoirien, enfin des mises au point doctrinales destinées à stimuler un jugement sur les religions concurrentes. De 1974 à aujourd’hui, les “grands sujets” peuvent être classés selon trois thèmes :
- la religion (l’engagement chrétien, des points d’histoire biblique, le christianisme en Afrique) : 31,9 % ;
- les relations entre garçons et filles (amitié, jalousie, timidité), traitées sur le mode d’une psychologie empirique : 21,6 % ;
- le lien entre la sexualité et l’école (grossesse, avortement, interruption du cursus scolaire) : 16,4 %.

  • 6 Les recrutements sont dits parallèles parce qu’ils permettent aux élèves exclus de l’enseignement p (...)

11D’autres rubriques, quantitativement mineures, traitent du thème du travail, appréhendé sous ses déterminations de l’apprentissage, de l’emploi, des petits boulots (11,2 %) ; de celui de l’argent (3,4 %) ; ou encore des pratiques de contournement des normes scolaires – les recrutements parallèles6, les faux bacs, la fraude aux examens (2,6 %) , le recours aux “gris-gris” (3,4 %) ; puis une série de sujets uniques se penchent sur la délinquance, sur l’ambition autorisée par le cursus scolaire, sur la vie chez un tuteur, sur la lecture.

  • 7 Il s’agit du sous-titre de Djéliba.
  • 8 Nous indiquons en abrégé les références des citations empruntées aux deux revues : LN pour La Nouve (...)
  • 9 Les écoles primaires catholiques ferment depuis les années quatre-vingt alors qu’elles furent pionn (...)

12Différente du Journal des jeunes chrétiens7 dans ses objectifs, sa clientèle et sa facture, La Nouvelle présente des sujets engageant les fleurons de l’enseignement catholique, c’est-à-dire, au niveau de l’enseignement secondaire, les collèges congréganistes (LN n° 11, 09/10/908, n° 23, 09/10/92, n° 28, 10/11/93 et n° 36, 12/01/99). Un seul article concerne les écoles primaires catholiques, celles du diocèse de San-Pedro (LN n° 36, 12/01/99) ; ce niveau d’enseignement est donc presque occulté, sans doute en raison de son déclin dans nombre de diocèses9.

  • 10 Voir tableau 1 en annexe.
  • 11 Voir tableau 2 en annexe.

13Si la distribution quantitative des sujets de Djéliba reflète une prédominance du thème religieux et de la psychologie des relations entre garçons et filles10, une approche plus qualitative des sujets moins représentés permet de les distinguer en deux sous-ensembles : l’école comme institution et les représentations de la jeunesse scolarisée ou déscolarisée. Cette configuration est intelligible, d’une part du point de vue des deux pôles signalés – l’avant-garde de l’enseignement catholique (les collèges congréganistes) et l’arrière-garde des structures éducatives alternatives (les foyers éducatifs, les ateliers de formation)11 –, d’autre part du point de vue des caractéristiques de la clientèle attirée, scolarisée ou déscolarisée, masculine ou féminine. De l’un à l’autre sous-ensemble, on passe ainsi d’une modalité éducative, scolaire, à une autre non-scolaire, et d’une clientèle à une autre. Chaque fois, le contenu des articles livre des représentations, des jugements et des thèmes associés aux institutions mentionnées et aux populations concernées.

14Entre ces deux pôles ou modalités éducatives apparaissent les formes de l’investissement éducatif de l’Église dans les divers secteurs sociaux de formation : le scolaire, le périscolaire (des lieux de sociabilité comme des foyers ouverts à une clientèle d’élèves des secteurs public et privé) et le non-scolaire (les ateliers et centres d’apprentissage). Cet espace demeure ouvert puisque, selon les pôles et la clientèle concernée, les thèmes traités en association n’appartiennent pas en propre à l’Église ou à ses investissements éducatifs spécifiques : ils traversent le système éducatif ivoirien dans son ensemble et font référence aux pratiques engagées par ses acteurs (élèves, enseignants, administration).

15À l’horizon de ces deux pôles, une seule question : trouver un travail à la “jeunesse”, selon ses différents parcours éducatifs. Mais quel travail, selon quel titre (diplôme, certificat) et selon quelle filière d’obtention ? Cette question pose en toile de fond l’enjeu de l’insertion sociale de la jeunesse scolarisée et déscolarisée, comme en témoigne la récurrence des articles consacrés à la question du travail (pas moins de treize dans Djéliba depuis le début des années quatre-vingt-dix).

  • 12 Entretien avec le missionnaire responsable des revues Djéliba et La Nouvelle (08/03/2000, Abidjan).

16Le décalage existant entre le titre scolaire ou universitaire (diplôme) et sa valeur sur le marché du travail ne manque pas de susciter des inquiétudes quant au devenir d’une jeunesse scindée en deux, selon sa fréquentation de structures scolaires ou de structures alternatives non-scolaires. Ces inquiétudes fournissent de la matière aux articles relatifs à l’entrée problématique, car de plus en plus différée, dans le monde des adultes et du travail. Sous forme de confrontation directe avec un “grand frère” interviewé par leurs soins, les jeunes enquêteurs, le plus souvent scolarisés et choisis dans les paroisses parmi les catéchumènes en fonction de leur « habitude à discuter et à réfléchir »12, témoignent d’un système de contraintes difficilement compréhensible par ces élus de l’École. Ces anciens militants des mouvements de jeunesse appartiennent, il est vrai, de par leurs titre et qualification, à un autre état des champs scolaire, politique et économique ivoirien.

17Outre les interviews auprès des “grands frères”, les tables rondes autour d’un thème donné : l’argent, “la corruption en milieu scolaire”, “la collégienne prostituée”, “la sexualité”, offrent une diversité de points de vue en lien avec les itinéraires, parfois détaillés, des intervenants. Compte tenu de l’évolution générale de ce type de presse, une étude qualitative des grands sujets de Djéliba paraît donc beaucoup plus adéquate : depuis 1990 en effet, les grands sujets religieux sont de moins en moins à l’affiche, tandis que ceux qui concernent la vie des jeunes dans les écoles ou les ateliers le sont de plus en plus. Il ne faudrait pas conclure à une retraite des principes religieux en raison de l’émergence de thèmes comme la déscolarisation, le travail, l’avenir improbable, la fraude, la sexualité. Ils apparaissent plutôt à l’horizon des expériences décrites. On assiste ainsi à une tentative d’approche des “vécus” singuliers, vis-à-vis desquels la rhétorique chrétienne universelle prenait auparavant ses distances, plutôt qu’à l’atténuation de la coloration chrétienne de la revue.

Écoles modèles et structures alternatives : deux pôles d’investissements éducatifs majeurs et contrastés

Construction de l’école modèle et stratégies de maintien d’une distinction

18Les deux tiers des établissements secondaires catholiques, placés sous tutelle de congrégations occidentales à vocation enseignante (principalement les quatre établissements de la ville d’Abidjan, les plus anciens du pays), constituent une sorte d’avant-garde des investissements éducatifs de l’Église en Côte-d’Ivoire. Entre 1990 et 1999, La Nouvelle vante les atouts du mode de gestion congréganiste de ces écoles ainsi que leur efficacité pédagogique (cinq articles). Un premier ensemble d’établissements apparaît enclavé dans une sorte de concession abidjanaise, tandis qu’un second comprend des établissements de l’intérieur du pays, comme ceux de Man à l’Ouest et de Korhogo au Grand Nord, plus récents et aussi réputés. Les quatre établissements abidjanais bénéficient d’un important capital culturel, acquis soit au sortir de la Seconde Guerre mondiale, soit au moment de l’accession de la Côte-d’Ivoire à l’indépendance, soit encore au moment de ce qu’il est convenu d’appeler “l’explosion scolaire” des années soixante. Ces établissements ont su préserver ce capital en période post-coloniale face à l’inflation du secteur privé laïc, dont ils cherchent à se distinguer par des moyens matériels, humains et pédagogiques. Leur fondation respective est d’ailleurs encore célébrée et valorisée en autant de percées scolaires héroïques soutenues par le premier évêque ivoirien (LN, n° 32, 06/07/97). Ce quatuor d’établissements est inscrit dans la mémoire de l’Église et, d’une certaine manière, de l’État, ce dernier ayant aussi fait appel à une congrégation religieuse pour fonder, dans les années soixante, un établissement d’élite féminine (le lycée Sainte-Marie de Cocody).

  • 13 Des enseignants de Korhogo déclarent : « Nous rêvons de voir le diocèse de Korhogo ouvrir un collèg (...)

19N’entre pas qui veut dans la concession scolaire secondaire catholique abidjanaise. Une raison d’État et de privilège régalien sur un nombre de places réservées, « trente élèves par classe en 6è » (LN n° 11, 09/10/90), l’interdit ; de même la rareté subséquente des places vacantes mises en vente : « ajoutez quatre ou cinq redoublants, il reste une quinzaine de places à pourvoir », rapporte un chef d’établissement. Dans ces conditions de contrôle par l’État des flux scolaires vers l’enseignement catholique, des élèves “non-affectés” en provenance de ménages aux revenus annuels substantiels, parfois déserteurs des structures scolaires publiques, déposent des dossiers d’inscription triés sur le volet. Aux yeux des diocèses de l’intérieur du pays, moins pourvus13, la concession scolaire congréganiste abidjanaise suscite bien des convoitises ; elle capitalise des fonds et dégage des marges bénéficiaires tirées des frais élevés de scolarité. Elle dispose en effet d’une trésorerie réinvestie soit dans les salaires des enseignants, hétérogènes d’un établissement à l’autre, soit dans des prêts spéciaux accordés aux enseignants en cas d’hospitalisation ou de funérailles, soit encore dans du matériel pédagogique.

20La concession est financièrement rentable. Mais elle affiche aussi une qualité pédagogique d’enseignement attestée par le niveau de réussite aux examens : « Les collèges catholiques obtiennent des taux de succès de 60 à 80 % (…) alors que la moyenne nationale est de 24 % », rappelle le même chef d’établissement. Il reste à expliquer les ressorts de ces résultats appréciés des parents d’élèves. L’article mentionne certains aspects d’une “stratégie productive d’excellence scolaire”, autrement dit le recours à des « stimulants » à l’efficacité éprouvée : sur le plan pédagogique, la récompense au mérite est de mise : « si un élève atteint 15/20 à un devoir, confie un religieux chef d’établissement, je mets le tampon “félicitations”. Au bout de vingt félicitations, je lui donne un petit cadeau ». Le travail en équipe entre élèves « forts et faibles » avec, à la clé, la confection d’un devoir, contribue à cette course vers l’excellence. Autre stimulant : la reproduction de « l’éducation reçue dans l’enseignement catholique », l’idéal du corps professoral. Cet idéal, inspiré de modes de socialisation et de scolarisation anciens mais ravivés, anime un « esprit maison », loin des « grandes usines anonymes à force d’être démesurées ». L’esprit maison renforce les liens de dépendance entre les chefs d’établissement et les enseignants. En Côte-d’Ivoire, les chefs d’établissement secondaires sont souvent recruteurs et toujours employeurs, ce qui explique, dans ce cas du moins, l’absence d’une forte centralisation de l’enseignement catholique en matière de recrutement : les congrégations expriment par ce biais leur volonté d’indépendance. Ainsi donc, dit ce chef d’établissement, « ils [les enseignants] ne rechignent pas à la tâche. On peut leur demander un coup de collier. Ils le donneront ».

  • 14 Les lycées modernes publics atteignent facilement un effectif de 5 000 élèves, les effectifs des tr (...)

21Le deuxième ensemble d’établissements secondaires catholiques se situe hors de la concession abidjanaise, à l’intérieur du pays, à Man et Korhogo. À Man, un chef d’établissement précise deux aspects de sa politique : le premier, un contact prolongé et continu auprès des 434 élèves rassemblés au sein d’un établissement « à taille humaine » (LN, n° 28, 11/93) ; les photos d’identité de chaque élève affichées dans son bureau l’incitent en ce sens à personnaliser ses échanges. Réciproquement, de nombreux élèves glissent par exemple des mots sous sa porte, lui racontant leurs problèmes de jalousie familiale montés en sorcellerie – ce à quoi il ne manque jamais de répondre. En second lieu, tout un travail d’inculcation et d’incorporation de valeurs morales est scrupuleusement programmé à travers des mots d’ordre quotidiens, des consignes annuelles, des intentions de prière matinale diffusées par haut-parleurs, enfin des feuillets éducatifs où sont consignées une discipline scolaire et des prescriptions d’hygiène corporelle. D’établissement en établissement où transitent les religieux au cours de leur longue carrière d’expatriés, le même modèle d’éducation tend à se perpétuer. Les parents y voient un gage de continuité avec leur propre passé, surtout s’ils ont eux-mêmes “fréquenté” l’enseignement catholique. Dans le Grand Nord musulman, l’enseignement catholique a implanté des forteresses scolaires, à l’instar d’un établissement, créé en 1988 à Korhogo, qui a servi de laboratoire à une méthode pédagogique originale mise au point par son chef d’établissement (un religieux espagnol) et appliquée deux heures par semaine sur des élèves avides de « techniques de travail intellectuel » (LN, n° 23, 09/10/91 et n° 36, 11/12/99). Contact de proximité avec les élèves au cœur d’établissements à effectifs restreints14, inculcation de valeurs morales dans lesquelles des parents se reconnaissent, innovation et expérimentation pédagogiques : tels sont donc les atouts mis en valeur par la presse catholique.

  • 15 L’enseignement confessionnel dans son ensemble exclusivement chrétien était régi par une convention (...)

22Cette presse construit l’image d’une école modèle : les établissements secondaires, par exemple, œuvrent à la production d’une excellence scolaire – même s’ils le font en dépit d’une mise à l’épreuve de ce modèle, du côté des élèves ou du côté d’enseignants à qualification égale mais inégalement rémunérés (« l’habitude des salaires à double vitesse fait beaucoup de tort », signale un enseignant du Grand Nord ivoirien), ou encore du côté de l’enseignement catholique lui-même, en raison d’un nouveau principe d’octroi de la subvention15 d’État.

23Elle élude néanmoins les stratégies de maintien des établissements congréganistes établis dans la concession abidjanaise. Ces derniers, soucieux de rester au « top niveau » et de partager les « premières places avec l’EMPT de Bingerville (École Militaire Préparatoire et Technique), le lycée Mermoz et le collège Sainte-Marie : une très bonne compagnie », ont, et parfois de manière combinée, soit augmenté leur capacité d’accueil et les droits d’écolage, soit fait payer aux parents d’élèves la différence entre la subvention d’État et leurs propres frais de scolarité.

  • 16 Cette commission répartit les élèves lauréats du concours d’entrée en classe de sixième selon le no (...)

24Les établissements de l’intérieur, plus dépendants de la manne étatique et contraints de ne pas augmenter leurs frais de scolarité – sous peine de voir nombre d’élèves partir dans le privé laïc moins onéreux –, furent pour la plupart obligés d’appliquer des grilles de salaires non-nationales. Ils embauchèrent en masse du personnel vacataire, ivoirien ou non-ivoirien, s’endettèrent auprès des banques avant de ne plus être solvables du tout et aussi, à l’occasion, soudoyèrent ministres et chefs de cabinet afin d’obtenir, en marge de la Commission Nationale d’Orientation16, un nombre suffisant d’élèves affectés. La presse catholique passe aussi sous silence les luttes syndicales accrues depuis la transition politique vers le multipartisme et le coup d’État du 24 décembre 1999 qui en marqua l’échec. En ce sens, elle cherche à consolider l’image d’une “Sainte Famille” éducative et unie (Bourdieu, Saint Martin, 1982), hors de tout conflit.

Structures éducatives alternatives ou structures éducatives de rachat ?

25À l’opposé du premier pôle d’intérêt formé par un enseignement catholique secondaire, la presse catholique s’attache à un second pôle, formé par des structures éducatives moins prestigieuses, foyers ou ateliers destinés à une clientèle d’enfants déscolarisés. L’existence de ces structures aux côtés des prestigieux collèges ne fut pas sans poser problème à l’Église elle-même dans ses relations avec les parents. En effet, l’implantation puis l’extension de ces structures alternatives ont été contrariées au motif d’une éducation au rabais, ce qui a parfois incité les congrégations à réviser leurs objectifs éducatifs et à transformer, sous la pression parentale, leurs établissements en collèges reconnus par l’État et, surtout, délivrant des diplômes nationaux. La difficulté à proposer une offre éducative alternative crédible aux yeux des parents n’a toutefois pas contrecarré les desseins de certaines congrégations d’occuper de façon positive, soit un créneau péri-scolaire (en ouvrant des foyers d’hébergement), soit un créneau extra-scolaire (centres d’artisanat, d’élevage, de formation agricole ou de formation aux métiers de la mécanique et du bois). Néanmoins, à mesure que la population de filles et garçons déscolarisés augmentait – comme dans d’autres pays africains (Lange, 1998) – ces centres parascolaires devinrent plus attractifs qu’auparavant. Ils eurent tôt fait, pour certains d’entre eux, de gagner la confiance de bailleurs de fonds avides de “réformes des systèmes éducatifs africains”.

26Ainsi, par exemple, le Centre Professionnel de Formation Rurale créé en 1985 à Duékoué, dans l’Ouest ivoirien, dispense à « des jeunes peu favorisés sur le plan intellectuel (…) une formation pratique » minimisant « les cours théoriques » (LN, n° 1, 01/02/89). À la différence des élèves connaissant une mobilité scolaire, ces jeunes sont recrutés localement. Le directeur de ce centre, un religieux, prend la peine de justifier les raisons d’être de son établissement, en relative contradiction avec d’autres investissements scolaires de l’Église, d’ailleurs soutenus par une autre forme de demande éducative parentale. Ainsi n’hésite-t-il pas à critiquer des fonctions attribuées au titre scolaire (diplôme) : d’abord celle de barrière – il oblige « à sélectionner les plus intelligents », ce qui est jugé contraire à l’enseignement biblique –, ensuite celle de clôture – il implique de « suivre un programme scolaire strict » –, enfin la fonction de leurre – il « incite les diplômés à chercher en ville des emplois salariés et donc à déserter les villages ».

  • 17 Elles dépendent du Ministère de l’enseignement professionnel et n’ont aucun contact, ni avec l’admi (...)

27Ces structures éducatives alternatives, fragiles et parfois méprisées, ne dépendent pas de l’Enseignement Catholique17. Et l’Église n’engage que rarement la critique de ce fait scolaire institutionnalisé et de la valeur des titres délivrés.

  • 18 Ce sont les rares établissements sous tutelle diocésaine sans implication des congrégations interna (...)

28D’autres articles traitent aussi de ce genre de structures, mais, à la différence du précédent, ne les justifient pas en comparaison aux écoles primaires ou secondaires. L’accueil de la misère du monde scolaire, décisif pour ne pas transformer les “déscolarisés” en déshérités du monde scolaire, ne suscite guère la critique explicite de la sélection à laquelle des collèges catholiques participent, même si certains établissements catholiques moyens existent réellement18. La dimension du salut n’est pas étrangère à ces structures alternatives ; en dehors de petits apprentissages (la fabrication de gâteaux), des jeunes filles déscolarisées ou analphabètes apprennent à prier. L’impossible accès au titre, voire pour certains à l’institution qui les délivre, constitue l’un des ressorts utilisés pour promouvoir une Côte-d’Ivoire de plus en plus religieuse. Certaines fractions de l’Église catholique ont perçu cet enjeu. La religion du Livre a donc ici comme mission de réinsérer dans une dynamique éducative et religieuse l’enfant faiblement scolarisé ou celui qui ne l’est pas. Tandis que, naguère, les missionnaires instituaient l’École selon des visées évangélisatrices, ceux d’aujourd’hui évangélisent à sa périphérie, tout en éduquant.

Représentations, figures et thèmes associés aux deux pôles mentionnés

Pratiques déviantes en milieu scolaire : argent, sexualité, fraude

29La presse catholique ne s’y est pas trompée : le collège ne peut pas fonctionner comme un rempart à des pratiques jugées déviantes par rapport aux normes scolaires et sociales. Non seulement les jeunes scolarisés y transportent des manières d’être et de faire qui lui sont extérieures, mais ils inventent aussi en son sein des attitudes ou des comportements visant à s’approprier le lieu et à jouer de ses contraintes.

  • 19 « Le samedi, quand les professeurs disent qu’on peut venir en civil, c’est de la folie : pantalons (...)
  • 20 DJ, n° 35, 02/82.

30L’association faite entre le thème de l’argent et de la scolarisation, notamment des jeunes filles collégiennes, est à cet égard révélatrice : l’argent ne sert pas uniquement au règlement des frais de scolarité, il entre pleinement dans les dimensions de l’existence de la collégienne. Le besoin d’argent invite à la recherche d’un “protecteur” et à la séduction des enseignants. En réaction à ces pratiques, plus sévèrement que dans d’autres collèges non catholiques, le corps fait l’objet d’un dressage et d’une présentation rigoureuse. L’uniforme scolaire participe de cette image souhaitée d’une collégienne ascète et peu soucieuse de séduire. Dans la presse catholique, cette image est fortement contrebalancée par celle de la « collégienne prostituée » somptueusement vêtue à la première occasion19. Si le hiatus suscite condamnation et réprobation au regard de la morale chrétienne (le « Dieu-argent »20 conduit à la déchéance et au suicide), aux yeux des élèves ces pratiques d’acquisition et de circulation de l’argent sont à mettre au compte d’une recherche active de protections contre la menace d’exclusion scolaire.

31Ces protections sont censées garantir un avenir scolaire suspendu à l’obtention de notes, « les notes cadeaux », et, au-delà, favoriser une insertion dans le monde du travail : « hélas, dans le milieu des filles, certaines disent : ma vie est assurée parce qu’un tel est mon “point fort” ». Plutôt que de considérer les stratégies d’acquisition d’argent comme le fait d’un « laisser-aller », il faut y voir l’occasion, notamment pour les collégiennes, d’exprimer un anti-ascétisme (maquillage, jupes mini, cheveux tressés) échangé contre une assurance sur la vie, dont les parents reconnaissent la vertu : « les parents n’ont pas l’audace de demander d’où vient cet argent, au contraire ils sont heureux ». Il va aussi de soi que la mise placée dans la quête de protections et d’alliances ne débouche pas toujours sur le résultat escompté ou ne dénoue des difficultés qu’à court ou moyen terme. Sous l’apparence d’un monde de rigueur et de transparence, le collège est un lieu investi de pratiques parallèles et souterraines au bénéfice d’un élève ou d’une classe (négociations des notes, relations à plaisanterie entre élèves et enseignants).

32L’ascétisme corporel prôné par la presse catholique devant conduire au « plaisir à long terme » ne parvient pas à endiguer ce qu’elle appelle « le plaisir à court terme » (DJ, n° 80, 01/93), à savoir la sexualité des collégiens et surtout des collégiennes. Comme l’argent, la sexualité est jugée incompatible avec le cursus scolaire, dans la mesure où elle l’interrompt. Certaines collégiennes “enceintées” parviennent malgré tout à suivre l’école. En revanche, l’interruption scolaire suite à une grossesse est fortement dramatisée et représente une menace de précarité ; ce n’est pas tant la grossesse en elle-même qui est récriminée que la rupture avec la vie scolaire, voie royale de la promotion sociale et levier de retour de l’investissement parental : « dans le domaine des études, les jeunes doivent s’imposer des études longues et pénibles dans l’espoir d’un avenir brillant ». De plus, ce n’est pas tant la grossesse qui semble la source du malheur de la jeune fille que le manque « d’appuis » ou de « soutien » qu’elle risque d’entraîner dans le collectif familial.

  • 21 Nous avons pu enregistrer auprès de certains parents d’élèves des réactions extrêmement hostiles à (...)

33En somme, la presse catholique ne néglige pas les pratiques déviantes révélées par les élèves interviewés. Mais elle ne les intègre pas comme des composantes à part entière de leur “travail” et de leur socialisation en milieu scolaire. La morale semble l’interdire. Pourtant, ces pratiques représentent pour les collégiens et les collégiennes autant de manières d’exister à l’école, voire en dehors d’elle. Les cas de “fraude” et de “corruption” en milieu scolaire (recrutements parallèles, cadeaux aux enseignants) n’échappent pas à la condamnation. Cependant, les parents considèrent ces pratiques comme des échanges de service non préjudiciables à une quelconque intégrité de l’École21 – et ce, à rebours des politiques nationales de lutte contre la “fraude”.

Le travail en ligne de mire

34Djéliba présente une série de numéros consacrés au rapport des “jeunes” au travail, qu’ils soient scolarisés au collège ou déscolarisés en apprentissage. En dépit du partage de cette jeunesse relativement au cursus scolaire, en cours ou interrompu, le travail est une préoccupation essentielle, notamment parce qu’il préserve de la « délinquance » (DJ, n° 34, 12/81). Néanmoins, la perception du travail et de l’école diffère chez des jeunes actuellement scolarisés (ou depuis peu en quête d’emploi) et des jeunes anciennement scolarisés mis en apprentissage, le plus souvent anciennement scolarisés. Djéliba sépare nettement ces catégories de jeunes même si, en définitive, la question de leur insertion sociale les rassemble.

  • 22 Par exemple : DJ, n° 57, 04/88 ; DJ, n° 62, 04/89 ; DJ, n° 90, 04/95 ; DJ, n° 102, 04/97 et DJ, n°  (...)
  • 23 Société des Transports Abidjanais.

35La première catégorie de jeunes scolarisés vient prendre conseil auprès de “grands frères”, anciens militants des mouvements d’Action Catholique – le plus souvent de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC) – ou auprès de prêtres engagés dans des instituts de recherche ou d’enseignement22. Une des sources d’inquiétude des jeunes réside dans l’inadéquation entre le diplôme acquis et le travail obtenu, à l’origine d’un déclassement peu acceptable, à leur avis comme à celui de leurs parents. Or les discours des “grands frères” ou des spécialistes consultés tendent à relativiser la valeur du diplôme, au profit d’un “savoir-faire” ou encore de “l’école de la vie”, dont ils disent avoir profité en tant qu’anciens militants de mouvements catholiques pour devenir ce qu’ils sont aujourd’hui : directeurs des ressources humaines, consultants d’entreprise ou inspecteurs à la SOTRA23. Cette “école de la vie” décourage des jeunes scolarisés ou des jeunes à la recherche d’un emploi. Car ces discours postulent, sans l’expliciter, l’existence d’un état, aujourd’hui dépassé, d’une structure scolaire pourvoyeuse d’un titre et d’une conversion du titre sur le marché de l’emploi. Les conditions d’obtention et de conversion n’étant plus réunies depuis les années quatre-vingt-dix, les jeunes scolarisés en quête d’emploi vivent une situation de latence, « collégiens en vacances et non-chômeurs » (DJ n° 56, 08/88), peu enclins à accepter un déclassement statutaire (emplois de ramasseurs d’ordures ou de tapissiers). Comble de l’ironie, un directeur des écoles et des centres de formation technique, ancien responsable national d’un mouvement catholique (DJ, n° 57, 04/88), cite le président Houphouët-Boigny comme exemple d’homme formé à « l’Université de la vie », « capable d’expliquer pendant quatre ou cinq heures aux journalistes internationaux les mécanismes de la politique ivoirienne et mondiale ». Aux dires des “grands frères”, c’est donc en dehors de l’école que les compétences nécessaires à l’obtention d’un emploi semblent aujourd’hui s’acquérir. Ces discours favorables à l’apprentissage de savoirs non-scolaires rappellent que les mouvements d’action catholique furent des leviers de promotion sociale et politique : ils discréditent l’École actuelle.

36Une deuxième catégorie apparaît dans la presse : celle des jeunes qui sont placés en apprentissage suite à une non-réussite scolaire. Cette catégorie de jeunes a bifurqué, soit au primaire, soit après une brève fréquentation de l’enseignement secondaire. Elle se retrouve dans des ateliers de formation sous la dépendance d’un patron ou enchaîne « mille petits boulots » (DJ, n° 112, 04/99), de « petite bonne » à « vendeuse de yaourt, de gnamakou et d’eau glacée ». Quitter l’École suscite la « colère » et nombre de jeunes disent être restés à la maison en attendant de profiter des possibilités de travail offertes dans leur quartier. Il y a là comme le temps d’un deuil scolaire. La mise en apprentissage sans passage préalable à l’école n’est nulle part évoquée dans la presse catholique.

La dynamique éducative de l’Église en Côte-d’Ivoire. Évolutions, contraintes et devenir

  • 24 Après la Seconde Guerre mondiale, les écoles catéchistiques disparaissent au profit d’écoles à deux (...)

37La presse catholique montre, sans véritable mise en perspective historique, deux tendances d’une “dynamique éducative plurielle” enclenchée par l’Église en Côte-d’Ivoire, au moins depuis l’indépendance. Cette dynamique a d’abord été rendue possible, en 1960, par l’intégration de l’héritage scolaire missionnaire dans un système éducatif national ; intégration à la fois assortie d’une normalisation des types d’écoles24 et des savoirs transmis, une subvention étatique étant accordée en contrepartie.

38En témoignage de la première tendance, la presse catholique valorise le modèle de l’établissement secondaire sous tutelle congréganiste ; en témoignage de la deuxième tendance, elle insiste sur une offre scolaire alternative sans laquelle de nombreux jeunes seraient laissés pour compte par le système éducatif public – auquel elle participe activement. Cette presse donne ainsi un aperçu de toute l’ambiguïté, de la diversité et de la complexité des investissements éducatifs de l’Église en Côte-d’Ivoire. Concernant la première tendance, l’accent est mis sur la façon dont les collèges catholiques, intégrés au système d’enseignement public, cultivent leurs atouts spécifiques : d’abord sur le plan des relations avec les enseignants et les élèves (proximité, esprit de famille), ensuite sur celui des ressources mobilisées afin d’assurer une qualité pédagogique (projet d’établissement, travail en effectifs restreints). Elle présente aussi les inquiétudes des collégiens ivoiriens face à l’incertitude de leur avenir (interviews auprès des “grands frères”, question de l’insertion sur le marché du travail). Enfin, elle réagit aux pratiques jugées déviantes des collégiens (recherche d’argent et de protections), qu’elle relie aux recommandations officielles de l’Église (sexualité, ascétisme, avortement). Selon la seconde tendance, cette presse souligne les avantages de structures éducatives parallèles (centres d’apprentissage, ateliers de formation) dans la formation et la socialisation de la jeunesse non-scolarisée ou déscolarisée.

39Cette presse n’articule pas vraiment les deux tendances de l’investissement éducatif catholique. En effet, elle ne mène aucune réflexion plus générale au sujet du contraste existant entre les deux structures éducatives présentées. Quelle cohérence peut-on trouver à ces différents investissements éducatifs ? Une logique d’ensemble, relative aux évolutions du système scolaire ivoirien, oriente ces investissements éducatifs et conditionne les représentations qui en sont proposées dans les deux revues étudiées. D’une part, le développement du secteur d’enseignement privé laïc et le délabrement du secteur d’enseignement public expliquent la volonté d’entretenir, voire de renforcer, la spécificité éducative des collèges catholiques. D’autre part, le phénomène de déscolarisation encourage une fraction du clergé à donner une image positive des structures éducatives alternatives privées et encadrées par l’Église. Ainsi compris, les investissements éducatifs de l’Église et leurs représentations apparaissent moins opposés qu’au premier abord et davantage situés par rapport aux évolutions générales du système scolaire ivoirien. Cette presse invite dès lors à une réflexion engageant le devenir des écoles d’Église en général, leurs rôles respectifs envers l’Église, l’État et la jeunesse.

40Les collèges catholiques ont fonctionné en Côte-d’Ivoire comme des fleurons de la scolarisation, non seulement privée mais aussi publique, d’autant plus qu’à l’indépendance le secteur d’enseignement primaire profita, le premier, d’une extension et d’une généralisation de la scolarisation. Le personnel d’encadrement et d’enseignement, d’origine française, puis plus largement européenne et occidentale, lui apporta une visibilité digne de celle des établissements publics, eux aussi employeurs de nombreux coopérants et enseignants expatriés. Sous d’autres points de vue signalés dans cette presse (socialisation, stratification et reproduction sociale), ils pérennisèrent une politique d’excellence scolaire héritée de la période coloniale. L’Église et l’État participèrent à cette politique selon leurs intérêts propres et concurrents, mais ils en partagèrent l’objectif. Toutes proportions gardées, le politique et le religieux, notamment catholique, ont fait bon ménage en Côte-d’Ivoire jusqu’à la décennie quatre-vingt-dix (Grah Melh, 1998) – cela en dépit d’une volonté étatique de contrôle de l’enseignement confessionnel et d’un souci clérical d’autonomie. État et Église comprirent les enjeux sociaux et politiques d’une fabrique à l’ivoirienne de l’excellence scolaire, avant que l’excellence ne devienne un slogan politique et l’objet d’une campagne menée de 1994 à 1997 sous le ministère Kipré.

Cette politique fut conçue et définie comme une modalité d’intervention sur le champ scolaire visant à “réhabiliter” l’école “en crise”. Ponctuellement, elle dégagea des moyens contre la fraude en milieu scolaire, la lutte contre la tricherie aux examens et, surtout, la récompense sous forme de primes aux établissements, élèves et enseignants les plus méritants. Les « établissements d’excellence » – un nombre restreint d’établissements publics et privés confessionnels catholiques, déjà triés sur le volet – en bénéficièrent. Pour le public, il s’agit des établissements suivants, sélectionnés par le ministre Pierre Kipré : le lycée Sainte-Marie et le lycée classique d’Abidjan, le lycée scientifique et le lycée Mamie Adjoua de Yamoussoukro. En 1999, ces établissements ont enregistré les plus forts taux de réussite du secteur public au baccalauréat (respectivement 91,62 %, 66,57 %, 91,40 % et 90,38 %). La moyenne nationale du secteur public était, la même année, de 41,77 % (Ministère de l’Éducation nationale, Direction des Examens et Concours, 1999).

41En raison de la sélection scolaire, les filières d’enseignement publiques et privées confessionnelles ne purent satisfaire la demande éducative, de plus en plus forte au cours des années soixante et soixante-dix. L’enseignement privé laïc prit par conséquent une place de plus en plus importante, jusqu’à représenter un concurrent pour l’enseignement confessionnel, au point que les collèges catholiques durent consolider leurs alliances auprès de l’État et veiller, non sans lutte, à l’équilibre de leurs liens contractualisés avec lui.

42La presse catholique montre les stratégies déployées par les congrégations pour rendre leurs établissements attractifs et spécifiques : qualité pédagogique, encadrement des élèves et des enseignants, projets d’établissement. Hormis quelques établissements publics de réputation, le secteur d’enseignement public subit lui aussi de plein fouet la fin de l’État-Providence, au terme d’une forte croissance des effectifs scolarisés.

  • 25 Cette initiative de regroupement des centres d’apprentissage catholiques a été prise par des Jésuit (...)
  • 26 Enquêtes par entretiens menées auprès de parents d’élèves déscolarisés et de retour au village, vil (...)

43Les structures éducatives alternatives privées occupent désormais une place sur un marché de l’éducation créé par la sélection scolaire et le phénomène de déscolarisation. Elles ont contribué à l’élargissement de ce marché, attirant une population de jeunes de plus en plus laissée pour compte par le système public d’enseignement. Ces structures d’apprentissage et de socialisation ne reçurent pas toujours l’assentiment de parents favorables à des formes de scolarisation plus classiques. Elles emportèrent davantage l’adhésion à partir des années quatre-vingt, et surtout quatre-vingt-dix, au cours desquelles elles connurent un début de centralisation25, par des canaux échappant aux institutions habituellement en charge des écoles primaires et secondaires catholiques. Des enquêtes menées en milieu rural dans l’Ouest ivoirien – région où les écoles primaires catholiques pullulaient avant leur fermeture progressive – confirment cette réorientation de la demande éducative26, dont la presse catholique se fait l’écho.

44La presse catholique illustre donc deux tendances d’une dynamique éducative plurielle propre à l’Église ivoirienne. Elle ne périodise pas véritablement les variations de cette dynamique sur un temps long, celui de la post-colonie. En revanche, les articles relatifs au travail et à l’insertion sociale de la jeunesse, de plus en plus fréquents depuis les années quatre-vingt-dix, montrent avec insistance comment les acteurs de l’enseignement catholique en général luttent sur deux fronts : d’une part le maintien d’un enseignement de qualité, de moins en moins partagé dans les établissements d’enseignement public, d’autre part l’élargissement du marché éducatif. En raison du retrait de l’État, certaines fractions de l’Église catholique occupent ainsi davantage de place que par le passé sur ce marché en pleine expansion.

45La dynamique éducative plurielle de l’Église catholique, présentée à partir des données issues de la presse catholique, gagne ainsi en intelligibilité à condition d’être reliée aux transformations de l’espace scolaire ivoirien, aux politiques scolaires de l’État et aux stratégies éducatives familiales de recours au privé. L’autonomie de cette dynamique n’est que relative et fortement contrainte ; elle indique une vitalité des écoles d’Église en Côte-d’Ivoire – à l’exclusion des écoles primaires de moins en moins nombreuses et de plus en plus situées en zone urbaine. L’instabilité politique chronique en Côte-d’Ivoire, depuis le coup d’État du 24 décembre 1999 (Dozon, 2000), pourrait remettre en cause certains aspects de cette dynamique.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (P.) & Saint Martin (M.), 1982, « La sainte famille. L’épiscopat français dans le champ du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 44-45, pp. 2-53.

Dozon (J.-P.), 2000, « La Côte-d’Ivoire au péril de l’Ivoirité. Genèse d’un coup d’État », Afrique Contemporaine, n° 193, janv.-mars, pp. 13-23.

Grah Mel (F.), 1998, Bernard Yago, le cardinal inattendu, Abidjan, Presses des Universités de Côte-d’Ivoire.

Lange (M.-F.), 1998, L’école au Togo. Processus de scolarisation et institution de l’école en Afrique, Paris, Karthala.

Memel-Fôté (H.), 1999, « Un mythe politique des Akan en Côte-d’Ivoire : le sens de l’État », in P. Valsecchi et F. Viti (dir.), Mondes akan. Identité et pouvoir en Afrique occidentale, Paris, L’Harmattan, pp. 21-42.

Poulat (E.), 1986, L’Église, c’est un monde : l’ecclésiosphère, Paris, Les Éditions du Cerf.

Proteau (L.), 1996, École et société en Côte-d’Ivoire. Les enjeux des luttes scolaires (1960-1994), Paris, EHESS, Thèse de doctorat, vol. I, 322 p.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, Direction générale des études et des programmes, 1965, Évolution de l’enseignement du 1er degré depuis janvier 1958, non paginé.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, Service autonome des études générales de planification et des statistiques, 1969, Situation de l’enseignement au 1er janvier 1969.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, Service autonome des études générales de planification et des statistiques, 1969, Situation de l’enseignement au 1er janvier 1970.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, 1999, Statistiques de l’enseignement primaire.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, Direction des Examens et Concours, 1999, Résultats au baccalauréat session 1999 par établissements.

République de Côte-d’Ivoire, Ministère de l’Éducation nationale, 1996, « Journée nationale de l’excellence, 1ère édition, année scolaire 95/96 », Revue du Service de Communication et d’Animation (SCAN).

Haut de page

Annexe

Tableau 1 : Répartition des « grands sujets » dans la revue Djéliba de 1974 à 2000

Grand sujet Djéliba (pp. 1-2)

nombre de numéros

 %

religion

37

31,9

relations garçons/filles

25

21,6

argent

4

3,4

“corruption” et “fraude”

3

2,6

sexualité et école

19

16,4

prostitution des collégiennes

1

0,9

ambition

1

0,9

délinquance

1

0,9

tuteur

1

0,9

“gris-gris”

4

3,4

occupations du temps extra-scolaire

2

1,7

lecture

1

0,9

travail, emploi, apprentissage

13

11,2

autres

4

3,4

Total

116

100

Tableau 2 : Occurrences des types d’institutions scolaires et éducatives catholiques dans La Nouvelle et Djéliba de 1974 à 2000

Types d’institutions scolaires et éducatives

La Nouvelle

Djéliba

collèges catholiques

4

0

écoles primaires catholiques

1

0

structures d’apprentissage non-scolaire

1

3

foyer hébergement de scolarisés

1

0

Haut de page

Notes

1 Au même titre que la généralisation de l’enseignement primaire et secondaire, la fabrication d’une excellence scolaire fut l’un des combats du Président Houphouët-Boigny en période d’indépendance. L’excellence scolaire constitue l’une des dimensions d’un “mythe de l’État” selon lequel les hommes politiquement capables étaient aussi les plus instruits, en cela différents de la plèbe dont ils s’écartaient par leurs manières d’occidentaux (Mémel-Fôté, 1999). L’école excellente, à laquelle Houphouët-Boigny était personnellement si attaché (le lycée Sainte-Marie, le lycée Filles de Yamoussoukro, les écoles supérieures…), a rempli la fonction d’un leurre vis-à-vis de ceux qui, ne pouvant y accéder, étaient scolarisés dans de nombreux autres établissements bien moins cotés, avec l’espoir, souvent déçu, de parvenir aux postes économiquement valorisés.

2 Dans le secteur de l’enseignement privé, la participation de l’enseignement catholique à la scolarisation primaire chute de 94 % en 1969/70 à 48 % en 1998/99 ; pour le secondaire, elle passe de 46,6 % en 1968/69 à 8 % en 1998/99. Ce déclin profite à l’enseignement privé laïc. Pour comparer avec l’enseignement public, l’enseignement privé scolarisait au primaire, en 1960/61, 32 % des effectifs globaux ; en 1998/99, il n’en scolarisait plus que 12 %. Au secondaire et en 1969/70, l’enseignement privé scolarisait 26,2 % des effectifs globaux, contre 35 % en 1998/99.

3 Entretien avec le missionnaire responsable des revues Djéliba et La Nouvelle (08/03/2000, Abidjan).

4 Elle était vendue 10 francs CFA à l’origine (50 francs CFA aujourd’hui).

5 Le mode de financement explique en partie la production et la diffusion nationale de ces revues, même si quelques numéros sont exportés dans des places extra-nationales comme le Maroc et l’Égypte. D’autres revues catholiques, notamment Planète Jeunes éditée par Bayard-Presse, bénéficient de l’aide de la coopération française.

6 Les recrutements sont dits parallèles parce qu’ils permettent aux élèves exclus de l’enseignement public de le rejoindre clandestinement, soit en achetant leur place, soit en mobilisant leurs relations.

7 Il s’agit du sous-titre de Djéliba.

8 Nous indiquons en abrégé les références des citations empruntées aux deux revues : LN pour La Nouvelle et DJ pour Djéliba ; suivent le numéro, les mois et l’année de parution de l’article.

9 Les écoles primaires catholiques ferment depuis les années quatre-vingt alors qu’elles furent pionnières dans l’évangélisation et la scolarisation en Côte-d’Ivoire. Cette tendance affecte tous les diocèses mais en proportion variable (par exemple les diocèses de l’Ouest où elles sont plus nombreuses qu’au Sud). Cette tendance à la fermeture est encouragée par le haut clergé ; et notamment, selon nos informations, par l’actuel archevêque. Les directeurs diocésains de l’enseignement catholique concentrent leurs efforts auprès des écoles primaires catholiques des villes (ravalement, peinture, aménagement des salles de classe…), comme nous l’avons observé dans les diocèses de Man et de Gagnoa.

10 Voir tableau 1 en annexe.

11 Voir tableau 2 en annexe.

12 Entretien avec le missionnaire responsable des revues Djéliba et La Nouvelle (08/03/2000, Abidjan).

13 Des enseignants de Korhogo déclarent : « Nous rêvons de voir le diocèse de Korhogo ouvrir un collège à Abidjan, dont une partie pourrait être reversée ici pour améliorer notre sort  » (LN, n° 36, 12/01/99).

14 Les lycées modernes publics atteignent facilement un effectif de 5 000 élèves, les effectifs des trente établissements catholiques ne dépassent guère les 500 élèves dans le second cycle de l’enseignement secondaire.

15 L’enseignement confessionnel dans son ensemble exclusivement chrétien était régi par une convention initiale datant de 1974, qui a d’abord été implicitement dénoncée à la fin des années quatre-vingt, puis revue en 1992 sous le gouvernement d’Alassane Dramane Ouattara. L’État assure désormais un financement subventionné de l’enseignement privé confessionnel secondaire, non plus sur la base de 80 % du salaire des enseignants mais d’une allocation par élève affecté, de 120 000 francs CFA au premier cycle et de 140 000 francs CFA au second cycle.

16 Cette commission répartit les élèves lauréats du concours d’entrée en classe de sixième selon le nombre de places disponibles dans les établissements publics et privés conventionnés. La présence de représentants de l’Enseignement catholique à cette commission fait souvent l’objet d’une négociation de la part de l’État qui souhaite affecter des lauréats sans tenir compte de ses engagements contractualisés. Cette présence est le plus souvent réduite à un seul représentant sur les deux prévus, du moins quand elle est autorisée.

17 Elles dépendent du Ministère de l’enseignement professionnel et n’ont aucun contact, ni avec l’administration générale des écoles catholiques, ni avec la commission épiscopale pour l’enseignement catholique.

18 Ce sont les rares établissements sous tutelle diocésaine sans implication des congrégations internationales : nous en avons recensé deux dans l’Ouest ivoirien, à Gagnoa et à Oumé, aucun à Abidjan ni dans les autres villes de l’intérieur du pays.

19 « Le samedi, quand les professeurs disent qu’on peut venir en civil, c’est de la folie : pantalons moulants, jupes mini… » (DJ, n° 83, 10/93).

20 DJ, n° 35, 02/82.

21 Nous avons pu enregistrer auprès de certains parents d’élèves des réactions extrêmement hostiles à la politique de lutte contre la fraude scolaire menée par le ministre de l’Éducation nationale en 1994-95.

22 Par exemple : DJ, n° 57, 04/88 ; DJ, n° 62, 04/89 ; DJ, n° 90, 04/95 ; DJ, n° 102, 04/97 et DJ, n° 105, 01/98.

23 Société des Transports Abidjanais.

24 Après la Seconde Guerre mondiale, les écoles catéchistiques disparaissent au profit d’écoles à deux classes, localisées le plus souvent en zone rurale. Ces écoles vont à leur tour disparaître à la fin des années soixante, et être, ou non, remplacées par des écoles publiques.

25 Cette initiative de regroupement des centres d’apprentissage catholiques a été prise par des Jésuites de l’Institut National Africain pour le Développement Économique et Social (INADES), à la suite d’une expérience de mise en apprentissage de jeunes déscolarisés (expérience qu’ils continuent de mener dans le quartier d’Abobo-gare à Abidjan).

26 Enquêtes par entretiens menées auprès de parents d’élèves déscolarisés et de retour au village, village de Loguata, proche de Bayota (13/02/2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Lanoue, « La presse catholique et l’éducation : les représentations contrastées de l’école et de la jeunesse en Côte-d’Ivoire (Djéliba et La Nouvelle, 1974 – 2000) », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 223-244.

Référence électronique

Éric Lanoue, « La presse catholique et l’éducation : les représentations contrastées de l’école et de la jeunesse en Côte-d’Ivoire (Djéliba et La Nouvelle, 1974 – 2000) », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1724

Haut de page

Auteur

Éric Lanoue

Sociologue, chercheur détaché au CEAN (Bordeaux).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org