Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

À propos de l’ouvrage de : Baida Jamaâ, La presse marocaine d’expression française des origines à 1956

Noureddine Harrami
p. 300-302
Référence(s) :

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université M.V, Rabat, 1996, 462 p.

Texte intégral

1En quelques cinq cents pages, d’une expression aisée, l’ouvrage de J. Baida donne un tableau à la fois clair et fouillé de la production journalistique d’expression française au Maroc de 1870 à 1956, année de l’indépendance du pays.

2Plus précisément, cet ouvrage entend « faire l’historique de la presse écrite marocaine d’expression française des origines jusqu’à 1956». La notion de « presse marocaine » désigne les productions élaborées et diffusées au Maroc, sans considération de la nationalité de ses initiateurs et animateurs. L’auteur centre ses investigations et analyses principalement sur les journaux écrits. Cette composante de la presse semble être « mieux qualifiée » pour refléter les réalités de la période étudiée, « caractérisée par la prédominance des conflits à caractère politique ». Les revues, souvent sujettes à des cloisonnements thématiques ou disciplinaires, ne sont abordées que lorsqu’elles ont manifestement joué un rôle politique.

3L’ouvrage se propose de contribuer à combler de nombreuses lacunes en matière d’histoire et d’étude de la presse au Maroc. Le bilan établi dans l’introduction montre que cette histoire occupe une place marginale dans la recherche historique dans ce pays. Le faible intérêt qu’elle suscite dans les milieux de la recherche, les problèmes inhérents à son exploitation, aggravés par l’absence de répertoires en la matière, notamment pour la période d’avant 1956, ainsi que l’état des archives et des collections des journaux, maintiennent la presse dans une position marginale en tant qu’objet scientifique et comme source de la recherche historique.

4L’ouvrage couvre l’ensemble de la période 1870-1956 à travers cinq parties, construites sur un mode chronologique et sur la base de l’histoire politique du Maroc durant cette période. Chaque partie comporte une conclusion qui synthétise les évolutions durant la phase étudiée. Dans la première partie, l’auteur établit une monographie de la presse pendant « la période pré-coloniale » (1870-1912). Il étudie ensuite (deuxième partie) son évolution sous le « Proconsulat » de Lyautey de 1912 à 1925, puis sa situation de 1926-1939, de la fin de la guerre du Rif au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale (troisième partie). Dans une quatrième partie, l’auteur fait une radioscopie de cette presse durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), avant de dresser le tableau de la situation pendant une phase assez particulière de l’histoire politique de Maroc, celle qui court de 1946 à 1956.

5La démarche de l’auteur se fonde sur l’enquête documentaire, une lourde enquête, réalisée au Maroc, en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, et qui a concerné aussi bien la presse que la bibliographie générale de l’histoire du Maroc ou des fonds d’archives inédites, très rarement ou pas du tout exploitées. Mais, pour une investigation individuelle – l’auteur s’est attelé seul à ce travail – s’intéressant à une aussi longue période (quatre-vingt-six ans), la délimitation d’un échantillon et le recours aux méthodes de sondage se sont imposés comme des options incontournables.

6Le traitement des informations collectées est structuré autour d’une série d’axes comme l’histoire des publications, les courants de pensée dans lesquels elles s’insèrent, les rapports avec l’environnement local, l’attitude envers les événements majeurs de l’actualité, l’importance du lectorat, etc.

7L’auteur montre ainsi le lien étroit entre colonialisme et avènement de la presse écrite au Maroc. Dans les deux villes du Maroc où ce lien est tout d’abord apparu (Tanger en 1870, puis Casablanca dès l’occupation de sa région, la Chaouia, par l’armée française en 1908), les organes de presse ont été dans leur majorité des « auxiliaires » de l’occupation coloniale. Une fois le régime du Protectorat instauré cependant (1912), cette presse tenta de se démarquer des autorités d’occupation, qui voyaient en elle un outil de « pénétration pacifique », pour participer activement aux débats et luttes de la société coloniale – lesquels n’étaient souvent que des prolongements de ceux qui secouaient la France métropolitaine.

8Ainsi, la période fut marquée par une forte politisation des journaux, et surtout par l’affrontement de deux courants de pensée. Le premier, « conservateur » et « conformiste », était représenté par les journaux du groupe Mas à l’instar de La Vigie Marocaine (1908) et Le Petit Marocain (1911). Ce groupe, qui s’est illustré par ses attitudes pro-vichyssoises, était devenu durant l’après-guerre le porte-parole de l’orthodoxie coloniale pour se transformer en l’un des principaux acteurs du champ journalistique du Maroc indépendant. Quant au second courant, minoritaire, représenté notamment par le groupe Busset, il regroupait des journaux de tendance « libérale » et « anti-conformiste », à l’instar de Maroc-Presse (tribune des Français libéraux du Maroc).

9Les préoccupations “indigènes”, rarement considérées dans cette presse, n’étaient évoquées que dans une perspective de renforcement de l’hégémonie coloniale par des procédés visant l’acculturation de la population autochtone. En raison d’une législation répressive et discriminatoire à l’égard des Marocains, élaborée sous Lyautey, la période était de surcroît peu favorable à l’émergence d’une presse nationale (arabophone et francophone) tournée vers les “autochtones” et leurs problèmes. Pour cette population, il ne restait que des formes d’expression plus clandestines – et moins contrôlables – comme les sermons religieux, les tracts, etc.

10Il convient de noter que, durant cette période, le paysage journalistique était marqué par l’hégémonie d1une presse écrite dans la seule langue de quelques trois cents mille ressortissants français. Ainsi, en novembre 1951, cette presse représentait 94 % de l’ensemble des journaux publiés dans la zone sultanienne (territoire sous protectorat français). Les journaux écrits en arabe ne représentaient que 5 % de cet ensemble. Ce qui confirme la coupure considérable entre la presse locale et la population “autochtone”.

11Cette mise à l’écart des Marocains n’a pas empêché ce qu’on pourrait appeler une « acculturation politique » qui s’est exprimée à travers le recours, par une élite nationaliste formée en France, à la presse comme moyen de combat politique. D’ailleurs, plusieurs titres d’obédience nationaliste ont vu le jour durant la période du protectorat. Nous pouvons citer à ce propos L’Action du Peuple (1933), dont le rédacteur en chef était Mohamed Hassan El-Ouazzani, leader de Chura (Parti de la Démocratie et de l’Indépendance), L’Opinion du Peuple (1946), puis Al- Istiqlal (L’Indépendance, 1951) publiés par le puissant parti Istiqlal de Allal Fassi. Ces journaux, qui ont peiné pour se maintenir lors de cette phase coloniale, vont marquer profondément le paysage médiatique du Maroc post-colonial. Ils constitueront l’ossature de la presse partisane d’expression française qui se disputera le champ médiatique avec les titres du groupe Mas, organes se disant “indépendants” mais en réalité très proches du pouvoir central (Makhzen).

12Cet ouvrage ne va pas sans soulever des questions à propos de certains procédés d’écriture (ou de mise en texte du phénomène envisagé) retenus par son auteur. On peut en effet s’interroger sur la valeur du découpage adopté pour présenter l’évolution de l’objet de la recherche. Celle-ci, en effet, repose sur une périodisation commune de l’histoire politique du Maroc de 1870 à 1956. S’il est vrai que ce découpage, comme le note l’auteur, a le mérite de préserver la clarté de l’exposé pour une aussi longue période, le lecteur a néanmoins parfois du mal à saisir les spécificités de la situation durant certaines étapes de cette histoire. Il aurait peut-être fallu retenir comme principe de catégorisation les traits pertinents de l’évolution de la presse, plutôt qu’une chronologie essentiellement déterminée par le contexte socio-politique. Le recours à une telle démarche aurait sans doute autorisé un plan plus cohérent avec l’objet étudié.

13La richesse de cet ouvrage, l’énorme quantité d’informations et d’analyses qu’il enferme rend difficile l’établissement d’un compte rendu de lecture satisfaisant. Et les remarques précédemment formulées n’enlèvent rien à la qualité de ce travail qui, à notre sens, est une référence incontournable, non seulement pour les chercheurs travaillant sur les questions de la presse, mais aussi pour les spécialistes de l’histoire et de la sociologie des relations franco-marocaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noureddine Harrami, « À propos de l’ouvrage de : Baida Jamaâ, La presse marocaine d’expression française des origines à 1956 », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 1 | 2002, 300-302.

Référence électronique

Noureddine Harrami, « À propos de l’ouvrage de : Baida Jamaâ, La presse marocaine d’expression française des origines à 1956 », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cres.revues.org/1758

Haut de page

Auteur

Noureddine Harrami

CERED, Rabat

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org