Navigation – Plan du site
La carte, le terrain, le code

La carte, le terrain, le code

Introduction
Laurence Proteau
p. 225-227

Texte intégral

1Les travaux qui composent cette troisième partie empruntent deux entrées complémentaires pour traiter de la mesure : l’une dévoile les logiques sous-jacentes à l’élaboration des catégories statistiques par des institutions qui ont pour mission de construire des “grands nombres” ; l’autre observe les opérations ordinaires de “renseignement” des taxinomies statistiques par les agents des établissements scolaires. La mesure y est donc saisie comme le produit à la fois de savoirs savants et de pratiques profanes. Cette troisième partie entend donc tenir ensemble, sur quelques objets empiriques, la grande histoire des taxinomies statistiques (Bernard Schlemmer et Flore Chappaz) et les multiples petites histoires qui la renseignent (Laurence Proteau et Arlette Meunier). Elle présente les enjeux et les effets politiques de la mesure dans ses aspects empiriques : les cas particuliers sur lesquels s’appuient les auteurs illustrent cette approche. En effet, aucune catégorisation ne se construit, ni ne s’utilise sans renvoyer à des objectifs politiques de classement, de construction de la norme, de normalisation des pratiques.

2Les mesures produites par des organismes spécialisés nationaux – ici l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) – et internationaux – ici le Bureau international du travail (BIT) – sur les questions relatives à l’école et au travail, ne sont pas de purs et simples enregistrements de caractéristiques “naturelles” de ces espaces et de ceux qui les occupent. Elles traduisent en chiffres les logiques d’un tri qui fait exister une “population” par l’adoption préalable de modalités d’inclusion et d’exclusion. C’est donc seulement au sens statistique du terme que l’on peut parler de population ; en effet, si la définition statistique fluctue, la population se modifie ; si elle n’est plus définie – et n’est donc plus mesurée –, elle disparaît. En ce sens, elle est le produit d’une vision comptable et politique du monde qui classe, normalise, regroupe, standardise. Classer, normaliser, regrouper, standardiser, c’est non seulement instaurer des frontières entre des groupes – comme le montrent bien à la fois l’article de Flore Chappaz au sujet du traitement statistique des scolaires-salariés en France et celui de Bernard Schlemmer relatif à la mesure du travail des enfants par le BIT –, mais c’est aussi bâtir une comptabilité qui fait exister certains phénomènes scolaires et qui en voile d’autres. La pertinence et les enjeux des frontières, les questions scolaires révélées ou, à l’inverse, omises ou délaissées par les appareils statistiques, sont ici soumis à l’interrogation sociologique. L’objet de ces recherches est donc moins de prendre en défaut les “grands nombres” que d’analyser les lignes de démarcation qu’ils tracent, d’en rendre raison sociologiquement et enfin d’expliciter les enjeux politiques nationaux et internationaux qui président à leur construction. Les catégorisations statistiques ne tiennent donc pas de l’évidence et doivent être déconstruites – comme tous les outils à la jonction entre savoir et pouvoir – pour que soient connues les conditions auxquelles elles peuvent être, aussi, un instrument de connaissance.

3Cette perspective critique sur les systèmes de classement qui s’élaborent “par le haut” se renforce d’un autre regard sur le “nombre” – celui qui observe “par le bas” au plus près des lieux (les établissements scolaires) où sont renseignés et/ou réappropriés les classements savants. Ces deux entrées sont indispensables à qui veut bien considérer le chiffre comme produit d’une histoire complexe qui se réalise sur des scènes diverses (agence statistique, ministère, école…) et qui engage des agents aux fonctions et aux formations différentes (statisticien, secrétaire, conseiller principal d’éducation, enseignant…). Les liens entre ces scènes et ces agents sont, le plus souvent, distendus, voire inexistants. Ainsi, le terme d’“histoire” nous invite à relativiser l’image d’une organisation rationnelle et donc parfaitement contrôlée du travail statistique. Cette histoire est singulièrement riche si l’on considère la multitude d’histoires nécessaires et méconnues qui construisent les chiffres officiels. Sa genèse est multipolaire : construction savante et politique, certes, mais aussi construction profane et pratique. C’est cette dernière qu’explorent les articles de Laurence Proteau et d’Arlette Meunier à propos, respectivement, du codage de l’origine socioprofessionnelle (PCS) et de la mesure de l’absentéisme des élèves par les établissements scolaires français. Y apparaissent clairement ce que les “grands nombres” doivent aux conditions concrètes et ordinaires de recensement : les classements statistiques dépendent aussi, en grande partie, des rapports sociaux internes aux établissements scolaires (la mesure de l’absentéisme en fournit un exemple parlant) et des visions du monde social des agents de l’institution (le codage de la PCS des parents d’élèves en révèle les logiques). De fait, il ne suffit pas d’être absent de l’école plus de quatre demi-journées sans justification pour être signalé à l’Inspection académique, pas plus qu’il ne suffit de déclarer son métier pour être classé, sans ambiguïté, dans une PCS par l’administration scolaire.

4Comme le montre cette troisième partie, la mesure suppose l’instauration de frontières qui séparent des populations ; elle oblige à une définition qui inclut ou exclut ; elle institue des limites arbitraires. Frontières, définition, limites, ne sont pas de simples conventions objectives et techniques, elles enregistrent (et produisent aussi) des visions du monde, mais aussi des rapports de force entre groupes sociaux, entre États, entre institutions spécialisées. Elles ne sont donc pas, loin s’en faut, exemptes d’enjeux politiques. Ces taxinomies, imposées par “le haut”, sont renseignées par “le bas”, là où les comptes et les codes dépendent non seulement des savoirs pratiques, des enjeux et des conflits locaux, mais aussi, et tout simplement, des conditions de travail et des qualifications de ceux qui en ont la charge et qui, dans certaines limites, en redéfinissent les frontières et se réapproprient les outils.

5Les travaux présentés ici n’analysent donc pas seulement les aspects méthodologiques de la fabrication des “grands nombres” ; ils invitent aussi, en produisant une cartographie empirique, en réinvestissant les terrains, à s’interroger sur les enjeux politiques et idéologiques de la mesure, que ce soit au niveau d’un établissement scolaire (indicateur de performance, de rentabilité, d’assiduité), d’un État (indicateur d’emploi des jeunes) ou à l’échelon international (comptabilité et protection des travailleurs). La recherche doit d’autant plus poursuivre l’ambition de décoder les fonctions socio-politiques du chiffre que l’apparente rationalité de la mesure sert de caution scientifique à l’instauration de nouvelles formes de gouvernement des structures scolaires, comme l’ont bien montré les deux précédentes parties de ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Proteau, « La carte, le terrain, le code », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 1 | 2005, 225-227.

Référence électronique

Laurence Proteau, « La carte, le terrain, le code », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/1977

Haut de page

Auteur

Laurence Proteau

Sociologue, Maître de Conférences, Université de Picardie, laboratoires CSE/EHESS et SA.SO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org