Navigation – Plan du site
La carte, le terrain, le code

La place du cumul emploi-formation dans les catégories d’activité de l’INSEE : évolutions et aboutissements

The place of combining work and training in the employment categories of INSEE: evolution and outcomes*
Flore Chappaz
p. 249-266

Résumés

En 2000, le Conseil européen réuni à Lisbonne a fixé l’objectif global des politiques économiques et d’emploi pour 2010 : relever le taux d’emploi jusqu’à 70 % de la population en âge de travailler. Atteindre cet objectif sera particulièrement difficile pour la classe d’âge des 15-24 ans, qui a toujours constitué une population à faible taux d’emploi. Il s’agit de voir ici comment la population des scolaires, élèves et étudiants, est mobilisée pour relever les taux d’emploi des jeunes. Nous montrons ainsi comment ceux qui occupent un “petit boulot” ou qui suivent une formation en alternance sont comptabilisés de manière croissante en direction de l’emploi, relevant ainsi significativement le taux d’emploi des jeunes.

Haut de page

Texte intégral

  • * Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge po (...)

1Le fait que beaucoup d’élèves et d’étudiants exercent à côté de leurs études un stage ou un “petit boulot” ne semble pas devoir retenir l’attention des institutions statistiques en France. D’une part, ce n’est pas une situation durable, car le statut d’étudiant est par définition transitoire. D’autre part, ce type d’emploi ne semble représenter qu’un statut secondaire, adjacent à la position de référence, celle d’étudiant. En conséquence, ces institutions n’ont pas jugé utile de répertorier cette catégorie, avant la création en 1989 de l’Observatoire national de la Vie Etudiante (OVE). C’est ainsi, en termes de « vie étudiante » et pour insister sur la « précarisation » croissante des étudiants, qui seraient de plus en plus conduits à travailler pour financer leurs études, que cette question est le plus souvent abordée. Nous montrerons à l’inverse que l’analyse de la double activité études-emploi soulève des questions importantes pour l’étude du marché du travail des jeunes.

2Par commodité, nous appellerons “scolaires salariés” l’ensemble des individus cumulant un emploi et une formation. Il peut s’agir d’étudiants qui exercent un “job” parallèlement à leurs études tout autant que de personnes suivant des formations de types alternées. Parce que les “scolaires salariés” sont le plus souvent classés parmi les « actifs occupés » dans les décomptes de la population active, ils contribuent à gonfler le taux, jugé trop faible, de l’emploi des jeunes. Or, l’activité rémunérée d’un étudiant, d’un apprenti, d’un stagiaire de la formation initiale, constitue un type particulier d’emploi, qui, a priori, ne saurait se confondre avec l’emploi d’un jeune sorti du système de formation.

  • 1 Soit 270 000 élèves et étudiants salariés, 650 000 stagiaires et 270 000 apprentis. Pour l’année 20 (...)

3En 1996, plus d’un million d’individus âgés d’au moins quatorze ans suivaient une formation et occupaient simultanément un emploi1 (INSEE, 1998). Le caractère anodin du “job” étudiant s’efface ainsi dès lors que ce dernier est envisagé du point de vue du nombre des scolaires, lycéens ou étudiants, qui sont salariés. Plus encore, il disparaît lorsque l’on considère son poids dans la population des jeunes : en 1996, 8 % des jeunes âgés de seize à vingt-cinq ans vivaient une situation combinant emploi et formation.

4Les significations des emplois étudiants peuvent varier d’un individu à l’autre, mais un enjeu partagé se dégage de l’articulation études-emploi. Il s’agit de ce double statut même d’“actif-inactif” et de son décompte. En raison de leur inscription à l’Université, les “scolaires salariés” sont des inactifs. Mais, puisqu’ils exercent un travail rétribué, ils sont aussi « actifs occupés ». Ils conjuguent donc deux statuts parmi les trois utilisés pour répertorier la population active : actif occupé, inactif, chômeur. Or ces trois catégories sont considérées comme mutuellement exclusives, chaque individu ne peut se voir octroyé qu’un seul statut. Il y a donc lieu de s’interroger sur leur traitement dans les statistiques publiques, ce que nous ferons dans un premier temps.

5Face à l’inexistence d’une catégorie qui rendrait compte des situations doubles d’“emploi-formation”, nous nous attacherons dans un deuxième temps à sa reconstruction. Cette dernière apparaît indispensable pour mesurer l’évolution de la part des personnes combinant un emploi et une formation au sein de l’ensemble des individus en cours de formation. Le développement du salariat étudiant est plus que visible, en particulier sur les bancs de l’Université. Il est d’ailleurs souvent associé à sa « massification » et au développement d’autres lieux de formation. Or cette association n’est pas démontrée. S’il est clair que les effectifs des étudiants salariés ont crû, la part de ces “étudiants salariés” au sein des étudiants est restée dans l’ensemble stable depuis 1969.

  • 2 Plus largement, l’objectif de l’enquête Emploi est de rassembler des informations sur l’évolution d (...)
  • 3 Le point de départ se situe en 1969 puisque c’est à partir de cette date que les enquêtes sont tran (...)
  • 4 Le questionnaire de l’enquête a évolué avec chacune de ses séries. Chaque « série » de l’enquête Em (...)
  • 5 « Instructions détaillées aux enquêteurs ». Pour ce qui est du déroulement de l’enquête, les enquêt (...)

6Dans cette perspective de reconstruction, nous nous appuierons sur l’enquête Emploi de l’INSEE. Originellement introduite pour actualiser les données du recensement, elle s’est affirmée comme source principale pour ce qui est de la répartition de la population entre emploi, inactivité et chômage2. Notre analyse se base sur trois sources principales. La première correspond aux données elles-mêmes de l’enquête, les tableurs informatiques qui existent depuis 19693. La deuxième concerne le contenu même du questionnaire et son évolution4. La dernière, enfin, correspond aux livrets d’instructions destinés aux enquêteurs5.

Le classement des “scolaires salariés” dans l’enquête Emploi

  • 6 La notion de chômage “révélé” permet en effet de repérer les personnes aux frontières de l’inactivi (...)

7Le questionnaire de l’enquête Emploi s’est largement transformé. Il a notamment eu pour objectif de réduire les zones d’ombre liées aux statuts doubles, ceux qui se situent aux frontières de l’emploi, de l’inactivité ou du chômage. Ce travail d’éclaircissement des situations mixtes s’est en réalité concentré sur le chômage et ses frontières. Par un travail sur la définition de l’emploi, d’un côté, et par un éclaircissement des situations de chômage partiel de l’autre, la notion de chômage – tout autant que sa mesure – se sont affinées. L’emploi n’exclut plus le chômage depuis que le concept de sous-emploi existe. L’inactivité n’est plus incompatible avec le chômage depuis que le “chômage révélé” se pense6. Un effet pervers se dégage pourtant de cette focalisation sur le chômage et ses contours : le double statut restant, l’articulation emploi/inactivité est demeurée dans l’ombre. Tout se passe comme s’il n’était pas possible de cumuler un emploi et une formation.

8L’enquête Emploi permet deux classements de la population en statuts d’activité : le classement « spontané » et le classement dit « au sens du BIT ». La mesure « spontanée » de la population active dérive du classement effectué par le recensement de la population. La répartition en statut d’activité y est directe : il est demandé aux individus de se classer eux-mêmes au sein d’une liste d’occupations : « travaille », « élève ou étudiant », « retraité », etc. (Illustration 1, ci-dessous). Face à cette répartition directe de la population, la mesure dérivée du BIT se veut indirecte. C’est par l’intermédiaire d’une série de questions que les statuts sont déterminés, au vu des critères du BIT. Ces deux mesures ont subi de nombreuses modifications au fil des années. En tenant compte de leurs évolutions, il s’agira d’observer comment les “scolaires salariés” ont été classés, tantôt « en emploi », tantôt « inactifs », jamais « inactifs en emploi ».

Illustration 1

Carte des occupations proposées pour le classement spontané de la population active. Série 1975-1981

______________________________________________

Occupation principale à la date de l’enquête

1. Exerce une profession ; a un emploi, travaille en aidant un membre de sa famille dans sa profession même sans être salarié.
2. Est sans travail et recherche un emploi, une situation.
3. Ménagère (faisant son ménage personnel).
4. Étudiant, élève.
5. Militaire du contingent (faisant le service légal).
6. Retraité, retiré des affaires.
Autre personne sans occupation professionnelle.

La formalisation de la mesure dite « spontanée » et ses conséquences : des étudiants salariés classés de manière croissante parmi les « actifs occupés »

  • 7 Cette question est dite « première question » parce que c’est la première qui a trait à l’occupatio (...)
  • 8 Si l’individu en question est absent du foyer le jour de l’enquête et qu’il n’est pas le « chef de (...)
  • 9 Cette instruction est présente dans toutes les séries de l’enquête Emploi.

9La « première question » (Illustration 1) de l’enquête Emploi permet le classement dit « spontané » de la population7. Son caractère « spontané » vient de ce que les différents statuts proposés à l’auto-classement ne sont pas définis. Ainsi la première proposition, celle de l’emploi, s’énonce de la manière suivante : « exerce une profession, a un emploi, travaille en aidant un membre de la famille exerçant une profession, même sans être salarié », ni le terme “profession”, ni celui d’“emploi”, ni le verbe “travailler” n’étant définis. Si, comme c’est le cas des étudiants salariés, la personne cumule deux statuts, il lui faut alors se situer en fonction de ce qu’elle considère comme un “travail” et si elle considère ce travail comme son occupation principale. Autrement dit, il lui revient de se positionner en fonction de ce que son travail et ses études représentent pour elle8. C’est la valeur symbolique qu’elle accorde à son travail et à ses études qui déterminera la déclaration ; c’est donc la somme des subjectivités qui construira la répartition de la population active, à ceci près, du moins, qu’en cas d’hésitation de la part de l’enquêté, l’enquêteur est tenu de retenir la première mentionnée sur la liste, autrement dit de privilégier l’activité sur l’inactivité9. Les consignes destinées aux enquêteurs pour la série 1969-1974 précisent d’ailleurs que la question de l’occupation est « volontairement posée sous une forme très simple, sans faire appel à des définitions compliquées et sans fournir d’instructions détaillées ».

10Pour autant, la formulation de cette question n’est pas restée inchangée au fil des séries puisque des explications de ce que recouvrent les différentes occupations ont été ajoutées. Ceci est particulièrement frappant pour la première proposition, celle de l’emploi. Le statut d’actif occupé voit ainsi son contenu davantage défini, précisé, illustré au fil des changements de série (Illustration 2).

Illustration 2

Évolution de la première proposition de la mesure spontanée

______________________________________________

Séries 1969-1981 : « Exerce une profession, a un emploi, travaille en aidant un membre de la famille exerçant une profession, même sans être salarié ».
Série 1982-1989 : « Travaille : par exemple exerce une profession, à son compte ou comme salarié, occupe un emploi rémunéré, même à temps partiel, aide un membre de sa famille dans son travail même sans être rémunéré ; est apprenti, stagiaire rémunéré, élève-fonctionnaire, intérimaire, etc. ».
Série 1990-2002 : « Travaille : par exemple exerce une profession, à son compte ou comme salarié, même à temps partiel. Aide un membre de sa famille dans son travail même sans être rémunéré. Est apprenti, stagiaire rémunéré, élève-fonctionnaire, intérimaire, etc. ».

11À partir de 1982, la définition des personnes devant se classer en emploi se précise : « Travaille : par exemple, exerce une profession, à son compte ou comme salarié, occupe un emploi rémunéré, même à temps partiel, aide un membre de sa famille dans son travail même sans être rémunéré ; est apprenti, stagiaire rémunéré, élève fonctionnaire, intérimaire, etc. ». Le travail est cette fois-ci défini, illustré et accompagné de cas particuliers. La nouvelle définition de l’emploi marque sa standardisation puisqu’une norme d’interprétation de ce qu’est un travail est fixée : il s’agit d’une activité rémunérée. En dehors du cas très particulier des aides familiaux, c’est bien la rémunération qui déterminera si une activité peut être ou non qualifiée d’emploi. Cette norme se retrouve d’ailleurs appliquée à la proposition « élève, étudiant ». Pour cette catégorie d’« inactifs » sont ajoutés à partir de 1982 les stagiaires non rémunérés, faisant ainsi du travail gratuit un travail invisible. En définitive, d’une mesure agrégeant une pluralité de subjectivités, on passe à une mesure qui normalise la subjectivité du statut « est en emploi ».

12La conséquence de cette évolution est simple : davantage de personnes encore se déclarent « actifs occupés ». La définition de l’emploi s’est élargie puisqu’elle intègre le travail à temps partiel et une part des statuts mixtes combinant emploi et formation. Des individus qui auraient pu ne pas spontanément se considérer « en emploi » doivent se déclarer « actifs occupés ». Ceci peut être le cas, par exemple, pour les apprentis, les stagiaires rémunérés, les élèves fonctionnaires ou, plus largement, pour ceux qui travaillent peu en volume horaire. Au final, la rationalisation des catégories aboutit à un classement plus apodictique que spontané : doivent se déclarer « en emploi » à peu près tous ceux qui exercent une activité rémunérée. Cette norme conduit donc à majorer la part des “scolaires salariés” qui se déclarent en emploi. Mécaniquement, elle tendra à gonfler la part de l’emploi des jeunes.

13Le classement opéré grâce à cette question correspond aux chiffres publiés jusqu’en 1981. Il existait cependant une autre question relative au statut d’activité. L’on demandait aux individus qui ne se classaient pas spontanément « en emploi » s’ils n’avaient pas, pour autant, travaillé – ne serait-ce qu’une heure au cours de la semaine précédant l’enquête. Cette question permettait de “retrouver” des actifs occupés, que l’on appelait « actifs marginaux ». Ajoutés aux actifs occupés spontanés, ils constituaient la population active occupée « au sens de l’enquête ». Ce n’est qu’à partir de 1982 que sera introduite une mesure indépendante de la première question : la mesure de l’emploi dite « au sens du BIT ».

Le subjectivisme persistant de la mesure objective : les difficultés du classement des “scolaires salariés” selon les critères dérivés du BIT

  • 10 Ou qu’il ait été absent de son travail au cours de la semaine de référence, mais qu’il ait conservé (...)
  • 11 La Conférence Internationale des Statisticiens tranche en 1982 : pour faire la part entre « actifs (...)
  • 12 E. Malinvaud en donnera quelques exemples en 1986, dans son rapport au Premier Ministre. Il y dénon (...)

14L’objectif est ici la mesure des forces productives des nations, dans une perspective de comparaison internationale. L’Enquête Emploi, ou Labour Force Survey, est en effet à l’initiative de l’Organisation Internationale du Travail. Il faut donc souligner le rôle de cette organisation, qui oriente les travaux et la conception des enquêtes et recherche des critères de classement objectifs, indépendants des caractéristiques nationales. Pour qu’un individu soit classé « en emploi » il faut qu’il ait effectivement travaillé au moins une heure au cours de la semaine de référence10. Le travail sera dit effectif s’il contribue à produire des biens ou des services. Le classement dépend donc du critère de la production mais pour définir ce qui relève ou non de la production de biens ou de services, c’est le critère de la rémunération qui est mobilisé. Pour les individus en cours de formation, le caractère “effectif” ou non de leur travail déterminera aussi leur classement au sein de l’emploi ou de l’inactivité11. Mais cette notion ne va pas de soi12.

15Les critères du BIT nécessitent ainsi une réinterprétation au niveau national, qui s’effectuera tant au moment de la préparation de l’enquête qu’au cours de la passation du questionnaire, en mobilisant le jugement des enquêtés comme celui des enquêteurs. Ainsi, la question portant sur l’heure minimum de travail au cours de la semaine de référence pour la série 1990-2002 donne ces exemples : « cours particulier, baby-sitting, etc. », en précisant toutefois que l’activité n’est « à inclure comme activité que si la personne la considère vraiment comme une activité ». Cette note réintègre donc la subjectivité des enquêtés au sein de la mesure. Le jugement personnel des enquêteurs pourra également intervenir puisqu’il leur est précisé : « Cependant, dans les cas litigieux, c’est vous qui déterminerez le classement au vu des réponses de l’enquêté ».

16Le classement des étudiants salariés rappelle avec force que l’opération de codage statistique ne pourrait s’opérer sans recours à des logiques non prévues par les nomenclatures (Desrosières, 1993). Concernant le décompte des “scolaires salariés”, la définition BIT, globalement plus restrictive face à l’emploi (Gonzalez-Demichel & Nauze-Fichet, 2003), dénombre plus d’étudiants en emploi que la mesure spontanée. Il s’agit là des étudiants qui, ne travaillant que faiblement en volume horaire, se déclarent spontanément « étudiant » mais ont effectivement travaillé au moins une heure au cours de la semaine de référence. Ils sont par conséquent reclassés “actifs occupés BIT”.

Le développement des sous-catégories combinant emploi et formation remplace l’instauration d’une mesure globale des actifs occupés en formation

17La manière la plus simple de compter les “scolaires salariés” serait certainement d’en faire une sous-catégorie à part entière. Mais, si une importance particulière a été donnée à la mesure des situations combinant emploi et chômage (le sous-emploi) et des statuts conjuguant inactivité et chômage (le chômage “révélé”, qui permet de repérer le chômage latent des femmes au foyer ou des retraités par exemple), la place faite aux situations combinant inactivité et emploi demeure réduite. Au lieu de chercher à mesurer l’ensemble de la population qui se situe aux marges de l’emploi et de la formation, on se focalise sur les bénéficiaires de telle ou telle mesure gouvernementale, pour en saisir les effets.

  • 13 Voir à ce sujet « 30 ans de statistiques sociales », Économie et Statistiques, novembre 1976, n° 83 (...)

18L’objet principal de l’enquête Emploi reste tout naturellement l’emploi et le chômage, mais il s’est posé de manière différente au cours des périodes. La question de l’emploi s’est développée sous l’impulsion des travaux de planification. Au cours des quatre premiers plans (1945-1965), elle a surtout été formulée en termes de pénurie de main d’œuvre. Dès la récession de 1964, les problèmes de l’emploi ont été reformulés ; la crise des années soixante-dix introduira une nouvelle dimension, celle du chômage structurel13. Les catégories nouvellement élaborées font alors écho au traitement des chômeurs du début du XIXe siècle mis en évidence par C. Topalov (1994) : on classe surtout pour cerner des situations dont on ne veut plus, on classe les maux pour leur affecter des traitements différents. La série 1982-1989 actualise le questionnaire face à l’aggravation du chômage et du développement des emplois précaires. Les questions portent alors sur la durée hebdomadaire du travail et les « formes particulières d’emploi ». De la même manière, la série 1990-2002 insiste sur les contrats aidés et les stages de formation. Aujourd’hui, la nouvelle enquête Emploi en continu fait la part entre travail régulier, travail occasionnel et stages en entreprise ou en administration.

  • 14 Les propositions concernant la formation ciblent alors les personnes en stage et la formation conti (...)

19Seule la série 1982-1990 comporte une question spécifique destinée à mesurer le salariat étudiant. À toutes les personnes en cours de formation, il est demandé de se ranger au sein de six propositions : « études à plein temps sans activité professionnelle, études en formation alternée, apprentissage sous contrat, études tout en exerçant une activité professionnelle, formation post scolaire, stage ou cours de formation ». Ce questionnement disparaît pourtant dès la série suivante, entamée en 199014.

20Aujourd’hui, certains étudiants salariés qui pouvaient auparavant être repérés ne le peuvent plus. La nouvelle enquête Emploi supprime la première question du questionnaire. La mesure dite spontanée de l’emploi n’existe donc plus et, avec elle, disparaît la catégorie des reclassés BIT. Or, cette catégorie permettait de mesurer deux types d’étudiants salariés. Le premier correspondait aux individus qui se déclaraient spontanément inactifs mais se trouvaient reclassés en emploi parce qu’ils avaient travaillé au moins une heure au cours de la semaine de référence. Le second concernait les étudiants qui se déclaraient actifs occupés mais qui, n’ayant pas travaillé une heure au cours de la période de référence, n’étaient pas classés en emploi par le BIT.

  • 15 La mesure des “scolaires salariés” suit en ce sens le même mouvement de singularisation mis en évid (...)

21L’ajout de sous-catégories combinant emploi et formation s’est présenté comme alternative à la création d’une sous-catégorie plus large comme plus abstraite de personnes conjuguant emploi et formation15. Si ce parti pris permet effectivement de détailler quelques situations particulières, la lumière ainsi jetée sur ces dernières ne s’effectue qu’au prix de l’occultation d’autres situations, suivant le mouvement épistémologique des « déplacements d’ombres » décrit par Antoine-Augustin Cournot (Vatin, 1998 : 204). La faible longévité de certains indicateurs empêche ainsi de penser le salariat étudiant sur le moyen ou long terme. Plus encore, l’absence d’une variable à part entière de double statut emploi-formation masque les modalités de l’insertion professionnelle. Le fait qu’il existe un décalage entre l’ajustement des institutions sociales et le progrès des connaissances n’est pas nouveau. Le traitement des étudiants salariés est ici symptomatique de la crise des catégories statistiques anciennement établies parce qu’elles ne correspondent plus à la réalité des pratiques (Salais, Baverez & Reynaud, 1986). Ne pas mesurer le salariat étudiant, c’est aussi considérer que l’emploi et la formation sont des temps qui se succèdent sans se chevaucher. Si « classer n’est pas seulement observer les différences, c’est aussi les instaurer » (Topalov, 1994 : 218), ne pas observer la différence entre un statut double d’emploi-formation et un statut d’actif occupé, c’est aussi gommer cette dissemblance. Comment, dès lors, interpréter les logiques d’insertion ? Comment les approcher si l’on ne distingue pas ces parcours à “double statut” des autres par la création d’une catégorie à part entière ? Comment savoir lorsqu’elles devraient être envisagées en termes “positifs” – en termes d’intégration par la socialisation, par exemple ? Comment savoir, au contraire, quand l’articulation études-emploi est révélatrice de difficultés réelles à intégrer le marché du travail ?

22Le développement du travail étudiant – et plus généralement les transformations des parcours d’insertion – jouent un rôle qui peut être significatif dans les décomptes de la population active. Alors même que les jeunes n’ont jamais intégré le « noyau dur du salariat » (Nicole-Drancourt & Roulleau-Berger, 2001), ils ont de plus en plus subi le même traitement classificatoire. Autrement dit, ils ont été comptés de manière croissante « en emploi ». Or, compter des personnes qui conjuguent emploi et formation comme des actifs occupés à part entière, c’est aussi relever le niveau de la population en emploi.

23En raison de l’ampleur actuelle de l’articulation études-emploi, une mesure à part entière permettrait de mieux saisir, et par là-même d’interpréter, les parcours d’insertion des jeunes au carrefour de l’emploi, de la formation et du chômage.

Les conséquences du traitement statistique des “scolaires salariés” : un impact sur le taux d’emploi des jeunes

24La création d’une catégorie statistique des “scolaires salariés” permettra tout d’abord de montrer que leur proportion au sein des effectifs en formation est restée relativement stable depuis 1969, en dépit d’un très net accroissement de leur nombre. Il conviendra ensuite de s’interroger sur les conséquences de leur traitement statistique.

  • 16 Source : archives LASMAS-IDL.

25Nous avons cherché à reconstruire une catégorie rassemblant les personnes qui suivent une formation tout en exerçant une activité rémunérée. Cette reconstruction a été effectuée à partir des données de l’enquête Emploi de 1969 à 200216, suivant la méthode développée dans le tableau 1 (page suivante).

Des effectifs croissants mais une proportion globalement stable dans le temps

26D’après l’Observatoire de la Vie Etudiante, en 2002 39 % des étudiants stricto sensu, c’est-à-dire inscrits dans des formations post-baccalauréat, exerçaient une activité en cours d’études de façon irrégulière et 19 % au moins à mi-temps, au moins six mois par an (Thiphaine, 2002). De même, l’INSEE comptait, en 2000, un tiers d’élèves ou étudiants âgés de dix-sept à trente ans ayant une activité rémunérée (Valdelièvre, 2001). Une étude du CEREQ constate que le nombre d’étudiants salariés a doublé entre 1985 et 1995, atteignant 200 000 individus en 1997 (Bordigoni & Vergnies, 1997). Pour autant, un certain nombre d’élèves ou d’étudiants occupaient déjà un emploi en parallèle à leurs études avant 1985. Quelques études isolées attestent ainsi une certaine permanence de l’activité rémunérée des étudiants. En 1964, une enquête de la MNEF comptait 33 % d’étudiants salariés (dont travail occasionnel) et, en 1974, une étude de L’étudiant totalisait 23 % d’étudiants travaillant non occasionnellement (Peaucelle, 1982).

Tableau 1 : Les “scolaires salariés” : construction de la catégorie

LES PERSONNES EN FORMATION correspondent aux individus de 15 à 24 ans qui répondent à l’un ou l’autre des deux critères suivants :

ils se sont déclarés spontanément en formation initiale ;
– ils se sont révélés être en cours de formation initiale par la suite du questionnaire.
En effet, jusqu’à 1981, la question de la date de fin d’études (régulières) permet de retrouver un certain nombre de “scolaires salariés”. Il s’agit des personnes qui, tout en ne s’étant pas déclarées “élève” ou “étudiant”, déclarent ne pas avoir terminé leurs études initiales. Il faut noter que, s’agissant de la série 1975-1981, très peu de personnes ont ainsi été retrouvées. Cette série a donc été ajustée en fonction de la série 1969-1974. La série 1982-1989 comprend la formation dite post-scolaire. Pour ne retenir que des “scolaires” stricto sensu, nous ne retenons que les individus âgés de 15 à 24 ans.

LES PERSONNES EN EMPLOI correspondent aux individus de 15 à 24 ans qui répondent à l’un ou l’autre des deux critères suivants :

ils se sont déclarés en emploi ;
ils ne se sont pas déclarés en emploi mais ont néanmoins exercé ne serait-ce qu’une heure de travail au cours de la semaine dite de référence.

LES INDIVIDUS COMBINANT EMPLOI ET FORMATION correspondent aux individus de 15 à 24 ans qui répondent à l’un ou l’autre des deux cas suivants :

les personnes qui se sont déclarées en formation et qui ont exercé une activité, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence,
les personnes qui se déclarent en emploi mais sont « retrouvées » en formation. Il s’agira, pour cette catégorie, surtout d’étudiants salariés et d’apprentis et, dans une moindre mesure, d’actifs en formation alternée. En mars 2001, sur 60 0000 personnes cumulant emploi et formation initiale, 40 % étaient en apprentissage sous contrat et 60 % suivaient des études scolaires ou universitaires (Gonzalez-Demichel & Nauze-Fichet, 2003).

Graphique 1 : Effectifs de 15 à 24 ans en double activité, en %

Graphique 1 : Effectifs de 15 à 24 ans en double activité, en %

La courbe des « effectifs de 15 à 24 ans en double activité » rapporte le nombre d’étudiants salariés à la population totale du même âge. Ces données sont brutes. Elles traduisent donc des ruptures de série (1969-1974, 1975-1981, 1982-1989, 1990-2001), à l’exception de la série 1975-1981 qui a du être ajustée à la série 1969-1974 (Cf. tableau 1)

27Si l’on s’en tient aux “scolaires salariés de 15 à 24 ans”, un premier constat se dégage : l’accroissement des effectifs articulant emploi et formation est antérieur à 1985 (Graphique 1). Bien évidemment, ce constat est inséparable de celui de l’accroissement des effectifs élèves et étudiants. Le nombre de personnes en cours de formation, jusqu’à une date récente, est allé croissant. Le graphique 2 (page suivante) illustre l’évolution des effectifs de 15 à 24 ans en formation. Pour plus de précisions, nous pouvons nous reporter aux chiffres de C. Bédarida : de 1980 à 1994, le nombre d’étudiants est passé de 800 000 à 1 285 000 (Bédarida, 1995). Cette « massification » a connu une accélération spectaculaire à partir de 1985 (Coutty, 1995). Le taux de scolarisation des 20-24 ans a d’ailleurs doublé entre 1988 et 1998 (Rose, 1998). Pour autant, ce processus était entamé depuis bien longtemps. Ainsi, parmi les jeunes de 18 à 22 ans, moins de 10 % étaient inscrits à l’Université en 1961, 20 % en 1978, 30 % en 1992 et 40 % en 1997 (Bordigoni &Vergnies, 1997). À partir de 1994, la « massification » de l’enseignement supérieur a subi une phase de décélération, en raison de la baisse du nombre d’admis au baccalauréat général (Coutty, 1995).

Graphique 2 : Taux de formation des 15 à 24 ans, en %

Graphique 2 : Taux de formation des 15 à 24 ans, en %

Le « taux de formation des 15-24 ans » rapporte les effectifs de 15 à 24 ans en formation à la population totale du même âge

28L’augmentation ininterrompue des effectifs en formation depuis plus de quarante ans a-t-elle augmenté la proportion d’étudiants salariés parmi l’ensemble des étudiants ? Le graphique 3 (page suivante) permet de répondre par la négative, la proportion des personnes conjuguant études et emploi parmi l’ensemble des personnes en cours de formation étant restée globalement stable au cours de la période 1975-2000. En d’autres termes, la « massification » de l’accès à la formation n’a pas augmenté la proportion des “scolaires salariés”, même si, bien évidemment, le public et les types d’emplois occupés ne sont plus les mêmes. On ne peut donc pas lier simplement le développement des situations doubles combinant études et emploi et l’arrivée de nouveaux publics étudiants. Ce constat est d’ailleurs vérifié par les quelques études qui portent sur ce sujet. Celle du CEREQ, qui se limite à la période 1985-1995, révèle que le pourcentage d’étudiants ayant un emploi est resté stable entre 1985 et 1995, de l’ordre de 20 % (Bordigoni & Vergnies, 1997). Or, si stabilité il y a, elle semble, d’après le graphique 3, bien antérieure à 1985.

Graphique : 3 Taux de double activité des 15-24 ans en formation, en %

Graphique : 3 Taux de double activité des 15-24 ans en formation, en %

Le « taux de double activité des 15-24 ans en formation » rapporte les effectifs étudiants salariés de 15 à 24 ans aux effectifs de 15 à 24 ans en formation. Ces données sont brutes. Elles traduisent donc des ruptures de série (1969-1974, 1975-1981, 1982-1989, 1990-2001), à l’exception de la série 1975-1981 qui a dû être ajustée à la série 1969-1974 (Cf. tableau 1).

Les enjeux : l’emploi des jeunes

29La poursuite simultanée des études et d’un emploi n’est pas un fait nouveau et la massification de la formation ne semble pas avoir contribué à augmenter le pourcentage d’étudiants salariés. Pourtant, leur nombre n’a cessé d’augmenter (Graphique 1). Or, d’après les normes de classement dérivées du BIT, ces individus seront le plus souvent comptés « en emploi ».

30Ce qui apparaît comme une évidence – à savoir, le développement de la formation – n’est pas pris en compte dans la mesure de l’emploi des jeunes. Or, les positions des jeunes face à l’emploi ne sauraient s’interpréter sans référence à leur position en termes de formation.

31La convention qui consiste à confondre les jeunes en cours de formation et ceux qui ne suivent pas de formation soulève un problème essentiel. Le classement quasi systématique des étudiants salariés au sein des « actifs occupés » tend à relever un niveau d’emploi déjà faible, et qui ne cesse de chuter. Comme le rappellent à juste titre Thierry Pillon et François Vatin, la « partition entre travaillants et non-travaillants repose aujourd’hui principalement sur un critère d’âge et de moins en moins sur un critère de sexe » (Pillon & Vatin, 2003 : 358). Du fait de l’augmentation tendancielle de la durée des études, le taux d’emploi des 15-24 ans est ainsi passé de 50 % environ au début des années soixante-dix à 20 % à la fin des années quatre-vingt-dix. Ce biais est croissant dans le temps : l’écart entre le taux d’emploi qui intègre les étudiants salariés et celui qui les exclut est passé de 4,5 au début des années soixante-dix à 7,5 points en 2000 (Graphique 4).

Graphique 4 : Écart entre les taux d’emploi des 15-24 ans et les taux d’emploi des 15-24 ans hors scolaires salariés : 1969-2000 (en points d’écart)

Graphique 4 : Écart entre les taux d’emploi des 15-24 ans et les taux d’emploi des 15-24 ans hors scolaires salariés : 1969-2000 (en points d’écart)

Lecture : en 1974 l’écart entre le taux d’emploi des 15-24 ans et le taux d’emploi des 15-24 ans hors scolaires salariés était de 4,5. En 2000 il est de 7,5 points.

32On ne saurait, pour conclure, associer le travail rémunéré des élèves ou étudiants à celui des individus sortis du système de formation, ni quantitativement ni qualitativement d’ailleurs. C’est pourtant ce qui se fait chaque année, depuis le début de l’enquête Emploi. Paradoxalement, alors que les modifications du questionnaire de l’enquête Emploi ont cherché à éclaircir le chômage, la non prise en compte du salariat étudiant contribue à l’obscurcir en même temps qu’elle relève le taux d’emploi des jeunes. Cela ne saurait déplaire aux instances chargées de rendre des comptes à la Commission européenne. Le Conseil européen réuni à Lisbonne en 2000 a en effet explicitement affirmé que l’objectif global des politiques économiques et des politiques d’emploi était de relever le taux d’emploi de la population en âge de travailler jusqu’à 70 % (European Commission, 2004). L’importance accordée aux taux d’emploi, et non plus uniquement aux taux de chômage, provient du souci de repérer le potentiel de force de travail représenté par les inactifs, et plus particulièrement les inactifs pour cause d’études qui sont une force de travail qu’il conviendrait de mobiliser dans l’idée de générer de la croissance et d’amener plus d’individus à contribuer aux systèmes de protection sociale face à la question du vieillissement de la population, et son corollaire : la question de la pénurie annoncée de la main d’œuvre (European Commission, 2004).

Haut de page

Bibliographie

Bédarida (C.), 1995, « La déferlante étudiante, un jeune français sur quatre à l’Université », Problèmes Économiques, n° 2 410 (Le Monde de l’Éducation, oct. 1994), février, pp. 4-7.

Bordigoni (M.) & Vergnies(J.-F.), 1997, « Étudiants salariés, quand la vie active commence avant la fin des études », Cereq Bref, n° 132, juin, pp. 1-4.

Coutty (M.), 1995, « Le salaire de la galère », Le Monde de l’Éducation, octobre, pp. 20-26.

Desrosières(A.), 1993, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Erlich (V.), 1998, Les nouveaux étudiants, un groupe en mutation, Paris, Armand Colin.

European Commission, 2004, Employment in Europe 2004, recent trends and prospects, Employment and European Social Fund, Employment and social affairs.

Fouquet (A.), 1976, « Compte rendu des tables rondes. Journées d’études sur l’histoire de la statistique », Économie et Statistiques, n° 83, novembre, pp. 25-31.

Gautie (J.), 2002, « De l’invention du chômage à sa déconstruction », Genèses, n° 46, mars, pp. 60-76.

Gonzalez-Demichel (C.) & Nauze-Fichet (E.), 2003, « Les contours de la population active, aux frontières de l’emploi, du chômage et de l’inactivité », Économie et Statistiques, n° 362, pp. 85-103.

INSEE, 1998, « Bilan formation-emploi, Résultats 1996 », Synthèses, n° 17, mars, pp. 67-79.

Malinvaud (E.), 1986, Sur les statistiques de l’emploi et du chômage. Rapport au Premier ministre, Paris, La Documentation française.

Nicole-Drancourt (C.) & Roulleau-Berger (L.), 2001, Les jeunes et le travail, 1950-2000, Paris, PUF.

Peaucelle (I.), 1982, « Les étudiants salariés, enseignement de quelques enquêtes », Éducation et Formations, n° 1, octobre-décembre, pp. 82-91.

Pillon (T.) & Vatin (F.), 2003, Traité de sociologie du travail, Toulouse, Octares, coll. « Travail et activité humaine ».

Rose (J.), 1998, Les jeunes face à l’emploi, Paris, Desclée de Brower.

Salais (R.), Baverez (N.) & Reynaud (B.), 1986, L’invention du chômage, Paris, PUF.

Thiphaine (B.), 2002, « Les étudiants et l’activité rémunérée », OVE Infos, n° 1, février 2002, pp. 1-4.

Topalov (C.), 1994, Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel.

Valdelièvre (H.), 2001, « Un tiers des étudiants ont une activité rémunérée au cours de l’année », INSEE Première, n° 795, juillet, pp. 1-4.

Vatin (F.), 1998, Économie politique et Économie naturelle chez Antoine-Augustin Cournot, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

* Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge pour sa participation aux traductions des résumés en anglais.

1 Soit 270 000 élèves et étudiants salariés, 650 000 stagiaires et 270 000 apprentis. Pour l’année 2001, il est possible de se référer à Gonzalez-Demichel & Nauze-Fichet (2003 : 100), qui totalisent 10 % des personnes en cours d’études initiales actives occupées au sens du BIT, soit 600 000 personnes dont 40 % en apprentissage sous contrat et 60 % en cours d’études scolaires ou universitaires.

2 Plus largement, l’objectif de l’enquête Emploi est de rassembler des informations sur l’évolution de la structure de la population active, de l’emploi, du chômage et de la mobilité professionnelle.

3 Le point de départ se situe en 1969 puisque c’est à partir de cette date que les enquêtes sont transcrites sur support informatique. Pour plus de détails, voir Fouquet (1976).

4 Le questionnaire de l’enquête a évolué avec chacune de ses séries. Chaque « série » de l’enquête Emploi correspond à une version de son questionnaire puisque ce dernier est périodiquement remanié à l’occasion des recensements de la population. Au total, depuis 1969, cinq séries ont existé : 1968-1974, 1975-1981, 1982-1989, 1990-2001 et la nouvelle série entamée en 2002.

5 « Instructions détaillées aux enquêteurs ». Pour ce qui est du déroulement de l’enquête, les enquêteurs font passer le questionnaire à un échantillon représentatif de la population en les rencontrant à leur domicile. Mais, avant l’étape de la passation et pour assurer le bon déroulement de l’enquête, l’INSEE fournit aux enquêteurs un livret d’instructions qui détaille les modalités de la collecte des données.

6 La notion de chômage “révélé” permet en effet de repérer les personnes aux frontières de l’inactivité et du chômage. Il s’agira de personnes inactives qui ne recherchent pas un emploi mais qui seraient prêtes à en accepter un si cela leur était proposé.

7 Cette question est dite « première question » parce que c’est la première qui a trait à l’occupation.

8 Si l’individu en question est absent du foyer le jour de l’enquête et qu’il n’est pas le « chef de ménage », il est possible que ce dernier réponde à sa place.

9 Cette instruction est présente dans toutes les séries de l’enquête Emploi.

10 Ou qu’il ait été absent de son travail au cours de la semaine de référence, mais qu’il ait conservé un lien formel avec l’emploi. Cette notion regroupe trois situations : le service ininterrompu de salaire ou de traitement ; une assurance de retour au travail à la fin de la situation d’exception ou un accord sur la date du retour ; enfin, les cas où la durée d’absence de travail correspond à la durée pendant laquelle les travailleurs peuvent recevoir une indemnisation sans obligation d’accepter d’autres emplois qui leur seraient éventuellement proposés (Malinvaud, 1986 : 31).

11 La Conférence Internationale des Statisticiens tranche en 1982 : pour faire la part entre « actifs occupés » et « inactifs » lors de ces situations ambiguës, la notion d’emploi doit rester la même. Elle reste celle de travail effectif, qu’il s’agisse d’individus en cours de formation ou non. « Les étudiants, les personnes s’occupant du foyer et les autres personnes principalement engagées dans des activités non économiques durant la période de référence et qui étaient en même temps pourvues d’un emploi salarié ou non salarié devraient être considérées comme ayant un emploi, sur la même base que les autres catégories de personnes ayant un emploi. » (Malinvaud, 1986 : 33-35)

12 E. Malinvaud en donnera quelques exemples en 1986, dans son rapport au Premier Ministre. Il y dénonce le fait que le travail effectif ne se définit pas selon des critères juridiques ou institutionnels. Dans certains cas, le contrat de travail marque le travail effectif. Ainsi, les apprentis sous contrat, les détenteurs de contrats emploi-formation, de contrats de qualification ou d’adaptation sont classés en emploi. Dans d’autres cas en revanche, l’on considère le travail comme étant effectif en dépit de l’absence d’un contrat de travail. Ce sera le cas des mesures prises dans le cadre des pactes pour l’emploi 1977-1981 et du plan « avenir Jeunes » 1981-1982. Par ailleurs, les personnes en stage de formation ne sont pas toujours classées inactives malgré leur statut juridique de stagiaire de la formation professionnelle. Pour un développement approfondi, voir Malinvaud (1986 : 33-35).

13 Voir à ce sujet « 30 ans de statistiques sociales », Économie et Statistiques, novembre 1976, n° 83.

14 Les propositions concernant la formation ciblent alors les personnes en stage et la formation continue : « études scolaires ou universitaires, apprentissage sous contrat, autres études comprenant une ou des périodes en entreprise, ou suit un stage de formation, autre formation y compris la formation permanente dans le cadre du travail ».

15 La mesure des “scolaires salariés” suit en ce sens le même mouvement de singularisation mis en évidence par J. Gautié pour la mesure du chômage (Gautié, 2002).

16 Source : archives LASMAS-IDL.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Effectifs de 15 à 24 ans en double activité, en %
Légende La courbe des « effectifs de 15 à 24 ans en double activité » rapporte le nombre d’étudiants salariés à la population totale du même âge. Ces données sont brutes. Elles traduisent donc des ruptures de série (1969-1974, 1975-1981, 1982-1989, 1990-2001), à l’exception de la série 1975-1981 qui a du être ajustée à la série 1969-1974 (Cf. tableau 1)
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/1996/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique 2 : Taux de formation des 15 à 24 ans, en %
Légende Le « taux de formation des 15-24 ans » rapporte les effectifs de 15 à 24 ans en formation à la population totale du même âge
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/1996/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Graphique : 3 Taux de double activité des 15-24 ans en formation, en %
Légende Le « taux de double activité des 15-24 ans en formation » rapporte les effectifs étudiants salariés de 15 à 24 ans aux effectifs de 15 à 24 ans en formation. Ces données sont brutes. Elles traduisent donc des ruptures de série (1969-1974, 1975-1981, 1982-1989, 1990-2001), à l’exception de la série 1975-1981 qui a dû être ajustée à la série 1969-1974 (Cf. tableau 1).
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/1996/img-3.png
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique 4 : Écart entre les taux d’emploi des 15-24 ans et les taux d’emploi des 15-24 ans hors scolaires salariés : 1969-2000 (en points d’écart)
Légende Lecture : en 1974 l’écart entre le taux d’emploi des 15-24 ans et le taux d’emploi des 15-24 ans hors scolaires salariés était de 4,5. En 2000 il est de 7,5 points.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/1996/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flore Chappaz, « La place du cumul emploi-formation dans les catégories d’activité de l’INSEE : évolutions et aboutissements », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 1 | 2005, 249-266.

Référence électronique

Flore Chappaz, « La place du cumul emploi-formation dans les catégories d’activité de l’INSEE : évolutions et aboutissements », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/1996

Haut de page

Auteur

Flore Chappaz

Doctorante en sociologie, IDHE, Université Paris-X, Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org