Navigation – Plan du site
La carte, le terrain, le code

Nomenclature savante et classement profane

Le codage de la catégorie socioprofessionnelle des parents d’élèves dans l’enseignement secondaire français
Learned and lay classifications: the coding of socio-economic background of pupils in the French secondary education*
Laurence Proteau
p. 267-287

Résumés

Cet article s’intéresse au codage de la catégorie socioprofessionnelle des parents d’élèves dans les établissements secondaires publics français. Les agents administratifs en charge de ce travail (le plus souvent les secrétaires) doivent “renseigner” la nomenclature savante à partir des déclarations de profession – souvent floues – des parents d’élèves. Pour mener à bien cette tâche, ils ne disposent que d’une liste informatisée de catégories socioprofessionnelles, version simplifiée de la classification des professions et catégories sociales (PCS) élaborées par l’INSEE en 1982. Nous avons pu observer qu’en l’absence de formation spécifique, ils puisent dans leurs stocks personnels d’informations sur l’espace local et, plus largement, ils s’appuient sur leurs représentations de la division sociale du travail, des hiérarchies professionnelles, des métiers “nobles” ou “ingrats”, des métiers “masculin” ou “féminin”, etc. Ainsi, la construction des statistiques sur les origines sociales des élèves de l’enseignement secondaire, loin d’être une pure opération technique et une affaire de spécialistes, intègre, au contraire, les schèmes de perception et de classification du monde social et de l’espace local des agents administratifs des établissements scolaires.

Haut de page

Texte intégral

  • * Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge po (...)

1La mesure de la part des différentes catégories socioprofessionnelles dans l’école est un élément essentiel de la sociologie de l’éducation et notamment de celle qui se préoccupe des inégalités et/ou de la démocratisation du recrutement scolaire. Les débats sur la réalité ou l’ampleur de la démocratisation de l’école ne cessent de retenir l’attention des sociologues et de les opposer. Mais, bien que la mesure de l’origine sociale des élèves et étudiants soit au centre de ce questionnement et qu’elle représente également un enjeu politique majeur, très peu d’enquêtes de terrain rendent compte des situations ordinaires qui sont à la base des données statistiques utilisées par le ministère de l’Éducation nationale et, plus largement, par la recherche (Briand, 1984 ; Briand, Chapoulie, Peretz, 1979 ; Merllié, 1983). C’est en effet dans les établissements scolaires que ce travail prend corps. C’est, la plupart du temps, dans le bureau des secrétaires que se fabriquent les données sur les Professions et Catégories Sociales (PCS). Nous avons voulu explorer cet aspect méconnu de la production d’outils de sciences et de politiques.

2Petit objet, petit personnel, petite découverte, peut-être… Mais, à trop regarder “tout en haut”, on oublie souvent – du moins perd-on en finesse ce que l’on gagne en hauteur – que les grands nombres sont aussi le produit des petites pratiques plus proches du bricolage, au sens lévistraussien, que de l’ordonnancement théorique et rationnel. Pas de gestes tayloriens dans cette organisation du travail très éloignée de la posture idéale du codeur de profession. Là, dans les secrétariats des établissements scolaires, on classe par ressemblance, par association, par proximité, par homologie, par opposition, par intuition, par croyance parfois, par ignorance souvent et, quelques fois aussi, par indifférence.

3Grâce à sa propre expérience sociale on sait certaines choses sur l’espace des positions locales , mais on en ignore aussi beaucoup d’autres. Ce sont tous ces “petits riens” locaux d’une immense opération nationale de classement de la profession des parents d’élèves du secondaire qui nous intéressent. Comment se fabrique le “chiffre ” qui trace les frontières, qui institue les groupes, qui autorise les interprétations, les théories, et qui légitime des politiques ? Ces petites-mains discrètes se préoccupent peu ou pas des enjeux sociopolitiques de la mesure, mais elles composent une des étapes de l’histoire statistique ; une étape modeste et industrieuse dans l’ombre des “grands nombres”, méconnue, éclatée aux quatre coins du pays et pourtant indispensable. Sans elle, nous ignorerions tout de l’origine socioprofessionnelle des élèves : convenons-en, ce n’est pas rien ! Bien sûr, ces petites-mains n’inventent pas, au sens strict, le classement ; il n’en reste pas moins qu’elles ont, de fait, la liberté de contourner les contraintes ou de faire coller, malgré tout, les déclarations de professions inclassables aux taxinomies savantes.

  • 1 Cette enquête a été menée en 1996-97 en France par D. Merllié, L. Proteau & C. Soulié (1997).
  • 2 Il est prévu que ce logiciel, déjà jugé « obsolète » (entretien, chargé de mission DEP, 2004), soit (...)

4Pour saisir les conditions concrètes dans lesquelles s’effectue ce travail, nous avons réalisé une enquête1 dans trente-cinq établissements de l’enseignement secondaire public, répartis dans onze académies (seize collèges et dix-neuf lycées). Dans chaque établissement, plusieurs entretiens avec les responsables et les personnels en charge du codage ont été réalisés. Nous avons recueilli deux mille huit cents observations individualisées qui permettent de mettre en relation la déclaration de profession et le code attribué dans la nomenclature. Notre recherche est la seule, à notre connaissance, qui traite de cette question depuis l’introduction de deux changements importants dans l’organisation du recueil de la variable profession : d’une part, l’utilisation de la nouvelle nomenclature des PCS (1982) conçue par l’INSEE (Desrosières & Thévenot, 1992) et, d’autre part, la mise en service, dans tous les établissements scolaires du secondaire public, au début des années quatre-vingt-dix, d’un logiciel de Gestion Élèves et Personnels (GEP2) qui propose une liste de classement proche de celle de l’INSEE, mais simplifiée et beaucoup moins structurée. Ce sont donc à la fois les taxinomies et les conditions pratiques de chiffrement qui ont été modifiées.

  • 3 On y trouve également des démographes, souvent formés à l’IDUP.
  • 4 Ce système d’information est généralisé dans les établissements secondaires publics depuis 1997 et (...)
  • 5 Pour les enquêtes sur des panels, la CNIL autorise la divulgation de l’identifiant de l’élève, ce q (...)

5Les administrateurs et statisticiens de la sous-direction des études statistiques de la Direction de l’évaluation et de la prospective (DEP) du ministère de l’Éducation nationale, issus dans leur grande majorité de l’INSEE3, organisent le recueil et le traitement de données à partir d’indicateurs qu’ils n’ont pas élaborés. Le pouvoir sur la mesure leur échappe en grande partie, puisque c’est un groupe de travail ministériel rattaché à la Direction de l’enseignement secondaire (DESCO) qui décide des nomenclatures et des outils devant être mis en œuvre dans le système général d’information de l’enseignement secondaire (système “Scolarité”4). De plus, ils n’ont aucun pouvoir sur les modalités ordinaires de recueil et de codage des informations en bas de la “chaîne” statistique, au niveau des établissements scolaires : « on n’a pas les moyens de vérifier la validité de cette variable, elle est brut de décoffrage », nous disait une démographe, chargée de mission à la DEP (entretien, 2004). L’autonomie de la sous-direction est donc doublement réduite et les aménagements ne sont possibles qu’à la marge. La critique essentielle que les statisticiens de la sous-direction adressent au système d’information en vigueur concerne la fiabilité des données relatives à la profession exercée et au statut dans l’occupation (chômage…) ; elles ne sont utilisables qu’en procédant à des agrégations de professions sous de grandes catégories (cadres, employé, ouvrier…). Aussi essayent-ils de produire des données plus fines et plus riches en réalisant des enquêtes par panels sur la base d’un échantillonnage permettant le suivi des trajectoires d’élèves5 : « seules les enquêtes par sondage sur des panels permettent la maîtrise totale des statisticiens, là ils peuvent inventer », confirme un chargé de mission de la DEP (entretien, 2004). La conquête d’une relative autonomie en matière statistique (choix des indicateurs, des modalités de recueil et de traitement) leur permet de se mesurer à leurs pairs et de se faire reconnaître comme de “vrais” statisticiens par le pôle “noble” du corps, exerçant à l’INSEE. On le voit bien, c’est à la marge des données fournies par le système d’information “Scolarité” – sur lequel ils ont très peu de pouvoir – que les statisticiens de la Direction de l’évaluation et de la prospective du ministère de l’Éducation nationale se reclassent en produisant une expertise proche des exigences scientifiquement reconnues par leur corps d’origine. Il y a effectivement une concurrence propre à ce sous-champ de la production d’information bureaucratique, puisque les statisticiens de l’INSEE mènent des enquêtes Formation et Qualification Professionnelles et Emploi qui fournissent des éléments beaucoup plus fins et contrôlés sur les professions et les diplômes. Il est d’ailleurs significatif que la publication synthétique État de l’école du ministère de l’Éducation nationale s’appuie, en grande partie, sur ces données.

Conditions pratiques du codage de la profession des parents par l’administration scolaire

Concurrence et comptabilité sociale : les enjeux des grands nombres

  • 6 Établi par la Direction de l’évaluation et de la prospective du ministère de l’Éducation nationale. (...)

6La loi d’orientation du 10 juillet 1989 fait obligation aux établissements scolaires de formaliser un projet de politique éducative et leur reconnaît officiellement une responsabilité dans la production d’échec ou de réussite scolaire. Les établissements ont de ce fait une autonomie plus grande en matière de projet pédagogique et sont engagés beaucoup plus qu’auparavant dans la réparation sociale des dysfonctionnements scolaires. En contrepartie, ils doivent affirmer un caractère propre, prouver leur efficacité en termes de productivité scolaire. L’espace scolaire tend effectivement à s’aligner sur les modes de fonctionnement propres au marché et la concurrence entre les établissements publics contraint les responsables administratifs à développer des méthodes de recrutement et de gestion qui leur étaient largement étrangères auparavant. De plus, la publication depuis 1994 d’un indicateur synthétique6 qui évalue les performances des établissements au baccalauréat en pondérant les résultats selon deux variables statistiquement liées à la réussite (l’âge des élèves et la catégorie socioprofessionnelle des parents), donne une importance considérable à la composition sociale de la population scolaire : le proviseur d’un lycée polyvalent de la région parisienne (situé à proximité de l’usine Peugeot) confirme que « le risque de cet indicateur de performance c’est que les établissements sont tentés de prendre la catégorie en-dessous. Si vous avez beaucoup d’ingénieurs, on attend plus de vous, donc il peut y avoir une tendance à minorer les CSP ». Les entretiens réalisés auprès d’une dizaine de responsables montrent que, si leurs rapports à la variable PCS ne se laissent pas réduire à une attitude unique, ils sont cependant tous sans influence sur les usages possibles de ce type d’information, qu’ils soient politiques (évaluation comme outil de pilotage et de répartition des moyens) ou médiatiques (publication de palmarès dans la presse).

7Certains perçoivent le recueil et le codage de la PCS comme une simple contrainte administrative sans intérêt qui n’améliore en rien leur connaissance pratique de la composition sociale de leur public : « je n’ai pas eu besoin d’attendre les statistiques pour savoir que mon collège accueille des populations frappées par le mal-être », nous dit un proviseur d’établissement de la proche banlieue parisienne. Dans leur majorité, les directeurs d’établissement entretiennent un rapport lointain et très distancié au travail de recueil et de codage des données et en laissent l’entière responsabilité au personnel administratif. Ils insistent avant tout sur leurs rapports directs avec leurs élèves. De fait, ils ont souvent une bonne connaissance, pour ce que nous avons pu observer, des élèves (ils les interpellent par leur nom dans les couloirs, par exemple) et de leur famille (taux de réception assez important), de leurs conditions de vie et, plus globalement, des caractéristiques socio-économiques de la zone de recrutement. Défenseurs de la gestion de proximité, ils ont tendance à associer la saisie statistique à une déshumanisation des rapports sociaux et considèrent que cette appréhension standardisée ne peut relever les nuances qui donnent sens aux trajectoires scolaires (c’est le cas notamment du « niveau de diplôme de la mère qui, même si elle est au foyer, joue énormément dans la réussite »), pas plus qu’elle ne peut suppléer la connaissance des situations familiales qui engage à prendre les déclarations avec prudence (« Une fiche indiquait menuisier, or j’ai su qu’il était au chômage depuis quatre ans. »).

8À l’inverse, les chefs d’établissement qui affichent leur intérêt pour la connaissance statistique de la population scolaire adhèrent à une vision plus bureaucratique de leur fonction. Pour eux, l’objectivation statistique compense le manque de connaissances ordinaires de leurs élèves : « je n’ai pas le temps de parcourir les couloirs ou de recevoir les élèves ». Ce type de disposition est bien sûr corrélé à la taille de l’établissement et à sa position dans l’espace local de concurrence (certainement aussi aux caractéristiques sociales et professionnelles des chefs d’établissement) : la plaquette de présentation d’un lycée polyvalent de banlieue parisienne relève ses performances aux examens – « largement supérieures aux moyennes académiques et nationales » – et son proviseur déclare que « depuis 1994 on dépasse les normes réussite bac/CSP ». Dans ce cas, l’intérêt pour la variable PCS est lié aux enjeux politiques de ce classement dans un espace concurrentiel de plus en plus marqué. En effet, plus l’établissement est soumis à la concurrence, plus ses responsables accordent de l’importance à la connaissance de l’origine sociale des élèves afin d’élaborer des stratégies de développement qui améliorent leur classement – « ils [le ministère] sortent chaque année des documents avec les scores attendus, ça c’est très important », nous disait un proviseur qui suivait également avec intérêt le classement publié chaque année dans Le Monde de l’éducation. Lorsque la concurrence est très forte et que l’avenir de l’établissement semble lié à cette situation, les responsables – qui se sentent « plus proches de la gestion d’une entreprise » que d’un service public – tentent de s’appuyer sur une connaissance de leur “clientèle” pour proposer des formations plus attractives : « Il faudra se pencher sur la catégorie sociale de façon à cibler nos interventions » ; « on pourrait remanier les filières en fonction du public » (proviseur adjoint, lycée polyvalent, province). Ils mobilisent en quelque sorte les données sur les PCS comme base d’une étude de marché. C’est en rapport avec ces configurations concurrentielles entre établissements pour la cooptation d’une clientèle “rentable” que les responsables estiment avoir besoin d’informations sur l’origine sociale de leurs élèves et sur leur répartition selon les différentes filières : « Qui demande à faire un Génie civil ? Qui est dans les différentes filières et qu’est-ce qui fait qu’une CSP va plus vers celle-ci ou celle-là ? », s’interroge le chef d’établissement d’un lycée polyvalent de province. De fait, pour garder les élèves qui proviennent des milieux sociaux moyens ou élevés, ils doivent pouvoir leur proposer des formations valorisées à un niveau plus élevé du cursus. L’objectif est également, pour ce lycée polyvalent, de recruter des élèves « de milieux sociaux plus élevés » (ibid.) ; cela lui permet en effet d’augmenter son taux de réussite au baccalauréat – même si les nouvelles formes de calcul de l’efficacité propre de l’établissement intègrent l’origine sociale – et, ainsi, d’avoir plus de poids pour négocier l’ouverture des filières les plus valorisées.

9En opposition radicale avec les stratégies des précédents, certains chefs d’établissement dénoncent ce qu’ils considèrent comme un étiquetage des élèves en fonction de leur appartenance sociale. Ils estiment que l’utilisation de cette variable dans un contexte de concurrence entre établissements contrarie le rôle de réduction des inégalités sociales qui doit être celui de l’école. Cette prise de position, qu’il faudrait pouvoir relier à leur trajectoire et à leur position dans l’espace de la concurrence scolaire, peut conduire à un refus net de prendre cette variable en considération. Les justifications avancées pour expliquer ce refus renvoient à une certaine idée de la “mission” égalisatrice de l’école et, également, à une méfiance vis-à-vis des liens établis entre les caractéristiques sociales des populations et leurs performances scolaires. Bien qu’ils ne les nient pas, ils considèrent que l’identification d’un élève à son origine contribue encore plus sûrement à l’inscrire dans l’avenir probable de sa classe sociale. Dans un des lycées techniques enquêtés (de province), le conseiller principal d’éducation (détenteur d’un DEA de sociologie) refusait de consulter ces informations pour ne pas être tenté d’en déduire l’avenir scolaire des élèves. Il signifiait clairement que les représentations que l’on a des capacités scolaires en fonction de l’appartenance sociale peuvent avoir des conséquences pratiques sur la manière d’envisager le cursus et l’orientation de l’élève : « c’est plutôt dangereux d’aller voir de quelle origine sociale est un élève parce qu’on risque de lui coller nos représentations sur le dos ». Son point de vue était parfaitement en adéquation avec celui du responsable d’établissement qui affirmait, quant à lui : « Je ne vais pas aller amplifier la différence en disant, “c’est le fils d’Untel donc il doit réussir, celui-là doit échouer” ». Ses réticences vis-à-vis de l’enregistrement de la PCS des parents allaient au-delà de la simple méfiance par rapport à d’éventuelles malfaçons dans l’opération elle-même. Selon lui, le besoin de données quantitatives de cet ordre était à corréler exclusivement aux intérêts des chefs d’établissements, à leur manière de gérer l’école comme une entreprise rentable : ils manipuleraient les données statistiques dans le cadre de la concurrence accrue entre les structures d’enseignement et ils orienteraient leur politique de recrutement dans le but de capter des populations socialement plus élevées afin « d’apparaître à tout prix en haut de la liste aux palmarès de réussite aux examens ».

10Cette assimilation de l’information sur l’origine sociale à un étiquetage, bien qu’elle intègre les acquis sociologiques sur les inégalités sociales face à l’école, suggère qu’il suffirait d’ignorer la profession des parents pour interrompre les mécanismes de la reproduction. Il faudrait, pour que cette proposition soit juste, que seule la désignation construise les inégalités, ce qui, bien sûr, n’est pas le cas. Cette illusion est avant tout une manière de croire encore dans les vertus libératrices de son métier et de défendre l’idéal de l’école publique égalisatrice. Il n’est donc pas surprenant qu’à cette position soient associées, d’une part une critique du rapprochement entre des formes de gouvernement de l’école et de gestion d’une entreprise et, d’autre part, une dénonciation de la confusion entre promotion sociale et rentabilité économique.

Une contrainte sans contrepartie

  • 7 Déclarer sa profession à un agent recenseur anonyme ou à l’administration de l’établissement scolai (...)

11Dans les établissements secondaires, le recueil de la profession des responsables de l’élève (père et mère, père seul, mère seule, tuteur, DASS, autre cas) n’est pas uniformisé. En effet, bien qu’une fiche standardisée existe, de nombreux établissements ont conçu une “fiche-maison” plus proche de leur préoccupation et plus économique que celle vendue par les rectorats. Le support sur lequel les parents déclarent leur profession en début d’année n’est donc pas identique d’un établissement à l’autre : soit ils indiquent leur profession en toutes lettres, soit ils procèdent à un auto-codage à partir d’une nomenclature proposée. La précision de la déclaration de profession est une condition nécessaire du codage (mais non suffisante en raison de l’absence de formation du personnel), mais elle n’est pas une information neutre. Au contraire, en tant qu’opération de classement dans un ordre hiérarchisé, elle engage des stratégies de présentation de soi qui varient selon les configurations ; elle témoigne aussi des décalages entre les catégories “savantes” qui structurent la nomenclature et les catégories pratiques à partir desquelles les individus se classent7.

  • 8 Le plus souvent, ces fiches complètes ne sont demandées qu’à l’entrée dans le cycle (sixième et sec (...)
  • 9 Nous prenons le parti de féminiser cette tâche parce que nous n’avons rencontré que des femmes.

12Une fois les déclarations de professions recueillies sur la fiche papier8, elles sont codées dans GEP, le plus souvent par les secrétaires titulaires ou sous contrat CES. Bien que le codage soit un exercice complexe, aucune formation n’est proposée. Lorsque le code est inscrit directement par les parents, la vérification est à la discrétion des codeuses9. Certaines d’entre elles se contentent d’avaliser – « Je ne cherche pas trop, mais je crois qu’ils ne se trompent pas complètement. » (secrétaire d’un établissement technique de province) –, d’autres poussent plus avant le contrôle, comme cette secrétaire en poste depuis de longues années dans un collège d’une commune en périphérie parisienne qui rectifie le codage lorsqu’elle estime qu’il ne correspond pas à la profession déclarée : sans pouvoir le justifier, elle pense que les ouvriers non qualifiés ont tendance à se classer comme ouvriers qualifiés. C’est également à partir des déclarations de nationalité ou de nom à consonance étrangère qu’elle force sa vigilance : par exemple, elle reclasse systématiquement sous l’intitulé “non renseigné” une personne « de nationalité algérienne qui se déclare fonctionnaire ».

13En revanche, lorsque le code n’est pas indiqué, les agents chargés de la saisie sont obligés d’intervenir puisque le logiciel GEP bloque lorsqu’aucun code n’est rentré sous la rubrique “profession”. Dans ce cas, la pratique courante relève d’une économie du “bricolage”, comme, par exemple, de coder “non renseigné” ou « au pif » ! Les secrétaires qui affirment s’informer auprès des parents ou bien chercher dans d’autres documents afin d’obtenir des renseignements sont rares. Le plus souvent, le temps manque pour effectuer des recherches et les agents ne se sentent pas légitimes à interroger les intéressés : « ils vont se dire : de quoi elle se mêle celle-là ! ». Si demander des précisions concernant la profession est perçue par les secrétaires comme une forme de violence, et si elles ont intégré les limites de leur pouvoir en la matière, cela est encore plus vrai en cas d’absence de déclarations (« S’ils n’ont rien mis, c’est soit qu’ils sont au chômage, soit qu’ils ne veulent rien mettre. ») ou en présence de la mention “chômage”. Une secrétaire nous fera d’ailleurs remarquer que la catégorie “chômeur n’ayant jamais travaillé” est particulièrement maladroite, d’une part parce qu’il est impossible de savoir si quelqu’un n’a réellement “jamais travaillé” et, d’autre part, parce qu’elle n’imagine pas le « demander, c’est une indiscrétion ». La solution qu’elle propose exprime une vision qui englobe dans des destins sociaux similaires différentes positions qui s’inscrivent dans un registre précaire d’existence : « il devrait y avoir une rubrique “chômeurs” tout court. Il faudrait y mettre les Rmistes et les CES parce que, même si les seconds sont employés, ils vont être bientôt au chômage, tout ça c’est la même chose ».

14Lorsque les parents indiquent seulement leur profession “en clair”, les secrétaires procèdent au codage à partir d’une liste de trente-deux postes qui apparaît dans quatre fenêtres différentes sur le logiciel GEP. Elles disposent donc d’une liste très simplifiée des PCS, sans regroupement par grandes catégories (agriculteur exploitant, artisan, commerçant, chef d’entreprise, cadre et profession intellectuelle supérieure…) et qui n’offre pas de vue d’ensemble de la nomenclature et de sa logique. D’ailleurs, elles s’arrêtent souvent au premier intitulé visible qui correspond peu ou prou à la profession déclarée. De plus, bien que cette nomenclature se rapproche de celle de l’INSEE, elle n’est pas strictement identique et elle comporte également une option “non renseigné” (99) qui joue pour les secrétaires le rôle d’issue de secours en cas d’absence de déclaration de profession ou d’impossibilité de coder en raison du flou de la déclaration.

15L’encadré suivant reproduit la nomenclature de GEP. Comme on le voit, les intitulés sont tronqués en leur fin en raison de l’étroitesse des fenêtres, ce qui accentue encore la difficulté de l’opération de chiffrement. Nous indiquons entre parenthèses ce qui n’apparaît pas dans la liste.

1ère fenêtre

10 – agriculteur exploitant
21 – artisan
22 – commerçant et assimilé
23 – chef d’entreprise de dix salariés ou (plus)
31 – profession libérale
33 – cadre de la fonction publique
34 – professeur et assimilé
35 – professions information, arts, spect(acles)
37 – cadre adminis.(tratif) et commer.(cial) d’entrepri(se)
38 – ingénieur – (et) cadre techn.(ique) d’entrepri(se)

2ème fenêtre

42 – instituteur et assimilé
43 – profession interm.(édiaire) (de la) santé- (et du) travail so.(cial)
44 – clergé- religieux
45 – profession interm.(édiaire) admi.(nistrative de la) fonct.(ion) publ.(ique)
46 – profession interm.(édiaire) adm.(nistrative) – commerc.(ciale) (des) entr.(eprises)
47 – technicien
48 – contremaître, agent de maîtrise
52 – employ.(é) civil – (et) agent (de) service (de la) fonct.(ion) p.(ublique)
53 – policier et militaire
54 – employé administratif d’entreprise

3ème fenêtre

55 – employé de commerce
56 – person.(nel de) services directs aux particul(ier)
61 – ouvrier qualifié
66 – ouvrier non qualifié
69 – ouvrier agricole

4ème fenêtre

71 – retraité agriculteur exploitant
72 – retraité artisan, commer.(çant), chef entr.(eprise)
73 – retraité cadre, profes.(sion) intermédiair(e)
76 – retraité employé et ouvrier
81 – chômeur n’ayant jamais travaillé
82 – personne sans activité professionne(lle)
99 – non renseigné – inconnu ou sans ob(jet)

Du flou des déclarations aux pratiques aléatoires de codage

16Les remarques faites par les secrétaires sur les problèmes du chiffrement de certains énoncés de profession permettent de mieux comprendre une des difficultés propres à la liste de GEP. Nous pensons notamment à l’une d’entre elles qui, à propos de la déclaration “informaticien”, consulta la liste dans tous les sens et finalement opta pour le code “ingénieur et cadre technique d’entreprise”. L’explication qu’elle nous donna de ces incertitudes de codage renseigne sur une des insuffisances de la nomenclature et de sa présentation dans GEP : « il n’y a pas marqué informaticien, donc je ne sais pas quoi mettre. Il y a plein de professions qu’on ne voit pas sur la liste, donc on met n’importe quoi ». Si l’intitulé indiqué en clair sur la fiche ne correspond pas stricto sensu à un des éléments de la liste GEP, le classement est aléatoire : « on note par ressemblance », disent les secrétaires. Ce système de repérage fonctionne aussi sur des rapprochements, des assimilations, comme par exemple entre le mot “agent” écrit en clair sur la fiche papier et le mot “employé” de la liste GEP (« agent, ça fait penser à employé »). Dans ce cas, il y a de fortes chances pour que le codage soit fait en fonction de la première sous-catégorie “employé” qui apparaît dans l’ordre de déroulement de la liste, soit “employé civil et agent de service de la fonction publique” ; cela d’autant plus que l’intitulé contient le mot “agent”.

17Il semble aussi que, dans de nombreux cas, les secrétaires ne lisent pas totalement les intitulés de la nomenclature et “attrapent” les premiers mots sans retenir les autres : ainsi la déclaration “fonctionnaire” peut-elle être classée sous la rubrique “employé administratif d’entreprise” en raison de l’oubli du dernier terme. De la même manière, la déclaration “chômeur” est le plus souvent codée sous l’intitulé “chômeur n’ayant jamais travaillé”, puisque le mot “chômeur” figure dans l’énoncé. Lorsque nous lui fîmes remarquer qu’il pouvait avoir travaillé auparavant, une des secrétaires nous répondit qu’aucune autre catégorie présente dans la liste GEP ne correspondant, elle n’avait « pas le choix ». Puis elle ajouta : « de toute façon, le codage ça dépend vraiment de celui qui code, chacun fait comme il le sent. On n’a pas la même interprétation pour les professions, c’est très aléatoire ».

18Au manque de temps (« Il faut que ça aille vite, donc on fait appel à ce que l’on connaît. ») et au manque d’intérêt des secrétaires s’ajoute le flou de nombreuses déclarations de profession faites par les parents : « ingénieur au foyer », « sociologue », « Michelin », « assédics », « longue maladie », « collaboratrice », « gestion », « employé d’usine », « la poste », « fonctionnaire », « ECCO travail temporaire », « EDF », « saisonnier », « confection », « agent SNCF », « monteur de téléphone », etc. ; la liste est longue et ressemble à un poème de Prévert. Dans nombre de cas, il est difficile d’être certain du niveau de qualification (diplômes), de la position hiérarchique (cadre…), du statut dans l’emploi (indépendant/salarié) et du secteur d’activité ( privé/public) : lorsqu’il s’agit d’associer ces indices pour attribuer une position socioprofessionnelle à une déclaration (comme l’impose la logique de la nomenclature), l’exercice relève alors davantage de la “divination” que de la rationalité statistique. Face à ces “inclassables”, ceux qui codent n’ont aucun moyen de faire un travail fiable, sauf à prendre des renseignements auprès des parents. Le codage mobilise néanmoins des représentations non explicites, comme, par exemple, la certitude que derrière la déclaration peu précise de “fonctionnaire” se cache vraisemblablement un « simple employé » ; pour preuve, dans le cas contraire « il le dirait, c’est mieux pour lui ». Le choix d’un code plutôt que d’un autre s’appuie aussi sur l’association de mots qui font penser à telle ou telle profession, comme le laisse penser cette secrétaire confrontée à la déclaration floue de “directrice” : « il me vient à l’idée “directrice d’école” [elle cherche dans la liste et conclut], donc en 34 » (professeur et assimilé), dit-elle alors que ce statut, si c’est bien celui dont il s’agit, devrait être codé en “instituteur et assimilé”.

19Les agents interprètent couramment les déclarations des parents et les modifient, notamment celles qui concernent le responsable principal de l’élève. Ainsi, dans le cas où la mère se déclare responsable principal alors que le père (inscrit comme second responsable) porte le même nom de famille, ils inversent l’ordre des responsabilités : « ils ne sont pas divorcés, donc c’est l’homme qui doit être en premier » ; « ce n’est pas la mère qui est responsable, il est chez son père, ça c’est sûr. Son père est poissonnier et je le vois travailler un peu avec son père dans le magasin ». Par ailleurs, alors que la fiche-papier et le logiciel GEP proposent plusieurs modalités d’enregistrement des responsables “père et mère”, “père seul”, “mère seule”, “tuteur”, “DASS”, c’est le code correspondant au choix “père seul” qui est le plus souvent saisi. Les résultats en deviennent surprenants. Par exemple, si l’on considère les statistiques pour la France entière en 1996-97, 42,5 % des élèves sont considérés comme étant sous la responsabilité exclusive du père (Soulié, 2000) ! L’explication réside pour une part dans la configuration technique du logiciel GEP ; elle doit aussi être rapportée aux conditions de travail des agents. En effet, lorsque le code responsable est “père et mère”, GEP exige que l’utilisateur renseigne la profession des deux ; dans le cas où le code correspond à l’intitulé d’un seul responsable, l’information demandée se rapporte en revanche à ce seul individu. N’ayant que peu de temps à consacrer à cette variable, les agents simplifient le travail en tenant compte uniquement du père « parce que c’est le chef de famille ». « Je sais qu’un surveillant tenait à mettre les deux responsables, alors que nous [secrétaires] on n’a pas le temps. » Cette dernière remarque indique que les conditions pratiques de recueil de la variable PCS dépendent aussi de la configuration des rapports de force et des intérêts divergents des différents agents de l’administration scolaire. Le paradoxe évident est que les personnels en charge du codage sont également ceux qui ne s’intéressent aucunement à ces informations.

De quelques interprétations ordinaires de la nomenclature

20Un exercice suscité par nous dans plusieurs établissements auprès des secrétaires consistait à leur faire associer des professions aux intitulés de la nomenclature imposée dans GEP. Elles firent peu de remarques d’ordre général sur les difficultés du classement. En revanche, elles parlèrent plus facilement de leurs incertitudes lorsque nous leur posions des questions précises, questions qui les firent douter de la validité et de la pertinence de certains codes : « … je n’y avais jamais pensé » ; « … maintenant que vous me le dites ». Sous la pression de l’investigation de l’enquêteur, ceux qui effectuaient le travail de saisie étaient, en quelque sorte, mis en demeure de problématiser ce qui était pour eux de l’ordre de l’évidence, ce qui relevait d’une tâche conçue comme mécanique, simple et ne nécessitant pas de vigilance particulière. Cette distance conceptuelle à l’opération de codage la réduit à n’être qu’une activité pratique dont l’intelligibilité ne fait pas l’objet de théorisation : aucun savoir savant ne lui donne sens ; seule la mobilisation d’un sens pratique permet de trouver des solutions, même si elles ne sont pas toujours justes au regard de la logique de la nomenclature.

21Nous présentons les résultats condensés de l’exercice effectué par deux secrétaires d’un collège de province parce que l’essentiel des propos exprimés au cours des diverses enquêtes s’y retrouve.

22En les écoutant débattre de la classification de telle ou telle profession, nous nous sommes aperçus qu’elles avaient déjà discuté entre elles d’un certain nombre de problèmes. Par exemple, elles se rappelaient parfaitement avoir « beaucoup ri » lorsqu’elles avaient dû classer la déclaration “radiesthésiste” : « Comme on ne savait pas on a mis n’importe quoi, en 61 », alors qu’elle aurait dû être classée en “22” (commerçant et assimilé). Le fait d’être chargées de concert du codage leur permettait d’échanger des informations (« lui, son papa je sais qu’il est cadre parce que c’est un collègue du mari de ma collègue » ; « si untel est dans telle usine, c’est qu’il est en 61 ») et de confronter leurs interprétations. En revanche, concernant les déclarations qu’elles estimaient « pas claires » et pour lesquelles elles n’avaient pas de renseignements supplémentaires, elles procédaient comme les autres agents interrogés : elles codaient « n’importe quoi ». Lorsqu’elles ne connaissaient pas une profession, comme par exemple “opérateur PAO”, elles codaient ces “non-identifiés” en “ouvrier qualifié”. Nous nous sommes attachés à rendre compte des grandes tendances qui régulent ou contrarient leurs activités de codage.

Un “métier” ou un “emploi” : une ligne de partage et de classement des positions professionnelles

23La connaissance commune que les agents ont du monde social proche constitue la ressource principale dont ils disposent et dont ils sont sûrs, malgré les distorsions entre leur appréhension des positions, des statuts et des hiérarchies et les exigences qui commandent les constructions savantes des statisticiens d’État.

24Prenons le cas des artisans. Au premier abord, leur classement ne semble pas poser de difficulté : « ce sont toutes les professions à leur compte » qui ont un « métier » (maçon, peintre, plombier, menuisier…), nous dirent les secrétaires. Pourtant, cette apparente transparence du statut (« vous savez, on connaît les familles, les artisans on les fait travailler chez nous, donc on sait qui est artisan ») est contredite par la complexité des classements sociaux d’État qui instaurent des divisions inconnues des agents. Par exemple, le fait que le nombre de salariés différencie l’artisan du chef d’entreprise (au-delà de neuf) est totalement ignoré et aucune indication allant dans ce sens n’est inscrite dans la liste dont les agents disposent pour coder. Finalement, ce qui fait sens ce sont les schèmes d’appréhension communs de la différence entre un métier que l’on peut rattacher à une qualification ancienne et connue et une activité hors salariat : le menuisier, quel que soit le nombre de ses salariés, reste un artisan (un maître-artisan). Le chef d’entreprise, quant à lui (un patron), apparaît comme dépourvu de métier ; il fait travailler des ouvriers qui, eux, en exercent un.

25De fait, sont classés comme ouvriers qualifiés « ceux qui ont une qualification et qui sont salariés chez un artisan ou dans une entreprise : maçon, électricien, plombier, plasturgiste » ; « ils doivent avoir un CAP ou un BEP ». Le diplôme formant à un “métier manuel” apparaît comme le critère légitime de classification et témoigne de la reconnaissance des titres de l’enseignement technique et professionnel. Si bien que les agents ont souvent des problèmes pour classer certains emplois dont ils ignorent s’ils correspondent à des formations : « un palefrenier, où on le met ? Nous on ne sait pas s’il a fait une formation pour ça ». À l’inverse, le travail d’ouvrier non qualifié est directement corrélé « à la chaîne » ou encore « au manœuvre chez un artisan ». L’appréhension de cette catégorie est directement en rapport avec la représentation que les agents ont des différents travaux : ceux qui sont “nobles” sont liés à un métier précis et identifiable qui implique une maîtrise de la fabrication ; les autres ne demandent aucune qualification et consistent simplement à exécuter une tâche simple et répétitive, souvent “sale”. Pour déterminer le classement de déclarations vagues telle qu’“ouvrier d’usine”, les agents s’aident des informations sur le lieu de travail qui figurent sur la fiche papier. Elles sont cependant souvent insuffisantes pour trancher “en toute sécurité”. Dans ce cas, ils les classent dans la catégorie “ouvrier non qualifié”, parce qu’il leur semble plus probable qu’un ouvrier précise qu’il est qualifié – « c’est plus valorisant ». Ainsi la distinction entre travail “noble” et travail “ingrat” s’accompagne-t-elle, parfois explicitement, d’un jugement de valeur sur la “dignité” du travail : « ceux qui ne mettent qu’ouvrier, c’est parce qu’ils ne sont pas qualifiés et qu’ils n’osent pas l’avouer parce que c’est pas très flatteur ».

26De la même manière, la catégorie “commerçant et assimilé” révèle la distance entre les activités qui, dans la représentation des agents, ne relèvent pas d’un “métier” (savoir-faire artisanal comme, par exemple, “libraire” ou “poissonnier”…) et celles qui y sont directement associées (par exemple “cordonnier”). Là encore, la possession d’un “métier”, d’un savoir-faire acquis, détermine le classement ou du moins introduit le doute : « est-ce un artisan ou un commerçant ? », s’interrogèrent les secrétaires à propos d’un cordonnier, avant de le classer dans la catégorie “artisan”, puisque « son premier métier c’est cordonnier, il vend ses fabrications ».

Les trous noirs de la nomenclature : une porte ouverte à l’interprétation

27La nomenclature comporte un certain nombre de non-dits, de termes qui n’évoquent aucun métier, ni aucun statut ; tel est le cas, entre autres, de l’expression “assimilé” accolée à “commerçant”, à “professeur”, à “instituteur”. Lorsqu’il faut faire correspondre cet intitulé à une profession, les pratiques communes consistent à mobiliser son imagination et donc sa perception de l’univers social et des proximités que l’on peut y établir. Mais, bien souvent, les agents chargés du codage avouent ne pas avoir de certitudes quant à ce qu’il convient d’y intégrer : le forain sera “assimilé” au commerçant ; l’éducateur spécialisé [“profession intermédiaire de la santé et du travail social”] et le conseiller principal d’éducation [“instituteur et assimilé”] au professeur ; l’assistante sociale [“profession intermédiaire de la santé et du travail social”] à l’instituteur, etc.

28L’écart entre la logique de classement de la nomenclature INSEE et les catégories ordinaires de division du monde social se remarque également à propos de l’intitulé “intermédiaire”, comme en témoignent les propos d’une secrétaire : « ça veut dire quoi profession intermédiaire ? Je ne vois pas ce qui rentre d’un côté ou de l’autre, surtout qu’il y aussi les cadres ailleurs, les ouvriers aussi, les techniciens aussi [certains intitulés mentionnent explicitement ces termes]. C’est peut-être les secrétaires, oui c’est surtout elles [“employé civil et agent de service de la fonction publique”] ». Le lien entre ce nouveau terme et l’ancien classement sous la catégorie plus connue de “cadre moyen” n’est apparemment pas passé dans l’appréhension ordinaire des hiérarchies socioprofessionnelles : « c’est tout ce qui n’est pas des choses comme médecin, c’est-à-dire ce qui n’est pas spécialisé, dont le nom n’est pas parlant dans une catégorie ».

29Des termes comme “assimilé” ou encore “intermédiaire” n’ont pas de sens explicite pour ceux qui sont chargés de la codification. Par exemple, pour une secrétaire le terme “assimilé” accolé à “professeur” recouvre « tout ce qui est enseignant et tout ce qui concerne les enfants » – ce qui n’est pas le cas. À l’observation, les agents utilisent ces espaces flous comme issues de secours en quelque sorte, lorsqu’ils ne savent pas déterminer les statuts : « ça ne me dit rien du tout. On est soit cadre, soit employé, alors c’est quoi entre les deux ? ».

Catégories savantes versus mots communs

30Peut-on soutenir que le sens d’un mot est univoque ? Certainement pas. Surtout lorsqu’il est le produit de constructions qui font appel à des savoirs et à des usages sociaux différents : ce que les statisticiens d’État désignent sous les termes “entreprise”, “libérale”, “fonction publique”, “administratif”, “cadre”, “employé”, n’a pas immédiatement et systématiquement d’équivalence dans la vision ordinaire du monde social des secrétaires. Donnons quelques exemples.

31L’image sociale la plus souvent évoquée pour décrire une “entreprise” est celle d’une structure de production industrielle, d’une “usine” ; cette vision exclut toute entreprise de “service”. On repère là le poids de notre histoire économique et du paysage productif qu’elle a dessiné dans les représentations spontanées du monde social. On perçoit aussi que les changements ne sont pas intégrés immédiatement et que la mémoire du passé construit la vision de l’ordre socio-économique présent. Ainsi est-il plus difficile d’intégrer au système de classement les statuts et professions qui sont inscrites dans une histoire récente. Leur place est encore incertaine et leur visibilité réduite.

32Dans un registre proche, le terme “administratif” est ambigu : fait-il référence à l’Administration (publique) ou bien au “travail de bureau” dans les entreprises ? Par exemple, la présence simultanée de référence au “bureau” et à l’“usine” dans l’énoncé “cadre administratif et commercial d’entreprise”, contrarie les correspondances spontanées que mobilisent les agents pour coder. Au premier abord, cet intitulé leur semble relever d’une flagrante contradiction entre une activité industrielle où domine la production (usine/privé) et une activité en “col blanc” où prévaut la gestion (bureau/public).

33Plus surprenante encore est la difficulté des secrétaires à identifier les statuts dans la profession et notamment à déterminer si un énoncé de profession correspond à un statut de cadre, d’ouvrier ou d’employé : « est-ce qu’un chef d’équipe, c’est un cadre ? », s’interroge une secrétaire. Si un cadre de la fonction publique est « directeur de... SNCF, ANPE, hôpital », l’image du cadre du secteur privé est beaucoup plus incertaine et fait appel avant tout à la figure de l’ingénieur. Le premier occupe une position d’où il dirige, planifie et gère, le second exerce un “métier” qui permet la production. Cette difficulté du travail de classement tient également au fait qu’une profession peut couvrir plusieurs statuts (ouvrier, profession intermédiaire, cadre) ou plusieurs secteurs d’activité (fonction publique, secteur privé, profession libérale) et qu’elle peut donc être susceptible de classements différents. Les agents de l’armée, de la gendarmerie et de la police ne sont pas tous regroupés sous l’intitulé “policier et militaire”, mais se diluent dans plusieurs catégories en fonction de leur grade. Une infirmière, même exerçant comme libérale, est classée en “profession intermédiaire de santé et du travail social”. Un médecin peut avoir un cabinet (profession libérale), être salarié d’un hôpital, d’une clinique, d’une structure scolaire ou sociale (professeur et assimilé) ou les deux à la fois. Ces différences de statuts au sein d’une même profession ne sont pas simples à percevoir et les appréhender nécessite un large savoir sur l’espace des positions ; mais ce savoir est d’autant plus inégalement réparti entre les agents sociaux qu’ils sont eux-mêmes plus éloignés des positions qu’ils doivent classer.

34Le terme “employé”, qui apparaît dans plusieurs catégories de la nomenclature, est lui aussi relativement mystérieux pour les agents en charge du codage. Il semble désigner pour eux une position : 1) située au-dessus d’ouvrier dans la hiérarchie sociale ; 2) davantage liée à la fonction publique qu’au secteur privé ; 3) plus proche d’un emploi de bureau (“col blanc”) que d’un poste dans la production industrielle (“col bleu”). Ainsi les secrétaires hésitent-elles toujours pour coder un salarié de la fonction publique ou d’une collectivité locale dont l’emploi est assimilable à un statut ouvrier, par exemple un employé municipal travaillant aux espaces verts. La notion d’“employé” est porteuse d’une autre ambiguïté qui rend son usage encore plus complexe : dans l’acception commune, tout travailleur est “employé” quelque part… (« il est employé chez... »), ce qui ne présuppose ni une fonction ni un statut particulier, mais simplement le fait d’occuper un emploi. L’embarras de deux secrétaires ne sachant pas comment coder la déclaration “employée d’usine” traduit cette ambiguïté. Afin de comprendre la différence entre “employée d’usine” et “ouvrière d’usine”, elles mobilisèrent leurs représentations de la division sexuelle du travail : « les femmes sont souvent sur les chaînes ! ». Mais, après réflexions, elles ajoutèrent : « peut-être [que] les employées d’usine c’est plus les secrétaires... c’est pas clair ». Quelque peu “déprimées” par l’exercice, elles conclurent : « comme on ne sait pas, les statistiques sont certainement fausses ! ».

35Ainsi, dans tous les cas, les agents s’appuient sur les représentations “indigènes” des classements sociaux pertinents, sur un ensemble d’indices qui ordonnent l’espace social selon des points de vue particuliers. S’ils puisent dans leur stock personnel d’informations sur l’espace local, ils s’appuient aussi sur leurs représentations de la division du travail, des hiérarchies professionnelles, des métiers “nobles” ou “ingrats” (« certains métiers sont plus valorisants alors qu’ouvrier ça a un côté péjoratif, même qualifié »), des métiers “masculins” ou “féminins”. Ainsi en est-il du fait d’attribuer une place de secrétaire ou d’ouvrière d’usine à une femme qui déclare « divers intérimaire » tout en codant « comme ça, parce qu’on ne peut pas savoir ce qu’elle fait exactement » ; de justifier le code “61” (ouvrier qualifié) attribué à la déclaration, inclassable, “salarié” par le fait que « puisque c’est un monsieur, alors c’est au pif plutôt 61 » ; ou encore de réserver aux femmes le classement “personne sans activité professionnelle” parce qu’il n’est pas pensable qu’un homme soit “chômeur n’ayant jamais travaillé” (« pour une femme c’est plus logique qu’un homme qu’elle n’ait jamais travaillé »). Si les agents justifient parfois leurs choix de classement, ils sont cependant souvent incapables de préciser les raisons qui les ont conduits à assigner tel code à telle profession, en dehors du fait que, faute d’informations suffisantes, le choix de coder « au pif » ou en fonction « d’images personnelles » l’emporte.

Construction personnalisée du monde social

36La production statistique issue du travail de codage “à la base” est largement dépendante des représentations que les agents ont de leur environnement social, représentations en partie appuyées sur le rapport ordinaire qu’ils entretiennent à cet environnement (« vous savez, pour faire ce travail je m’aide beaucoup de ma connaissance de la région ») et ce d’autant plus qu’ils résident la plupart du temps dans la zone de recrutement de leur établissement. Leur référence explicite à ce qu’ils croient savoir sur les parents d’élèves, sur le niveau de qualification requis dans telle entreprise, sur la situation familiale du boucher, sur le statut professionnel du voisin, paraît logique. Les sources d’information sont diverses : la connaissance pratique de la hiérarchie des sections oriente les représentations de l’origine sociale des parents ; la gestion des dossiers de bourse les renforce encore ; les enfants renseignent sur la famille de leurs camarades ; les conjoints sur leurs collègues ; enfin, la rumeur fait et défait des statuts (« on m’a dit qu’il n’avait plus de travail »).

37Ces systèmes implicites d’informations relèvent d’une connaissance ordinaire de l’espace local et des positions sociales qu’on attribue spontanément aux uns et aux autres en organisant des indices comme le lieu de travail, le sexe, la nationalité, par exemple. Connaissances partielles, lacunaires, dont l’exactitude n’est pas garantie dès lors lorsqu’il s’agit de les ajuster à une procédure administrative (et savante) de classification socioprofessionnelle, notamment dans le cas du statut professionnel exact ou de la situation familiale. Il est certain que ces catégories profanes de classement de l’espace social influent d’autant plus sur les pratiques de codage qu’aucune formation n’est dispensée pour mener au mieux cette opération. Aussi l’opération de codage est-elle loin d’être évidente et encore moins neutre : elle enregistre des logiques multiples de classement d’individus dans des catégories. Ces logiques sont moins aléatoires qu’il n’y paraît et, dans tous les cas, elles s’appuient sur des représentations “ordinaires” du monde social et de ses divisions. Elles font appel à des schèmes mentaux intériorisés et à un sens pratique qui structure le classement. En ce sens, elles ne sont ni vraies, ni fausses. En tant que taxinomies profanes, elles sont le produit d’une trajectoire et d’une position sociale données. Lorsqu’elles doivent se plier aux logiques de la taxinomie savante, on enregistre l’écart qui sépare les points de vue dominants et surplombants des statisticiens de l’INSEE, des schèmes non systématisés de perception de la composition et des hiérarchies de l’espace social.

38Dans le cas que nous avons étudié, les produits de la mesure résultent du “métissage” entre une nomenclature savante (cadre imposé de classement) et des schèmes de pensée profanes qui ordonnent le monde social. En cela, les opérations qu’elles supposent – recenser, classer, coder, traiter – enregistrent les visions et les divisions de l’espace des positions et témoignent des enjeux et des luttes qu’elles suscitent. Comme Desrosières et Thévenot (1992) l’ont montré, le découpage socioprofessionnel est à rapporter à la structure des emplois et à la division du travail ; il est aussi étroitement lié aux opérations de représentation d’une société. Plus modestement, nous avons cherché à comprendre ici, non seulement les logiques qui organisent les représentations ordinaires et quasi spontanées de l’ordre social, mais également le sens pratique classificatoire que mobilisent, tout en bas de la chaîne du renseignement statistique, les secrétaires des établissements scolaires. Ces opérations complexes, qui allient bricolage, intuition sociologique, connaissance pratique de l’environnement immédiat, méconnaissance, parfois indifférence, sont aussi soumises aux contraintes propres de l’organisation et de la division du travail administratif dans les structures scolaires. Invisibles, elles composent la part d’ombre de la production des “grands nombres”.

Haut de page

Bibliographie

Briand (J.-P.), 1984, « Sur quelques conséquences des différents emplois du code des catégories professionnelles », Économie et statistique, n° 168, juillet-août, pp. 45-58.

Briand (J.-P.), Chapoulie (J.-M.) & Peretz (H.), 1979, « Les statistiques scolaires comme représentation et comme activité », Revue française de sociologie, vol. XX, n° 4, oct.-nov., pp. 669-702.

Desrosières (A.), 1993, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières (A.) & Thévenot (L.), 1992, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Merllié (D.), 1983, « Une nomenclature et sa mise en œuvre. Les statistiques sur l’origine sociale des étudiants », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 50, nov., pp. 3-47.

Merllié (D.), Proteau (L.) & Soulié (C.) 1997, De la profession du responsable à l’origine sociale des élèves. Étude méthodologique, Paris, DEP, MSH/SCEC, mai, ronéo.

Merllié (D.), 2000, « La confrontation de deux sources d’information sur la catégorie socioprofessionnelle des parents d’élèves », Population, 55e année, n° 1, janv.-fév., pp. 181-188.

Pénombre, 1999, « Les lycées sous le feu de l’évaluation », Première série, volume II, automne, n° 4, http://www.unil.ch/penombre/lg/04_02.htm.

Soulié (C.), 2000, « L’origine sociale des collégiens et des lycéens en France : une analyse des conditions sociales de production de la statistique », Population, 55e année, n° 1, janv.-fév., pp. 169-180.

Thévenot (L.), 1983, « L’économie du codage social », Critiques de l’économie politique, n° 23-24, avril-sept., pp. 188-222.

Haut de page

Notes

* Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge pour sa participation aux traductions des résumés en anglais.

1 Cette enquête a été menée en 1996-97 en France par D. Merllié, L. Proteau & C. Soulié (1997).

2 Il est prévu que ce logiciel, déjà jugé « obsolète » (entretien, chargé de mission DEP, 2004), soit remplacé en 2006 par une application sur le Web. Ce sera également l’occasion de faire évoluer les variables. Toujours à propos de ce logiciel, voir ici même l’article d’Arlette Meunier.

3 On y trouve également des démographes, souvent formés à l’IDUP.

4 Ce système d’information est généralisé dans les établissements secondaires publics depuis 1997 et depuis 2003 dans l’enseignement privé sous contrat. Les éléments recueillis servent d’outils à la Direction centrale pour l’allocation de moyens, l’évaluation, le pilotage et l’analyse du fonctionnement de l’enseignement secondaire.

5 Pour les enquêtes sur des panels, la CNIL autorise la divulgation de l’identifiant de l’élève, ce qui n’est pas le cas au niveau des statistiques nationales sur l’enseignement secondaire.

6 Établi par la Direction de l’évaluation et de la prospective du ministère de l’Éducation nationale. Son directeur d’alors, Claude Thélot, justifie la mise en place de cette évaluation comme le produit d’une « demande sociale extrêmement forte (…) des démocraties », mais aussi comme une politique « équitable » de « distribution des moyens » (in Pénombre, 1999).

7 Déclarer sa profession à un agent recenseur anonyme ou à l’administration de l’établissement scolaire dans lequel son enfant est inscrit n’engage certainement pas les mêmes enjeux en termes d’image sociale.

8 Le plus souvent, ces fiches complètes ne sont demandées qu’à l’entrée dans le cycle (sixième et seconde) et pour les nouveaux élèves entrant en cours de cycle. Les modifications qui sont portées les années suivantes dans le logiciel GEP concernent essentiellement les changements d’adresses, la situation par rapport aux bourses ou encore des informations pédagogiques, comme les options. Si les élèves peuvent théoriquement faire modifier les déclarations de profession, cela n’arrive quasiment jamais – du moins aux dires des secrétaires rencontrées. Pourtant, il serait étonnant que la situation au regard de l’emploi soit stable, pour tous et sur toute la période du cycle d’enseignement secondaire, notamment dans les zones concernées par la précarisation socio-économique.

9 Nous prenons le parti de féminiser cette tâche parce que nous n’avons rencontré que des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Proteau, « Nomenclature savante et classement profane », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 1 | 2005, 267-287.

Référence électronique

Laurence Proteau, « Nomenclature savante et classement profane », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/2004

Haut de page

Auteur

Laurence Proteau

Sociologue, Maître de conférences/Université de Picardie, laboratoires CSE/EHESS et laboratoire SA.SO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org