Navigation – Plan du site
La carte, le terrain, le code

Les ruses de l’intendance administrative. Exemple de la statistique de l’absentéisme scolaire

The “ruses of” school management: the case of school absenteeism statistics in France*
Arlette Meunier
p. 289-309

Résumés

L’analyse de la construction de la statistique scolaire portant sur le phénomène de l’absentéisme en France permet une réflexion sur le processus de construction d’une population dite “à risques” et sur la remise en ordre de l’espace bureaucratique. Les biais observés dans la chaîne statistique qui sont en définitive des “choix” ont permis de révéler les espaces d’autonomie professionnelle au cœur desquels s’exercent les nombreuses tractations qui participent de la construction d’une représentation négociée d’une nouvelle population : les “déscolarisés”. L’observation au quotidien permet de montrer comment la statistique scolaire – qui a pour objet au niveau central d’informer et d’aider à la décision – devient au niveau local un instrument de gestion de l’ordre scolaire et simultanément un indicateur de l’activité des agents qui la produisent. Finalement, la statistique scolaire constitue un espace de jeux et d’enjeux tant pour les agents de l’institution que pour les familles, lesquelles n’ont pas toutes les mêmes capacités à peser dans les “négociations”. La lutte contre la non-fréquentation scolaire, en définitive et de façon subreptice, contribue à renforcer la construction des inégalités scolaires.

Haut de page

Texte intégral

  • * Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge po (...)
  • 1 GEP est un logiciel de gestion des élèves et personnels qui a été mis au point par le Centre des Ét (...)

1Depuis les années quatre-vingt-dix, l’absentéisme scolaire s’est trouvé au centre d’un ensemble de discours alarmistes portant sur la protection de l’enfance, souvent confondue avec la lutte contre la délinquance. Les absentéistes semblent être devenus les boucs émissaires des difficultés que rencontre l’institution scolaire à gérer les flux d’élèves liés à la seconde “explosion scolaire”. Toutefois, pour que l’absentéisme devienne une catégorie de l’action publique, sa mesure s’imposait – plus encore que la publication du phénomène. Il n’est plus à prouver que la mise en chiffres permet l’institutionnalisation d’une population au sens de la statistique d’État. Elle la rend visible et la constitue en groupe cible. C’est en ce sens que la mesure de l’absentéisme s’est imposée à l’Éducation nationale depuis 1992 avec la généralisation d’un système informatisé – un logiciel appelé GEP1 (Gestion des élèves et Personnel) –, uniformisant les pratiques de recensement du phénomène.

  • 2 Telle est la fonction des tableaux de bords et des IPES (Indicateurs pour le Pilotage des Établisse (...)
  • 3 Voir l’article de Laurence Proteau dans ce numéro.

2De fait, la statistique produite par les établissements scolaires construit au quotidien les possibilités de conversion de catégorisations profanes en catégories de politique publique. En même temps, elle tend à naturaliser l’existence d’un phénomène sur lequel le législateur pourra agir2. Un tel travail implique la mobilisation de tous les acteurs du champ administratif éducatif (enseignants, personnels administratifs et médicosociaux). Or, contrairement à la rhétorique conventionnelle du chiffre – emblème de la rigueur et de la précision –, la mise en forme statistique a été tributaire d’une multiplicité d’intervenants aux statuts et compétences très différents. Un tel processus a favorisé des modes de collecte peu homogènes, la mise en œuvre de jugements du sens commun et de pratiques extrêmement diversifiées de la part des agents chargés de faire respecter le règlement de l’établissement (Merllié, Proteau & Soulié, 1997)3. Ces éléments, qui pourraient être considérés comme des défauts techniques et décrédibiliser la fiabilité des résultats obtenus, seront appréhendés ici comme source de sens, comme représentation de certains mondes sociaux. C’est pourquoi les catégories utilisées pour recenser l’absentéisme seront appréhendées comme des descriptions en concept (Le Moigne, Legrand & De Ridder, 1995). On retiendra aussi que la mise en chiffres produit un effet de “condensation” qui favorise le passage immédiat à l’explication et occulte les processus de construction du phénomène objectivé. De fait, cette mise en forme masque plus qu’elle ne dévoile. Par conséquent, elle impose au chercheur un travail de décryptage du processus de naturalisation de l’absentéisme scolaire. C’est la raison pour laquelle nous décrirons ce que nous avons dénommé les “ruses” de l’intendance administrative, étant entendu que ces “ruses” ne sont pas intentionnelles. C’est parce que les agents de l’institution, tout comme les modes de saisie et les instruments utilisés, interagissent et se répondent que se construit un consensus représentationnel autour de la catégorie “absentéiste”. Ainsi se fonde l’idée de son existence par un processus invisibilisé, semblable à une opération magique.

  • 4 L’enquête a porté sur l’ensemble de l’effectif scolaire (657 élèves) d’un collège d’un quartier pér (...)

3L’observation à laquelle nous avons procédé, dans un établissement de ZEP en Picardie4, montre combien le recensement de l’absentéisme, qui est resté arrimé à sa définition juridique originelle et à un mode de comptage particulier (une heure d’absence vaut pour une demi-journée de manquement scolaire), crée des classes d’équivalence paradoxales qui, en définitive, contreviennent aux objectifs de connaissance de la population des absentéistes, donc à la vocation descriptive du recensement. Plus encore, nous verrons comment la catégorie “absentéiste” devient une catégorie de gestion de l’ordre et du désordre scolaire et familial. Plus inattendu, nous découvrirons combien l’enregistrement systématique de l’absence en classe, toutes les heures, permet de re-questionner la définition initiale en faisant surgir une sous-population cachée. Enfin, nous mettrons au jour la disparité des usages du travail de classement institutionnel et ses effets sur les usagers de l’école : les familles.

La mise en forme statistique : visibilité ou invisibilité du désordre scolaire

4La production de la statistique de l’absentéisme se fonde sur l’obligation de fréquentation scolaire et sur le dispositif de contrôle qui l’accompagne. La réglementation et la pénalisation du manquement à l’obligation scolaire ont fort peu évolué depuis leur instauration en 1882 : le signalement s’effectue toujours à partir de quatre demi-journées d’absence injustifiées. En revanche, les agents chargés du contrôle de l’absentéisme scolaire se sont multipliés. Le mode de repérage de l’absence a été affiné. Au départ, une commission municipale entérinait le recensement, effectué par les enseignants, des élèves manquants (Gervais, 1990). Activité à part entière pour les uns, occupation partielle pour les autres, la production d’indicateurs et de résultats chiffrés s’appuie, aujourd’hui, sur une segmentation des tâches qui se décompose en quinze étapes d’enregistrement distinctes, effectuées par des personnels d’une dizaine de statuts professionnels différents, et en huit à dix séquences de repérage temporel quotidien.

Tableau 1: La chaîne statistique et la production du classement

1

Enseignants

Appel des élèves à chaque heure de cours et report des absents sur une fiche.

2

Surveillants et/ou aide éducateurs

Récupération des billets signalant les manquants dès la première heure de cours.

3

Surveillants

Report sur un listing-papier des absents (quatre fois par jour) ; contrôle que certains collèges allègent en cours d’année, faisant passer la procédure de quatre fois à deux fois par jour.

4

Surveillants

Rectification de la liste au fur et à mesure de la fréquentation effective des cours.

5

CPE + surveillants

Signalement téléphonique aux parents de l’absence journalière de leurs enfants (demande de justifications). Selon le collège observé, la marge de responsabilités laissée aux surveillants a été plus ou moins grande pour cette opération.

6

CPE + surveillants

Saisie informatique des motifs d’absence dans gep. Envoi journalier d’une lettre d’information aux parents.

7

CPE

Présélection des ABI (absences injustifiées) supérieures à quatre demi-journées adressées mensuellement à l’Inspection académique (IA).

8

CPE + principaux adjoints + AS parfois infirmière ou médecin scolaire

Discussion et détermination des cas à adresser à l’IA.

9

CPE

Confection et envoi de l’extrait mensuel du registre d’appel à l’IA.

10

Responsable absentéisme IA (secrétaire)

Enregistrement sur une “ fiche blanche ” des absents passibles de la suppression des prestations familiales.

11

Responsable absentéisme IA (secrétaire)-

Tri des cas reçus émanant des établissements avant signalement à la Caisse d’allocation familiale (CAF).

12

AS, conseillère technique de l’Inspecteur d’Académie, responsable du service social départemental

Traitement des absentéistes en danger signalés conjointement par le responsable d’établissement à l’IA et l’assistante sociale de l’établissement (signalement au procureur) sur une “ fiche bleue ” qui matérialise le changement de prise en charge en termes de mesure administrative ou judiciaire. Partenariat avec les assistantes sociales de secteurs et/ou les associations et foyers de prise en charge des enfants en danger.

13

Chef de service affaires générales, responsable absentéisme IA

Avertissement des familles lorsqu’une saisine de la CAF a lieu.

14

Responsables AS-IA

Avertissement des familles lorsque des mesures sociales sont prises.

15

Chef de service affaires générales, responsable absentéisme IA

Traitement des plaintes des familles.

5L’enregistrement des absents journaliers s’accompagne d’une information adressée systématiquement aux parents d’élèves et d’une vérification de la vraisemblance des motifs de justification afin d’établir, sur une base objective, le signalement à l’Inspection académique des familles, qui sont dès lors disqualifiées dans l’exercice de leurs fonctions parentales puisque l’absentéisme est assimilé à une carence éducative.

  • 5 Dans le secondaire, le service de la “Vie scolaire” est plus particulièrement responsable des infor (...)

6Le signalement est effectué par le conseiller principal d’éducation, qui est le responsable du service de la “Vie scolaire” (Soussan, 1988)5. Il est secondé par ceux qui saisissent et codent les informations (les surveillants) et par ceux qui rédigent les procès-verbaux des absents en classe (les enseignants). Il est également aidé par l’assistante sociale et l’infirmière dès lors que l’élève absent est pressenti comme un “enfant en danger”. Chaque agent impliqué dans le recensement de l’absentéisme effectue des tris, interprète des motifs, retravaille le produit élaboré par le niveau hiérarchique précédent dans l’ordre de la chaîne, expulse des candidats au signalement ou, au contraire, cherche à les confondre. La mise en œuvre d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs cristallise ainsi les jugements spontanés déterminés par les habitus et positions de certains agents institutionnels très attentifs à tenir ensemble les registres médico-social et psychologique dans la légitimation de leurs pratiques. Ainsi, on assiste à la conversion de la population d’“absentéistes” en “population à risques” signalée au juge pour enfant et statistiquement matérialisée par des taux et des graphies. Toutefois, l’enregistrement des absents dans le logiciel GEP occulte toute une série de pratiques des agents engagés dans le processus de construction du phénomène incriminé.

7Or, il n’est plus à démontrer que classer et coder sont des pratiques techniques sous-tendues par des arbitrages constants, résolus au jour le jour par toute une série de bricolages internes. De surcroît, le pointage de la présence/ absence des élèves, heure par heure, et ses reports successifs sur une liste, les homonymies, les omissions volontaires ou involontaires des enseignants encouragent la production d’erreurs. Le colportage des données de base de classe en bureau, par les aides-éducateurs ou par les surveillants, fragilise la collecte informationnelle. Enfin, l’exhaustivité et la minutie de la tâche s’accordent mal avec le statut précaire et le manque de professionnalisme de ceux qui se revendiquent étudiants plutôt que “professionnels du contrôle scolaire”. La production de biais successifs fait peser quelques soupçons sur la fiabilité des enregistrements, en dépit du sérieux apporté à la tâche par tous les agents impliqués dans le processus.

8Enfin, l’omission volontaire d’enregistrements dans GEP de certains absents notoires a été expliquée par l’administration scolaire par ce qu’on pourrait décrire comme une forme de mise à l’essai ou de période probatoire, tant de l’élève que des parents. Cette omission d’enregistrement correspond pour partie à ce qui s’apparente à une forme d’assistance moralisée des familles. Dans ce cas, le contrat d’un retour à l’école se substitue à la pénalisation financière que représente la suppression des prestations familiales engendrée par le signalement à la CAF. Une telle interprétation de la règle démontre combien la production de taux et de comparaisons chiffrées intègre déjà toute une série d’interprétations qui réactualisent et transfèrent, dans le champ éducatif, l’éternel débat de l’assistance au “bon” ou “mauvais pauvre”. Ainsi des propos suivants, émis par un responsable d’établissement, qui témoignent d’une conception particulière de l’aide au “bon” ou au “mauvais absent” :

« Pour Sylvia M., on me l’a envoyée pour être enregistrée, mais je ne la signalerai pas à la CAF car cela serait catastrophique pour la famille : ils sont déjà surendettés. Qu’est-ce que vous voulez, on ne va pas en rajouter. La mère fait du repassage à domicile, elle porte le linge chez elle, le soir elle fait des ménages. Qu’est-ce que vous voulez qu’elle puisse surveiller les enfants ? Il y a un petit dernier, je ne sais même pas comment cela se passe à l’école pour lui, et la grande sœur doit le garder ».

9Autre cas, de même nature, évoqué par une conseillère principale d’éducation lors du passage d’un élève convoqué dans son bureau, pour lequel nous demandions pourquoi il ne figurait pas sur la liste des signalés :

« Celui-là, Philippe C., c’est pas la même chose. C’est un pauvre gosse. C’est un enfant dont le père est mort d’un accident de moto au mois de novembre. Depuis, il ne vient plus parce qu’il va sur la tombe de son père. Vous savez, il zone sur le pont où l’accident a eu lieu, on sait où il est. Il zone dans un garage, répare son vélo, et puis il va sur la tombe de son père. Il est gentil, il vient à l’école sans pull, même par grand froid. Ce n’est pas un méchant. Il relève d’un suivi psy, mais pour l’instant on le laisse. On a eu un contact avec la mère, mais vous savez, qu’est-ce qu’elle peut faire ? C’est aussi un cas particulier Donc, on relève l’absence, mais on ne la signale pas à l’Inspection académique pour l’instant ».

10Parfois, la désaffiliation scolaire est entérinée par l’agent, comme l’illustrent les propos d’un des responsables de l’établissement exerçant depuis plusieurs années en ZEP, commentant la liste de certains absentéistes lourds :

« Michael J., qui est toujours absent, c’est la même famille que celui-là. Alors, J. est toujours absent parce que, les quinze premiers jours, il se serait fait racketter, paraît-il, en venant au collège. La maman ne voulait rien nous dire et en fait, je crois que c’est une histoire de vol. Il avait un booster qui venait d’on ne sait où. Il l’aurait peut-être pris à un autre groupe. L’autre groupe se serait vengé ! Enfin, bref, des histoires comme ça... Et là, les parents sont ferrailleurs à L. et il paraît que c’est quand même pas un milieu très... Enfin, le papa sortait de prison au moment du conseil de discipline.
– Est-il venu ?
– Oui, il est venu. On sent très bien que c’est quand même une ambiance très particulière dans la famille.
– C’est-à-dire ?
– C’est-à-dire… Le gamin, qu’est-ce qu’il a comme modèle ? Un papa qui est en prison parce qu’il a commis des délits, je ne sais pas lesquels.
– Mais ce ne sont pas forcément des délits graves ?
– … Oui, sûrement ! Je ne sais pas ! Mais, ça ne fait rien. L’image pour le gamin n’est pas très positive.
– Et la mère, comment se positionne-t-elle au milieu de tout ça ?
– C’est elle qui parle. Le père ne dit pas un mot, mais pas un mot ! Quand on la voit, moi, la première fois, je me suis dit qu’elle avait l’air d’une mère bien et tout ça. Mais je crois qu’elle avait la main leste, et que tout le monde avait la main leste dans la famille et qu’ils tapaient quand même pas mal et donc ils faisaient peur aux enfants. Et au final, le gamin ne va quand même pas à l’école, qu’est ce que vous voulez que je fasse de plus ? »
.

11Enfin, à l’instar de ce que Peneff (1984) a montré à propos de la mise en forme statistique d’une enquête sur l’origine sociale des étudiants, lorsque les codeurs sont embarrassés pour classer les cas considérés comme inclassables, ils les rangent dans une sorte de catégorie-refuge qui, en général, fait disparaître la sous-population en question en tant que catégorie spécifique. Pour preuve, les élèves n’entrant pas dans les catégories préconstruites par le logiciel GEP, de surcroît considérés comme population marginale et comme clientèle perdue pour l’établissement, ne seront pas identifiés par le CPE comme absentéistes à signaler. Les élèves absentéistes dits inclassables comme ceux qui étaient en instance de jugement, en prison préventive ou encore les enfants en situation de garde alternée temporaire lors de dissociation familiale, disparaissent immanquablement des listing ; ainsi se trouve confirmées leur invisibilisation et, dans un même élan, leur “déscolarisation” : « Je ne le déclare pas. On sait qu’il est absent et on sait pourquoi, puisqu’il est en prison. Comment voulez-vous le pénaliser ? N’importe comment, il ne reviendra pas dans l’établissement ».

12Tous ces exemples mettent au jour des absences, non décelables à travers les pourcentages, qui occultent les trajectoires et les processus de désaffiliation scolaire parce que deux modalités seulement sont retenues pour exprimer la réalité : présent/absent. L’investigation quantitative se penche moins sur les causes du phénomène que sur les seuils et les niveaux qu’il est censé atteindre. De plus, la production locale des données chiffrées de l’absentéisme constitue le soutènement nécessaire au travail de comparaison au niveau central. C’est en ce sens que l’interprétation des sous-déclarations de l’absentéisme scolaire obéit à plusieurs logiques croisées.

13Premièrement, au niveau de l’établissement, les CPE et les responsables administratifs se refusent à réduire leur fonction au rôle de gestionnaires de l’ordre scolaire. Ils sont les principaux protagonistes de ces arrangements. La violence qu’impose l’objectivation statistique au travail administratif scolaire provoque des ruptures avec ce qui constitue, pour ces agents, l’essentiel du fondement de leur profession : le pari d’éducabilité. De fait, justifier l’absence de signalement à l’Inspection académique par l’ensemble des compromis précités réintroduit les conditions sociales de l’appropriation du savoir (dimension souvent occultée) dans l’interprétation de la règle. C’est seulement à cette condition qu’une forme de temporisation dans l’application de la norme peut s’installer et permettre l’ancrage d’un nouveau viatique pour l’ensemble des professions éducatives. Négociations et contrats avec les familles et les élèves seraient à mettre au compte de ce qu’on pourrait considérer comme la recherche d’une cohérence “identitaire” et la mise en œuvre d’un procédé de requalification de la profession des CPE et des chefs d’établissement. On se souvient que le décret de 1988 et la circulaire de 2000 leur attribuent de nouvelles missions éducatives, comme la formation à la citoyenneté, la formation des délégués de classe pour les uns, ou encore le suivi des élèves et des familles pour les autres.

14Deuxièmement, au niveau des instances centralisées, ces agents pourraient bien avoir trouvé là une sorte de parade à la mise en concurrence des établissements dans un contexte de décentralisation et d’autonomie. Les “sous-déclarations” sont donc aussi à interpréter comme des tentatives pour sauvegarder des réputations et, simultanément, pour éviter de dégrader le “climat” de l’établissement. Parades paradoxales dès lors que les mêmes sont contraints de produire une image chiffrée cohérente avec l’octroi de moyens et de ressources spécifiques ! Enfin, les pratiques de sous-déclaration manifestent implicitement la mise en œuvre de normes de tolérance nouvelles par rapport au phénomène du manquement scolaire. Pour preuve, certains parcours individualisés de formation proposent, aux élèves trop souvent absents, un contrat de fréquentation sélective des cours visant une réintégration progressive dans l’école. Si le biais de sous-déclaration a été au cœur du constat des pratiques des agents de l’administration scolaire, on a pu remarquer qu’il a été conjugué à la prolifération d’inscription de nouveaux indicateurs dans GEP, étayant ainsi une nouvelle gestion de l’ordre scolaire au quotidien : la tolérance zéro.

Bilan d’une comptabilité biaisée : informatisation et tolérance zéro

15L’informatisation de l’organisation scolaire participe de l’entreprise de modernisation et de rationalisation de la gestion du système éducatif. Elle a été jusqu’alors présentée aux “usagers” comme une amélioration de “l’offre de services”, et à l’administration comme une “aide au pilotage”, à la “bonne gouvernance”. Cependant, l’application de l’informatique à la quantification des absents a favorisé une forme d’inflation du contrôle des élèves. Ainsi, à la place d’un enregistrement unique quotidien, l’informatisation a facilité la saisie de huit séquences temporelles par élève et par jour. Autrement dit, on trouve dans le fichier informatique la trace de la présence en classe pour tous les cours fréquentés dans la journée. De plus, la possibilité d’insérer des indicateurs dans le logiciel GEP a engendré la création d’une série de motifs de plus en plus précis (de dix-neuf à trente). Cette pratique balise essentiellement la mobilité des élèves dans l’établissement : « sèche », « consigne du mercredi », « compétition sportive », « convocation CPE », « mesures conservatoires », « absence en permanence », « absence à la cantine », « stage », etc. À ces motifs se sont ajoutées des références au comportement des familles face à l’absentéisme : « absence pour charter », « absence pour convocation à la police », « convocation chez le juge », « souhait parental injustifié », « rendez-vous chez le psychomotricien », etc. La séparation entre devoir de l’élève et devoir des familles tend ainsi à être abolie.

  • 6 Les indicateurs d’absentéisme inclus dans le logiciel GEP sont en principe restreints à l’enregistr (...)

16Cette pléthore d’indicateurs assimilée à une forme de précision et de rigueur professionnelle par les agents impliqués dans le processus d’enregistrement induit paradoxalement un effet inverse à celui attendu. En effet, le logiciel GEP ne fonctionnant que sur la base de catégories exclusives – présent/absent, absence justifiée/absence non justifiée –, il régularise toute situation d’élève dès lors qu’un motif est enregistré, quel qu’en soit le contenu. Le logiciel évacue donc certains élèves de la liste des élèves à signaler parce que certains items auront été renseignés même si l’information consiste à qualifier l’élève d’absent pour « école buissonnière » ou pour « motif non valable ». Par conséquent, le mode de recensement informatisé de l’absentéisme, s’il permet d’accréditer l’idée de rationalisation et de productivité dans la gestion de l’administration scolaire, introduit des biais notables, voire des erreurs manifestes dans la statistique officielle. De surcroît, cette multiplication d’indicateurs favorise la tendance à la surestimation du phénomène et contribue à ériger en stigmates les pratiques banales comme le retard, l’absentéisme perlé sélectif, les déplacements à l’infirmerie ou chez le CPE, voire l’exclusion de cours. Compte tenu des motifs allégués, l’institution pourrait même en venir à pénaliser une série d’absences légales comme celles qui sont occasionnées par les stages ou les compétitions sportives organisées sur le temps scolaire ! Ce mode d’enregistrement, du fait de la multiplication des indicateurs, déplace l’intérêt des agents, de l’absentéisme vers le contrôle des déviances à l’intérieur de l’établissement, et contribue à la conversion d’une faute légère en faute lourde du simple fait de l’informatisation. Cette dernière démultiplie la puissance du panopticon moderne que constitue le service de la Vie scolaire. Chaque motif, créé au gré de l’opérateur de saisie, devient un indicateur au même titre que les indicateurs “légaux” inscrits initialement dans GEP et limités à huit6. Ce faisant, l’informatisation, non seulement favorise l’inscription et la délimitation des nouveaux contours des pratiques illégales dans l’enceinte de l’école, mais semble aussi répondre à la circulaire du 11 juillet 2000 (N° 105) qui considère qu’aucun comportement ne peut être réprimé s’il n’a pas été interdit (Merle, 2003). Aussi, l’introduction “sauvage” de la codification de ces pratiques ordinaires, dans le logiciel GEP, participerait de façon implicite à l’élaboration de nouvelles normes du comportement scolaire dans un contexte d’autonomie des établissements où chaque agent et chaque élève serait comptable de ses actes auprès du chef d’établissement. À cette étape de l’analyse, on remarquera que l’informatisation du recensement de l’absentéisme sert moins des objectifs de mesure du phénomène que de gestion interne de la paix scolaire, voire de construction de nouvelles représentations de ce que serait la “déviance scolaire”. L’attention focalisée sur les déambulations interdites cherche moins à compter les absents de la classe qu’à mettre en œuvre la théorie de la “prévention” de la « vitre cassée » élaborée dès les années quatre-vingt par deux criminologues américains, J. Wilson et G. Kelling (Wacquant, 1999), selon lesquels il existerait un continuum entre la grande violence criminelle, la petite délinquance et les incivilités que seule une vigilance renforcée pourrait circonscrire. Il s’agirait donc d’intervenir à la moindre manifestation de désordre pour endiguer, avec l’appui de l’informatique, l’infernale spirale de la délinquance urbaine. De la même façon aujourd’hui, l’enregistrement de tous les délits mineurs, dont l’absentéisme, participe de la mise en place d’une politique de la tolérance zéro dans les établissements scolaires.

17Par ailleurs, de telles pratiques préfigurent la judiciarisation des punitions et sanctions scolaires. Ainsi un responsable administratif attentif aux nouvelles réglementations notait-il :

« Aujourd’hui, un conseil de discipline, ça ne se convoque pas comme ça, c’est comme un petit tribunal. Les parents sont prévenus et peuvent assister. Il y en a même qui viennent avec un avocat. Et puis, on fait des dossiers, et grâce à l’informatisation, l’élève ne peut pas dire que tel jour il n’était pas là, ce n’est pas vrai. On a toutes les preuves. D’abord, les parents sont prévenus le jour même ».

18Un autre biais réside dans le mode de calcul de l’absentéisme qui prend comme étalon la demi-journée, quel que soit le temps passé hors de la classe ou de l’établissement. Une telle convention introduit une surestimation du phénomène. Elle favorise un sentiment d’injustice puisqu’un élève manquant une heure de cours se voit taxé d’une demi-journée de manquement à l’obligation scolaire. De plus, ce procédé occulte l’absence d’homogénéité des pratiques de la population dite “absentéiste”, comme le montre le tableau suivant. Ce tableau a été reconstruit à partir des feuilles de recensement des élèves à signaler, en prenant comme unité de calcul non plus la demi-journée, mais le temps réel, soit l’heure.

Tableau 2 : Comparaison de la distribution des pénalités par heures et par demi-journées d’absentéisme

Élève

Demi-journée d’absence

Demi-journée
non justifiée

Nombre d’heures manquées

Robin

15

11

17

Gaétan

16

11

61

Sophie

15

4

27

(Extrait du traitement de l’absentéisme, mois de septembre 2001, logiciel GEP)

19On remarque que quatre demi-journées manquées peuvent ainsi être mises en équivalence avec une semaine d’absence injustifiée. La statistique administrative, essentiellement construite pour légitimer la pénalisation, se révèle donc inadaptée pour procurer du sens et des solutions d’ordre pédagogique en ce qui concerne l’appropriation des savoirs. La surestimation comptable ainsi que le resserrement du maillage induisent un sentiment d’injustice chez certains élèves et chez les parents pénalisés qui, de plus en plus souvent, portent un recours devant l’Inspection académique. Insatisfaction qui d’ailleurs n’est pas ignorée des agents centraux puisque l’un d’eux a été jusqu’à évoquer une parade fictive : « Il suffirait qu’ils [les élèves] manquent seulement trois demi-journées par mois pour ne jamais avoir à justifier leurs absences, mais ils n’ont pas compris cela… ». À ce titre, tout se passe comme si cet agent de l’institution visait à minimiser les effets des signalements en les assimilant à une défection contractuelle entre deux partenaires équivalents : instance éducative et famille. Or, il n’est plus à prouver combien cette représentation occulte un partenariat inégal, surtout lorsque l’on sait que les familles signalées à l’Inspection académique sont celles qui sont les moins capables de jouer avec les règles du système (infra).

20Ainsi, le mode de calcul de l’absentéisme et sa sophistication informatique comportent une forme d’iniquité. Ils prêtent immanquablement le flanc à la protestation dans la mesure où ils apparaissent comme les indicateurs d’un resserrement du contrôle. L’informatisation paraît déviée de son objectif premier, tandis que le suivi des élèves “à risque” conduit à la mobilisation de nouveaux agents relevant plutôt d’institutions de coercition que d’éducation, comme l’attestent la mise en place d’une charte entre le rectorat et la justice et le partenariat avec la police ou la collaboration avec les associations de prévention.

21S’il est vrai que les élèves s’absentent et s’installent dans un statut d’illégalité, le manquement à l’obligation scolaire ne saurait être imputable à l’unique responsabilité de l’élève. De fait, l’absentéisme procède d’une sorte de déviance collective où de nombreux autres agents sont impliqués. À l’instar de ce que Becker (1985) a pu observer chez les groupes considérés comme déviants, il existe bien une dimension collective de l’absentéisme qui, pour se réaliser, nécessite la coopération déclarée ou tacite d’un grand nombre de personnes, voire la “participation” de ceux qui le réprouvent. Ainsi en est-il d’une forme d’absentéisme larvé que la statistique officielle ne prend pas en compte, mais que l’usage de l’instrument informatique a permis de mettre au jour : l’exclusion de cours.

“L’absentéisme invisible” : les exclus de cours par les professeurs

22La décomposition en indicateurs qualitatifs créés au quotidien par les agents chargés de l’enregistrement de l’absentéisme a permis, entre autres, de rendre visible l’absentéisme provoqué par l’institution. Une telle analyse ne relève pas de la demande institutionnelle officielle limitée dans ses objectifs déclarés au recensement de l’absentéisme volontaire des élèves. Nonobstant, le traitement informatisé de l’absentéisme, facilitant les croisements de variables, dévoile certaines pratiques réprouvées par l’administration scolaire. Si les motifs allégués pour justifier l’absentéisme sont toujours susceptibles d’être remis en cause parce que difficilement contrôlables, tels que « absence pour maladie sans certificat médical » ou « absence pour raisons familiales », en revanche, les items « exclusion de cours », « exclusion à la journée » ou « exclusion de l’établissement », ne souffrent pas d’ambiguïté. Aussi, selon GEP, l’enregistrement systématique du volume de cours non fréquentés à la suite de ces sanctions fait apparaître un nombre assez important d’heures d’absentéisme imputable au fonctionnement interne de l’établissement. Il s’est élevé à six cent cinquante heures, sur une demi-année, pour deux cent treize élèves exclus recensés, soit 28 % de l’effectif global du collège. Plus de 15 % des élèves exclus auraient passé individuellement entre six et dix-neuf heures hors des salles de classe. Cet “absentéisme provoqué” recouvre certaines régularités : les élèves exclus de cours le sont surtout pendant la dernière tranche horaire de la matinée et la première tranche horaire de l’après-midi. Cette scansion ne saurait s’expliquer par certaines théories des apprentissages assujettissant l’attention des élèves à leur horloge biologique. Car tenter de rendre compte des exclusions de cours par la perte de vigilance des élèves omet de dissocier, dans l’appréhension du temps, ce qui est social de ce qui est instinctif, naturel et biologique (Rochex, 1993). En effet, l’exclusion peut être interprétée tout autant comme la réponse à l’expression d’un rapport de résistance et de rejet du savoir scolaire par l’élève, que comme une condition de travail perçue comme ingérable par l’enseignant. Ce sont donc autant les élèves que les enseignants qui sont en cause dans les exclusions de classe. La recherche des régularités de l’exclusion de cours n’a pas permis de faire des hypothèses sur les jours noirs des enseignants. Toutefois, la stabilité du nombre d’exclus par niveau de classe pose implicitement la question des conditions de travail en cours : c’est en effet la moitié environ des élèves des classes de troisième et de quatrième qui ont été exclus par alternance et qui ont été régulièrement accueillis en permanence dans le service de la Vie scolaire.

23La comparaison de cette sous-population d’absents renvoyés des cours avec celle des absents signalés à l’Inspection académique fait apparaître que la moitié de ces derniers a été pénalisée par expulsion des cours. Même si ces élèves ne représentent qu’une petite partie de la population des exclus de la classe, il reste que plus de la moitié des signalés cumule le double handicap de la non-fréquentation volontaire et de l’exclusion interne. Certes, un tel constat ne suffit pas pour imputer la démotivation scolaire des élèves à cette pratique, puisque l’on sait que les manquements volontaires sont largement supérieurs à ceux qui sont produits par l’exclusion. On peut cependant penser que ce mode de gestion du désordre scolaire surdétermine le statut d’exclus de certains élèves.

24En définitive, la comptabilité pragmatique inventée par l’administration centrale, à partir d’une codification du quotidien scolaire, montre les limites d’une statistique administrative trop assujettie à la définition juridique de l’absentéisme. En revanche, la codification à partir d’indicateurs qualitatifs produits par l’établissement serait censée mieux rendre compte du processus de désaffiliation de l’institution tout en montrant qu’il existe un usage stratégique de la statistique scolaire dans les enjeux de pouvoir entre les différents corps professionnels du champ éducatif. Concrètement, ce sont les producteurs de la statistique scolaire, les CPE – qui refusent d’être cantonnés par les enseignants au “sale boulot” de gestion de l’ordre scolaire –, qui ont permis le dévoilement de pratiques systématiques qu’ils réprouvent. Ce faisant, non seulement ils rappellent aux enseignants, qui leur reprochent un certain laxisme dans l’interprétation des réglementations, l’interdépendance des missions éducatives, mais ils contestent aussi, à leur façon, le monopole pédagogique qu’ils représentent. De fait, en dénonçant les usages et dérives des sanctions appliquées par les enseignants qui contreviennent aux représentations de l’éthos professionnel des pédagogues, les CPE témoignent qu’il faudra compter avec eux. En élargissant la définition vers un absentéisme institutionnel lié à la condition d’« exclus de l’intérieur » (Bourdieu & Champagne, 1993), ils se revendiquent comme des éducateurs à part entière et invitent à une redéfinition des rôles et des représentations.

25Au final, la procédure d’enregistrement choisie a permis de faire surgir une forme d’usage “politique” de la statistique entre corps professionnels qui s’affrontent. Certes, le corps professoral pèse sur les chefs d’établissement pour ménager ses conditions de travail par l’exclusion de certains élèves ; il est néanmoins soumis à un formidable instrument de contrôle de ses pratiques. En effet, le cadre rénové de l’autonomie des établissements confère à leurs responsables des pouvoirs nouveaux en matière de gestion des ressources humaines. Ainsi, la statistique de l’absentéisme et son informatisation, d’objet de recherche visant à circonscrire une cible de l’action publique, s’est transformée en moyen de contrôle de l’activité des agents. Par conséquent, la mise au jour de cet ensemble de pratiques montre combien l’usage des indicateurs de l’absentéisme prend des connotations différentes. Tour à tour, ce sont :

  • des indicateurs d’information pour l’administration centrale redéfinissant ainsi les catégories des politiques publiques ;

  • des indicateurs de gestion du désordre scolaire visant la mise en place de dispositifs de pacification dans l’établissement et hors de l’établissement ;

  • des indicateurs d’évaluation des enseignants.

Absentéisme mode d’emploi : les pratiques familiales

26Si les biais font peser une sorte de suspicion sur l’interprétation des mesures de l’absentéisme, il n’en demeure pas moins que le contrôle de l’absentéisme, étayé par la puissance de l’outil informatique, permet à l’administration scolaire de faire à tout moment l’état des lieux de la situation des absences en classe. L’observation fine des fichiers de recensement et des motifs (sans préjuger de leur pertinence) renseigne sur les stratégies familiales mises en place pour échapper à la pénalisation et au signalement. Face à cet exercice, toutes les familles ne sont pas à égalité, même si toutes sont concernées par la justification du manquement à l’obligation scolaire. En effet, le recensement des absents fait apparaître que la quasi-totalité des élèves participe du phénomène puisque, sur un effectif total de six cent cinquante sept, cinq cent quatre vingt dix neuf ont été absents de façon variable. Parmi cette population d’absentéistes, tous critères confondus, cent dix neuf ont présenté plus de quatre demi-journées injustifiées, mais seulement trente cinq furent déclarés à l’Inspection académique. La population “à risque” porte théoriquement sur 18 % des collégiens, mais, au final, seulement 5 % d’entre eux sont pris dans le dispositif de contrôle et de prévention. Ce sous-signalement exprime sans doute que le critère des quatre demi-journées injustifiées ne constitue plus un indicateur valide pour qualifier l’élève de déviant à la règle. Une norme pratique viendrait contredire la norme légale, matérialisant l’espace de tolérance dans lequel s’infiltrent les variations dans les pratiques de signalement. En témoigne par exemple la comparaison, selon des critères implicites, entre deux sous-populations : la population des signalés à l’Inspection académique et la population passible de signalement, alors qu’elle n’est pas répertoriée.

27Il est d’abord apparu qu’au sein de la population signalée à l’Inspection académique se trouvent 100 % des élèves qui enregistrent plus de trente demi-journées d’absence, mais seulement 75 % de ceux qui affichent entre seize et vingt-neuf demi-journées, un quart de ceux qui ont été absents entre neuf et quinze demi-journées, et seulement 15 % de ceux qui ne totalisent que quatre à huit demi-journées. La sous-population des absentéistes pénalisés se distinguerait donc par un déplacement de la norme réglementaire vers le haut. La différence de traitement entre les deux sous-populations (absentéistes signalés/absentéistes passibles d’une pénalisation mais non signalés) fait apparaître une tolérance à l’absentéisme puisque l’application de la loi ne devient prégnante qu’au-delà de quinze journées injustifiées. Par conséquent, seuls les trente-cinq élèves déclarés à l’Inspection académique représenteraient les collégiens en danger ou en situation de pré-déscolarisation, encourant soit une pénalisation par la CAF, soit une prise en charge sociale et ou judiciaire. Ceux qui ne relèvent pas de ces mesures mais qui présentent un quotient semblable d’absentéisme injustifié constitueraient une sorte de “réserve” d’enfants potentiellement en danger. Ils seraient ce que d’aucuns qualifient de “population à risques”, mais que l’institution tolèrerait et traiterait à l’interne dans l’attente qu’ils se révèlent concrètement en danger ! Sans entrer dans une série d’hypothèses sur les tenants et aboutissants de ces sous-déclarations, on peut néanmoins évoquer l’effet démoralisant, tant sur le personnel que sur les élèves, qu’aurait un classement des établissements en fonction des taux d’absentéisme résultant d’une prise en compte des absentéistes sans aménagement des critères légaux. Il y aurait donc des signalements qui prémunissent l’établissement de la judiciarisation des problèmes d’absentéisme et favorisent la paix sociale, sans pour autant révéler une photographie véritable du phénomène sur la base du principe de précaution !

28L’analyse des origines sociales des élèves absentéistes signalés et absentéistes non signalés n’a pas permis de dégager des caractéristiques spécifiques permettant de distinguer les deux sous-populations. L’homogénéité sociale des deux groupes et la saisie aléatoire des catégories socioprofessionnelles par l’enquête administrative effectuée lors de l’inscription des élèves dans l’établissement rendent difficile toute inférence appliquée aux effets de cette variable sur la discrimination des deux groupes. L’indicateur de structure de la famille, qui a été largement utilisé pour caractériser “les familles à risques” par les agents du contrôle de l’absentéisme, n’a pas non plus permis de justifier des différences notables entre les deux sous-populations. Le concept de “monoparentalité” est problématique (Lefaucheur, 1994). Le fait que 70 % de la sous-population absentéiste vivent avec un seul de leur parent ne prend sens que si l’on admet qu’un tel état de fait renforce la précarisation économique et la marginalisation sociale de groupes déjà défavorisés. La mise à distance de l’école par ces acteurs sociaux fait partie de la mise à distance globale des institutions par les populations marginalisées, que ce soit vis-à-vis de la police, de la santé, ou des institutions éducatives en général.

29Toutefois, la sous-population des enfants signalés se distingue des non-signalés passibles de signalement par l’usage des motifs de justification de l’absentéisme. Nous avons décomposé ces motifs en deux dimensions significatives. L’une porte sur la socialisation scolaire, regroupant les motifs centrés sur des retards, des exclusions de cours, sur l’utilisation de l’infirmerie pour “souffler”. L’autre se focalise sur la socialisation familiale qui serait prédictive du manquement à l’obligation scolaire par une série de motifs légaux peu contrôlables par l’institution (rendez-vous médical, maladie sans certificat médical, événement familial exceptionnel, etc.). La différence fondamentale entre les deux sous-populations d’absentéistes signalés et non-signalés réside dans une posture de coupure quasi-radicale vis-à-vis de l’institution scolaire. Les familles des enfants signalés à l’Inspection académique justifient moins l’absentéisme de leurs enfants que les autres. Les premières ont répondu aux requêtes postales de l’administration scolaire dans 36 % des cas, contre 55 % des cas pour les secondes. Les deux sous-populations se rejoignent en matière d’utilisation du certificat médical. Ce motif pèse du même poids pour l’une comme pour l’autre population, tout en restant bien inférieur au taux moyen d’utilisation du même justificatif pour l’ensemble des élèves. Néanmoins, on ne retrouve pas la similitude de comportement en ce qui concerne le jeu stratégique de mise à distance de l’institution à moindres frais (rendez-vous médical, raison familiale, maladie sans certificat médical). Une sous-population joue sur les limites du système en utilisant tous les motifs légitimes à sa disposition ; bien que faiblement dotée socio-économiquement et culturellement, elle sait se mettre en règle avec l’institution. L’autre, celle des familles signalées, socialement désaffiliées, à faible capital culturel, endosse tous les stigmates des populations fragilisées soit par le veuvage, soit par les handicaps physiques ou mentaux, soit par une mise à l’écart de la société du fait de l’emprisonnement ou de pratiques addictives, et dégage peu de ressources pour se mettre en règle avec l’administration scolaire. Cette distance à l’institution devrait être mise en rapport avec le peu de maîtrise de l’écrit des responsables de famille, mais aussi avec la faible connaissance de leurs droits en tant que parents d’élèves. Cette connaissance permet souvent de légaliser a posteriori des pratiques illégitimes, mais elle nécessite une maîtrise de l’espace des justifications acceptables.

30L’analyse des arguments qui réfèrent à la socialisation scolaire atteste que les élèves “absentéistes lourds”, tout comme les absentéistes non-signalés, se comportent sensiblement de la même façon dans leur mise à distance de la “consommation scolaire”. Ils sont tout autant exclus de cours ; ils sont quasiment autant en retard le matin ; enfin, ils fréquentent tout autant l’infirmerie. En revanche, la différence est patente sur le plan des pratiques familiales. On remarque en effet, de la part des parents des enfants non-signalés mais absentéistes passibles de pénalités, l’utilisation de motifs d’absences fort peu contrôlables, comme par exemple « raisons familiales » et « maladie sans certificat médical ». De fait, ce sont les familles des enfants non-signalés à l’Inspection académique qui utilisent le plus l’ensemble des arguments légaux, dont on sait qu’ils permettent de se mettre en règle en jouant avec les limites du système. Toutefois, seule l’analyse qualitative des trajectoires d’élèves permettrait de comprendre le paradoxe qui veut que l’institution scolaire pénalise les familles les plus démunies socialement, alors que leurs enfants n’apparaissent ni comme les plus perturbateurs, ni comme les plus déviants, tout au moins à travers les indicateurs de GEP.

31L’absentéisme est érigé en infraction collective de l’enfant et de sa famille, comme le montrent les multiples mesures préconisées pour résorber le phénomène (amende au responsable légal, peine de prison à tous ceux qui encouragent de telles pratiques, famille et employeur). D’ailleurs, sa nouvelle désignation, « manquement à l’obligation scolaire », centre le regard non plus sur l’individu mais sur l’infraction. Cette terminologie ne permet plus la dissociation entre le comportement global de l’élève et celui de sa famille. Un tel procédé d’invisibilisation de l’acteur-élève, de déconnection de l’action de son protagoniste (l’absent), facilite ainsi l’interpellation des parents d’élèves. Le manquement à l’obligation scolaire renvoie plus au devoir parental qu’au métier d’élève.

Conclusion

32À chaque étape de la construction de la population des absents, les agents institutionnels contribuent moins à quantifier le phénomène qu’à fabriquer de nouvelles représentations de l’absentéisme scolaire, accréditant ainsi non seulement son existence, mais également sa croissance. L’étude de la mise en œuvre de la statistique scolaire fait apparaître certaines tensions dans l’usage bureaucratique de l’instrument. En effet, le travail de recensement et de classification des élèves, qui se veut une pratique rigoureuse, se heurte, tout au long du processus d’enregistrement, à l’incommensurabilité des pratiques d’absentéisme et à l’usage qu’en font les acteurs. Aussi, c’est une statistique paradoxale qui se dévoile à l’analyse, contrairement à la représentation que tente d’en donner la figure du chiffre, des taux, des scores.

33Si un tel usage de l’informatisation de l’organisation scolaire a le mérite d’enrichir la définition de l’absentéisme et permet de réinterroger les représentations du phénomène (trop liées au volontarisme des élèves et de leur famille), la veille statistique préconisée par l’administration centrale accuse certaines dérives lorsqu’elle se transforme en évaluation larvée de l’offre scolaire et qu’elle autorise la mise en place de la tolérance zéro ! Dans ce dévoiement de l’usage officiel, la statistique administrative nous apprend autant sur les conditions d’exercice de la transmission du savoir et sur les modes de régulation interne que sur l’absentéisme des élèves. On retiendra aussi qu’un certain nombre de biais sont avant tout arrimés aux populations désaffiliées.

34En définitive, les multiples espaces de jeu ne sont possibles que sur la base d’un consensus dans l’établissement. Si certains agents chargés du contrôle de l’absentéisme semblent avoir intériorisé une éthique tempérée de l’abstention de signalement et refusé d’endosser un rôle coercitif contrevenant à leur “mission éducative”, paradoxalement – et dans le même temps – ils ont détourné l’usage de l’informatisation de l’absentéisme en panoptique du comportement déviant à l’intérieur de l’établissement. C’est en ce sens que les biais statistiques de l’absentéisme ne sauraient être décodés comme des insuffisances méthodologiques. La mesure de l’absentéisme ne saurait donc se réduire au simple recensement d’un phénomène objectif, mais consisterait en un travail de construction de la “déviance” supposée d’un certain nombre d’élèves. Cette construction est aussi le résultat, comme nous l’avons montré pour les CPE et les enseignants, des rapports entre les différents corps professionnels qui interviennent dans les établissements et dont les intérêts ne sont pas identiques.

35Plus encore, on ne peut occulter le fait que la mise au jour d’une population de “déscolarisés”, dont les absentéistes seraient la version embryonnaire, devient l’enjeu d’une expertise naissante (Proteau, 2003). L’instrument statistique, en construisant des frontières entre travailleurs scolaires réguliers, travailleurs scolaires irréguliers et “enfants en danger”, à l’intérieur de l’école, constitue des clientèles ciblées pour les dispositifs spécifiques de protection de l’enfance. Ainsi, à côté des structures éducatives traditionnelles, des filières de relégation et des dispositifs comme les classes relais revendiquent de plus en plus une place légitime dans le champ éducatif. La mise en ordre qu’opère la statistique administrative vise la neutralisation des conflits entre l’administration et les familles par le recours à une réalité chiffrée qui se présente comme peu contestable, en dépit d’un usage interne paradoxal. En mettant l’accent sur l’existence et le poids des “populations à risques”, elle légitime aussi la réorientation des politiques publiques envers les jeunes dans le sens de la prévention, domaine dont seraient tenus pour responsables essentiellement les parents, tenant ainsi à l’écart les professionnels de l’enseignement définitivement installés dans leur rôle de transmetteurs de savoir.

36Pour conclure, s’il y a un intérêt au déplacement de l’objet déscolarisation vers une analyse des pratiques administratives c’est moins dans ce qu’il laisse accroire comme visée – l’amélioration du système – que dans la recherche du sens des transformations engagées. Ces transformations s’étendent de l’identification des enjeux nouveaux de la production d’une science pratique au sein de la réorganisation des prérogatives de l’État dans le cadre de la décentralisation, à la marchandisation des savoirs, voire même à la “déscolarisation de l’école” ! Ce processus subreptice devient le pendant incontournable du renforcement du contrôle des populations dites “à risques”. Il s’élabore sur la base du principe de précaution, jamais énoncé mais toujours présent, et contribue à la pénalisation de plus en plus grande des populations marginalisées. C’est bien en ce sens que le concept occulte autant qu’il dévoile.

Haut de page

Bibliographie

Becker (H.-S.), 1885, Outsiders, Paris, Métailié.

Bourdieu (P.),& Champagne (P.), 1993, « Les exclus de l’intérieur », in P. Bourdieu, dir., La Misère du Monde, Paris, Seuil, pp. 597-603.

De Queiroz (J.-M.), 2000, « Les remaniements de la “séparation scolaire” », Revue française de pédagogie, n° 133, oct.-nov., pp. 37-48.

Gervais (M.), 1990, « L’obligation scolaire au fil des lois 1882-1989 », Pour, n° 124, pp. 23-29.

Le Moigne (P.), Legrand (C.) & De Ridder (G.), 1995, « Le récit statistique de l’exclusion », Lien social et Politique, RIAC, n° 34, automne, pp. 141-149.

Lefaucheur (N.), 1994, « “Familles à risques” et “risques familiaux” : petite généalogie de la “protection sociale” des familles monoparentales en France », in A.-M. Guillemard, J. Lewis, S. Ringen & R. Salais, Comparer les systèmes de protection sociale en Europe, Rencontres d’Oxford, MIRE, vol. 1, pp. 449-471.

Martin (J.-C.) & Baril (R.), 1995, « L’exclusion comme effet de trajectoire administrative et de cheminement individuel », Lien social et Politiques, RIAC, n° 4, automne pp. 131-140.

Merle (P.), 2003, « Les nouveaux règlements intérieurs des établissements scolaires », in G. Hénaff & P. Merle, dir., Le Droit et l’école, de la règle aux pratiques, Rennes, PUR, pp. 235-253.

Merllié (D.), Proteau (L.), & Soulié (C.), 1997, De la profession du responsable à l’origine sociale des élèves. Étude méthodologique, Paris, DEP, MSH/CSES, mai, ronéo.

Peneff (J.), 1984, « La fabrication statistique ou le métier du père », Sociologie du travail, n° 2, pp. 195-211.

Proteau (L.), 2003, « L’invention d’une nouvelle catégorie de classement et d’action : la “déscolarisation”, ses spécialistes et ses dispositifs », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 2, sept., pp. 99-122.

Rochex (J.-Y.), 1993, « Des rythmes au contrat ou la mystification du sujet », Bulletin du G.F.E.N. Normandie-Centre, pp. 34-41.

Soussan (M.), 1988, « Vie scolaire ; une approche socio-historique », Revue française de pédagogie, n° 83, pp. 39-50.

Wacquant (L.), 1999, Les prisons de la misère, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

Haut de page

Notes

* Nous remercions Steve Brown pour la relecture des textes en anglais, ainsi que Jacques Delaforge pour sa participation aux traductions des résumés en anglais.

1 GEP est un logiciel de gestion des élèves et personnels qui a été mis au point par le Centre des Études et Réalisations Informatiques de l’Académie de Grenoble (CERIAG). Son lancement a eu lieu en 1992/93. La base élèves de GEP sert à calculer les indicateurs présents dans IPES (Indicateurs pour le Pilotage des Établissements du Second degré). Cette base permet d’effectuer les prévisions de scolarisation à court et moyen terme par niveau de formation et zones géographiques. Elle sert aussi à la répartition des dotations et subventions entre établissements. Enfin, elle permet le contrôle de l’absentéisme et le calcul des taux par collège et lycée.

2 Telle est la fonction des tableaux de bords et des IPES (Indicateurs pour le Pilotage des Établissements du Second degré). Ils servent aux prévisions de scolarisation à court et moyen terme par niveau de formation et zone géographique. Ils servent aussi à la répartition des subventions entre établissements (Fonds social lycée, dotation de personnel administratif, dotation de manuels scolaires en collège etc.).

3 Voir l’article de Laurence Proteau dans ce numéro.

4 L’enquête a porté sur l’ensemble de l’effectif scolaire (657 élèves) d’un collège d’un quartier périphérique d’une ville moyenne sur une période d’une demi-année scolaire. Elle a consisté dans l’observation du processus de construction de l’absentéisme : ramassage des fiches de recension dans les classes, observation de leur transcription in situ dans le système informatique, contrôle et traitement des différents fichiers informatiques, demandes de justifications téléphoniques et postales aux familles, observation du passage des élèves dits « à problèmes » et absentéistes « lourds » dans les bureaux du CPE et des responsables d’établissement. Enfin, l’analyse des dossiers d’exclusion du collège et des catégorisations des assistantes sociales et de l’infirmière scolaire, pour chaque cas identifié, ont permis de comprendre les pratiques de sélection effectuées, en situation, pour distinguer et classer les populations considérées « en danger ». Une trentaine d’entretiens auprès de l’ensemble des agents de l’administration, tant au niveau de l’établissement qu’auprès de l’institution de tutelle, constituent le corpus de cette enquête.

5 Dans le secondaire, le service de la “Vie scolaire” est plus particulièrement responsable des informations relatives aux effectifs, aux emplois du temps ; il a en charge également la vie culturelle et éducative de l’établissement. Il sert de relais à l’action culturelle et à l’éducation à la citoyenneté. Une Inspection générale de la vie scolaire a été créée en 1965. Elle contrôle les conseillers pédagogiques d’éducation. Sa place est entre l’enseignement et l’administration.

6 Les indicateurs d’absentéisme inclus dans le logiciel GEP sont en principe restreints à l’enregistrement des manquements à l’obligation scolaire, justifiés par les motifs suivants : hospitalisation, maladie avec certificat médical, maladie sans certificat médical, rendezvous médical, infirmerie, raisons familiales, réveil, transport ; toutefois, ils sont élargis à une liste plus ou moins longue selon les établissements. Dans certains d’entre eux, on trouve recensés : l’exclusion de cours, l’exclusion de l’établissement, le recensement de motifs jugés non valables, les erreurs d’enregistrement, l’absentéisme pour stage etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arlette Meunier, « Les ruses de l’intendance administrative. Exemple de la statistique de l’absentéisme scolaire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 1 | 2005, 289-309.

Référence électronique

Arlette Meunier, « Les ruses de l’intendance administrative. Exemple de la statistique de l’absentéisme scolaire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cres.revues.org/2013

Haut de page

Auteur

Arlette Meunier

Sociologue, Maître de conférences, Université de Picardie/laboratoire Sa.So.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org