Skip to navigation – Site map

Ligne éditoriale

« L’éducation et les savoirs enregistrent les spécificités de leur lieu de construction et de transformation. Mais de plus en plus, en dépit de ces particularités socio-historiques, des convergences se forment, sans que les chercheurs aient l’opportunité de croiser leur point de vue. Des phénomènes communs, comme l’affirmation de politiques libérales et le recul de l’État, des logiques similaires d’appropriation des savoirs, par le biais des stratégies d’éducation, peuvent être mises au jour, et leurs analyses devraient s’enrichir de leurs approches réciproques. Le clivage académique entre “le Sud” et “le Nord” doit être interrogé et remis en question. La reproduction sociale sur la base du capital scolaire, par exemple, existe ici et là, mais selon des modalités qui orientent différemment le regard : leur mise en perspective aura, c’est notre conviction, une vertu heuristique importante. Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs (CRES) ont donc pour ambition de contribuer à un décloisonnement des disciplines, de favoriser une confrontation des approches, seuls à même de renouveler les perspectives méthodologiques et théoriques sur la construction, la transmission et l’usage sociaux des savoirs et, plus largement, sur les questions relatives aux jeunes. »

Telle était l’ambition affichée dans l’éditorial inaugurant la revue. En somme, il s’agissait de penser, dans les pays développés comme dans les pays qui le sont moins, la question de la transmission, de l’acquisition et des usages sociaux des savoirs. La confrontation de plusieurs approches disciplinaires de chercheurs mobilisés sur les mêmes thèmes, dans des espaces géographiques diversifiés, est une condition indispensable au regard croisé, ouvrant des perspectives heuristiques.

À cet égard, les conditions de la confrontation des approches méthodologiques et disciplinaires, des réalités éducatives, ou encore des systèmes d’éducation et de science sont toujours mieux réunies, et les perspectives, élargies. Nombre de chercheurs travaillant sur ce champ de l’éducation et des savoirs ne sont pas seulement réunis de facto à chaque édition de notre revue : la mise en regard de leurs contributions, la confrontation, sur des thèmes communs, d’approches et de points de vue de ceux travaillant sur des pays dits “du Nord” et de ceux publiant sur des pays dits “du Sud” nourrit les dialogues. Les CRES s’attachent ainsi à rapprocher, pour les confronter, des analyses menées dans des pays où les systèmes scolaires d’éducation obligatoire ont une profondeur historique certaine – les pays “développés”, pour simplifier –, et dans ceux où ils n’ont été introduits que plus récemment : les pays “en développement” ou “émergents”.

Cependant, la compréhension de réalités distinctes, culturellement marquées par leur contexte de production, nous semble toujours butter, en partie au moins, sur des obstacles dressés par la prégnance des schèmes de pensée et d’analyse produits par ces contextes. Mais tout chercheur peut-il s’affranchir du système d’éducation ou du système de science à partir desquels il élabore ses outils et grilles d’analyses ? Peut-il, dès lors que des réalités consubstantielles à des systèmes étrangers ne lui sont pas “communes” et qu’il ne soumet pas à la confrontation de ces systèmes, accéder à l’intelligibilité de leur mise en mots ? Les arcanes de ces systèmes sont d’autant plus difficiles à discerner que les systèmes eux-mêmes nous sont étrangers. L’appropriation des grilles d’investigation utilisées par des auteurs plus proches, par leur expérience, de ces systèmes, et plus imprégnés des normes au principe de leur analyse, n’en est pas moins complexe.

L’ambition des CRES porte ainsi dans trois directions : celle de porter à la connaissance de tous les lecteurs, quel que soit le système dans lequel ils ont été formés, l’analyse de réalités spécifiques à différents contextes, qu’ils soient nationaux ou internationaux ; celle de donner en partage des méthodes d’analyse de ces différentes réalités ; celle, enfin, de faire dialoguer entre eux des chercheurs qui, bien que formés au sein de systèmes d’éducation différents, s’attachent à comprendre des réalités identiques.

À ce titre, la question des conditions de comparaison entre les expériences concrètes, ici et là, de phénomènes communs – comme par exemple celui de la déscolarisation, caractéristique tant des pays dits “du Nord” que d’autres “du Sud” – demeure centrale. Quelles pourraient être ces conditions de comparaison(s) ? À tout le moins, un rapprochement étroit des chercheurs intéressés, ici et là, par ces questions communes. Les CRES s’y essayent dans ses livraisons successives, en confrontant des recherches menées dans des contextes géographiques, culturels et politiques différents. L’écriture d’analyses croisées sur des objets désignés par le même vocable mais revêtant des réalités différentes dans le temps et dans l’espace – autrement dit l’écriture à deux ou plusieurs mains de chercheurs relevant de contextes différents – constitue un pas supplémentaire. C’est à ce prix, nous semble-t-il, que de telles comparaisons, au-delà de leur apport en matière de connaissances, offriraient au lecteur des éléments de compréhension de ce qui constitue, dans leurs analyses, la part irréductible aux systèmes de formation des auteurs ou, à l’inverse, ce qui pourrait relever, non des conditions de production de ces analyses, mais de logiques méta-culturelles, plus universelles. Mettre ainsi au jour la part de spécificité et/ou celle d’universalité des réalités analysées, au Nord et au Sud, fournirait matière à une Anthropologie des savoirs et de l’éducation – à laquelle l’apport de disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, est bien sûr essentiel – et permettrait, peut-être, de s’affranchir de systèmes d’analyse et de pensée dont l’hégémonie de certains porte à croire en leur universalité. In fine, sans doute est-ce la condition – puisque telle est l’ambition de notre revue – pour dépasser, voire transgresser, les frontières disciplinaires, conceptuelles, mais aussi idéologiques dont s’encombrent sans doute encore trop des démarches qui se veulent inspirées de la “vraie” science ou d’une science “juste” parce que marquée d’une certaine historicité.

Au reste, la revue maintient sa volonté d’interroger l’éducation en tant qu’objet de recherche à part entière, tant à travers les méthodes employées par les chercheurs qu’à travers les liens, toujours complexes, entre éducation et “champs” connexes, comme celui du travail scientifique ou celui de la circulation internationale des idées. Les CRES portent ainsi volontairement l’accent sur ce qui fait souvent la part d’ombre des processus de construction des systèmes éducatifs, comme les savoirs non scolaires, l’interculturalité, les enfants travailleurs, etc. Ces réalités-là, nous en sommes convaincus, sont essentielles pour ne pas restreindre les questions d’éducation et de savoirs à leurs systèmes institués – voir, plus justement peut-être, pour déconstruire ces systèmes en révélant la part instituée de l’éducation et des savoirs. Peut-être sont-ce là deux approches à favoriser et développer encore : l’écriture à plusieurs mains, d’une part ; d’autre part, l’exploration continue et approfondie des réalités éducatives et de savoirs étrangers aux systèmes d’éducation et/ou aux matrices scientifiques reconnues, ou des savoirs situés à leur marge.

Le comité de rédaction

  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org