Navigation – Plan du site

Quels impacts des dispositifs d’évaluation sur la recherche universitaire ?

Le cas des STIC dans un pôle de compétitivité
What is the impact of evaluation processes on French universities? Science and industry links within competiveness clusters
Renaud Debailly et Clément Pin
p. 11-32

Résumés

En resituant la diffusion de l’évaluation dans les réformes contemporaines du système français d’enseignement et de recherche, cet article propose de définir les effets de l’évaluation sur les relations science-industrie. Le recours de plus en plus fréquent aux indicateurs bibliométriques dans l’évaluation semble favoriser une logique disciplinaire qui rentre en contradiction avec l’incitation politique visant à rapprocher les universités de leur environnement économique. L’engagement des chercheurs dans les pôles de compétitivité permet notamment d’entrevoir les stratégies développées à partir de cette situation paradoxale.

Haut de page

Texte intégral

1En Europe, les universités sont aujourd’hui au cœur des préoccupations politiques. Certes, l’enseignement supérieur est encore considéré comme un levier essentiel pour répondre aux défis de l’emploi, de l’égalité des chances et du développement démocratique, mais le regain d’intérêt politique pour les universités tient essentiellement au rôle économique assigné à la recherche en termes de retombées scientifiques, technologiques et industrielles, dans un contexte international marqué par une concurrence accrue, notamment des pays émergents. En France comme ailleurs, les universités sont aujourd’hui largement considérées comme un des facteurs de la compétitivité et de l’attractivité du pays.

2C’est au regard de cette évolution que nous proposons d’appréhender, afin de la rendre intelligible, une autre évolution qui est celle des pratiques d’évaluation dans le monde universitaire. Il nous semble en effet important de souligner la cohérence entre, d’une part, le rôle accru conféré aux universités dans le discours des instances gouvernementales et, d’autre part, l’injonction à l’efficacité et à la performance qui émane de ces mêmes instances.

3L’évaluation n’est pas chose nouvelle dans le monde universitaire français. Ces pratiques d’évaluation existent depuis la création des universités afin d’organiser le recrutement et la progression de carrières et, in fine, la reproduction de la discipline enseignée. Cependant, ces évaluations ne concernaient que les universitaires et non leur Faculté et encore moins leur université ; et ces évaluations étaient construites au niveau local par les universitaires eux-mêmes. Ce sont ces deux dimensions qui ont largement évolué : aujourd’hui, la problématique de l’évaluation dans le monde universitaire ne concerne plus uniquement les universitaires mais aussi leurs unités et établissements de rattachement. Par conséquent, la définition des critères d’appréciation de la qualité du travail des universitaires échappe davantage à leur contrôle. L’organisation de l’évaluation universitaire fait l’objet de réformes depuis quelques années qui affectent l’économie générale de la recherche et de l’enseignement.

4L’utilisation d’indicateurs et la question de la performance des institutions renvoient à de profondes transformations de l’action publique. Les nouvelles attentes à l’égard de l’“efficacité” universitaire ont tout lieu d’être mises en lien avec l’évolution des catégories dominantes de l’action publique : en passant du gouvernement à la gouvernance, de la transformation à la régulation, de la loi au contrat, les cibles de l’action publique sont non seulement davantage considérées comme des sujets qu’il s’agit moins de contraindre que de mobiliser, mais également comme les bénéficiaires d’une attention et d’un soutien particulier dont ces sujets doivent se rendre légitimes en rendant des comptes. Incitation et évaluation doivent aller de pair si l’on veut atteindre la “performance” : il s’agit d’un nouveau credo largement observé, inspiré du principe d’accountability, appliqué initialement dans la gestion des entreprises privées et considéré comme l’expression d’un « tournant néo-managérial » dans la gestion publique (Bezès, 2009).

5Les indicateurs et les classements des établissements sont apparus dans la plupart des pays de l’OCDE dans les années 1990. Ils constituent désormais les piliers de véritables systèmes d’évaluation de la recherche. La généralisation de l’évaluation a eu cependant des effets relativement différents en fonction de la morphologie des systèmes nationaux d’enseignement et de recherche (Whitley & Gläser, 2007), c’est-à-dire en fonction de la façon dont les États financent la recherche, de la façon dont le travail et les carrières scientifiques sont organisés, etc. De manière générale, la place prépondérante faite aux publications par le biais des indicateurs bibliométriques et leur poids dans certains classements de l’enseignement supérieur invitent à s’interroger sur les impacts de l’évaluation sur le monde scientifique. Nous proposons ici de nous intéresser au cas particulier des STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) en France (cf. Encadré n° 1) pour comprendre les implications de la diffusion de l’évaluation sur les relations science-industrie. Dans quelle mesure l’évaluation de la recherche privilégie-t-elle certaines activités plutôt que d’autres ? Quelles en sont les conséquences sur des domaines de recherche où la production des connaissances n’est pas orientée vers la production d’articles scientifiques ?

  • 1 Clément Pin réalise un travail de thèse à l’université Paris XIII, projet soutenu par l’attribution (...)

6Afin d’apporter des éléments de réponses à ces questions, nous mobiliserons principalement deux sources : la littérature sur les politiques de recherche et d’innovation traitant de l’évaluation de la recherche ou des chercheurs, et les premiers résultats d’un travail de thèse portant sur l’action publique régionale en Ile-de-France et en Lombardie à partir du cas des politiques de recherche et d’innovation1. Cette thèse propose d’observer et d’analyser comparativement la manière dont se renégocient les relations science-industrie à l’échelle de territoires régionaux. Les terrains d’enquête retenus correspondent à des politiques procédurales visant à constituer des acteurs collectifs s’inscrivant dans des objectifs de développement régional en lien avec le domaine des STIC. Les STIC présentent l’avantage de susciter de manière renouvelée l’intérêt des pouvoirs publics depuis les années 1990 au moins, non seulement en raison du développement d’Internet mais également du caractère pervasif des évolutions technologiques qu’elles génèrent : les STIC se prêtent ainsi de manière privilégiée à l’étude de processus d’institutionnalisation liés au référentiel de l’économie de la connaissance. Nous ne présenterons ici que des données recueillies sur le terrain francilien, lequel correspond au pôle de compétitivité Cap Digital. L’enquête portant sur ce collectif d’acteurs mobilise un corpus principalement constitué de rapports et d’études portant sur la politique des pôles de compétitivité d’une part, de la documentation publiée par l’équipe de ce pôle (communication officielle, documents de travail, bilan d’activités), d’autre part. Ces données sont complétées par une série d’entretiens, une quarantaine à ce jour, réalisés auprès des membres de Cap digital (équipe et adhérents) ainsi que des agents des pouvoirs publics (services de l’État, agences, collectivités territoriales) qui en suivent les activités. Cet article présente des extraits d’entretiens réalisés auprès d’universitaires investis en tant qu’experts dans l’activité de Cap Digital.

  • 2 Cet article prolonge un exposé présenté lors d’un séminaire de l’IFRIS (Institut Francilien Recherc (...)

7La première partie de l’article revient sur la construction progressive d’un pilotage des universités à l’aide d’indicateurs statistiques dans le contexte de l’évolution des attentes sociopolitiques à l’égard des universités. La deuxième partie est centrée sur l’impact des nouvelles pratiques d’évaluation sur les acteurs universitaires ; elle permettra de mettre au jour une tension entre logique disciplinaire et promotion des liens science-industrie. La dernière partie enfin aborde la question de la motivation des universitaires dans des projets de R&D faiblement valorisables par le système institutionnel d’évaluation actuel2.

Encadré n° 1 – Le périmètre incertain des STIC

Les STIC recouvrent plusieurs secteurs spécialisés dans le traitement de l’information et de la communication qui ont en commun d’être tournés vers la production de connaissances génériques sur les TIC en vue, notamment, des applications industrielles (systèmes embarqués pour l’automobile, réseaux, etc.). Ce domaine interdisciplinaire est parfois rattaché aux Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) qui se développent en France à partir des années 1970 autour de Robert Escarpit, Jean Meyriat et Roland Barthes, mais cerner le périmètre des STIC n’est pas chose aisée. Relativement indépendant aujourd’hui des SIC, le domaine recouvre l’automatique, l’informatique, la micro-électronique, le traitement de l’information et le traitement du signal. Hormis les laboratoires universitaires, les principaux acteurs de la recherche en STIC sont l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA), le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), et le CNRS.

Du point de vue institutionnel, les STIC sont aussi le fruit de recompositions successives, comme l’atteste notamment l’histoire de ce département au sein du CNRS. Ainsi, en 2000, alors que les STIC deviennent une priorité pour le gouvernement, est créé un département STIC. Puis, en 2005/2006, un rapprochement est opéré entre ce département STIC et celui des Sciences Physiques de l’Ingénieur dans un “nouveau” département : celui des Sciences et Technologies de l’Ingénierie et de l’Information (ST2I).

L’émergence du pilotage des universités par l’évaluation à l’aide d’indicateurs statistiques

  • 3 Nous désignons par évaluation ex post les évaluations prenant en compte les produits de la recherch (...)

8La place grandissante de la question de l’évaluation dans les débats sur l’université prend son sens dans le contexte d’évolution des missions imputées au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en termes de relations science-industrie. Nous commencerons par en rappeler les traits principaux avant de présenter comment l’évaluation ex post3 (dans une logique de projet puis de performance) est progressivement devenue un instrument de pilotage des activités universitaires, intégrant de plus en plus directement l’usage d’indicateurs statistiques.

Des missions universitaires progressivement reconsidérées et faisant l’objet d’un traitement statistique

9Le monde universitaire a connu depuis les années 1980 de profondes mutations. Sur le plan des activités de formation, d’abord, du fait de la « seconde massification » de l’enseignement supérieur, engagée des années 1980 jusqu’au milieu des années 2000 (Chauvel, 1998). En guise de réponse au problème grandissant du chômage, la volonté politique de mener 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat a eu un impact en termes de diversification des publics et de l’offre de formations, tant hors que dans le périmètre des universités, où des filières courtes ont été créées (STS, IUT puis licences professionnelles) et où les disciplines académiques sont dès lors de plus en plus sommées de préparer à des professions extra-académiques.

10L’enjeu de l’ouverture des universités sur leur environnement socio-économique se retrouve également dans le domaine de la recherche. Certes, la création de postes d’enseignants-chercheurs corrélative à la massification de l’enseignement supérieur a accéléré le rapprochement entre les laboratoires CNRS et ceux des universités. Mais cela ne s’est pas traduit, loin s’en faut, par la mise en œuvre de programmes davantage orientés vers la recherche “fondamentale” que vers la recherche “appliquée”. C’est plutôt le contraire que l’on a observé, tant du fait du renouveau de la politique de recherche industrielle qui consiste, depuis les années 1980, à rapprocher la recherche publique et les entreprises (Larédo & Mustar, 2003), que de la manière dont se complètent, au niveau des universités, les logiques d’insertion professionnelle et l’émergence des collaborations science-industrie (Grossetti, 2003).

11Au cœur de ces évolutions, les attentes à l’égard des universités ont également appelé la mise à disposition d’informations relatives à l’impact des cursus universitaires en termes d’insertion professionnelle pour les étudiants et leur famille, et à la place des produits de la recherche nationale (publications et brevets notamment) dans la concurrence internationale. Les activités universitaires sont ainsi devenues l’objet de mesures et de publications statistiques de plus en plus nombreuses et régulières. S’offrant les services de Thomson ISI, Quacquarelli Symonds ou autres Scopus, journaux et revues publient dès les années 1980, du moins dans le monde anglo-saxon, des classements des “meilleures” formations universitaires. Les indicateurs de la recherche, quant à eux initialement développés à un niveau international par l’OCDE, sont devenus l’objet d’un intérêt grandissant pour les gouvernements européens dans les années 1990. À titre d’exemple, la France s’est dotée de son Observatoire des Sciences et Techniques (OST) en 1992.

Introduction de la gestion par projet dans le monde universitaire : l’évaluation repensée comme instrument de pilotage

12Parallèlement à leurs évolutions de contenu, les missions des universités ont également été reconsidérées dans leur mode de gestion. Ces évolutions sont liées à celles, plus générales, de l’administration publique depuis les années 1980, qui consistèrent dans un premier temps à introduire une logique de projet. L’évaluation ex post a gagné une place plus importante.

Vers une politique universitaire différenciée

13L’introduction d’une logique de projet à l’université peut s’observer à partir de la fin des années 1980 et de la mise en place de la contractualisation entre l’État et les universités. Non seulement cette nouvelle procédure de financement a peu à peu superposé une logique d’établissement à une logique corporative dans le gouvernement des universités (Musselin, 2001), mais elle a aussi institué l’idée de lien logique entre l’allocation des ressources et la formulation d’une stratégie propre à chaque établissement. La révision quadriennale des contrats devait initialement se nourrir de l’évaluation faite par le CNE (Comité National d’Évaluation, créé en 1984 et remplacé en 2007 par l’Agence de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur - AERES), mais cette instance n’a, dans les faits, jamais rempli ce rôle, attachée qu’elle était à travailler davantage pour les établissements et l’amélioration de leur fonctionnement que pour les services de l’État (Cytermann, 2010).

14Logique de projet et évaluation ex post se sont également diffusées par la mise en place de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat), qui a consisté à réorganiser les formations autour de l’objectif de l’individualisation des parcours des étudiants. Dès lors, en effet, ont été mis en place dans chaque université des dispositifs de contrôle de la qualité des formations. Mais, surtout, la procédure d’accréditation par le ministère n’est dorénavant plus liée à un contrôle a priori des formations mais à une évaluation ex post conditionnant tous les quatre ans la reconnaissance des diplômes (Filâtre, 2010). L’instauration des crédits ECTS (European Credit Transfert System), en facilitant la mobilité des étudiants, a par ailleurs renforcé la concurrence entre universités, et amène celles-ci à davantage réfléchir leur offre de formation par rapport aux autres établissements.

15L’évaluation ex post a été développée comme un outil au service de la gestion « différenciée » des universités (Aust & Crespy, 2009). Signe d’une plus grande prise en compte des liens tissés par les universitaires avec l’environnement socio-économique de leur établissement, ce glissement peut également être interprété, plus généralement, et en particulier à travers la mise en place des PRES (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur), comme la volonté de restructurer territorialement l’ensemble de l’offre de formations supérieures et de l’activité de recherche publique, au risque de banaliser, voire de marginaliser, la spécificité universitaire (Beaud et alii, 2010).

Sur le plan de la recherche : financement par projet et institution de communautés d’experts hybrides académiques/industriels

16De manière plus directe que pour les activités de formation, la diffusion de la gestion par projet s’est opérée dans le champ de la recherche par le vecteur du financement. En constante progression depuis les années 1980 (Thèves et alii, 2007), le développement du financement de la recherche par projet a trouvé une forme de consécration dans le « Pacte pour la recherche » engagé en 2005, auquel sont liées la création de l’ANR et celle d’un ensemble de dispositifs incitant à la coopération des divers acteurs de la recherche publique et privée (PRES, RTRA, pôles de compétitivité, instituts Carnot).

17Il faudra attendre 2007 et la mise en place de l’AERES (également prévue dans le « Pacte pour la recherche ») pour que s’institutionnalisent des pratiques d’évaluation ex post qui détermineront en partie l’allocation des ressources de la recherche publique. Mais la logique de recherche par projet intègre en elle-même de nouvelles pratiques d’évaluation, du fait de l’obligation des équipes de recherche de rendre des comptes aux différents organismes de financement (ministères, agences, etc.).

18Ce type de pratiques apparaît notamment dans la gestion des projets financés en lien avec les pôles de compétitivité. Dans l’optique de développer les liens entre secteurs public et privé de la recherche, les pôles de compétitivité regroupent sur une base territoriale des acteurs industriels et académiques, constitués en associations. Une fois reconnues par le gouvernement, ces structures sont considérées compétentes pour délivrer une labellisation à des projets “collaboratifs” (portés conjointement par des entreprises et des laboratoires) ouvrant droit à des financements publics (FUI, Oséo, ANR, fonds européens). La procédure de labellisation, du moins dans le cas de certains pôles de compétitivité, ne se résume pas en l’expression simple d’une sanction positive ou négative sur les dossiers présentés. Elle fait l’objet d’un travail conjoint de la part des experts reconnus par le pôle et des candidats à la labellisation, pour construire un projet correspondant le plus possible, dans son contenu comme dans sa présentation, aux “standards” accrédités par les organismes de financements.

De l’efficacité à la performance : excellence universitaire et évaluation par indicateurs

19L’attente d’informations exhaustives et standardisées quant à l’activité des universités a pris une formulation politique plus explicite à partir du moment où a été décidée l’augmentation des crédits affectés à l’enseignement supérieur et à la recherche dans le cadre du Pacte pour la recherche. Au niveau institutionnel, la jonction entre la mobilisation de données statistiques et la logique d’évaluation ex post s’illustre dans la contribution apportée par l’OST au fonctionnement de l’AERES.

  • 4 La dotation globale de fonctionnement correspond à la part principale du financement par l’État des (...)
  • 5 Notons à cet égard l’absence de critères relatifs aux brevets, aspect sur lequel nous reviendrons d (...)

20L’usage des données statistiques à des fins d’évaluation est devenu un enjeu encore plus prégnant avec l’adoption simultanée de la loi LRU (Loi relative aux libertés et responsabilités des universités), qui pose le principe de responsabilité financière des universités, et du nouveau mode de calcul de leur dotation globale de fonctionnement4, dénommé SYMPA (Système de répartition des moyens à la performance et à l’activité). La dotation globale de fonctionnement des universités était auparavant calculée sur la base du système SAN REMO (système analytique de répartition des moyens), qui mesurait pour chaque établissement les besoins théoriques en emplois et en crédits de fonctionnement à partir des coûts et des taux d’encadrement moyens par filières de formation. Les nouveautés du système SYMPA, mis en place en 2009, consistent notamment à étendre la base de calcul aux crédits de recherche et à intégrer des critères de performance. Ces critères mobilisés par ce système sont ceux fournis par l’AERES5. En étalonnant le montant des ressources attribuées à chaque université en fonction de leur “performance”, les exécutifs universitaires sont alors tenus responsables des activités et de la gestion financière de leurs établissements.

21Cette logique de performance, telle qu’elle se trouve mise en œuvre avec SYMPA, correspond ainsi à une mise en concurrence accrue des universités : ce système fixe en effet les règles de partage d’un même gâteau, mais pas la taille du gâteau. Le principe ainsi mis en œuvre n’est donc pas seulement de responsabiliser financièrement les universités, mais aussi de penser qu’un meilleur usage des financements publics est atteint en mettant en concurrence les établissements. Un nombre important d’observateurs lisent ainsi dans le développement de l’évaluation la diffusion du “nouveau management public” dans le monde universitaire.

22Une telle conception de la performance universitaire domine aujourd’hui dans les politiques d’enseignement supérieur et de recherche à travers l’usage de la catégorie d’excellence. La publication depuis 2003 des classements internationaux de Shanghai ou du Times Higher Education a joué un rôle évident dans la rapidité avec laquelle cette catégorie d’action publique s’est imposée. Indépendamment de la question de la fiabilité des indicateurs qu’ils mobilisent, ces classements ont en commun d’attribuer à chaque établissement une seule note, présumée synthétique, sans prendre en compte la diversité des enjeux prioritaires et des conditions de fonctionnement de chaque établissement. Nous pouvons parler d’un “effet classement”, actuellement, dans la manière dont tendent à être considérées les universités et à être utilisées les données statistiques qui les concernent. Tous les établissements sont présumés comparables et peuvent à ce titre être mis en concurrence, comme l’attestent les appels à projet d’« excellence » lancés dans le cadre du Grand emprunt. Corrélativement, les données statistiques sont moins considérées comme des outils d’aide à la décision des établissements, que comme les instruments privilégiés de leur pilotage à distance.

Les régimes d’évaluation de la recherche et l’émergence d’injonctions contradictoires dans les liens science-industrie

23Le recours à des indicateurs bibliométriques pour mesurer et comparer les activités des établissements et des individus constitue une étape importante dans l’histoire de l’évaluation dont il convient de saisir les effets génériques sur la recherche, et les effets spécifiques dans le domaine des relations science-industrie.

La tension entre le régime collégial et le régime managérial

24Afin de souligner les effets génériques de la quantification de la recherche, il semble utile d’introduire une distinction idéal-typique. En suivant la perspective de Nicolas Dodier (2009), nous distinguerons deux types de régime d’évaluation de la recherche scientifique : un régime collégial et un régime managérial. Ces deux régimes s’opposent principalement sur le mode de régulation de la profession qu’ils mobilisent et sur la légitimité de l’évaluation.

25Le régime collégial est caractérisé par le fait que le chercheur et les recherches sont jugés par des pairs au sein d’un comité. Ce régime repose sur la négociation entre les membres du comité et sur l’obtention d’un consensus après confrontation des opinions. Au sein du comité, la capacité des évaluateurs à s’abstraire de leur rôle de chercheurs et des styles de recherche dans lesquels ils sont engagés est nécessaire pour qu’un consensus soit possible. Il faut souligner que le comité a un mandat limité dans le temps et qu’il peut être amené à être renouvelé. La décision ou l’avis rendu tire donc sa légitimité du fait que les évaluateurs ont trouvé un accord malgré l’existence d’opinions divergentes. Ce régime collégial est historiquement le premier à avoir vu le jour, et le système de peer-review qui est utilisé dans les revues scientifiques à comité de lecture en est une parfaite illustration pour l’évaluation d’un travail scientifique. Le fonctionnement des revues, à travers le travail des referees (“évaluateurs”), est fondamental puisqu’il permet une régulation de l’institution scientifique en garantissant que les énoncés scientifiques ne sont pas publiés en vertu de l’origine sociale ou du prestige de son auteur, mais parce qu’ils ont été évalués anonymement et de manière impartiale.

  • 6 Comme le souligne N. Dodier (2009), il ne s’agit pas d’un métier mais d’une place qu’occupent certa (...)

26L’utilisation d’indicateurs bibliométriques dans certains classements de l’enseignement supérieur (i.e. le classement de Shanghai) et dans le cadre de l’évaluation des chercheurs en France, nous conduit à opposer à la collégialité un “nouveau” régime d’évaluation managérial. L’émergence de ce régime renvoie à la volonté de standardiser l’évaluation et ses procédures, l’un des objectifs affichés étant de gagner du temps. Employés pour sélectionner les “meilleurs” candidats, comparer des revues, évaluer la performance d’un laboratoire ou d’un département par exemple, les indicateurs dans le régime managérial ne sont pas seulement un outil d’aide à la décision. Ils introduisent une nouvelle logique, notamment à travers l’émergence d’évaluateurs spécialisés6 qui maîtrisent des outils spécifiques pour conduire l’évaluation. La décision ou l’avis rendu tire alors sa légitimité du fait que l’évaluation suit des procédures standardisées. Les indicateurs tendent donc à se substituer au jugement par les pairs, qui devient alors superflu. En effet, dans le cas du régime collégial, la légitimité est construite au niveau local et individuel, alors qu’elle est globale et décontextualisée dans le cas du régime managérial puisqu’elle ne dépend pas seulement du poste ou du projet évalué. C’est bien l’utilisation de ces outils qui garantit in fine la légitimité de la décision. La différence la plus importante entre le régime collégial et le régime managérial porte sur le mode de contrôle de la profession qui est privilégié. Le régime managérial remet en cause cette autonomie de contrôle (Paradeise, 2008).

  • 7 L’agence rassemble l’évaluation des établissements, des formations et des laboratoires et unités d’ (...)
  • 8 Il ne s’agit pas pour autant d’une transition “mécanique” qui s’observerait dans la plupart des pay (...)

27La naissance de l’AERES7 et, plus récemment, la réforme du statut des enseignants-chercheurs témoignent de l’importance grandissante du régime managérial en France8. L’évincement de la collégialité et la prépondérance de critères quantificatifs pour évaluer l’enseignement supérieur et la recherche soulèvent cependant un certain nombre de questions. L’une d’elles renvoie au fait que le système d’enseignement et de recherche est évalué principalement à partir des activités de recherche. Or, la publication d’articles scientifiques n’est pas un objectif dans plusieurs domaines comme la santé, l’ingénierie, etc. Non seulement cette évaluation se fait au détriment d’autres activités (enseignement, brevets, etc.), mais elle désavantage plus généralement certaines disciplines pour lesquelles la publication est une activité secondaire (c’est le cas de l’enseignement des langues qui est centré sur la préparation aux concours de l’enseignement par exemple). À première vue, la conception managériale de l’évaluation semble même aller à l’encontre de dispositifs comme ceux des pôles de compétitivité.

Les effets de l’évaluation sur les relations science-industrie : des injonctions contradictoires ?

28La publication, qui apparaît comme une contrainte pesant sur les épaules des chercheurs, peut s’opposer au développement des relations science-industrie. En posant que la publication scientifique est le principal produit de la recherche, l’évaluation favorise implicitement une forme d’organisation de la recherche qui repose sur une conception particulière de ce qu’est une discipline.

29En effet, la focalisation sur cet aspect de la recherche semble en contradiction avec les hiérarchies et les priorités de domaines de recherche qui ne s’inscrivent pas dans cette forme d’organisation de la recherche, que Terry Shinn appelle le « régime disciplinaire » (Shinn, 2000). Le cas des relations science-industrie dans le cadre de dispositifs comme les pôles de compétitivité correspond à un régime de recherche dit “transitaire” au sein duquel les chercheurs occupent des places intermédiaires et fondent leur choix de recherche, soit sur des critères disciplinaires, soit sur des critères d’autres champs, notamment économiques. Contrairement au régime disciplinaire, les chercheurs qui s’inscrivent dans le cadre de ce régime circulent temporairement entre différentes sphères. L’importance accordée aux publications académiques dans l’évaluation des chercheurs et la standardisation de l’évaluation dans la montée en puissance du régime managérial de la recherche imposent des priorités qui sont en contradiction avec celles du régime transitaire qui, par définition, sont hétérogènes.

30Par conséquent, les chercheurs développant des collaborations public-privé sont confrontés à une double contrainte. La première renvoie à leur inscription dans l’université. L’obtention de postes ou de crédits dépend de leur capacité à répondre à l’incitation à publier. La seconde contrainte renvoie à leur inscription dans ce régime transitaire pour lequel la reconnaissance ne se limite pas seulement à celle des pairs de la discipline. Or, ces deux contraintes semblent contradictoires. Le cas des collaborations entre public et privé soulève le problème de la propriété intellectuelle comme nous le verrons plus loin.

31Ces injonctions contradictoires permettent finalement de pointer une spécificité du renforcement de l’évaluation pour les relations science-industrie. Alors qu’à un niveau général nous avons vu que la prépondérance du régime managérial de l’évaluation conduisait à réduire l’autonomie de contrôle de la profession, au niveau des relations science-industrie la diffusion des pratiques d’évaluation semble peser sur les activités des chercheurs qui circulent dans des sphères non académiques. Par conséquent, on pourrait s’attendre à ce que les chercheurs se désengagent de certaines activités, et notamment des collaborations nouées au sein des pôles de compétitivité.

32Cependant, ces injonctions contradictoires sont loin d’être flagrantes puisque la prise en compte de brevets permet de rétablir l’éventuelle asymétrie causée par l’évaluation entre un régime de recherche disciplinaire et un régime transitaire ou “transversaliste”. Dans le cadre des STIC, les activités comme le développement de plateformes collaboratives ou de logiciels libres, par exemple, échappent en quelque sorte à ces deux catégorisations de l’activité scientifique dans l’évaluation que sont la publication et le dépôt de brevets. Ces derniers ne rendant finalement pas mieux compte des activités des chercheurs lorsqu’ils s’inscrivent dans les relations science-industrie, cela tend à maintenir la primauté accordée aux publications.

33L’écart constaté entre l’existence de dispositifs incitant les universitaires à nouer des partenariats avec les industriels et l’absence de dispositifs d’évaluation ex post valorisant les résultats de la recherche publique/privée invitent à s’interroger sur la situation des chercheurs académiques engagés dans ce type de partenariat. Quel sens accordent-ils à leur investissement ? Quelle conscience ont-ils de la faible reconnaissance institutionnelle de cette part de leur activité ? Doit-on conclure de ce défaut de reconnaissance interne au système d’évaluation institutionnalisé l’absence totale de reconnaissance professionnelle ? Nous envisagerons ces questions à partir du cas de chercheurs académiques impliqués dans le pôle de compétitivité francilien Cap Digital. L’enquête que nous menons sur ce groupe d’acteurs nous conduit à poser l’hypothèse du développement d’une collégialité scientifique qui déborde le cadre académique. Afin de comprendre pourquoi les acteurs s’engagent dans des projets collaboratifs qui occupent une place marginale dans l’évaluation des chercheurs et de leurs activités, nous explorerons la piste du financement de la recherche, et celle de la définition particulière de la collégialité dans ce domaine de recherche.

Les tensions dans la carrière des chercheurs. Le cas de Cap Digital

Cap Digital : un pôle de compétitivité centré sur les industries de contenu et impliquant les chercheurs en STIC

34Cap Digital se définit comme le pôle de compétitivité des contenus numériques en Ile-de-France. Il se différencie à ce titre de l’autre pôle TIC francilien dénommé Systematic, qui porte principalement sur les réseaux et équipements de télécommunication, et en particulier sur les systèmes embarqués. Le domaine de recherche et d’innovation sur lequel se focalise Cap Digital concerne le développement des technologies numériques qui affecte les industries de la communication et les industries culturelles en termes de nouveaux services et produits à développer.

35Une des particularités de la dynamique de Cap Digital par rapport aux autres pôles de compétitivité à caractère mondial d’Ile-de-France (Systematic et Medicen) vient du fait que son processus de constitution n’a pas été initié à partir d’une structure préexistante d’animation (comme Optics Valley pour Systematic ou le Génopôle d’Evry pour Medicen) (Gollain, 2005). Ce collectif d’acteurs est la résultante de deux projets de pôles initiaux développés dans deux départements différents : un projet de pôle centré sur la « vie numérique » à Paris (Internet, médias, imagerie numérique, ingénierie des connaissances, jeux vidéos, etc.) et l’« image » en Seine-Saint-Denis (audiovisuel, cinéma, jeux vidéos, etc.). Ces deux initiatives ont fusionné, notamment par l’intermédiaire des collectivités territoriales, donnant naissance en 2005 au pôle de compétitivité IMVN (Image vie numérique), rebaptisé Cap Digital en 2006.

36La dynamique de constitution et le leadership initial du pôle avaient une caractéristique académique importante, le groupe moteur des premiers acteurs parisiens étant des membres de l’Institut Telecom (en la personne de son directeur scientifique) et de l’Université Paris 6 (par l’implication du laboratoire d’informatique de l’Université Paris 6 – LIP6). Toutefois, ces acteurs ont su valoriser leurs habitudes de partenariats technologiques et professionnels avec de grands groupes industriels, en particulier Orange (France Telecom) et Thales, pour donner une dimension industrielle à leur projet. En outre, les acteurs à l’initiative de la création de Cap Digital sont parvenus à attirer et à fédérer des acteurs industriels liés à des secteurs hors du cercle traditionnel de leurs collaborations industrielles (l’édition, l’animation, le jeu vidéo, le cinéma, etc.) dont un des résultats fut la prise de fonction de la présidence du pôle par le directeur de l’innovation du groupe Lagardère. Il s’agissait par là, pour les porteurs du projet de Cap Digital, de s’inscrire dans le contexte global de la “convergence numérique” des industries culturelles, mais aussi d’afficher un nombre important de PME innovantes dont regorgent ces secteurs d’activités et qui constituent des cibles privilégiées des politiques de soutien à la R&D.

37L’intégration des filières culturelles au sein du pôle s’est faite en partie par l’intermédiaire de laboratoires publics qui ont l’habitude de coopérer avec des industriels (les laboratoires des Universités Paris 6 et Paris 13 pour l’édition et les industries éducatives, les laboratoires d’informatique appliquée du CNAM ou de l’Université Paris 8 pour le jeu vidéo et l’animation, par exemple). Mais les différents tissus de PME sont également représentés au sein de Cap Digital par des associations d’entreprises sectorielles telles que Capital Games pour le jeu vidéo, Silicon sentier pour l’économie numérique, le Pôle audiovisuel du Nord parisien pour le cinéma et la télévision, etc.

La participation des acteurs académiques à l’activité d’un pôle de compétitivité

38L’existence de partenariats entre laboratoires publics et entreprises, surtout dans le domaine des STIC, est déjà ancienne. Ce qui est assez novateur, en revanche, c’est le mode d’émergence et d’organisation de ces partenariats dans le cadre d’un pôle de compétitivité.

39Un pôle de compétitivité tel que Cap Digital s’organise en 3 niveaux :

  • un niveau “politique”, chargé de représenter l’ensemble des acteurs du pôle et d’orienter sa stratégie. Ce niveau est assuré par deux instances : le conseil d’administration et le bureau exécutif ;

  • un niveau “expert”, chargé en particulier d’évaluer les projets de R&D candidats aux aides publiques (FUI, ANR, Oséo, Fonds européens, etc.), c’est-à-dire de participer activement au travail de labellisation du pôle. Ce niveau “expert” est souvent assuré par une ou plusieurs commissions de labellisation distinctes du bureau exécutif. Cap Digital en compte 3 : la commission « Services », la commission « Contenus » et la commission « Connaissance ». Chacune d’elles regroupe une quinzaine d’“experts” qui viennent pour moitié du monde de l’entreprise et pour moitié du monde académique ;

  • un niveau “opérationnel”, chargé principalement de l’aide à la détection, au montage et au suivi des projets de R&D, mais aussi de la communication, de l’organisation de comités, réunions ou séminaires, des actions à l’international, ect.

40Bien que les missions des pôles de compétitivité ne se réduisent pas à la seule labellisation des projets de R&D, cette mission n’en reste pas moins centrale. Elle suppose : 1) la reconnaissance et la mise en réseau de personnes “expertes” dans les secteurs de prédilection du pôle, 2) les activités de détection, de montage et de suivi des projets de R&D eux-mêmes, qui supposent l’intervention des experts ainsi que de l’équipe opérationnelle, et 3) naturellement, des acteurs industriels et académiques qui souhaitent faire labelliser leurs projets collaboratifs.

41Une personne de l’équipe opérationnelle, le « délégué adjoint en charge des projets », est spécialement chargée de l’organisation et de l’animation du travail de labellisation. Ce délégué répartit les propositions de projets aux différentes commissions thématiques en fonction de la nature des projets, puis, au sein de chaque commission, sont désignés au moins deux rapporteurs par projet. Ces rapporteurs sont chargés de faire une synthèse du projet pour les autres membres de leur commission, puis celle-ci établit un classement des différentes propositions de projets reçues et l’adresse au Bureau Exécutif qui établit un classement final.

42Les universitaires peuvent donc être liés à l’activité de labellisation de deux manières : a) en tant que porteurs de projets collaboratifs, c’est-à-dire comme candidats à la labellisation du pôle, et b) en tant qu’experts, voire administrateurs du pôle, c’est-à-dire comme opérateurs de la labellisation. Précisons que, sans être exclusives l’une de l’autre, ces deux fonctions ne peuvent pas, naturellement, s’exercer simultanément.

Reconnaissance aux marges du monde académique et émergence d’une collégialité science-industrie

43Les motifs des universitaires qui soumettent des projets à la labellisation sont sans surprise liés à la quête de moyens pour réaliser de la recherche, en complément du financement de base de leur équipe par le biais du contrat quadriennal avec le ministère. Un premier universitaire nous dit ainsi :

« ici on obtient en argent au titre du quadriennal, quelque chose qui est de l’ordre de 3 000 euros par cherc heur et par an. (…) Mais, bien entendu, vous ne pouvez pas vivre avec ça. Un chercheur dans un grand laboratoire, à Stanford ou machin, il a 45 000 euros par an, pas 3 000 euros. Avec 3 000 euros, vous ne faites rien. Il est évident que vous devez arriver au moins à 10 000 euros en moyenne par chercheur publiant au sens de l’AERES. Et donc, pour les 7000 autres, il n’y a qu’une façon de faire : soit vous faites des contrats directs avec l’industrie, et il n’y en a pas beaucoup (…), soit vous faites de la recherche financée sur projet ».

44Ces propos illustrent bien le rapport qu’entretiennent bon nombre de chercheurs avec le financement de la recherche par projet : ils affirment y avoir recours plus par contrainte, par nécessité, que par choix résolu de s’engager dans un “projet collaboratif” avec des industriels. Ils ne manquent d’ailleurs pas de rappeler les inconvénients de ce mode de financement sur le contenu de la recherche, en particulier s’il s’agit davantage de recherche appliquée que de recherche fondamentale ; dans ce cas :

« il y a quand même un petit risque dans cette histoire-là, qui est que le jour où les labos ne sauront plus faire de la recherche publique, qu’ils ne sauront plus faire que de la R&D pour le privé, je ne sais pas d’où viendront les idées originales qui venaient de la recherche fondamentale ».

45À cela s’ajoute la conscience de la faible reconnaissance des collaborations avec les industriels par le système d’évaluation de la recherche tel qu’il existe :

« ce qui est vrai aussi, c’est que, pour l’instant, toute cette activité n’est pas tellement reconnue dans la carrière d’un chercheur. C’est-à-dire que, quand on fait les évaluations à l’AERES, vous avez participé au comité de projet de machin, et vous avez eu trois contrats FUI et deux ANR, c’est bien, c’est bien, il faut le faire, mais ça ne vaut pas une bonne publication dans une bonne revue internationale, qui n’est lue que par 45 spécialistes du domaine dans le monde entier. Et… ça pèse deux poids, deux mesures ».

46La reconnaissance du travail d’un chercheur, on le sait, est extrêmement liée à ses publications. Or, quand bien même il s’avère envisageable de valoriser sous forme de publication un projet collaboratif, sa réalisation est loin d’être évidente en ce qu’elle passe par un « accord de consortium » avec les partenaires industriels. Ce type d’accord a deux fonctions. La première consiste à déterminer ce qui, au sein d’un projet, est indissociable de l’apport de l’ensemble des partenaires, et ce qui appartient exclusivement à l’un ou l’autre des partenaires en tant que contribution. L’autre fonction est de faire la part des choses entre ce qui, du projet, est ou non publiable, étant entendu qu’il peut y avoir contradiction entre l’intérêt d’un chercheur (académique ou non) à publier et l’intérêt d’un industriel à garder secret, par exemple, un algorithme dont il peut faire une exploitation commerciale :

« ce qui est difficile, c’est que nous, nous valorisons nos métiers pas parce qu’on fait du business, mais parce qu’on publie. Ce qui fait qu’on obtient des projets, ce qui fait qu’on est reconnu nationalement, internationalement, localement, très localement, c’est parce qu’à un moment on est capable de dire : “ça, je l’ai publié à tel endroit”. La difficulté pour nos partenaires, c’est que, si jamais on rend public ce qu’on a fait, j’ai déjà donné la conséquence, c’est que ça devient public. Rien ne m’empêche normalement de publier l’algorithme que j’utilise pour développer telle ou telle partie et rien n’empêche une société quelconque de l’utiliser gratuitement. Il n’y a pas de brevet là-dessus. Donc, du coup, la difficulté à établir un accord de consortium, pour moi elle est souvent là ».

47De tels propos n’ont en soi rien d’original. Nous les rapportons essentiellement pour rendre compte qu’ils sont également partagés par des chercheurs qui contribuent au fonctionnement d’un pôle de compétitivité à titre d’experts ou d’administrateurs, et que cela participe donc de leur modalité d’engagement dans les dispositifs de financement de la recherche par projet. Cet engagement peut donc être lu à un premier niveau comme la réponse, vécue sur le mode de la contrainte, à une situation financière objective.

48Mais cette première interprétation mérite d’être complétée. Les universitaires impliqués en tant qu’experts dans le fonctionnement d’un pôle de compétitivité tendent à valoriser le fait que leur intervention, ainsi que celle de leurs homologues, se fait sur le mode du bénévolat. Un premier universitaire est ainsi amené à nous rappeler :

« Je fais partie de la commission, je fais des expertises, elles sont gratuites, c’est-à-dire que les journées que j’y passe, Cap Digital ne me les paye pas, ce que j’ai accepté comme ça, ça ne me pose pas de problème... » ;

49tandis qu’un autre nous dit :

« Si on me demandait quelle est la recette par laquelle cette mayonnaise a pris [celle de Cap Digital], alors qu’à mon avis elle avait tout pour échouer, je ne saurais pas vous dire exactement (…) mais (…) il y a eu une bonne volonté… Au BE [bureau exécutif], la plupart des gens ne sont pas payés pour faire ça… Même dans les groupes de travail, moi je n’ai plus le temps d’y aller, mais les gens y vont, ils vont labelliser les projets, ils participent à ça. Quand on lance des événements (…), il y a presque trop de propositions… Il y a vraiment une dynamique qui est absolument incroyable qui s’est créée autour de ça, et il y a une structure d’échange qui est très remarquable. Je félicite les gens par qui c’est arrivé ».

50Ces propos invitent à interpréter l’implication des universitaires dans les projets collaboratifs et plus largement dans la dynamique des pôles de compétitivité en mobilisant la théorie du don, tel que le font Maud Simonet (2006) pour l’étude de l’engagement associatif ou Norbert Alter (2010) pour l’étude de la coopération en entreprise. Ce schéma interprétatif permet de ne pas appréhender la part de travail bénévole des universitaires comme une pure action contrainte, ce qui est difficilement supportable dans le cas des enseignants-chercheurs, comme nous le rappelait l’un d’eux :

« il y a quand même quelque chose qui est vrai quand on est à l’université, c’est que, quand les gens ne veulent pas faire les choses, le Président de l’université peut dire ce qu’il veut, il ne peut pas les obliger [rires]. Et donc, ben les gens qui font ça, ils le font sur un principe de bénévolat, parce que ça les intéresse, pour une raison ou pour une autre ».

51Selon une interprétation plus probable, ces universitaires consentent à abandonner « une partie de leurs avantages économiques potentiels au profit d’une cause dans laquelle ils s’impliquent » (Alter, 2010 : 146), qu’il s’agisse dans notre cas du développement des liens entre leur laboratoire, leur université ou plus largement le monde universitaire avec le monde économique, de la construction d’un “écosystème” d’innovation ou d’une capacité de lobbying politique des filières industrielles liées au pôle de compétitivité, ou encore de la visibilité internationale de l’Ile-de-France dans le marché des industries de contenu numérique.

52La référence à la théorie du don permet en outre de ne pas voir simplement dans cet engagement universitaire un comportement désintéressé, mais de le lire aussi comme une manière d’habiter la logique de concurrence propre au mode de financement par projet, en se la représentant comme une forme d’échange généralisé des compétences induisant des conduites de coopération, et pas seulement de coordination. Deux témoignages illustrent bien cet aspect de l’engagement dans un pôle de compétitivité :

« Je pense qu’un des objectifs qui est très louable de Cap consiste à dire “on veut avoir un maximum de bons projets”. (…) C’est vraiment dans cet esprit-là que ça s’est fait. C’est pas un concours, c’est une aide et une incitation à la réussite ».

« Ça crée un écosystème économique qui n’existait pas, ce qui fait qu’il y a des mécanismes d’échange, mais de gens qui se connaissent, des gens qui savent comment trouver quelqu’un qui… quelqu’un qui fait de la robotique parce que vous voulez rajouter je sais pas quoi… quelqu’un qui fait des interfaces bizarroïdes… Ça crée un écosystème. Les gens se connaissent, ils connaissent un certain nombre de compétences, et ça, je pense que c’est une bonne chose. »

53En s’engageant dans un pôle de compétitivité ou dans des projets collaboratifs, un universitaire ne trouvera certes pas, ou difficilement, de reconnaissance professionnelle et de promotion de carrière associées à une évaluation positive selon les critères de l’AERES. Mais il n’en trouvera pas moins l’occasion de bénéficier de la reconnaissance pour son statut d’académique, son expertise, son capital social ou ses compétences. Il pourra en outre avoir, à tort ou à raison, le sentiment de participer à l’émergence d’une collégialité hors-les-murs de l’université, dans la mesure où tout y est fait pour que logique de concurrence et mécanismes de coopération ne soient pas vécus comme antinomiques.

Conclusion

54Cet article a permis d’aborder la question de l’évaluation des activités universitaires en la mettant en lien avec deux phénomènes : l’évolution des pratiques de gestion publique qui, sur la base du principe d’accountability, consacre la référence à des standards de qualité, d’efficacité et de performance, et, deuxièmement, un mouvement de redéfinition des missions des universités, consistant sur le plan de la recherche à accorder une place grandissante aux relations science-industrie.

55Nous avons ensuite interrogé l’impact des nouveaux dispositifs d’évaluation de la recherche sur la base d’une approche théorique tournée vers une sociologie du travail scientifique, en l’appliquant au cas des acteurs universitaires et, plus précisément, à celui de chercheurs engagés dans un pôle de compétitivité. Cela nous a conduit à observer un paradoxe entre, d’une part, l’institutionnalisation de pratiques d’évaluation qui tendent à renforcer la dimension disciplinaire de la reconnaissance professionnelle et, d’autre part, l’objectif déclaré de rapprocher science et industrie. Il convient dès lors de relativiser le discours selon lequel le fait d’appliquer des pratiques managériales à la gestion des universités faciliterait mécaniquement les interactions entre les universités et leur environnement économique. Les pôles de compétitivité montrent le contraire, et le cas particulier de Cap Digital permet d’observer comment les acteurs engagés agissent dans ce contexte paradoxal.

56À travers l’activité de labellisation qu’ils effectuent, les pôles de compétitivité permettent à une forme de reconnaissance entre acteurs académiques et acteurs industriels de se déployer et à un ensemble de connaissances relatives aux ressources présentes sur un territoire en termes de compétences technologiques de se constituer et de circuler. Ces mécanismes sont favorisés par une pratique pédagogique de l’expertise qui n’est pas finalisée sur l’excellence scientifique et mise en œuvre par l’application d’un quota de nombre de projets sélectionnés. Le travail d’expertise des pôles vise à étendre, tout en le structurant, un “écosystème” d’acteurs et correspond en ce sens avant tout à une prestation d’ingénierie de projets. C’est à travers cette prestation que se construit aussi une connaissance du territoire susceptible d’intéresser les acteurs, académiques ou industriels, potentiellement en recherche de partenaires.

57L’analyse des relations science-industrie et des effets de l’évaluation sur ces relations gagnerait toutefois à être complétée par une étude des acteurs industriels eux-mêmes pour s’interroger sur la nature de leurs intérêts, notamment professionnels, à réaliser des projets en lien avec des universitaires. Dans quelle mesure le fait de bénéficier d’une reconnaissance dans le cercle académique constituerait-il un enjeu pour les responsables de la R&D privée ?

Haut de page

Bibliographie

Alter (N.), 2010, Donner et prendre : la coopération en entreprise, La Découverte, Paris.

Aust (J.) & Crespy (C.), 2009, « Napoléon renversé ? Institutionnalisation des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur et réforme du système académique français », Revue française de science politique, vol. 59, n° 5, pp. 915-93.

Beaud (O.), Caillé (A.), Encrenaz (P.), Gauchet (M.) & Vatin (F.), 2010, Refonder l’université : pourquoi l’enseignement supérieur reste à reconstruire, La Découverte, Paris, pp. 41-68.

Bezès (P.), 2009, « Le tournant néo-managérial dans l’administration française », in O. Borraz (O.) & Guiraudon (V.), 2008, Politiques publiques. 1. La France dans la gouvernance européenne, Paris, Presses de Sciences Po.

Chauvel (L.), 1998, « La seconde explosion scolaire : diffusion des diplômes, structure sociale et valeurs des titres », Revue de l’OFCE, n° 66, pp. 5-36.

Cytermann (J.-R.), 2010, « Les mutations des dispositifs d’évaluation, leviers essentiels des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche en France », in M.-F. Fave-Bonnet (dir.), L’évaluation dans l’enseignement supérieur en questions, L’Harmattan, Paris, pp. 23-30.

Dodier (N.), 2009, « Penser un régime d’évaluation de la recherche scientifique », Site Internet « Évaluation de la recherche en SHS » : http://evaluation.hypotheses.org/files/2009/05/dodier-regime-devaluation.pdf

Filâtre (D.), 2010, « L’évolution des politiques universitaires de formation en France à travers le processus de Bologne », in C. Fortier, Université, universités, Dalloz-Sirey, Paris, pp. 251-264.

Gollain (V.), 2005, « La nouvelle réalité des pôles. L’expérience de l’Ile-de-France », Vie et sciences économiques, Paris, ANDESE, pp. 170-171.

Grossetti (M.), 2003, « Les relations entre les universités et l’industrie en France. Les interactions entre formation, recherche et collaborations industrielles », in G. Felouzis (dir.), Les mutations actuelles de l’Université, Paris, PUF, pp. 47-67.

Hicks (D.), 2009, « Evolving regimes of multi-university research evaluation », Higher Education, vol. 57, n° 4, pp. 393-404.

Larédo (P.) & Mustar (P.), 2003, « Politiques de recherche et d’innovation », in P. Mustar & H. Penan (dirs.), Encyclopédie de l’innovation, Paris, Economica, pp. 613-626.

Musselin (C.), 2001, La longue marche des universités françaises, Paris, PUF.

Paradeise (C.), 2008, « Autonomie et régulation : Retour sur deux notions-clés », in Th. Le Bianic & A. Vion (dirs.), Actions publiques et légitimités professionnelles, Paris, LGDJ, Lextenso Éditions, pp. 289-296.

Shinn (T.), 2000, « Axes thématiques et marché de diffusion », Sociologie et Sociétés, vol. 1, n° 32, pp. 43-69.

Simonet (M.), 2006, « Le monde associatif : entre travail et engagement », in N. Alter (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, PUF,pp. 191-207.

Thèves (J.), Lepori (B.) & Larédo (P.), 2007, « Changing patterns of public research funding in France », Science and Public Policy, vol. 34, n° 6, pp. 389-399.

Whitley (R.) & Gläser (J.) (dirs.), 2007, The Changing Governance of the Sciences. The Advent of Research Evaluation Systems. Sociology of the Sciences Yearbook vol. 26, Dordrecht, Springer.

Haut de page

Notes

1 Clément Pin réalise un travail de thèse à l’université Paris XIII, projet soutenu par l’attribution d’une allocation doctorale Région Ile-de-France.

2 Cet article prolonge un exposé présenté lors d’un séminaire de l’IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) en 2010 à l’Université Paris-Est, Marne la Vallée.

3 Nous désignons par évaluation ex post les évaluations prenant en compte les produits de la recherche (publications, brevets, etc.) pour mesurer les activités des chercheurs ou d’une unité, par opposition à l’évaluation ex ante qui désigne l’évaluation en vue de l’attribution de financements particuliers (i.e. la sélection d’équipes pour un projet déterminé).

4 La dotation globale de fonctionnement correspond à la part principale du financement par l’État des universités. À celle-ci s’adjoint une dotation contractuelle négociée tous les quatre ans et représentant environ 20 % des crédits, ainsi que des enveloppes spécifiques (contrats de projet État-Région, plan Campus, Investissements d’avenir, etc.).

5 Notons à cet égard l’absence de critères relatifs aux brevets, aspect sur lequel nous reviendrons dans la deuxième partie de l’article.

6 Comme le souligne N. Dodier (2009), il ne s’agit pas d’un métier mais d’une place qu’occupent certains acteurs. Dans l’AERES, ces « évaluateurs spécialisés » désignent les dirigeants et les délégués qui assurent la jonction entre l’agence et le monde académique.

7 L’agence rassemble l’évaluation des établissements, des formations et des laboratoires et unités d’accueil qui était auparavant assurée par des institutions distinctes. Le comité de visite de l’AERES chargé de l’évaluation a pour mission de dégager les points forts et les faiblesses de l’entité. Le rapport final présente des notes pour les différents points évalués, ainsi qu’une note globale allant de A+ à C.

8 Il ne s’agit pas pour autant d’une transition “mécanique” qui s’observerait dans la plupart des pays. L’exemple du Research Assessment Exercise en Angleterre a abouti à l’adoption d’une évaluation par les pairs informée par les indicateurs, montrant ainsi que le régime managérial est parfois réévalué dans certains contextes (Hicks, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Debailly et Clément Pin, « Quels impacts des dispositifs d’évaluation sur la recherche universitaire ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 11 | 2012, 11-32.

Référence électronique

Renaud Debailly et Clément Pin, « Quels impacts des dispositifs d’évaluation sur la recherche universitaire ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 26 mars 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/2131

Haut de page

Auteurs

Renaud Debailly

Sociologie, Maître de conférences, Université Paris IV – Sorbonne.
Renaud.Debailly@paris-sorbonne.fr

Clément Pin

Sociologie, Allocataire-moniteur (allocation régionale), Université Paris XIII – Villetaneuse, Centre de recherche sur l’action locale (CERAL – EA 3968).
Pin.clement@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org