Navigation – Plan du site
Nos auteurs ont publié

Nos auteurs ont publié

p. 341-346

Texte intégral

1Cette rubrique donne à lire la “quatrième de couverture” qui nous est envoyée par des auteurs ayant été publiés par les CRES, des membres du comité de rédaction et du comité scientifique des CRES ou des membres de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES), d’ouvrages publiés (ou co-publiés) par eux, dans l’une des deux langues pratiquées par la revue (français et anglais), portant sur les champs abordés par la revue, et qui sont parus depuis la sortie du précédent numéro.

Carole Daverne & Yves Dutercq, 2012, Les Bons élèves, PUF, collection « Éducation et société ».

2Cet ouvrage s’intéresse aux stratégies des lycéens et des étudiants des classes préparatoires aux grandes écoles, en même temps que de leurs familles, dans la perspective de valoriser au mieux de bons résultats scolaires. Il analyse par la même occasion les remises en question pédagogiques émanant des établissements et des enseignants qui les accueillent. Qui sont ces « bons élèves », en l’occurrence ce public des filières sélectives, renouvelé et plus hétérogène ? Quelles sont les dispositions et les stratégies qui les caractérisent ? Comment construisent-ils leurs choix d’orientation et leurs projets pour l’avenir ? Quels sont leurs modes de travail et de vie ? Mais aussi, qui sont les enseignants qui les encadrent et les accompagnent ? Mobilisant une enquête sociologique de terrain, l’ouvrage montre que les bons élèves, pour prétendre accéder à un poste de responsabilité et à une réussite professionnelle, doivent non seulement réussir leurs études, mais aussi choisir les « bonnes » orientations, faire preuve d’aptitude au changement et à la gestion de l’incertitude, se montrer capables de prendre des risques et d’innover.

Alain Fernex & Laurent Lima (éds.), 2012, To be a student within Bologna process. New insights and studies outcomes, Presses universitaires de Grenoble.

3This work is the results of an international scientific collaboration that has been going on for ten years. The research’s themes are higher education and students. A lot of works are now produced on higher educational policies, at a national level, but also at an international level. The originality of this book is that it proceeds by inquiries with the students, on the basis of an international questionnaire that allows international comparisons. The book gathers texts of researchers’ from university teams of several European countries (Germany, Austria, Spain, France), but also from Taïwan and Quebec. In a context of economic globalization and technological revolution, in a period when the changes brought by the construction of Europe and the increase of the international university exchanges render necessary a better knowledge of academic publics, this work brings precious information not only for the persons in charge and the decision-makers, but also for all the actors of the higher education.

Robin Cavagnoud, 2012, L’enfance entre école et travail au Pérou. Enquête sur des adolescents à Lima, Karthala, Paris.

4Le travail des enfants a une longue histoire dans la réalité sociale du Pérou, comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, que ce soit en milieu rural ou urbain. Pour de nombreux parents, l’implication des enfants et des adolescents dans les stratégies familiales fait partie de leur condition et participe de leur apprentissage à la discipline et à la responsabilité. Depuis quelques années, la rigueur des analyses sur ce phénomène s’affine et s’appréhende de manière plus pragmatique. Il n’est pas ici question d’accepter toutes les formes de travail concernant les enfants, mais de décrire, dans cet ouvrage, ce qui se passe pour certains d’entre eux à Lima, capitale et grande métropole péruvienne. S’appuyant sur des enquêtes de terrain auprès de 42 enfants et adolescents travailleurs, cette étude présente les raisons qui amènent les plus jeunes à entrer dans le monde du travail, avec une scolarisation complète (possible grâce au fonctionnement du système scolaire au Pérou), partielle, ou abandonnée. Sont exposés lucidement les motifs de ce choix, perçu pour certains comme constituant une forme de socialisation alternative à l’école. Le récit de vie de ces adolescents nous aide à identifier les facteurs de leur situation familiale (pauvreté, père absent, maladie, fratrie nombreuse…) et sociale (migration, problèmes administratifs…), les contraignant à mettre en place des stratégies d’adaptation pour surmonter les épreuves, tout en conservant une marge de manœuvre qui leur permet d’intervenir comme acteur de leur propre existence. La déscolarisation vécue par certains d’entre eux ne signifie pas vie indépendante ; le travail, souvent difficile, les conduit à manifester une grande solidarité familiale, dans des situations quotidiennes évoluant de la précarité à la survie.

Sophie Orange, 2013, L’autre enseignement supérieur. Les BTS et la gestion des aspirations scolaires, Paris, PUF, collection « Éducation et société ».

5Les Sections de technicien supérieur (mieux connues sous le sigle BTS) sont souvent oubliées lorsque l’on parle de l’enseignement supérieur, et sont souvent confondues avec les IUT dont elles partagent la durée d’études (2 ans), le caractère professionnel et l’entrée sur recrutement. À l’écart des campus universitaires, ces formations accueillent pourtant un bachelier sur cinq dans sa poursuite d’études. Les BTS constituent ainsi la deuxième voie d’accès à l’enseignement supérieur après les universités, présentant ainsi la singularité d’être des filières à la fois sélectives et de masse. Cet « autre supérieur » a aussi pour spécificité d’être le supérieur des autres, de ceux qui constituent les minorités de l’enseignement postbac : les bacheliers d’origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels. L’enjeu de cet ouvrage est d’analyser finement les ressorts de l’orientation massive des ces publics vers ces formations, en mettant en évidence les conditions de possibilité historiques, structurelles et individuelles des choix scolaires. Au-delà, il s’agit donc de comprendre ce que la formation en BTS fait aux étudiants et ses effets sur leurs aspirations.

Christel Coton & Laurence Proteau, 2012, Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement, Presses universitaires de Rennes.

6Outil privilégié du New Public Management, l’écriture reste une ressource essentielle dans la division du travail et dans les stratégies de mobilité et de distinction des professionnels. Dans cet ouvrage, les pratiques d’écritures rendent partout compte des tensions, des hiérarchies et plus largement de la division du travail (armée, police, magistrature, aide sociale). On voit alors combien le travail institutionnel d’écriture engage des positions et des identités professionnelles, mais aussi des stratégies de placement et des luttes de classement.

Guy Brucy, Fabienne Maillard & Gilles Moreau, 2013, Le CAP. Un diplôme du peuple, 1911-2011, Histoire, Presses universitaires de Rennes.

7En 2011 le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Comparé au baccalauréat bicentenaire, c’est peu ; mais par rapport à bien d’autres diplômes, y compris le célèbre certificat d’études primaires, cette longévité est remarquable. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté ? Certes, en cent ans, le CAP a connu maintes métamorphoses et son histoire est tout sauf linéaire et tranquille. Mais, il semble encore promis un bel avenir, tant il a une capacité à passer à travers les gouttes des multiples réformes scolaires, dont certaines avaient clairement envisagé sa disparition. Diplôme à vocation professionnelle, créé pour certifier la qualification ouvrière et employée, le CAP a toujours fait l’objet de polémiques. Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d’activité, trop professionnel aux yeux des enseignants du secondaire, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu’à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l’Éducation nationale. Les questions posées au moment de la création de ce diplôme en 1911, puis celles qui ont émaillé le cours de son histoire, sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l’avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être « professionnels » et préparer spécifiquement à l’emploi, leur curriculum, l’organisation de la formation, l’équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent inévitablement questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d’un diplôme professionnel quel qu’il soit. C’est l’ensemble de cette actualité dont rend compte cet ouvrage pluridisciplinaire, le premier consacré au CAP, un diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation des ouvriers et des employés et enjeu d’avenir, pour mieux comprendre les rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société.

Frédéric Lebaron, Christophe Gaubert & Marie-Pierre Pouly, 2013, Manuel visuel de sociologie, Paris, Dunod.

8Ce Manuel visuel de sociologie s’adresse aux étudiants de licence de sociologie, d’AES, de science politique et aux étudiants du travail social. Il présente de façon claire et illustrée, avec des photos, des encadrés, des graphiques, des schémas, des exercices et des références web et bibliographiques, les bases du raisonnement sociologique et des procédures d’enquête et de production des savoirs sociologiques. Il expose dans un premier temps ce qu’est la discipline sociologique aujourd’hui, à la fois dans ses relations multiples avec d’autres domaines du savoir et dans sa spécificité épistémologique. La deuxième partie détaille ensuite les méthodes de la sociologie, qui constituent un ensemble cohérent de pratiques qui la distinguent d’autres disciplines, en déconstruisant l’opposition classique entre méthodes quantitatives et qualitatives. Enfin sont introduits les différents domaines d’investigation de la discipline, par une série de chapitres centrés sur l’analyse des structures matérielles et symboliques du monde social, permettant de comprendre comment la sociologie rend intelligible les faits sociaux.

Olivier Glassey, Jean-Philippe Leresche & Olivier Moeschler (dir.), 2013, Penser la valeur d’usage des sciences, Éditions des archives contemporaines, Paris.

9Mesurer les usages de la recherche en dehors du champ scientifique, est-ce possible, est-ce souhaitable ? L’ouvrage vise à documenter sous quelles modalités les débats conduits autour de la nature et de la valeur des usages des productions scientifiques dans des arènes de plus en plus larges et variées – scientométrie, transferts de technologie, relations sciences et société – contribuent non seulement à la mesure de la science et de ses effets, mais à influencer les manières mêmes de conceptualiser l’évaluation de la recherche scientifique. En lien avec les importants développements des réflexions internationales sur la production, la diffusion et les évaluations de la recherche, cet ouvrage propose ainsi d’explorer de multiples questions et défis relatifs aux processus contextualisés d’appropriation des sciences : qui sont les usagers des sciences et leurs publics ? Comment se construit et circule la valeur de la recherche ? Quelle est la valeur de la recherche pour ses utilisateurs et peut-on la mesurer ? La valeur des usages dérivés de la recherche doit-elle participer à la mesure des performances de la recherche ? Quel sens les divers publics concernés par la recherche donnent-ils aux démarches évaluatives ? Quelles sont les instances sociales et politiques légitimes pour évaluer les résultats de la recherche ? La légitimité de la science dans la société sort-elle renforcée de l’élargissement du cercle des producteurs, diffuseurs et utilisateurs de la recherche ? Réunissant des spécialistes reconnus de plusieurs disciplines, cet ouvrage offre une perspective originale sur les questions de l’évaluation de la recherche dans le cadre des enjeux contemporains des rapports entre science et société.

Jean-Philippe Leresche, Frédéric Joye-Cagnard, Martin Benninghoff & Raphaël Ramuz, 2012, Gouverner les universités. L’exemple de la coordination Genève-Lausanne (1990-2010), Presses polytechniques et universitaires romandes (PPUR), Lausanne.

10Aujourd’hui, en Europe, la coordination interuniversitaire constitue l’un des principaux enjeux du gouvernement des institutions d’enseignement supérieur. Dans un contexte de concurrence accrue, pourquoi les universités coopèrent-elles ? Comment les coopérations sont-elles comprises et utilisées par les différents acteurs politiques, institutionnels et scientifiques ? En quoi affectent-elles l’autonomie des établissements universitaires ? Comment sont-elles réalisées et avec quels résultats ? Cet ouvrage analyse le développement d’institutions académiques et de disciplines scientifiques (biologie, physique, sciences sociales, etc.) en contexte coopératif. Il met notamment en évidence les manières dont les acteurs scientifiques eux-mêmes participent aux politiques universitaires dans des cadres historiques et politico-économiques différents qui leur offrent à chaque fois des opportunités reformulées mais aussi différenciées, inégales et variables. À partir d’archives et d’entretiens inédits, cet ouvrage retrace et explique les diverses formes prises par la coordination interuniversitaire sur le Bassin lémanique entre l’École polytechnique fédérale de Lausanne et les universités de Genève et de Lausanne durant ces vingt dernières années. On y suit notamment le passage d’un régime d’austérité des finances publiques dans les années 1990 à un régime d’investissements sélectifs dans les sciences au tournant du siècle couplé à un projet politique de construction d’une « région lémanique de la connaissance ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 12 | 2013, 341-346.

Référence électronique

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 12 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cres.revues.org/2443

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org