Navigation – Plan du site

La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le brevet d’études professionnelles

The disgrace of a french diploma: the brevet d’études professionnelles
Fabienne Maillard
p. 71-90

Résumés

Institué en France en 1966, le Brevet d’études professionnelles (BEP) a longtemps été promu par le ministère de l’Éducation nationale, qui a voulu en faire le diplôme professionnel de référence pour l’accès aux emplois d’ouvriers et d’employés qualifiés. Après la création du baccalauréat professionnel en 1985, le BEP est devenu le principal diplôme de la voie professionnelle. Depuis la fin des années 1990 cependant, plusieurs réformes ont eu lieu dans cette voie de formation et de nouvelles orientations politiques ont pris place. Elles ont progressivement disqualifié le BEP avant d’aboutir à la suppression de son cursus de formation, prélude possible à sa disparition totale. Dès lors que cette décision intervient après le déclin et la relance d’un autre diplôme proche du BEP, le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), elle invite à mettre en question la politique éducative menée dans la voie professionnelle depuis trente ans.

Haut de page

Texte intégral

1En France, la voie professionnelle est très souvent assimilée à une voie “de relégation”. Elle accueille pourtant 40 % des sortants de troisième et a subi maintes métamorphoses depuis 1959, date de l’intégration de l’enseignement technique dans le système scolaire. Elle n’est donc ni homogène ni statique mais polymorphe, stratifiée et en mouvement permanent en raison de sa double fonction de scolarisation et de professionnalisation (Maillard, 2007). Elle a cependant la particularité de former un public massivement d’origine populaire, souvent en délicatesse avec les matières d’enseignement général sur lesquelles se forge la norme de réussite scolaire, et qu’elle destine à des emplois d’ouvriers et d’employés qualifiés. Dans un pays où ces emplois sont volontiers considérés comme résiduels (Chauvel, 1998 ; Beaud & Pialoux, 1999), bien qu’ils occupent encore plus de la moitié de la population active, les diplômes qui y préparent ne jouissent pas d’une image très positive. Ces éléments contribuent à expliquer la position dominée de la voie professionnelle dans le système éducatif, position à laquelle contribuent les chercheurs lorsque la “relégation” fonde leur analyse.

2Lorsqu’il évoque l’échec de la quête d’égale dignité entre l’enseignement général et l’enseignement technique conduite par les « réformateurs » au pouvoir dans les années 1960, Jean-Michel Chapoulie le justifie en partie par l’ignorance des personnels politiques et administratifs à l’égard « des comportements pourtant prévisibles de la population – comme le refus des filières de relégation » (Chapoulie, 2010 : 450). Outre qu’elle peut sembler anachronique tant l’accès à un diplôme était un fait rare dans les années 1960, cette interprétation omet de prendre en compte la reconnaissance dont jouissait alors le principal diplôme de la voie professionnelle dans les familles populaires comme dans les milieux ouvriers et patronaux : le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) (Brucy, Maillard & Moreau, 2013). Elle ne dit rien non plus des ambiguïtés des responsables politiques et administratifs à l’égard des diplômes professionnels. Or, en faisant perdre à la voie professionnelle son autonomie et en la désignant comme la troisième filière d’enseignement, après les filières générale et technique, dans le cadre de la massification du second degré, ils l’ont promise à la déconsidération. La suppression de la Direction de l’enseignement technique, en 1961, marque ainsi une rupture avec le projet des constructeurs de cette voie de formation, qui ont toujours défendu sa singularité (Brucy, 1998).

3Si toutes les tentatives officielles de « revalorisation », qui jalonnent la politique éducative depuis une cinquantaine d’années, échouent, c’est moins en raison de moyens inadaptés ou de mesures inefficaces que d’ambitions bien différentes de celles qui sont affichées. Après l’histoire récente du CAP, celle du Brevet d’études professionnelles (BEP) manifeste ce décalage. Instrument de la politique de hausse du niveau d’éducation dans les années 1960 et 1970, le CAP a connu une croissance considérable avant d’être évincé des lycées professionnels au nom de son obsolescence, lorsqu’a été créé le baccalauréat professionnel, en 1985. Mis en concurrence avec le BEP, devenu le vivier du baccalauréat professionnel, il a subi toute une série de mesures destinées à minorer sa place dans le système éducatif comme sur le marché du travail. La chute du CAP dans le système scolaire pendant deux décennies est par conséquent le résultat d’un dispositif spécifique, méthodiquement organisé. À la fin des années 1990, cependant, le ministère de l’Éducation nationale a entrepris de réhabiliter ce diplôme… en destituant cette fois le BEP (Maillard, 2005). Diplôme « à double finalité » transformé en diplôme « propédeutique », le BEP n’est plus aujourd’hui qu’un « diplôme intermédiaire », auquel ne prépare plus aucun cursus de formation. Original à sa naissance, il dispose d’une particularité inédite dans le système éducatif français : celle d’être un diplôme sans formation.

4Comment cette évolution a-t-elle pu avoir lieu, quels en ont été les instigateurs et selon quels registres de rationalité ? Le BEP n’avait-il plus aucune raison d’être pour disparaître ainsi de l’offre de formation ?

  • 1  Mises en place en 1948 dans leur forme actuelle, les CPC ont pour mission de créer, rénover et sup (...)

5À partir d’une approche socio-historique, de la synthèse de plusieurs enquêtes de terrain menées sur différents diplômes professionnels et d’une recherche conduite sur Les premiers pas de la rénovation de la voie professionnelle dans le champ tertiaire (Maillard, 2010), cet article rend compte du processus de réforme d’un diplôme pour mieux éclairer les rapports complexes que les responsables de la politique éducative entretiennent avec les diplômes de la voie professionnelle. Alors même que les questions d’emploi sont, très logiquement, au cœur de leurs discours, la manière dont ils traitent ces diplômes met en valeur d’autres priorités, ainsi qu’une conception singulière du dialogue social au cœur de l’activité des Commissions professionnelles consultatives (CPC)1.

6La première partie retrace l’ascension du BEP et décrypte les mesures qui l’ont favorisée. La seconde est dédiée au processus de disqualification qui a justifié la condamnation de la formation, et qui a pris place en dépit non seulement des résultats mis en valeur par les observations des chercheurs mais aussi des réticences exprimées par les partenaires sociaux. À travers l’exemple du BEP, c’est la définition des diplômes professionnels qui est mise en question. Le modèle d’instabilité qui régit la politique menée dans la voie professionnelle est-il réservé aux diplômes considérés comme “petits” dans la hiérarchie scolaire, ou bien est-il voué à se généraliser à l’ensemble des diplômes de l’enseignement secondaire et supérieur, désormais tous “professionnels” et en même temps orientés vers la poursuite d’études ?

1966-1998 : l’irrésistible essor du BEP

7Dès 1961, Jean Capelle, directeur général de l’organisation et des programmes scolaires au ministère de l’Éducation nationale, évoque l’idée de « familles professionnelles » comme cibles de certains diplômes, à la place des métiers. Les nouveaux process de production industrielle et la tertiarisation de l’économie alimentent cette conception des diplômes, confrontée à d’importantes évolutions du travail et de l’emploi. Il souhaite également reporter l’orientation des élèves à la fin de la troisième, afin de la rendre plus choisie et de favoriser l’accès à la culture générale (Chapoulie, 2010 : 434). Il faudra cependant attendre 1965 pour que soit prise la décision de créer un nouveau diplôme, le BEP, préparant à ces familles professionnelles ; et encore quelques mois avant que ce diplôme ne voie le jour (Brucy, 1998). En janvier 1966, le BEP est défini et, le 24 avril 1966, Christian Fouchet, ministre de l’Éducation nationale, présente, lors d’une conférence de presse, le schéma adopté pour réformer l’enseignement professionnel : le BEP sera un diplôme polyvalent, apte à accompagner les transformations du système d’emploi ; dans les établissements scolaires, il remplacera le CAP, dévolu à l’apprentissage et à la formation continue.

8Si les deux diplômes visent les mêmes catégories d’emplois, celles d’ouvriers et d’employés qualifiés, ils ciblent des publics et des types d’activités différents. Alors que le CAP accueille des jeunes après la cinquième de collège et forme des milliers d’élèves et d’apprentis, le BEP est réservé aux sortants de troisième et à la voie scolaire. Jusqu’à la loi de 1987 autorisant la préparation de l’ensemble des diplômes professionnels par la voie de l’apprentissage, il reste inaccessible aux apprentis. Ses emplois de destination ne sont pas non plus tout à fait les mêmes, dans la mesure où son originalité réside dans le rejet du métier, abandonné au CAP.

9Prenant en compte les prévisions d’emploi du Commissariat général du Plan, cette initiative est agréée par certaines fractions du patronat industriel, celles dont les entreprises connaissent d’importantes évolutions technologiques et organisationnelles (électromécanique, automobile, industrie aéronautique…) et qui réclament une main-d’œuvre d’un niveau d’éducation supérieur à celui du CAP pour affronter les mutations à venir (Brucy, 1998). Le ministère envisage ainsi de répondre aux besoins actuels et futurs du système productif, même si ni le premier ministre de l’époque, Georges Pompidou, ni Jean Capelle n’accordent totalement leur confiance aux prévisions du Plan (Chapoulie, 2010). Du reste, l’évolutionnisme dont celles-ci feront preuve leur donnera raison (Braudel & Labrousse, 1993).

  • 2  Devenu Mouvement des entreprises de France (Médef) en 1998.
  • 3  Responsable du service chargé des diplômes professionnels au sein de l’administration centrale du (...)

10Si le Conseil national du patronat français (CNPF)2 considère d’un œil favorable le nouveau diplôme en gestation, celui-ci séduit beaucoup moins les artisans et les employeurs attachés aux gestes du métiers, comme ceux du bâtiment, qui lui resteront longtemps hostiles (Pillemont, 1999). Jusqu’à la dernière réforme de la voie professionnelle, engagée en 2007, aucun BEP ne verra d’ailleurs le jour dans les arts appliqués ou dans les services aux personnes (la coiffure, par exemple), où il apparaît beaucoup trop “scolaire”. Selon Benoît Bouyx3, la mise en place du BEP dans certains domaines professionnels s’est avérée « très conflictuelle » (1996 : 71), comme dans la mécanique générale, hostilité qui subsistait encore en 1994 dans une part des entreprises où j’ai mené l’enquête pour comparer les CAP et les BEP de cette filière (Maillard, 1994a). Face au CAP, créé en 1911, inscrit dans les conventions collectives dès 1936 et emblématique de la qualification ouvrière, le BEP faisait pâle figure et pouvait représenter une curieuse invention bureaucratique.

11Invitées à émettre un avis sur les projets de création de diplômes, les Commissions professionnelles consultatives (CPC) ont parfois résisté à l’imposition du BEP par l’administration centrale, mais avec plus ou moins de succès. Elles sont en effet seulement « consultatives », ce qui restreint de fait leur pouvoir lorsque le ministre l’exige (Möbus & Verdier, 1997). Avec l’appui des inspecteurs généraux, le BEP a donc non seulement vu le jour mais s’est rapidement développé, sa création répondant à « un double mouvement : l’accompagnement de la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, décidée en 1959 […], l’offre d’une voie de formation professionnelle plus ouverte et permettant une meilleure adaptabilité que le CAP » (Bouyx, 1996 : 71). Historiquement liée à la constitution de l’enseignement technique et professionnel français, marquée par la « scolarisation des apprentissages » (Prost, 1982), cette double vocation – assurer la formation professionnelle d’une partie de la population juvénile pour la conduire rapidement à l’emploi ; participer à l’effort de scolarisation – s’inscrit toutefois dans un rapport plus dialectique qu’harmonieux depuis que l’enseignement professionnel est devenu la troisième filière scolaire.

Un développement rapide mais dominé par celui du CAP

  • 4  Les chiffres de la première section proviennent tous de l’édition 1998 de Repères et références st (...)

12Institué dans une période marquée par des politiques de démocratisation de l’enseignement secondaire qui ont abouti à la première « explosion scolaire » (Prost, 1986), le BEP a profité de cet élan, dont il a été l’un des éléments. Sa croissance a été très rapide puisqu’en 1970/71, il rassemblait déjà 134 000 élèves (France métropolitaine, MEN, 1998)4. Considéré comme un vecteur de la modernité, il a rapidement trouvé une place dans le système éducatif. Contrairement à ce qui avait été annoncé, cependant, il ne s’est pas substitué au CAP, également mis à contribution pour développer l’enseignement secondaire. Censé disparaître de la voie scolaire, le CAP atteint en 1970/71 son effectif le plus élevé : plus de 510 000 élèves le préparent ! Les logiques de gestion des flux qu’imposent l’expansion scolaire et la conception très française qui la soutient (hier comme aujourd’hui) ont ainsi favorisé le déploiement d’un diplôme suspecté d’obsolescence. En dépit du coût représenté par la multiplication des sections de CAP, avec leur équipement et leurs enseignants spécifiques, et sans tenir rigoureusement compte des évolutions de l’emploi, c’est ce diplôme que le ministère choisit de diffuser. Tout en prévoyant de développer les préparations du CAP en deux ans après la troisième, il consolide le palier d’orientation de fin de cinquième, s’offrant ainsi la possibilité de démocratiser le second cycle du second degré sans mettre en cause l’ordre scolaire en place. Par l’enchantement du verbe, les Collèges d’enseignement technique (CET) pourront devenir, en 1975, des Lycées d’enseignement professionnel (LEP) tout en continuant de former les mêmes élèves aux mêmes diplômes : le CAP et le BEP.

  • 5Cf. la base Reflet du Céreq.

13Les contradictions de la politique éducative ne se limitent pas là. Elles touchent également la définition du BEP, qui a très rapidement échappé au projet initial. Lorsqu’il présente ce diplôme, le ministre Christian Fouchet affirme que deux catégories d’activités sont visées : celles « qui exigent un groupe de connaissances et d’aptitudes dont l’acquisition procure une capacité théorique plus large que le métier lui-même » et celles qui privilégient « l’aptitude à comprendre et maîtriser le fonctionnement d’ensembles importants ou complexes » (conférence de presse du 24 avril 1966). Outre qu’il établit une relation hiérarchique entre le CAP et le BEP, ce discours suppose une nette différenciation des contenus de formation. La liste des BEP créés dans cette période n’en rend toutefois pas compte. Alors que le diplôme s’inscrit dans un champ professionnel et n’a pas vocation à la spécialisation, trois BEP sont créés en 1969 dans le tertiaire administratif, six voient le jour entre 1970 et 1971 dans la filière automobile, six autres dans l’industrie de l’habillement entre 1969 et 19725… De nouvelles spécialités sont peu à peu mises en place dans la plupart des domaines professionnels, moins pour répondre à l’émergence de nouveaux emplois que pour élargir les publics-cibles et faire du renouvellement de l’offre de formation une preuve du dynamisme des secteurs d’activité. Sous les efforts conjugués des branches professionnelles et de l’administration centrale, des spécialités identiques ou au moins très proches sont instituées en CAP et en BEP (dans la vente, la mécanique générale, les finitions du bâtiment, etc.) et le nombre des BEP enfle. Ils sont 76 en 1983, chiffre très inférieur aux 314 CAP mais quand même suffisamment élevé pour inquiéter le ministère et susciter un processus de rationalisation de l’offre. Pour Benoît Bouyx, « conçu au départ comme un diplôme offrant un spectre plus large que le CAP, le BEP avait eu tendance à reproduire progressivement le profil du CAP. On en arrivera à dire que le BEP et le CAP, c’était à peu près la même chose, mais avec des élèves d’un profil différent » (1996 : 72). C’est bien ce qu’affirmaient les enseignants et les employeurs interrogés en 1992 à propos de la différence entre un CAP vente et un BEP vente, l’analyse comparée des curricula n’en laissant entrevoir aucune (Maillard, 1994b).

14Malgré leur proximité, le BEP possède quelques avantages sur le CAP : il se prépare après la troisième et accueille des élèves d’un meilleur niveau scolaire, et il autorise depuis 1979 la poursuite d’études en baccalauréat de technicien, via une première d’adaptation. Il relève ainsi vraiment du second cycle du second degré, alors que le CAP occupe une position intermédiaire entre le collège et le lycée. Et son obtention peut aller de pair avec celle d’un CAP puisque le ministère encourage les doubles candidatures.

15Pour réguler l’offre de BEP, la Direction des lycées et collèges commande en 1982 une réflexion au Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq). L’organisme propose de réduire à 20 le nombre des spécialités, en coupant toute référence à des secteurs d’activité économique, des métiers ou des postes, et en faisant prévaloir la notion de « champs professionnels » (comme celui de la maintenance, qui concerne aussi bien l’industrie que les services). Il suggère par ailleurs d’associer à chaque BEP des CAP plus spécialisés, tout candidat au BEP devant pouvoir passer en même temps les épreuves d’un CAP, dans le cadre d’un examen unique (Bouyx, 1996). Si la première proposition reste lettre morte, la seconde est mise en place. Officiellement, elle permet de réduire le coût des examens, gonflé par les doubles candidatures, et de diminuer le nombre des sortants sans diplôme. Selon de tels principes, elle relève à la fois de la rationalisation budgétaire et de la philanthropie. Dans la pratique cependant, elle assure la domination du BEP sur le CAP, réduit à ne plus être qu’une composante du premier, et porte ombrage à ses titulaires.

16Sur le marché du travail, la différence entre les deux diplômes est moins nette. Elle n’est pas non plus toujours opérée par les statistiques ou par les observateurs. Spécialiste des diplômes et de leurs relations avec l’emploi, et directeur-adjoint du Céreq de 1988 à 1994, Éric Verdier (1995 : 24) rappelle que « durant les premières années 1980 et en particulier en 1983, l’enseignement professionnel connaît une brusque dévalorisation sur le marché du travail : le taux de chômage des jeunes sortant du système éducatif avec un CAP ou un BEP progresse de 10 points, ce qui les place à un niveau très proche des sans diplômes (aux alentours de 60 %) ». Pour lui, c’est cette dégradation des modes d’accès à l’emploi des titulaires des diplômes professionnels qui a justifié la création du baccalauréat professionnel et la refonte de l’offre de diplômes. Le travail publié par le Groupe des enseignements technologiques sur L’avenir du niveau V approfondit l’analyse (GET/Céreq, 1990). Nourri des résultats des enquêtes d’insertion menées par le Céreq, il met en valeur l’inégalité des CAP et des BEP selon les domaines professionnels et les spécialités. Si certains CAP et BEP ne permettent pas d’accéder rapidement à l’emploi stable, d’autres y sont plus favorables. Autrement dit, ce n’est pas le CAP ou le BEP qui pose problème mais certains CAP et BEP, comme ceux de l’habillement, des industries déclinantes ou du tertiaire administratif, soit parce que l’emploi visé a disparu, soit parce que les employeurs réclament un diplôme d’un niveau supérieur pour embaucher (ce qui est le cas dans le secrétariat et la comptabilité). Dans le rapport qu’elle dirige à l’intention du Secrétaire d’État à l’enseignement technique sur les formations d’ouvriers et d’employés que la France devrait développer, Lucie Tanguy (1991) parvient à des conclusions similaires et soutient l’existence en parallèle des deux diplômes.

17En 1985, lorsqu’est créé le baccalauréat professionnel, le BEP a gagné beaucoup de terrain puisqu’il forme 391 000 élèves (France métropolitaine, MEN, 1998). En une vingtaine d’années, sa croissance a été considérable. Elle l’a moins été, cependant, que celle du CAP, lequel occupe toujours la première place dans la voie scolaire, avec 423 000 élèves. Pour que le BEP supplante ce diplôme, il faudra non seulement une forte impulsion du ministère mais également l’intervention de plusieurs mesures très particulières.

Un diplôme promu par sa « double finalité »

18Désigné comme le vivier du baccalauréat professionnel, qui ne peut pas être préparé sans la détention préalable d’un diplôme de niveau V, le BEP connaît une nouvelle logique de développement dans les années 1980. Déjà ouvert à la poursuite d’études puisqu’il permet d’accéder au baccalauréat technologique, il devient officiellement un diplôme « à double finalité ». Bien qu’elle ne soit guère originale, dans la mesure où elle s’applique par principe à l’ensemble des diplômes professionnels du ministère de l’Éducation nationale, cette définition en fait un élément-clé de l’enseignement professionnel à un moment où l’accès au baccalauréat devient une norme scolaire, 80 % d’une classe d’âge devant atteindre le niveau du baccalauréat en 2000 (proclamé au milieu des années 1980, cet objectif a ensuite été inscrit dans la loi d’orientation sur l’école du 10 juillet 1989). Dans cette nouvelle configuration scolaire, le BEP apparaît porteur de multiples possibles alors que le CAP tend plutôt à les restreindre ; s’il autorise également l’entrée en baccalauréat professionnel, c’est surtout lorsqu’il n’existe pas de BEP, comme dans certaines spécialités industrielles, dans les services aux personnes et les arts appliqués.

19Cette valorisation ne suffit pas, néanmoins, à assurer son empire dans l’offre de formation. Le ministère prend alors des mesures radicales, destinées à exclure le CAP des lycées professionnels (descendants des LEP) et à le réserver, de facto, à l’apprentissage et à la formation continue. Ce qui n’a pas été fait en 1966 prend forme vingt ans plus tard, d’une manière tout aussi discrète qu’efficace, relayée par les ministres successifs mais sans jamais être assumée par les responsables politiques ni institutionnels, qui parleront au mieux d’une politique instable (Legrand, 1994). C’est donc grâce au décryptage de toutes ces mesures d’apparence souvent technique qu’il est possible de reconstituer les logiques d’action à l’œuvre, dont tout prouve qu’elles avaient pour but d’éliminer le CAP de la voie scolaire.

20L’octroi de moyens constants aux établissements de formation est l’une des ces mesures-phares. Invités à ouvrir des classes de baccalauréat professionnel, les responsables des lycées professionnels doivent choisir entre la préservation des sections de CAP et le développement du BEP. C’est ce dernier qu’ils privilégient, en tant que socle du baccalauréat professionnel. Beaucoup résistent néanmoins et tiennent à conserver une offre de CAP. La suppression de plusieurs CAP à gros flux scolaires mais à faibles flux d’apprentis, comme ceux du tertiaire administratif et de la mécanique industrielle, vient alors compléter le dispositif d’extraction du CAP, parfois à l’initiative des organisations patronales – l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) est ainsi à l’origine de la disparition des CAP de mécanique –, parfois à celle des organisations syndicales – comme dans le tertiaire de bureau ou la pharmacie (Maillard, 2005). Tout en continuant de créer de nouveaux CAP pour des métiers en émergence ou des emplois exigeant de nouvelles compétences (comme ceux de la prévention-médiation ou de la restauration collective), le ministère supprime des dizaines de spécialités.

21Une autre mesure notable est l’association du CAP au BEP, qui connaît une franche extension entre 1985 et 1995. Pour Lucie Tanguy (1991), les CAP ainsi associés deviennent des « sous-diplômes ». Le BEP apparaît en revanche renforcé. Le succès de ce dispositif sera tel que les élèves issus du BEP constitueront près de 40 % des candidats au CAP dans les années 1990.

22La suppression du palier d’orientation de fin de cinquième en 1991 joue elle aussi en défaveur du CAP. Alors que la préparation du diplôme en deux ans, après la troisième, pouvait a priori signaler une certaine valorisation, son assimilation à un diplôme de remédiation scolaire le dessert. Soutenue par cet ensemble de mesures, la croissance du BEP peut se redéployer, comme le montre le tableau 1. C’est donc moins sur “la demande sociale” qu’elle repose (si tant est qu’une telle demande puisse être objectivée) que sur l’affaiblissement soigneusement orchestré du CAP.

Tableau 1 : Effectifs d’élèves et d’apprentis dans les diplômes professionnels

1970

1980

1990

2000

CAP Élèves

511 394

457 310

145 394

72 092

CAP Apprentis

232 610

222 393

194 331

185 843

Total CAP

744 004

679 703

339 725

257 935

BEP Élèves

134 440

306 907

452 198

443 222

BEP Apprentis

-

-

6 712

52 974

Total BEP

134 440

306 907

458 910

496 196

Bac Pro Élèves

-

-

93 716

175 251

Bac Pro Apprentis

-

-

4 223

33 404

Total Bac Pro

-

-

98 032

208 655

Total

878 444

986 610

896 667

962 786

Source : ministère de l’Éducation nationale, Repères et références statistiques, édition 2007.
Jusqu’en 1990, les effectifs cités sont ceux de la France métropolitaine, public + privé. En 2000, ils incluent les DOM et les EREA.

  • 6  Ces BEP sont minoritaires, il s’agit de ceux qui ne mènent plus à l’emploi : secrétariat, comptabi (...)

23À la fin des années 1990, le BEP compose une catégorie plutôt hétérogène. Des BEP de métier, dédiés à une insertion immédiate dans la vie active, coexistent avec des BEP de poursuite d’études6 et des BEP « mixtes ». Si le diplôme a bien une double finalité, celle-ci se partage différemment selon les spécialités. De plus, les poursuites d’études ne suivent pas la fréquence attendue, même dans les BEP qui ne sont plus supposés conduire à l’emploi. Cette situation apparaît intolérable aux nouveaux responsables politiques, qui proposent à leur tour une grande réforme de la voie professionnelle après celle qui a donné le jour au baccalauréat professionnel.

1998-2009 : chronique d’une condamnation

24Si le baccalauréat professionnel a rapidement pris son essor, avec près de 100 000 élèves et apprentis dès 1990/91, puis 163 000 élèves et 18 000 apprentis en 1997/98 (France métropolitaine + DOM y compris EREA, public + privé, MEN, 2007), sa croissance ralentit peu après. Bien que la hausse des effectifs s’avère ininterrompue, elle est jugée insuffisante par rapport à l’objectif de conduire 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat, impossible à atteindre en 2000. Ce fléchissement, auquel s’ajoute la persistance d’un nombre élevé de sortants sans diplôme, est imputé aux dysfonctionnements de l’enseignement professionnel et principalement au BEP. Alors qu’il constitue le vivier du baccalauréat professionnel, il n’y conduit pas assez d’élèves. Il apparaît d’autant plus inefficace que, si deux diplômés sur trois poursuivent leurs études, c’est seulement le cas d’un entrant en formation sur deux. La comparaison des effectifs est claire : l’écart entre les deux diplômes reste important malgré les liens censés les unir ; si l’orientation vers la filière technologique explique une part de cet écart, surtout lorsqu’il n’existe pas de baccalauréat professionnel, comme c’est le cas dans le domaine sanitaire et social, elle n’en rend pas totalement compte. Présentée initialement comme une qualité, la double vocation du BEP devient un objet d’accusation puisqu’elle détourne une part des jeunes de l’accès au baccalauréat.

25Dans l’étude commanditée par le ministère qu’ils publient en 1998 sur La double finalité du BEP, Bernard Fourcade et Maurice Ourtau mettent en valeur l’extrême variété des usages que font les élèves du diplôme et montrent que seule une petite catégorie de spécialités mènent plus souvent à la poursuite d’études qu’au marché du travail. Dans la pratique, le BEP offre bien plus de possibilités que prévues, souvent inattendues. Les jeunes préparent ainsi un BEP puis un autre BEP ou un CAP, ou bien encore une mention complémentaire, suivant des parcours peu linéaires. Le BEP joue souvent un rôle de sas d’orientation en permettant d’accéder à un autre cursus de même niveau, ou de passer d’une spécialité à une autre. L’éventail des poursuites d’études s’inscrit par conséquent dans un registre large, même si la majorité des sortants d’une terminale de BEP se dirigent vers un baccalauréat professionnel.

26Bien qu’elle corresponde à ses ambitions originelles, cette multidimensionnalité du BEP représente un obstacle d’un point de vue gestionnaire. Elle rend les pratiques juvéniles trop imprévisibles et complexifie la régulation des flux en formation. La “réussite” du BEP, imposée pourtant par une politique très volontariste, devient soudain un problème. Le diplôme apparaît surreprésenté dans l’offre de formation. De nouvelles orientations vont alors être prises par le ministère de l’Éducation nationale, sans vraiment tenir compte des données produites par les chercheurs ni des avis émis par les organisations professionnelles au sein des CPC.

La relance du CAP contre le BEP

27À la fin des années 1990, le ministre Claude Allègre (4 juin 1997 – 6 avril 2000), décide de lancer un grand projet de rénovation des diplômes de niveau V. L’importance du nombre des sortants sans diplôme, qui stagne autour de 150 000, l’immobilisme du taux d’accès au baccalauréat et la croissance de l’emploi non qualifié, permettent d’expliquer l’irruption d’un tel projet, qui rompt avec la politique menée jusque là. Qu’elles concernent les évolutions de l’emploi ou les parcours des jeunes en formation, les prévisions n’ont pas suivi le cours attendu.

28Présentée le 24 juin 1999, la Charte pour l’enseignement professionnel intégré envisage de « clarifier les rôles respectifs du BEP et du CAP ». Celui-ci doit être relancé pour permettre aux élèves qui ne peuvent poursuivre leurs études jusqu’au baccalauréat professionnel de quitter le système éducatif munis d’un diplôme, la généralisation de l’accès à un diplôme, déjà inscrite dans la loi d’orientation sur l’école de 1989, étant l’une des préoccupations de la nouvelle réforme. Alors que le CAP doit « conduire à l’emploi », parce qu’il « a fait la preuve qu’il joue encore un rôle de protection particulièrement efficace contre le chômage et l’exclusion », le BEP « a davantage pour objectif la préparation d’un baccalauréat professionnel » (BO spécial n° 2 du 9 mars 2000). Tout doit être prêt pour la rentrée 2001. En raison des obstacles que rencontre cette dénommée « refondation » cependant – sa crédibilité étant l’un des premiers –, plusieurs années lui seront nécessaires. Malgré l’alternance politique et le revirement qu’il produit dans la politique institutionnelle, ce programme sera néanmoins validé par tous les ministres qui succèderont à Claude Allègre (après Jack Lang, ministre de Lionel Jospin du 6 avril 2000 au 5 mai 2002, Luc Ferry, François Fillon et Gilles de Robien prendront la tête du ministère, sous un gouvernement de droite). Cette étonnante unanimité peut être interprétée comme le signe d’une vision partagée sur l’avenir de la voie professionnelle… ou comme la manifestation d’une certaine indifférence à son égard.

  • 7  Entre temps, François Fillon a remplacé Luc Ferry.

29En avril 2002, un nouveau décret réglemente le CAP et le dote d’un nouveau curriculum. Ce diplôme reprend de la vigueur dans l’offre de formation, même si c’est sur un rythme modéré. Dédié à la poursuite d’études, le BEP reste de fait un diplôme à double finalité. Luc Ferry s’en inquiète et sollicite le Conseil national des programmes (CNP) par le biais d’Alain Trousson, à la fois son chargé de mission et membre de ce Conseil. Le CNP organise alors une conférence de consensus sur l’avenir du BEP, dont l’utilité est mise en cause dans l’appel à communications même. Le rapport du jury établi le 25 janvier 20057 estime cependant que « deux diplômes distincts sont nécessaires », et soutient que « les élèves reçus au BEP ont vocation à s’insérer ; ils peuvent aussi accéder au cycle terminal de la voie professionnelle » (p. 2). Autrement dit, il conforte le schéma en place, en précisant que « Avec la prudence nécessaire, le développement de la préparation du baccalauréat professionnel en trois ans pourrait par ailleurs être mise en œuvre » (ibid.). Réclamée par l’UIMM, en difficulté pour remplir les sections d’apprentis de ses Centres de formation d’apprentis (CFA), cette modalité de formation permet de préparer le baccalauréat professionnel dès la sortie de troisième sans passer par un BEP. Mise en place à titre expérimental en 2001, sous l’égide de Jack Lang, elle suscite de nombreuses réticences chez les inspecteurs généraux (plusieurs rapports en rendent compte, tous n’étant pas publiés). La question du BEP semble donc momentanément résolue.

30Dès 2005 pourtant, une nouvelle définition est donnée au diplôme par la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril : il doit être exclusivement propédeutique « et ceux des BEP qui ont actuellement une vocation d’insertion professionnelle seront transformés en CAP ». L’administration centrale est chargée de rendre le BEP conforme à cet objectif, plutôt hétérodoxe pour un diplôme dit « professionnel » et difficile à atteindre. Rien ne peut en effet contraindre les jeunes à poursuivre leur scolarité, surtout lorsqu’ils détiennent un diplôme dit « professionnel ». Considérer les sorties avec un BEP comme une anomalie ou comme le résultat d’un décrochage scolaire revient à dénier la vocation d’insertion des diplômes professionnels, et donc à mettre en cause leur existence. Dans le texte de la loi peut donc déjà se lire l’annonce de la fin prochaine du BEP.

31L’image donnée du diplôme est celle d’une certification ne menant plus à l’emploi, ce qui est vrai pour les BEP du tertiaire administratif ou des carrières sanitaires et sociales, formations à gros flux, mais ne l’est pas pour la majorité des spécialités. Les enquêtes générationnelles menées par le Céreq sur les parcours des sortants du système éducatif en 1992 et en 1998 évoquent ainsi l’insertion plutôt favorable des titulaires d’un BEP de l’industrie ou du bâtiment, les diplômés d’un BEP de l’hôtellerie-restauration ou du commerce trouvant également assez rapidement un emploi, dans des conditions cependant moins bénéfiques. Ces résultats n’empêchent pas la propagation de la mauvaise réputation du BEP, déclassé en quelques années. Néanmoins, dans la mesure où ni François Fillon ni son successeur, Gilles de Robien, n’ont d’ambitions affirmées pour la voie professionnelle, le BEP n’est pas métamorphosé. Pour repositionner le diplôme face au nouveau CAP et bien distinguer les deux diplômes, le service des CPC entreprend de diminuer le nombre des spécialités, souvent par l’agrégation/réduction de celles qui étaient déjà en place, et fait correspondre chaque BEP à un grand champ professionnel. L’objectif est d’élargir l’espace des possibles professionnels et scolaires, en pratique très inégal selon les spécialités (certains BEP ne menaient qu’à un baccalauréat professionnel, d’autres à plusieurs ; le BEP Carrières sanitaires et sociales, quant à lui, ne conduisait à aucun baccalauréat professionnel mais à un baccalauréat technologique). Cependant, les partenaires sociaux butent sur ce projet qui établit des connexions artificielles entre les activités professionnelles et acceptent mal la disparition de certaines spécialités. L’hostilité des organisations patronales du bâtiment et du bois est ainsi particulièrement vive, leurs représentants s’étant finalement mis – après avoir longtemps dénigré le BEP « trop scolaire » – à apprécier la coexistence du CAP et du BEP, en raison des différentes opportunités qu’elle leur offre en termes de recrutement.

32Face à ces résistances, la restructuration de l’offre de BEP peine à prendre forme. Parallèlement, la relance du CAP n’atteint pas les résultats escomptés, malgré tous les efforts mis en oeuvre. Nommé à la tête du ministère de l’Éducation nationale le 18 mai 2007, Xavier Darcos décide d’en finir avec toutes ces lenteurs et met en place une nouvelle réforme de la voie professionnelle.

Un diplôme sans formation et obtenu “en passant”

  • 8  Note du 9 juillet 2007 adressée par le cabinet du ministre au directeur de l’enseignement scolaire
  • 9Cf. Inspection générale des finances, Inspection générale de l’administration de l’Éducation natio (...)
  • 10  Cette décision nécessitera une modification du Code du travail pour allonger la durée du contrat d (...)

33Dès son arrivée à la tête du ministère, Xavier Darcos engage une « rénovation de la voie professionnelle », dont le but officiel est de « valoriser le lycée professionnel ; initier une profonde refondation de l’offre de diplômes et de la certification ; renforcer le pilotage par les objectifs de la carte des formations professionnelles tant au niveau national qu’au niveau académique ». Il souhaite élever « le niveau de qualification »8 et permettre à la France d’atteindre enfin le taux d’accès au baccalauréat qu’elle visait dans les années 1980. Il projette également de réduire les coûts de l’enseignement professionnel, mis en cause par l’inspection générale dans le cadre de sa « Mission d’audit de modernisation »9. Parmi les fauteurs de troubles figure le BEP, dont l’efficacité est jugée d’autant plus médiocre que le nombre de ses élèves et de ses enseignants est élevé. Faux diplôme propédeutique mais vrai diplôme d’insertion (sauf dans quelques spécialités, aux flux cependant particulièrement élevés), il est déclaré contre-performant. La décision est prise de supprimer son cursus de formation pour laisser la place au CAP et au baccalauréat professionnel, désormais exclusivement préparé en trois ans, quel que soit le mode de formation10. Comme l’affirment les chefs d’établissement et les enseignants interrogés sur les premiers effets de cette réforme, il s’agit de faire « mieux et plus vite avec moins » (Maillard, 2010).

  • 11  Certains syndicats, dont le SNETA-EIL, principal syndicat des professeurs de lycée professionnel, (...)

34Le nouveau ministre lance d’abord son projet sans prendre l’avis des partenaires sociaux ni des syndicats enseignants, lesquels se déclarent d’emblée violemment contre la généralisation du baccalauréat professionnel en trois ans11. Les enseignants tiennent en effet à ce qu’une formation préparant au BEP soit conservée, en considérant que si trois ans peuvent suffire à certains élèves pour obtenir un baccalauréat professionnel, une année supplémentaire est nécessaire pour toute une population de jeunes en difficultés avec les contraintes scolaires. Les organisations professionnelles y tiennent également, car la structure des emplois n’appelle pas de nouvelle métamorphose dans l’offre de diplômes. La réorganisation prend néanmoins rapidement forme, les justifications et textes officiels succédant la plupart du temps aux actions. Cette manière de procéder déconcerte les acteurs du système éducatif mais se révèle très efficace. Dès 2008, les recteurs imposent les nouveaux mots d’ordre et, en 2009, la réforme est déjà bien avancée.

35Le tableau qui suit rend compte de ces progrès très rapides.

Tableau 2 : Évolution des effectifs d’élèves du second cycle professionnel

1990

2005

2007

2009

2011

CAP (1, 2 et 3 ans)

152 827

96 603

100 108

115 746

120 780

BEP (1 et 2 ans)

471 308

423 678

407 960

152 144

26 243

Bac Pro/BMA 2 ans

96 426

185 449

184 438

87 835

-

Bac Pro 3 ans

-

5 445

11 668

328 922

534 100

Total

720 561

711 175

704 174

684 647

681 123

Source : ministère de l’Éducation nationale, Repères et références statistiques, édition 2012. France métropolitaine + DOM, public + privé, y compris EREA à partir de 2000.

36Si le BEP disparaît de l’offre de formation, il subsiste néanmoins en tant que diplôme. Les enseignants n’ont pas le droit d’y former mais ont l’obligation d’y présenter les élèves inscrits en baccalauréat professionnel, par contrôle en cours de formation principalement – autrement dit par des évaluations qu’ils organisent eux-mêmes. Le BEP devient une « certification intermédiaire » puis un « diplôme intermédiaire » et, pour être plus facilement acquis il est rénové, allégé, le nombre des épreuves étant réduit à cinq. De nouveaux BEP sont également créés pour remplir cette mission, ce qui brouille pour le moins l’objectif d’une « meilleure lisibilité » de l’offre de diplômes promu par le ministre. De plus, dans une vingtaine de baccalauréats professionnels (il en existe alors 76), c’est un CAP qui sert de diplôme intermédiaire, le principe étant qu’aucun élève ne sorte du système éducatif sans le moindre diplôme. Or l’expérience montre que la tentation est fréquente, l’abandon en cours de formation dans la voie professionnelle oscillant entre 12 et 15 % selon les diplômes. Selon l’un des responsables de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), le BEP doit être obtenu « en passant » (comité interprofessionnel consultatif du 31 mars 2008). Grâce à cette opportunité encore inégalée, le nombre des sortants sans diplôme devrait pouvoir diminuer.

37Avec cette réforme, la France remplit les objectifs auxquels elle a souscrits dans le cadre de l’Union européenne : augmenter le nombre des bacheliers et réduire celui des sortants “non-qualifiés”. Elle peut également réaliser quelques économies budgétaires, grâce à la suppression de nombreuses épreuves d’examen et à celle des cursus de formation au BEP, qui permet de limiter le nombre des enseignants en poste. En préparant en même temps au BEP et au baccalauréat professionnel, et en assurant eux-mêmes la passation de la plupart des épreuves d’évaluation, les enseignants assument une charge de travail supplémentaire tout en allégeant le coût des examens.

38Face à un tel processus de déstructuration, l’avenir du BEP apparaît incertain. En 2009, après avoir auditionné différents spécialistes sur la question de l’enseignement professionnel, le Haut conseil de l’Éducation (2009 : 37) conclut que « le maintien à long terme du BEP en tant que certification intermédiaire, qui plus est facultative pour l’obtention du baccalauréat, pose un problème de cohérence avec l’esprit de la réforme, car il risque de détourner certains de l’objectif d’acquérir le baccalauréat ». Autrement dit, même réduit à une forme sans grand contenu, le BEP reste assimilé à un obstacle au déploiement du baccalauréat professionnel.

39De leur côté, les représentants des organisations patronales dans les CPC ne voient pas quel crédit accorder à un diplôme simplement « intermédiaire », obtenu qui plus est facilement. Lors du comité interprofessionnel consultatif du 31 mars 2008, au cours duquel les représentants de l’administration centrale présentaient la réforme, le représentant du Médef a conclu que le baccalauréat professionnel deviendrait désormais le premier diplôme de référence de la qualification professionnelle, la réforme déclassant de facto le CAP et le BEP, le premier destiné à la scolarisation des publics en difficultés, le second dépourvu de finalités explicites. En accentuant le rôle de remédiation du CAP, qui avait pourtant été l’un des ressorts de son éviction hors des lycées professionnels, et en faisant du BEP un simple parchemin de secours pour les sortants “précoces” des formations au baccalauréat professionnel, le ministère de l’Éducation nationale adresse en effet des signaux pour le moins ambigus sur ces diplômes. Il en est de même pour le baccalauréat professionnel, auquel la réforme attribue une double finalité, affichant ouvertement sa vocation à la poursuite d’études auparavant tenue pour secondaire. Paradoxalement, ce qui a conduit à la fin du BEP est aujourd’hui présenté comme un avantage pour le baccalauréat professionnel, l’action performative du langage institutionnel semblant permettre non seulement de faire l’économie des justifications nécessaires à ce retournement mais également d’effacer l’histoire récente.

40Par ailleurs, dans la mesure où tous les changements à l’œuvre invitent à modifier le curriculum du baccalauréat professionnel, que la réforme a d’abord épargné, tout en conduisant à la création de nouvelles spécialités (il en existe aujourd’hui 100, nombre qui montre à quel point le diplôme est à son tour devenu composite), une transformation du diplôme devrait avoir lieu dans les prochaines années. Là encore, il sera question de valoriser la voie professionnelle, dont les diplômes seront jugés, et pour cause, une nouvelle fois « inefficaces ».

41Après celle du CAP, l’histoire du BEP met en cause l’idée d’une cohérence de la politique éducative en matière de formation professionnelle, et montre que la hiérarchie des filières d’enseignement est soigneusement entretenue par les responsables politiques et les administrateurs de l’État. L’appel à la revalorisation de la voie professionnelle apparaît dépourvu de réelle consistance malgré sa récurrence et la diversité de ceux qui l’expriment. Il est d’autant moins crédible que le ministère de l’Éducation nationale apparaît plus prompt que les employeurs à déclasser ses propres diplômes, qu’il définit pourtant comme « des qualifications professionnelles » et dont il est supposé garantir la qualité. La continuité dont la politique institutionnelle fait preuve dans la voie professionnelle tient surtout dans sa persistance à mettre les diplômes en concurrence et à les discréditer les uns après les autres, en mobilisant différentes définitions de l’adjectif “professionnel”. Dans la mesure où cette polysémie offre de nombreuses opportunités de reconfiguration lorsque les objectifs quantitatifs priment (déclinés en pourcentages de flux en formation, en nombre d’emplois ou en budgets), la perspective d’une réforme ininterrompue de tous les diplômes à finalité professionnelle est plausible. Elle dépendra toutefois des rapports de force qui s’établiront entre les différentes catégories d’acteurs en présence.

42Dans la voie professionnelle, la faiblesse du rapport de forces auquel le ministre et son administration sont confrontés lors des grandes restructurations autorise le rythme accéléré des réformes et leurs constants retournements. Cette faiblesse se nourrit de l’attention mineure que les médias, la majorité des enseignants et les représentants du monde académique accordent à cette voie de formation. Les questions auxquelles ses évolutions renvoient sont pourtant devenues très générales, comme celle qui porte sur l’efficacité des diplômes, désormais placée au cœur des évaluations du système éducatif. Or de quelle efficacité peut-il être question lorsqu’un diplôme est discrédité et affaibli par sa propre institution ?

Haut de page

Bibliographie

Beaud (S.) & Pialoux (M.), 1999, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard.

Braudel (F.) & Labrousse (E.), 1993, Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, tome IV, vol. 3.

Bouyx (B.), 1996, « Les diplômes de l’enseignement technologique et professionnel », Éducation & Formations, n° 45, pp. 71-78.

Brucy (G.), 1998, Histoire des diplômes de l’enseignement technique (1880-1965), Paris, Belin.

Brucy (G.), Maillard (F.) & Moreau (G.), 2013, Le CAP, un diplôme du peuple (1911-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chapoulie (J.-M.), 2010, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politiques scolaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chauvel (L.), 1998, Le destin des générations. Structures sociales et cohortes en France au XXe siècle, Paris, PUF.

Fourcade (B.) & Ourtau (M.), 1998, « La double finalité du BEP », CPC-Document, Paris, ministère de l’Éducation nationale, n° 98-1.

Groupe des enseignements technologiques/Céreq, 1990, « L’avenir du niveau V », Étude, Paris, Céreq, n° 56.

Haut Conseil de l’éducation, 2009, « L’enseignement professionnel ».

Legrand (A.), 1994, Le système E, l’école… de réformes en projets, Paris, Denoël.

Maillard (F.), 1994a, « Mécanique : quel avenir pour les diplômes du niveau V ? », CPC-Document, Paris, ministère de l’Éducation nationale, n° 94-5.

Maillard (F.), 1994b, « CAP-BEP : association ou concurrence ? Le cas des formations de la vente », Formation-Emploi, n° 47, pp. 59-72.

Maillard (F.), 2005, « L’ambivalence de la politique éducative : le CAP entre déclin et relance », Formation-Emploi, n° 89, pp. 65-78.

Maillard (F.), 2007, « Vingt ans de politique des diplômes : un mouvement constant de réforme », Éducation & Formations, n° 75, pp. 27-36.

Maillard (F.) (dir.), 2010, « Enquête sur les premiers pas de la généralisation du bac pro en 3 ans dans le champ tertiaire », CPC-Études, Paris, ministère de l’Éducation nationale, n° 2010-3.

Ministère de l’Éducation nationale, Repères et références statistiques, éditions 1998, 2007 et 2012.

Möbus (M.) & Verdier (E.) (dir.), 1997, Les diplômes professionnels en Allemagne et en France, Conception et jeux d’acteurs, Paris, L’Harmattan.

Pillemont (J.), 1999, « Quelles évolutions pour les BEP du Bâtiment et des Travaux publics ? », CPC-Document, Paris, ministère de l’Éducation nationale, n° 99-5.

Prost (A.), 1982, L’École et la Famille dans une société en mutation (1930-1980), Paris, Nouvelle Librairie de France.

Prost (A.), 1986, L’enseignement s’est-il démocratisé ?, Paris, PUF.

Tanguy (L.) (dir.), 1991, Quelle formation pour les ouvriers et les employés en France ?, Paris, La Documentation française.

Verdier (E.), 1995, « Négocier et construire des diplômes. Les incertitudes des coordinations économiques et sociales », Formation Emploi, n° 52, pp. 3-10.

Haut de page

Notes

1  Mises en place en 1948 dans leur forme actuelle, les CPC ont pour mission de créer, rénover et supprimer les diplômes professionnels, du CAP au BTS (Brevet de technicien supérieur). Au sein de quatre « collèges », elles rassemblent les pouvoirs publics, les organisations professionnelles patronales et salariés, ainsi que des personnes qualifiées. On en dénombre aujourd’hui quatorze. Chacune gère l’offre de diplômes correspondant aux activités économiques et professionnelles qu’elle représente. Si leur consultation est indispensable avant toute décision ministérielle, c’est néanmoins au ministre de l’Éducation nationale que revient le dernier mot. Ce modèle d’instance paritaire organisatrice du dialogue social a été imposé à l’ensemble des ministères certificateurs par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002. C’est à cette condition que leurs diplômes peuvent être enregistrés dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), émanation de la même loi.

2  Devenu Mouvement des entreprises de France (Médef) en 1998.

3  Responsable du service chargé des diplômes professionnels au sein de l’administration centrale du ministère de l’Éducation nationale entre 1983 et 1998, Benoît Bouyx a également signé plusieurs publications sur l’enseignement technologique et professionnel.

4  Les chiffres de la première section proviennent tous de l’édition 1998 de Repères et références statistiques, publication de la Direction de l’Évaluation et de la Prospective du ministère de l’Éducation nationale (aujourd’hui Direction de l’Évaluation, de la Performance et de la Prospective). Ils associent public et privé et concernent la France métropolitaine. Dans les éditions postérieures, les statistiques incluent les DOM à partir de 1990, c’est pourquoi plusieurs éditions ont dû être mobilisées. Il faut également noter qu’à partir de 2000, les chiffres des EREA (Établissements régionaux d’enseignement adapté) sont compris dans les tableaux publiés par le MEN. Ces distinctions d’une source à l’autre sont spécifiées tout au long de l’article.

5Cf. la base Reflet du Céreq.

6  Ces BEP sont minoritaires, il s’agit de ceux qui ne mènent plus à l’emploi : secrétariat, comptabilité, carrières, électronique.

7  Entre temps, François Fillon a remplacé Luc Ferry.

8  Note du 9 juillet 2007 adressée par le cabinet du ministre au directeur de l’enseignement scolaire.

9Cf. Inspection générale des finances, Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche, Inspection générale de l’Éducation nationale, 2005 – Rapport sur l’organisation des examens de l’Éducation nationale ; Inspection générale des finances, Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche, Inspection générale de l’Éducation nationale, 2006 – Rapport sur la carte de l’enseignement professionnel.

10  Cette décision nécessitera une modification du Code du travail pour allonger la durée du contrat d’apprentissage, limitée à deux ans.

11  Certains syndicats, dont le SNETA-EIL, principal syndicat des professeurs de lycée professionnel, changeront ensuite d’avis et signeront le protocole d’accord proposé par le ministre, qui leur promet la rétribution des copies de baccalauréat professionnel, l’octroi d’une prime aux professeurs principaux des sections de Bac Pro, ainsi que la possibilité d’enseigner en section de technicien supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Maillard, « La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le brevet d’études professionnelles », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n°4 | 2013, 71-90.

Référence électronique

Fabienne Maillard, « La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le brevet d’études professionnelles », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n°4 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/2505

Haut de page

Auteur

Fabienne Maillard

Proféor CIREL, Université Lille 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org