Navigation – Plan du site

L’alternance en Allemagne : différenciation de la formation sans différenciation des diplômes ?

The vocational trainings in two years in the german dual VET system: a lesser duration without differentiation of diplomas?
Mona Granato et Stephan Kroll
p. 109-131

Résumés

En Allemagne, il n’existe pas de distinction parmi les diplômes de la formation en alternance selon différents niveaux de qualification. Ceci signifie que, sur le plan formel, tous les diplômes préparés en alternance sont équivalents. Par contre, il existe une différenciation en fonction de la durée d’apprentissage des métiers, entre deux ans et trois ou trois ans et demi. Les professions avec une durée de formation de deux ans se caractérisent par un profil de qualifications restreint. C’est sur les inégalités entre les formations que porte cet article, qui envisage la durée de la formation comme une ligne de distinction entre les populations d’apprentis. Il s’agit de mettre en valeur certaines différences à l’intérieur du système de formation en alternance, à l’origine d’une segmentation supplémentaire.
Ceci concerne par exemple le niveau de diplôme scolaire préalable, niveau qui est plus faible pour les jeunes en formation en deux ans. Paradoxalement, bien que les jeunes femmes aient un niveau de diplôme scolaire préalable plus élevé que les jeunes hommes, nous constatons, que ce sont elles qui obtiennent plus souvent une place en formation de deux ans. Au-delà des lignes de segmentation horizontale et verticale selon le genre, déjà bien connues, s’ajoute une segmentation supplémentaire au sein du système en alternance.

Haut de page

Texte intégral

1En Allemagne, la formation professionnelle par la voie de l’apprentissage, au sein de ce qu’on appelle le « système dual », est la filière la plus souvent proposée aux jeunes à la fin du premier cycle de l’enseignement secondaire, car seuls 37 % d’une classe d’âge obtiennent le baccalauréat. Ce système de formation, qui repose sur l’alternance entreprise/école professionnelle, relève de l’économie de marché.

  • 1  En Allemagne comme dans d’autres pays européens dans les années 1990, un grand nombre des mesures (...)

2Sur un total de 2 millions de jeunes qui accèdent en 2011 à une formation, environ 522 000 entament une formation de type académique dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur, tandis que 741 000 reçoivent une formation professionnelle en dessous du niveau tertiaire (Statistisches Bundesamt, 2013) ; 14 % relèvent du « système de transition »1. Parmi les jeunes qui entrent en formation professionnelle qui mène à un diplôme professionnel, la majorité (70 %) se retrouve dans le système dual, les 30 % restants intégrant une formation scolaire à temps complet (école professionnelle à plein temps) (Statistisches Bundesamt, 2013).

Le système éducatif en Allemagne

  • 2  Cette population est très hétérogène. Elle comprend d’une part des jeunes défavorisés sur le plan (...)

3Près de 350 métiers sont accessibles par le système dual, qui n’exige pas de certificat scolaire pour accéder à la formation. Ainsi chaque jeune en fin de scolarité peut-il, indépendamment du certificat scolaire qu’il détient, apprendre l’une des professions du système dual, s’il trouve une entreprise prête à l’embaucher en tant qu’apprenti. Contrairement à ce qui existe en France, les diplômes professionnels du système dual ne se différencient pas en fonction d’une échelle de niveaux de qualification (Bund-Länder-Kommission, 1998). Sur le plan formel, tous les diplômes préparés en alternance sont équivalents. Leur durée d’apprentissage n’est cependant pas identique. Si la norme de la durée de formation est de trois ans (trois ans et demi dans certains cas), il existe en effet des formations de deux années. De même, bien que la loi ne distingue pas les diplômes selon leur durée de préparation, ces formations en deux ans se caractérisent souvent par un profil de qualification restreint. En outre, selon la volonté politique, les formations en deux ans ciblent surtout les jeunes « défavorisés »2.

4C’est sur ces inégalités entre les formations que porte cet article, qui envisage la durée de la formation comme une ligne de distinction entre les populations d’apprentis. Il s’agit de mettre en valeur certaines différences au sein du système de formation en alternance, à l’origine d’une segmentation qui s’ajoute à celles déjà bien connues entre les professions (Trappe, 2006). Dans sa première partie, l’article s’intéresse au discours politique sur la formation en deux ans et s’appuie sur la théorie de la segmentation pour donner sens aux disparités internes au système de formation en alternance. Il accorde par la suite une attention particulière au public des formations en deux ans : y retrouve-t-on, de façon disproportionnée, des jeunes qui n’obtiennent pas directement une place en formation à la fin de leur scolarité mais doivent d’abord passer par des mesures du système de transition ? Quel rôle joue la détention d’un certificat scolaire pour accéder aux différentes formations ? Observe-t-on par ailleurs des différences selon le genre des apprentis ? Dans la mesure où les jeunes femmes disposent nettement plus souvent d’un baccalauréat que les jeunes hommes à la fin de leur scolarité (41 % des filles contre 33 % des garçons, voir graphique 1), cette question s’impose. Peut-on observer, à partir de la perspective du genre et de l’approche institutionnelle, une segmentation particulière à l’intérieur du système en alternance, alors même que les jeunes femmes sont considérées comme les « gagnantes de l’éducation » (Hadjar & Becker 2009) ? La troisième partie discute ces résultats.

Graphique 1 : diplôme scolaire d’éducation générale le plus élevé détenu par les jeunes à la fin de leur scolarité selon le genre en 2011

Graphique 1 : diplôme scolaire d’éducation générale le plus élevé détenu par les jeunes à la fin de leur scolarité selon le genre en 2011

Source : données statistiques de l’Institut national de statistique de l’État fédéral (2011) : Enseignement et culture ; écoles d’enseignement général. Année scolaire 2010/2011. Fachserie 11, Reihe 1. Wiesbaden. Population de base : diplômés 2010.

Les formations en alternance en deux ans dans la politique éducative

5Dans le système dual, les jeunes accomplissent la partie pratique de leur apprentissage pendant trois ou quatre jours par semaine dans une entreprise (ou une administration) et la partie théorique à l’école professionnelle pendant un ou deux jours. Avant d’entamer une formation, ils doivent trouver une entreprise prête à les former : ce sont en effet les entreprises qui décident quel(le) jeune elles embauchent en tant qu’apprenti(e), dès lors qu’elles souhaitent en former (Eberhard & Ulrich, 2010). Les jeunes signent ensuite un contrat d’apprentissage avec cette entreprise et perçoivent une rémunération au titre de leur formation.

6Le système dual est géré en commun par les pouvoirs publics et les organisations professionnelles d’employeurs et de salariés (Möbus & Verdier, 1997 ; Busemeyer, 2009). Ce mode de gestion et de concertation est ancré au sein d’institutions et de processus corporatifs (Bund-Länder-Kommission, 1998). Les pouvoirs publics détiennent la responsabilité du cadre juridique mais transfèrent, dans le cadre de standards minima régis par l’État, aux représentants de la sphère économique la responsabilité de la gestion de la formation en entreprise et aux entreprises la responsabilité de former les jeunes (principe de subsidiarité). Les processus de concertation entre les acteurs impliqués (pouvoirs publics, partenaires sociaux) reposent sur le principe du consensus (Bund-Länder-Kommission, 1998). Cela nécessite une étroite collaboration entre les acteurs pour définir les contenus des formations ainsi que les grandes lignes de la politique de formation. Il faut noter qu’en Allemagne, surtout dans la formation professionnelle en alternance, le « métier » reste une notion importante, même s’il a été vivement mis en question à plusieurs reprises (Beck, 1997 ; Bund-Länder-Kommission, 1998 ; Busemeyer, 2009).

Le regain récent des formations courtes

  • 3  Comme synonyme pour les « formations de 3 à 3,5 ans », nous utiliserons, dans la suite de l’articl (...)

7Parmi les 350 formations offertes, la grande majorité (310) a une durée de trois à trois ans et demi alors que les autres se préparent en deux ans3. Bien que ces dernières présentent un profil de qualification restreint et accordent une moindre place à la théorie, toutes les formations du système dual, indépendamment de leur durée, doivent procurer les connaissances et les aptitudes d’un métier complet et sont sanctionnées par un diplôme. Cela signifie qu’elles préparent (ou doivent préparer) à une activité professionnelle qualifiée (Bund-Länder-Kommission, 1998).

  • 4  Les données statistiques relatives à la formation duale en Allemagne forment la base empirique de (...)

8De la fin des années 1970 jusqu’en 1994, le nombre des apprentis dans les formations en deux ans a baissé de façon continue. Alors qu’en 1978, en Allemagne de l’Ouest, 14 % des apprentis du système dual étaient inscrits dans une formation de deux ans, cette proportion est tombée à 3 % en 1994 (voir le graphique 2, infra)4. Cela est dû à la baisse de la demande de main-d’œuvre qualifiée dans les professions du secteur privé formant en deux ans d’une part, et à la réduction depuis les années 1950 du nombre de professions accessibles par l’apprentissage en deux ans d’autre part (Uhly et alii, 2011).

  • 5  Le renforcement de la formation en deux ans ne représente qu’une parmi plusieurs stratégies des po (...)

9Au début des années 1990, les fédérations patronales estimaient ne plus avoir besoin des formations en deux ans, compte tenu des exigences toujours plus élevées des emplois et de la complexité croissante des processus de travail (Pütz, 1993). La relance des formations courtes a néanmoins eu lieu. Ce changement de paradigme résulte du déficit de places d’apprentissage qui se manifeste depuis le milieu des années 1990, lié en même temps au nombre croissant de jeunes en fin de scolarité et à la stagnation puis à la baisse de l’offre des places de formation en entreprise (Eberhard & Ulrich, 2010). Les pouvoirs publics ont alors souhaité donner aux jeunes « défavorisés » la possibilité de recevoir une formation professionnelle reconnue (Busemeyer, 2009)5. Cette politique a eu des effets rapides puisqu’après la baisse très nette qui s’est produite en 1994, la proportion d’apprentis dans les formations courtes recommence à augmenter en Allemagne depuis le milieu des années 1990 et a atteint une proportion de 10 % en 2010 (Uhly et alii, 2011 ; cf. le graphique 2).

Un objet de vives controverses

10Depuis le milieu des années 1990, toutefois, cette politique de renforcement des formations en deux ans enflamme les débats (Kath, 2005). Désormais, le patronat se montre plutôt favorable à ces formations car elles offrent aux entreprises l’opportunité d’économiser la troisième année de formation et leur permettent d’occulter le déficit croissant de places dans les formations en trois ans – d’autant plus marqué que le nombre de jeunes à la recherche d’une place d’apprentissage a augmenté. A contrario, les représentants des salariés rejettent de façon catégorique les formations en deux ans (Bellaire et alii, 2006). Du point de vue des pouvoirs publics, l’extension des formations courtes doit permettre aux jeunes « défavorisés » de recevoir une formation leur offrant une qualification complète dans une profession accessible par le système dual (Holterhoff, 2004). Ce discours est cependant invalidé par les spécialistes de la formation professionnelle (Brötz & Schwarz, 2004).

11En améliorant les chances des jeunes défavorisés de trouver une place en formation, le développement des formations en deux ans aurait pour effet de diminuer à long terme le taux de personnes n’ayant reçu aucun apprentissage, d’améliorer leur capacité d’emploi et d’atténuer le chômage (Gesamtmetall/Confédération de la métallurgie, 2006). C’est du moins la position tenue par les défenseurs de cette politique, issus du patronat. Ses adversaires, en particulier les syndicats, estiment en revanche que la formation en deux ans risque de provoquer une dégradation qualitative des offres de formation en trois ans et, par la suite, une diminution du niveau de qualification des salariés. À long terme, ceci aurait pour effet de dégrader la qualité et l’attractivité de la formation en alternance : « Des objectifs de l’éducation comme le sens critique, la capacité à apporter son soutien et l’émancipation restent fréquemment négligés dans le cadre d’une formation raccourcie » (Deutscher Gewerkschaftsbund/Fédération des syndicats allemands, 2009). Les représentants des salariés sont ainsi en désaccord avec les représentants des employeurs. Pour les syndicats et les chercheurs critiques, la formation en deux ans est considérée comme une stratégie politique erronée puisqu’elle ne satisfait pas les besoins de l’économie en main-d’œuvre qualifiée et ne prend pas en considération les intérêts des jeunes en matière de qualification. Ils mettent également en cause l’un des principes au fondement de la relance des formations courtes, qui veut que les jeunes titulaires d’un moins bon diplôme scolaire préalable ne sont pas aptes à faire face aux exigences d’une formation de trois ans (Sehrbrock, 2010). En outre, la revendication de « professions simples » pour les jeunes défavorisés ne tient pas compte de l’hétérogénéité de ce groupe.

Graphique 2 : proportion des apprentis inscrits en première année dans les formations en 2 ans rapportée à l’ensemble des apprentis en première année de 1978 à 2010 (en %)

Graphique 2 : proportion des apprentis inscrits en première année dans les formations en 2 ans rapportée à l’ensemble des apprentis en première année de 1978 à 2010 (en %)

Remarque : formation professionnelle initiale (système en alternance) avec une durée de formation de 24 ou 18 mois.
Source : Uhly et alii, 2011 : 11.

12En dépit de la vivacité des critiques et de leur montée en puissance, douze nouvelles formations courtes ont été créées entre 2003 et 2010 (Uhly et alii, 2011). Elles l’ont été sans la participation des représentants des salariés, ce qui constitue, pour la première fois, une rupture du principe de consensus entre les partenaires sociaux qui fonde la politique allemande de formation professionnelle (Busemeyer, 2009). L’une des conséquences de cette réorganisation est l’augmentation des effectifs inscrits dans les formations de deux ans. Comme le montre le graphique 2, le taux de jeunes entrés dans une formation courte a nettement augmenté : en 2010 il atteint près de 10 % des apprentis du système dual. En Allemagne de l’Ouest, la situation de 2010 rappelle celle de la fin des années 1970. Cette croissance résulte de l’augmentation du nombre des professions formant en deux ans mais aussi de l’intérêt manifesté par les employeurs pour cette durée d’apprentissage, l’extension de l’offre de places dans les formations courtes ayant pour objectif de compenser la baisse des places dans les formations en trois ans.

13Quel est le public de ces formations ? Quel rôle joue la détention d’un certificat scolaire pour y accéder ? Observe-t-on par ailleurs des différences selon le genre des apprentis, sachant que les jeunes femmes disposent nettement plus souvent d’un baccalauréat que les jeunes hommes à la fin de leur scolarité ?

Différenciation et segmentation dans le système de formation professionnelle en alternance

14Pour éclairer les débats, encore très vifs aujourd’hui, le raisonnement qui suit mobilise la durée de la formation professionnelle comme ligne de distinction et de segmentation de la population formée dans le système dual. Le choix a ainsi été fait de transposer la théorie de la segmentation, fréquemment utilisée dans la sociologie du marché du travail (Doeringer & Piore, 1985 ; Lutz, 1987 ; Sengenberger, 1987), dans l’analyse du marché des places de formation, autrement dit au système de formation professionnelle en alternance.

15La théorie de la segmentation part du principe qu’il n’existe pas de marché du travail homogène, mais des marchés du travail distincts, plus ou moins fermés, entre lesquels s’érigent des barrières à la mobilité (Granato, 2003). En outre, en limitant les passages entre les divers segments, ces structures rigides auraient des effets sur les revenus selon les groupes de salariés. Un marché segmenté se caractérise par la sélectivité des chances d’accès à ses différents segments. Autrement dit, les chances d’accès à l’emploi des individus diffèrent systématiquement, en fonction de caractéristiques variables, celles des individus comme celles des entreprises et des secteurs d’activité dont elles dépendent (Solga, 2005). Ces segments du marché du travail se constituent selon ces caractéristiques, parmi lesquelles figurent le genre ou l’origine sociale et ethnique des individus, mais également les qualifications spécifiques à l’entreprise (Granato, 2003 ; Lutz, 1987 ; Sengenberger, 1987).

16La formation professionnelle en alternance constitue, selon C. Imdorf (Imdorf, 2005 ; Lex, 1997), un système segmenté analogue au marché du travail, dont il contribue à légitimer et à maintenir en vigueur la structure segmentée avec ses inégalités. Ainsi, dans le système de formation dual, on observe également une diversité de marchés restreints : selon le certificat scolaire qu’ils détiennent au préalable et d’autres caractéristiques, les jeunes se retrouvent dans des formations très différentes. Les lignes de segmentation dépendent notamment du certificat scolaire possédé, du genre, du groupe d’âge ainsi que de l’origine sociale, ethnique et régionale (Beicht & Granato, 2011 ; Eberhard & Ulrich, 2010 ; Hillmert, 2010 ; Trappe, 2006). De plus, il est fréquent que la segmentation horizontale du marché de la formation aille de pair avec une segmentation verticale, ce qui suppose des perspectives différentes après la formation. Ces perspectives concernent aussi bien les chances d’être intégré à l’entreprise formatrice après l’achèvement de la formation, la rémunération de l’apprenti durant la formation et/ou dans la profession exercée, les conditions de travail pendant la formation, que les risques d’accéder à un emploi correspondant mal à la formation acquise ; elles sont également inégales en matière de chômage et de développement professionnel (Granato & Schwerin, 2008 ; Hall, 2010 ; Leemann & Imdorf, 2011 ; Solga & Konietzka, 2000). La segmentation horizontale et verticale selon le genre illustre bien ces inégalités. Les formations auxquelles les jeunes femmes et jeunes hommes s’intéressent sont en effet très différentes. Ainsi les professions s’avèrent fortement segmentées selon le genre. En même temps leur apprentissage a lieu dans des systèmes institutionnels de formation distincts : le système de formation scolaire à plein temps pour les uns, le système dual pour les autres. Autrement dit, l’offre de places en formation est marquée selon les métiers par des arrangements institutionnels très différents (Krueger, 2001 ; Leeman & Imdorf, 2011 ; Solga & Konietzka, 2000 ; Trappe, 2006). Dans le système dual, les jeunes femmes reçoivent une formation dans un éventail restreint de professions (Kroll, 2010), et leur rémunération pendant la formation est souvent inférieure à celle des jeunes hommes. Quant à leur probabilité d’être embauchées à la fin de l’apprentissage dans l’entreprise formatrice, elle est moins bonne que pour les jeunes hommes, ce qui est dû aux professions et aux secteurs économiques auxquels s’adresse leur diplôme (Granato & Schwerin, 2008). L’inégalité persiste en outre après l’obtention de leur diplôme, qu’elle concerne leur situation économique ou leur parcours professionnel.

Les jeunes des formations courtes : une population particulière ?

17Le tableau 1 (infra) répond à cette question. Il rassemble les dix formations dans lesquelles le plus grand nombre de jeunes sont formés, en trois comme en deux ans. En 2009, environ 494 000 jeunes commencent une formation de trois ans, et près de 52 500 une formation de deux ans. Le tableau montre aussi la part des jeunes hommes et des jeunes femmes dans ces formations.

18Lorsqu’on étudie la population des apprentis des formations en deux ans, on constate que ces jeunes sont plus souvent passés par une mesure du système de transition avant d’obtenir une place en formation. C’est le cas de 17 % d’entre eux, contre 10 % des apprentis des formations en trois ans. Une analyse de régression multivariée prouve ainsi que passer par le système de transition a pour effet d’accroître légèrement la probabilité de déboucher sur une formation en deux ans au lieu de trois ans (eß = 1,194 ; p = .00 ; voir le tableau 3, infra).

19Les diplômes scolaires que possèdent les apprentis des formations courtes sont par ailleurs nettement différents de ceux de leurs camarades. Environ 60 % des apprentis en première année d’une formation en deux ans possèdent un diplôme de Hauptschule (certificat de l’école secondaire de fin de scolarité obligatoire), et 6 % n’ont aucun diplôme scolaire (voir le tableau 2, infra). En revanche, la proportion des apprentis en première année d’une formation en trois ans dont le diplôme le plus élevé est un diplôme de Hauptschule est de 29 %, autrement dit la moitié. Cette répartition correspond à l’intention des responsables politiques. Cela indique que les objectifs politiques ont été atteints, dans une certaine mesure.

20Il convient cependant de souligner que 30 % des apprentis en première année d’une formation en deux ans disposent d’un diplôme de Realschule (diplôme du brevet) et 3 % d’un baccalauréat. La diversité des diplômes scolaires détenus par les apprentis apparaît par conséquent particulièrement importante, elle distingue les formations en deux ans selon les professions auxquelles elles préparent. Ainsi la proportion des apprentis dont le diplôme le plus élevé est un diplôme de Hauptschule est de près de 90 % dans certaines formations, alors qu’elle peut être inférieure à 30 % dans d’autres (voir le tableau 1).

Une segmentation par le genre

21Dans le système de formation en alternance, les jeunes hommes sont surreprésentés et les jeunes femmes sous-représentées (57 % contre 43 %). Beaucoup d’entre elles suivent une formation professionnelle scolaire à plein temps (Beicht & Granato, 2011 ; Granato & Schwerin, 2008 ; Trappe, 2006). Cette segmentation selon le genre est également visible dans les formations courtes : leur proportion dans les formations en deux ans est à peu près la même que dans les formations en trois ans, 42 % face à 41 %. Les apprenties sont fortement représentées parmi les formations du commerce et du service, les apprentis parmi les formations industrielles ou techniques. Beaucoup de professions sont genrées, ce qui est à l’origine d’une forte segmentation des formations professionnelles, comme le montre le tableau qui suit, comprenant les 10 formations, dans lesquelles le plus grand nombre de jeunes est formé, soit dans une formation de trois ans soit dans une formation de deux ans. En 2010 environ 494.000 jeunes commencent une formation de trois ans, environ 52.500 jeunes entament une formation de deux ans.

Tableau 1 : les cibles professionnelles des formations en alternance en 2 et 3 ans selon le diplôme scolaire détenu au préalable et selon le genre (2010)

Les professions visées par les formations en 2 ans
selon le diplôme scolaire préalable et selon le genre

Hommes

Femmes

Proportion Femmes (%)

Proportion avec diplôme au maximum de fin d’études (%)

Toutes les professions de 2 ans

31.200

21.300

41

66

Vendeur/vendeuse

10.700

16.800

61

61

Magasinier spécialisé/magasinière spécialisée

5.770

530

8

76

Spécialiste en hôtellerie/gastronomie

1.290

2.260

64

75

Conducteur/trice de machines et d’installations

2.840

160

5

67

Mécanicien/ne de service en automobile

1.800

60

3

79

Enducteur/trice de bâtiments et objets

1.270

170

12

90

Préparateur/trice de pièces

1.460

30

2

86

Ouvrier/ouvrière spécialisé/e en bâtiment

1.330

6

0,4

78

Spécialiste en services de messagerie et de
distribution postale et expresse

950

380

29

54

Ouvrier/ouvrière spécialisé/e en génie civil

1.200

3

0,3

69

Les professions visées par les formations en 3 ans et 3,5 ans selon le diplôme scolaire préalable et selon le genre

Hommes

Femmes

Proportion Femmes ( %)

Proportion avec diplôme au maximum de fin d’études ( %)

Toutes les professions de 3 ans et 3,5 ans

286.500

207.700

42

31

Commerçant/e du commerce de détail

14.600

18.700

56

37

Employé/e de bureau

5.800

15.300

73

15

Mécatronicien/ne en automobile

18.100

600

3

42

Agent/e technico-commercial/e

6.800

11.200

62

3

Commerçant/e du commerce de gros et extérieur

8.500

6.300

43

7

Cuisinier/cuisinière

10.900

3.300

23

55

Assistant/e médical/e spécialisé/e

200

13.900

99

19

Coiffeur/coiffeuse

1.600

12.500

89

68

Employé/e de banque

5.700

7.400

56

0,4

Mécanicien/ne industriel/le

12.260

640

5

21

Occupé essentiellement par des apprentis féminins (61 - 100 %)

 

Occupé essentiellement par des apprentis masculins (61 - 100 %)

 

Variable (40 - 60 %)

 

Source : Institut fédéral de la Formation professionnelle, sondage au 31/12/2010.

22Les jeunes femmes en formation de deux ans sont nettement plus souvent titulaires d’un diplôme de niveau moyen que les jeunes hommes : 36 % contre 26 %. Si l’on y ajoute les jeunes femmes titulaires d’un baccalauréat, ce sont 40 % des apprenties de première année qui possèdent un diplôme moyen ou supérieur (voir tableau 2). Ce taux n’est pas sans poser question, puisque les jeunes femmes titulaires de ces diplômes ne font pas partie du public cible des formations en deux ans, celui des jeunes défavorisés sur le plan scolaire.

Tableau 2 : diplôme scolaire préalable des apprentis qui suivent une formation en alternance en 2 et 3 ans (2010)

Allemagne

Formation en alternance
de 2 ans

Formation en alternance
de 3 et 3,5 ans

Garçons

 %

Filles

 %

Total

 %

Garçons
 %

Filles

 %

Total

 %

Diplôme

Sans diplôme de fin d’études

(Hauptschule)

7

5

6

2

1

2

Avec diplôme de fin d’études
(Hauptschule)

63

56

60

35

22

29

Avec diplôme du brevet

(Realschule)

26

36

30

44

47

45

Baccalauréat général/professionnel

3

4

3

19

30

23

Source : système de données relatif aux apprentis en système en alternance de l’Institut fédéral de la formation professionnelle, sur la base de données statistiques concernant la formation professionnelle en alternance de l’Institut national de statistique de l’État fédéral.

23La tendance observée ici demande à être vérifiée par une analyse multivariée. Les analyses de régression permettent-elles de confirmer que les jeunes femmes ont une plus grande probabilité que les jeunes hommes d’intégrer une formation courte en dépit de leurs diplômes scolaires plus élevés ?

Tableau 3 : résultats d’une régression logistique binaire sur la durée de formation
Variable dépendante : durée de formation minimum 3 ans (0)/durée de formation maximum 2 ans*

Prédicteurs

Coefficient de régression b

Coefficient d’effet

Significativité1

Genre (référence : hommes)

Femmes

0,202

1,223

0,000

Diplôme scolaire d’éducation générale le plus élevé [référence : baccalauréat, (Fach-) Hochschulreife]

Sans diplôme de fin d’études

3,142

23,323

0,000

Avec diplôme de fin d’études (Hauptschule)

2,662

14,328

0,000

Avec diplôme de brevet (Realschule)

1,526

4,599

0,000

Participation à une mesure du système de transition (référence : pas de participation)

Participation

0,177

1,194

0,000

Source : Statistiques de la formation professionnelle des offices de la statistique de l’État fédéral et des Länder (2010).

Explications concernant l’interprétation des résultats : les coefficients exponentiels eß indiquent l’impact des différentes variables sur la probabilité de déboucher sur une formation de 2 ans. Les valeurs supérieures à 1 révèlent – par rapport au groupe de référence – une plus grande chance, ou une moins grande chance pour les valeurs inférieures à 1. Les variables de catégorie permettent aussi de consulter l’ampleur du changement de chances : Avec un coefficient de eß = 4,599, la chance est par exemple cinq fois plus élevée comparée au groupes de références.

Tableau 4 : résultats d’une régression logistique binaire sur la durée de formation différenciée selon le genre
Variable dépendante : durée de formation minimum 3 ans (0)/durée de formation maximum 2 ans*

Prédicteurs

Hommes

Femmes

Coefficient de régression

b

Coefficient d’effet

Signativité1

Coefficient de régression

b

Coefficient d’effet

Signativité1

Diplôme scolaire d’éducation générale le plus élevé [référence : baccalauréat, (Fach-) Hochschulreife]

Sans diplôme de fin d’études

3,020

20,501

0,000

3,163

23,645

0,000

Avec diplôme de fin d’études (Hauptschule)

2,437

11,442

0,000

2,876

17,752

0,000

Avec diplôme de brevet (Realschule)

1,326

3,766

0,000

1,669

5,469

0,000

Participation à une mesure du système de transition (référence : pas de participation)

Participation

0,132

1,141

0,000

0,258

1,295

0,000

Source : Statistiques de la formation professionnelle des offices de la statistique de l’État fédéral et des Länder (2010).
* Il s’agit d’un sondage total, il n’est pas nécessaire d’interpréter (au sens usuel) la signativité statistique.

  • 6  Pour la modélisation, nous avons utilisé des régressions logistiques binaires de tous les apprenti (...)

24Pour tous les apprentis, la probabilité d’intégrer une formation en deux ans augmente d’autant plus que le diplôme scolaire est modeste : la probabilité de recevoir une formation en deux ans est, pour les apprentis titulaires d’un diplôme de Realschule, quatre fois plus élevée que pour les apprentis dotés d’un baccalauréat6. Elle est quatorze fois plus élevée pour les apprentis titulaires d’un diplôme de Hauptschule (eß = 14,328 ; p = .00) et, pour les apprentis sans diplôme de Hauptschule, elle est même vingt-trois fois plus élevée que pour les bacheliers (voir le tableau 3). Cette influence de l’enseignement général sur la probabilité d’accéder à une formation courte montre que le groupe cible profite considérablement des formations en deux ans.

25Si l’on différencie selon le genre, on constate que par rapport aux bacheliers (filles ou garçons), un diplôme intermédiaire multiplie par cinq la probabilité pour les apprenties de suivre une formation en deux ans et par quatre celle des apprentis (voir le tableau 4). Un diplôme de Hauptschule multiplie la probabilité pour les apprenties de recevoir une formation en deux ans par 18, pour les apprentis hommes par 11. Par conséquent, la probabilité de suivre une formation en deux ans est beaucoup plus grande pour les jeunes femmes titulaires d’un diplôme de Hauptschule mais aussi pour celles titulaires d’un diplôme de Realschule que pour les jeunes hommes de niveaux scolaires équivalents. De manière générale, les jeunes femmes ont une probabilité (légèrement) plus grande que les jeunes hommes d’accéder à une formation courte bien qu’elles disposent beaucoup plus souvent d’un diplôme plus élevé. Ce résultat signale que, dans le système dual, les jeunes femmes reçoivent plus fréquemment une formation qui ne correspond pas à leurs capacités scolaires.

Une politique de compensation ou un creusement des inégalités ?

26Depuis le début de ce siècle, on assiste à nouveau à un développement des formations en deux ans qui enrichissent l’offre de places de formation et sont censées améliorer les chances de formation des jeunes défavorisés. Les résultats de notre analyse montrent que les apprentis dans les formations courtes sont plus fréquemment titulaires de diplômes scolaires de niveau inférieur et sont plus souvent passés par le système de transition que les apprentis dans les formations en trois ans.

27A priori, la politique éducative semble avoir atteint ses objectifs puisqu’environ deux tiers des apprentis en formation de deux ans possèdent au maximum un diplôme de Hauptschule et appartiennent au groupe des jeunes défavorisés. Mais dans quelle mesure a-t-elle réellement permis d’augmenter leurs chances d’accéder à une formation ?

Le nombre insuffisant des places de formation et les risques de refoulement et d’exclusion des jeunes du marché de la formation

28Répondre à cette question est difficile. Dans la mesure où les formations courtes n’accueillent que 10 % des apprentis, on peut affirmer que ni la proportion ni le nombre de places de formation de deux ans n’ont été ni ne sont suffisants pour combler le manque de places dans les formations en trois ans. Dès lors qu’un tiers des jeunes et 40 % des jeunes femmes en formation courte disposent d’un diplôme scolaire moyen ou même supérieur, on peut en déduire qu’ils n’ont probablement pas réussi à trouver de place dans une formation mieux adaptée à leur diplôme et à leur capacité scolaire. Une question s’impose alors : dans quelle mesure ces jeunes ont-ils choisi sciemment une formation en deux ans ? L’ont-ils considérée comme une « solution de dépannage » leur permettant un accès à la formation professionnelle en absence d’alternatives ? Il faudrait pour cela faire de plus amples recherches, car les statistiques disponibles ne donnent aucune information à ce sujet.

29Ces résultats signalent-ils l’existence de processus de refoulement substantiels dans le système dual, en particulier pour les jeunes femmes ? À chaque fois que les entreprises proposent des places de formation en deux ans se pose ainsi la question : quel(le) jeune choisissent-elles de recruter pour une telle formation ? Conformément à ce qu’affirme la théorie de la « file d’attente » (Thurow, 1978), transposée ici au marché des places en formation, les entreprises trient les candidats à la formation selon leurs aptitudes à apprendre et leurs capacités productives. Ces capacités relatives à celles des autres candidats déterminent la position occupée dans la file d’attente (Solga, 2005). Pour établir cette file d’attente, les entreprises utilisent d’abord les bulletins de notes et les certificats rassemblés dans le dossier de candidature. Compte tenu des disparités qui prévalent depuis de longues années entre l’offre et la demande sur le marché des places de formation, les entreprises ont de plus en plus tendance à sélectionner des jeunes scolairement mieux dotés. Pour ce faire, elles mobilisent des caractéristiques personnelles, dites caractéristiques « ascriptives », comme le genre pour classer les candidat(e)s dans la file d’attente (Becker, 2011). Ainsi, selon H. Solga, « des diplômes scolaires d’un niveau toujours plus élevé sont nécessaires pour obtenir une place en formation professionnelle dans le système dual » (Solga, 2011 : 420). Cette évolution contribue à expliquer pourquoi une partie des jeunes titulaires d’un diplôme scolaire « moyen » et à la recherche d’une place dans une formation en trois ans se voient intégrés dans une formation courte. Selon la thèse du « refoulement », ces jeunes sont refoulés de la recherche d’une formation en trois ans vers une formation en deux ans (Gerstenberger & Seltz, 1978).

30La situation est différente pour les jeunes titulaires d’un diplôme de Hauptschule ou sans aucun diplôme scolaire. Du fait de la généralisation croissante de l’éducation durant la seconde moitié du XXe siècle qui, en Allemagne, s’est traduite par un allongement de la durée de fréquentation de l’école et par l’obtention de diplômes scolaires plus élevés (Becker, 2011), l’image négative des diplômes scolaires de moindre niveau s’est accentuée. Pour les jeunes défavorisés, les chances d’obtenir une place en formation se sont donc dégradées. Selon la thèse du « discrédit », « ceux qui ne possèdent qu’un diplôme scolaire de faible niveau (par ex. certificat de fin d’études) ou pas de diplôme du tout se voient alors évincés du marché de la formation », ou même exclus complètement de la « file d’attente » (Solga, 2011 : 420). Ce processus de discrédit fait que les jeunes ne trouvent pas de places en formation et restent à long terme sans apprentissage et sans diplôme professionnel, ce qui peut avoir par la suite des répercussions graves sur leur parcours professionnel. Ainsi, depuis plusieurs années, la proportion des jeunes qui arrivent sur le marché du travail sans diplôme professionnel fluctue autour de 15 % environ, alors que le marché du travail a, depuis des années, besoin de personnes hautement qualifiées. Les personnes dépourvues de formation professionnelle éprouvent par conséquent de grandes difficultés à trouver mais également à conserver un emploi bien rémunéré. Elles se retrouvent souvent dans des emplois temporaires et précaires et subissent de mauvaises conditions de travail.

Conclusion

31L’inégalité qui résulte des parcours scolaires et prend forme dans le diplôme scolaire acquis ne peut pas être résorbée par les formations professionnelles courtes, non seulement parce que leur nombre est insuffisant, mais aussi parce qu’un tiers environ des places offertes ne sont pas accessibles aux jeunes qui sont supposés les occuper. Il est même possible que l’extension des formations en deux ans ait fait naître une nouvelle inégalité, comme incite à le penser la proportion élevée des apprentis titulaires du brevet. Les résultats de nos travaux signalent ainsi une segmentation du système dual qui s’ajoute à celles déjà bien connues entre les professions. Dans ce système, l’inégalité imputable au genre n’est pas seulement produite par la segmentation des professions – segmentation horizontale et verticale – mais aussi par la surreprésentation des jeunes femmes possédant une bonne pré-qualification scolaire dans les formations courtes. Une explication possible tient au cadre institutionnel du système dual. Il existe en effet moins de places de formation dans les professions auxquelles les jeunes femmes s’intéressent que dans celles qui attirent les jeunes hommes (Granato & Schwerin, 2008 ; Leemann & Imdorf, 2011 ; Trappe, 2006). Elles doivent par conséquent chercher plus longtemps que les jeunes hommes une place en formation (Beicht & Granato, 2011) et risquent davantage de se voir refoulées dans la « file d’attente » vers une formation courte.

32L’une des réponses institutionnelles au manque de places de formations dans les entreprises a consisté à créer expressément des places dans les formations courtes, dédiées aux jeunes défavorisés. D’un point de vue institutionnel, ce développement voulu par le patronat et la politique est le signe d’une différenciation du système de formation en alternance et d’une bi-polarisation progressive. Un tel mouvement a non seulement pour effet d’accentuer la segmentation du système dual, mais aussi de restreindre encore l’offre de formation professionnelle non académique d’un haut niveau de qualité (Sackmann & Kretzmerick, 2010). Dès lors qu’elle a lieu dans des formations en deux ans avec une moindre teneur en théorie et un éventail de qualifications et compétences réduits, l’extension des places de formation tend à conduire le système dual vers le « bas ».

  • 7  En France, il s’agit du Cadre européen des certifications (CEC).

33Bien que, du point de vue formel, il n’existe pas de différenciation par niveau de diplôme au sein du système dual, les analyses indiquent une segmentation selon la durée de la formation qui correspond à une distinction interne à ce système de formation. Cette distinction est d’ailleurs prise en compte dans le « cadre de qualification allemand pour l’apprentissage tout au long de la vie » (Deutscher Qualifikationsrahmen für Lebenslanges Lernen, DQR), transposition nationale du cadre de qualification européen (European Qualification Framework7) qui répartit les compétences professionnelles et personnelles en termes de résultats d’apprentissage (« learning outcomes ») selon huit niveaux : il attribue un niveau différent aux diplômes du système dual selon la durée de la formation. Dans le cadre de qualification allemand qui a été mis en vigueur que récemment, les représentants de l’État fédéral, des Länder et les partenaires sociaux se sont mis d’accord pour classer les diplômes des formations en deux ans au niveau 3 et les diplômes des formations en trois ou trois ans et demi au niveau 4 (ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche, 2012). De ce fait, la segmentation du système dual devient transparente et publique.

34La légitimité des formations en deux ans dépend en premier lieu de leur capacité à former avec succès les jeunes défavorisés sur le plan social et éducatif et en second lieu de leur capacité à permettre aux jeunes de se procurer un emploi correspondant à la formation reçue. Une enquête sur les jeunes ouvriers formés en deux ans aux métiers de « mécaniciens de service automobile » signale que les entreprises ne voient pas de possibilité d’emploi pour ces jeunes ouvriers (Becker & Musekamp, 2008). Une autre recherche sur le même sujet montre que les acteurs interrogés (entreprises, apprentis, Chambres, etc.) admettent de manière relativement unanime que le profil professionnel auquel conduit la formation en deux ans n’est pas reconnu sur le marché du travail et qu’il n’existe pas de besoins en salariés dans cette profession dans les entreprises (Becker et alii, 2012). Ainsi, un diplôme professionnel de mécanicien/ne de service en automobile ne se traduit pas par de bonnes perspectives d’emploi pour les jeunes. Il en est de même lorsque les entreprises ont formé elles-mêmes des jeunes dans cette profession : les structures d’organisation du travail et la complexité des opérations ne permettent pas – du point de vue de l’entreprise – d’embaucher ces ouvriers. Par contre, il existe selon les entreprises un besoin de qualification d’un plus haut niveau, visant par exemple des mécatroniciens en automobile. Des recherches comparant les activités et les rémunérations auxquelles conduisent les formations selon leur durée permettraient d’éclairer les inégalités déjà repérées.

Haut de page

Bibliographie

Beck (K.), 1997, Die Zukunft der Beruflichkeit –Systematische und pragmatische Aspekte zur Gegenwartsdiskussion um die prospektiven Voraussetzungen der Berufsbildung, in M. Liedtke (dir.), Berufliche Bildung Geschichte, Gegenwart, Zukunft, Bad Heilbrunn/Obb, pp. 351-369.

Becker (M.) & Musekamp (F.), 2008, « Ein zweijähriger Ausbildungsberuf zwischen Integrationsanspruch und Qualifikationsbedarf. Evaluation des Ausbildungsberufs Kfz-Mechaniker/-in. », Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis, nº 5 (37), pp. 43-47.

Becker (R.), 2011, « Entstehung und Reproduktion dauerhafter Bildungsungleichheiten », in R. Becker (éd.), Lehrbuch der Bildungssoziologie, Wiesbaden, pp. 87-138.

Beicht (U.) & Granato (M.), 2011, « Risiken am Übergang Schule – Ausbildung: Verlieren junge Frauen hier ihre Bildungsvorteile? Und verschärfen sich die Nachteile für Jugendliche mit Migrationshintergrund? » in M. Icking (dir.), Die Zukunft der Beruflichen Bildung. Schriften zu Bildung und Kultur, Band 4, Berlin, Heinrich-Böll-Stiftung, pp. 37-58.

Bellaire (E.), Brandes (H.), Friedrich (M.) & Menk (A.), 2006, « Zweijährige Ausbildungsberufe – eine Chance für Jugendliche mit schlechten Startchancen? Betriebsbefragungen zu neuen Berufen », in Bundesinstitut für Berufsbildung (éd.), Berichte zur beruflichen Bildung, Heft 276, Bonn.

Brötz (R.) & Schwarz (H.), 2004, « Mehr Ausbildungsplätze durch Einfachberufe? », Bonn, Internetbeitrag.

Bundesinstitut für Berufsbildung (éd.), 2005, Berufliche Bildung in Deutschland und Frankreich. Dossier für die Jahrestagung des Clubs dAffaires Franco-Allemands, Wissenschaftliche Diskussionspapiere, nº 74, Bonn.

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), 2012, « Wichtiger Schritt hin zum Bildungsraum Europa », Berlin, Pressemitteilung 012/2012.

Bund-Länder-Kommission für Bildungsplanung und Forschungsförderung (éd.), 1998, « Modernisierung des dualen Systems – Problembereiche, Reformvorschläge, Konsens- und Dissenslinien », Materialien zur Bildungsplanung und Forschungsförderung, nº 62.

Busemeyer (M.-R.), 2009, « Wandel trotz Reformstau. Die Politik der beruflichen Bildung seit 1970 », Schriften aus dem Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung Köln, nº 65.

Deutscher Gewerkschaftbund, 2009, Mehr Chancen durch Modernisierung der Ausbildungsberufe, Positionspapier, Berlin.

Doeringer (P.-B.) & Piore (M.-J.), 1985, Internal Labor Markets and Manpower Analysis, 2nd éd., Armonk/NY.

Eberhard (V.) & Ulrich (J.-G.), 2010, « Übergänge zwischen Schule und Berufsausbildung », in G. Bosch, S. Krone et D. Langer (éds.), Das Berufsbildungssystem in Deutschland, Wiesbaden, pp. 133-148.

Enggruber (R.), Euler (D.), Gidion (G.) & Wilke (J.), 2003, « Pfade für Jugendliche in Ausbildung und Betrieb. Gutachten zur Darstellung der Hintergründe der unzureichenden Ausbildungs- und Beschäftigungschancen von benachteiligten Jugendlichen in Baden-Württemberg sowie deren Verbesserungsmöglichkeiten », Gutachten für das Wirtschaftsministerium Baden-Württemberg, Stuttgart.

Esser (F.-H.), 2009, « Schwerpunkt: Zweijährige Ausbildungsberufe. Interview mit Prof. Dr. F.-H. Esser, ZDH », lernen und lehren: Elektrotechnik-Informatik und Metalltechnik, nº 96 (24), pp. 160-161.

Gerstenberger (F.) & Seltz (R.), 1978, « Disproportionalitäten zwischen Ausbildungs- und Beschäftigungssystem », Sozialwissenschaftliche Informationen für Unterricht und Studium 4, pp. 160-165.

Gesamtmetall, 2006, Zweijährige Ausbildung: Zum Nutzen beider Seiten, Artikeldienst, nº 11/2006, Beitrag 1.

Granato (M.) & Schwerin (C.), 2008, « Potenziale erkennen – Kompetenzen nutzen. Ausbildung junger Frauen in technisch orientierten Berufen », in H. Schwitzer, C. Wilke et M. Kopel, (éds.), aktiv – kompetent – mittendrin. Frauenbilder in der Welt der Arbeit, Hamburg, pp. 75-90.

Granato (N.), 2003, Ethnische Ungleichheit auf dem deutschen Arbeitsmarkt, Opladen.

Gruber (S.) & Weber (H.), 2007, « Differenzierung der Ausbildungsangebote: Integration von Hauptschülern durch zweijährige Berufe? », Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis, nº 2 (36), pp. 18-21.

Hadjar (A.) (éd.), 2011, Geschlechtsspezifische Bildungsungleichheiten, Wiesbaden.

Hadjar (A.) & Becker (R.), 2011, Erwartete und unerwartete Folgen der Bildungsexpansion, in R. Becker (éd.), Lehrbuch der Bildungssoziologie, Wiesbaden, pp. 195-213.

Hall (A.), 2010, « Arbeiten Frauen und Männer unter ihrem Wert? Zum Einfluss dualer und schulischer Ausbildungsberufe auf ausbildungsinadäquate Erwerbstätigkeit in Deutschland », Swiss Journal of Sociology, nº 36 (1), pp. 131-159.

Hillmert (S.), 2010, « Betriebliche Ausbildung und soziale Ungleichheit », Sozialer Fortschritt: unabhängige Zeitschrift für Sozialpolitik, nº 59 (6-7), pp. 167-174.

Holterhoff (F.), 2004, « Argumente für theoriegeminderte zweijährige und gestufte Ausbildungsberufe. », in Bundesinstitut für Berufsbildung (éd.), Diskussionsforum zu theoriegeminderten zweijährigen Ausbildungsberufen, Bonn, Veröffentlicht im Internet: 08/06/2004.

Imdorf (C.), 2005, Schulqualifikation und Berufsfindung. Wie Geschlecht und nationale Herkunft neben Schulqualifikationen den Übergang in die Berufsbildung strukturieren, Wiesbaden.

Kath (F.), 2005, « Mehr Ausbildung durch verkürzte oder gestufte Ausbildungsberufe? », Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis, nº 3 (34), pp. 5-8.

Kroll (S.), 2010, Ausbildungsverträge 2009: Nur wenige Berufe dominieren, Berufsbildung in Wissenschaft und Praxis, Heft 1, pp. 8-9.

Leemann (R.-J.) & Imdorf (C.), 2011, « Zum Zusammenhang von Geschlechterungleichheiten in Bildung, Beruf und Karriere: Ein Ausblick », in A. Hadjar (éd.), a.a.O., Wiesbaden, pp. 417-440.

Lex (T.), 1997, Berufswege Jugendlicher zwischen Integration und Ausgrenzung. Arbeitsweltbezogene Jugendsozialarbeit, Band 3, München.

Lutz (B.), 1987, Arbeitsmarktstruktur und betriebliche Arbeitskräfteschlange. Eine theoretisch-historische Skizze zur Entstehung betriebszentrierter Arbeitsmarktsegmentation, Frankfurt a.M./New York.

Möbus (M.) & Verdier (E.) (dir.), 1997, La construction des diplômes professionnnels en Allemagne et en France, Paris, L’Harmattan.

Musekamp (F.), Spöttl (G.) & Becker (M.), 2011, Zweijährige Ausbildung im Kfz-Service, Bielefeld.

Pütz (H.), 1993, « Integration der Schwachen= Stärke des dualen Systems. Förderung der Berufsausbildung von benachteiligten Jugendlichen – Neue Strukturen und Konzeptionen », in Bundesinstitut für Berufsbildung (éd.), Berichte zur beruflichen Bildung, nº 162, Bonn.

Sackmann (R.) & Kretzmerick (T.), 2010, « Differenzierungsdynamik und Ungleichheit in der Mitte der Gesellschaft », Swiss Journal of Sociology, nº 36 (1), pp. 109-129.

Sehrbrock (I.), 2010, DGB-Expertise: 2-jährige Ausbildungsberufe sind keine Alternative, Berlin.

Sekretariat der Ständigen Konferenz der Kultusminister der Länder in der Bundesrepublick Deutschland, 2011, Das Bildungswesen in der Bundesrepublik Deutschland 2010/2011, Bonn, 10 p.

Sengenberger (W.), 1987, Struktur und Funktionsweisen von Arbeitsmärkten: Die Bundesrepublik Deutschland im internationalen Vergleich, Frankfurt a.M./New York.

Solga (H.), 2005, Ohne Abschluss in die Bildungsgesellschaft, Opladen.

Solga (H.), 2011, « Bildungsarmut und Ausbildungslosigkeit in der Bildungs- und Wissensgesellschaft », in R. Becker (éd.), Lehrbuch der Bildungssoziologie, Wiesbaden, pp. 411-448.

Solga (H.) & Konietzka (D.), 2000, « Das Berufsprinzip des deutschen Arbeitsmarktes: ein geschlechtsneutraler Allokationsmechanismus? », Swiss Journal of Sociology, nº 26 (1), pp. 111-147.

Statistisches Bundesamt, 2011, Bildung und Kultur. Schnellmeldung Integrierte Ausbildungsberichterstattung. Anfänger im Ausbildungsgeschehen nach Sektoren/Konten und Ländern, Wiesbaden.

Statistisches Bundesamt, 2013, Bildung und Kultur. Integrierte Ausbildungsberichterstattung. Anfänger, Teilnehmer und Absolventen im Ausbildungsgeschehen nach Sektoren/Konten und Ländern, Wiesbaden.

Thurow (L.-C.), 1978, « Die Arbeitskräfteschlange und das Modell des Arbeitsplatzwettbewerbs », in W. Sengenberger (éd.), Der gespaltene Arbeitsmarkt. Probleme der Arbeitsmarktsegmentation, Frankfurt a.M./New York, pp. 117-137.

Trappe (H.), 2006, « Berufliche Segregation im Kontext. Über einige Folgen geschlechtstypischer Berufsentscheidungen in Ost- und Westdeutschland », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, S. 51-77.

Uhly (A.), Kroll (S.) & Krekel (E.-M.), 2011, Strukturen und Entwicklungen der zweijährigen Ausbildungsberufe des dualen Systems. Bundesinstitut für Berufsbildung, Wissenschaftliche Diskussionspapiere, nº 125, Bonn.

Haut de page

Notes

1  En Allemagne comme dans d’autres pays européens dans les années 1990, un grand nombre des mesures ont été développées entre école d’enseignement général et formation professionnelle à l’intention des jeunes qui ne trouvent pas de place de formation, pour faciliter leur transition vers l’apprentissage. Cet ensemble de mesures est nommé système de « transition ». Il s’agit de nombreuses et très diverses « mesures pré-qualifiantes » (Eberhard & Ulrich, 2010).

2  Cette population est très hétérogène. Elle comprend d’une part des jeunes défavorisés sur le plan éducatif de par leurs résultats scolaires et diplômes et, sur le plan social, défavorisés soit par leur comportement social soit par leur origine sociale modeste et, d’autre part, le groupe des jeunes dits « défavorisés par le marché ». En ce qui concerne le premier groupe, leur capacité de suivre un apprentissage de 3 ans est contestée par les pouvoirs publics autant que par les fédérations du patronat. Pour ce groupe de « jeunes avec un besoin de promotion particulier » il existe depuis les années 1980 différentes mesures pré-qualifiantes dites « de transition », conformément au Code social (SGB II et III) (Enggruber et alii, 2003). Le problème des jeunes « défavorisés par le marché » provient du manque de places d’apprentissage en entreprise. En Allemagne de l’Est, en particulier, les pouvoirs publics ont compensé à un degré substantiel l’absence de places de formation en entreprise en proposant une formation en dehors de l’entreprise afin de permettre aux jeunes qualifiés « défavorisés par le marché » d’accéder malgré tout à une formation duale (Eberhard & Ulrich, 2010).

3  Comme synonyme pour les « formations de 3 à 3,5 ans », nous utiliserons, dans la suite de l’article, la forme raccourcie « formations de 3 ans ».

4  Les données statistiques relatives à la formation duale en Allemagne forment la base empirique de cette contribution (Uhly et alii, 2011). Pour les analyses suivantes, les apprentis dans les professions de formation pour les personnes souffrant d’un handicap (§ 66 BBiG et/ou § 42m HwO) ne sont pas pris en considération, car il s’agit en l’occurrence de réglementations de formation spéciales qui ne font pas l’objet des discussions au sujet des professions de formation en deux ans.

5  Le renforcement de la formation en deux ans ne représente qu’une parmi plusieurs stratégies des pouvoirs publics pour remédier au manque de places de formation en entreprises (Bund-Länder-Kommission, 1998; Eberhard & Ulrich, 2010).

6  Pour la modélisation, nous avons utilisé des régressions logistiques binaires de tous les apprentis en formation duale avec un nouveau contrat dans une profession de formation duale en 2 ou 3/3,5 ans en 2009.

7  En France, il s’agit du Cadre européen des certifications (CEC).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Graphique 1 : diplôme scolaire d’éducation générale le plus élevé détenu par les jeunes à la fin de leur scolarité selon le genre en 2011
Légende Source : données statistiques de l’Institut national de statistique de l’État fédéral (2011) : Enseignement et culture ; écoles d’enseignement général. Année scolaire 2010/2011. Fachserie 11, Reihe 1. Wiesbaden. Population de base : diplômés 2010.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Graphique 2 : proportion des apprentis inscrits en première année dans les formations en 2 ans rapportée à l’ensemble des apprentis en première année de 1978 à 2010 (en %)
Légende Remarque : formation professionnelle initiale (système en alternance) avec une durée de formation de 24 ou 18 mois.Source : Uhly et alii, 2011 : 11.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mona Granato et Stephan Kroll, « L’alternance en Allemagne : différenciation de la formation sans différenciation des diplômes ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n°4 | 2013, 109-131.

Référence électronique

Mona Granato et Stephan Kroll, « L’alternance en Allemagne : différenciation de la formation sans différenciation des diplômes ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n°4 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/2515

Haut de page

Auteurs

Mona Granato

Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), Bonn.

Stephan Kroll

Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), Bonn.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org