Navigation – Plan du site

Nouveaux métiers et nouveaux diplômes dans le contexte de la reconversion du secteur minier allemand dans les années 1970

New qualifications and certificates for mining in German in the 1970es
Jean-Luc Malvache
p. 133-148

Résumés

Cet article porte sur l’introduction en 1976 et 1979 dans le secteur minier ouest-allemand de deux nouveaux métiers et certificats, celui de « mécanicien des mines” (Bergmechaniker) et celui d’« agent mécanicien des mines » (Berg- und Maschinenmann), intégrés dans le système dual de formation professionnelle initiale de ce pays. L’objectif de cette mesure était double : accélérer l’adaptation des métiers du fond aux profondes mutations technologiques de l’exploitation minière et intégrer dans les dispositifs d’apprentissage des groupes de jeunes gens recrutés au titre de la « relève minière », mais sortis du système scolaire obligatoire sans diplôme ou avec des niveaux insuffisants. Cette mesure est replacée dans le contexte de deux priorités des politiques allemandes de la formation et de l’emploi dans les années 1970 et 1980 : l’intégration professionnelle et sociale des jeunes par la formation initiale et la préparation à la reconversion des bassins industriels en crise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bundesinstitut für Berufsbildung, créé en 1970.
  • 2Cf. V. Hollinger, 2002.

1En 1976 et 1979, deux nouveaux métiers et certificats sont introduits dans le système dual ouest-allemand de Formation professionnelle initiale (FPI), celui de « mécanicien des mines » (Bergmechaniker) et celui d’« agent mécanicien des mines » (Berg- und Maschinenmann). Le premier diplôme résultait en fait du remodelage en profondeur du métier et de la formation de Knappe (mineur de fond) déjà existant afin de le moderniser, le second exprimait la volonté de permettre l’accès à la formation professionnelle à des jeunes gens ayant des déficits scolaires par l’introduction d’une filière courte d’apprentissage. Conformément au caractère dual du système ouest-allemand de FPI bâti sur une alternance entre l’école et l’entreprise, cette opération reposa sur un dispositif de coopération institutionnelle très poussée et à plusieurs étages entre le niveau fédéral (Conférence des Ministres de l’Éducation des Länder, services statistiques des ministères), l’Institut Fédéral pour la Formation et l’Enseignement Professionnels (organisme public dédié à la formation professionnelle initiale et continue de l’État fédéral)1, les experts désignés par les partenaires sociaux (patronat et syndicats) et les Chambres de Commerce2.

2Les objectifs de l’introduction de ce “tandem” de métiers et diplômes seront à la fois distincts et complémentaires. Il s’agissait à l’échelon du secteur et de l’entreprise de mieux adapter la formation des ouvriers mineurs qualifiés aux mutations technologiques et économiques amorcées dès les années 1950 et d’intégrer dans le dispositif de FPI un large pan des effectifs miniers jusque-là resté à l’écart des efforts de formation ; et à un échelon plus général, de renforcer la place de la FPI dans les grands bassins industriels pour répondre aux importants déficits rencontrés dans ces derniers et de réhabiliter l’image d’une profession qui avait perdu son “aura mythique” depuis les années 1930 et affrontait la concurrence des métiers des industries comme l’automobile ou l’électrotechnique.

3Ces nouveaux diplômes professionnels “de base” soulèvent des questionnements multiples : la définition de leurs publics, l’espace social qu’ils génèrent et leur fonction politique. Les résultats présentés ici se concentreront sur le bassin de la Ruhr, pièce maîtresse du secteur minier ouest-allemand après 1945, et, sur la base des riches matériaux statistiques et documentaires disponibles, traiteront des points suivants : la genèse des métiers de la mine, le processus de création des deux nouveaux diplômes miniers dans les années 1970, les interfaces entre ces métiers et les logiques des politiques fédérales et régionales d’emploi et de reconversion et l’évolution des métiers de la mine dans un contexte de repli programmé du secteur. Pour terminer, une mise en relief des effets principaux de cette vaste réforme de la FPI minière sera proposée avec plusieurs questionnements concernant son calendrier et son esprit même.

Retour sur la genèse des métiers de la mine

4Historiquement, le travail dans la mine a généré de nombreux métiers liés aux activités et fonctions spécifiques en matière d’extraction des minerais et d’organisation des exploitations, métiers plus basés sur l’expérience de la pratique quotidienne que sur un apprentissage formalisé. Toutefois, leur technicité et leur complexité croissantes ainsi que la lutte contre les accidents rendirent nécessaire une formalisation progressive des savoirs et apprentissages qui se fit en trois vagues.

5La première concerna la formation scientifique des ingénieurs suscitant la création, dans l’Europe du XVIIIe siècle, d’Académies Minières ou Écoles Centrales d’État. La seconde se concentra sur la gestion au quotidien des installations et des hommes, menant à la fondation au XIXe siècle d’Écoles pour maîtres mineurs et porions constituant le personnel d’encadrement moyen et inférieur. La troisième vague porta sur la formation d’ouvriers mineurs qualifiés aboutissant dans la seconde moitié du XIXe siècle à l’établissement de classes préparatoires dispensant un enseignement de base général et technique.

  • 3  Sur l’École des Mines de Bochum, voir notamment P. Friedemann et M. Farrenkopf, 2011.

6Dans le bassin de la Ruhr, ce fut la Caisse du Syndicat Minier de Westphalie (Westfälische Berggewerkschaftskasse – WBK), créée en 1864, qui organisa cette troisième vague. Cette association corporative des entreprises transforma l’École Minière de Bochum fondée en 1816 en établissement véritablement efficace et encouragea parallèlement la mise en place de cours élémentaires au niveau de chaque mine pour pallier les graves déficits de formation enregistrés chez l’ensemble du personnel3.

7Mais l’enseignement minier à destination des ouvriers ne prit véritablement forme que sous la République de Weimar. En 1921, conformément à la loi de généralisation de l’apprentissage et au principe de non-étatisation de l’enseignement minier adopté par voie parlementaire, la WBK installa l’École Professionnelle Minière dans le district de la Direction Supérieure des Mines de Dortmund (Bergmännische Berufsschule im Oberbergamtsbezirk Dortmund) fortement décentralisée avec des classes réparties sur plus de 120 sites. Les jeunes gens embauchés avec un bas niveau scolaire étaient employés au tri des stériles ; les autres formés au travail du métal ou du bois dans des ateliers écoles installés dans l’enceinte même des mines. L’apprentissage, non encore officiellement homologué, étalé sur quatre ans, deux au jour et deux au fond, se terminait par un examen ouvrant vers une formation complémentaire de piqueur-abatteur (Hauer), métier dont la réglementation interdisait l’exercice avant l’âge de 21 ans.

8Afin d’assurer une qualité égale des apprentissages, le gouvernement introduisit en 1925 un certificat de piqueur-abatteur (Hauerbrief) obligatoire basé sur un examen organisé selon une procédure unique : ce fut le premier acte de formalisation du métier de mineur de fond. Surtout, la loi de 1938 sur l’enseignement professionnel obligatoire (Berufsschulpflicht) pour tous les enfants parvenus en fin de scolarité et ne voulant ou ne pouvant pas continuer leurs études, dressa un cadre juridique défini pour la FPI minière, menant en 1940 sur ordre du ministère de l’Économie du Reich à l’établissement d’un métier de mineur homologué et reconnu, c’est-à-dire avec profil et cursus prédéfinis et un apprentissage réglementé sur trois ans (le troisième au fond) sanctionné par un examen menant au certificat de Knappe (Knappenbrief). Ce nouveau diplôme était certes destiné à transformer les mineurs expérimentés en “véritables soldats de l’industrie”, mais il voulait aussi revaloriser un métier perdant déjà de son attractivité et enrayer les départs de jeunes gens vers d’autres secteurs. Toutefois, le positionnement de ce nouveau métier et son certificat dans la hiérarchie des formations minières fut difficile. Jusque dans les années 1960, le certificat de piqueur-abatteur restera pour les mineurs et l’opinion publique le seul véritable diplôme de base de la profession et son obtention restera assimilée à un rite de passage.

9Mais la formation minière concernait également les métiers techniques de l’exploitation (topographie minière, foncement des puits, traitement du minerai) reposant sur des savoirs et des compétences particuliers, ainsi que des métiers non spécifiques aux mines mais auxquels ces dernières ont toujours eu recours : métiers du travail du bois et des métaux et, à partir de 1880-1890, métiers de la mécanique et de l’électricité. La structure et la diversité des formations minières apparaissent sur le tableau suivant qui fait le point sur les apprentissages proposés à la fin des années 1960, au seuil de la décennie qui est au centre de la présente étude.

Tableau 1

Métiers du secteur minier
(Situation en 1969)

Durée de l’apprentissage

Métiers de la mine avec apprentissage homologué et reconnu

– Mineur

– Technicien géomètre des mines

– Technicien du traitement et de la préparation dans les mines

– Ouvrier professionnel des sondages et forages

3 ans pour tous les métiers de ce groupe

Métiers industriels avec apprentissage homologué et reconnu

– Mécanicien d’usine

– Électricien industriel

– Assistant de laboratoire

– Mécanicien des mesures et réglages

3,5 ans pour tous les métiers de ce groupe à l’exception du premier (3 ans)

  • 4  Sur la définition des métiers, voir Handbuch der Bergwirtschaft der Bundesrepublik Deutschland, 19 (...)

(*) Le métier de mineur fait l’objet d’homologations spécifiques pour les secteurs de la houille, du lignite, des minerais et de la potasse tenant compte des exigences de leur exploitation4.

La création de deux nouveaux diplômes miniers dans les années 1970 comme réponse aux mutations technologiques et à des déficits de formation chez les jeunes mineurs

  • 5  Ce paragraphe et le suivant reprennent les informations contenues dans les rapports annuels d’acti (...)

10L’introduction de deux nouveaux diplômes, celui de « mécanicien des mines » (1976) et celui d’« agent mécanicien des mines » (1979), constitua un double tournant dans la FPI minière. L’esprit même de la refonte du premier métier indique une rupture marquée avec le passé. Le second métier, quant à lui, s’appuie sur le premier, dont il constitue une “version allégée” pour enfin apporter une réponse directe à un problème persistant de la formation minière, celui des jeunes mineurs embauchés sans contrat d’apprentissage et qui, sous le nom de Jungbergmann ou d’aide mineur, travaillent comme simples ouvriers5.

Le métier de mécanicien des mines

11Le nom du nouveau métier, mécanicien des mines, signalait sa classification définitive dans la famille des métiers de l’industrie. Le terme de Knappe, un écuyer dans le vocabulaire de la chevalerie, faisait référence au temps où les mineurs, membres d’une corporation privilégiée, étaient liés à celle-ci par un lien individuel et par une solidarité collective. La nouvelle désignation du métier gommait cette référence d’origine et soulignait une spécificité professionnelle dans le cadre d’une famille de métiers. Désormais, le contrôle du déroulement de l’apprentissage, de l’organisation des examens et de la validation des résultats revenait aux Chambres de Commerce se substituant à la Direction Supérieure des Mines, signe de l’intégration du métier dans le régime général de la FPI. Un autre signe d’intégration résidait dans l’extension du métier à l’ensemble du secteur minier et des carrières souterraines.

12Selon les procédures habituelles, une commission installée ici dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en tant que siège des Charbonnages de la Ruhr, fut chargée de préparer un cursus cadre de formation initiale dans le nouveau métier applicable à tout le secteur. Une autre commission rédigea le règlement général d’apprentissage définissant en détail le rôle et l’action des entreprises dans ce cadre. L’établissement du nouveau métier fut officiellement annoncé dans le Journal Officiel Fédéral du 25/05/1976. La forte orientation industrielle du nouveau cursus renforça le poids de la composante scolaire dans l’apprentissage en rompant le primat traditionnel accordé à la pratique sur les enseignements généraux et théoriques plutôt considérés comme un accompagnement. Il s’en suivit la nécessité de renouveler les manuels de référence, dont les contenus furent rééquilibrés dans ce sens.

Le métier d’agent mécanicien des mines

13L’établissement de ce métier poursuivait un double objectif : réduire les déficits de formation du groupe bien défini des jeunes “aides mineurs” embauchés sans contrat d’apprentissage, dont la préparation de base ne constituait pas un véritable apprentissage professionnel et, de manière plus générale, faciliter l’accès à la FPI aux jeunes sortis de l’école sans diplôme ou avec des niveaux de connaissances bas ou très bas, lesquels constituaient la majorité du groupe évoqué ci-dessus.

  • 6Verordnung über die Berufsausbildung zum Berg- und Maschinenmann vom 22. Juni 1979 (BGBl. I S. 837 (...)

14Ce fut la WBK qui, en tant que client principal de cette filière, fut chargée de réaliser la phase d’expérimentation des volets théorique et pratique du nouveau cursus et d’en piloter le suivi administratif et scientifique. Cette phase, qui fut lancée au mois de mai 1977 et dura jusqu’au 31 juillet 1980, a fait l’objet d’une étude détaillée publiée par l’Institut Fédéral pour la Formation et l’Enseignement Professionnels, étude qui reflète également l’implication des nouvelles universités du bassin de la Ruhr dans la promotion des savoirs professionnels au niveau régional (Busch, 1980). L’introduction définitive du métier fut annoncée par publication dans le Journal Officiel Fédéral Nr. 33 du 22/06/1979 de l’ordonnance correspondante6.

Une hiérarchisation des métiers et des diplômes

15La comparaison entre les profils de deux métiers permet de constater que le métier d’agent mécanicien correspondait bien à une version allégée du premier, mais comportait une réduction de l’étendue des tâches à effectuer et surtout une séparation de ces tâches en deux volets de spécialisation, cette hiérarchisation dite par paliers étant destinée à faciliter un accès graduel à la professionnalisation.

Les mécaniciens des mines exécutent tous les travaux miniers afférant à l’exploitation au fond. Ils conduisent toutes les machines destinées au foncement, à l’avancement de galeries ainsi qu’à l’abattage des minéraux. Ils exécutent toutes les opérations de montage, démontage, de mise en service et d’entretien des installations de transfert et transport. Ils procèdent en outre à la préparation et au montage de tous les systèmes mécaniques d’aérage, d’exhaure et d’alimentation en énergie. Ils assurent le remblayage au niveau des abattages, des galeries et de l’arrière-taille afin d’éviter éboulements et effondrements.

Apprentissage sur trois ans

Les agents mécaniciens des mines, spécialisation Foncement et Abattage travaillent sur des chantiers d’abattage ainsi que de creusement et construction de puits et galeries. Ils conduisent et entretiennent les machines qui fonctionnent sur ces chantiers, assurent la préparation des tirs et exécutent les tâches de protection des parois de galeries et de puits. Ils installent les dispositifs d’aérage nécessaires à la protection des mineurs.

Ceux de spécialisation Manutention et Transport exécutent des opérations de montage, démontage, de mise en service et d’entretien d’installations de transfert et transport telles que convoyeurs à bande, transporteurs sur rail, monorails suspendus. Ils procèdent de plus au montage de canalisations par tubes ou flexibles et assurent le bon fonctionnement des pompes mécaniques.

Apprentissage sur deux ans

Secteurs d’activités des deux métiers : on trouve des postes de mécaniciens des mines et d’agents mécaniciens des mines (des deux spécialisations) dans les mines de houille et de lignite, de fer, d’uranium et de thorium. On peut également les trouver dans les mines de potasse, dans les mines ou carrières de sel, d’asphalte naturel, de fluorite, de feldspath, de graviers, de sable, d’argile et de kaolin. La formation dans cette spécialité permet également de travailler dans les entreprises actives dans le domaine du gros œuvre minier (foncement), du stockage souterrain, de la réhabilitation d’exploitation à ciel ouvert ou chez les fabricants de matériel minier.

  • 7  Sur le système éducatif allemand en général, voir en français, Centre d’Information et de Document (...)

16Cette hiérarchisation se retrouvait dans les niveaux scolaires des élèves au moment de leur recrutement et de leur entrée dans les deux filières. Ainsi, au démarrage de l’année professionnelle 1978-1979, sur l’ensemble des jeunes recrutés par les Charbonnages de la Ruhr, près de 63 % des apprentis mécaniciens étaient titulaires d’un diplôme scolaire, chiffre descendant à 27,5 % pour les apprentis agents mécaniciens et à 18 % pour les aides mineurs. Cette hiérarchie se retrouvait également au niveau des types de diplômes détenus. Chez les futurs mécaniciens des mines, la majorité des entrants était titulaire d’un diplôme de collège de type Hauptschulabschluß 10. Klasse, dit “qualifié”, permettant l’accès direct à une formation professionnelle, alors que chez les futurs agents mécaniciens, c’est le diplôme de collège de type Hauptabschluß 9. Klasse, dit “simple”, permettant l’accès à l’apprentissage par des filières intermédiaires qui dominait.7

Les nouveaux métiers miniers et les différentes logiques des politiques de l’emploi et de la formation professionnelle

17La création des deux filières de formation s’inscrivait dans un large dispositif de développement de la FPI mis en œuvre dans les années 1970 par le ministère du Travail, de la Santé et des Affaires Sociales du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (MAGS NRW). Ce dispositif reposait entre autres sur une implication directe des entreprises de la grande industrie (charbon et sidérurgie) et de leurs ressources en formation dans des programmes permettant de créer des interfaces entre l’apprentissage, l’accès à l’emploi et le soutien à l’intégration sociale des jeunes en fin de scolarité et des jeunes adultes au travail. Une caractéristique de ces programmes était de dépasser les limites et logiques habituelles des différents champs d’action politique concernés. Dans le cadre de ce large partenariat entre l’État et les entreprises, la WBK se vit donc confier une mission d’expérimentation portant sur le développement d’un éventail d’instruments de soutien à destination des jeunes en échec scolaire ou en situation difficile et visant à leur accès progressif à des emplois qualifiés. Les instruments développés (cursus alternatifs d’initiation au travail, modules de soutien à l’apprentissage, actions de développement des quartiers, etc.) étaient tout d’abord soumis à une première application pratique dans les propres centres de formation de la WBK avant d’être généralisés et diffusés sur l’ensemble du territoire ouest-allemand. Ce fut le cas notamment pour les mesures de type MBSE portant sur l’intégration professionnelle et sociale des jeunes étrangers (Schanda & Happach-Kaiser, 1983), particulièrement nombreux dans le public cible concerné ici. Ce type de partenariat avec le secteur minier situé à l’interface entre des logiques d’action entrepreneuriale, sectorielle et territoriale était rendu possible du fait des compétences reconnues de la WBK en matière de formation à tous les niveaux et de ses importantes ressources en infrastructures et personnels. De plus, le secteur houiller avait su intégrer dans son histoire des vagues successives de nouveaux mineurs issus de milieux régionaux, sociaux, culturels très hétérogènes, la dernière de ces vagues étant celle des travailleurs étrangers installés dans le bassin avec leurs familles.

18Le rôle d’acteur territorial des Charbonnages de la Ruhr avait été institutionnalisé lors de la création fin 1968, à l’instigation des syndicats ouvriers, de la société de bassin Ruhrkohle Aktiengesellschaft (RAG) de droit privé, et il fut confirmé lors des accords charbonniers successifs. Son cahier des charges fixait sa double mission d’acteur régional du soutien à l’emploi et à la formation. Le repli programmé des effectifs devait avoir lieu d’une manière dite « socialement acceptable », c’est-à-dire sans licenciements économiques et en évitant la création de déséquilibres d’emploi intra-régionaux. Pour répondre au premier impératif, la RAG profita d’une part de configurations géologiques favorables autorisant des jumelages de mines et donc de très forts gains de productivité, et d’autre part de sa qualité de groupe industriel diversifié, dont les activités minières reposaient encore sur des mines nombreuses. L’entreprise put donc ainsi faire jouer pleinement des dispositifs spéciaux de pré-retraite ou retraite anticipée et de transferts modulés de personnels pour abaisser la moyenne d’âge des effectifs miniers tout en facilitant la mobilité vers les autres divisions du groupe (chimie et énergie). Pour ce qui est du second impératif, la RAG concentra ses actions sur trois champs  : la formation continue en interne pour faciliter notamment la mobilité inter-sièges ; la formation pour reconversion en interne ou vers l’extérieur ; l’ouverture des écoles et ateliers d’apprentissage de la WBK à l’ensemble des jeunes et jeunes adultes du bassin pour réaliser des mesures de soutien à l’apprentissage aux métiers industriels et à l’emploi, évitant ainsi la fermeture de ces établissements suite aux restructurations du secteur.

19Cette logique territoriale devait ainsi répondre au problème du lien constaté entre les déficits scolaires et la part importante des jeunes parmi les chômeurs. Dans plusieurs districts du bassin, malgré des taux d’emploi très bas et une offre plus que satisfaisante en matière de places d’apprentissage, la part des jeunes parmi les chômeurs atteignait le double de la moyenne du Land ; 65 % des jeunes chômeurs n’avaient pas de formation professionnelle et 40 % pas de diplôme scolaire. Ces déficits se trouvèrent renforcés par une montée inquiétante du chômage entre 1977 et 1978. L’inscription d’une partie du bassin de la Ruhr sur la liste des zones éligibles aux subventions du Programme Fédéral de Soutien au Marché du Travail dans les régions présentant des problèmes spécifiques d’emploi lancé en mai 1979 eut un effet choc. Ce programme avait été conçu à l’origine en vue d’aider des régions rurales fortement excentrées ou situées le long de la frontière hermétique avec la RDA et présentant un taux de chômage supérieur à 6 %. Désormais, près de la moitié des régions éligibles se trouvait dans la Ruhr. Certes, au niveau du Land, un premier programme de lutte contre le chômage des jeunes avait été lancé dès janvier 1975, puis prolongé et étoffé par des séries de mesures incluant les volets miniers décrits ci-dessus. Mais ce n’est toutefois qu’à la fin des années 1970 que la nécessité d’une reconversion accélérée du bassin fut ressentie. Les modalités de la future politique de reconversion suscitèrent au début des polémiques très virulentes tels que le montrent les débats lors la Conférence de la Ruhr organisée en mai 1979 à Castrop-Rauxel, qui reflétaient les positions contradictoires s’affrontant au sein même des acteurs politiques, économiques et sociaux du bassin.

20On comprend alors la portée de la création des deux nouveaux métiers et diplômes miniers qui se trouvaient donc intégrés dans un large dispositif de développement de la FPI, dont les enjeux étaient multiples : adapter les personnels qualifiés aux mutations technologiques, élargir les plages de professionnalisation des personnels peu formés, faciliter l’accès à l’apprentissage à des jeunes de bas niveau scolaire, permettre d’intégrer par l’emploi des jeunes adultes en difficulté – le tout sur fond de chômage croissant et d’urgence de reconversion.

Les métiers de la mine entre recul programmé et modeste renaissance

  • 8  Sur l’évolution récente des métiers, voir les relevés statistiques des apprentissages, in BIBB, Da (...)

21Pour ce qui est de l’ensemble du secteur houiller, l’évolution des statistiques générales de l’apprentissage dans les métiers de la mine entre 1957 et 2010 confirme ce que l’on peut appeler la “fin des mineurs”. De 607 000 mineurs en 1957, on est passé à 24 000 en 2010. Quant aux effectifs en formation, de 48 000 en 1957 ils sont tombés à 1 084 en 2010 pour l’ensemble des métiers ; pour les métiers miniers proprement dits, le nombre des apprentis était de 27 000 en 1957, 38 en 2009 et aucun en 2010. Toutefois, au niveau de l’ensemble du secteur minier, si la diffusion des métiers est devenue limitée, ils n’ont pas pour autant disparu. Ainsi, à côté des exploitations de minéraux industriels reposant sur des chantiers souterrains, il existe plusieurs branches d’activité qui font appel aux compétences minières, notamment celles du génie civil de gros œuvre avec les tunneliers8.

22Le métier de mécanicien des mines, remodelé en 2009 sous la nouvelle désignation de Bergtechnologe afin de l’adapter aux nouvelles exigences de ces secteurs, a retrouvé une certaine dynamique dans les Länder de l’est de l’Allemagne. Il s’adresse désormais à des jeunes ayant un plus haut niveau scolaire (18 % des nouveaux apprentis sont titulaires d’un baccalauréat) et il commence à se féminiser. Quant à l’agent mécanicien des mines, métier paraissant obsolète même au niveau fédéral (aucune entrée en apprentissage entre 2000 et 2003), il connaît une véritable résurgence. La modeste reprise enregistrée à partir de 2004 (une vingtaine de nouveaux entrants tous les deux ans) dans l’est de l’Allemagne également, répond entre autres aux besoins suscités par le démarrage ou la reprise de l’exploitation de métaux onéreux sur les marchés internationaux (cuivre, wolfram) ou de minéraux à usages industriels multiples (feldspath, fluorine, barytine), générant des chantiers d’envergure restreinte, mais exigeant des personnels disposant de compétences de base relatives aux activités extractives.

Conclusion et questionnements

23L’introduction de ces nouveaux métiers et diplômes a permis de renforcer la professionnalisation des métiers de la mine et de les désenclaver en les insérant dans la large famille des métiers industriels. L’objectif d’intégration économique et sociale des jeunes de bas niveau scolaire ou issus de l’immigration a suscité une prise en compte plus systématique de l’environnement économique régional. La base de cette prise en compte a été le développement d’interfaces entre les approches entrepreneuriale, sectorielle et territoriale de la formation professionnelle initiale. Le rôle spécifique de l’entreprise comme acteur reconnu de la formation et de la reconversion au niveau régional s’en est trouvé confirmé. Les efforts réalisés ont généré de nouvelles dynamiques au sein même de cette entreprise. La redéfinition du métier de mineur comme mécanicien des mines a démontré que, nonobstant ses spécificités, ce métier reposait sur des savoirs et des compétences communes à la famille professionnelle des mécaniciens – une constatation importante en matière de mobilité interne et externe au groupe. L’introduction du métier d’agent mécanicien des mines a facilité la professionnalisation de l’ensemble des personnels, permettant ainsi des opérations plus ordonnées de restructuration des chantiers d’exploitation au fond respectueuses des impératifs de rendement et de sécurité. Les avantages d’une revalorisation de la formation initiale ont été nettement démontrés. L’intégration de tous les jeunes embauchés dans le dispositif homologué de formation professionnelle initiale a accéléré la disparition du statut d’aide-mineur ; leur nouveau statut d’ouvriers professionnels leur a permis d’obtenir de meilleurs salaires et d’accéder aux filières de formation continue. Dans un cadre plus général, la diversification des publics formés par la WBK l’a conduite à mieux structurer le réseau de ses établissements, avec des centres d’apprentissage pour la FPI, des collèges secondaires techniques pour la formation des cadres du premier niveau et la préparation aux diplômes supérieurs et une école d’ingénieurs pour les formations de haut niveau. De plus, si la réforme des métiers miniers et les missions régionales de soutien à la formation et à l’emploi liées au cahier des charges ont augmenté le poids des contraintes externes à l’entreprise relevant du système dual de FPI et des dispositifs publics d’emploi (Harney, 2011), elles ont été génératrices de légitimité en matière de compétences. Devenu dans les années 1980 le premier opérateur industriel de formation professionnelle en Allemagne, le groupe RAG fera de ce domaine dans les années 1990 un des piliers de ses activités nationales et internationales.

24Ce bilan certes positif appelle toutefois plusieurs questionnements quant au calendrier de la réforme ainsi qu’à son esprit même.

a) Les raisons d’une réforme tardive de la FPI minière

25L’ampleur de la réforme de la FPI minière ne peut faire oublier son caractère tardif et compensatoire. Dès les années 1950, des auteurs comme Ulrich Lohmar (Um die Zukunft des Bergbaus. Soziale und berufliche Probleme der Jungbergleute, 1953) ou Horst Niggemeier (Nachwuchsfragen im Bergbau, 1956) avaient souligné dans leurs articles les limites de l’apprentissage minier, presque exclusivement orienté vers les besoins immédiats de la production et de la gestion des exploitations, l’autoritarisme patriarcal du patronat dans les relations avec les salariés et une formation élitiste des grands cadres les isolant des réalités quotidiennes de la mine mieux appréhendées par les porions. Autant d’éléments qui favorisaient selon eux les fluctuations du personnel et la dégradation progressive de l’image du métier et n’encourageaient pas la “relève professionnelle”. De plus, au niveau fédéral, pédagogues, sociologues et juristes avaient formulé dans les années 1960 des diagnostics sévères sur l’ensemble du système scolaire allemand. Celui-ci se signalait par son faible pouvoir d’intégration dû, notamment, à une juxtaposition de types d’établissements secondaires hiérarchisés selon les niveaux scolaires des élèves et favorisant ainsi une ségrégation sociale, de faibles taux d’accès au baccalauréat et l’absence d’établissements de formation supérieure dans les bassins industriels. Les débats lancés en 1964 par Georg Picht et sa formule provocatrice de « la catastrophe de l’éducation allemande » (deutsche Bildungskatastrophe) avaient généré avant même la fin de la décennie un grand courant de réforme désigné depuis par le terme d’« offensive de l’éducation » (Bildungsoffensive).

26Quelles sont les raisons de la réponse tardive à ces faisceaux de critiques ?

27– Relevaient-elles principalement de cette approche exclusivement orientée vers les exigences de l’entreprise en matière de rendement et de rentabilité ? Avant 1969, l’appartenance de nombreuses sociétés minières à des groupes industriels sidérurgiques et autres a certainement contribué à développer une définition “pragmatique” de la formation professionnelle initiale au service des priorités de ces groupes. Toutefois, force est de constater que les efforts intensifs et permanents demandés au secteur houiller pendant la guerre, la reconstruction et les années du « miracle économique » ont fortement réduit les capacités de régénération d’un secteur contraint d’effectuer des recrutements massifs de personnels d’origine professionnelle fort hétérogène. Il paraît ainsi moins étonnant qu’il ait fallu attendre le regroupement des mines dans une société unique de bassin à la fin des années 1960 pour voir se dessiner une certaine stabilité et des réponses plus réfléchies aux nouveaux défis.

  • 9  Se reporter ici notamment à W. Abelshauser, 1984.

28– Relèvent-elles principalement du champ politique tant fédéral que régional ? Les études sur l’histoire politique et sociale du secteur du charbon après 19459 montrent un intérêt peu marqué des chrétiens-démocrates pour les problèmes de celui-ci. De fait, le calendrier des opérations de restructuration du secteur houiller s’intègre dans de ce que l’on appellera l’ère social-démocrate avec au niveau fédéral, une présence du SPD dans une grande coalition de gouvernement avec le parti chrétien-démocrate CDU de 1966 à 1969, puis dans une petite coalition avec les libéraux du FDP de 1969 à 1982, et au niveau de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une présence continue du SPD au gouvernement de 1966 à 2005, seul entre 1980 et 1995 ou dans le cadre de coalitions à géométrie variable avant ou après. Cette synchronisation entre les deux niveaux favorisera de même l’organisation de la fameuse « offensive de l’éducation » évoquée plus haut et la mise en place de nouvelles législations et institutions en matière de formation et d’emploi tenant plus compte des critiques des experts et des revendications des syndicats et des salariés.

29– Relèvent-elles des ambiguïtés de l’analyse économique ? Dans la Ruhr, l’urgence d’accélérer la reconversion fut masquée par le fait qu’avant la crise de 1974, les pertes massives d’emplois miniers avaient lieu dans un contexte de quasi plein emploi. Elles ne signifiaient pas la fin d’un secteur encore vaste ; les industries nouvellement implantées et le secteur des services en développement proposaient des emplois nombreux et plus attrayants. Pour les mineurs nouvellement recrutés sans attache locale ni ancrage dans la tradition, partir pour une autre région n’était pas un problème. Autant d’éléments qui canalisèrent sans doute l’impact des forts mouvements sociaux de 1958 et 1967 décrits notamment par Karl Lauschke (1984), lesquels ont toutefois nourri l’insistance du syndicat des mines IG Bergbau d’imposer un cahier des charges contraignant à la nouvelle société de bassin créée à leur instigation fin 1968. De plus, les débats de la Conférence sur l’avenir de la Ruhr en 1979 ont fait ressortir une forte dominance conservatrice dans les mentalités et les avocats du changement parmi les acteurs politiques, économiques et sociaux y furent confrontés à de violentes oppositions.

b) les aspects problématiques de la réforme

30– La concentration importante de jeunes sortis de l’école avec des diplômes de bas niveau ou sans diplôme parmi les entrants en apprentissage a confirmé les dysfonctionnements du système scolaire évoqués plus haut. La hiérarchie entre les quatre types d’établissements dont sortaient les apprentis trouva son prolongement dans le caractère souvent homogène des apprentis inscrits dans les différentes filières de métier. Observée sous cet angle, il semble que l’adaptation des filières d’apprentissage au niveau scolaire des élèves et l’insertion de mesures intermédiaires de transition, tout en répondant certes à des besoins immédiats de professionnalisation, aient plutôt contribué à pérenniser les déficits du système scolaire proprement dit et à faire jouer à la FPI un rôle compensatoire qui n’était pas son objectif à l’origine.

  • 10Cf. S. Zillinger, 1997.

31– À plus long terme et au regard des études réalisées sur la reconversion des mineurs (comme celle de Zillinger en 1997), on peut se poser la question de la valeur d’un “petit diplôme” tel que celui d’agent mécanicien des mines lorsque l’on constate que ses titulaires ont eu nettement moins de chances de trouver un nouvel emploi que les titulaires du certificat de mécanicien des mines – même si ces derniers n’avaient pas suivi des formations continues homologuées10.

32Cet ensemble de questionnements ne devrait toutefois pas porter à minimiser la validité de la stratégie concertée de revalorisation et de généralisation de la formation professionnelle initiale décrite plus haut, qui permit l’intégration de celle-ci dans le cadre plus large des politiques de soutien à l’emploi et à l’intégration dans la Ruhr. Les interfaces qu’elle proposait furent saluées comme une approche innovante par les observateurs de l’époque. Elle a permis une gestion contrôlée et acceptée du recul du charbon dans la Ruhr et d’accompagner la reconversion du bassin en amortissant les effets les plus négatifs de l’effondrement d’un de ses secteurs clés d’activités.

Haut de page

Bibliographie

Abelshauser (W.), 1984, Der Ruhrkohlenbergbau seit 1945. Wiederaufbau, Krise, Anpassung, München Beck.

Busch (H.-W.) (u. a.), 1980, Erprobung der Ausbildungsberufe Berg- und Maschinemann. Vortrieb und Gewinnung. Montage und Wartung. Förderung und Transport. Abschlußbericht der Wissenschaftlichen Begleitung. Hrsg. Bundesinstitut für Berufsbildung, 1982, Modellversuche zur Beruflichen Bildung, Heft 14.

Friedemann (P.) & Farrenkopf (M.), 2011, « Formation professionnelle, mutations industrielles et mobilité sociale. L’exemple de l’École des mines de Bochum », in J.-F. Eck et P. Tilly (dir.), Innovations et Transferts de technologie en Europe du Nord-Ouest aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Peter Lang, Euroclio, n° 60, pp. 87-104.

Harney (K.), 2011, « Formation professionnelle et entreprises. Le modèle allemand dans son cadre européen aux XIXe et XXe siècles », in J.-F. Eck et P. Tilly (dir.), Innovations et Transferts de technologie en Europe du Nord-Ouest aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Peter Lang, Euroclio, n° 60, pp. 87-104.

Hollinger (V.), 2002, Le « système dual » – l’exception allemande de la formation professionnelle initiale – Débats de société d’hier et d’aujourd’hui, Bern, Berlin, Peter Lang.

Lauschke (K.), 1984, Schwarze Fahnen an der Ruhr. Die Politik der IG Bergbau und Energie während der Jahre der Kohlenkrise 1958-1968, Marburg, Verlag Arbeiterbewegung u. Gesellschaftswissenschaft.

Schanda (F.) & Happach-Kaiser (H.), 1983, Integration ausländischer Jugendlicher durch MBSE eine kritische Bestandsaufnahme zu Beginn der bundesweiten Evaluation der Maßnahmen zur Berufsvorbereitung und sozialen Eingliederung junger Ausländer, in Mitteilungen aus der Arbeitsmarkt- und Berufsforschung, Jg. 16, H. 3, S. 252-261.

Zillinger (S.), 1997, Regionalwirtschaftlicher Strukturwandel und individuelle Arbeitsplatzproblematik : untersucht am Beispiel der Region Heinsberg und der Zeche Sophia-Jacoba, Aachen, Maas-Rhein-Institut für Angewandte Geographie.

Haut de page

Notes

1  Bundesinstitut für Berufsbildung, créé en 1970.

2Cf. V. Hollinger, 2002.

3  Sur l’École des Mines de Bochum, voir notamment P. Friedemann et M. Farrenkopf, 2011.

4  Sur la définition des métiers, voir Handbuch der Bergwirtschaft der Bundesrepublik Deutschland, 1970, Hrsg. im Auftrag der Wirtschaftsvereinigung Bergbau, Bonn-Bad Godesberg Essen: Glückauf, S. 72-82.

5  Ce paragraphe et le suivant reprennent les informations contenues dans les rapports annuels d’activité de la WBK parus sous le titre Verwaltungsbericht ou Jahresbericht et plus particulièrement ceux pour les années 1977: 165-180, 1978: 186-205, 1979: 145-150 et 1980: 147-154.

6Verordnung über die Berufsausbildung zum Berg- und Maschinenmann vom 22. Juni 1979 (BGBl. I S. 837 vom 4. Juli 1979) nebst Rahmenlehrplan für den Ausbildungsberuf Berg- und Maschinenmann (Beschluß der Kultusministerkonferenz vom 1. Juni 1979, Beilage zum Bundesanzeiger Nr. 90 vom 14 Mai 1980), W. Bertelsmann, Bielefeld.

7  Sur le système éducatif allemand en général, voir en français, Centre d’Information et de Documentation de l’Ambassade de RFA: Le système éducatif en Allemagne. Du jardin d’enfants à l’université, 2009-2010, disponible sur www.cidal.diplo.de.

8  Sur l’évolution récente des métiers, voir les relevés statistiques des apprentissages, in BIBB, Datenblatt 70102 Bergmechaniker (IH) Datenblatt 70201 Berg- und Maschinenmann FR Vortrieb und Gewinnung (IH) – Sur l’évolution des effectifs dans la formation minière, voir Nachwuchskräfte im deutschen Steinkohlenbergbau, Statistik der Kohlenwirtschaft, Édition pour l’année 2011, État au 06/05/2011, www.kohlenstatistik.de.

9  Se reporter ici notamment à W. Abelshauser, 1984.

10Cf. S. Zillinger, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Malvache, « Nouveaux métiers et nouveaux diplômes dans le contexte de la reconversion du secteur minier allemand dans les années 1970 », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n°4 | 2013, 133-148.

Référence électronique

Jean-Luc Malvache, « Nouveaux métiers et nouveaux diplômes dans le contexte de la reconversion du secteur minier allemand dans les années 1970 », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n°4 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/2522

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Malvache

Université de la Ruhr, Bochum.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org