Navigation – Plan du site

Les « petits » diplômes professionnels français dans la politique éducative et sur le marché du travail

The french vocational degrees in the education policy and on labor market
Fabienne Maillard
p. 167-187

Résumés

Au nom des évolutions de l’emploi et des exigences des entreprises, les diplômes professionnels liés aux emplois d’ouvriers et d’employés tels que le CAP et le BEP font l’objet d’un mouvement permanent de réforme depuis une trentaine d’années. Cette redéfinition constante, qui a pris la forme d’une dévalorisation suivie d’une relance pour le CAP, et d’une disparition de la formation pour le BEP, résulte cependant moins de l’observation du fonctionnement du marché du travail et du système d’emploi que du statut ambigu conféré à ces diplômes. Officiellement dédiés à l’exercice professionnel, ce sont aussi des instruments de gestion du système éducatif. Dans cette mesure, ils concourent à la réussite de la politique éducative, qui n’hésite pas à faire prévaloir leur fonction scolaire sur leur dimension professionnelle, quitte à les rendre fragiles sur le marché du travail.

Haut de page

Texte intégral

1La dernière réforme de la voie professionnelle, engagée par la France fin 2007 pour généraliser l’accès au baccalauréat professionnel et mettre ce diplôme à parité avec les baccalauréats général et technologique, repose officiellement sur l’évolution des emplois et la hausse des qualifications dans le système productif. Cet argument est récurrent puisqu’il avait déjà été mobilisé pour justifier la création en 1985 du baccalauréat professionnel et évincer le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) des lycées professionnels. Les diplômes inférieurs au baccalauréat, tels que le CAP et le Brevet d’études professionnelles (BEP), apparaissaient alors sans avenir. La tertiarisation de l’économie, le développement de nouvelles organisations du travail et l’apport des technologies de l’information et de la communication semblaient en effet condamner à terme ces diplômes, liés à des emplois en voie de disparition ou en quête de compétences d’un niveau plus élevé.

  • 1  Voir dans ce même numéro, Fabienne Maillard, La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le (...)

2Fort de cette conviction, le ministère de l’Éducation nationale a pendant plusieurs années entrepris de réduire l’influence du CAP dans l’offre de formation, tout en faisant du BEP un diplôme « propédeutique », autrement dit dédié à la poursuite d’études. Il a cependant choisi de relancer le CAP à la fin des années 1990, avant de supprimer le cursus de formation au BEP lors de la récente réforme. Le CAP est donc redevenu un diplôme important, tandis que le BEP n’est plus qu’une « certification intermédiaire »1. L’élévation du niveau de formation reste néanmoins l’objectif majeur de la politique éducative, au nom des attentes des entreprises.

  • 2  Sous l’effet de la politique lancée au milieu des années 1980 pour conduire 80 % d’une classe d’âg (...)

3Face à cette politique, soutenue depuis le milieu des années 1980 malgré les différents changements de gouvernement et la succession de nombreux ministres à la tête de l’Éducation nationale, se pose la question de la place occupée par le CAP et le BEP dans le système d’emploi. La recomposition de l’offre de formation et de certification professionnelle a-t-elle suivi les circonvolutions du marché du travail ? À une époque où la détention d’un baccalauréat est considérée comme une norme2, et où le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur quittant le système éducatif dépasse les 40 %, quelles perspectives le CAP et le BEP offrent-ils à leurs titulaires ? Dans quel sens celles-ci ont-elles évolué depuis les années 1980 ? In fine, c’est la manière dont les pouvoirs publics s’emparent des indicateurs relatifs à l’emploi et à l’insertion professionnelle qui est mise en question, sachant que les modes d’accès à l’emploi des sortants du système éducatif sont supposés rendre compte des performances des diplômes et contribuer à la régulation de l’offre de formation et de certification.

  • 3 C’est le niveau de formation dont dépendent ces deux diplômes dans la nomenclature interministériel (...)
  • 4  Synthèse de plusieurs travaux menés sur la politique institutionnelle comme sur divers diplômes et (...)

4Dans un premier temps, il convient de rappeler les éléments qui ont permis de justifier la politique de hausse du niveau d’éducation et souligner la déstabilisation qu’elle a provoquée au sein du niveau V, niveau de formation dont dépendent le CAP et le BEP3. Puis seront exposées les restructurations qui ont affecté ces diplômes dans les années 1990, entre deux brèves embellies économiques. Confrontée aux incertitudes de l’économie et de l’emploi, la politique ministérielle s’est montrée hésitante et même contradictoire jusqu’à la nouvelle orientation prise en 2007. Favorable au CAP et au baccalauréat professionnel, la réforme de la voie professionnelle, étudiée dans un troisième temps, s’en prend cette fois au BEP4.

Les années 1980 : la généralisation du baccalauréat comme réponse aux incertitudes de l’emploi

5Caractérisées par une forte hausse du chômage et la multiplication de dispositifs mis en place à l’intention des jeunes en quête d’un emploi, les années 1980 le sont aussi par une politique de massification de l’accès au baccalauréat et à l’enseignement supérieur. Élu en 1981, le gouvernement socialiste crée le baccalauréat professionnel en 1985 et transforme le niveau V pour répondre aux problèmes d’accès à l’emploi des jeunes formés dans la voie professionnelle et favoriser la poursuite d’études. Dès lors se pose la question de l’avenir du CAP et du BEP.

Une situation économique très dégradée, défavorable aux sortants les plus jeunes du système éducatif

6Au début des années 1980, la désindustrialisation et la tertiarisation galopante de l’économie incitent à envisager les ouvriers comme une catégorie socio-professionnelle en déclin. Alors qu’ils représentaient 37 % de la population active en 1975, ils ne sont plus que 33 % en 1982. Les employés, en revanche, ont vu leur proportion augmenter puisqu’ils sont passés de 23 % en 1975 à 27 % en 1982 (Seys, 1996).

7Cette chute du nombre des ouvriers s’accompagne de difficultés croissantes pour accéder à l’emploi chez les titulaires d’un CAP ou d’un BEP industriel. Évoquant la situation de ces diplômés peu après leur entrée dans la vie active, Philippe Mouy écrit ainsi : « […] l’avantage relatif des élèves du technique court semble se réduire ; les conditions d’insertion professionnelle deviennent plus difficiles » (1983 : 52). Selon lui, la « balkanisation » des CAP (il en dénombre 453) et leur trop grande spécialisation ne répondent pas aux demandes de polyvalence et d’adaptabilité des entreprises industrielles, engagées dans de nouveaux procès de production et la mise en place de nouvelles organisations du travail.

  • 5  Le CAP formant principalement des jeunes après la cinquième contrairement au BEP qui accueille des (...)
  • 6  Les grandes enquêtes du Céreq sur l’insertion des jeunes sont du reste organisées par niveau de fo (...)

8Lorsqu’il n’est pas perçu comme une survivance (Beaud & Pialoux, 1999), le travail ouvrier est déclaré plus intellectuel, exigeant non seulement des formations spécifiques et des diplômes, mais en outre des diplômes d’un genre différent de celui du CAP et d’un niveau plus élevé. Si la création du BEP en 1966 avait tenté de répondre à cette tendance, le rapprochement progressif des deux diplômes, distingués davantage par leur public que par leur curriculum5, pousse les observateurs à les confondre. Dès la parution en 1983 des premiers numéros de la revue Formation-Emploi, publiée par le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), les articles traitent indifféremment le CAP et le BEP, les chercheurs raisonnant surtout en termes de « niveau de formation »6. Dans la mesure où ces diplômes dépendent du niveau V et visent le même type d’emplois, leurs différences sont minorées bien que le CAP ait une longue histoire et soit bien plus orienté vers la production que le BEP. C’est aussi le premier diplôme à avoir figuré dans les conventions collectives, dès 1936, et le diplôme le plus souvent cité dans ces conventions quelle que soit l’époque (Jobert & Tallard, 1995).

9Lorsqu’ils analysent les conditions d’entrée sur le marché du travail des sortants du niveau V entre 1980 et 1988, Yvette Grelet et Xavier Viney (1991) soulignent la hausse de leur taux de chômage : 7 mois après leur sortie du système éducatif, 28 % des jeunes formés en CAP ou en BEP sont au chômage en 1980, 41 % en 1986. Dans la mesure où les progrès de la scolarisation ont beaucoup reposé sur l’enseignement professionnel, intégré dès 1959 dans ce qui est devenu « le système scolaire » pour contribuer au développement du second degré, la population formée est très importante. En 1980, les inscrits dans ce qui est alors le « second cycle court » sont plus de 780 000, auxquels s’ajoutent 222 000 apprentis en CAP, tandis que les inscrits dans la filière générale et technologique sont 1 102 000 (France métropolitaine, MEN, 2007). L’effectif des jeunes formés au niveau V dépasse le million au moment même où la situation économique leur est particulièrement défavorable. Elle l’est d’autant plus qu’ils arrivent sur le marché du travail à un âge peu avancé, en raison de la courte durée de leurs études. Si les élèves de BEP peuvent se diriger vers un baccalauréat de technicien, ce qu’ils font pour 30 % d’entre eux, le CAP mène à la vie active. Or le choc est rude pour ces jeunes qui arrivent en masse sur un marché du travail particulièrement contracté. La baisse des recrutements est forte et touche surtout les débutants, dont le coût d’adaptation à l’emploi est jugé trop élevé par les employeurs. Les liens des diplômes du niveau V avec l’emploi qualifié tendent par ailleurs à s’estomper. Les recrutements des sortants de CAP et de BEP industriels se polarisent en effet sur des emplois d’ouvriers non qualifiés, tandis que les filles titulaires d’un CAP ou d’un BEP tertiaire deviennent très souvent employées de commerce et de service, emplois considérés comme peu ou pas qualifiés (Audier, 1987).

  • 7  Tels que les Stages d’insertion dans la vie professionnelle (SIVP) et les contrats de qualificatio (...)
  • 8  Recensements de 1982 et 1990. En 1982, le CAP est le diplôme le plus souvent détenu par les actifs

10Après avoir institué en 1977 un premier « pacte pour l’emploi » destiné à améliorer l’insertion professionnelle des jeunes, le gouvernement se lance dans une série ininterrompue de mesures dédiées à l’aide à l’emploi (Amat, 1983). Cette politique tend à associer une partie de la population juvénile aux « formes particulières d’emploi »7, c’est-à-dire à des emplois aux statuts particuliers, mal rémunérés et sans grandes perspectives. Selon Y. Grelet et X. Viney, « en 1980, plus de la moitié des actifs occupés dans la cohorte sortie en 1979 sont sur un contrat à durée indéterminée. En 1988, ils ne sont qu’un sur cinq parmi les sortants de 1987 » (1991 : 64). Norme d’entrée dans l’emploi jusqu’à la fin des années 1970, le Contrat à durée indéterminée (CDI) devient un privilège pour les jeunes sortis du système éducatif après un CAP ou un BEP dans les années 1980. L’intérim, les contrats courts et les formes particulières d’emploi les attendent. Ces conditions d’entrée dans la vie active et l’affaiblissement des liens entre les diplômes du niveau V et l’emploi qualifié invitent à souligner l’insuffisance de ces diplômes. Alors que le diplôme était encore un bien rare dans les années 1970, le CAP et le BEP sont considérés à la fois comme trop communs et trop limités dans les années 1980 : ils sont possédés par un tiers des 750 000 sortants du système éducatif et n’offrent plus que de faibles perspectives de carrière (DEP, 2003). Détenus par seulement 15 % de la population active totale en 1982 et 19 % en 1990 selon l’INSEE8, ces deux diplômes affrontent la hausse très rapide du niveau d’éducation et sont mis en concurrence avec le(s) baccalauréat(s). Leur fragilité apparaît d’autant plus grande qu’une part des emplois qu’ils visent sont en voie d’extinction, soit parce que les secteurs d’activité dont ils relèvent sont en plein effondrement (comme les mines, la sidérurgie, le textile, la construction mécanique, l’artisanat industriel, etc.), soit parce que les métiers auxquels ils s’adressent disparaissent (standardistes, opérateurs de saisie, dessinateurs industriels par exemple). Ajoutées à des prévisions centrées sur la hausse du niveau de qualification et la fin du taylorisme, ces données sont défavorables aux deux diplômes, même si plus de 200 000 jeunes quittent chaque année le système éducatif sans diplôme.

Une politique de hausse du niveau d’éducation et de déstabilisation du niveau V

  • 9  Sauf dans les domaines où il n’existe pas, comme dans les arts appliqués. Le CAP sert alors de viv (...)

11Tout en diversifiant les aides à l’emploi, le gouvernement s’engage dès 1984 dans une politique volontariste de hausse du niveau d’éducation. Il prévoit ainsi de conduire 80 % d’une génération au niveau du baccalauréat en 2000, objectif inscrit plus tard dans la loi d’orientation de 1989 et associé à un autre, tout aussi inédit : mener « l’ensemble d’une classe d’âge au minimum au niveau du CAP ou du BEP » (loi n° 89-486 du 10 juillet 1989, article 3). Pour atteindre cet objectif particulièrement ambitieux, puisqu’en 1984 le taux d’accès au niveau du baccalauréat n’est que de 34 %, un nouveau diplôme est créé en 1985, le baccalauréat professionnel. Cette initiative, qui met une nouvelle fois la voie professionnelle à contribution d’une politique de massification scolaire, en finit avec « le second cycle court » et prétend mettre à parité les différentes filières d’enseignement. En créant rapidement plusieurs baccalauréats professionnels, sans forcément requérir l’avis des organisations professionnelles (Pillet, 1995), le ministère de l’Éducation nationale ouvre l’accès au baccalauréat aux diplômés de CAP et de BEP. C’est à ce dernier que revient cependant la fonction d’alimenter le baccalauréat professionnel9, tandis que l’avenir du CAP apparaît très compromis.

  • 10  Si plusieurs organisations patronales ont validé cette politique en acceptant de supprimer une par (...)

12Sans s’arrêter au fait que les emplois d’ouvriers et d’employés persistent, le ministère enjoint les académies à supprimer des sections de formation en leur recommandant de développer le BEP. Malgré les réticences manifestées par certains recteurs et les problèmes que pose une telle politique en termes d’orientation et de scolarisation, les consignes sont appliquées, le CAP s’effondre dans les lycées professionnels (Maillard, 2005a). Son effectif scolaire passe de 435 000 inscrits en 1985 à 142 000 en 1990 (France métropolitaine, MEN, 1999), déclin dont la rapidité montre bien qu’il procède d’une action très organisée, en dépit des réserves exprimées par certaines branches professionnelles10. Il faut dire qu’en diminuant les sorties précoces à l’issue du CAP et en gardant les élèves au sein du système éducatif pour les conduire jusqu’au baccalauréat, le gouvernement fait baisser en même temps le taux d’activité des jeunes et la part d’entre eux qui se retrouvent au chômage. Selon Olivier Marchand et Danièle Guillemot, « la forte baisse du nombre des jeunes actifs, observée de 1982 à 1990, s’est traduite par une réduction du chômage juvénile de 190 000 » (1993 : 11). Pour Antoine Prost (2002), c’est même l’un des éléments à l’origine de la décision d’élever le niveau d’éducation.

13À la fin des années 1980, le CAP apparaît comme un diplôme réservé à l’apprentissage et à la formation continue, voué à disparaître dans la voie scolaire. Le BEP l’a supplanté, en étant doté d’une « double finalité » : insertion professionnelle et poursuite d’études. Il peut ainsi continuer d’alimenter les emplois d’exécution. Dévalorisé, le CAP est réduit dans bien des cas à ne plus être qu’une certification de seconde zone, utilisée pour munir d’un diplôme ceux qui ne pourront pas aller jusqu’au baccalauréat (Tanguy, 1991). Et bien qu’elle découle de l’initiative du ministère, sa perte d’influence dans l’offre de formation est interprétée comme le résultat de son inanité sur le marché du travail. Considéré comme une protection insuffisante contre le chômage et la précarité, il est également associé au « déclassement », ses titulaires accédant aux mêmes emplois que les non-diplômés (Coeffic, 1987).

14Son déclin dans l’offre de formation et la poussée du BEP apparaissent nettement dans le tableau qui suit.

Tableau 1 : Évolution des effectifs d’élèves et d’apprentis dans les diplômes professionnels (1970-1990)

1970

1980

1990

CAP Élèves (en 1, 2 ou 3 ans)

511 394

457 310

145 394

CAP Apprentis (en 1, 2 ou 3 ans)

232 610

222 393

194 331

TOTAL CAP

744 004

679 703

339 725

BEP Élèves

134 440

306 907

452 198

BEP Apprentis

-

-

6 712

TOTAL BEP

134 440

306 907

458 910

Bac pro Élèves (en 2 et 3 ans)

-

-

93 716

Bac pro Apprentis (en 2 et 3 ans)

-

-

4 223

TOTAL Bac pro

-

-

98 032

TOTAL

878 444

986 610

896 667

Source : Repères et références statistiques, ministère de l’Éducation nationale, édition 2007.
France Métropolitaine, public et privé.

15Si cette métamorphose des diplômes professionnels et de l’offre de formation avance à pas rapides, elle n’est pas pour autant unanimement applaudie. Plusieurs organisations professionnelles tiennent à leurs CAP et veulent les sauvegarder, acceptant à contrecœur les innovations imposées par l’administration centrale et négociant âprement la survivance de leurs particularités. Inscrites dans le cadre des missions des Commissions professionnelles consultatives (CPC), dont l’avis est obligatoire pour créer, rénover ou supprimer un diplôme professionnel, ces négociations expliquent l’extrême variété de l’offre de diplômes (Maillard, 2005b). Bien que le ministre ait toujours le dernier mot, de multiples accords sont passés avec les fédérations patronales pour assouplir le caractère autoritaire des politiques menées. Des diplômes censés mourir peuvent ainsi persister, d’autres renaître, la gamme dont relèvent les compromis réalisés offrant une grande variété de possibilités (Möbus & Verdier, 1997).

  • 11  Ce Groupe réunissait des représentants du Céreq, de la Direction de l’évaluation et de la prospect (...)

16Au sein du gouvernement et de l’administration, des dissensions se manifestent également. Mobilisé par l’administration centrale, le Groupe des enseignements technologiques (GET/CEREQ)11 publie en 1990 un rapport sur L’avenir du niveau V plutôt dissonant avec la politique mise en application. Il montre que si dans certaines activités comme celles du tertiaire administratif, le CAP et le BEP ne mènent plus à l’emploi, leur rôle reste cependant éminent dans le commerce, l’hôtellerie-restauration, diverses activités de service, ainsi que dans de nombreuses activités de production autres que l’artisanat et le bâtiment. Une commande du même type est adressée à Lucie Tanguy par le Secrétaire d’État à l’enseignement technique, qui ne partage pas la vision de son gouvernement à l’égard de la voie professionnelle et s’interroge sur la formation à donner aux futurs ouvriers et employés (Tanguy, 1991 ; 2013). Cette fois, le rapport conteste l’uniformité de la politique éducative et sa profonde myopie. Plutôt que de penser la fin d’un diplôme et de courir après le baccalauréat, il invite à raisonner la diversité des activités productives et à lui faire correspondre une diversité de diplômes et de curricula. Parce qu’elles s’opposent de manière frontale à une action institutionnelle qui semble sans retour possible, ces propositions restent lettre morte. L’avenir du niveau V n’est pas pour autant réglé.

Une nouvelle redéfinition du niveau V dans les années 1990

17Si la fin des années 1980 est marquée par une très belle embellie économique, qui incite les employeurs à recruter leurs salariés parmi les stagiaires qu’ils accueillent avant même l’obtention de leur diplôme, une grave récession intervient dès 1992. Elle durera jusqu’en 1997, soit le temps de l’observation menée par le Céreq sur l’insertion des sortants de la « génération 92 ». Le chômage atteint alors tous les sortants du système éducatif, quel que soit le diplôme obtenu, mais dure d’autant plus longtemps qu’ils sont peu ou pas diplômés. Or, dans la plupart des analyses, malgré l’intérêt manifesté par les employeurs en période de haute conjoncture (revirement qui montre que le contenu des formations ne détermine pas leurs pratiques d’embauche), être diplômé du niveau V revient à être « peu » diplômé. La part des ouvriers et des employés dans la population active reste pourtant dominante, tandis que l’emploi non-qualifié connaît un improbable regain. Confrontée à des évolutions imprévues, la politique ministérielle se montre hésitante et versatile, au point qu’Éric Verdier parle de « confusion des choix éducatifs » (1995 : 20).

De la hausse du chômage à celle de l’emploi non qualifié

  • 12  Le contrat à durée déterminée s’est normalisé au moment du recrutement tandis que de nouvelles for (...)

18En France, c’est sur les sortants du système éducatif que pèse le plus fortement le rationnement des emplois. Résultat d’un « accord social tacite » qui permet à une seule génération de travailler en même temps en cas de récession économique (Verdier, 1995 : 22), la hausse du chômage juvénile intervient pour absorber les chocs économiques en inscrivant les débutants dans une file d’attente pour l’emploi. Dans la mesure où ils sortent encore très jeunes du système éducatif, munis de diplômes dont l’image est brouillée à force de changements, les diplômés de CAP et de BEP n’y sont pas les mieux placés, même si la segmentation du marché du travail permet aux diplômés de certaines spécialités, souvent industrielles, d’avoir rapidement accès à des emplois stables (Moncel, 2001). Repéré dans les années 1980, ce phénomène prend une telle ampleur dans les années 1990 qu’il incite à douter de l’efficacité des formations professionnelles pour préparer au travail. Toutefois, si maintes transformations affectent les activités professionnelles (Dumartin, 1996), ainsi que les contrats de travail12 et les modes de gestion des ressources humaines, pour ce qui concerne la structure des qualifications professionnelles en revanche, la métamorphose est moins nette. Les emplois d’exécution persistent, allant même jusqu’à se répandre dans les nouveaux secteurs industriels, comme celui des industries agro-alimentaires, et dans les services. Si la part des ouvriers non-qualifiés a considérablement diminué, passant de 19 % de la population active en 1975 à un peu moins de 11 % en 1995, celle des ouvriers qualifiés est restée stable, autour de 17 % (Seys, 1996). Les ouvriers ne représentent plus que 28 % des actifs en 1995, mais constituent néanmoins la deuxième catégorie sociale (au sens de l’INSEE) après les employés. En raison de la chute de certains secteurs de l’industrie et de l’externalisation d’activités de services auparavant prises en charge par les entreprises industrielles (comme le transport, la logistique, la restauration collective, etc.), leur profil a cependant changé. Les « métallos » ont en partie laissé la place à des conducteurs des transports, des agents de manutention et de conditionnement ou des cuisiniers. Parallèlement, si la part des employés continue de croître, c’est en partie via les employés non qualifiés, dont l’effectif augmente fortement dans la décennie 1990. En 1995, un peu plus de 30 % des actifs sont classés comme employés.

  • 13  Peu récentes si l’on se réfère aux premiers décrets de réglementation de ces diplômes, qui incorpo (...)

19Ensemble, les ouvriers et les employés représentent 58 % de la population active au milieu des années 1990, alors que la proportion des cadres est de 12 % et celle des professions intermédiaires de 20 %. Inattendu, ce résultat est rarement mis en avant, supplanté par l’idée d’une hausse ininterrompue des qualifications, portée par l’intellectualisation du travail et la demande de nouvelles compétences professionnelles. Le développement d’un nouveau modèle de gestion des ressources humaines, dit « modèle compétence », voué à redéfinir les contours des emplois et à individualiser la relation salariale, favorise une telle idée (Lichtenberger & Paradeise, 2001). L’initiative, l’autonomie, la responsabilité… comptent davantage dans l’évaluation du travail que le respect des consignes, la maîtrise des gestes professionnels ou l’ancienneté. Dès lors, les CAP « de métier » paraissent condamnés ou au mieux résiduels, la notion même de métier étant affiliée au passé en raison de ce qu’elle draine de références au corps et au travail manuel. Les BEP, en revanche, semblent mieux à même d’intégrer ces nouvelles exigences, parmi lesquelles figure la polyvalence13. Sur le marché du travail cependant, les BEP qui forment les plus gros effectifs, comme ceux du secrétariat et de la comptabilité, offrent de mauvaises conditions d’insertion professionnelle. La définition et la place du BEP dans le système éducatif posent donc également problème.

Les nouvelles inflexions de la politique des diplômes

20Tous ces désajustements entre l’offre et la demande de travail interrogent l’efficacité de la politique éducative. Pour Catherine Béduwé et Jean-Michel Espinasse (1995), auteurs d’une étude sur ce thème pour le ministère de l’Éducation nationale, le renouvellement de la main-d’œuvre ne résulte pas d’une transformation de l’emploi mais de la hausse du niveau d’éducation, les jeunes diplômés prenant la place des actifs non diplômés. Les deux chercheurs soulignent un phénomène paradoxal objectivé par la comparaison des recensements de 1982 et 1990 : « plus diplômés qu’il y a huit ans, les jeunes se retrouvent bien moins insérés en 1990 qu’en 1982. » (ibid. : 532). Candidats aux mêmes emplois que leurs aînés moins titrés mais plus expérimentés, les jeunes de moins de trente ans affrontent les soupçons dus à leur inexpérience. Le coût de leur mise au travail est jugé trop élevé en période d’incertitude économique. Et pour les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, les chances d’accès à l’emploi qualifié se révèlent d’autant plus limitées que la majorité des emplois créés pendant les années 1990 sont des emplois faiblement qualifiés.

21Objet de multiples débats, en raison des difficultés que pose leur identification (l’INSEE ne distinguant pas les employés qualifiés des non-qualifiés), le nombre des salariés non-qualifiés oscille entre 3,5 et 5 millions dans les années 1990, alors que la population active est de 25 millions. Cette part considérable suscite de nombreux questionnements car elle a échappé aux travaux de prospective (Méda & Vennat, 2004), même si elle résulte en partie de l’allègement des charges sur les bas salaires. Elle éclaire d’un jour sombre la hausse du niveau d’éducation et la massification de l’accès au diplôme. La population qui sort du système éducatif n’a en effet jamais été autant formée ni diplômée (Millet & Moreau, 2011). Qui plus est, ses diplômes sont souvent professionnels. Faut-il alors limiter ou poursuivre l’effort de formation ? La politique d’élévation du niveau d’éducation n’est pas remise en cause, malgré l’arrivée en mars 1993 d’un nouveau gouvernement, situé cette fois à droite de l’échiquier politique (il durera jusqu’en 1997, date de l’installation d’un nouveau premier ministre socialiste, Lionel Jospin). Cette politique avait pourtant été vivement contestée au moment de sa mise en place, par les membres du parti au gouvernement. Difficile à invalider en pleine hausse du chômage, elle est cependant mollement suivie, comme le montre l’interruption du mouvement de hausse observé depuis 1984. Après avoir atteint 68 % en 1993, le taux d’accès au niveau du baccalauréat régresse puis stagne aux alentours de 62 % jusqu’en 2007, date de la « rénovation » de la voie professionnelle (France métropolitaine + DOM, MEN, 2012).

22Les mesures prises dans la voie professionnelle font état des mêmes hésitations. Dès 1992, le ministère incite les académies à ralentir le mouvement d’éradication du CAP, tout en continuant de supprimer les CAP qui accueillent les plus gros flux d’élèves, comme ceux du tertiaire de bureau et de la mécanique générale (Maillard, 2005a). Le CAP continue de disparaître des lycées professionnels, rassemblant en 1995 moins de 70 000 élèves, pendant que le BEP continue sa progression et en forme plus de 460 000. Ce diplôme commence pourtant à être regardé avec défiance, car il n’alimente pas les sections de baccalauréat professionnel autant qu’il le devrait. Seul un entrant en BEP sur deux se dirige en effet vers un baccalauréat. Interrogés par le ministère sur les perspectives de poursuite d’études qu’offrent la quarantaine de BEP en place, Bernard Fourcade et Maurice Ourtau (1999) identifient trois catégories de BEP : les spécialités propédeutiques, les spécialités mixtes et celles qui conduisent surtout au marché du travail. Issue de la définition plurielle du diplôme, cette partition contredit l’objectif de hausse du niveau d’éducation. En tant que secrétaire général des Commissions professionnelles consultatives (CPC), Benoît Bouyx propose néanmoins de « garder au BEP une cible professionnelle affirmée pour qu’il continue à permettre une insertion immédiate et offre une voie de scolarisation nettement différente des voies générales et technologiques » (1996 : 73). Mais c’est tout autre chose qui sera entrepris.

23Peu après son arrivée à la tête du ministère, responsabilité qu’il assumera du 4 juin 1997 au 6 avril 2000, Claude Allègre décide de réformer l’enseignement professionnel – en fait le lycée en son entier – et envisage de relancer le CAP. Si le ministre se garde de justifier son projet, certains éléments contribuent à le justifier : le maintien des emplois d’exécution, le nombre important des « sortants sans qualification » (non diplômés qui représentent environ 20 % des sortants du système éducatif), et le développement des certificats de qualification professionnelle, créés à l’initiative des branches professionnelles et susceptibles de faire concurrence aux diplômes de l’Éducation nationale. Diplôme professionnel le plus accessible, le CAP est déclaré par le ministre « indispensable, recherché et dont la finalité est la réussite et l’emploi » (conférence de presse du 24 juin 1999). Il doit également devenir « le principal diplôme du niveau V » (ibid.), ce qui contrevient aux mesures prises antérieurement et met en cause la place occupée par le BEP. Afin de limiter la concurrence entre les deux diplômes, le BEP change de définition pour devenir exclusivement propédeutique, changement à peu près incompréhensible pour les enseignants comme pour les élèves puisqu’il reste officiellement lié à des activités professionnelles et aux emplois qualifiés d’ouvriers et d’employés (Maillard, 2011). Chaque BEP doit également permettre l’accès à plusieurs spécialités de baccalauréat professionnel, dont le nombre augmente (on en compte déjà plus de 70). Tandis que le CAP est re-professionnalisé et relancé, le BEP, lui, devient flou.

  • 14  Dans la mesure où les aides ont été maintenues jusqu’à la fin des conventions initiales, c’est seu (...)

24Malgré la rupture que produit un tel programme dans la politique éducative et toutes les difficultés qu’il suscite, il sera maintenu et suivi après le départ de Claude Allègre. Désormais, le BEP ne connaîtra plus aucun répit. Cette nouvelle orientation se révèle pourtant très ambivalente : elle prétend revaloriser le CAP tout en l’associant aux populations préjugées incapables d’obtenir plus et en promouvant la poursuite d’études vers le baccalauréat professionnel, ce qui paraît peu à même de restaurer l’image du CAP ; et elle met directement en cause la valeur professionnelle du BEP, sans prendre en considération la diversité du diplôme et des modes d’insertion de ses titulaires. Elle est en outre mise en danger par un nouveau dispositif d’aide à l’emploi des jeunes de moins de 26 ans : le dispositif « nouveaux services-nouveaux emplois », instauré en 1997 pour favoriser l’insertion des jeunes en difficultés sur le marché du travail. Intitulé « nouveaux services-emplois-jeunes » en 1998, ce dispositif a vocation à faire émerger de nouvelles activités professionnelles. Si ses résultats sont faibles de ce point de vue (Guitton, 1999), ils le sont moins en ce qui concerne l’affaiblissement des liens emploi-salaire. D’une durée de 5 ans, les contrats « jeunes » touchent un public beaucoup plus composite que prévu, dans lequel les jeunes non diplômés ne sont pas majoritaires (85 % des 500 000 jeunes passés par ce dispositif, entre 1997 et 2005, ayant le baccalauréat et plus), en autorisant de larges écarts entre les activités réalisées par les jeunes embauchés et leur rémunération. Dans le bilan qu’ils en dressent au nom du Centre d’études de l’emploi, Bernard Gomel et Alberto Lopez évoquent « l’impact de court terme sur l’accès à l’emploi », associé à « un désavantage salarial qui perdure » (2012). Supprimé en 200214, ce dispositif a contribué à estomper les contours de la qualification professionnelle, déjà bien troublés.

Les années 2000 : une nouvelle réforme de la voie professionnelle pour élever le niveau de qualification des actifs ?

25Comme celle des années 1980, la fin de la décennie 1990 est marquée par une brève embellie économique. La conjoncture change cependant rapidement et l’insertion des jeunes en est rendue difficile. Une fois encore, la question de la pertinence des diplômes de niveau V est posée. Déjà engagée, la relance du CAP se poursuit. Pour le BEP en revanche, la situation s’obscurcit.

Les transformations de l’emploi et du marché du travail

26Même si elles n’ont pas forcément suivi le cours prévu, certaines métamorphoses annoncées ont bien vu le jour depuis les années 1980. Salarisation, tertiarisation et féminisation sont les phénomènes les plus marquants, avec la baisse du taux d’activité des jeunes, sous l’effet de la prolongation de la scolarité. La tertiarisation de l’emploi et l’incitation à la poursuite d’études ont par ailleurs beaucoup profité aux femmes, qui ont pu accéder en nombre aux professions intermédiaires et au statut de cadre grâce au dynamisme des recrutements de la fonction publique – dans l’éducation, la santé ou les collectivités territoriales (Audier, 1998).

27À l’origine de la croissance de l’emploi (plus de trois millions d’emplois depuis 1985), le secteur tertiaire occupe aujourd’hui 76 % de la population active, contre 65 % en 1980. Favorable au développement des cadres et des professions intermédiaires, il a également suscité celui des emplois non qualifiés (Le Ru, 2011). Parallèlement aux métiers de la santé, de l’action sociale, culturelle et sportive, qui ont largement contribué à cette croissance, à ceux de la communication et de l’information, de l’enseignement et de la formation, des études et de la recherche, qui en ont aussi été partie prenante, d’autres emplois se sont multipliés, beaucoup moins qualifiés. Le très fort dynamisme des services aux particuliers et aux collectivités, soutenu par les aides publiques à l’emploi, a ainsi favorisé l’augmentation du nombre des employés non qualifiés. Entre cette hausse et celle des cadres, une bipolarisation semble avoir pris forme.

28Parmi les mutations qui ont affecté l’emploi, l’une des plus remarquables est celle du niveau d’éducation de la population active (Marchand, 2010). La possession d’un baccalauréat et plus concerne ainsi la majorité des moins de trente ans. Néanmoins, même si la population active est de plus en plus formée et diplômée, la part qu’y occupent les ouvriers et les employés bouge peu. Ainsi, « la structure des emplois par catégorie socio-professionnelle n’a pas connu une évolution aussi rapide » (Le Ru, 2011 : 10). Ce propos réitère un constat maintes fois opéré par les enquêtes sur l’emploi. Un autre résultat stable peut lui être adjoint : le fait qu’un seul travailleur sur deux occupe un emploi en rapport avec sa formation initiale. Soulignée par Sylvie Dumartin en 1997 dans une étude sur la population active (Dumartin, 1997), énoncée par Alberto Lopez en 2007 lors de la première biennale du Céreq à propos cette fois des jeunes sortants du système éducatif (Céreq, 2008), cette donnée plutôt hétérodoxe avait déjà été repérée par les premières enquêtes de cet organisme (intervention de Paul-Pierre Valli, ancien directeur du Céreq, à la biennale) (Céreq, 2008). Autrement dit, après quarante ans d’exhortation à une meilleure correspondance entre formations et emplois et une politique de professionnalisation systématique des cursus et des diplômes, l’adéquation entre diplômes et emplois reste aussi « introuvable » qu’elle l’était dans les années 1970 et 1980 (Tanguy, 1986).

29D’importants changements ont néanmoins eu lieu, puisque selon le bilan réalisé par la DARES sur « l’évolution des métiers en France depuis 25 ans » (Le Ru, 2011), la hausse du niveau de diplôme observée depuis la fin des années 1980 a transformé les conditions du recrutement. Si la possession d’un diplôme constitue désormais une norme d’accès au marché du travail, le niveau de diplôme exigé par les entreprises au moment de l’embauche s’est également considérablement élevé, alimentant la problématique du « déclassement » (Duru-Bellat, 2006 ; Poullaouec, 2010). En comparant les données tirées des portraits statistiques des branches professionnelles, Dominique Fournié et Christophe Guitton affinent l’analyse : « Les niveaux IV voient leur part augmenter dans toutes les catégories d’emploi (en-dehors des cadres) et ils commencent à peser significativement dans les professions non qualifiées : employés et ouvriers. Dans ce contexte, la part faite au niveau V recule chez les employés qualifiés, reste stable chez les ouvriers qualifiés et les employés non qualifiés et augmente chez les ouvriers non qualifiés » (2008 : 16). Dans ces résultats comme dans ceux que le Céreq publiera plus tard, l’un d’eux se consolide progressivement : que ce soit à la sortie du système éducatif ou dans les premières années de vie active, la détention d’un CAP ou d’un BEP tertiaire offre de moins en moins d’opportunités professionnelles. C’est pour les employés, en effet, que la hausse du diplôme requis a été la plus forte, en même temps que se répandaient les formes particulières d’emploi, le temps partiel imposé et les bas salaires. Dans les chiffres de l’emploi comme dans ceux qui proviennent des enquêtes du Céreq (Arrighi, Gasquet & Joseph, 2009), la qualification professionnelle apparaît brouillée, incertaine. C’est pourtant là que les perspectives d’embauche sont les plus ouvertes, en attendant une nouvelle politique industrielle.

Promesses et menaces sur le niveau V

  • 15  Avant la réforme, le baccalauréat professionnel se préparait en deux ans après l’obtention d’un BE (...)

30En 2002, le CAP est doté d’un nouveau curriculum et réhabilité en même temps que la notion de « métier », renvoyée quelques années plus tôt à un monde archaïque. Son importance dans les métiers de bouche, l’artisanat, le bâtiment et les travaux publics, la chaudronnerie, certains services aux personnes (comme la coiffure, l’esthétique ou l’assistance maternelle, etc.), où il joue un rôle déterminant pour accéder à l’emploi, redore son image et permet de souligner sa nécessité. Le BEP, lui, ne peut se prévaloir des mêmes prérogatives et sa définition propédeutique le handicape. Contradictoire avec les ambitions d’un diplôme à vocation professionnelle, elle conduit à souligner ses manques et à le désigner comme un diplôme « entre-deux » : insuffisamment corrélé à l’emploi, pas assez orienté vers la poursuite d’études. La critique était prévisible mais elle se traduit sur un mode qui l’est moins : la suppression des cursus de formation. Aussitôt après sa nomination comme ministre de l’Éducation nationale en mai 2007, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos entreprend ainsi de relancer une nouvelle fois le CAP et de généraliser la préparation en trois ans du baccalauréat professionnel, en éliminant les formations au BEP. Raccourci d’un an15, le baccalauréat professionnel doit devenir la cible de tous les lycéens professionnels. Si le CAP est sauvegardé et rediffusé dans les lycées professionnels, pour permettre l’accueil des jeunes en difficultés scolaires, les élèves issus du collège sont incités à s’inscrire en baccalauréat professionnel. Le BEP n’est pas pour autant supprimé puisqu’il est conservé en tant que diplôme, auquel tous les élèves inscrits en baccalauréat professionnel doivent être présentés au cours de leur formation, l’objectif étant de munir d’un diplôme le plus grand nombre possible d’élèves, histoire de leur garantir une certaine protection sur le marché du travail.

31Mise en place très rapidement, sans concertation préalable (Maillard, 2011), cette réforme a produit une nouvelle répartition des effectifs, exposée dans le tableau 2.

Tableau 2 : Évolution des effectifs d’élèves et d’apprentis dans les diplômes professionnels (1990-2010)

1990

2000

2007

2010

CAP Élèves (en 1, 2 ou 3 ans)

145 394

72 092

100 108

123 310

CAP Apprentis (en 1, 2 ou 3 ans)

194 331

185 843

182 417

182 276

TOTAL CAP

339 725

257 935

282 525

305 586

BEP Élèves

452 198

443 222

407 960

55 089

BEP Apprentis

6 712

52 974

48 254

4 320

TOTAL BEP

458 910

496 196

456 214

59 409

Bac pro Élèves (en 2 et 3 ans)

93 716

175 251

196 625

517 274

Bac pro Apprentis(en 2 et 3 ans)

4 223

33 404

42 709

67 020

TOTAL Bac pro

98 032

208 655

239 334

584 294

TOTAL

896 667

962 786

978 073

949 289

Source : Repères et références statistiques, ministère de l’Éducation nationale, éditions 2007 et 2012.
France métropolitaine + DOM, y compris EREA (établissements régionaux d’enseignement adapté) à partir de 2000, public et privé. En raison de l’indisponibilité des données concernant les apprentis en 2011, le tableau s’interrompt en 2010.

32En termes de gestion des flux, l’efficacité de cette réforme est incontestable : le CAP a repris de l’influence, le BEP s’est effondré et les chiffres du baccalauréat professionnel s’envolent. La rapidité de ces évolutions met en outre en valeur la capacité d’action du ministre et de son administration à certaines occasions, d’autant plus forte dans le cas de cette réforme qu’elle est passée outre le dialogue social censé étayer la politique des diplômes. Comme prévu, le taux d’accès au niveau du baccalauréat en France a pu soudain augmenter, après plusieurs années de stagnation : il concerne 77,5 % d’une génération en 2011, sans les apprentis. L’objectif de conduire 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat a enfin été atteint, au prix de la déstructuration d’un diplôme et d’un nouveau brouillage de l’image et de la finalité des diplômes professionnels. De moins en moins ciblés sur l’emploi, sans liens formels avec des niveaux de qualification et toujours plus orientés vers la poursuite d’études, ils répondent davantage à des objectifs de scolarisation et de gestion des flux que de préparation à des activités professionnelles. Voire, pour le BEP, à un objectif de certification déconnecté de la formation. Les avancées que la réforme a permises sont donc loin d’être univoques.

33Si la disparition du BEP semble probable, à moins d’une réhabilitation soudaine, la promotion du CAP apparaît assez faible, malgré plus d’une dizaine d’années d’efforts. Le baccalauréat professionnel, doté d’une double finalité afin de contribuer à l’objectif de conduire 50 % d’une classe d’âge à un diplôme de l’enseignement supérieur, ne semble pas non plus attirer les jeunes en masse, la majeure partie de sa progression récente résultant de la translation des flux d’inscrits en BEP. La question se pose en outre de sa reconnaissance sur le marché du travail, en tant que possible substitut du BEP. Par ailleurs, si le niveau V concentre ses effectifs les plus bas depuis plus de quarante ans, ce qui pourrait être une preuve des performances de la réforme, la stagnation de l’effectif total formé dans la voie professionnelle met en cause cette interprétation. Une fois encore, l’avenir du niveau V est en question, alors même que la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP) s’interroge sur l’opportunité de créer des certifications « infra-V » et de leur octroyer le label de l’État.

Conclusion

34Alors que la politique d’éducation impulsée par la France dans les années 1980 visait la régulation du marché du travail, la politique d’aide à l’emploi conduite pendant la même période a provoqué un affaiblissement de la valeur des diplômes sur le marché du travail. Par leur position inférieure dans la hiérarchie des diplômes, le CAP et le BEP ont le plus vivement subi cette déconsidération. La déstabilisation du niveau V, l’invalidation d’un diplôme après l’autre ont en outre contribué à légitimer le relâchement de leurs liens avec l’emploi qualifié. Sensible pour le CAP et le BEP, cette tendance pourrait bien désormais s’appliquer au baccalauréat professionnel, non seulement pour des raisons liées au fonctionnement du marché du travail, mais aussi parce que les diplômes professionnels les plus en vue sont aussi les plus menacés par leur ministère de tutelle.

Haut de page

Bibliographie

Amat (F.), 1983, « Les mesures en faveur de la formation et de l’emploi des jeunes de 1977 à 1985 », Formation-Emploi, n° 9, pp. 75-92.

Arrighi (J.-J.), Gasquet (C.) & Joseph (O.), 2009, L’insertion des sortants de l’enseignement secondaire, NEF, n° 42, Céreq.

Audier (F.), 1987, « Renouvellement des professions et insertion des jeunes », Formation-Emploi, n° 19, pp. 24-36.

Audier (F.), 1998, L’emploi et les recrutements dans la fonction publique : quelle place pour les jeunes ?, CPC-Document, n° 8, Paris, ministère de l’Éducation nationale.

Beaud (S.) & Pialoux (M.), 1999, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard.

Béduwé (C.) & Espinasse (J.-M.), 1995, « France : politique éducative, amélioration des compétences et absorption des diplômés par l’économie », Sociologie du travail, n° 4, pp. 527-555.

Bouyx (B.), 1996, « Les diplômes de l’enseignement technique et professionnel : 1980-1995 », Éducation et Formations, n° 45, pp. 71-78.

Céreq, 2008, Les chemins de la formation vers l’emploi, Relief, n° 25.

Coeffic (N.), 1987, « Les jeunes à la sortie de l’école : poids du chômage et risques de déclassement », Formation-Emploi, n° 18, pp. 13-23.

Direction de l’évaluation et de la prospective, 2003,
« Dix-huit questions sur le système éducatif, synthèses de travaux de la DEP », Éducation et formations, n° 66, pp. 89-99.

Dumartin (S.), 1996, « Vingt ans de transformation de l’emploi », Éducation et Formations, n° 45, pp. 93-106.

Dumartin (S.), 1997, « Formation-emploi : quelle adéquation ? », Économie et Statistique, n° 303, pp. 59-80.

Duru-Bellat (M.), 2006, L’inflation scolaire, Paris, Seuil.

Fourcade (B.) & Ourtau (M.), 1999, « Le BEP : un diplôme, deux finalités ? », Formation-Emploi, n° 65, pp. 39-55.

Fournié (D.) & Guitton (C.), 2008, « Tendances d’évolution de la relation formation-emploi dans l’industrie, la construction et les services : vers une transformation de la norme des qualifications ? », in Céreq, Les chemins de la formation vers l’emploi, Relief, n° 25.

Gomel (B.) & Lopez (A.), 2012, « Effets des emplois jeunes sur les trajectoires professionnelles », Connaissance de l’emploi, n° 94.

Grelet (Y.) & Viney (X.), 1991, « L’insertion professionnelle à l’issue du CAP et du BEP (1980-1988) », Formation-Emploi, n° 10, pp. 64-77.

Groupe des enseignements technologiques/Céreq, 1990, L’avenir du niveau V, Étude n° 56, Paris, Céreq.

Guitton (C.), 1999, « Emplois-jeunes. La professionnalisation en débat », Bref-Céreq, n° 158.

Jobert (A.) & Tallard (M.), 1995, « Diplômes et certifications de branche dans les conventions collectives », Formation-Emploi, n° 52, pp. 133-150.

Le Ru (N.), 2011, « L’évolution des métiers en France depuis 25 ans », DARES Analyses, n° 66.

Lichtenberger (Y.) & Paradeise (C.), 2001, « Compétence, compétences », Sociologie du travail, vol. 43, n° 1, pp. 33-48.

Lopez (A.), 2008, « Diplômes et diversité des cheminements professionnels. Les sept premières années de vie active de la Génération 98 regardées au prisme des formations initiales », in Céreq, Les chemins de la formation vers l’emploi, Relief, n° 25.

Maillard (F.), 2005a, « Les ambivalences de la politique éducative : le CAP entre déclin et relance », Formation-Emploi, n° 89, pp. 65-78.

Maillard (F.), 2005b, « L’offre de diplômes de l’Éducation nationale en France : injonctions contradictoires », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 4, pp. 35-60.

Maillard (F.), 2011, « La fin du BEP ? », in M. Millet et G. Moreau, La société des diplômes, Paris, La Dispute, pp. 131-145.

Marchand (O.) & Guillemot (D.), 1993, « 1982-1990 : la population active continue de croître », Économie et Statistique, n° 261, pp. 7-21.

Marchand (O.), 2010, 50 ans de mutations de l’emploi, INSEE Premières, n° 1312.

Méda (D.) & Vennat (F.) (dir.), 2004, Le travail non qualifié. Permanences et paradoxes, Paris, La Découverte.

Millet (M.) & Moreau (G.) (dir.), 2011, La société des diplômes, Paris, La Dispute.

Ministère de l’Éducation nationale, Repères et références statistiques, éditions 1999, 2007 et 2012.

Möbus (M.) & Verdier (E.) (dir), 1997, Les diplômes professionnels en Allemagne et en France. Conception et jeux d’acteurs, Paris, L’Harmattan.

Moncel (N.), 2001, « Gestion sectorielle de la main-d’œuvre et insertion des débutants dans les années 90 », Formation-Emploi, n° 75, pp. 43-57.

Mouy (P.), 1983, « La formation professionnelle des ouvriers et l’évolution du travail industriel », Formation-Emploi, n° 1, pp. 52-69.

Pillet (M.), 1995, « La création du baccalauréat professionnel. Les processus de décision », Formation-Emploi, n° 52, pp. 87-101.

Poullaouec (T.), 2010, Le diplôme, arme des faibles, Paris, La Dispute.

Prost (A.), 2002, « La création du baccalauréat professionnel : histoire d’une décision », in G. Moreau (coord.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes, Paris, la Dispute, pp. 95-111.

Seys (B.), 1996, « L’évolution sociale de la population active », INSEE-Premières, n° 434.

Tanguy (L.) (dir.), 1986, L’introuvable relation formation-emploi, Paris, La Documentation française.

Tanguy (L.) (dir.), 1991, Quelle formation pour les ouvriers et les employés en France ?, Paris, La Documentation française.

Tanguy (L.), 2002, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans (1962-1970) », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 4, pp. 685-709.

Tanguy (L.), 2013, « Mort et résurrection du CAP dans les années 1980-1990 », in G. Brucy, F. Maillard et G. Moreau, Le CAP, un diplôme du peuple. 1911-2011, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 43-58.

Verdier (E.), 1995, « Politiques de formation des jeunes et marché du travail. La France des années 80 », Formation-Emploi, n° 50, pp. 19-39.

Haut de page

Notes

1  Voir dans ce même numéro, Fabienne Maillard, La disgrâce d’un diplôme professionnel français : le BEP.

2  Sous l’effet de la politique lancée au milieu des années 1980 pour conduire 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. Ce diplôme est devenu une telle référence pour les responsables politiques qu’ils déclinent aujourd’hui les projets éducatifs à partir de la formule suivante : « De bac moins trois à bac plus trois ». C’est du reste le titre choisi par la revue Administration & Éducation, publiée par l’Association française des acteurs de l’éducation (AFAE), pour son numéro 133 de mars 2012.

3 C’est le niveau de formation dont dépendent ces deux diplômes dans la nomenclature interministérielle des niveaux de formation, qui classe les diplômes et les titres dans 6 catégories allant de VI à I. Le niveau VI correspond à l’absence de diplôme, tandis que le niveau I agrège les diplômes les plus élevés de l’enseignement supérieur. Le baccalauréat est situé au niveau IV, avec le brevet professionnel et le brevet de technicien. Chacun de ces niveaux est mis en corrélation avec une catégorie d’emplois. Cette structuration, qui repose essentiellement sur la durée des études, impose de fait une hiérarchisation des diplômes et laisse supposer une correspondance étroite entre eux et les qualifications professionnelles (Tanguy, 2002).

4  Synthèse de plusieurs travaux menés sur la politique institutionnelle comme sur divers diplômes et domaines professionnels spécifiques, cet article repose aussi beaucoup sur les publications du Céreq et de la DARES relatives à l’emploi et à l’insertion des jeunes.

5  Le CAP formant principalement des jeunes après la cinquième contrairement au BEP qui accueille des sortants de troisième.

6  Les grandes enquêtes du Céreq sur l’insertion des jeunes sont du reste organisées par niveau de formation jusqu’en 1992, date à partir de laquelle sont lancées les enquêtes longitudinales dites « Génération ». Celles-ci portent sur l’ensemble d’une génération de sortants, tous niveaux rassemblés.

7  Tels que les Stages d’insertion dans la vie professionnelle (SIVP) et les contrats de qualification en 1983, les Travaux d’intérêt collectif (TUC) ensuite, puis les Contrats Emploi-Solidarité en 1990, avant les « Emplois-jeunes » en 1997, etc.

8  Recensements de 1982 et 1990. En 1982, le CAP est le diplôme le plus souvent détenu par les actifs.

9  Sauf dans les domaines où il n’existe pas, comme dans les arts appliqués. Le CAP sert alors de vivier au baccalauréat professionnel.

10  Si plusieurs organisations patronales ont validé cette politique en acceptant de supprimer une part des CAP de leur domaine, voire en réclamant cette suppression comme l’a fait l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), dans le bois, le bâtiment ou l’hôtellerie-restauration, l’opposition a souvent été marquée. Des divisions ont également eu lieu au sein des branches professionnelles, les organisations représentant les grandes entreprises se montrant plutôt disposées à en finir avec le CAP, contrairement à celles des petites entreprises et de l’artisanat. Au sein de l’UIMM, la Fédération des industries mécaniques s’est ainsi toujours opposée à l’élimination du CAP.

11  Ce Groupe réunissait des représentants du Céreq, de la Direction de l’évaluation et de la prospective (DEP), de l’ONISEP, de l’Inspection générale et de l’Administration centrale.

12  Le contrat à durée déterminée s’est normalisé au moment du recrutement tandis que de nouvelles formes de contrat, réservés à certaines catégories de population, ont vu le jour en 1984 : de qualification, d’orientation, d’adaptation. D’autres contrats ont également été créés dans le cadre de la politique d’aide à l’emploi, tels que le Contrat Emploi-Solidarité en 1990.

13  Peu récentes si l’on se réfère aux premiers décrets de réglementation de ces diplômes, qui incorporent déjà de telles qualités professionnelles, ces compétences prennent cependant des formes renouvelées en devenant exigibles et mesurables.

14  Dans la mesure où les aides ont été maintenues jusqu’à la fin des conventions initiales, c’est seulement en 2005 que le dispositif s’est réellement éteint.

15  Avant la réforme, le baccalauréat professionnel se préparait en deux ans après l’obtention d’un BEP, lui-même préparé en deux ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Maillard, « Les « petits » diplômes professionnels français dans la politique éducative et sur le marché du travail », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n°4 | 2013, 167-187.

Référence électronique

Fabienne Maillard, « Les « petits » diplômes professionnels français dans la politique éducative et sur le marché du travail », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n°4 | 2013, mis en ligne le 31 octobre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cres.revues.org/2542

Haut de page

Auteur

Fabienne Maillard

Proféor CIREL, Université Lille 3.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org