Navigation – Plan du site
Dossier : Observer les mobilités étudiantes Sud-Sud

Dynamique des réseaux de mobilité étudiante entre pays du Sud : attractivité, compétitivité et multipolarité

Dynamics of student mobility networks within the South: attractiveness, competitiveness and multipolarity
Lala Razafimahefa et Jean-Claude Raynal
p. 25-52

Résumés

Les mobilités internationales étudiantes Sud-Sud ne résultent pas uniquement de choix isolés et ponctuels entre les pays, mais sont encastrées dans la dynamique d’ensemble des échanges qui existent au sein de ces mobilités. Elles constituent ainsi une véritable structure globale dont l’organisation obéit à la nature des liens qui se tissent entre les pays, et subit l’influence de différents facteurs liés à ces pays. C’est en ce sens que nous nous avons recours les méthodes de l’analyse structurale des données relationnelles afin de réaliser un double objectif. D’une part, nous mettons en évidence des pôles d’attractivité, des circuits migratoires et des ententes effectives ou potentielles et, d’autre part, nous nous focalisons sur quelques spécificités et similarités dans les caractéristiques des pays, qui sont significatives dans la dynamique des relations qu’ils établissent. Nous tentons de montrer qu’au-delà des faits intra-régionaux, de véritables mobilités interrégionales et intercontinentales, ainsi que des phénomènes de dispersion sont en cours d’émergence ou en train de s’affirmer, amenant ainsi des éclairages sur la mutation du panorama de l’enseignement supérieur au Sud et le positionnement des politiques étatiques dans cette évolution.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le volume des échanges migratoires entre pays du Sud est loin d’être négligeable par rapport à celui plus classique et historique dans le sens Sud-Nord (Ratha et alii, 2011 : 25). Selon Boto (2011 : 38-39), « les flux entre pays en développement sont également importants. […] Les nouvelles tendances de la migration internationale indiquent un changement des flux Sud-Nord au profit des flux Sud-Sud ». Les flux de mobilité étudiante ne sont pas en reste et se calquent de même sur ces tendances actuelles. Plusieurs pôles d’attractivité sont maintenant bien identifiés au Sud, comme l’Afrique du Sud, le Maroc, la Malaisie ou la Corée du Sud par exemple, mais ils ont toujours été étudiés dans un contexte d’émergence au niveau global mondial et de positionnement par rapport aux pays du Nord.

2En restreignant nos observations aux échanges Sud-Sud, nous souhaitons montrer que le rayonnement de ces pôles s’appuie finalement en grande partie sur des entrées en provenance du Sud même. Le propos sera alors d’essayer de cerner les facteurs qui favorisent ce type d’attractivité. L’enjeu est majeur car il est lié à la croissance démographique rapide au Sud qui représente un véritable vivier potentiel pour les pays émergents et, plus généralement, les pays qui souhaitent propulser ou soutenir leur processus de développement. Il peut ainsi s’agir de former sur le long terme une main-d’œuvre à la pointe de la technologie ou d’attirer des élites.

3Cet article d’ordre méthodologique vise plusieurs objectifs : (i) établir une typologie de la dynamique d’évolution des destinations entre 2001 et 2010 au sein du réseau de mobilité étudiante Sud-Sud, (ii) mettre en évidence les pôles d’attractivité parmi ces destinations, en expliciter la variété, et (iii) identifier quels sont les paramètres qui peuvent expliquer en quoi un pôle est attractif vis-à-vis d’un autre pays et quelles sont les logiques de mobilité.

4À chaque objectif, on peut faire correspondre une méthode spécifique : (i) mise en œuvre d’analyses multicritères à partir des statistiques de flux sur deux périodes, (ii) mobilisation des analyses des données relationnelles issues de la théorie des graphes (Mercklé, 2011 : 22-24), appuyées par la cartographie (Lazega, 2007 : 34-35), et (iii) caractérisation des flux par des variables pertinentes : facteurs économiques, facteurs humains et historiques, filières d’enseignement et de recherche, politiques sur l’éducation et la Recherche et Développement (R&D) (Martin & Sauvageot, 2011 : 88-89), traditions de migration et poids de la diaspora.

Cadrage méthodologique

5Dans nos propos, nous entendons l’attractivité selon une définition qui en a été donnée par D. Pumain (2004 : 2) : « De l’observation des flux entre des lieux, on déduit par analogie l’existence d’une force d’attraction exercée par les attributs d’un lieu (site, ressources, masse…) sur les acteurs d’un autre lieu. L’attractivité est une mesure de la force d’attraction d’un lieu, en général d’après la somme des flux attirés par ce lieu. »

Les données et leurs sources

Flux des étudiants en mobilité internationale dans l’enseignement supérieur

6Les données concernant les flux des étudiants en mobilité internationale dans l’enseignement supérieur, et de manière générale les données détaillées sur l’éducation, sont issues essentiellement de l’Institut de Statistique de l’Unesco (ISU, 2013). La régularité des enquêtes ISU permet de comparer des données homogènes et de suivre l’évolution des mobilités étudiantes à l’échelle mondiale. En effet, l’ISU (2013a : 1) « produit des méthodologies acceptées sur le plan international pour mesurer et surveiller les tendances aux niveaux local et mondial. Il présente des données comparatives concernant les pays à tous les stades de leur développement, ce qui permet de se forger un point de vue transnational sur l’éducation, la science et la technologie, la culture et la communication. […] L’ISU a été créé en 1999 afin de répondre aux besoins croissants en matière de données fiables et utiles pour les politiques ».

7Cette disponibilité récente des données de flux, mais également la très forte vague de croissance du nombre d’étudiants en mobilité internationale observée au début des années 2000 (Singh, 2006 : 34) nous ont amené à nous concentrer sur un intervalle de temps situé entre 2001 et 2010, sachant par ailleurs que dans les pays du Sud le nombre d’étudiants double environ tous les dix ans (Motivans, 2009 : 11). Nous scinderons cet intervalle de temps en deux périodes de durées égales, 2001-2005 et 2006-2010, afin de mener des études dynamiques. Pour chacune de ces deux périodes, la valeur de flux prise en compte dans les traitements statistiques représente la moyenne annuelle sur la période. Ceci permet d’une part de parer aux données manquantes éventuelles sur une ou plusieurs années de la période et, d’autre part, de lisser les données par rapport à des fluctuations ponctuelles de valeurs dues aux aléas pouvant affecter un pays.

8Au sujet des données manquantes, A. Motivans et alii (2009 : 36) soulignent qu’« aucune donnée n’est disponible sur le pays d’origine des étudiants en mobilité dans certains pays possédant des systèmes d’enseignement supérieur relativement importants comme le Mexique, la Chine et l’Égypte, qui accueillent de plus en plus d’étudiants originaires d’autres pays et de régions. Les données disponibles reflètent toutefois les tendances mondiales actuelles en termes de mobilité étudiante internationale ».

Les pays du Sud

9L’ensemble des pays du monde a été réparti par l’Unesco en huit zones : Amérique du Nord et Europe occidentale, Amérique latine et Caraïbes, Europe centrale et orientale, Asie centrale, États arabes, Afrique subsaharienne, Asie du Sud et de l’Ouest, Asie de l’Est et Pacifique (Motivans, 2009 : 260-261). Dans le cadre de cet article, nous entendons par « pays du Sud » tous les pays exceptés ceux de deux zones : Amérique du Nord et Europe occidentale, Europe centrale et orientale, ainsi que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon. Au final, nos analyses porteront sur les flux d’étudiants de et vers 172 pays potentiels du Sud.

Indicateurs pour l’étude de la dynamique du réseau de mobilité et la caractérisation des pôles

10Pour tenter de cerner quelles sont les logiques de mobilité qui donnent naissance aux pôles d’attractivité, et identifier des indicateurs pertinents qui permettent de les évaluer, nous nous sommes essentiellement appuyés sur deux bases documentaires. La première base est issue des travaux menés par l’Unesco et figurant dans deux de leurs Recueils de données mondiales sur l’éducation. Leur analyse menée en 2006 « s’est donné pour objectif principal le diagnostic de l’état de l’enseignement supérieur (Singh, 2006 : 3-4), et celle en 2009 examine en profondeur l’évolution des tendances dans l’enseignement supérieur » (Motivans, 2009 : 3-4). La deuxième base provient du Guide pratique de M. Martin et C. Sauvageot sur la construction d’un tableau de bord pour l’enseignement supérieur ; cet ouvrage « aborde la très importante question des classements dans l’enseignement supérieur [qui sont en effet récemment devenus la manifestation d’une concurrence accrue des systèmes entre eux pour attirer les meilleurs professeurs et les meilleurs étudiants ; pour un tableau de bord, les classements peuvent soit être une source d’indicateurs, soit servir d’élément de comparaison pour situer certains aspects du système par rapport aux réalités régionales ou internationales] » (Martin & Sauvageot, 2011 : 9).

11Nous avons ainsi retenu une douzaine d’indicateurs reconnus dans l’étude de la dynamique du réseau de mobilité et la caractérisation des pôles. Ces 12 indicateurs consistent en des données globales nationales et des données de migration issues respectivement de la Banque mondiale (Banque mondiale, 2013a, 2013b) et des Nations unies (United Nations, 2012). Il s’agit de données nationales harmonisées pour tous les pays, que nous sélectionnons afin de pouvoir explorer plusieurs dimensions : dimension économique, à travers le classement des pays selon le revenu national brut moyen par habitant [1] ; dimensions humaines et historiques, en étudiant les similitudes de langue [2] ou de religion [3] ; les filières d’enseignement et de recherche, en focalisant sur la part des diplômés en sciences [4] ; l’investissement de l’État dans l’éducation, en utilisant le total des dépenses publiques d’éducation en pourcentage des dépenses totales du gouvernement [5], et la R&D avec les dépenses intérieures brutes de R&D (c’est-à-dire les dépenses totales intra-muros affectées à des travaux de Recherche et Développement exécutés sur le territoire national pendant une période donnée) en pourcentage du PIB [6] et en montant par chercheur [7]. On s’intéressera également aux traditions de migration et au poids de la diaspora en mettant le réseau de mobilité des étudiants en parallèle avec celui des flux de migrations internationales [8] et le poids des remises migratoires [9]. On abordera enfin la question de la proximité organisationnelle et géographique à l’aide des zonages Unesco [10], des régions [11] et des distances euclidiennes entre les pays [12].

Les méthodes

Analyses multicritères de la dynamique de l’attractivité

12Pour étudier la dynamique de l’attractivité et caractériser les destinations, le seul examen de l’évolution de la valeur du flux entrant nous semble insuffisant. Il est important de tenir compte du changement de la position ou rang de chaque pays en tant que destination, mais également de la hausse ou baisse de son poids dans les échanges globaux au Sud. Ainsi, pour élaborer la typologie de la dynamique de l’attractivité entre les deux périodes, nous nous intéressons pour chaque destination à la combinaison de ces trois critères : la valeur du flux entrant, le classement du pays parmi les pays du Sud selon la valeur du flux entrant, et le pourcentage de flux entrant par rapport au flux entrant total Sud-Sud.

Les méthodes de l’analyse des données relationnelles appliquées aux flux de mobilité

13Un pôle d’attractivité ne signifie toutefois pas seulement une destination-phare. La notion de pôle renvoie à l’existence de seuils, plus ou moins flexibles, dans les caractéristiques du flux telles que son intensité, la fréquence ou la densité de ses sources, etc., au-delà desquels la destination est définie comme un pôle. En considérant le réseau de mobilité en tant que graphe de données relationnelles, les méthodes spécifiques à ce type d’objet se révèlent complètement appropriées pour en mesurer les différentes caractéristiques et y identifier les pôles d’attractivité. La méthodologie se déroule en quatre étapes :

  1. élaboration du sociogramme ;

  2. recherche des flux majeurs et simplification du sociogramme ;

  3. recherche des communautés au sein des flux majeurs ;

  4. recherche des nœuds centraux au sein des communautés.

Élaboration du sociogramme

14L’objet analytique étudié dans le cadre des analyses de données relationnelles est le sociogramme, composé de « sommets » ou « nœuds », et de « flèches » ou « arcs » entre les nœuds. Selon A. Degenne & M. Forsé (2004 : 31), « ce type de représentation d’un réseau, qui est le plus simple, a l’avantage de se prêter non seulement au tracé du graphe de la relation mais aussi à la construction de matrices grâce auxquelles des très nombreux calculs peuvent être effectués ». Dans notre cas, les nœuds du réseau sont les pays du Sud, et les arcs sont les liens orientés traduisant l’existence de flux d’étudiants partant des pays d’origine vers les pays de destination. Le graphe relationnel résultant est alors « valué » car l’arc porte la valeur du flux sortant du pays d’origine.

Recherche des flux majeurs et simplification du sociogramme

15A. Drevelle (2013 : 1) préconise que « lorsque les données d’un graphe valué sont trop complexes ou nombreuses pour être représentées, ou lorsque l’on cherche à faire ressortir les éléments les plus importants d’un graphe pour les analyser, il est nécessaire de procéder à une simplification du graphe (c’est-à-dire à la sélection de certains sommets et liens). Il existe plusieurs méthodes de simplification […] (dont) celle des flux majeurs. Le flux majeur […] est défini, pour chaque sommet, comme le lien le plus fort (en valeur) dirigé vers un autre sommet. Il s’agit d’une simplification importante qui ne garde qu’un lien par nœud et engendre une perte d’information non négligeable. La faiblesse de la méthode est d’ignorer les liens importants inférieurs au flux majeur. Toutefois, une solution peut être partiellement apportée en assouplissant la définition du flux majeur pour garder plusieurs flux pour chaque nœud. Il est assez fréquent de prendre en compte les X premiers flux de chaque nœud ou les flux représentant X % de l’ensemble des flux du nœud. […] L’enjeu est alors de définir le bon équilibre entre l’information conservée et la lisibilité du graphe ».

16Afin de mettre en évidence les flux majeurs, nous choisissons de retenir dans notre analyse, pour chaque pays d’origine, uniquement les flux sortants supérieurs ou égaux à un tiers du flux total sortant du pays. Autrement dit, un arc apparaît sur le sociogramme quand la destination accueille au-moins une personne sur trois en provenance du pays d’origine. En procédant ainsi, nous conservons une part efficace du flux global tout en réduisant considérablement le nombre d’arcs par l’élimination des pays qui ne privilégient pas des destinations particulières. Les observations ne résultent donc pas uniquement d’un effet taille.

Recherche des communautés au sein des flux majeurs

17Dans l’optique de répartir les pays en groupes “cohésifs” susceptibles de receler chacun un ou des pôles d’attractivité, nous procédons ensuite à la constitution de communautés au sein du réseau, c’est-à-dire des groupes à l’intérieur desquels les pays membres entretiennent beaucoup de liens entre eux, tandis qu’il existe très peu de liens entre ces groupes. Nous utilisons pour cela l’algorithme de K. Wakita-Tsurumi, qui est une méthode de classification ascendante visant à élaborer des groupes disjoints de nœuds de manière à ce que la densité intragroupe soit la plus forte possible et que la densité intergroupe soit la plus faible possible. La modularité du réseau, qui mesure son aptitude à être subdivisé en groupes, est paramétrée à l’aide de l’effectif intragroupe et du nombre de liens intergroupes. Cette modularité est maximisée à chaque étape de la classification et un ratio entre les tailles de communautés a été ajouté afin de créer des groupes équilibrés et améliorer les temps de calculs (Wakita & Tsurumi, 2007).

Recherche des nœuds centraux au sein des communautés

18À l’étape suivante, l’identification et la caractérisation des pôles d’attractivité au sein de chaque communauté se font en deux phases. Tout d’abord, nous nous intéressons aux destinations « centrales » qui attirent le plus de pays. Nous utilisons pour cela la mesure de centralité d’un nœud dite « demi-degré intérieur » ou « degré entrant » qui, dans le langage des graphes orientés, désigne le nombre de connexions entrantes. Nous recherchons donc les pays aux degrés entrants les plus élevés. Puis, nous souhaitons savoir dans quelle mesure ces pays concentrent à eux-seuls les flux entrants, représentant ainsi des pôles. Pour ce faire, nous calculons la « centralisation » des degrés entrants du sous-réseau constitué par la communauté. De manière commune à toutes les centralités mesurables pour un réseau (degré, intermédiarité, proximité, etc.), la « centralisation » est un indicateur variant de 0 à 1 qui permet de savoir dans quelle mesure la forme du sociogramme associé au réseau, pour une centralité donnée, s’apparente plus ou moins à une étoile, cette dernière étant réalisée quand la centralisation vaut 1. Elle permet de voir si un nœud domine le réseau.

19Au final, par pôle d’attractivité, nous entendons donc ici non pas uniquement une destination de grand flux mais surtout une destination qui, d’une part, attire une forte proportion du flux issu de chaque pays d’origine et, d’autre part, compte un nombre significatif de connexions entrantes de ce type (deux au minimum), se positionnant ainsi au centre d’une étoile au sein du sociogramme associé à sa communauté.

Caractérisation des relations dyadiques au sein du réseau de mobilité

20Qu’est-ce qui fait que tel pays soit choisi comme pôle de destination ou que tel autre soit amené à concentrer son flux vers un pôle donné ? Qu’est-ce qui explique la persistance d’un lien entre deux pays ? Quelles caractéristiques font qu’un pays fasse partie du réseau ? Afin de répondre à ces questions, nous soumettons les indicateurs que nous avons retenus à différents tests statistiques afin d’éprouver les hypothèses sous-jacentes suivantes :

21• la proximité géographique est un facteur prépondérant dans le choix de la destination ;

22• la similitude de langue, de religion, de zone d’appartenance ou de région facilite l’établissement de liens ;

23• les flux de mobilité étudiante peuvent s’appuyer sur l’existence de traditions migratoires et diasporiques bien ancrées ;

24• l’attractivité est plus intense vers une destination aux revenus plus élevés ou qui jouit d’un prestige qui se mesure à travers une meilleure réussite dans les filières scientifiques ou le soutien plus prononcé à la recherche et développement.

25Les tests statistiques effectués consistent à caractériser la variable « flux sortant » (de type continu ou quantitatif) selon les techniques classiques du data-mining. Pour chaque relation dyadique et pour chaque indicateur, les deux valeurs prises par le pays d’origine et le pays de destination sont utilisées pour créer une nouvelle variable relationnelle dont la nature et le type varient selon celui de l’indicateur. Si ce dernier est de type continu (par exemple, les dépenses intérieures brutes de R&D en pourcentage du PIB), la variable résultante, calculée par le rapport des valeurs entre les deux pays en jeu, sera donc de type continu. Des exceptions sont faites pour les distances entre les pays et les données sur les migrations et les remises, qui sont utilisées telles quelles. La caractérisation du flux se fera alors par le calcul de sa corrélation avec la variable relationnelle. Si l’indicateur est de type nominal ou catégoriel (par exemple, la langue, le zonage Unesco) ou ordinal (par exemple, le niveau de revenu), la variable relationnelle mesurera la similitude ou l’ordre des modalités prises par les deux pays et sera elle-même de type binaire ou nominal voire ordinal. La caractérisation se fera par une analyse de variance entre la variable de flux et la variable relationnelle.

26Nous avons opté dans cet article de faire appel aux techniques du data-mining pour caractériser les flux. Il existe une méthode plus spécifiquement applicable aux données relationnelles, le « modèle p2 », qui permet également d’aboutir à des résultats similaires en analysant les relations dyadiques pouvant intégrer des données attributaires (Lazega, 2007 : 87-90).

Résultats et discussion

Évolution de l’attractivité des destinations au Sud entre 2001 et 2010

Tableau 1 – Évolution de l’attractivité entre les deux périodes pour les 20 premières destinations

Tableau 1 – Évolution de l’attractivité entre les deux périodes pour les 20 premières destinations

Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.

27En première comme en seconde période, la première destination des étudiants est l’Afrique du Sud, la seconde est la Malaisie. Le tableau 1 présente les 20 premières destinations dont le pourcentage de flux entrant par rapport au flux entrant total Sud-Sud sur la période 2006-2010 est supérieur à 1 %.

28Au niveau global au Sud, l’éventail des pays d’accueil s’est élargi puisque le nombre de destinations évolue de 52 à 73 entre les deux périodes, et le flux entrant total Sud-Sud passe de 189 670 à 343 610. Dans la seconde période, 23 pays (soit 30,7 % des destinations) émergent et accaparent 5,2 % du flux entrant Sud-Sud, tandis que deux destinations mineures disparaissent (carte 1).

29L’évolution de la valeur du flux entrant montre que, pour près de la moitié des destinations (37 pays, soit 49,3 %), ce flux augmente entre les deux périodes, et ce sont ces pays qui accaparent la majeure partie (88,6 % exactement) du flux entrant Sud-Sud en seconde période. Les 13 pays (17,3 %) qui voient leur flux entrant diminuer ne totalisent qu’une faible part du flux entrant total Sud-Sud (6,2 %).

30Les classements des pays selon la valeur moyenne annuelle de leur flux entrant sur chacune des périodes montrent que 14 pays (soit 18,7 %) sont en progression et drainent environ un tiers (33,4 %) du flux total Sud-Sud en seconde période. Les deux pays leaders, Afrique du Sud et Malaisie, conservent leur place et cumulent à eux-seuls près d’un quart (24,4 %) du flux total. Enfin, 34 pays (45,3 %) régressent dans le classement, ils captent 37 % du flux total.

31Dans l’évolution du pourcentage de flux entrant entre les deux périodes, la hausse concerne 18 destinations (24 %) qui accueillent 33,8 % du flux total, tandis que 32 destinations (42,7 %) engrangeant 61 % du flux entrant voient leur poids parmi les pays du Sud baisser.

32La combinaison des trois critères précédents permet d’élaborer une typologie de l’évolution de l’attractivité en sept profils (tableau 2, infra). Le premier profil rassemble les destinations en émergence (pays non-attractifs dans la première période et qui attirent dans la seconde) qui sont donc au nombre de 23. Pour la moitié, il s’agit de pays de la zone Afrique subsaharienne, on notera surtout l’Angola qui draine près de 2 % du flux entrant total Sud-Sud avec une moyenne annuelle de plus de 6 500 étudiants, quand le poids maximum attiré par chacun des autres pays est trois fois moindre.

33Le second profil compte 14 pays qui sont en progression : hausse du flux en valeur et en poids, ainsi qu’une progression dans le classement des pays attractifs. Les leaders de ce groupe sont la Corée du Sud et Cuba, mais chacun évolue à des rythmes différents : la Corée du Sud gagne six points au classement, multiplie par 5,75 la moyenne annuelle de son flux entrant et se classe au troisième rang avec un poids de presque 11 %, tandis que Cuba qui avait l’avantage dans la première période progresse plus lentement et se laisse dépasser : gain de deux points au classement, flux doublé et un poids de 7,7 %, le classant au quatrième rang des destinations. Le Brésil constitue le cas de progression le plus spectaculaire en gagnant 21 points dans le classement et en multipliant par 15 la moyenne annuelle de son flux entrant, même si son poids reste encore assez moyen (2,7 %) et le classe au onzième rang. Juste devant au dixième rang, se trouve la Thaïlande avec un poids de 2,9 % issu d’un flux entrant qui a quadruplé entre les deux périodes. Dans une moindre mesure, Hong-Kong, l’Indonésie, Bahreïn et le Qatar doublent voire triplent leur flux et pèsent chacun plus de 1 % parmi les pays du Sud.

Carte 1 – Carte des destinations selon le flux entrant moyen annuel Sud-Sud sur les deux périodes

Carte 1 – Carte des destinations selon le flux entrant moyen annuel Sud-Sud sur les deux périodes

34Le troisième profil est constitué par les deux leaders mondiaux au Sud qui, bien qu’ils accueillent en moyenne plus d’étudiants en seconde période, perdent un peu de leur poids relativement au flux entrant total Sud-Sud, la baisse affectant surtout l’Afrique du Sud dont le pourcentage de flux entrant diminue de 28 % et ramène son poids à 12,5 %, alors que celui de la Malaisie n’est affecté qu’à moins de 3 % la ramenant à un poids de 11,9 %, proche de son prédécesseur.

35Le quatrième profil regroupe quatre pays à faible flux qui accueillent également en moyenne plus d’étudiants en seconde période et qui augmentent leur poids, mais perdent des points au classement des destinations. Il s’agit de la Mongolie, du Laos, de l’Ile Maurice et de Palau. Leur recul s’explique par les très faibles valeurs de leur flux entrant et de leur poids.

36Le cinquième profil rassemble 17 pays en régression qui baissent au classement des destinations et au poids, même s’ils restent dans la tendance générale de l’augmentation de la valeur moyenne annuelle du flux. On citera notamment dans l’ordre décroissant de leur classement la Jordanie, le Kirghizistan, l’Arabie Saoudite, l’Inde, le Kazakhstan, les îles Fidji, le Maroc et le Chili, qui font tous partie des 20 premières destinations et pèsent chacun plus de 1 % et jusqu’à 6,5 %.

37Le sixième profil rassemble des destinations en désaffection : elles attirent moins d’étudiants, perdent des points au classement et voient leur poids diminuer. Sur les 13 destinations concernées, la plus touchée est Macao dont le flux baisse de 14 % et dont le poids diminue de plus de moitié et est ramené à 3,7 %, ce qui la place au septième rang des destinations. Les autres pays de ce groupe captent chacun moins de 0,8 % du flux entrant total Sud-Sud.

38Enfin, le septième profil compte donc les deux destinations qui disparaissent à la deuxième période : il s’agit du Lesotho et d’Anguilla.

Tableau 2 – Typologie de l’évolution de l’attractivité entre les deux périodes selon les zones Unesco

Tableau 2 – Typologie de l’évolution de l’attractivité entre les deux périodes selon les zones Unesco

Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.

39La carte 2 (infra) permet de synthétiser les tendances générales sur l’évolution de l’attractivité tout en offrant un premier aperçu global des flux Sud-Sud dans et entre les zones Unesco. Tous les flux internes augmentent et il en est de même pour 80 % des flux externes. La mobilité étudiante au Sud est ainsi composée de faits intra-régionaux qui se renforcent (Motivans, 2009 : 39), et aussi de véritables échanges interrégionaux, voire intercontinentaux, qui traduisent d’intenses phénomènes de dispersion. L’Unesco a en effet constaté la tendance générale selon laquelle les étudiants en mobilité ont diversifié leurs destinations (Motivans, 2009 : 41).

Carte 2 – Dynamique des flux Sud-Sud entre les deux périodes à l’échelle des zones Unesco

Carte 2 – Dynamique des flux Sud-Sud entre les deux périodes à l’échelle des zones Unesco

Les pôles d’attractivité au sein des réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud

40Sur la période 2001-2005, la réduction du réseau aux flux majeurs, comme on l’a vu, permet de prendre en compte 64 % du flux total Sud-Sud. La classification fait alors apparaître 15 communautés dont 13 peuvent potentiellement receler un pôle d’attractivité (figure 1). Sur 2006-2010, le domaine d’étude est plus restreint (60 % du flux) et nous obtenons 16 communautés dont 12 peuvent contenir un pôle (figure 2). Ces premières constatations traduisent encore ici l’évolution au cours du temps vers une plus grande disparité des destinations.

Amérique latine et Caraïbes1

  • 1  Les données sur le Mexique sont manquantes dans la base ISU.

41À titre indicatif, l’enquête nationale Patlani sur la mobilité des étudiants internationaux au Mexique révèle un total de 7 689 inscriptions d’étudiants internationaux dans l’enseignement supérieur entre le 01/08/2010 et le 31/07/2011 (Maldonado et alii, 2012 : 18-20). Toutefois, ce chiffre est à prendre avec précaution car il inclut les formations courtes (moins d’un an), les formations continues, les apprentissages de langues, les stages et les post-doctorats, ce qui n’est pas le cas des données ISU. En effet, ce dernier prend en compte uniquement les cursus de formation complets à durée mesurée en équivalents plein-temps annuels, selon les niveaux 5A, 5B et 6 de la nomenclature CITE 1997 pour ce qui concerne l’enseignement supérieur (Unesco, 2006 : 34-39). D’après l’enquête Patlani, l’Europe et l’Amérique du Nord cumulent à eux-seuls 66 % des étudiants étrangers au Mexique. Parmi les pays du Sud, viennent dans l’ordre la Colombie (à la 5e place mondiale, pays d’origine de 5,5 % des étudiants étrangers), suivi de la Corée du Sud (8e ; 2,9 %), de l’Argentine (9e ; 2,8 %) puis de la Chine (11e ; environ 2,1 %). Viennent ensuite les pays suivants : Chili (13e), Brésil (14e), Venezuela (18e), Équateur (20e), Pérou (21e), Singapour (22e), Bolivie (24e), Belize (25e), Cuba (26e), Guatemala (27e), Nicaragua (29e), Costa-Rica (32e), El Salvador (33e), Panama (34e), Honduras (35e), Inde (38e), Israël (40e). Si l’attractivité du Mexique vis-à-vis des pays latino-américains est indéniable, on notera tout de même la prédominance de la Corée du Sud et de la Chine sur des pays présentant pourtant des affinités culturelles ou de langue avec le Mexique ou sur des pays tout simplement proches géographiquement. Ceci semble désigner le Mexique comme un pôle d’attractivité véritablement important au niveau régional et au-delà vers un rayonnement international.

42Lors de la première période, deux pôles se dessinent : Cuba et Chili.

43Cuba polarise la communauté ayant le plus gros effectif avec une centralisation quasi-égale à 1 (0,97), représentée par une étoile comportant quelques ramifications. Ce pays est placé au sixième rang en termes d’attractivité, avec un poids de 6,8 % correspondant en moyenne à 12 947 étudiants par an. Un peu plus d’un pays d’origine sur trois (36,8 %) se trouve en Afrique subsaharienne et environ la même proportion (34,2 %) est dans la zone Amérique latine et Caraïbes qui, dans le même temps, cumule 75,4 % du flux entrant à Cuba. S’il attire des étudiants en provenance de 114 pays différents au total, il constitue un pôle majeur pour 37 d’entre eux. Il s’agit ici d’un véritable phénomène régional puisque ces derniers sont issus majoritairement de la zone Amérique latine et Caraïbes (31 pays sur 37). Ainsi, Venezuela, Haïti, Guatemala, Honduras et Nicaragua sont chacun à l’origine de plus de 5 % du flux entrant à Cuba. Notons toutefois que les relations avec Cuba sont unilatérales : aucun des pays d’origine ne constitue en retour un pôle majeur pour Cuba. Ceci montre l’importance de ce pôle duquel les autres pays dépendent. Notons également dans cette communauté la présence du petit pôle secondaire de Trinité-et-Tobago.

44La zone Amérique latine et Caraïbes présente une seconde communauté beaucoup moins vaste dont le Chili est le pôle. Ce pays se situe au seizième rang et pèse 1,3 % pour 2 493 étudiants entrants en moyenne par an, originaires de 49 pays différents quasiment tous situés dans cette zone. Il s’agit d’un fait très régionalisé mais très diffus car seuls trois pays sont fortement attirés : l’Argentine, la Bolivie et le Pérou.

45Durant la seconde période, Cuba subsiste en tant que pôle, le Chili disparaît, le Brésil et la Barbade émergent.

46La position de Cuba en tant que pôle s’est un peu affaiblie, comparée à celle de la précédente période, même si ce pays gagne deux places au classement général et double son flux (pays classé en progression). En effet, il ne constitue plus un pôle majeur que pour 27 pays sur les 118 qu’il attire et cette attractivité se recentre quasi-exclusivement sur la zone Amérique latine et Caraïbes. Dans ce contexte, il amorce une relation bilatérale avec le Brésil qui reçoit 38,8 % du flux sortant cubain, tandis que Cuba reçoit 68,2 % du flux sortant brésilien.

47Le Chili (pays classé en régression) perd son statut de pôle majeur et est absorbé dans la communauté polarisée par Cuba.

48Le Brésil représente un nouveau pôle dans une communauté dont la centralisation vaut 0,62, traduisant ainsi le fait que ce pôle n’est pas dominant au sein du sociogramme correspondant. Le pays grimpe au onzième rang avec un poids de 2,7 % qui correspond à une moyenne annuelle de 9 376 étudiants entrants (pays classé en progression). Les 114 pays d’origine ne sont pas localisés dans une zone en particulier. Par contre, les flux sont concentrés au départ de deux zones : Afrique subsaharienne et Amérique latine et Caraïbes. Dix pays, dont six appartenant à la seconde (Argentine, Paraguay, Chili, Uruguay, Aruba, Cuba), dirigent majoritairement leur flux en direction du Brésil, le plus fort flux entrant provenant toutefois de l’Angola qui, paradoxalement, n’appartient pas à cette zone.

49Enfin, une troisième communauté de petite taille polarisée par la Barbade se profile (pays classé en progression). Ce pôle est la destination privilégiée de cinq pays tous situés dans cette même zone : Trinité-et-Tobago, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Christophe-et-Niévès, Montserrat et Anguilla ; il s’agit d’un pôle émergent très localisé mais seul Trinité-et-Tobago entretient une relation bilatérale avec la Barbade, impliquant l’importance de ce pôle d’accueil pour les pays voisins.

Afrique subsaharienne

50Pour la première période, le leader parmi les pays du Sud, l’Afrique du Sud, constitue le seul pôle de la zone, le sociogramme représentant une étoile quasi-parfaite (centralisation égale à 0,99). Ce pays accueille en moyenne 32 975 étudiants par an (17,4 %) originaires de 13 pays tous situés en Afrique subsaharienne. L’attractivité est donc complètement régionalisée : quatre pays d’Afrique australe (Lesotho, Zimbabwe, Botswana, Swaziland) amènent 54,5 % du flux, sept pays d’Afrique de l’Est (Namibie, Ile Maurice, Angola, Zambie, République démocratique du Congo, Mozambique, Seychelles) apportent 41,9 %, le flux restant provenant de deux pays d’Afrique centrale (Malawi, Tanzanie). À l’exception des Seychelles, l’Afrique du Sud est un pôle majeur pour tous les pays qu’il attire, et le fait que les relations soient uniquement unilatérales conforte encore plus la dépendance de ces pays vis à vis de ce pôle.

51Durant la seconde période, l’Afrique du Sud constitue toujours un pôle majeur et le Burundi émerge.

52L’Afrique du Sud reste le leader même s’il perd 28 % de son poids par rapport au flux. Le nombre de pays qu’il attire grimpe à 21, parmi lesquels 19 appartiennent à la zone Afrique subsaharienne et comptabilise la quasi-totalité du flux (99,8 %). L’Afrique du Sud demeure le pôle majeur pour 12 des pays qu’il attire. Onze de ces pays le privilégiaient déjà en première période, c’est l’Angola qui bascule son pôle vers le Brésil alors que le Gabon intègre la présente communauté en envoyant 40,5 % de ses étudiants sortants en Afrique du Sud. Le statut de pôle majeur de ce dernier est donc amplement conforté.

53L’Afrique du Sud bénéficie de son potentiel en matière de similarité de langue, de religion, de zone ou de régions avec des pays limitrophes car la distance moyenne ne dépasse pas 300 km. Les migrations étudiantes se calquent sur les tendances migratoires du pays. L’État investit massivement dans l’éducation et la R&D, de sorte que le pays est très attractif pour ceux qui sont à un niveau d’investissement moitié moins élevé. Ses atouts lui ont permis d’augmenter son flux entrant entre les deux périodes.

54Effectivement, l’Angola constitue un pôle secondaire émergent au seizième rang qui capte 1,9 % du flux pour 6 530 étudiants en moyenne par an, provenant de cinq pays africains : Sao Tomé-et-Principe, Cap-Vert, République démocratique du Congo, Guinée-Bissau et Mozambique. Tous ces pays privilégient l’Angola comme destination majeure dans des relations unilatérales, ce qui consolide l’importance du rayonnement régional de ce pays (classé en émergence).

55Le Burundi (pays classé en progression) accueille une moyenne annuelle de 1 813 étudiants en provenance de quatre pays d’Afrique subsaharienne mais seuls deux d’entre eux appartiennent à la communauté qu’il polarise : le Rwanda et le Congo. Toutefois, complété par la Tanzanie et le Kenya, le phénomène est ici complètement localisé.

États arabes

56Au cours de la première période, trois pôles émergent : Maroc, Jordanie et Arabie Saoudite.

57La communauté polarisée par le Maroc présente une centralisation quasi-égale à 1 (0,99). Ce pays placé au quatorzième rang pèse 2,3 % correspondant à une moyenne de 4 419 étudiants accueillis par an. Environ la moitié des pays d’origine (34 exactement) se trouve en Afrique subsaharienne amenant 64,2 % du flux entrant, et un quart, soit 19 pays, fait partie des États arabes drainant la quasi-totalité du flux entrant restant (30,2 %). Nous remarquerons donc la non-concordance en termes de zonage entre le pôle et les pays qu’il attire, car le Maroc est classé par l’Unesco parmi les États arabes. Le Maroc ne constitue un pôle majeur que pour 14 des 75 pays qu’il attire. Là encore, 11 pays parmi ces 14 sont localisés en Afrique subsaharienne, parmi eux des pays d’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal, la Guinée, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso ou le Niger, pouvant suggérer que la proximité spatiale joue un rôle dans l’attractivité du Maroc. Signalons également la Tunisie avec laquelle la relation est bilatérale : ce pays accueille 78 % du flux sortant du Maroc qui lui-même reçoit 50,5 % du flux sortant tunisien.

58La Jordanie représente le pôle de la seconde communauté munie d’une centralisation égale à 0,71 illustrant un réseau plus ramifié. Situé au troisième rang, ce pays accueille en moyenne 16 869 étudiants par an (8,9 %). Si les 71 pays d’origine ne relèvent pas d’une zone particulière, la quasi-totalité du flux en revanche (93 %) provient des États arabes. En conséquence, sur les 11 pays pour lesquels la Jordanie est un pôle d’attractivité majeur, huit sont des États arabes, les flux les plus importants venant de Palestine, Syrie, Arabie Saoudite, Koweït et Oman. La Jordanie entretient une relation bilatérale avec l’Arabie Saoudite qui accueille 43,2 % du flux sortant jordanien.

59La troisième communauté, majoritairement polarisée par l’Arabie Saoudite, est moins centralisée (0,73) car elle inclut également le petit pôle secondaire de Madagascar qui toutefois ne concerne que deux pays (Centrafrique et Comores) et ne pèse que 1,1 % du flux entrant. L’Arabie Saoudite est classée au septième rang des destinations avec un poids de 5,6 % pour 10 713 étudiants en moyenne par an, issus de 102 pays différents. Si 43 parmi ces pays sont situés en Afrique subsaharienne et 19 dans les États arabes, les tendances sont inversées en termes de flux, car celui issu des pays africains est inférieur (17,6 %) par rapport à celui provenant des États arabes (56,5 %). L’Arabie Saoudite n’est pas une destination privilégiée pour la plupart des pays qu’il attire, car seuls sept pays le positionnent comme pôle majeur, les flux importants venant de Yémen, Jordanie et Égypte. La relation bilatérale est plus intense vers la Jordanie qui accueille 68,2 % du flux sortant saoudien.

60Pour la seconde période, le Maroc et la Jordanie se maintiennent en tant que pôles, mais l’Arabie saoudite disparaît.

61Le Maroc et la Jordanie (pays classés en régression) voient leur situation parmi les pays du Sud se détériorer légèrement : ils perdent respectivement deux et quatre points au classement, ainsi que 26,1 % et 11,1 % de leur poids. Toutefois, leur configuration en tant que pôles majeurs n’est pas modifiée de manière significative même si leur rayonnement se restreint : le Maroc attire 105 pays dont 8 uniquement font de lui une destination privilégiée, et pour la Jordanie, il s’agit de 9 pays sur 88. Le Maroc maintient son attractivité pour la Mauritanie, le Sénégal, la Guinée, la Côte-d’Ivoire, le Mali, Djibouti, la Tunisie, gagne la Centrafrique, et la relation bilatérale avec la Tunisie perdure. La Jordanie continue d’attirer majoritairement la Palestine, l’Arabie Saoudite, l’Irak, la Syrie, le Koweït, Oman, Bahreïn, les Iles Vierges britanniques, gagne la Guinée équatoriale, mais la relation devient unilatérale avec l’Arabie Saoudite.

62La Jordanie a une grande tradition de migration avec ses voisins partageant la même langue et une religion commune, dans un rayon moyen de 620 km. Elle consacre un budget quatre fois moindre en R&D que les pays qu’elle accueille. Son attractivité pourrait plutôt être bâtie sur la qualité de ses filières d’enseignement qui reste toutefois dans la norme générale.

63L’Arabie saoudite (pays classé en régression) ne tient plus lieu de pôle majeur et intègre la communauté de la Jordanie.

Asie centrale

64Lors de la première période, une seule communauté est issue de cette zone, présentant une bipolarité entre le Kirghizistan et le Kazakhstan, ce qui produit une centralisation de 0,6. Ces deux pays se classent respectivement au sixième et douzième rang, pesant 7 % pour l’un (13 277 étudiants en moyenne par an) et 2,7 % (5 109) pour l’autre. Si les 55 pays d’origine de l’ensemble de ces étudiants ne sont pas situés dans une zone en particulier, la majeure partie du flux (86,6 %) en revanche est interne à la zone Asie centrale. Toutefois, ces deux destinations n’attirent que six pays en tant que pôles majeurs et nous noterons la relation bilatérale entre les deux pôles : le Kirghizistan accueille 94,3 % du flux sortant kazakh, tandis que le Kazakhstan reçoit 62,3 % du flux sortant kirghize.

65Au cours de la seconde période, la bipolarité entre le Kirghizistan et le Kazakhstan est maintenue. Leur rang et leur poids parmi les pays du Sud n’ont pratiquement pas changé (même si tous deux sont classés comme pays en régression), comme d’ailleurs la configuration de leur réseau, ainsi que leur relation bilatérale.

Asie du Sud et de l’Ouest

66Lors de la première période, l’Inde représente le seul pôle de la zone, la centralisation de la communauté correspondante est égale 0,88 pour un réseau légèrement étendu. Pesant 3,8 % au Sud, elle est placée au huitième rang, 7 216 étudiants issus de 99 pays y sont accueillis en moyenne par an. Ces pays sont ventilés indifféremment dans le monde, notons tout simplement qu’un tiers environ (34,3 %) est situé en Afrique subsaharienne. Concernant le flux par contre, les deux zones Amérique latine et Caraïbes et Asie centrale sont quasiment exclues, et la majorité composant un tiers (33,9 %) du flux total entrant provient de la zone Asie du Sud et de l’Ouest, un quart (26,9 %) provenant d’Afrique subsaharienne. L’Inde ne constitue un pôle privilégié que pour neuf des pays qu’elle attire, la moitié du flux provenant alors de trois pays de la zone (Népal, Sri Lanka, Bhoutan) et un tiers provenant de trois pays africains (Kenya, Éthiopie, Ouganda). Toutes ces relations sont unilatérales, suggérant une dépendance de ces pays à ce pôle.

67Durant la seconde période, la situation est inchangée avec l’Inde comme unique pôle. Ses caractéristiques de réseau sont quasiment identiques en termes de proportions, même si le nombre brut de pays qu’elle attire diminue légèrement à 88 (l’Inde est classée parmi les pays en régression), parmi lesquels huit pays dont elle est le pôle d’attractivité majeur.

68L’Inde représente une “vraie terre de migration” pouvant accueillir trois fois plus de migrants que les pays qu’elle attire. Le montant moyen des remises migratoires y est six fois plus élevé que dans les pays qu’elle accueille. L’Inde est significativement impliquée dans des échanges avec des pays au niveau de revenus plus bas que le sien et qui paradoxalement investissent deux fois plus qu’elle dans les dépenses publiques pour l’éducation. Ces pays sont localisés dans un voisinage relativement proche autour de 730 km et avec lesquels elle peut parler la même langue.

Asie de l’Est et Pacifique

69Au cours de la première période, cette zone présente le plus grand éclectisme car pas moins de cinq communautés y figurent, mettant en avant les pôles suivants : Iles Fidji, Malaisie, Philippines, Macao et Vietnam.

70La première communauté, polarisée par les Iles Fidji, présente un sociogramme étoilé quasi-parfait avec une centralisation de 0,99. Classées au douzième rang, les Iles Fidji attirent 4 159 étudiants en moyenne par an (2,2 % du flux total) en provenance de 28 pays, dont 5 appartiennent à la zone Afrique subsaharienne et 20 à la zone Asie de l’Est et Pacifique. Néanmoins, en termes de flux, la quasi-totalité (99,2 %) provient de celle-ci. La proximité spatiale est un facteur explicatif dans l’attractivité de ce pôle, et les 12 pays qui le privilégient majoritairement se trouvent tous dans cette même zone, les plus forts flux venant des Iles Salomon, Kiribati, Vanuatu, Tonga, Samoa et Cook.

71La seconde communauté, au sein de laquelle la Malaisie est un pôle rayonnant, présente une centralisation de 0,97 avec un sociogramme en étoile dotée de quelques extensions. En particulier, l’Indonésie, également membre de cette communauté, entretient une relation bilatérale avec la Malaisie : cette dernière accueillant 88,1 % du flux sortant indonésien, et l’Indonésie, 47,2 % du flux sortant malais. Deuxième destination au Sud, la Malaisie pèse 12,3 % et compte 23 270 étudiants entrants en moyenne par an. Les pays d’origine sont au nombre de 115 dont 40 sont situés en Afrique subsaharienne et le reste éparpillé indifféremment dans les autres zones dont 21 pour la zone Asie de l’Est et Pacifique. Cependant, cette dernière fournit les deux tiers (66,3 %) du flux entrant, l’Afrique subsaharienne ne constituant qu’un faible apport (5,8 %). Les 10 pays fortement attirés par la Malaisie se situent pour moitié en Asie de l’Est et Pacifique (Indonésie, Thaïlande, Singapour, Myanmar, Brunei), et pour trois autres en Asie du Sud et de l’Ouest (Bangladesh, Pakistan, Maldives). Le pouvoir d’attractivité de la Malaisie à ce stade semble encore assez lâche malgré sa position de leader.

72La troisième communauté est polarisée par les Philippines. Ce pays classé au treizième rang attire 3 026 étudiants (1,6 % du flux) en moyenne par an en provenance de 81 pays qui ne relèvent d’aucune zone en particulier. En revanche, 69 % du flux provient de la zone Asie de l’Est et Pacifique et 21,5 % de l’Asie du Sud et de l’Ouest. Ce pôle n’exerce une forte attraction que sur quatre pays : Corée du Sud, Iles Vierges britanniques, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Palau. Ici encore, le pouvoir d’attractivité des Philippines ne semble pas encore affirmé.

73La quatrième communauté est polarisée par Macao qui constitue la quatrième destination au Sud avec un poids de 7,8 % pour 14 862 étudiants issus de 22 pays. La quasi-totalité (99,7 %) du flux arrive depuis les 10 pays d’origine qui appartiennent à la zone Asie de l’Est et Pacifique, dont la Chine qui apporte 94,8 %. Macao constitue un pôle majeur pour uniquement les deux pays que sont la Chine et Hong-Kong, démontrant ainsi qu’il s’agit véritablement d’un fait régional très localisé, l’attractivité auprès des autres pays étant encore balbutiante.

74Enfin, la cinquième communauté contient le petit pôle secondaire du Vietnam pour deux pays (Cambodge et Laos) parmi les 14 qu’il attire.

75Lors de la seconde période, la Malaisie, les Iles Fidji et Macao gardent leur statut de pôle, tandis que les Philippines et le Vietnam disparaissent et que la Corée du Sud émerge.

76Les Iles Fidji baissent légèrement au niveau des pays du Sud, que ce soit au classement ou en termes de poids (pays classé en régression). Le nombre de pays que ce pôle attire diminue à 22 au détriment de son rayonnement régional, mais les flux concernés sont infimes puisque la quasi-totalité (99,7 %) provient toujours de sa propre zone. Il reste le pôle majeur des 12 pays déjà impliqués en première période.

77La Malaisie reste fermement ancrée à sa deuxième place au classement et stabilise également son poids. Augmentant le nombre de pays qu’elle attire à 131, son rayonnement s’étend véritablement à l’international sur l’ensemble des autres zones, et elle renforce également sa position de pôle majeur en passant de 10 à 14 pays privilégiés.

78L’attractivité de la Malaisie ne repose sur aucune affinité de langue ou de religion, et pourtant elle a su rayonner bien au-delà de sa zone à des distances moyennes de plus de 1 000 km, grâce notamment à l’appui aux filières scientifiques, au soutien financier à la R&D, ainsi qu’aux dépenses publiques consacrées à l’éducation.

79Macao, à l’inverse, passe de la quatrième à la septième place, mais surtout diminue son poids de moitié (pays classé en désaffection). Sa configuration initiale en réseau étoilé est défaite entre autres par la Chine qui bascule une part importante de son flux vers la Corée du Sud. Ajouté à cela le fait que le Vietnam perd son statut de destination privilégiée et intègre la communauté polarisée par cette même Corée du Sud, cette dernière se positionne ainsi comme un nouveau pôle majeur de sa zone. Notons toutefois la relation bilatérale que Macao maintient avec Hong-Kong.

80La Corée du Sud grimpe au troisième rang, mais surtout triple son poids pour s’accaparer 10,8 % du flux entrant (pays classé en progression). Il s’agit ici de l’ébauche d’un véritable rayonnement à l’international puisque, en nombre de pays attirés, plusieurs zones extérieures sont encore plus pourvoyeuses que sa propre zone. Toutefois, en termes de flux, l’essentiel (90,1 %) provient de l’intérieur même de la zone Asie de l’Est et Pacifique. Sur les 109 pays entrants, seuls trois pays, la Mongolie, la Chine et le Vietnam consacrent cette destination comme un pôle majeur. L’attractivité de la Corée du Sud en est encore à un stade diffus.

81Comme pour la Malaisie, l’attractivité de la Corée du Sud ne repose pas sur une affinité de langue ou de religion, et elle peut rayonner jusqu’à 1 260 km, cela même au-delà de sa zone. Son prestige semble encore plus fort, car elle attire massivement des pays issus d’une catégorie de revenus supérieure à la sienne. Les dépenses intérieures brutes en R&D sont trois fois plus élevées par rapport à celles des pays attirés. On notera toutefois que les dotations du secteur de l’éducation restent très faibles comparées à la moyenne au Sud, que ce soit pour les dépenses publiques ou pour la productivité des filières d’enseignement prisées à l’internationale.

82Quant aux Philippines (pays classé en désaffection), son réseau centralisé en première période s’effondre par le détachement de la Corée du Sud. Les Philippines sont affectées au pôle brésilien en deuxième période.

Guide de lecture des sociogrammes

Habillage des arcs :
• la couleur de l’arc est grise pour une relation unilatérale, noire pour une relation bilatérale ;
• l’épaisseur de l’arc est proportionnelle à la valeur du flux sortant du pays ;
• l’arc est représenté si le flux sortant correspondant est supérieur ou égal à un tiers du flux total sortant du pays.

Habillage des nœuds :
• la taille du nœud est proportionnelle à la valeur du flux entrant, elle a été harmonisée sur la même échelle entre les deux périodes 2001-2005 et 2006-2010.

83

Figure 1 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2001-2005

Figure 1 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2001-2005

Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.

84

Figure 2 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2006-2010

Figure 2 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2006-2010

Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.

Conclusion

85Les méthodes d’analyse des données relationnelles, combinées à la cartographie, nous ont permis d’identifier les flux majeurs et les pôles d’attractivité au sein du réseau. L’intensité et le degré de diffusion des processus de polarisation en cours ont été mesurés à travers les analyses diachroniques.

86L’attractivité d’un pôle est façonnée par différents facteurs qui lui sont à la fois endogènes et exogènes, combinés à des degrés plus ou moins intenses. Elle peut tout simplement être liée soit à la proximité géographique, soit au fait que les étudiants en mobilité ont davantage tendance à rester au sein de leur région d’origine. Elle peut aussi résulter d’une similitude de caractéristiques entre origine et destination, par exemple des liens linguistiques, culturels et historiques (Singh, 2006 : 40). Il peut également s’agir d’attributs particulièrement attractifs dotant le pôle, comme par exemple un taux de réussite élevé dans les filières d’enseignement de pointe, les domaines d’étude reflétant partiellement la richesse nationale et les opportunités économiques, ou encore la volonté des États à soutenir l’éducation supérieure ou la R&D. Le prestige du pôle lui permet alors de rayonner du local au global afin d’attirer davantage d’étudiants qui, à long terme, peuvent être une source de revenus pour leur pays d’accueil (Singh, 2006 : 46). Ces étudiants de haut niveau pourront potentiellement renforcer l’élite locale et contribuer au développement (Motivans, 2009 : 35). En effet, les acquis de l’enseignement, les bénéfices des ressources humaines, un système d’enseignement supérieur viable, impactent positivement la croissance économique de tout pays en développement. Selon A. Motivans, « une augmentation du nombre de diplômés en ingénierie et en sciences augmente à son tour la disponibilité des connaissances et des compétences spécifiques nécessaires à l’innovation et à la croissance des économies basées sur la connaissance » (Motivans, 2009 : 22). Les qualifications et les compétences de haut niveau sont désormais considérées comme des atouts majeurs pour le développement. L’enseignement supérieur doit être apte à rencontrer les besoins du marché du travail et de la société dans son ensemble (Singh, 2006 : 10-16 ; Motivans, 2009 : 3).

87Nous envisageons par la suite d’exploiter des outils de modélisation plus complexes tels que le modèle p2 (Lazega, 2007 : 87-90) qui est une autre méthode d’analyse des relations dyadiques pouvant également intégrer des données attributaires, ou encore le modèle Siena (Lazega, 2007 : 100-108 ; Ripley et alii, 2013) pour étudier la dynamique longitudinale des réseaux et expliquer, entre autres, comment un acteur intègre ou quitte un réseau.

Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale, 2013a, Bilateral remittance estimates for 2010 using migrant stocks, host country incomes, and origin country incomes (millions of US$), http://www.worldbank.org/prospects/migrationandremittances

Banque mondiale, 2013b, Données par thèmes : Education, http://donnees.banquemondiale.org/theme/education

Boto (I.), 2011, « Flux migratoires internationaux : principales données et tendances », Rural 21, Thème phare - Populations migrantes, pp. 38-41.

Degenne (A.) & Forsé (M.), 2004, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, coll. « U - Sociologie », 295 p.

Drevelle (M.), 2013, M comme (flux) majeur, http://groupefmr.hypotheses.org/1406

ISU, 2013, « Tableau 18A – Flux des étudiants en mobilité internationale dans l’enseignement supérieur », Unesco, http://stats.uis.unesco.org/unesco/TableViewer/tableView.aspx?ReportId=171

ISU, 2013a, Questions les plus fréquentes à propos des statistiques de l’éducation, Unesco, ISU/FAQ/2012/1, 13 p., http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/FAQ-education-statistics-fr5.pdf

Lazega (E.), 2007, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2e édition, 127 p.

Maldonado (A.), Cruz Martinez (E.), Marmolejo (F.), Nunez Gornés (L.), Fernandez de Castro (R.), Cabrera Zamudio (S.), Buntru (T.) & Cardenas (V.), 2012, PATLANI, Encuesta nacional de movilidad estudiantil internacional, Mexico, 71 p.

Martin (M.) & Sauvageot (C.), 2011, Construire un tableau de bord pour l’enseignement supérieur. Un guide pratique, Paris, Unesco-Institut international de planification de l’éducation.

Mercklé (P.), 2011, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères - Sociologie », 125 p.

Motivans (A.) (dir.), 2009, Recueil de données mondiales sur l’éducation 2009. Tendances mondiales dans l’enseignement supérieur, Montréal, Institut de statistiques de l’Unesco, coll. « Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde », 262 p.

Pumain (D.), 2004, Attraction, Attractivité, Hypergeo. http://www.hypergeo.eu/IMG/_article_PDF/article_39.pdf

Ratha (D.), Mohapatra (S.) & Silwal (A.), 2011, Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds, Banque mondiale, http://siteresources.worldbank.org/INTPROSPECTS/Resources/334934-1110315015165/Factbook2011French.pdf

Ripley (R.-M.), Snijders (T.-A.-B.), Boda (Z.), Voros (A.) & Preciado (P.), 2013, Manual for SIENA version 4.0, Oxford, University of Oxford, Department of Statistics, Nuffield College, http://www.stats.ox.ac.uk/siena/

Singh (A.) (dir.), 2006, Recueil de données mondiales sur l’éducation 2006. Enseignement supérieur : étendre les limites du savoir, Montréal, Institut de statistiques de l’Unesco, coll. « Statistiques comparées sur l’éducation dans le monde », 193 p.

Unesco, 2006, Classification internationale type de l’éducation – CITE 1997, Institut de statistiques de l’Unesco, réédition, 49 p., http://www.uis.unesco.org/Library/Documents/isced97-fr.pdf

United Nations, 2012, Trends in international migrant stock: migrants by destination and origin, Department of economic and social affairs, United Nations database, POP/DB/MIG/Stock/Rev.2012.

Wakita (K.) & Tsurumi (T.), 2007, Finding community structure in megascale social networks, Cornell University Library, http://arxiv.org/pdf/cs/0702048v1.pdf

Haut de page

Notes

1  Les données sur le Mexique sont manquantes dans la base ISU.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Évolution de l’attractivité entre les deux périodes pour les 20 premières destinations
Légende Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Carte 1 – Carte des destinations selon le flux entrant moyen annuel Sud-Sud sur les deux périodes
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau 2 – Typologie de l’évolution de l’attractivité entre les deux périodes selon les zones Unesco
Légende Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Carte 2 – Dynamique des flux Sud-Sud entre les deux périodes à l’échelle des zones Unesco
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 1 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2001-2005
Légende Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 2 – Réseaux de mobilité internationale étudiante Sud-Sud : les principaux flux moyens annuels sur la période 2006-2010
Légende Sources : ISU 2013. © CNRS - L. Razafimahefa & J.-C. Raynal 2014.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lala Razafimahefa et Jean-Claude Raynal, « Dynamique des réseaux de mobilité étudiante entre pays du Sud : attractivité, compétitivité et multipolarité », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 13 | 2014, 25-52.

Référence électronique

Lala Razafimahefa et Jean-Claude Raynal, « Dynamique des réseaux de mobilité étudiante entre pays du Sud : attractivité, compétitivité et multipolarité », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 31 mai 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cres.revues.org/2585

Haut de page

Auteurs

Lala Razafimahefa

Statisticienne, Ingénieure d’études, CNRS – ART-Dev UMR 5281. lala.razafimahefa@univ-montp3.fr

Jean-Claude Raynal

Géographe, Ingénieur d’études, CNRS – ECCOREV FR 3098. raynal@eccorev.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org