Navigation – Plan du site
Dossier : Observer les mobilités étudiantes Sud-Sud

Mobilité des étudiants sud-américains : le cas du programme ESCALA

South American student mobility: the case of ESCALA program
Maria Alice Nogueira et Viviane Ramos
p. 97-118

Résumés

Cet article étudie le Programme ESCALA, un programme de mobilité latino-américain crée en 2000 pour des étudiants de 28 universités publiques d’Argentine, Brésil, Bolivie, Chili, Paraguay et Uruguay. Dans le cadre de ce programme, des étudiants de licence peuvent poursuivre six mois de cours dans l’une des universités partenaires tout en bénéficiant de la quasi totalité des dépenses couvertes par le programme. L’examen des données empiriques fait état d’une participation croissante des étudiants à ce type de programme de mobilité, en particulier auprès des filles et des étudiants du champ des humanités, ayant l’Argentine et le Brésil pour principaux pays de destination. Des entretiens avec des étudiants brésiliens du programme ESCALA soulignent que les étudiants perçoivent l’Amérique latine comme un destin possible, mais non le plus convoité, ce dernier étant représenté par les pays du nord. En outre, ces entretiens témoignent une claire préférence pour les universités et les pays considérés comme les “plus développés” à l’intérieur du groupe de pays étudié.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1Selon la définition de l’Unesco (2009 : 35), un étudiant mobile sur le plan international est une (...)

1Le phénomène de mobilité étudiante en augmentation dans beaucoup de campus du monde offre aux scientifiques la possibilité de soulever de nouvelles questions tant sur sa mesure que sur ses effets aux niveaux économique, social et politique1 (Dervin & Byram, 2008 : 10). Le sujet attire également l’attention des États et des établissements d’enseignement supérieur qui lui accordent une valeur de plus en plus importante, impliquant à la fois les étudiants, les enseignants et les acteurs (publics et privés) de la coopération internationale. Un rapide aperçu des publications récentes sur ce thème nous donne une idée de la diversité des sujets de recherche abordés, allant de l’histoire de la mobilité étudiante (Zarate, 1999) aux expériences vécues par les étudiants en mobilité (Cicchelli, 2008), en passant par les motivations liées à la mobilité (Cattan, 2004), aux conditions de vie et d’études (Erlich, 2012 ; Agulhon & Brito, 2009), et aux inégalités sociales dans la mobilité d’études (Ballatore & Blöss, 2008). C’est un champ d’étude particulièrement stimulant pour les recherches actuelles en Amérique latine dans un contexte d’augmentation de la mobilité étudiante dans cette partie du monde et de mise en place de programmes universitaires de coopération régionale.

  • 2  Les inscriptions dans l’enseignement supérieur ont augmenté dans la région, atteignant 17,8 millio (...)
  • 3  Le taux de mobilité désigne ici le nombre d’étudiants du supérieur d’un pays qui étudient à l’étra (...)

26 % de l’ensemble des étudiants étrangers du monde entier sont originaires d’Amérique latine et des Caraïbes (Unesco, 2009)2. Le nombre d’entre eux étudiant dans leur propre région a augmenté de 12,2 %, et leur pourcentage est passé de 10,7 % à 22,9 % en dix ans entre 1999 et 2009, soit l’augmentation la plus importante observée entre les régions. Les sources de l’Unesco indiquent également qu’il existe une variation du taux3 de mobilité selon les pays. Cuba est la destination la plus prisée par ces étudiants ; le pays accueille 59 % d’entre eux, suivi du Chili, de l’Argentine et du Venezuela. En Amérique du Sud, nous constatons que le Chili a un taux de mobilité de 0,2 %, l’Argentine de 0,4 %, le Brésil de 0,4 %, le Paraguay de 1,1 % et l’Uruguay de 1,5 %. 43 % des étudiants d’Amérique latine et des Caraïbes sont partis étudier en Amérique du Nord, et 31 % en Europe occidentale.

  • 4  Si l’on considère tous les pays participants, Erasmus englobe en moyenne 1 % des étudiants (Erlich (...)

3Il existe de nombreux programmes de mobilité d’étude dans le monde : le plus connu est Erasmus, créé en 1987 dans le but de promouvoir la mobilité des étudiants et des enseignants au sein de l’Union européenne (UE)4. En 2004, Erasmus Mundus a été ensuite créé dans l’optique de promouvoir la coopération et la mobilité des étudiants issus des pays en développement vers l’UE, ainsi que le départ des étudiants européens vers d’autres continents (dont l’Amérique latine).

4Plusieurs programmes de mobilité d’étude existent actuellement en Amérique du Sud. Le programme MARCA par exemple, établi entre les Membres du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay), ainsi que la Bolivie et le Chili, permet à des étudiants de premier cycle de suivre un semestre d’études dans une autre université affiliée. Le même principe s’applique au programme ESCALA étudié dans cet article. À l’appui de publications nationales et internationales sur ce thème, nous nous proposons d’examiner les conditions dans lesquelles la mobilité étudiante encadrée par des programmes institutionnels se déroule en Amérique du Sud : qui sont les étudiants concernés ? Quelles sont leurs motivations ? Quel est le sens de cette migration selon eux ? Qu’est-ce qui les incite à aller dans un autre pays sud-américain ? Existe-t-il une hiérarchie au sein de ce programme de mobilité entre les pays et les universités d’Amérique du Sud ?

  • 5  Les entretiens ont été réalisés en 2009 et 2013 par les chercheurs au domicile des personnes inter (...)

5Afin de répondre à ces questions, nous avons réalisé une étude dans une université brésilienne à partir de données secondaires du Bureau des relations internationales et de l’Associação Universitária Grupo Montevidéu/AUGM (l’organisation responsable du programme ESCALA), d’entretiens avec le personnel responsable du programme, et de quarante entretiens avec des étudiants brésiliens participants5.

Le programme de mobilité ESCALA dans la coopération universitaire régionale

6L’Association des universités groupe Montevideo (AUGM) est un réseau de 28 universités publiques d’Argentine, du Brésil, de Bolivie, du Chili, du Paraguay et d’Uruguay. L’association a débuté ses activités en 1991 en vue d’appuyer l’intégration régionale dans l’enseignement supérieur en encourageant plusieurs programmes tels que des commissions permanentes, des groupes de recherche interdisciplinaire, des conférences régionales, ainsi que des programmes de mobilité pour les chercheurs, « ESCALA Docente » et pour les étudiants « ESCALA Estudantil ».

7« ESCALA Estudantil » a été lancé en 2000, avec des objectifs similaires à ceux du programme Erasmus, à savoir « promouvoir et encourager le processus de construction d’un espace académique commun dans la région à travers la mobilité étudiante », avec l’ambition d’améliorer « le contact entre les étudiants et les professeurs des différentes universités et pays en encourageant l’échange culturel et académique et en approfondissant la connaissance des différents systèmes d’enseignement supérieur en Amérique latine » (AUGM, n.d.). À travers ce programme, un étudiant de premier cycle inscrit dans l’une des universités partenaires a la possibilité de poursuivre son programme d’études pendant six mois dans une autre université associée, la majorité des frais étant couverte par le programme. Contrairement au programme Erasmus qui est « basé sur des contrats bilatéraux signés par les professeurs/chercheurs de deux départements en accord avec les services des relations internationales des universités » (Ballatore & Blöss, 2008 : 63), le programme ESCALA fonctionne à l’échelle de l’université, puisque c’est le bureau des relations internationales de chaque université du groupe qui est en charge de tous les échanges d’étudiants, et non les départements. Chaque université décide du nombre de places à pourvoir et du domaine d’études pour chaque place qu’il fournira par trimestre. Dans l’idéal, il y a une réciprocité, c’est-à-dire que chaque université devrait envoyer et recevoir le même nombre d’étudiants dans le même domaine d’études. L’université annonce le nombre de places disponibles à ses étudiants qui peuvent ensuite choisir leur destination. Par conséquent, les étudiants choisissent leur destination dans les limites des places offertes. Le processus de sélection varie en fonction de l’université mais de façon générale, l’étudiant doit démontrer ses aptitudes linguistiques dans la langue du pays de l’université d’accueil ainsi que de bons résultats académiques.

Figure 1 – Nombre de participants au programme ESCALA – 2000-2011

Figure 1 – Nombre de participants au programme ESCALA – 2000-2011

Source : AUGM, 2012.

8Le nombre de participants à ce type de programme est en croissance constante, allant de 6 étudiants lors de la première année (2000) à 537 en 2011 (figure 1).

Classement des universités du programme ESCALA selon leur niveau de mobilité étudiante

9Toutes les universités concernées par le programme n’ont pas le même niveau d’implication en termes de nombres d’étudiants mobiles. Nous observons que les universités brésiliennes et argentines sont incontestablement celles dotées d’un plus haut niveau de mobilité étudiante. Dans le top 10 des universités ayant le niveau de mobilité le plus élevé, elles sont au nombre de 9 (tableau 1).

Tableau 1 – Niveau de mobilité ESCALA – 2000-2011

Classement

Université

Pays

1

UNL

Argentine

2

UNICAMP

Brésil

3

UDELAR

Uruguay

4

UFSM

Brésil

5

UNC

Argentine

6

UFMG

Brésil

7

UFSC

Brésil

8

UFPR

Brésil

9

UNT

Argentine

10

UBA

Argentine

Source : AUGM, 2002.

10À l’opposé, trois universités participantes ne montrent aucun signe de mobilité (UNCuyo–Argentine, UPLA–Chili, UNI–Paraguay) ou seulement à un faible niveau (UNNE–Argentine et UFG–Brésil). Les universités boliviennes (UMSA et UMRPSFXCH) n’ont pas été prises en compte car elles n’ont rejoint le groupe qu’à la fin 2010 et ont démarré le programme en 2012.

Des domaines d’études plus ou moins sélectifs

11Les universités affiliées peuvent choisir le domaine d’études ou même le cursus de leur candidat. Des étudiants du même cursus, du même domaine d’études voire même de différentes disciplines peuvent être en compétition pour la même place, selon les limites imposées par l’université d’accueil. Nos données montrent que les étudiants en Sciences humaines et sociales représentent une majorité relative, avec 41 % des participants (tableau 2).

Tableau 2 – Nombre total cumulé des participants au programme ESCALA par domaine d’études – 2000-2011

Domaines

Nombre

Pourcentage

Sciences humaines et sociales

1 286

41 %

Sciences et technologie

1 095

35 %

Sciences agricoles

330

11 %

Sciences de la santé

257

8 %

Lettres et Arts

166

5 %

Total (2000-11)

3 134

100 %

Source : AUGM, 2012.

Des domaines d’études plus internationalisés que d’autres ?

  • 6  Le problème lorsque l’on compare cette variable est que les différents programmes divisent les dom (...)
  • 7  La position de la filière commerciale est soulignée par J. C. Ruano-Borbalan (2008 : 482) : « Les (...)

12Si l’on prend en compte le domaine d’études des étudiants mobiles dans le monde6, les données de l’Unesco (2009 : 45) soulignent que la majeure partie des étudiants mobiles étudie le Commerce et l’Administration (moins de 25 %)7, suivis des Sciences (15 %). Les étudiants qui poursuivent la filière Commerce sont également très présents dans le programme Erasmus, où ils représentent le plus grand nombre (20 %), suivis des étudiants en Langues et Sciences philologiques (14 %), Sciences sociales (12 %) et Ingénierie et Technologie (11 %) (Parlement européen, 2010 : 35). On peut toutefois se demander si le niveau de mobilité des étudiants est lié à une forte internationalisation du domaine d’études choisi. Est-ce que les étudiants de certains domaines d’études seraient plus internationalisés que d’autres ? La littérature sur le sujet montre des résultats assez disparates, néanmoins, toutes les recherches semblent souligner une inégalité en termes de mobilité selon les domaines. Selon B. Darchy-Koechlin (2008 : 414), l’internationalisation est plus prononcée dans « les disciplines liées aux sciences dures que dans les sciences humaines (à l’exception des langues évidemment) ». À l’opposé, V. Erlich (2012 : 100) souligne que « les étudiants en sciences humaines et arts ont tendance à aller plus souvent à l’étranger pour étudier que les étudiants en sciences et ingénierie ». Dans leur étude sur la mobilité étudiante en Rhône-Alpes (une région de France), L. A. Pichon et alii (2002) remarquent une large majorité d’étudiants en langues étrangères. Pour Wagner (1997 : 116), « la gestion est le domaine de l’enseignement supérieur avec le plus grand nombre d’accords conclus avec des établissements étrangers ».

Une féminisation des domaines d’études dans le programme ESCALA

  • 8  Le pourcentage d’étudiantes mobiles est proportionnellement supérieur à la population étudiante to (...)
  • 9  Pour une discussion approfondie sur la relation entre le genre et le domaine d’études, voir D. Épi (...)

13Le mouvement de féminisation est déjà constaté dans l’enseignement supérieur en général : « les femmes ont été les premières bénéficiaires de la hausse des effectifs du tertiaire – le nombre de femmes inscrites dans des établissements d’enseignement supérieur ayant augmenté presque deux fois plus vite que celui des hommes au cours des quarante dernières années » (Unesco, 2012 : 77). À l’échelle du programme ESCALA, la tendance se vérifie : les femmes représentent 58,5 % de tous les participants. La part des femmes y est donc importante à l’instar de qui est observé dans le programme Erasmus, qui compte 60,74 % de femmes parmi ses étudiants (Erasmus, 2010 : 29)8. À l’échelle des pays de l’AUGM, nous observons cependant des disparités selon les pays : bien que les femmes représentent une minorité des étudiants du supérieur en Bolivie, elles sont aussi nombreuses que les hommes au Chili, et plus nombreuses qu’eux en Argentine, au Brésil, au Paraguay et en Uruguay. Cette piste de recherche – telle que celle effectuée par N. Cattan (2004) pour Erasmus – sur la mobilité des genres dans les pays d’Amérique latine reste à explorer. Cette féminisation pourrait s’expliquer par la présence majoritaire de femmes en « Sciences sociales, Commerce et Droit », domaines d’études disposant d’un plus grand nombre de places ouvertes dans le programme ESCALA (57 % des femmes obtiennent leur diplôme dans l’une de ces disciplines, contre 41 % en « Sciences »)9.

Étude de cas – L’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG)

14L’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG) est une université publique située dans la région sud-est du Brésil. Fondée en 1927, elle accueille aujourd’hui un total de 30 957 étudiants de premier cycle répartis en 75 programmes d’études, ce qui en fait l’une des plus importantes universités du pays. Le Bureau des relations internationales de l’université a conclu des accords avec 268 universités étrangères et gère différents programmes de mobilité.

15L’UFMG a rejoint le programme ESCALA en 2004 avec 10 étudiants. Cinq ans plus tard, on comptait 34 participants. Ce nombre a néanmoins diminué ces dernières années. En 2013, on comptait seulement 12 participants malgré les 27 places disponibles, ce qui peut supposer un manque d’intérêt des étudiants à l’égard du programme. Selon sa coordinatrice à l’UFMG, l’émergence de différents programmes et bourses d’études a entraîné une baisse de la demande concernant le programme ESCALA : « Avec la création d’autres programmes d’échange, tels que Ciência Sem Fronteiras par exemple, le nombre d’étudiants de l’UFMG intéressés par la mobilité dans d’autres pays sud-américains à travers le programme ESCALA a diminué. La majorité des étudiants préfère aller dans des pays européens. »

16En effet, depuis quelques années, l’UFMG offre un large éventail de programmes de mobilité. L’un des plus importants est le programme Minas Mundi, créé en 2003 par le Bureau des relations internationales de l’université. Le programme repose sur des accords bilatéraux avec des universités étrangères, principalement en Europe occidentale et aux États-Unis. Entre 2003 et 2009, 792 étudiants ont pu participer au programme. Pour l’année 2013, 333 étudiants ont été sélectionnés pour y participer. Grâce à ce programme, les étudiants de l’UFMG peuvent passer un semestre dans l’une des universités partenaires sans payer de frais d’inscription. Toutes les autres dépenses sont à la charge de l’étudiant, bien que certaines bourses soient mises à leur disposition.

17Par ailleurs, en 2011, le gouvernement fédéral brésilien a créé le programme de mobilité Ciência Sem Fronteiras (Science sans frontières), qui offre un total de 101 000 bourses à répartir entre 2011 et 2015. Le programme est axé sur l’échange d’étudiants de premier cycle et de chercheurs dans les domaines des sciences « dures », de la technologie, de la santé et de l’agriculture dans des universités bien positionnées dans les classements internationaux, principalement dans les pays dits du Nord. En 2013, l’UFMG a obtenu 1 600 bourses.

18Ces programmes peuvent être considérés comme des programmes concurrents au programme ESCALA, d’autant que ces deux programmes ont pour principales destinations des universités d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord, qui sont très valorisées sur le marché du travail brésilien.

Figure 2 – Nombre d’étudiants de l’UFMG inscrits dans des universités ESCALA (en gris) et nombre d’étudiants ESCALA inscrits à l’UFMG (en noir) 2004-2012

Figure 2 – Nombre d’étudiants de l’UFMG inscrits dans des universités ESCALA (en gris) et nombre d’étudiants ESCALA inscrits à l’UFMG (en noir) 2004-2012

Source : Bureau des relations internationales de l’UFMG.

19Le programme ESCALA repose sur le principe de réciprocité : en d’autres termes, le nombre d’étudiants reçus par une Université doit être équivalent au nombre d’étudiants qui partent. Ceci ne se vérifie pas chaque année : les années 2009 et 2010 montrent par exemple une grande disparité entre les étudiants “sortants” et “entrants” (figure 2). Cependant, les chiffres ont tendance à s’équilibrer si l’on considère toutes les années ; l’UFMG a en effet reçu 198 étudiants et en a envoyés 196 (tableaux 3 et 4).

Tableau 3 – Destination des étudiants de l’UFMG – 2004-2012

Destination

Nombre

 %

Argentine

154

78,6

Chili

19

9,7

Uruguay

17

8,7

Paraguay

6

3

Bolivie

0

0

Total

196

100

Source : Bureau des relations internationales de l’UFMG.

Tableau 4 – Origine des étudiants ESCALA inscrits à l’UFMG – 2004-2012

Pays d’origine

Nombre

 %

Argentine

155

78

Uruguay

16

8

Chili

13

7

Paraguay

14

7

Bolivie

0

0

Total

198

100

Source : Bureau des relations internationales de l’UFMG.

20Nous pouvons constater une certaine asymétrie entre les pays du programme ESCALA. Il est important de souligner la forte coopération bilatérale entre l’université brésilienne et les universités argentines. La grande majorité des étudiants de l’UFMG part en Argentine, et l’inverse est également vrai. Le même nombre d’étudiants est échangé entre les universités. Ceci est également vrai dans le cas de l’Uruguay, mais à plus petite échelle. En revanche, pour d’autres pays la relation est plus dissymétrique. Le Chili semble plus attractif pour les étudiants de l’UFMG que l’inverse, et les étudiants paraguayens cherchent davantage à rejoindre l’UFMG que l’inverse. Nous constatons que les universités boliviennes n’ont participé à aucun type d’échange avec l’UFMG durant cette période.

21En procédant à l’analyse du programme Erasmus, M. Ballatore et T. Blöss (2008) ont également constaté une certaine dissymétrie, concluant que les relations entre les universités étaient basées sur une logique d’« affinités sélectives » : une distinction établie entre les anciennes et les nouvelles universités, les universités prestigieuses et celles moins réputées, les universités plus sélectives et celles moins sélectives. Dans cette étude de cas, nous n’avons pas analysé la répartition des flux d’étudiants dans d’autres universités, mais les premiers éléments d’analyse à partir des données fournies par l’UFMG incitent à rechercher si ce manque de réciprocité est le même entre les autres membres. « La réciprocité des échanges est-elle une réalité fictive » (ibid.) ? Existe-t-il une « affinité sélective » entre eux ? Si tel est le cas, quelle est la base de cette affinité (même langue, même culture, même tradition académique, etc.) ?

22Les femmes représentent 66,8 % des étudiants de l’UFMG participant au programme ESCALA, soit un pourcentage supérieur au total des femmes participant à un programme en général (58,5 % de l’ensemble des participants). Dans le programme Minas Mundi, par exemple, elles représentent 57 % des étudiants mobiles (Ramos, 2009 : 73).

23En ce qui concerne le domaine d’études, nous observons d’après les données de l’UFMG une augmentation du nombre de programmes. En 2004, on comptait quatre programmes tandis qu’en 2009, l’année la plus diversifiée, on en compte dix-huit différents. Le domaine des Sciences humaines et sociales a toujours attiré le plus grand nombre de programmes de l’UFMG. Ce domaine est également le plus demandé, comme démontré précédemment.

Atouts et limites du programme ESCALA

24Lorsque l’on examine le niveau socioéconomique des participants aux programmes Minas Mundi et ESCALA, on constate une différence socioéconomique relativement significative entre le public des deux programmes de mobilité. Les revenus familiaux mensuels moyens parmi les 173 étudiants participant au Minas Mundi se situaient entre 3 709 $ et 7 416 $ (Ramos, 2009). Pour les 25 participants au programme ESCALA, les revenus familiaux mensuels moyens se situent entre 928 $ et 1 854 $. Les participants au programme ESCALA proviennent de familles aux revenus plus modestes. L’hypothèse la plus plausible expliquant cette différence sociale parmi les participants est que, contrairement au programme Minas Mundi, le programme ESCALA propose à ses étudiants une aide financière pour leurs dépenses alimentaires et leurs frais d’hébergement. Cette dernière condition peut attirer des étudiants qui n’ont pas les moyens de payer les coûts d’une période de mobilité. Certains étudiants ont souligné cet aspect lors des entretiens : « Le fait que les dépenses étaient couvertes était essentiel. J’ai choisi ESCALA uniquement pour ça. Sinon, je n’aurais sans doute pas suivi de programme d’échange pendant mes études » (Ana, Sciences sociales, Argentine).

25Si l’aspiration des étudiants est d’obtenir l’accès à davantage de destinations, leur niveau de vie leur impose de limiter leurs attentes (« […] en Europe, impossible, je ne pouvais pas payer le billet et le reste » – Luciana, Architecture, Chili), une réalité que les parents rappellent à leurs enfants (« […] on ne pourrait jamais t’offrir ça, jamais » – Roberto, Sciences de l’information, Uruguay).

26Alors que des études précédentes (Nogueira & Aguiar, 2008) ont montré que les enfants de l’élite et de la couche supérieure de la classe moyenne ont de réelles opportunités d’internationalisation – que ce soit in situ ou à l’étranger – les entretiens indiquent ici que le coût élevé d’un séjour d’étude à l’étranger constitue un réel frein et élimine les candidats n’ayant pas les moyens financiers suffisants. Par conséquent, un programme tel ESCALA, dans lequel la majorité des coûts est partiellement couverte, présente aux étudiants de la classe moyenne une voie d’expérience possible à l’étranger, comme l’exprime clairement l’étudiante Sandra (Sciences biologiques, Uruguay) : « Des programmes comme ESCALA […] permettent à d’autres classes sociales de bénéficier de cette expérience. […] Au départ, seules les personnes qui avaient de l’argent pouvaient participer à un programme d’échange, qui sait, peut-être qu’aujourd’hui ce profil est en train de changer. »

  • 10  Dans le cas de l’UFMG, les étudiants font l’objet d’une analyse socio-économique. Selon les résult (...)

27Cependant, certaines conditions freinent les étudiants à plus faible revenu. L’un des problèmes évoqué est l’avance de l’achat des billets d’avion10 et de l’assurance maladie qui seront remboursés ensuite par l’université. Par conséquent, certains étudiants doivent trouver des alternatives pour anticiper le paiement de ces dépenses. Pendant les entretiens, une étudiante a fondu en larmes en expliquant les difficultés qu’elle rencontrait à ce sujet. De plus, les dépenses journalières telles que le transport urbain et le matériel scolaire ne sont pas couvertes et restent à la charge de l’étudiant et de sa famille. Si pour certains, cela n’est pas un problème (« Le transport n’est pas cher, donc ça va » – Bernardo, Sciences sociales, Uruguay ; « Ma famille me donne de l’argent, donc ça va » – Patricia, Génie minier, Chili), pour d’autres, cela en pose de sérieux (« […] Ils [ESCALA]vous fournissent le logement et la nourriture, le reste est à vos frais. C’est un problème si la famille de la personne ne peut pas l’aider financièrement. Si elle n’a pas l’argent, elle ne peut pas partir » Aline, Gestion publique, Argentine).

28Lorsque l’on demande aux étudiants de parler du choix du pays, la plupart des étudiants interrogés affirment qu’ils n’ont pas eu vraiment le choix, puisqu’il n’y avait que des places ouvertes dans leur domaine dans une université ou un pays déterminé (« Je ne nie pas que la principale raison pour laquelle je vais en Argentine, c’est que c’est la seule destination proposée » – Alexandre, Histoire, Argentine). La majorité des étudiants interrogés ont montré une préférence pour l’Europe, mais n’ont pas pu y aller pour des raisons financières (« Si ma situation financière était différente, j’irais ailleurs. Comme tout le monde, j’irais en Europe » – Sandra, Sciences biologiques, Uruguay ; « S’il n’y avait pas tous ces frais, j’essaierais d’aller en Europe. [Pourquoi ?] Les universités m’apporteraient davantage d’un point de vue académique qu’en Argentine » – Ana, Sciences sociales, Argentine).

29Aller en Amérique latine est même déconseillé par leurs professeurs/conseillers universitaires (« Mon conseiller dit toujours […] qu’un programme d’échange vers les États-Unis, la France ou l’Angleterre serait mieux pour mon CV qu’un échange avec l’Argentine » – Erico, Sciences informatiques, Argentine ; « Elle [conseillère] m’a dit : pourquoi vas-tu au Chili ? Ce serait mieux d’aller en Finlande, même pour pratiquer l’anglais » – Andressa, Relations économiques internationales, Chili). Certains parents partagent aussi ce point de vue (« Quand j’ai postulé [processus de sélection] mon père a dit qu’aller au Chili n’allait rien apporter à mon CV. [Pourquoi pensait-il cela ?] Car c’est en Amérique latine » – Andressa, Relations économiques internationales, Chili).

30Cette distinction claire entre les destinations Nord et Sud semble être partagée par d’autres étudiants de l’université, établissant une hiérarchie évidente entre les pays et les continents : « Mes camarades étaient contents pour moi, mais il y avait beaucoup de comparaisons. J’ai ressenti des préjugés à mon égard du fait que je parte en Uruguay. […] Il y a des préjugés sur l’Amérique latine. Il y a en réalité une hiérarchie entre les pays. Quand tu dis que tu vas en Europe ou aux États-Unis, tout le monde dit : Oh, c’est super ! Si tu dis que tu vas en Argentine, en Uruguay ou dans des pays d’Amérique du Sud, il y a des préjugés. Je l’ai vraiment ressenti » (Sandra, Sciences biologiques, Uruguay).

31Comme Aline (Gestion publique, Argentine) le déclare, les étudiants de l’UFMG préfèreraient aller dans une université moins connue en Europe qu’en Amérique latine en raison de « la valeur sociale, le statut que ça te donne d’aller en Europe ». Le fait que les coûts soient partiellement couverts est perçu par eux comme un moyen de détourner les étudiants des destinations du Nord, et de les attirer vers des programmes d’Amérique du Sud, et, par conséquent, vers des universités considérées moins prestigieuses, selon les termes d’Andressa, (Relations économiques internationales, Chili) : « Tous les avantages que donne ESCALA sont de créer un stimulus pour que les gens aillent dans des universités d’Amérique latine. »

32Nous avons pu constater que le choix du programme ESCALA émane principalement de raisons pratiques ou pragmatiques, à savoir le nombre de places disponibles et l’aide financière. La plupart de ces témoignages montrent clairement qu’aller dans un pays d’Amérique latine n’est pas le véritable souhait mais une solution réalisable. En ce sens, il semble que le programme ESCALA, en finançant une plus grande partie de la mobilité, recrute les étudiants issus de familles à faibles revenus qui n’ont pas les moyens financiers de participer à d’autres programmes proposés par l’université – tels que Minas Mundi – et ceux prévus pour des cursus qui ne sont pas envisagés – tels que Ciência sem Fronteiras, qui excluent les Sciences humaines et sociales, les Lettres et les Arts. Des programmes qui leur permettraient d’aller vers les destinations convoitées : des universités et pays du Nord.

  • 11  Cependant, plus tard pendant l’entretien, elle révèle qu’elle craignait d’aller aux États-Unis ou (...)

33Seule une étudiante a montré un réel enthousiasme en parlant de son choix, puisqu’elle a (« toujours été passionnée par l’Amérique latine – Lara, Sciences sociales, Argentine)11. Pour certains, le choix de l’Amérique latine est considéré comme un moyen de se distinguer de la majorité qui part étudier dans les pays du Nord, un choix pour les non-traditionnels (« J’aime nager à contre-courant. Je ne veux pas aller là où tout le monde va » – Patricia, Génie minier, Chili). On peut observer que ce dernier cas s’oppose à la préférence souvent affichée pour les pays « du premier monde ».

34En outre, on a pu observer une hiérarchie entre les universités participantes. Par exemple, l’Université de Buenos Aires (UBA) apparaît dans le discours des étudiants comme supérieure aux autres (« Si j’allais à l’UBA, je sais que ça m’aiderait sur le plan académique » – Ana, Sciences sociales, Argentine ; « Mon intérêt était pour l’université elle-même. […] UBA m’a attirée, l’infrastructure, le profil des spécialistes de ma discipline » – Aline, Gestion publique, Argentine).

35Les classements internationaux peuvent jouer un rôle dans cette hiérarchie établie entre les universités. Selon B. Darchy-Koechlin (2008 : 416), ces classements, utilisant parfois des critères polémiques, tentent « de guider le choix des individus. […] Face à une offre abondante et hiérarchisée, les individus peuvent opter pour des stratégies de conquête [audacieux], de statu quo [maintien du statu quo] ou de repli [résignation] » (« J’ai regardé le classement des universités latino-américaines sur Internet. Vous avez les universités brésiliennes, chiliennes quelques universités argentines au milieu, et toutes les autres sont au bas du classement », Luciana, Architecture, Chili). Les classements des universités sont largement diffusés dans les médias brésiliens, ce qui contribue à créer une image sociale des universités à travers le monde. En ce sens, les universités nord-américaines et d’Europe occidentale sont connues et plus valorisées que les autres. Comme M. Ballatore l’écrit (2011), il n’est pas possible de distinguer ce qui résulte d’une réelle « qualité » d’étude de ce qui résulte des « symboles » et des « étiquettes ». En mai 2013, un classement élaboré par le site spécialisé QS Universities a été largement diffusé dans les médias brésiliens. Selon ce classement, parmi les 150 meilleures universités d’Amérique latine, 50 étaient brésiliennes.

  • 12  Après trois ans d’inaction, l’UFMG a réactivé le programme MARCA en 2013, permettant à ses étudian (...)

36Comme l’illustre le tableau 5 (infra), qui fournit le classement des universités du programme ESCALA par le site QS Universities, il semble y avoir une grande différence entre les universités et les pays participants. Cette disparité pourrait se traduire ou même expliquer en partie le désintérêt des étudiants brésiliens d’étudier dans une autre université latino-américaine, car ils pourraient imaginer que leur séjour à l’étranger ne serait pas bénéfique. Comme le dit Luciana, qui avait vérifié les classements avant de faire son choix (« Je ne serais pas allée dans un pays où je n’étais pas sûre de la qualité de l’enseignement » – Architecture12, Chili).

Tableau 5 – Position des universités ESCALA dans le classement QS Universities

Université

Pays

Position au classement

USP

Brésil

1

UNICAMP

Brésil

3

UFMG

Brésil

10

UNESP

Brésil

11

UBA

Argentine

12

USACH

Chili

13

UFRGS

Brésil

14

UNC

Argentine

22

UNLP

Argentine

24

UFSCar

Brésil

29

UFPR

Brésil

37

UNR

Argentine

45

UFSC

Brésil

49

UNMdP

Argentine

56

UNCuyo

Argentine

62

UNT

Argentine

68

UFSM

Brésil

70

UDELAR

Uruguay

76

UNA

Paraguay

78

UNL

Argentine

86

UFG

Brésil

91

UMSA

Bolivie

161 -170

UNNE

Argentine

201-250

UMRPSFXCH

Bolivie

non classée

UPLA

Chili

non classée

UNE

Paraguay

non classée

UNI

Paraguay

non classée

UNER

Argentine

non classée

Source : QS Universities, 2013.

37L’AUGM est actuellement composé d’universités publiques souhaitant participer au groupe et promouvoir ses programmes et activités, sans système préalable de présélection ou d’évaluation de ses membres. Les documents officiels expliquent que ces universités sont unies par leurs « similarités, leur vocation, leur statut public, leurs structures académiques similaires, et l’équivalence des services proposés », ce qui offrirait les conditions pour « développer leurs activités de coopération avec de certaines perspectives de viabilité » (AUGM, n.d.). Théoriquement, les universités de l’AUGM devraient donc avoir le même niveau de qualité. Néanmoins, lorsque l’on examine les classements internationaux, la structure des universités ainsi que les opinions des étudiants, on constate une inégalité d’appréciation qui peut porter atteinte à « l’attractivité » de certaines universités et donc de certains pays.

38L’étudiante Ana nous précise les limites et problèmes du programme ESCALA : « Je pense qu’il devrait y avoir une norme de qualité. Dans mon cas, l’université était vraiment très mauvaise. […] J’ai l’impression d’avoir perdu un semestre là-bas. D’un point de vue académique, j’ai perdu un semestre. Ils devraient améliorer le niveau de qualité des universités » (Sciences sociales, Argentine).

  • 13  Pour une discussion sur la qualité et l’évaluation dans le programme Erasmus, voir Ballatore (2011 (...)

39La question de la norme qualité est posée différemment dans le cadre du programme Erasmus qui stipule que les universités participantes doivent avoir une « Charte universitaire Erasmus », délivrée par la Commission européenne, définissant les principes et critères pour « garantir la qualité du programme en établissant certains principes fondamentaux » (Commission européenne, n.d., non paginé)13.

  • 14  L’assurance est financée grâce à un partenariat de l’Université avec la banque Santander.

40Contrairement à M. Souto-Otero et alii (2013), qui ont analysé les obstacles potentiels à la participation des étudiants au programme Erasmus, notre objectif n’est pas de faire une recherche sur les limites du programme ESCALA. Néanmoins, elles sont apparues tout au long du processus. L’une des limites les plus importantes mentionnée dans les entretiens est la destination elle-même. Du moins pour les étudiants brésiliens interrogés, la plupart des universités sud-américaines ne sont pas considérées comme des destinations hautement désirées pour leur période de mobilité. À long terme, ceci peut conduire à une réduction du nombre de participants, comme c’est le cas à l’UFMG. La différence de qualité entre les universités influe également sur le flux d’étudiants, puisqu’il y a dans le même groupe des universités très prestigieuses et des universités moins connues. Comme il est expliqué plus haut, la répartition des places est décidée chaque année par chaque université et peut être modifié à chaque fois. Par conséquent, un étudiant intéressé ne peut pas planifier sa période de mobilité à l’avance, ce qui peut limiter l’accès de certains étudiants. Le fait que les places soient souvent limitées à un certain cursus ou domaine d’études peut également être considéré comme un facteur de limitation, puisque certains domaines avec une plus forte demande ne seront pas forcément disponibles. Un autre point concerne le fait que le financement des étudiants dépende de chaque université. Tandis que l’université d’accueil est en charge de l’hébergement et des frais alimentaires des étudiants, d’autres dépenses peuvent êtres couvertes ou pas par l’université d’accueil ou d’origine. Par exemple, l’assurance maladie des étudiants de l’UFMG est prise en charge par l’université14, ainsi qu’une partie de leur billet d’avion. L’UFMG propose également la prise en charge du transport pour les étudiants entrants, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans d’autres universités. En outre, les universités proposent des structures différentes pour recevoir les étudiants : dans des cas comme l’UNL et l’UFMG, ils disposent de résidences universitaires tandis que dans d’autres universités comme l’UDELAR et l’UBA, les étudiants vivent dans des gîtes touristiques. En parlant de son logement dans un gîte, un étudiant interrogé explique : « C’était difficile d’étudier là-bas, presque impossible. On devait aller ailleurs pour travailler. C’est assez contradictoire de vivre dans un gîte pendant un cursus universitaire » (Bernardo, Sciences sociales, Uruguay).

41Enfin, les conditions financières et matérielles peuvent grandement varier au sein du programme, du fait d’une différentiation entre les universités, puisque certaines peuvent être plus attrayantes que d’autres d’un point de vue matériel. Il est important de souligner que « la mobilité est coûteuse pour les individus ainsi que pour les universités » (Christene et al., 2006 : 240). Par conséquent, ces différences financières et matérielles dans le programme peuvent être le reflet de la situation des universités dans le groupe, à savoir, certaines d’entre elles ont plus de ressources que d’autres et peuvent donc offrir plus d’avantages aux étudiants.

42Certains étudiants se sont sentis laissés à l’abandon et estiment que « recevoir un meilleur suivi ferait une grande différence » (Bernardo, Sciences sociales, Uruguay) dans leur évaluation finale de l’expérience. Comme le souligne Ana (Sciences sociales, Argentine), ils ont affaire à « un tout nouveau système d’enseignement, tout est nouveau, il faut apprendre comment les choses fonctionnent en quatre mois ».

43Dans l’Union européenne, la Déclaration de Bologne (1999) a facilité la mobilité dans la région. Les étudiants européens mobiles peuvent valider leurs crédits puisque les systèmes d’enseignement supérieur sont conçus pour être équivalent entre eux, en suivant les mêmes cycles d’étude, et le Système européen de transfert et d’accumulation de crédits (ECTS). Dans les pays d’Amérique latine, cette équivalence n’existe pas, ce qui signifie que les étudiants mobiles doivent faire face à des systèmes différents lorsqu’ils voyagent. Tandis que les étudiants du programme Erasmus ont un système universitaire adapté pour recevoir des étudiants mobiles, les étudiants du programme ESCALA doivent s’adapter aux différences structurelles. Au Brésil, par exemple, les matières changent chaque semestre, tandis qu’en Argentine, elles durent un an (« C’était perturbant car les cours duraient toute une année et je n’allais rester que six mois, les cours n’étaient pas par semestre » Ana, Sciences sociales, Argentine). La différence des systèmes peut également conduire à des problèmes pour valider les crédits à l’étranger, bien que la validité automatique soit l’un des postulats de départ du programme (Salto, 2010). Nous pouvons remarquer que contrairement à l’Europe, l’internationalisation de l’enseignement supérieur en Amérique latine ne concerne pas encore la structure réelle des universités.

Conclusion

44La croissance du nombre total de participants au programme ESCALA confirme que les individus et les universités sont de plus en plus à la recherche d’une forme d’internationalisation en vue d’améliorer leur parcours universitaire. Quelques rares études ont montré que cette demande est portée par un désir de qualification professionnelle (améliorer son CV, développer ses compétences linguistiques, etc.), mais également par des objectifs identitaires (Nogueira et al., 2008). Mais il subsiste un besoin d’approfondir les recherches sur la configuration complexe de la mobilité étudiante sud-américaine et ses effets. Ainsi, des études sur les différentes caractéristiques des mobilités indépendantes et institutionnelles (Ballatore & Blöss, 2008 ; Erlich, 2012) pourraient être davantage développées, de même que des études évaluant les conséquences de cette expérience à l’étranger sur les trajectoires d’étude et d’insertion professionnelle (Aydin, 2012), ou encore concernant les politiques en matière de mobilité des étudiants (Findlay, 2010).

45Il ressort de cette enquête que la mobilité n’est pas homogène en termes de destination. L’analyse du programme ESCALA nous a permis de vérifier que même si la mobilité Sud-Sud a augmenté ces dernières années, elle reste « la solution possible » et non « la solution la plus souhaitée ». Les destinations les plus souhaitées pour les étudiants latino-américains sont toujours l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord, avec leurs universités et instituts de recherche traditionnellement réputés. Cet enthousiasme pour les pays du Nord et cette dépréciation du Sud chez les étudiants traduit une inégalité symbolique des pays. A. C. Wagner (1998) distingue des pays culturellement dominants, à savoir ceux dotés « d’une reconnaissance internationale de ce qui est national », de ceux qui ont « une reconnaissance nationale de ce qui est international ». On constate que la voie “possible” via ESCALA comprend également ses hiérarchies en termes de pays et d’universités, ce qui témoigne d’une certaine dissymétrie migratoire. Comme le souligne B. Darchy-Koechlin (2008 : 416), l’internationalisation de l’éducation encourage la concurrence entre « les systèmes et les individus, modifiant simultanément les hiérarchies individuelles et institutionnelles aux niveaux national et international ». La suprématie apparente de certains établissements et pays dans le programme pourrait accentuer des écarts existants, à savoir les universités membres réputées pourraient voir leur prestige augmenter tandis que d’autres universités pourraient voir leur statut baisser dans la région, créant ainsi une « inégalité entre les établissements et les pays en termes de prestige » (Ballatore & Blöss, 2008 : 73). En contrepartie, les étudiants qui sont économiquement obligés de se contenter de la solution “possible”, voient dans des initiatives telles que le programme ESCALA, l’une des rares occasions de mobilité internationale, puisque les frais financiers sont – comme on le sait – le plus souvent extrêmement élevés. En ce sens, le programme peut être considéré comme un moyen de démocratiser l’expérience de mobilité.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon (C.) & Xavier-de-Brito (A.), 2009, Les étudiants étrangers à Paris – Entre affiliation et repli, Paris, L’Harmattan.

Augm, 2012, « Movilidades 2000-2011 », Informe ESCALA Estudiantil, Secretaría Ejecutiva Associación Universitaria Grupo Montevideo, (non paginé).

Augm, n.d., ¿Quiénes somos?, http://www.grupomontevideo.edu.uy/index.php/institucional/iquienes-somos

Aydin (S.), 2012, « “I am not the same after my Erasmus”: A Qualitative Research », The Qualitative Report, vol. 17, pp. 1-23.

Ballatore (M.) & Blöss (T.), 2008, « Le sens caché de la mobilité des étudiants Erasmus », in Dervin et Byram (dir.), Échanges et mobilités académiques – Quel bilan ?, Paris, L’Harmattan, pp. 17-42.

Ballatore (M.), 2011, « Échanges internationaux en Europe et apprentissages. L’exemple de la mobilité étudiante institutionnalisée par le programme Erasmus », Cahier de la Recherche sur l’éducation et le savoirs, Hors-série, n° 3, pp. 149-166.

Cattan (N.), 2004, « Genre et mobilité des étudiants en Europe », Espace populations sociétés, n° 1, pp. 15-27.

Christense (K.), Myklebust (J.) & Andersen (B.), 2006, « The Bologna Process from Cerlin 2003 to Bergen 2005: A discussion of the instruments for increased cooperation between universities », in A. Gazzola et S. Almeida (dir.), Universidade: Cooperação e Diversidade, Belo Horizonte, Editora UFMG, pp. 215-241.

Cicchelli (V.), 2008, « Connaître les autres pour mieux se connaître : les séjours Erasmus, une Bildung contemporaine », in Dervin et Byram (dir.), Échanges et mobilités académiques – Quel bilan ?, Paris, L’Harmattan, pp. 139-162.

Darchy-Koechlin (B.), 2008, « Internationalisation des formations », in A. Van Zanten (dir.), Dictionnaire de l’éducation, Paris, PUF, pp. 414-416.

Dervin (F.) & Byram (M.), 2008, Échanges et mobilités académiques – Quel bilan ?, Paris, L’Harmattan.

Ephiphane (D.), 2008, « Éducation des Filles », in A. Van Zanten (dir.), Dictionnaire de l’éducation, Paris, PUF, pp. 331-335.

Erasmus, 2010, Lifelong Learning Programme: The Erasmus Programme 2008/2009 A Statistical Overview, Bruxelles, Commission européenne.

Erlich (V.), 2012, Les mobilités étudiantes, Paris, La Documentation Française.

European Comission, n.d., Erasmus University Charter, http://ec.europa.eu/education/erasmus/euc_en.htm

European Parpliament, 2010, Improving the participation in Erasmus programme, Bruxelles, Parlement européen.

Findlay (A.), « An Assessment of Supply and Demand-side Theorizations of International Student Mobility », International Migration, vol. 49, n° 2, pp. 162-190.

Gérard (E.) & Didou-Aupetit (S.) (dirs), 2009, Fuga de cerebros, movilidad académica y redes científicas. Perspectivas latinoamericanas, Mexico, IESALC/CINVESTAV/IRD.

Kennedy (A.), 2010, « Global Trends in Student Mobility », in International Students: the New Skilled Migrants, Toronto, http://www.wes.org/ca/events/KENNEDY_StudentMobility.pdf

Marry (C.), 2000, « Filles et garçons à l’école », in De Singly (dir.), La famille : l’état des savoirs, Paris, La découverte, pp. 283-292.

Nogueira (M.-A.) & Aguiar (A.), 2008, « La formation des élites et l’internationalisation des études : peut-on parler d’une bonne volonté internationale ? », vol. 21, pp. 105-119.

Nogueira (M.-A.), Aguiar (A.) & Ramos (V.), 2008, « Fronteiras desafiadas: a internacionalização das experiências escolares », Educação e Sociedade, vol. 29, maio/ago, pp. 355-376.

Pichon (L.-A.), Comte (M.) & Poulard (X.), 2002, Les étudiants en séjour d’études à l’étranger Qui ? Pourquoi ? Comment ?, Lyon, Observatoire Universitaire Régional de l’Insertion Professionnelle, http://perso.univlyon2.fr/~comtem/ourip/02sejour.pdf

Qs Universities, 2013, QS Latin American University Rankings, http://www.topuniversities.com/university-rankings/latin-american-university-rankings/2013

Ramos (V.), 2009, « Perfil e motivações dos estudantes participantes do “Programa de Mobilidade Discente Internacional para a Graduação” da UFMG », Master dissertation in Education, UFMG, Brasil.

Ruano-Borbalan (J.-C.), 2008, « Mondialisation », in A. Van Zanten (dir.), Dictionnaire de l’éducation, Paris, PUF, pp. 481-485.

Salto, 2010, « Cooperación académica internacional en universidades del Mercosur », in X Coloquio International sobre Géstion Universitária en América del Sur, Mar del Plata, (non paginé).

Souto-Otero (M.), Huisman (J.), Beerkens (M.), De Wit (H.) & Vijic (S.), 2013, « Barriers to International Student Mobility: Evidence From the Erasmus Program », Education Researcher, vol. 42, n° 2, pp. 70-77.

Unesco, 2009, Global Education Digest 2009: Comparing Education Statistics Across the World, Montréal, Institut de Statistique de l’Unesco.

Unesco, 2010, Unesco Science Report 2010: The Current Status of Science Around the World, Paris, Éditions Unesco.

Unesco, 2012, World Atlas of Gender Equality in Education, Paris, Unesco.

Wagner (A.-C.), 1997, « L’enseignement international et la préparation aux affaires », Entreprises et Histoire, n° 14-15, pp. 111-121.

Wagner (A.-C.), 1998, « Les nouvelles élites de la mondialisation », Paris, PUF.

Zarate (G.), 1999, « La mobilité transnationale en éducation : un espace de recherche », Revue Française de Pédagogie, n° 129, oct.-nov.-déc., pp. 65-72.

Haut de page

Notes

1Selon la définition de l’Unesco (2009 : 35), un étudiant mobile sur le plan international est une personne « qui étudie dans un pays étranger dont elle n’est pas résidente permanente ».

2  Les inscriptions dans l’enseignement supérieur ont augmenté dans la région, atteignant 17,8 millions d’étudiants en 2007. Depuis 2000, la hausse des inscriptions s’est accélérée, atteignant ces dernières années un taux de croissance annuel de 6,8 % (Unesco, 2009 : 10).

3  Le taux de mobilité désigne ici le nombre d’étudiants du supérieur d’un pays qui étudient à l’étranger. Bien que le nombre d’étudiants mobiles sur le plan international ait augmenté ces dernières années, le taux de mobilité est resté plutôt stable en raison également d’une hausse des inscriptions dans l’enseignement supérieur. En 1980, le taux moyen de mobilité sortante était de 2,2 %, ce qui représentait 1,1 millions d’étudiants ; plus de vingt ans après, en 2008, le taux était de 2 %, soit 3,1 millions d’étudiants (Kennedy, 2010).

4  Si l’on considère tous les pays participants, Erasmus englobe en moyenne 1 % des étudiants (Erlich, 2012 : 103). Au cours de l’année académique 2008/2009, 198 523 étudiants ont participé au programme Erasmus : 168 193 d’entre eux ont étudié à l’étranger et 30 330 ont effectué des stages à l’étranger (Erasmus, 2010 : 10).

5  Les entretiens ont été réalisés en 2009 et 2013 par les chercheurs au domicile des personnes interrogées ou au sein de l’université, d’une durée de 30 mn à 1 heure. Pendant ce laps de temps, les personnes interrogées ont également répondu à un questionnaire. Des questions et des clarifications ont été demandées par courrier électronique le cas échéant. Les étudiants interrogés ont une vingtaine d’années, évoluent dans un milieu urbain, n’ont aucune voire peu d’expérience en matière de voyages internationaux, et sont issus de la classe moyenne. Chacun d’entre eux poursuivait ses études de premier cycle au moment de sa période de mobilité. Nous avons également interrogé deux coordinateurs du programme à l’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG), afin de recueillir leurs points de vue ainsi que des données complémentaires. Pour des raisons pratiques, l’entretien avec le coordinateur général du programme ESCALA a été effectué par courrier électronique.

6  Le problème lorsque l’on compare cette variable est que les différents programmes divisent les domaines d’études différemment, ce qui rend une comparaison directe entre eux très compliquée.

7  La position de la filière commerciale est soulignée par J. C. Ruano-Borbalan (2008 : 482) : « Les diplômes américains, principalement dans les domaines liés à la technologie, au commerce et à la gestion (particulièrement le MBA) sont devenus une norme mondiale qui est exportée ou acquise grâce à la formation à distance ou par le biais d’accords avec d’autres universités de l’autre côté de l’Atlantique. »

8  Le pourcentage d’étudiantes mobiles est proportionnellement supérieur à la population étudiante totale, dans laquelle elles représentent 53,94 % dans les 31 pays participants au programme Erasmus (Erasmus, 2010 : 29).

9  Pour une discussion approfondie sur la relation entre le genre et le domaine d’études, voir D. Épiphane (2008 : 331-335).

10  Dans le cas de l’UFMG, les étudiants font l’objet d’une analyse socio-économique. Selon les résultats, les billets peuvent être remboursés à 50 %, 80 % ou 100 % (pour ceux ayant les plus faibles revenus familiaux).

11  Cependant, plus tard pendant l’entretien, elle révèle qu’elle craignait d’aller aux États-Unis ou en Europe par peur d’avoir des difficultés à s’adapter ou à se faire accepter.

12  Après trois ans d’inaction, l’UFMG a réactivé le programme MARCA en 2013, permettant à ses étudiants en architecture de pouvoir passer un semestre dans une autre université sud-américaine. Selon le coordinateur de l’UFMG, après une forte campagne de promotion du programme, seul un étudiant était intéressé. Une autre preuve pouvant confirmer l’hypothèse du manque d’attractivité de l’Amérique du Sud pour les étudiants de l’UFMG.

13  Pour une discussion sur la qualité et l’évaluation dans le programme Erasmus, voir Ballatore (2011).

14  L’assurance est financée grâce à un partenariat de l’Université avec la banque Santander.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Nombre de participants au programme ESCALA – 2000-2011
Légende Source : AUGM, 2012.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 – Nombre d’étudiants de l’UFMG inscrits dans des universités ESCALA (en gris) et nombre d’étudiants ESCALA inscrits à l’UFMG (en noir) 2004-2012
Légende Source : Bureau des relations internationales de l’UFMG.
URL http://cres.revues.org/docannexe/image/2616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Alice Nogueira et Viviane Ramos, « Mobilité des étudiants sud-américains : le cas du programme ESCALA », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 13 | 2014, 97-118.

Référence électronique

Maria Alice Nogueira et Viviane Ramos, « Mobilité des étudiants sud-américains : le cas du programme ESCALA », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cres.revues.org/2616

Haut de page

Auteurs

Maria Alice Nogueira

Sociologue de l’éducation, Universidade Federal de Minas Gerais. malicen@terra.com.br

Viviane Ramos

Sociologue de l’éducation, Universidade Federal de Minas Gerais. vivianeramos@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org