Navigation – Plan du site
Dossier : Observer les mobilités étudiantes Sud-Sud

Une université privée égyptienne dans le nouveau marché international de l’enseignement supérieur

A new venue for receiving students from abroad? An Egyptian private university in the new international market of higher education
Daniele Cantini
p. 167-179

Résumés

Comme c’est le cas pour l’ensemble des migrations, s’agissant des mouvements d’étudiants, l’Égypte présente aussi les deux côtés d’une même médaille – un point de départ pour beaucoup, notamment pour les États-Unis et différents états européens, et un pays receveur. Cet article se focalise sur les nouvelles universités privées égyptiennes, des institutions à but lucratif créées depuis 1996 et qui se multiplient dans tout le pays, et particulièrement sur la plus importante d’entre elles, l’Université du 6 octobre (O6U), à partir d’une recherche ethnographique en 2010 et 2012. L’article permet d’appréhende, à travers le cas de ces nouvelles universités privées, l’importance de la mobilité étudiante Sud-Sud au cours des quinze dernières années en Égypte, tout en considérant les politiques de réforme de l’éducation supérieure en cours dans le pays.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une discussion sur les débats plus anciens concernant le rôle politique de l’éducation et l’a (...)
  • 2  Les citations sont tirées du site officiel du ministère, www.egy-mhe.gov.eg (consulté le 03/11/201 (...)
  • 3  Depuis février 2011, l’Égypte a changé sept fois de ministre de l’Éducation supérieure.

1Le rôle de pôle régional de l’Égypte a été historiquement construit à partir des années 1950. Depuis la révolution de 19521, les discours sur le rôle de l’éducation pour la nation sont centraux dans le débat public égyptien, et ils se recoupent souvent avec des discours politiques développementalistes et égalitaristes. C’est en ce sens que doit être comprise la volonté actuelle de promouvoir l’internationalisation de l’enseignement supérieur, dans les discours ministériels. Ainsi, lors d’une cérémonie officielle d’ouverture de l’Université d’Helwan en octobre 2011, le ministre de l’Éducation supérieure assure-t-il les ambassadeurs étrangers et le public de la volonté de l’Égypte d’établir : « des relations culturelles et scientifiques avec divers pays dans le monde, convaincue de l’importance des échanges culturels et des ponts de communication entre les civilisations des différentes nations ». Il précise aussi que l’Égypte : « accueille la plus large concentration d’étudiants africains de divers pays du bassin du Nil et des pays arabes et islamiques, soit plus de 27 milliers d’étudiants et les expatriés étudiants dans les universités égyptiennes viennent de plus de 120 pays ». Ces étudiants sont désignés comme : « les ambassadeurs de leur pays quand ils viennent en Égypte, et les meilleurs ambassadeurs de l’Égypte quand ils reviennent dans leur pays »2 d’origine. Lors d’une autre manifestation culturelle, le nouveau ministre de l’Éducation supérieure3 déclare à l’Université du Caire soutenir la : « pratique de la démocratie dans les universités et en appel au besoin de préserver l’unité et la cohérence de la communauté universitaire à l’abri des interférences étrangères » ; et plus loin : « nous devrions tous faire des efforts sincères pour maintenir la sécurité des étudiants, des installations des universités et des facultés, tout spécialement dans les circonstances actuelles du pays. »

  • 4  Voir par exemple les recommandations finales incluses dans le rapport de l’OCDE 2010, « Les instit (...)
  • 5  « Au niveau gouvernemental, il apparaît qu’il n’y a pas de politique explicite et intégrée sur l’i (...)

2L’Égypte reçoit actuellement plus d’étudiants qu’elle n’en envoie : 0,3 % des étudiants des universités égyptiennes poursuivent leurs études à l’étranger, contre 1,3 % d’étudiants étrangers en Égypte (al-talabah al-wafideen), selon le rapport de l’OCDE de 2010. Pourquoi la mobilité étudiante, particulièrement la mobilité entrante, est-elle encouragée en Égypte ?4 Quel est le profil d’étudiants particulièrement recherché dans l’enseignement supérieur privé ?5 Quelles sont les politiques mises en place pour soutenir un tel effort ?

3La question de la mobilité étudiante Sud-Sud est examinée ici sous l’angle des nouvelles universités privées égyptiennes qui veulent attirer les étudiants étrangers, en particulier ceux des pays du Golf (dénommés étudiants “arabes”). Seront soulignés les récents changements dans la gouvernance des universités en Égypte et l’un de ses aspects importants, le marché des étudiants dans le cadre d’un développement du secteur privé de l’enseignement supérieur.

  • 6  Ancien Chef d’État égyptien.

4Sera avancée l’hypothèse que les récentes universités privées égyptiennes développent des stratégies internationales afin de renforcer leur importance à l’échelle régionale (MENA). Ces stratégies s’inscrivent aujourd’hui dans un contexte concurrentiel et bien différent de celui des années 1950. Contrairement aux phases précédentes du développement éducatif, les enjeux de l’internationalisation sont moins d’ordre religieux, comme dans le cas d’Al-Azhar, ou politique comme pendant l’ère de Nasser6, qu’économique en conformité avec un esprit du temps néolibéral et les politiques de recommandations des experts internationaux.

5Après avoir brièvement passé en revue la littérature sur la dimension historique de la mobilité étudiante en Égypte, l’attention sera portée sur l’essor récent des universités privées à but lucratif et leur « soif » d’étudiants étrangers, soutenues en cela par les politiques étatiques. L’exemple de l’Université du 6 Octobre permet d’illustrer les logiques régionales, nationales et aussi urbaines qui sous-tendent l’enjeu d’internationalisation de ce type d’établissements. La conclusion aborde enfin certains des changements qui ont eu lieu ces trois dernières années, dans un contexte post-révolutionnaire aux conséquences importantes sur la mobilité étudiante.

Quelques remarques historiques sur la mobilité étudiante en Égypte

  • 7  Pour une discussion de ces modèles dans la région, voir Hanafi (2011).

6L’Égypte occupe une position géopolitique importante, de par sa localisation, sa taille et son histoire. Historiquement, c’est un pays d’accueil pour les étudiants de la région du MENA. L’histoire du secteur de l’éducation en Égypte est plutôt longue et complexe. Ici, seuls des éléments de cadrage sur les principaux types d’universités7 seront considérés.

7L’actuelle Université publique du Caire, d’abord créée comme une entreprise libérale et privée en 1908, fut nationalisée en 1925 quand elle devint l’Université Fuad I. Son enseignement prônait une éducation libérale dans les arts et les humanités, proposée par des professeurs le plus souvent étrangers (européens) qui enseignaient différemment et sur des sujets liés à l’orientalisme. En réponse à une volonté étatique de développer l’enseignement supérieur, deux autres universités furent créées, l’une à Alexandrie en 1942 et l’autre au Caire (Ain Shams) en 1950. Ce mouvement d’expansion a continué à plus grande échelle après la révolution de 1952, lorsque le système d’éducation fut pleinement intégré dans les objectifs sociaux et politiques du nouveau régime. Cette volonté politique fut clairement entérinée par un amendement constitutionnel, qui précisait que tous les Égyptiens devaient avoir la possibilité d’accéder à l’éducation supérieure. Cela eut pour conséquence une croissance significative des effectifs, s’appuyant notamment sur la classe moyenne (Reid, 1990). Au même moment, de nouvelles facultés furent créées, avec un intérêt marqué pour les sciences « dures », particulièrement dans le domaine de l’ingénierie. Dans les décennies suivantes, ce type d’université – publique, dont l’enseignement et la recherche sont en arabe, presque sans frais de scolarité et avec un système de recrutement élargi – s’est répandu dans tout le pays, en commençant par Alexandrie, et a accueilli la grande majorité des étudiants. L’Université du Caire joua un rôle régional à l’apogée de l’ère Nasser, lorsque le panarabisme était au plus haut. L’idéologie développementaliste et égalitariste d’éducation pour tous fut étendue à d’autres pays arabes, musulmans ou africains, auprès desquels l’Égypte, malgré ses restrictions économiques, proposait des bourses d’études. En retour, cela permettait à l’Égypte de jouer un rôle crucial dans le développement de ces pays.

8Ce modèle d’université est maintenant en crise, bien qu’il soit de loin le modèle le plus répandu en Égypte où on compte plus de 22 universités publiques. La chute de Nasser est un élément d’explication à la crise de ce système. L’explosion du nombre d’étudiants en Égypte en est un autre : la massification étudiante ne pouvait plus être soutenue par la croissance du personnel enseignant et des infrastructures et laissait de nombreuses facultés désespérément en crise. Dans les dernières années, des efforts ont été faits pour privatiser partiellement certains domaines d’enseignement dans les meilleures facultés de l’Université du Caire, en ouvrant par exemple des sous-sections en langues étrangères, en pratiquant des frais d’inscription élevés pour limiter l’accès à certaines filières.

9Parallèlement à ce premier type d’université, d’autres universités religieuses ont vu le jour en Égypte. La plus renommée est Al-Azhar, fondée au Xe siècle sous les Fatimides, puis intégrée dans le système étatique d’éducation. En 1961, sous Nasser, alors à l’apogée de son pouvoir, Al-Azhar fut nationalisée, et son programme modernisé pour inclure les sciences et les langues à côté des études canoniques de la jurisprudence, du droit et de la théologie islamique, et de la langue arabe. Al-Azhar fut historiquement, et le reste encore, une institution ouverte aux étudiants étrangers, venant d’Afrique de l’Ouest ou d’Asie de l’Est (Abaza, 1994). Sélectionnés et recrutés pour venir au Caire, ces étudiants étrangers reçoivent un logement et perçoivent une bourse égyptienne afin de répandre le da’wa (« l’appel », en termes de prosélytisme), dans les pays africains et asiatiques où vivent les musulmans (Bava, 2009). Selon un récent rapport du programme Tempus UE, 38 % des étudiants étrangers en Égypte sont attirés par Al-Azhar dans ses différentes branches et facultés, tandis que les nouvelles universités privées en recrutent 31 % (European Commission, 2010).

  • 8  On peut citer d’autres exemples dans la région du MENA, notamment au Liban: l’Université Saint Jos (...)
  • 9  Nommée plus tard l’Université américaine de Beyrouth.

10Historiquement, il est aussi important de rappeler la création dès 1919 de l’Université américaine du Caire (UAC)8. La fondation de l’UAC fut directement liée aux activités des missionnaires protestants du Moyen-Orient. Construite sur le modèle du Robert College à Istanbul et sur celui du Collège protestant syrien9, l’UAC devait se consacrer à l’éducation évangélique. Cependant, devant l’échec de ce projet initial – les conversions de l’Islam au christianisme étant extrêmement difficiles –, son directeur réorienta ses objectifs et se concentra sur la mise en place et le développement d’un modèle libéral d’éducation basé sur une morale chrétienne évangélique (Murphy, 1987). La première promotion d’étudiants était constituée d’une majorité d’étudiants égyptiens chrétiens et de minorités (Grecs, Arméniens et Juifs). En raison de ses frais de scolarité élevés et de ses exigences linguistiques, dès le début, le recrutement des étudiants à l’UAC resta restreint à une élite minoritaire (Ahmad, 2011). L’UAC a principalement répondu aux besoins des classes supérieures d’Égypte des années 1920 et 1930. À la différence de l’Université américaine de Beyrouth, l’Université américaine du Caire a eu une influence régionale réduite. Aujourd’hui encore, son accès y est très sélectif (Hanafi, 2011).

11Depuis les années 1990, l’Égypte, à l’instar d’autres pays arabes – comme la Jordanie ou la Syrie, et certains pays du Maghreb – a encouragé le développement de la privatisation de l’enseignement supérieur. En une seule année – 1996 – quatre universités privées furent ouvertes en Égypte (Misr International University, Misr University for Science and Technology, Moderne Sciences and Arts University, et October 6 University). Dans les années 2000, vingt universités privées, y compris des universités française, allemande, canadienne, russe et britannique, furent ouvertes et sont principalement situées dans les villes satellites du désert, en périphérie du Caire. Les universités privées en Égypte ne reçoivent pas de financement d’État ; elles sont uniquement dépendantes de leurs propres ressources (frais de scolarité payés par les étudiants et éventuels soutiens financiers de fondations et sociétés), et sont donc soumises à des exigences de rentabilité. Face aux vives polémiques que leur développement a pu susciter, il est répondu qu’elles compensent la situation de crise des universités publiques. Mais jusqu’à récemment, plus de quinze ans après leur création, ces universités ne recrutent qu’un faible nombre d’étudiants (8 % du total des étudiants de l’enseignement supérieur en 2009) (Farag 2009). Elles ne jouent pas un rôle significatif dans le paysage de l’éducation supérieure nationale et elles ne contribuent pas à la recherche (une loi les empêche de proposer des cours de troisième cycle, à l’exception de l’UAC qui a acquis une certaine légitimité historique). Pourtant ce sont ces institutions qui admettent la plus grande part des étudiants internationaux venant en Égypte.

Les nouvelles universités égyptiennes et la mobilité étudiante Sud-Sud

12Comme Sylvie Mazzella (2008) l’a montré à propos des pays du Maghreb, les libéralisations qui ont rendu possible la naissance d’un nouveau type d’universités privées en Égypte, et ailleurs dans le monde arabe, doivent être comprises dans leur contexte, comme une « libéralisation d’État ». Dans le cas égyptien, la relation de ces nouvelles universités privées avec l’État est complexe : il y a un contrôle strict sur les programmes et le nombre d’étudiants admis dans chaque faculté, et ce contrôle est opéré à la fois directement via le ministre de l’Éducation supérieure et indirectement par le processus d’accréditation. De plus, leur présence dans les villes satellites semble indiquer qu’elles font partie intégrante des projets de développement qui ont pour objectif la décongestion de l’agglomération du Caire.

13L’objectif premier est de transformer l’université en une organisation entrepreneuriale en lien avec les secteurs productifs de l’économie. Ce phénomène n’est pas limité à la seule Égypte, comme le remarque Vincent Romani (2009 : 1) : « Alors qu’en 1940 il y avait seulement dix universités dans les pays du MOAN, en l’an 2000 il y avait 140 de ces institutions et en 2007 leur nombre a atteint 260 – dont les deux-tiers ont été fondées après les années 1980 ». De plus, les deux-tiers (environ 70) des nouvelles universités fondées dans le Moyen Orient arabe depuis 1993 sont privées, et une proportion croissante (au moins 50) concerne des branches d’universités occidentales, principalement américaines, particulièrement dans le Golf (Romani, 2009). Le projet de réformer l’éducation supérieure dans l’Orient arabe pour soutenir le développement industriel n’emporte cependant pas l’adhésion des universitaires en sciences sociales (Hanafi, 2011).

14À la différence du modèle d’Al-Azhar ouvert aux étudiants boursiers non arabophones ou de l’Université du Caire basée sur un modèle nationaliste dans un contexte favorable au panarabisme (parmi ses élèves figure Yasser Arafat ; voir Reid, 1990), il semble que la nouvelle “mondialisation étudiante” recherchée en Égypte ces quinze dernières années soit totalement différente. Les étudiants qui sont supposés – du point de vue à la fois des décideurs politiques et des administrateurs des universités privées – remplir ces nouvelles universités payent des frais de scolarité, ils n’ont pas de bourse. Ils ne sont pas considérés comme des coreligionnaires ou des camarades politiques (bien que dans la plupart des cas ils sont à la fois arabes et musulmans), mais plutôt comme des consommateurs d’un genre nouveau dans la société de la connaissance et des nouvelles villes satellites du pays. L’expression même d’“étudiant international” traduit une tension entre d’une part une logique de service public, toujours présente, et d’autre part une logique de marchandisation de l’éducation supérieure qui se manifeste par la concurrence entre différentes institutions pour capter les “meilleurs” étudiants (Mazzella, 2008).

15L’Égypte a sans aucun doute perdu de son attrait auprès d’une fraction d’étudiants étrangers venus d’Afrique et d’Asie durant ces dernières décennies (constat largement débattu dans l’espace public), au profit d’étudiants venus des pays du Golfe. Avec des frais de scolarité situés très en dessous des standards internationaux, un coût de la vie réduit, et – jusqu’en 2011 – un sentiment répandu de stabilité, l’Égypte, et plus particulièrement sa capitale (Le Caire), reste une des destinations prisées par la large classe moyenne qui prospère dans de nombreux pays du Golfe. La plupart des étudiants étrangers en Égypte proviennent en effet du monde arabe. En revanche, les étudiants étrangers non arabes et non arabophones sont le plus souvent inscrits à Al-Azhar (38 %), ce sont principalement des étudiants boursiers asiatiques et africains recherchant une formation théologique. Viennent ensuite les universités privées (31 %) qui regroupent majoritairement des étudiants étrangers arabes, le restant étant inscrit dans les autres établissements étatiques de l’enseignement supérieur (OCDE, 2010 : 191).

16Les nouvelles universités privées proposent des cours dans des domaines relativement nouveaux et attractifs, comme les technologies de l’information, l’informatique, le commerce et les études administratives. Le segment du marché recherché par ces institutions très sélectives est composé d’étudiants qui sont financièrement solvables, grâce au soutien de leurs familles, et qui ont été dissuadés d’émigrer en Europe ou aux États-Unis en raison de coûts d’inscription, de séjour et de voyage trop élevés, de politiques de visa restrictives, ou de longs processus administratifs.

  • 10  Ce terrain d’enquête s’est déroulée en 2010 et en 2012 dans le cadre d’un projet du CRSS (Conseil (...)

17L’étude de l’Université du 6 Octobre (O6U), où j’ai conduit mon terrain d’enquête en 2010 et 201210, permet de préciser la coopération sud-sud selon deux perspectives, celle de l’administration universitaire – son objectif et la manière dont elle met en œuvre ses projets de coopération – et celle de l’expérience vécue des étudiants étrangers de l’enseignement supérieur privé – comment déterminent-ils leur choix ? Comment leur présence est-elle considérée à la fois sur le campus et à l’extérieur ?

L’Université du 6 Octobre (O6U) dans le développement régional et urbain

  • 11  Le dernier chiffre mentionné par le site web officiel de l’université, www.o6u.edu.eg, est de 12 0 (...)

18L’O6U, située dans la ville éponyme à la périphérie ouest de la capitale du Caire, est la plus importante université privée égyptienne en taille et en nombre d’étudiants inscrits comparée à d’autres institutions similaires, et la plus pertinente pour un certain nombre de raisons. Elle continue d’attirer la plus grande proportion d’étudiants : parmi le total de 56 802 étudiants inscrits dans les universités privées en Égypte durant l’année académique 2008/2009, 14 000 étaient inscrits à l’O6U11. Environ 40 % de ces étudiants sont des femmes, les deux tiers sont des étudiants de nationalité égyptienne et un tiers proviennent de différents pays, principalement du monde arabe (en particulier d’Arabie Saoudite et d’autres pays du Golf), tandis que l’Asie du sud est nettement moins représentée. La dimension internationale de l’O6U ressort très clairement au vu de ses multiples accords internationaux avec des institutions étrangères (des universités aux États-Unis, en Europe, et en Asie), et de l’existence de programmes d’échanges, surtout pour les professeurs invités et dans une moindre mesure pour les étudiants. L’exemple de l’O6U mérite aussi d’être étudié pour ses relations étroites avec le gouvernorat local et la communauté de la ville du 6 Octobre. L’université est devenue à la fois une organisation privée orientée vers le profit dans le domaine de l’éducation supérieure, et un instrument fort de planification étatique dans les nouveaux espaces à construire autour de la capitale encombrée.

19L’O6U est considérée comme étant un des plus importants campus privés en Égypte. On y dénombre quatorze facultés, dont quatre dans le domaine médical : un domaine d’études convoité et aux enjeux importants pour la mobilité étudiante Sud-Sud comme Hassan Boubakri et Makrem Mandhouj (2009) le montrent à propos des étudiants marocains dans les filières médicales en Tunisie. Les administrateurs d’O6U négocient constamment avec le ministère l’autorisation d’augmenter le nombre d’étudiants inscrits à la faculté de médecine. Ils avancent l’argument suivant lequel les étudiants internationaux ne vont pas chercher un emploi en Égypte, mais vont plutôt essayer de devenir médecins dans leur pays d’origine. Ouvrir davantage l’accès à cette filière aux étudiants étrangers pourrait augmenter le profit engrangé par l’université puisque la faculté de médecine est la plus chère de l’O6U. Mais le ministère continue de maintenir un numerus clausus. La polémique à ce sujet porte également sur la question de la reconnaissance de la valeur du diplôme de médecin délivré. Selon Hamdi Al-Sayed, ancien président du Syndicat des médecins, le pays ne devrait pas permettre l’accréditation d’un tel diplôme par une université privée, cette dernière n’étant pas véritablement qualifiée, faute de disposer de laboratoires et surtout de ne pouvoir dispenser un troisième cycle. Afin de détourner cette interdiction, l’O6U a toutefois réussi à établir des partenariats de coopération avec l’Université du Caire et son hôpital universitaire, Qasr el-Aini, situé au centre du Caire, ainsi qu’avec l’Université publique d’Helwan, qui autorise les diplômés de l’O6U à poursuivre leurs études de troisième cycle.

20Les conséquences des trois dernières années de troubles n’ont pas encore été réellement mesurées, bien que les responsables de l’établissement observent déjà une baisse du nombre d’étudiants étrangers même si la vie suit son cours ordinaire à l’intérieur du campus. Les étudiants étrangers ont différents points de rencontre, principalement à l’intérieur du campus ainsi que dans ses environs immédiats, tandis que les étudiants égyptiens vivent plus souvent en ville et fréquentent le campus pendant les heures de cours. À l’inverse, les étudiants étrangers vivent généralement dans les résidences de l’O6U – le dortoir des filles (qui compte jusqu’à 260 chambres) est situé sur le campus pour plus de sécurité et celui des garçons (avec 230 chambres) dans les environs immédiats de l’université – ils jouissent d’une liberté qu’ils n’auraient pas auprès de leurs familles. Certains étudiants étrangers de sexe masculin sont autorisés à vivre seuls dans leur appartement. La venue de ces étudiants étrangers participe de l’économie locale : hausse des prix de l’immobilier à proximité du campus et de la location de logements étudiants, construction de magasins d’alimentation et propositions de services adaptés au besoin de cette clientèle. Lors de l’enquête, un administrateur principal de l’O6U dit considérer ces étudiants comme des « touristes culturels », qui offrent l’avantage de rester quatre ans, de consommer sur place et de dépenser en frais de logement. Pour ce groupe d’étudiants, le Caire représente une réalité distante, rarement explorée. Ils adoptent plutôt le mode de vie de la ville nouvelle, construite ces vingt dernières années et située à la périphérie urbaine, plus moderne et loin des problèmes de surpopulation. Ce type de ville est à la recherche de l’étudiant international : un consommateur, non impliqué dans la politique et capable de payer ses dépenses quotidiennes, habituellement grâce au soutien de sa famille.

  • 12  Les conditions d’enquête à l’O6U n’ont pas été facilitées par l’administration de cet établissemen (...)

21Cependant, les étudiants vivant en résidence doivent observer des règles strictes concernant, par exemple, la nourriture, les boissons et des heures d’ouverture. Alors que le couvre-feu pour les filles coïncide avec la fermeture de l’université, les garçons ont droit à un peu plus de liberté (les portes de leur dortoir ferment à 23 heures durant l’année académique, à minuit pendant l’été, et à une heure du matin pendant les fins de semaine). Ces règles sont appliquées par des “responsables” qui supervisent les étudiants en groupe de cinquante et qui traitent des infractions mineures. Pour les violations majeures, la chaîne normale de contrôle s’applique – le directeur du dortoir rapporte l’incident au doyen de la faculté dans laquelle l’étudiant est inscrit et en cas d’infractions graves, le doyen rapporte alors les faits directement au président de l’université. De plus, rester en résidence est peu coûteux – selon son directeur, une année en pension complète dans une chambre partagée coûte autour de 10 000 EGP (environ 1 100 €). Ces deux facteurs – les règles et le coût du logement peu élevé – expliquent le fait que seuls les étudiants des familles les plus pauvres ou les Égyptiens qui viennent de l’extérieur du Grand Caire vivent là. Les relations entre les étudiants égyptiens et étrangers (particulièrement tunisiens et saoudiens) méritent d’être étudiées plus avant. En dépit du manque de données précises à ce sujet12, il m’a été répété que les confrontations entre étudiants sont fréquentes, et que lorsqu’elles ne sont pas résolues rapidement, elles deviennent hors de contrôle (cela est invoqué pour justifier la présence de gardiens sur le campus). Un match de football entre la Tunisie et l’Égypte ou des disputes personnelles peuvent en être la cause. Par exemple, une bagarre entre un étudiant égyptien et un étudiant saoudien dans la faculté de médecine fut suivie de confrontations entre des groupes d’Égyptiens et de Saoudiens.

  • 13  Cela s’applique aux facultés les plus affectées par la concurrence croissante, comme les facultés (...)

22Grâce à des frais d’inscription relativement peu élevés, l’O6U cherche à élargir sa « clientèle » potentielle – puisqu’il s’agit d’un organisme à but lucratif – afin de se placer au mieux dans ce marché concurrentiel. Les chiffres globaux suggèrent cependant que cet effort semble avoir échoué, car le nombre total d’étudiants dont les familles peuvent financer une éducation privée n’augmente pas. De plus, la concurrence augmente aussi au niveau régional – pendant les entretiens, les administrateurs en chef exprimaient leur inquiétude à propos de l’augmentation du nombre d’universités en Arabie Saoudite, le pays d’origine de beaucoup d’étudiants internationaux en Égypte. La concurrence est rude au niveau régional, avec presque 40 % de la population étudiante totale venant des pays arabes – catégorie d’étudiants plus rentable pour l’université parce qu’ils payent des frais plus élevés en plus du logement et des dépenses quotidiennes. Certaines facultés ont dû baisser leurs frais de scolarité, de plus de la moitié dans certains cas13, pour conserver leur attractivité. Cela a des conséquences négatives sur la qualité globale de l’enseignement, qui est de plus en plus pris en charge par des instructeurs contractuels à bas salaires.

Conclusion

23La nouvelle mobilité étudiante Sud-Sud recherchée par les nouvelles universités privées en Égypte est très à l’écoute des normes mondiales de privatisation et d’internationalisation, tout en s’inscrivant dans des préoccupations régionales à l’échelle du MENA et nationales à l’échelle urbaine. Cependant, la situation a changé ces trois dernières années. Depuis la révolution de 2011, le contexte politique instable n’est pas sans conséquence sur la vie étudiante au Caire : des affrontements violents ne sont pas rares, et des étudiants étrangers sont forcés de quitter la ville par souci de sécurité. Ainsi, en août 2013, suite à la répression contre les manifestants pro-Morsi dans différents lieux en Égypte, les pays d’Asie du sud-est ayant de grands nombres d’étudiants en Égypte ont commencé à les évacuer du pays. La Malaisie, la Thaïlande, Singapour et les Philippines ont tous lancé des plans de rapatriement de leurs ressortissants cette semaine-là. Quelques 11 145 Malaisiens étudiaient alors en Égypte, mais environ 7 850 étaient rentrés pour la pause entre les semestres, selon un fonctionnaire du ministère de l’Éducation (Tan & Yojana, 2013). Des inquiétudes similaires sont également exprimées par les étudiants arabes, en particulier saoudiens (ou des ressortissants arabes tels que les expatriés soudanais, yéménites, syriens et jordaniens) (Naffee, 2013).

24La situation se complique dans un contexte de forte concurrence à l’échelle du MENA. Le nombre croissant d’universités privées dans toute la région arabe, et dans un secteur très concurrentiel, peut menacer à court terme le développement de certaines universités privées égyptiennes. L’essor d’universités privées nationales à but lucratif et orientées vers l’international, à l’instar de l’O6U, pourrait être de courte durée si on compare ce type d’établissement à l’Université allemande au Caire ou à d’autres institutions liées en partie à l’étranger dans le cadre de consortium. En outre, la fraction d’étudiants étrangers la plus recherchée par le marché de l’enseignement supérieur – des étudiants aisés capables de soutenir de nombreuses dépenses pour leur études et leur vie quotidienne dans les récentes villes satellites du Caire – pourrait bientôt préférer rester chez elle où l’offre d’éducation continue de se diversifier.

Haut de page

Bibliographie

Abaza (M.), 1994, Islamic Education, Perceptions and Exchanges: Indonesian Students in Cairo, Paris, EHESS.

Ahmed (Y.), 2011, « The American University in Cairo: toward a Corporate Model? », Social Science Research Council, Colloque Arab Universities – Autonomy and Governance, Beyrouth, 6 et 7 janvier 2011.

Bava (S.), 2009, « Itinéraires d’élites musulmanes africaines au Caire », Afrique Contemporaine, n° 231, pp. 187-207.

Boubakri (H.) & Mandhouj (M.), 2009, « Les étudiants marocains en Tunisie. Choix des filières médicales et stratégies », in S. Mazzella (dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris Karthala/IRMC, pp. 299-316.

Cantini (D.), à paraître, « October 6 University – The First Egyptian Private University », Social Science Research Council Website.

European commission, 2010, Tempus Program, http://www.enpiinfo.eu/library/sites/default/files/attachments/egypt_review_of_higher_education.pdf (consulté le 03/11/2013).

Farag (I.), 1999, « La construction sociale d´une identité nationale : enjeux politiques et trajectoires éducatives (Égypte – première moitié du XXe siècle) », Thèse de sociologie politique, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS).

Farag (I.), 2009, La privatisation de l’enseignement supérieur dans le Monde arabe. État des lieux et questions de recherche, Rapport préparé pour SSRC, non publié.

Hanafi (S.), 2011, « University Systems in the Arab East: Publish Globally and Perish Locally vs. Publish Locally and Perish Globally », Current Sociology vol. 59, n° 3, pp. 291-309.

Mazawi (A.), 2007, « ‘Knowledge society’ or work as ‘spectacle’? Education for work and the prospects of social transformation in Arab societies », in L. Farrel et T. Fenwick (dir.), Educating the Global Workforce: Knowledge, Knowledge Work and Knowledge Workers, Londres & New York, Routledge, pp. 251-267.

Mazzella (S.) (dir.), 2008, L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Paris, Maisonneuve & Larose/IRMC.

Murphy (L.), 1987, The American University in Cairo: 1919-1987, The American University in Cairo Press, Le Caire.

Naffee (I.), 2013, « Foreign students in Egypt to postpone their studies », Arab News, 25 Août.

Oecd (Organisation for Economic Co-operation and Development) & World Bank, 2010, Higher Education in Egypt.

Reid (D.), 1990, Cairo University and the Making of Modern Egypt, Cambridge, Cambridge University Press.

Romani (V.), 2009, « The Geopolitics of Higher Education in the Middle East: Frame and Prospects », Crown Center for Middle East Studies, http://www.brandeis.edu/crown/publications/meb/MEB36.pdf (consulté le 03/11/2013).

Tan (E.) & Yojana (S.), 2013, « South East Asian countries begin evacuating students from Egypt », University World News, 22 août.

Zeghal (M.), 2007, « The ‘Recentering’ of Religious Knowledge and Discourse: the case of Al-Azhar in Twentieth-Century Egypt », in R. W. Hefner & M. Qasim Zaman (dirs), Schooling Islam: the Culture and Politics of Modern Muslim Education, Princeton, Princeton University Press, pp. 107-130.

Haut de page

Notes

1  Pour une discussion sur les débats plus anciens concernant le rôle politique de l’éducation et l’accès à la citoyenneté en Égypte dans la première moitié du XXe siècle, voir Farag (1999).

2  Les citations sont tirées du site officiel du ministère, www.egy-mhe.gov.eg (consulté le 03/11/2013).

3  Depuis février 2011, l’Égypte a changé sept fois de ministre de l’Éducation supérieure.

4  Voir par exemple les recommandations finales incluses dans le rapport de l’OCDE 2010, « Les institutions d’éducation supérieure devraient développer des stratégies d’internationalisation intégrées […] et augmenter l’attractivité de l’éducation supérieure égyptienne pour les étudiants et les travailleurs étrangers » (OCDE, 2010: 210). Ou encore l’objectif 5 du rapport PAES (Program d’amélioration de l’éducation supérieure) 2009, « créer des institutions et des programmes d’éducation supérieure (IES) de façon à ce qu’ils soient attractifs pour les expatriés de pays voisins afin qu’ils viennent étudier en Égypte ».

5  « Au niveau gouvernemental, il apparaît qu’il n’y a pas de politique explicite et intégrée sur l’internationalisation de l’éducation supérieure. C’est peut-être compréhensible, étant donné les défis que cela pose; […] Néanmoins, comme l’Égypte cherche à s’insérer dans l’économie de la connaissance, développer une stratégie nationale pour l’internationalisation de l’éducation supérieure n’est pas simplement désirable mais essentiel » (OCDE, 2010: 187).

6  Ancien Chef d’État égyptien.

7  Pour une discussion de ces modèles dans la région, voir Hanafi (2011).

8  On peut citer d’autres exemples dans la région du MENA, notamment au Liban: l’Université Saint Josef, l’Université libanaise américaine et l’Université américaine de Beyrouth.

9  Nommée plus tard l’Université américaine de Beyrouth.

10  Ce terrain d’enquête s’est déroulée en 2010 et en 2012 dans le cadre d’un projet du CRSS (Conseil de Recherche en Science Sociale) sur les universités Arabes – Autonomie et Gouvernance. Le terrain en 2012 a été entrepris afin de rendre compte des premiers changements après la révolution de 2011. Voir Cantini (à paraître).

11  Le dernier chiffre mentionné par le site web officiel de l’université, www.o6u.edu.eg, est de 12 000 étudiants, mais il n’est pas clairement indiqué à quelle année il se réfère.

12  Les conditions d’enquête à l’O6U n’ont pas été facilitées par l’administration de cet établissement, par exemple, il m’était interdit de parler aux étudiants et aux jeunes professeurs sur le campus. Restrictions que j’ai pu contourner en mobilisant mes réseaux personnels de connaissances. Il n’a pas été possible d’accéder au nombre d’étudiants inscrits aux différentes facultés, ainsi qu’à la réglementation universitaire, au motif que ces informations sont jugées sensibles dans le contexte d’une compétition accrue (Cantini, à paraître).

13  Cela s’applique aux facultés les plus affectées par la concurrence croissante, comme les facultés d’informatique, de sciences humaines et sociales où l’employabilité présumée est considérée en baisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Cantini, « Une université privée égyptienne dans le nouveau marché international de l’enseignement supérieur », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 13 | 2014, 167-179.

Référence électronique

Daniele Cantini, « Une université privée égyptienne dans le nouveau marché international de l’enseignement supérieur », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/2641

Haut de page

Auteur

Daniele Cantini

Anthropologie sociale, Senior Research Fellow, Research cluster & graduate school “Society and Culture in Motion”, MLU Halle/Wittenberg. daniele.cantini@scm.uni-halle.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org