Navigation – Plan du site
Nos auteurs ont publié

Nos auteurs ont publié

p. 291-303

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette rubrique donne à lire la “quatrième de couverture” qui nous est envoyée par des auteurs ayant été publiés par les CRES, des membres du comité de rédaction et du comité scientifique des CRES ou des membres de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES), d’ouvrages publiés (ou co-publiés) par eux, dans l’une des deux langues pratiquées par la revue (français et anglais), portant sur les champs abordés par la revue, et qui sont parus depuis la sortie du précédent numéro.

Texte intégral

Abdel Rahamane Baba-Moussa, Moussa Laouali Malam et José Rakotozafy, 2014, Fondements et philosophie de l’éducation des adultes en Afrique, Yaoundé, Unesco Institut of Litteracy, Presses Universitaires d’Afrique, coll. « Perspectives africaines de l’éducation des adultes », 289 p.

1Le présent ouvrage examine les fondements non seulement historiques mais aussi philosophiques et socioculturels de l’éducation et plus particulièrement de l’éducation des adultes en Afrique. Revenant tout d’abord sur les principales caractéristiques de l’éducation traditionnelle, il souligne l’absolue nécessité dans l’Afrique moderne d’une contextualisation des pratiques éducatives. Il ne s’agit plus de calquer des modèles empruntés à d’autres régions du monde mais de tenir compte des spécificités du continent pour pouvoir faire face aux nouveaux enjeux éducatifs : démocratisation de l’accès à la formation et résolution de problèmes liés au développement. Intégrer la perspective africaine à l’éducation des adultes implique de relier structure sociale, traditions et croyances et savoirs endogènes et scientifiques. Pour atteindre cet objectif, il est impératif d’employer des personnels dotés d’une formation adéquate, de concevoir des politiques pertinentes et d’élaborer des programmes et curricula qui s’appuient sur le vécu des populations et leur fournissent les compétences requises. À cela s’ajoute l’importance de forger des partenariats multiformes permettant de mobiliser les ressources nécessaires, et de construire des passerelles entre éducation formelle et non formelle.

Louis-Marie Barnier, Jean-Marie Canu et Francis Vergne (dir.), 2014, La fabrique de l’employabilité, Quelle alternative à la formation professionnelle continue néolibérale ?, Préface de Fabienne Maillard, Institut de recherche de la FSU/Syllepse.

2En quelques décennies, la formation professionnelle continue a connu des transformations considérables. Le premier objectif de cet ouvrage collectif est d’en saisir le sens et la portée, trop souvent cachés par un discours faussement consensuel.

3Cette unanimité de façade masque en effet l’essentiel : la formation professionnelle continue n’est pas seulement inégalitaire et complexe d’accès. Elle est subordonnée à l’économie du capitalisme néolibéral et à la reconfiguration du marché du travail. Les nouvelles règles – comportementales aussi bien que financières et juridiques – étendent le règne de la concurrence généralisée. Chaque salarié et chaque demandeur d’emploi est incité à considérer prioritairement la formation comme un moyen d’entretenir ses compétences pour rester compétitif et employable, à devenir entrepreneur de sa vie professionnelle Les finalités et les modalités de la formation professionnelle continue sont par là réduites et ordonnées à la fabrique de l’employabilité… et fermées à tout autre usage.

4C’est à la genèse politique, institutionnelle et sociale de ce grand détournement que ce livre est consacré. Comment la formation a-t-elle été progressivement retournée au point de rompre pratiquement tous les liens avec les inspirations progressistes et humanistes à se cultiver et à acquérir de nouveaux savoirs ? Comment des aspirations individuelles et sociales à améliorer sa qualification professionnelle, à actualiser et élargir ses connaissances et à les faire reconnaître se sont-elles trouvées prises dans les filets de la normalisation néolibérale ?

5S’ouvre alors la nécessaire question des alternatives. Les enseignements de l’histoire sociale, de l’éducation populaire, de l’éducation permanente et de l’éducation ouvrière par les syndicats contribuent à ébaucher une autre perspective : celle de l’institution et de l’invention démocratique du « commun » de la formation. Cette approche à partir d’une question spécifique contribue par ailleurs à approfondir la connaissance des mécanismes profonds du néolibéralisme.

Thierry Bertet et Joël Zaffran (dir.), 2014, Le décrochage scolaire. Enjeux, acteurs et politiques de lutte contre la déscolarisation, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 190 p.

6Alors qu’au milieu des années 1970 le nombre de sortants du système scolaire faiblement qualifiés est largement supérieur aux chiffres des années 2000, la mise à l’agenda politique somme toute récente du décrochage scolaire est révélatrice d’une part du glissement des politiques de lutte contre l’échec scolaire aux politiques récentes de rattrapage scolaire des élèves, d’autre part de la manière avec laquelle il est devenu un problème pour l’Europe, l’État et les collectivités territoriales qui élaborent à leur échelle, et le plus souvent sans se coordonner, des politiques de formation et d’insertion des jeunes sans diplôme. Alors que le champ politique utilise plus facilement les termes de décrocheur et d’absentéiste, la communauté scientifique appréhende le décrochage comme un processus de déscolarisation porté par des facteurs scolaires, sociaux, familiaux et relationnels. Ce décalage amène à interroger l’expérience scolaire et sociale des décrocheurs, le contenu des dispositifs de lutte contre le décrochage, la teneur des politiques d’orientation scolaire et d’insertion professionnelle. Ce sont ces thèmes que traitent les auteurs de ce livre qui comprend trois parties : la première est un état des lieux du décrochage et des savoirs sur la déscolarisation ; la seconde renvoie aux modèles d’analyse des expérimentations et aux leçons à en tirer ; la troisième traite des trajectoires individuelles et des dispositifs singuliers de lutte contre le décrochage scolaire. Considérées ensemble, ces trois parties interrogent la capacité de l’école, et plus largement de notre société, à traiter efficacement ce problème.

Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau (dir.), 2013, Le CAP. Un diplôme du peuple (1911-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

7En 2011, le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Comparé au baccalauréat bicentenaire, c’est peu ; mais par rapport à bien d’autres diplômes, y compris le célèbre certificat d’études primaires, cette longévité est remarquable. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté ? Certes, en cent ans, le CAP a connu maintes métamorphoses et son histoire est tout sauf linéaire et tranquille. Mais, il semble encore promis à un bel avenir, tant il a une capacité à passer à travers les gouttes des multiples réformes scolaires, dont certaines avaient clairement envisagé sa disparition.

8Diplôme à vocation professionnelle, créé pour certifier la qualification ouvrière et employée, le CAP a toujours fait l’objet de polémiques. Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d’activité, trop professionnel aux yeux des enseignants du secondaire, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu’à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l’Éducation nationale. Les questions posées au moment de la création de ce diplôme en 1911, puis celles qui ont émaillé le cours de son histoire, sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l’avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être « professionnels » et préparer spécifiquement à l’emploi, leur curriculum, l’organisation de la formation, l’équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent inévitablement questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d’un diplôme professionnel quel qu’il soit.

9C’est l’ensemble de cette actualité dont rend compte cet ouvrage pluridisciplinaire, le premier consacré au CAP, un diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation des ouvriers et des employés et enjeu d’avenir, pour mieux comprendre les rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société.

Robin Cavagnoud, Charles-Édouard (de) Suremain et Palmira La Riva Gônzalez, 2013, « Infancia y niños en las sociedades andinas contemporáneas », dossier thématique du Bulletin de l’Institut français d’études andines, n° 42 (3), 275 p.

10El presente número temático pone énfasis en la integración de los niños, antes y después del nacimiento, en las sociedades andinas, la adquisición de habilidades, las tomas de autonomía, la interiorización de saberes y de destrezas sociales y culturales, así como en los ritos de pasaje que permiten pasar de una categoría de edad, real o simbólica, a otra. La clase social, la edad, el género o la pertenencia étnica son unas cuantas variables que ayudan a delimitar los contornos de la infancia. Más allá del interés por las transformaciones morfológicas o biológicas y el desarrollo cognitivo, se muestran las relaciones entre niños, entre niños y padres, y de forma más amplia con sus allegados. Dichas relaciones explicitan procesos de transmisión, desafíos políticos, o formas de participación social sumamente variadas, las cuales ilustran las distintas maneras de ser niño en las sociedades andinas. Los múltiples aspectos de la realidad de la infancia abordados en este dossier se acompañan de un pluralismo conceptual y metodológico capaz de aproximarse a la comprensión global de la infancia en esta parte de Sudamérica. La reflexión teórica y epistemológica se apoya en encuestas de campo y estudios de caso específicos, actuales o pasados, en la familia y fuera de ella, en diferentes espacios de socialización complementarios y entrecruzados.

Cédric Frétigné, 2012, Les Impensés de la mesure. Évaluer les parcours de formation et d’insertion, Publibook, coll. « Sciences sociales », 94 p .

11Comment des formateurs d’adultes ou des agents d’insertion font-ils avec les demandes qui leur sont faites d’accompagner des bénéficiaires de minima sociaux et/ou des demandeurs d’emploi de longue durée sachant que les parcours d’insertion feront l’objet d’une évaluation ex nihilo ? Comment ces professionnels de la relation avec et sur autrui aménagent-ils leurs pratiques de travail ordinaires pour répondre positivement aux demandes de résultats quantifiables tout en garantissant une écoute et une prise en compte individuelle de chacun ? Dans quelle mesure une place est-elle faite, dans les dispositifs d’évaluation, à des indicateurs qualitatifs prenant en compte la progression des apprentissages et l’amélioration de la situation quand bien même celle-ci ne se traduirait-elle pas par une sortie du dispositif ou un retour à l’emploi ? Fruit de la collaboration avec six professionnels de structures associatives distinctes, spécialisés dans le champ de l’accompagnement social et professionnel, de la formation d’adultes et de l’insertion par le logement, l’ouvrage analyse pour la première fois leur métier et les réalités sociales qu’il embrasse.

Cédric Frétigné, 2013, Ce que former des adultes veut dire, Publibook, coll. « Sciences sociales », 96 p.

12En matière de formation des adultes, il importe de restituer en même temps comment s’opèrent les apprentissages et comment les cadres organisateurs de la formation assoient la légitimité de l’entreprise formative. Il s’agit d’ouvrir la « boîte noire » de la formation afin de repérer, en acte(s), ce que former des adultes veut dire. Qu’en est-il, quarante à cinquante ans plus tard, de cet objectif d’ouvrir largement la voie de la formation aux adultes ? Qu’en est-il des effets connus, en particulier du point de vue de la mobilité professionnelle, du passage en formation ? Que sait-on de la transition entre formation et emploi ?

13Ouvrage de synthèse, « Ce que former des adultes veut dire » propose un bilan d’étape des principaux questionnements qui ont cours en matière de formation des adultes. Mêlant réflexion et enquêtes statistiques, cette étude rend ainsi compte du contexte idéologico-juridique, des politiques et des dispositifs de formation mis en œuvre, des modalités d’accès à la formation et des effets du passage en formation.

Nora Gaupp, 2013, Wege in Ausbildung und Ausbildungslosigkeit. Bedingungen gelingender und misslingender Übergänge in Ausbildung von Jugendlichen mit Hauptschulbildung, Edition der Hans-Böckler-Stiftung, Bildung und Qualifizierung, Band 277, Düsseldorf: Hans-Böckler-Stiftung.

14Jugendliche und junge Erwachsene haben eine Reihe von Entwicklungsaufgaben zu bewältigen, wie den Auszug aus dem Elternhaus, den Aufbau einer Partnerschaft, ökonomische Selbständigkeit oder Schritte der Identitätsentwicklung. Für die Jugendphase zentral ist zudem der Übergang von der Schule in die Arbeitswelt. Übergangswege haben sich dabei in den letzten Jahrzehnten zeitlich ausgedehnt, individualisiert und de-standardisiert und wurden, gemessen an der Möglichkeit verschiedener Bildungs- und Ausbildungsinstitutionen und Zahl zu treffender Übergangsentscheidungen zunehmend komplexer und anspruchsvoller.

15Die vorliegende Studie fragt nach dem Beitrag „weicher“ Faktoren für das Gelingen aber auch Misslingen von Übergängen in Ausbildung: Welche Personen sind für den Verlauf der Übergangsbiografien junger Erwachsener bedeutsam? Sind Übergangsbiographien eher Ergebnis aktiver Gestaltung durch die jungen Erwachsenen oder eher Ergebnis von Gelegenheiten und Zufällen? Welche Rolle spielt Motivation für den Verlauf von Übergangsbiographien? Welchen Einfluss haben kritische biographische Ereignisse? Und schliesslich: Welche Hinweise geben die Ergebnisse auf Fördermöglichkeiten von Übergängen in der pädagogischen Praxis?

Mircea Vultur (dir.), 2014, La surqualification au Québec et au Canada, Presses de l’Université Laval, coll. « Sociologie contemporaine », 288 p.

16La surqualification, définie comme la situation qui caractérise un individu dont le niveau de formation dépasse celui normalement requis pour l’emploi occupé, a enregistré une forte tendance à la hausse au cours des vingt dernières années. Au Québec et au Canada, elle touche un tiers des travailleurs, surtout les plus jeunes. Ce phénomène, qui témoigne de l’incapacité du marché du travail à offrir à un nombre important d’individus des emplois qui correspondent à leurs qualifications, est devenu pour tous les acteurs impliqués dans la vie économique et sociale un enjeu de premier ordre.

17Ce livre présente un ensemble d’études récentes sur la surqualification. Son objectif est de mesurer l’étendue du phénomène du point de vue statistique et de mettre en relief les facteurs qui interviennent dans sa genèse et son développement. L’ouvrage mobilise plusieurs approches et modèles analytiques et présente des résultats de recherches qui utilisent une variété de bases de données. Il offre un portrait détaillé de la surqualification au Québec et au Canada. De manière plus fondamentale, il soulève la question de la valeur des diplômes sur le marché du travail et suggère des pistes de réflexion pour l’amélioration de l’adéquation entre la formation de la main-d’œuvre et le profil des emplois.

Xavier Zunigo, 2013, La prise en charge du chômage des jeunes. Ethnographie d’un travail palliatif, Éditions du Croquant, 250 p.

18Depuis quarante ans, la lutte contre le chômage des jeunes est présentée comme une « priorité » sinon comme une « cause nationale ». Mais, si on considère les résultats, le constat d’échec s’impose : depuis le début des années 1980, le taux de chômage des jeunes stationne aux environs de 22 % et atteint plus de 50 % chez les non diplômés. Mais, l’incapacité des pouvoirs publics à réduire le chômage ne signifie pas pour autant que les politiques d’insertion aient été inutiles. S’il est vrai que les « travailleurs sociaux », confrontés aux difficultés de ceux qui accèdent désarmés au marché du travail, ne sauraient résoudre le problème du chômage, ils répondent à de multiples attentes dans l’intimité des bureaux des Missions locales et des salles surchargées des organismes de formation. Leurs pratiques au jour le jour consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.) pour valider les prétentions professionnelles légitimes, indiquer les opportunités ouvertes ou fermées sur le marché du travail, certifier ou renforcer la valeur professionnelle accordée aux candidats, sanctionner et réformer les conduites disqualifiantes dans les entreprises. Participant à « l’étayage » du rapport au travail de leurs publics, le travail d’insertion ne peut, en ce sens, connaître l’échec. Il s’avère même une modalité à part entière de la gestion publique du chômage des jeunes dans la mesure où ses effets contribuent à la construction du rapport au monde de ceux qui y ont recours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 13 | 2014, 291-303.

Référence électronique

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 13 | 2014, mis en ligne le 02 juin 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/2693

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org