Navigation – Plan du site
Nos auteurs ont publié

Nos auteurs ont publié

p. 313-319

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Cette rubrique donne à lire la “quatrième de couverture” qui nous est envoyée par des auteurs ayant été publiés par les CRES, des membres du comité de rédaction et du comité scientifique des CRES ou des membres de l’Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs (ARES), d’ouvrages publiés (ou co-publiés) par eux, dans l’une des deux langues pratiquées par la revue (français et anglais), portant sur les champs abordés par la revue, et qui sont parus depuis la sortie du précédent numéro.

Yves Dutercq & Christian Maroy (éd.), 2014, « Le développement des politiques d’accountability et leur instrumentation dans le domaine de l’éducation : une perspective franco-canadienne », Dossier Éducation comparée, n° 11.

2Le dossier vise à décrire les instruments et outils de l’action publique (IAP) en éducation le plus couramment requis ces dernières années au Canada et en France (contrat ou convention, projet, évaluation externe, indicateurs, etc.) dans le cadre de politiques recherchant la performance et voulant répondre aux nécessités de l’imputabilité et de la reddition de comptes. Pour ce faire nous considérons les politiques du point de vue des processus et mécanismes par lesquels elles contribuent à faire évoluer des institutions qui participent à la structuration des systèmes éducatifs. En particulier, nous estimons que les politiques qui servent de cadre de référence aux procédures et dispositifs étudiés, la Gestion axée sur les résultats (GAR) pour le Québec et le Canada de façon générale, la Loi organique relative aux lois de finance (LOLF) et la contractualisation en éducation pour la France, cherchent à promouvoir une nouvelle instrumentation de l’action publique, qui relève de la catégorie générique de l’accountability (au sens de la régulation institutionnelle par les résultats), ce qui conduit à déconstruire d’anciens arrangements institutionnels ou parfois à ne pas les remettre en cause et à se superposer à eux. Avec des articles de P.-Y. Bernard, S. Cuculou, Y. Dutercq et C. Michaut (CREN, U. Nantes), X. Pons (OSC, UPEC), P. Doray (UQAM), C. Maroy, F. Saussez et AnneLise Voisin (U. Montréal), S. Anderson (U. Toronto).

Yves Dutercq, Monica Gather Thurler & Guy Pelletier (éd.), 2015, Le leadership éducatif, entre défi et fiction, Bruxelles, De Boeck.

3Les auteurs de l’ouvrage cherchent à interroger un concept emprunté à la culture anglo-saxonne, dont les tenants et aboutissants manquent trop souvent de précision dans la littérature francophone. Six contributions de chercheurs appartenant à différents systèmes éducatifs francophones tentent une mise en perspective de la problématique à partir de trois volets de questionnement clairement délimités : (i) dans quelle mesure le leadership est-il autre chose qu’une rhétorique de la transformation des systèmes éducatifs  ? (ii) quelles sont donc les conditions favorables à une mutation de l’exercice de la fonction administrative traditionnelle  ; (iii) quels moyens, outils, connaissances les gestionnaires scolaires doivent-ils maîtriser pour diffuser leur influence  ?

4Tout en s’appuyant sur les enseignements qu’on peut tirer des recherches empiriques existantes et en tentant de prendre au sérieux la notion de leadership éducatif, cet ouvrage tente d’aller plus loin. Elles suggèrent d’abord de ne méconnaître ni les contradictions de sa genèse ni les dérives potentielles de sa mise en œuvre, pour proposer ensuite des points de repère, des balises, des pistes d’orientation susceptibles de le mettre au service d’une meilleure efficacité de l’école dans toutes ses missions.

Georges Felouzis & Gaële Goastellec (éd.), 2014, Les inégalités scolaires en Suisse. École, société et politiques éducatives, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 273 p.

5L’ouvrage propose d’examiner l’ampleur et les sources des inégalités scolaires en Suisse. Chaque auteur s’attache à comprendre les conditions de la réussite et de l’échec scolaire. En quoi l’accès aux diplômes et la maîtrise des savoirs dépendent-ils de facteurs « collectifs » comme le groupe d’appartenance des élèves – être un homme ou une femme, d’origine sociale aisée ou modeste, de parents migrants ou non, etc.  ? En quoi dépendent-ils aussi des politiques éducatives et des conditions d’apprentissage qui en découlent  ? Les analyses portent sur les effets des politiques éducatives et identifient les facteurs qui favorisent, ou au contraire limitent, l’efficacité et l’équité de ces politiques. De ce point de vue, la diversité des systèmes éducatifs proposés par chaque canton en Suisse constitue un véritable « laboratoire scolaire » pour la sociologie de l’éducation, au sens où toutes les formes possibles d’organisation des scolarités sont présentes et peuvent ainsi être comparées pour rendre compte des mécanismes de production des inégalités scolaires.

6< http://www.peterlang.com/​download/​datasheet/​84139/​datasheet_431592.pdf >

Gaële Goastellec & France Picard (éd.), 2014, Higher Education in Societies. A Multi Scale Perspective, The Netherlands, Sense Publishers, 222 p.

7Universities are not only economic engines but societal ones. This book interrogates the embeddedness of Higher Education (HE) systems in national social contracts, and discusses how their renegotiation is at play in the organisation of students’ access to universities. Structured around the central concept of the social contract, the growing recognition of the role of HE in its implementation, and regulations governing both individual and collective access, Higher Education in Societies: A Multiscale Perspective, explores the shifting mission of HE over the years from one thought to produce an elite to one of distributive justice by presenting research at the macro, meso and micro levels. In bringing together researchers from different countries, continents, and disciplines to study the same issue through a multiscale analysis, this book forms the starting line for further theoretical ad methodological debate on the value of weaving together different approaches to the study of HE, including historical, comparative, sociological, organisational, institutional, quantitative, and qualitative.

8<https://www.sensepublishers.com/​media/​2035-higher-education-in-societies.pdf>

Tatiana Fumasoli, Gaële Goastellec & Barbara Kehm (éd.), 2015, Academic Work and Careers in Europe, Springer.

9This book explores the perceptions of academic staff and representatives of institutional leadership about the changes in academic careers and academic work experienced in recent years. It emphasizes standardization and differentiation of academic career paths, impacts of new forms of quality management on academic work, changes in recruitment, employment and working conditions, and academics’ perceptions of their professional contexts. The book demonstrates a growing diversity within the academic profession and new professional roles inhabiting a space which is neither located in the core business of teaching and research nor at the top level management and leadership. The new higher education professionals tend to be important change agents within the higher education institutions not only fulfilling service and bridging functions but also streamlining academic work to make a contribution to the reputation and competitiveness of the institution as a whole. Based on interviews with academic staff, this book explores the situation in eight European countries: Austria, Croatia, Finland, Germany, Ireland, Poland, Romania, and Switzerland.

10<http://link.springer.com/​book/​10.1007/​978-3-319-10720-2>

Adriana Gorga & Jean-Philippe Leresche (dir.), 2015, Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistance, Paris, Éditions des archives contemporaines, 258 p.

11Que sont devenues les disciplines académiques à l’heure de la globalisation scientifique, de l’hyper-spécialisation des savoirs et de l’interdisciplinarité  ? Comment des champs disciplinaires émergent-ils ou se reconfigurent-ils, à partir de quels acteurs, orientations, ressources, discours et référentiels et comment d’autres tendent-ils à s’affaiblir, voire peut-être à disparaître… ou à résister et à se développer  ? Dans cet ouvrage, les disciplines sont abordées à la fois comme instances de savoir et comme des institutions de contrôle social et politique. Elles constituent des lieux de pouvoir et de reproduction du pouvoir qui se manifestent autant à travers l’innovation scientifique et pédagogique que les résistances institutionnelles. Comme lieux traditionnels de reproduction des disciplines, les universités sont en partie structurées par les disciplines à travers notamment leur organisation, la gestion des carrières académiques, la production des plans d’études, la délivrance des diplômes ou les logiques et supports des publications. À partir de divers points de vue disciplinaires (sociologie, sciences de l’éducation, science politique et histoire), cet ouvrage cherche à entrer dans la « black box » des disciplines académiques à partir de quatre lieux d’observation principaux (gouvernance universitaire, recherche scientifique, pratiques curriculaires et pédagogiques et travail académique) choisis dans de nombreux pays (Belgique, Chine, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Norvège, Portugal, Suisse).

Jean Vannereau, Cynthia Colmellere & Sébastien Jakubowski (dir.), 2015, Les processus de normalisation. Enjeux et pratiques professionnelles dans les organisations, Rennes, PUR, coll. « Économie et société ».

12Dans les organisations comme dans les institutions de l’ensemble des secteurs professionnels étudiés dans cet ouvrage (école, université, services, industries, services publics, etc.), les pratiques et les relations de travail évoluent sous l’influence de multiples processus de normalisation. Ces derniers ont été déployés à travers des dispositifs techniques, managériaux, de professionnalisation, de gestion des compétences… pour répondre à des injonctions réglementaires ou normatives ou pour supporter des démarches de changement organisationnel. Ce mouvement s’est accompagné d’une professionnalisation des institutions, des organisations et des individus. Ces processus de normalisation ont pu produire des bouleversements du pacte social, du pacte institutionnel, affectant les cohésions des groupes professionnels et les rapports de force dans les organisations.

13L’ouvrage se propose d’explorer ces processus de normalisation dans une perspective critique et multidisciplinaire – sciences de l’éducation, sociologie, psychologie, sciences de gestion. À partir d’incursions dans les mondes sociaux de l’entreprise, de la santé, de l’enseignement supérieur, du secteur public, les différentes contributions mettent en lien les principes qui fondent les dimensions homogénéisantes de ces processus de normalisation, avec leur dynamique et leurs effets sur les individus, les collectifs, les organisations et les institutions. Elles montrent que ces processus sont également des révélateurs de croyances, de pratiques, de modes de relations qui dépassent le cadre des organisations et des institutions dans lesquels ils se déploient. Ces processus rendent compte d’une certaine vision du monde, d’une conception du social qui intéresse ou doit intéresser tant le politique que les experts de toutes disciplines qui se disputent parfois le soin d’établir la « bonne norme » requise.

14Cet ouvrage résulte du travail collectif des enseignants-chercheurs de l’axe 4 « Organisation et Formation » du Centre de Recherche sur la Formation (CRF, EA 1410) du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers) de Paris.

Delphine Leroy & Amandine Spire (coord.), 2014, « Écrire la migration », Dossier Hommes et migrations, Paris, Musée de l’Histoire de l’Immigration, n° 1306, avril-juin, 164 p.

15Ce nouveau dossier de la revue explore les liens entre écritures et migrations dans une perspective pluridisciplinaire. Les récits des mobilités humaines opèrent des sélections en termes de temporalité, d’expériences vécues, de représentations sociales et constituent autant de mises en scène qu’il y a de protagonistes (enfants, adultes, écrivains, chercheurs, etc.). À travers ces reconstructions sous forme de narrations, les migrations prennent leur sens et véhiculent des identifications multiples qui permettent de questionner de nouveau les catégories des études migratoires.

16<http://hommesmigrations.revues.org/​2783>

Delphine Leroy & Marie Leroy (coord.), 2014, Histoires d’écrits, histoires d’exils, Perspectives croisées sur les Écritures en migration(s), Préface de Michel Agier, Allemagne, Tübigen, Éditions Narr, 244 p.

17Comment les personnes migrantes transforment l’écriture, se l’approprient, faisant peu à peu migrer les usages et les représentations  ? Les écritures en migrations témoignent d’histoires individuelles à la fois denses et intimes qui entremêlent désir de mobilité et crainte de trouble identitaire dans l’hybridation des langues. En mai 2012 un colloque à l’Université de Paris 8 a confronté les points de vue et expériences de différents acteurs (scientifiques, associatifs et artistiques) sur les actes d’écritures des personnes en migration. Cet ouvrage transdisciplinaire tisse des passerelles entre différents postulats et pratiques d’écritures en migration(s). Il atteste d’un intérêt renouvelé sur ces questions.

Joël Zaffran (dir.), 2015, Accessibilité et handicap, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Handicap, vieillissement, société », 322 p.

182005-2015, 10 ans après la promulgation de la loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, l’heure est au bilan. Où en sommes-nos de leur accès à l’emploi, aux biens et aux services culturels, à une scolarité ordinaire et à la formation professionnelle  ? Quels sont les défis relevés et quel chemin reste-t-il à parcourir  ? Quels sont les enjeux à venir  ?

19En s’appuyant sur des exemples concrets et des données chiffrées, cet ouvrage écrit à plusieurs mains dresse un bilan de la situation, et proposent des voies à emprunter pour une accessibilité globale (transports, éducation, formation, insertion professionnelle, etc.). Plus qu’un simple état des lieux ou qu’une rétrospective historique, cet ouvrage renouvelle le débat sur l’égalité en montrant que les problématiques soulevées par l’accessibilité sont intrinsèquement liées aux notions universelles de liberté et d’égalité.

20Avec la collaboration de : Teresa Assude, Sabine Bessière, Alain Blanc, Jean-Michel Bonvin, Hugo Dupont, Serge Ebersold, Marie-Hélène Jacques, Muriel Larrouy, Sylvie Le Laidier, Émilie Rosenstein, Jean-Michel Perez, Éric Plaisance, Sandrine Sophys-Veret, Géraldine Suau, Jeannette Tambone, Antoine Vérétout.

Pierre Perier, 2014, Professeurs débutants. Les épreuves de l’enseignement, Paris, PUF, coll. « Éducation et Société ».

21L’ouvrage analyse la manière dont les nouvelles générations de professeurs du secondaire s’engagent dans le métier, négocient leur activité d’enseignement et surmontent les épreuves à la fois personnelles, professionnelles et identitaires des débuts. De l’année de stage au premier poste, les nouveaux enseignants découvrent des élèves différents de ceux qu’ils avaient imaginés et font face à des situations qu’ils n’avaient guère anticipées. Cette confrontation plonge les jeunes professeurs dans le doute et les soumet à l’incertitude des rapports pédagogiques dans la classe. L’ordre scolaire est à construire sans que les savoirs ni la légitimité accordée a priori à l’enseignant ne permettent d’imposer l’autorité nécessaire. Face aux défis pédagogiques à surmonter, les nouveaux enseignants développent un rapport pragmatique à la pratique, au risque d’un certain « bricolage ». L’hétérogénéité des publics, de leur comportement comme de leurs apprentissages, implique de porter une attention particulière à la gestion de la relation avec les élèves. Chacun se forge ainsi son métier, lui donnant une forme plus individualisée en même temps qu’il s’est davantage professionnalisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 14 | 2015, 313-319.

Référence électronique

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cres.revues.org/2767

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org