Navigation – Plan du site
Hors-thème

Penser l’école à travers le sport (et vice versa). Engagements sportifs et stratégies scolaires des jeunes pongistes chinois

Think school through sports (and vice versa). Chinese young table tennis players’ sport involvement and educational strategy
Aurélien Boucher
p. 227-244

Résumés

À partir d’une étude menée pendant plus de deux ans dans les centres de formation de haut niveau de la province du Shandong, auprès d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes chinois s’adonnant à la pratique du tennis de table à raison de 15 à 36 heures hebdomadaire, cet article souhaite mettre au jour le lien entre les modalités d’engagement dans la pratique sportive et les chances socialement inégales d’accéder aux études supérieures par l’intermédiaire du concours national d’entrée à l’université, le gaokao (高考). Il s’agit ainsi de montrer comment une sociologie des écoles de sports chinoises peut permettre de mieux saisir le paysage scolaire chinois et les inégalités que le traverse.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Chine
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Selon Jean-louis Rocca (2010 : 54), le taux de réussite au concours d’entrée à l’université pour u (...)

1Sur la base d’une étude menée auprès d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes chinois (âgés de 5 à une vingtaine d’années) s’adonnant à la pratique du tennis de table à raison de 15 à 36 heures hebdomadaire, nous entendons mettre au jour le lien qui existe, en République populaire de Chine, entre les modalités d’engagement dans la pratique sportive et les chances socialement inégales d’accéder à l’université par l’intermédiaire du concours national, le gaokao (高考)1. Il s’agit de montrer comment les enfants ne pouvant accéder aux meilleures écoles de l’enseignement secondaire sont amenés à constituer environ 40 % de la population des centres de formation pongiste, tandis que les enfants issus des classes moyennes et intermédiaires, pourtant majoritaires dans les groupes de pongistes débutants, sont généralement dissuadés par leurs parents d’embrasser une carrière sportive. En d’autres termes, la fréquentation des centres pongistes de haut niveau s’effectue selon des modalités d’engagement (intensité de pratique, période de pratique, persévérance dans la pratique, âge du début de pratique…) et à des fins très diverses, dans la mesure où les parents modulent l’intensité de la pratique sportive de leur enfant en fonction d’une estimation des coûts et des gains scolaires, elle-même dépendante de leurs attributs sociaux (trajectoires sociales, expériences et sens du placement sur le marché scolaire, possession d’un appartement dans un quartier dépendant d’une école d’excellence…).

  • 2  Notons ici que l’entrée dans ces différents centres a été largement favorisée par le fait que nous (...)

2Cet article s’appuie sur des données issues d’une série d’enquêtes ethnographiques et d’une enquête par questionnaire, diffusée auprès de 391 pongistes âgés de 10 à 20 ans et s’exerçant quotidiennement dans des institutions reconnues par le bureau national des sports, comme des « centres de formation de la réserve des sportifs de talents » (体育后人才训练基地). Les sept centres pongistes pris pour objet d’étude ont la particularité d’être tous situés dans la province du Shandong. Bien qu’ils contribuent tous à former la plupart des pongistes de l’équipe de la province du Shandong et une bonne partie des pongistes de l’équipe de Chine, ces centres se différencient de par leur réputation sportive et de par l’organisation de l’enseignement scolaire dispensé2.

3En s’appuyant sur ce panel d’institutions sportives et en prenant en considération la hiérarchisation des publics et des usages au sein des centres pongistes, nous aimerions faire apparaître, à l’échelle locale, la relation entre engagements sportifs et stratégies scolaires. Ainsi nous espérons montrer, à l’issue de cet article, à quel point, dans la Chine du début du XXIe siècle, les activités sportives participent à l’inculcation de rapports aux savoirs et par là même, concourent à l’incorporation des nouvelles hiérarchies scolaires et sociales.

Les centres de formation pongiste : un monde à part, sans enfants de « paysans »

4Avant de reconstruire les raisons pratiques qui incitent les différents types de publics censés être susceptibles de fréquenter les centres de formation pongiste, il est nécessaire de tracer à grands traits un aperçu de ces institutions, tant leur organisation spatiale structure le rapport au monde exigé des pongistes (et les possibilités offertes aux chercheurs de les étudier).

5En effet, un centre de formation de haut-niveau chinois ne se résume jamais à un seul lieu de pratique. Il consiste plutôt en des complexes pourvus d’installations sportives, scolaires et même parfois médicales, susceptibles de pouvoir satisfaire l’ensemble des besoins élémentaires d’un individu. L’école de tennis de table de Weifang Luneng, qui regroupe environ 220 pongistes au moment de notre étude, occupe un espace de 33 hectares, fermé par une enceinte de trois mètres de haut, un centre de soin, deux gymnases de 100 et de 27 tables, un hôtel restaurant comptant un centaine de chambres, une cantine de plus de deux cent places, une école pouvant accueillir des élèves de la seconde année de primaire au lycée, et suffisamment de dortoirs pour loger les pensionnaires et l’ensemble des employés du centre. L’immensité de ce centre, qui regroupe également 400 apprentis footballeurs, permet ainsi, entre autres choses, de constituer un espace coupé du monde, susceptible d’aider les individus à se concentrer sur la production d’une performance athlétique, notamment en supprimant la frontière entre espace de pratique et espace de régénération de la force d’entraînement.

6Dans la mesure où 50,7 % des pongistes commencent à pratiquer à huit ans ou moins, leurs souvenirs, souvent épars et reconstruits, permettent parfois difficilement de comprendre comment ils ont développé le goût pour la pratique intensive de ce sport. Pour ces raisons, la reconstruction des trajectoires sportives invite à diversifier les méthodes et les interlocuteurs. Dans cette étude, nous avons donc conjointement analysé les entretiens et les observations des apprentis pongistes débutants non-pensionnaires et de leurs parents, les résultats de l’enquête quantitative diffusée auprès de l’ensemble des usagers des centres (âgés de 10 ans et plus) et les propos tenus par les entraîneurs.

7Selon l’un d’entre eux, Mme Li, les débutants de Huangting appartiennent à l’« aristocratie » () de Jinan, terme qui, pour cette mère de pongiste et ancienne ouvrière à la retraite, fait alors référence aux employés et cadres des administrations provinciales installées aux alentours de l’école.

8Cette appréciation fait écho au fait que la population des pongistes du Shandong ne compte alors que deux garçons dont le père occupe un emploi de « travailleur agricole » (). L’un de ces deux garçons, originaire du Gansu, était par ailleurs le seul pongiste à avoir une mère « travailleur agricole ». Dans une Chine qui compte alors environ 40,6 % de travailleurs agricoles (Lu, 2006 : 59) et où ceux-ci ont en moyenne davantage d’enfants que les parents occupant d’autres professions, on s’aperçoit, tant par l’observation quotidienne que par les enquêtes à grande échelle, que les enfants de travailleurs agricoles n’ont pratiquement aucune chance de devenir des pongistes de haut-niveau.

  • 3  Les archives provinciales ne contiennent par ailleurs aucune « recommandation » ou « directive » d (...)

9Cette absence quasi-totale des enfants de travailleurs agricoles s’explique par un double phénomène, très instructif du rapport entre classe sociale et savoir dans la Chine de l’ère des réformes et ouvertures. Tout d’abord, comme le remarquait déjà Susan Brownell (1995 : 194) les ressources sportives, comme les meilleures ressources scolaires, ont été historiquement concentrées dans les centres urbains, au point que les enfants de travailleurs agricoles ont toujours été sous-représentés dans la population des sportifs de haut-niveau. En consultant les archives d’enregistrements des pongistes en équipe de province, effectués par la Commission des sports du Shandong (CSS) entre 1956 et 1965 puis entre 1970 et 1995, on s’aperçoit par exemple que le taux d’enfant de « paysans » n’a jamais dépassé 30 %, culminant entre 1972 et 1985. Pour cette province qui compte parmi les plus peuplés et les plus rurales de Chine (70 % d’habitants à la campagne, d’après le recensement de 2001), la consécration sportive des enfants de paysans n’a donc jamais été évidente3.

10Par ailleurs, contrairement à la France, où le sport a été sacralisé par l’État comme une entreprise éducative et destinée à tous (Loirant, 1996), les cadres dirigeants des institutions sportives chinoises ont suivi le train du « socialisme de marché à caractéristiques chinoises », pour faire des formations sportives un service payant. La mise en équivalence des formations dispensées au sein des écoles de tennis de table publiques au début des années 1990, puis l’arrivée de clubs privés sur le marché de la formation pongiste à la fin des années 2000, ont abouti à ce que les frais d’entraînement s’échelonnent, en 2009, de 10 000 à 18 000 RMB/an (soit 1 500 à 2 500 €). L’ordre de grandeur de ces montants, très variables du fait de la réputation des centres sportifs et des écarts de coût de production sportif au sein de la province, dépasse largement le revenu annuel moyen d’un paysan du Shandong, qui varie en 2009, de 6 000 à 10 000 RMB (Wang, 2012 : 13). Si l’on ajoute à ces frais d’entraînement les sommes nécessaires à l’achat du matériel (raquettes, chaussures), aux déplacements en compétition (billet de train, hôtel, frais d’inscription) et les frais liés à la résidence et à la restauration au sein du centre sportif, on conclut que l’engagement dans la pratique du haut niveau est hors de portée économique pour un couple de paysans chinois.

Spécialisation athlétique : une faible inclination des élites

11L’absence des enfants de paysans des centres de formation pongiste ne signifie pas pour autant que l’accès à la pratique de haut niveau soit le privilège des élites de la société chinoises – élites que l’on définira ici provisoirement, sur la base des travaux menés par les sociologues chinois sur la différenciation sociale à l’âge de la politique des réformes et ouvertures (Lu : 2006), comme les individus qui concentrent tous les attributs de la réussite sociale et de la modernité : capital économique (objectivable sous forme d’appartements, de voitures, de consommation ostentatoire), capital culturel (objectivable sous forme de diplômes obtenus, de langues étrangères parlées, de voyages effectués et de la connaissance des objets et des traditions anciennes), carnet d’adresse fourni en personnes socialement influentes (intellectuels, cadres, journalistes, patrons d’entreprises, dirigeants politiques) et, surtout, individus qui jouent un rôle de modèle auprès des autres groupes.

12Selon les entraîneurs de l’école de tennis de table de Huangting de Jinan – école qui a formé pendant un an la championne olympique Li Xiaoxia en 1996-1997, avant qu’elle n’entre en équipe de la province du Shandong, à l’âge de dix ans – leur clientèle n’est pas toujours réjouie à l’idée que leur enfant unique devienne jouer/joueuse de tennis de table professionnel.

Le cas des époux Hua

13Ainsi, lorsque Mme Hua pousse la porte du bureau de l’entraîneur général de Huangting, le 3 mars 2010, afin d’inscrire sa fille au cours de tennis de table, elle est plus soucieuse de faire correspondre son emploi du temps et celui de son mari aux créneaux où reste une place pour sa fille que de s’informer sur le glorieux passé des entraîneurs. Mme Hua et son mari ne sont pourtant pas allés se renseigner à Huangting par hasard. Mme Hua est une amie de l’entraîneur Li. Son mari a travaillé un temps avec son défunt époux. C’est cette femme qui leur a proposé d’accompagner leur enfant au tennis de table l’après-midi et d’aller la chercher au jardin d’enfants, qui se trouve à proximité de l’école de sport. Avant cela, la famille Hua n’avait guère pensé à inscrire leur fille au tennis de table. Au départ, les époux Hua avaient envisagé la natation qui est, selon eux, un sport « sain » (健康), développant les « capacités cardio-respiratoires ». En revanche, ils se refusaient à accompagner leur enfant à la gymnastique, susceptible d’influencer la taille de leur enfant, ou à des sports nécessitant un contact physique, comme le football, pourtant populaire pour les filles, de peur que leur enfant ne se blesse. Ce n’est que dans la mesure où leur fille a été jugée trop frêle par les entraîneurs de natation qu’ils se sont résolus à chercher une autre alternative de loisir hygiénique. Ils ont fini par se décider pour le tennis de table, parce que cette activité permet, selon eux, de « développer les réflexes », le « fonctionnement du cerveau », « l’endurance » ou encore les « capacités visuelles », et parce qu’ils pouvaient compter sur l’aide de Mme Li pour véhiculer leur fille du jardin d’enfant à la salle de sport.

14En dépit du fait que leur fille ait montré des habiletés particulières pour la pratique du tennis de table lors de son premier mois de pratique, Mme Hua est apparue gênée lorsqu’un entraîneur est venu lui proposer d’intensifier l’entraînement de sa fille. Nous n’avons saisi la nature de cette gêne que lorsque les époux Hua évoquèrent, quelques jours plus tard, et loin des oreilles des entraîneurs, comment ils concevaient l’engagement de leur fille de 6 ans dans la pratique du tennis de table :

« Monsieur Hua : Donc, il faut voir les aspects positifs et, du point de vue des aspects positifs, il y a la vue, le cerveau [rires], et puis la circulation sanguine, le fait qu’elle ne puisse pas être malade [rires]. En Chine, la pollution est de pire en pire, on est un pays en voie de développement, les voitures dégagent des gaz d’échappement extraordinairement nombreux, c’est principalement pour ça qu’il faut faire faire aux enfants de l’exercice physique, parce qu’on a vraiment peur qu’elle développe une longue maladie. Après, le fait qu’elle soit spécialiste ou pas, peu importe… En fait, on ne veut pas qu’elle devienne spécialiste, le plus important, c’est qu’elle fasse de l’exercice. Ah ! Faire de l’exercice physique !

Moi : Mais pourquoi vous ne voulez-vous pas qu’elle devienne athlète. Qu’est-ce qu’il y a de particulier dans la condition d’athlète ?

Monsieur Hua : Les athlètes ?

Moi : Oui, pourquoi pas la vie d’athlète ?

Monsieur Hua : La vie d’athlète… hum.

Moi : Oui, après tout, les athlètes gagnent bien leur vie, non ?

Madame Hua : Mais je pense que, toi, tu parles de gagner de l’argent ! Tu parles des salaires, mais cette vie-là est trop pénible. Je pense que, si on fait étudier notre enfant comme spécialiste, elle va trop en baver, donc ce n’est pas nécessaire [rires]. En plus, notre enfant, elle apprend bien à l’école.

Monsieur Hua : Oui, tu sais, les enfants aujourd’hui, les athlètes en Chine, maintenant, une bonne part vient de la campagne… Eux, ils peuvent étudier ça comme spécialité, les enfants de la campagne peuvent endurer. »

15Les époux Hua montrent ainsi ne jamais avoir imaginé de pousser leur fille à devenir une championne. Selon eux, les efforts physiques que doivent endurer les athlètes seraient tout juste bon pour « les enfants de paysans » ou ceux qui ne réussissent pas à l’école, tandis que leur fille, promise à un avenir scolaire radieux, ne serait pas concernée par l’éventualité de devenir athlète de haut niveau. De telle sorte que le tennis de table ne serait qu’une occasion d’améliorer « la vue, le cerveau et puis la circulation sanguine », soit un ensemble de capacités physiques susceptibles d’être mobilisées pour sa réussite scolaire.

16Le fait que les époux Hua manifestent avec tant d’aplomb leurs réticences à l’égard de la possibilité d’un avenir sportif de leur fille ne tient pas seulement au fait que leurs propos soient dirigés vers un interlocuteur qu’ils assimilent à un « chercheur étranger », auprès duquel ils veulent faire bonne figure en répétant que l’école constitue leur « priorité ». La formation pongiste de leur fille s’inscrit en complément d’autres activités propédeutiques à la réussite scolaire, telles que les cours d’anglais, les cours de danse, les cours d’amélioration du quotient intellectuel ou de piano qui, selon Mme Hua, permettront à leur fille « d’avoir confiance en elle » et « d’aimer apprendre à l’école ».

17Ces propos renvoient donc à une stratégie et des pratiques plus larges, qui supposent déjà un investissement économique et temporel considérable, lui-même intimement lié à leur trajectoire sociale : devenus fonctionnaires des douanes par le biais de concours, les époux Hua sont particulièrement enclins à percevoir l’obtention d’un diplôme comme une condition sine qua non de l’ascension sociale de leur fille. Particulièrement inquiets du fait qu’environ 20 % d’une classe d’âge accède en Chine à l’université, ils se tiennent au courant des possibilités de cursus universitaire à l’étranger (auprès du chercheur, mais aussi de leurs collègues de travail). Ils placent donc dans l’institution scolaire tous les espoirs sociaux de leur fille unique. Leur refus de voir leur fille se « spécialiser » dans le tennis de table, reflète ainsi leur propre trajectoire sociale et leur sens du placement sur le marché scolaire.

Le calcul socialement clivé du coût scolaire de la pratique sportive

18Les époux Hua ne sont bien entendu pas les seuls parents qui nous ont fait part de leurs réticences à voir leur enfant s’entraîner à raison d’au moins trois heures par jour, afin d’acquérir une compétence sportive poussée. Dans tous les centres d’élite de la province, les groupes de débutants (c’est-à-dire de ceux qui apprennent entre l’âge de cinq et sept ans les rudiments techniques du tennis de table en frappant les balles envoyés successivement par l’entraîneur – ce que l’on nomme « panier de balles » en France, et « balles nombreuses » en Chine » [多球]), se renouvellent au minimum tous les mois.

19L’abandon de la pratique pongiste ou, à l’inverse, l’engagement dans un entraînement intensif visant à atteindre le haut-niveau, ne sont jamais le résultat d’une intention individuelle. Ces actions doivent être plutôt comprises comme la résultante d’interactions entre des entraîneurs tenus d’obtenir des médailles, des parents soucieux d’assurer un bon avenir à leur progéniture, et des enfants plus ou moins disposés par l’éducation de leur parents à la pédagogie des entraîneurs (manipulation énergique des membres pour faire émerger les sensations liées au mouvement correct, injonction à persévérer dans l’effort…) Sans pouvoir retracer ici toute la complexité de chacun des cas d’étude composé du trio enfant-famille-entraîneur, on peut isoler un point particulièrement important, celui de la mesure du coût scolaire de la pratique sportive. En effet, parmi la trentaine de parents que nous avons côtoyés et interrogés, les deux seules fois où nous avons rencontré des désaccords entre parents au sujet de la suite à donner à l’engagement pongiste de l’enfant, le point débattu était celui des potentielles conséquences scolaires d’une pratique sportive intensive.

  • 4  L’enquête par questionnaire a permis de mettre à jour que 50 % des pongistes de Dongya venaient d’ (...)
  • 5  Ce à quoi j’avais répondu dans un premier temps qu’on ne peut jamais dire qu’untel sera champion d (...)

20Le premier cas s’est présenté au tout début des observations de terrain, au mois d’août 2008. À cette époque, nous nous rendions quotidiennement au club de Dongya Guoji. Les excellents résultats de ce club (l’une de ses pongistes venait alors d’intégrer l’équipe nationale réserve [国家二]) attiraient une clientèle littéralement venue de toute la Chine4. La famille Wang venait pour sa part du Heilongjiang, une province située au Nord-Est de la Chine, à environ un millier de kilomètres de Qingdao. Elle était venue à Qingdao rencontrer M. Kong, propriétaire et entraîneur principal du centre, afin d’examiner les chances de leur fils d’accéder au haut niveau et, éventuellement, de le lui confier. Comme nous partagions alors notre temps entre les coups de main pour le groupe des débutants et les relevés ethnographiques, Mme Wang s’était rapprochée de nous, afin d’avoir « un avis expert »5 et de discuter des conditions de vie dans le centre. Les échanges cordiaux avec Mme Wang nous ont également amené, en dehors des séances d’entraînement, à suivre la famille dans ses balades sur le bord de mer. À l’issue d’une de ces balades, le 10 août 2008, nous notons :

« La balade à la plage dure plus d’une heure – c’est bien plus qu’il m’en faut pour glaner des informations. En fait, le dirigeant du club a déjà demandé aux parents s’ils comptaient leur confier son enfant. Ils ont dit qu’ils réfléchiraient, dans la mesure où ils ne sont pas franchement d’accord et n’ont pas encore pris de décision. Le père verrait bien Peter rester “au moins une année pour voir”, arguant que son enfant aime énormément le tennis de table. Sa mère, professeur de chinois à l’école primaire, s’inquiète pour son niveau scolaire. Alors que je discute de voyage avec elle et que son enfant court quelques mètres devant, elle l’appelle et lui dit : “Tu vois, si tu fais de grandes études, tu pourras entrer à Qinghua et, peut-être, tu auras le professeur [mon nom en chinois]. Comme grand frère, tu sauras parler quatre langues et voyager partout dans le monde. C’est intéressant, ça, hein ?” »

21Des échanges entre M. Wang et son fils, qu’elle ne nomme pas autrement que « Peter » en notre présence, laissent transparaître que la gentillesse de cette dernière n’est pas totalement désintéressée. Au moment où elle et son mari sont en grandes discussions, elle ne cesse de laisser entendre à « Peter » que l’avenir des diplômés d’université, supposés tous polyglottes et ouverts vers le monde, est le plus désirable des avenirs possibles. Tout se passe comme si elle essayait de recentrer leur voyage à Qingdao autour des rencontres, de la plage et des visites, afin de couper les ponts avec un espace sportif dont elle ne veut pas entendre parler. Contrairement à son mari, militaire et plus enclin à valoriser l’effort physique, Mme Wang ne peut accepter, comme elle le dira ensuite au cours du repas, que son fils perde ne serait-ce qu’une année scolaire.

22Pour Mme Wang, comme pour les époux Hua, la réussite scolaire doit être précocement programmée par le biais d’une multitude d’activités extra-scolaires, d’une éducation dans les établissements d’excellence, qui ne peut souffrir d’aucun délai. Tout se passe donc comme si, pour ces d’individus qui ont en commun d’appartenir à la société de la petite aisance (possession d’appartement, d’une voiture et possibilité de consacrer une partie de leur budget à des loisirs, emploi protégé) et d’avoir réussi à accumuler des titres scolaires rares, l’engagement sportif de l’enfant dans un entraînement intensif était synonyme d’un risque scolaire (et donc social) inconsidéré. Cette explication semble d’autant plus heuristique que l’ensemble des études sur le lien entre sport de haut-niveau et stratification sociale menées depuis la réinstauration du concours d’entrée à l’université montrent que les parents exerçant les professions intellectuels, enseignants et personnels administratifs, comptent parmi les plus réticents à l’idée que leur enfant s’engage à temps plein dans une école de sport. Dans son ouvrage Entraîner le corps pour la Chine, Susan Brownell relevait qu’en 1986, seul 10 % des « personnels scientifiques et techniques », 13 % des « enseignants » et 19,5 % des « employés administratifs » percevaient positivement l’éventuel engagement de leur enfant dans une école de sport, contre 53 % des « soldats », 48,3 % des employés de base des services et 35,8 % des ouvriers (Brownell, 1995 : 182).

Le centre de sport : un choix scolaire par défaut

  • 6  La définition de la classe moyenne fait l’objet d’un débat acharné parmi les sociologues chinois. (...)
  • 7  Ils y sont même surreprésentés, 16 % des enfants ayant un père occupant une profession intellectue (...)

23La différence, que laissent transparaître ces statistiques et nos études de cas, entre les intentions des membres des classes intermédiaires et moyennes6 ne veut pas dire pour autant que les membres des autres catégories sociales ne considèrent pas l’institution scolaire avec autant d’intérêt, ni même que les enfants des travailleurs intellectuels soient absents des centres sportifs de haut-niveau7.

  • 8  Le Hukou est un système d’enregistrement de la résidence, mis en place en 1958 par le parti commun (...)

24En effet, les coûts scolaires et les profits de la formation sportive de haut-niveau sont aussi jaugés en fonction de ressources qui ne sont pas socialement distribuées au hasard. Pour ces parents, qui ont spécialement acheté un appartement dans un quartier chic et cher de Zhizao afin que leur enfant puisse entrer dans « une école de l’aristocratie », le marché scolaire n’est pas perçu de la même manière que par les autres. Rappelons qu’en Chine, l’accès à l’école élémentaire et l’établissement fréquenté dans le secondaire sont tout d’abord régis par un fonctionnement particulier de la carte scolaire. Les enfants peuvent fréquenter gratuitement l’école située dans la zone d’où dépend le Hukou (户口)8 de leurs parents. Par exemple, un enfant dont les parents seraient issus du district de Sifang de la ville de Qingdao peut être scolarisé gratuitement dans l’école la plus proche du domicile familiale, tandis qu’un autre enfant qui habiterait dans le même quartier et dont les parents seraient issus de la ville de Laixi (faisant partie de la municipalité de Qingdao) ne pourrait faire de même. Il s’ensuit, comme le souligne Wang Jing (Wang, 2012 : 149) que, dans la mesure où les écoles primaires et secondaires sont hiérarchisées en fonction de leur « qualité » (école de premier rang, de second rang ou de troisième rang) et de leur spécificité pédagogique (école ordinaire ou école expérimentale), la possession d’un logement et/ou d’un Hukou, dans le but de procurer une éducation de qualité, devient une préoccupation majeure des familles chinoises, au point de constituer l’un des aspects de leurs stratégies de migrations. Ainsi, pour ce couple possédant un Hukou urbain – dont le mari travaille en tant que fonctionnaire au bureau du planning familial et dont la femme, diplômée d’un DUT d’anglais () est chef d’entreprise – fraîchement installé dans l’un des quartiers les plus huppés de Jinan et qui ouvre l’accès à l’école de Jingwu Lu, reconnue comme l’une des écoles d’excellence de la province, l’éventualité d’un engagement dans la pratique intensive du tennis de table est tout simplement qualifié de « gâchis des bonnes conditions à l’étude » accumulées par la famille.

25L’accès « gratuit » à ces conditions plus favorables à la réussite scolaire suppose donc parfois des investissements pécuniairement couteux, mais aussi un sens du placement sur le marché scolaire d’autant plus fin que les familles concernées possèdent un bon capital de sociabilité locale et une expérience prolongée du système d’enseignement. Pour ceux qui ne possèdent pas de telles ressources et qui ne sont pas issus de l’endroit où ils résident (外地人), deux autres choix peuvent être envisagés. Le premier consiste à renvoyer leur enfant sur leur lieu d’origine, ce que les chinois appellent « rentrer à la vieille famille » (回老家). Dans ce cas, soit l’enfant sera pris en charge par d’autres membres de la parentèle (ce qui est souvent le cas pour la scolarité au niveau primaire et pour la petite enfance), soit il ira dans un internat.

26La seconde solution consiste à s’acquitter des frais de scolarité réclamés par une école située à proximité.

27Pour les migrants issus des zones rurales, c’est-à-dire ceux qui vivent dans les centres urbains mais qui disposent d’un hukou rural, cette solution onéreuse est généralement appréciée comme le moyen de garantir une « meilleure éducation » aux enfants. En effet, les investissements économiques réalisés par les gouvernements locaux sont loin d’être homogènes sur l’ensemble du territoire chinois. Ils sont par ailleurs largement défavorables aux zones rurales. Reprenant les données du sociologue Lu Xueyi, Jean-Louis Rocca (2010 : 45) rappelle que « 77 % des financements de l’éducation profitent aux villes, tandis que 78 % des investissements concernant l’éducation obligatoire (pendant neuf ans) sont à la charge des autorités locales ». Étant donné ces disparités en termes de nombre d’élèves par classe, de niveau de formation initiale des enseignants ou encore de la qualité des installations scolaires, les parents et enfants issus des campagnes n’ignorent pas, pour reprendre les termes de l’un d’entre eux, que l’école des villes et des campagnes forment « deux mondes différents » (两个不同的世界).

L’école racontée par un enfant de la campagne de Weifang

Xiao Xu, étudiant en langue française de l’université de Qingdao, était l’un des deux seuls qui fut originaire de la campagne. Son père, ancien soldat de l’armée populaire de libération et sa mère, sans emploi, vivaient encore, au moment de notre rencontre, dans la campagne profonde de Weifang, avec 200 RMB/mois de revenus, dans un village peuplé d’environ 250 âmes. C’est au fil des discussions avec Xiao Xu et, surtout, d’un séjour chez ses parents que j’ai pu vraiment commencer à me représenter le monde rural chinois, de comprendre pourquoi les enfants des campagnes sont « battus sur la ligne de départ », comme le dit un chercheur de l’académie des sciences sociales de Chine. Dans le village où habitait Xiao Xu, les enfants n’allaient pas tous à l’école, certain commençant à travailler vers l’âge de douze ans dans les champs, sans que le chef du village ne trouve rien à redire. L’école était d’autant plus difficile d’accès pour ces enfants qu’elle était située dans le village voisin, à 12 kilomètres. Étant donné l’inexistence d’un ramassage scolaire et la rareté des moyens de transport collectif, les enfants du village, comme Xiao Xu le faisait autrefois, se rendent pour la plupart à pieds à l’école primaire (quand ils y vont). L’institutrice de Xiao Xu devait faire classe à une quantité très variable d’élèves, âgés de plus ou moins cinq ans et, pour certains, ne parlant pas le mandarin. À cela faut-il encore ajouter que cette institutrice, qui ne parlait pas anglais mais devait l’enseigner, ne pouvait faire apprendre à ces élèves que des listes de vocabulaire. Dans la mesure où l’épreuve d’anglais compte pour 150 des 750 points du concours d’entrée à l’université de la province du Shandong, les enfants de cette école partaient donc avec un véritable handicap.

28Au-delà du coût économique, pour un couple « d’étrangers », l’inscription de l’enfant dans une école de la ville de résidence implique des procédures administratives et la nécessité de pouvoir compter sur son capital social. Comme l’expliquent les membres de l’Association « éducation égalitaire » (教育公平), les chefs d’établissements n’hésitent pas à exiger un maximum de documents (acte de naissance notarié, acte de propriété notarié, certificat en tout genre fourni par l’employeur) afin de compliquer l’accès des enfants « d’étrangers » à leur établissement. Les parents ne disposant pas du hukou de la ville où ils résident et souhaitant inscrire leur enfant dans une école de cette ville doivent donc dépenser énormément de temps et d’argent pour produire des documents administratifs, sans bien entendu être certains d’obtenir gain de cause. Même pour les parents qui disposent d’un « permis de résidence temporaire » dans une ville où ils sont « étrangers », la scolarisation de l’enfant s’apparente souvent à un véritable parcours du combattant, chronophage et onéreux.

  • 9  En termes de mobilité sociale, cette CSP est une sorte de classe tampon, particulièrement soumise (...)

29Le choix de l’établissement scolaire est d’autant plus compliqué qu’il n’est pas simplement affaire de contraintes administratives. Dans une société où la mobilité sociale implique bien souvent la mobilité géographique, rapport à l’emploi, rapport à l’avenir et stratégie éducative s’influencent mutuellement. Pour les getihu (个体)9, petits commerçants ou artisans indépendant, marchands ambulants, tenanciers de restaurant, d’hôtel populaire ou de boutique de cigarette, les horaires et les migrations imposées par le travail rendent le rapport à l’avenir particulièrement incertain. Pour ces individus, le plus souvent issus des campagnes et qui viennent à la ville tenir des petits commerces familiaux, se fixer à la ville et envoyer ses enfants dans les écoles les plus réputées n’est jamais une mince affaire.

30Certains d’entre eux migrent de manière saisonnière vers leur lieu d’origine lorsqu’ils y ont gardé, par exemple, un lopin de terre. Faute de pouvoir s’établir complétement en ville pour des raisons liées au permis de résidence, ou pour des raisons liées à la saisonnalité de leur affaire, une partie des getihu continuent à vivre entre deux mondes, ou, selon leur expression, entre « une ville où l’on ne peut pas rentrer et une campagne où l’on ne peut pas retourner » (不了的城市, 会不了的). Parmi les couples de getihu, nombreux sont aussi ceux dont le noyau familial est géographiquement éclaté. Par exemple, l’une des pongistes rencontrée à Qingdao, née dans le Nord-Est de la Chine au moment où ses parents y tenaient une affaire et possédant un hukou rural, indiquait que sa mère gérait une quincaillerie à Qingdao avec son oncle, tandis que son père gérait avec des personnes de la famille un petit hôtel dans le Jiangsu, soit à plus de 2 000 kms de Qingdao. Enfin, d’autres pongistes expliquaient avoir passé une petite enfance assez « libre » et « indépendante » à jouer avec les autres enfants du quartier, parce que leurs parents travaillaient tard le soir dans le restaurant familial, au point qu’ils n’étaient guère disponibles pour s’occuper d’eux.

31Ces circonstances, évoquées de manière récurrente lors des entretiens, quoiqu’elles soient à certains égards magnifiées par les pongistes comme des preuves de leur capacité à l’autonomie, ne sont certainement pas étrangères au fait que les getihu constituent la catégorie professionnelle qui a le plus de chance d’inscrire leur enfant dans une école de sport. Dans notre enquête, les pongistes ayant un père getihu représentent 37 % de notre échantillon, tandis que la part relative des getihu dans la population active n’est que de 9,5 % (Lu, 2006 : 59). Par ailleurs, ce phénomène de surreprésentation des enfants de getihu ne peut guère être imputé à une relation d’affinité particulière entre la pratique du tennis de table et cette catégorie sociale, puisque les études menées par les sociologues du sport chinois montrent, d’une manière générale, que les enfants de getihu sont également surreprésentés dans les équipes professionnelles d’athlètes de la province du Jiangsu, quelle que soit la discipline considérée (Li, 2011 : 53).

  • 10  Dans les études sur « l’honorabilité des professions », les athlètes et entraîneurs sont toujours (...)

32Pour le getihu, l’école de sport est avantageuse à bien des égards. D’un point de vue économique, elle ne sera pas plus onéreuse qu’une école locale. D’un point de vue pratique, elle peut prendre en charge l’enfant en internat dès l’âge de huit ans, ce que font rarement les autres types d’écoles. Pour les parents qui vivent séparés, ou qui doivent constamment circuler pour leurs affaires, l’école de sport permet ainsi de « fixer » géographiquement l’enfant, tout en lui évitant le retour dans la « vieille famille », parfois rendu compliqué par le nombre important des petits enfants et/ou l’état de santé des membres de la lignée. D’un point de vue scolaire, bien que les enseignants des écoles de sport qualifient le niveau de leurs élèves de « peu brillant », le nombre d’élèves par classe et les conditions d’enseignement (classes chauffées, professeur d’anglais sachant converser en anglais) sont meilleures que celle de la plupart des établissements des campagnes. Enfin, l’école de sport ouvre les portes d’un possible avenir d’athlète, de professeur d’éducation physique ou à défaut d’entraîneur, soit autant de professions qui sont jugés socialement plus honorables que celle de getihu (Yang, 2011 : 115-116)10.

33Ainsi, lorsque l’on croise les trajectoires sportives et les trajectoires scolaires des enfants de getihu, l’engagement maintenu dans la pratique intensive du tennis de table s’apparente, d’un point de vue sociale, à ce que Bernard Convert (2003 : 68) nomme « la logique du desperado », dans la mesure où la pratique sportive susceptible de mener vers une carrière professionnelle est pensée, du point de vue scolaire sur le mode « rien à perdre et tout à gagner ».

Pour conclure

34Au terme de cette analyse, nous pensons avoir démontré que l’engagement durable dans la pratique du tennis de table de haut niveau – engagement qui suppose un minimum de ressources économiques – est intimement lié à des stratégies de placement sur le marché scolaire, elles-mêmes dépendantes de ressources culturelles très inégalement réparties entre les différentes classes sociales et les différents types de statuts résidentiels (étrangers/locaux).

35Le relatif antagonisme entre d’une part, enfants des classes moyennes et intermédiaires urbaines, et d’autre part, la pratique sportive de haut-niveau, s’explique ainsi par le fait que ceux qui possèdent les meilleures ressources sur le marché scolaire ne souhaitent pas que leur enfant soit détourné de la voie royale qui s’offre à lui. Au-delà du refus de voir leur enfant devenir une sorte de « travailleur manuel », obligé de « manger amer » (吃苦), ces parents refusent tout simplement que leur enfant « gâche » ses atouts scolaires, dans une société où l’accumulation de brevets de compétences culturelles devient indispensable à la mobilité sociale.

  • 11  En commençant leur pratique à l’âge de dix ans ou plus, alors que les équipes professionnelles rec (...)

36En revanche, contrairement à ce qu’avançait Susan Brownell (1995 : 202), l’engagement dans la pratique de haut niveau ne suppose pas nécessairement qu’un entraîneur persuade les parents de lui confier leur enfant, ou bien que cet enfant soit déjà médiocre à l’école. En effet, la structure du marché scolaire chinois fait que pour certains, l’école de sport apparaît également dès le départ comme une chance d’accéder à des ressources scolaires rares à partir de l’un de ses sous-marchés. Le fait qu’une partie non négligeable des enfants de getihu (40,8 %) et des autres parents (25,2 %) continuent à scolariser leur enfant dans une école de sport, quand bien même ils n’ont objectivement plus aucune chance de devenir athlète professionnel11, montre définitivement que le centre pongiste est aussi une solution pour assurer la scolarisation. Plus précisément, il s’agit d’un espace à la fois sportif et scolaire, perçu et investi comme un endroit réservé à ceux qui n’ont pas les moyens sociaux, culturels, statutaires et/ou économiques de réussir en passant par les institutions prestigieuses, c’est-à-dire les « écoles d’excellence » des villes (重点学校), celles qui affichent les meilleurs résultats aux concours d’entrée au lycée et à l’université, et qui sont désignées par les agents sociaux comme les « école de l’aristocratie », « des élites » et « des gens de qualité ». En définitive, l’école de tennis de table ne peut être seulement vue comme un lieu où les pongistes travaillent sur le corps matériel () faute de pouvoir accéder à la culture (). Elle est aussi un sous-espace scolaire à partir duquel il est possible d’accéder à de meilleures ressources culturelles, et de prolonger son cursus scolaire jusqu’à l’université.

  • 12  Si nous comptons dans nos connaissances des Chinois passés par des classes artistiques au lycée ap (...)

37Ces stratégies scolaires d’accès à la culture « intellectuelle » par le sport, que nous ne pouvons malheureusement pas mettre en perspectives avec des stratégies d’accès à l’université par la recherche d’une compétence artistique (maîtrise d’un instrument de musique, du chant, de la danse ou du dessin)12, méritent d’autant plus d’attention qu’elles permettent de mieux saisir la segmentation mouvante du marché scolaire chinois et les représentations qui y sont attachées. En observant les espaces les moins « ordinaires » de l’espace scolaire, on s’aperçoit que « réussir » sa scolarité ne veut pas simplement dire réaliser un cursus honorum, menant d’un collège d’excellence à une université d’excellence, sur un modèle qui fait penser en bien des points à celui des États-Unis. Il s’agit aussi d’accumuler des profits symboliques en passant par les filières les plus prestigieuses car les plus intellectualisées et les plus synonymes de modernité (économie, finance), dans une logique de distinction qui laisse finalement peu de place à la préoccupation de se rendre « utile à la nation ».

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu (P.), 1978, « Sur l’objectivation participante. Réponse à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 23, pp. 67-69.

Brownell (S.), 1995, Training the body for China, Chicago, University of Chicago Press.

Convert (B.), 2003, « Des hiérarchies maintenues. Espace des disciplines morphologie de l’offre scolaire et choix d’orientation en France, 1987-2001 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 149, pp. 61-73.

Grignon (C.) & Passeron (J.-C.), 1989, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard.

Li (L.), 2011, « Enquête statistique sur les catégories sociales des familles d’athlètes professionnels de la province de Zhejiang [Zhejiang sheng zhuanye yundon yuan jiating shehui jieceng beijing diaocha yanjiu] », Sciences du Sport (Tiyu kexue), n° 31(6), pp. 50-58.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lin (N.), 1988, « Occupational Prestige in Urban China », American Journal of sociology, n° 93, vol. 4, pp. 793-832.
DOI : 10.1086/228825

Loirand (G.), 1996, « Une difficile affaire publique, sociologie du contrôle de l’État sur les activités physiques et sportives et leur encadrement professionnel », Thèse de doctorat, Université de Nantes.

Lu (X.), 2006, La stratification sociale dans la Chine contemporaine (Dangdai zhongguo shehui jieceng jiegou), Pékin, Maison d’édition de l’académie des sciences sociales de Chine.

Rocca (J.-L.), 2010, Une sociologie de la Chine, Paris, La Découverte.

Wacquant (L.), 1989, « Corps et âme. Notes ethnographiques d’un apprenti boxeur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 80, pp. 33-67.

Wang (J.), 2012, Les migrations intérieures en Chine. Le système du Hukou, Paris, L’Harmattan.

Wang (J.), 2012, « Étude de la relation entre les écarts de revenu paysans par région et le niveau d’éducation dans la province du Shandong [Shandong sheng nongmin shouru quyu chayi yu shou jiaoyu chengdu de guanxi yanjiu] », Mémoire de master, Université de Xinan.

Yang (J.), 2011, Analyse de la stratification sociale de la Chine contemporaine (Zhongguo Dangdai shehui jieceng fenxi), Nanchang, Maison d’édition d’éducation supérieure du Jiangxi.

Zhou (X.), 2008, « La classe moyenne chinoise : réalité ou illusion ? », in J. L. Rocca (dir.), La société chinoise vu par ses sociologues, Paris, SciencePo, pp. 141-159.

Haut de page

Notes

1  Selon Jean-louis Rocca (2010 : 54), le taux de réussite au concours d’entrée à l’université pour une tranche d’âge oscille entre 20 et 25 %.

2  Notons ici que l’entrée dans ces différents centres a été largement favorisée par le fait que nous étions nous-même pongiste de bon niveau, ayant évolué dans le championnat français en national 2 et national 3. En effet, notre savoir-faire pongiste nous a permis, au gré des opportunités et des situations, d’accéder au terrain de nos recherches en tant que joueur étranger souhaitant parfaire sa technique ou observateur étranger donnant un coup de main pour les entraînements. Sans pouvoir ici expliquer tous les détails de nos modes d’accès aux différents centres, notons simplement que les ressources sportives, le réseau d’interconnaissance et le « mode d’entrée » dans chacun des clubs ont fait l’objet de ce que Pierre Bourdieu nomme un travail « d’objectivation participante » (Bourdieu, 1978 : 67).

3  Les archives provinciales ne contiennent par ailleurs aucune « recommandation » ou « directive » de la part de la CSS, de la ligue de la jeunesse ou du Parti, visant à utiliser les campagnes comme un vivier de futurs champions. Si une campagne de promotion du sport dans les zones rurales a bien été décrétée en 1988 par la Commission nationale chargée des sports (CNCS), elle a été regardée avec tellement d’attention par les cadres de l’administration sportive provinciale, de l’administration sportive de la ville de Jinan et de celle de Qingdao, que les documents nationaux n’ont même pas été conservés dans leurs dossiers. Ces cadres, continuellement sommés de pourvoir les équipes nationales chinoises en athlètes de niveau mondial et disposant de maigres moyens concentrés dans les districts urbains des villes de Qingdao, Yantai et Jinan, depuis l’ouverture des équipes de provinces et des premières « écoles de sport » au milieu des années 1950, n’ont donc probablement jamais travaillé à la « démocratisation » du sport de haut niveau.

4  L’enquête par questionnaire a permis de mettre à jour que 50 % des pongistes de Dongya venaient d’une province extérieure au Shandong. Environ 10 % des athlètes (venus du Gansu, du Guangdong, du Xinjiang et de Hainan) avaient migré à plus de 2 000 kms de chez eux pour suivre les entraînements dans ce club qui figurait parmi les trois plus chers de la province en terme de frais d’entraînement.

5  Ce à quoi j’avais répondu dans un premier temps qu’on ne peut jamais dire qu’untel sera champion du monde.

6  La définition de la classe moyenne fait l’objet d’un débat acharné parmi les sociologues chinois. Nous parlons ici de « classe moyenne » dans des termes analogues à ceux de Zhou Xiaohong, pour qui la « classe moyenne chinoise » équivaut à environ 11,9 % de la population. Pour ce qui est des classes intermédiaires, cette traduction correspond à peu près à ce que les membres de l’académie des sciences sociales de Chine nomment la « partie médiane de la couche moyenne » (中中阶层). Voir Zhou (2008) et Lu (2006).

7  Ils y sont même surreprésentés, 16 % des enfants ayant un père occupant une profession intellectuelle alors que les travailleurs intellectuels forment 6 % de la population active. Cette proportion de 16 % est en fait peu élevée, si l’on prend en compte leur part relative dans la population des débutants et le fait que plus d’un tiers de ces pongistes sont des tard-venus à la pratique du tennis de table.

8  Le Hukou est un système d’enregistrement de la résidence, mis en place en 1958 par le parti communiste chinois afin de restreindre les mouvements de la population. Sur le livret Hukou ben, sont enregistrés le nom, prénom, date de naissance, ethnie, employeur, emploi et, surtout, adresse de l’ensemble des membres de la famille nucléaire. Ce livret donne le droit à l’accès au service public dépendant de la zone de résidence. Jusqu’aux réformes de 2001, puis de 2003 qui ont abouti à un assouplissement de ce système, les personnes détentrices d’un Hukou autre que celui de leur lieu de résidence, vivaient sous la menace d’un renvoi sur leur lieu d’origine.

9  En termes de mobilité sociale, cette CSP est une sorte de classe tampon, particulièrement soumise à l’incertitude (les individus peuvent passer rapidement de getihu à ouvrier et vis-versa, voir occuper les deux positions en même temps). Les modes de vie des individus appartenant à cette catégorie, leur origine sociale comme leur perspective de mobilité renvoient donc à un imaginaire bien différent de celui de la PCS « commerçants et artisans » de l’INSEE. Dans ces conditions, nous préférons garder ici le terme getihu.

10  Dans les études sur « l’honorabilité des professions », les athlètes et entraîneurs sont toujours mieux classés que la profession getihu. Ce classement dépend néanmoins des termes qui précisent de quel type de getihu il s’agit. Dans l’étude réalisée sur l’ensemble de la Chine en 2000 par Xu Jinjin, la profession d’athlètes était classée 35e sur 69, tandis que les « getihu réalisant un travail manuel » (cordonnier, affuteur de couteau…) étaient classé 67e, les « getihu du domaine de la culture » (ex : professeur de chant indépendant) 43e, et les getihu commerçants 46e.

11  En commençant leur pratique à l’âge de dix ans ou plus, alors que les équipes professionnelles recrutent quasi-uniquement des sportifs âgés entre 10 et 12 ans, ces enfants n’ont objectivement presque aucune chance d’atteindre la haut-niveau.

12  Si nous comptons dans nos connaissances des Chinois passés par des classes artistiques au lycée après un relatif échec en section scientifique, nous n’avons pour l’heure trouvé aucune recherche mettant en perspective l’origine sociale, les parcours et stratégies scolaires des étudiants de section artistique en Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Boucher, « Penser l’école à travers le sport (et vice versa). Engagements sportifs et stratégies scolaires des jeunes pongistes chinois », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 14 | 2015, 227-244.

Référence électronique

Aurélien Boucher, « Penser l’école à travers le sport (et vice versa). Engagements sportifs et stratégies scolaires des jeunes pongistes chinois », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://cres.revues.org/2827

Haut de page

Auteur

Aurélien Boucher

Docteur en sociologie, université Sun Yat-Sen, Canton. E-mail: ouhaiyang@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org