Navigation – Plan du site
Hors-thème

Les écoles de journalisme face à l’expansion du marché. Stratégies d’internationalisation et transformations des curricula

Journalism schools faced with the expanding market. Internationalization strategies and curricula changes
Samuel Bouron
p. 245-266

Résumés

En montrant les transformations des curricula des “grandes écoles” de journalisme, cet article décrit la lutte que mènent les différentes fractions de l’élite professionnelle pour légitimer leur modèle de formation. D’un côté, les deux écoles historiques de la profession, l’ESJ Lille et le CFJ, ont construit un modèle d’excellence professionnelle initialement fondé sur la “culture générale” et qui destine ses diplômés à exercer le journalisme dans la presse considérée comme la plus sérieuse. D’un autre côté, des écoles plus récentes, comme l’École de journalisme de Sciences-po et l’IPJ, s’inspirent des universités américaines et intègrent dans leur cursus des enseignements de spécialités, plus ajustés au marché du travail. L’enjeu pour ces écoles consiste alors à construire un curriculum qui permette de dépasser les contradictions entre ces modèles d’excellence professionnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  La profession connaît un processus de « scolarisation » dans la mesure où les journalistes qui déb (...)

1Le projet de créer des écoles pour apprendre le journalisme renvoie historiquement à la volonté pour la profession de moraliser une presse dont une partie a collaboré pendant les deux guerres mondiales. À la Libération, les diplômés du CFJ (Centre de formation des journalistes) et de l’ESJ (École supérieure de journalisme) de Lille ont l’idée de former une noblesse professionnelle qui serait capable d’éviter l’influence de l’argent sur la presse, mais aussi les contenus suspectés de décadence morale : « Moins de sang à la une ; supprimer les astrologues et autres diseuses de bonne aventure. Moins de place aux stars et aux vedettes » afin de mieux « guider », « instruire » et « éduquer les lecteurs » selon l’un des initiateurs du CFJ (Wievorka, 1995 : 356-357). Jusque dans les années 1960, la profession ne s’appuie que sur deux écoles, le CFJ et l’ESJ Lille, pour former une élite destinée à accéder à une presse réputée sérieuse, dont le fer de lance est le journal Le Monde1. La formation est alors principalement orientée vers l’acquisition d’une “culture générale”, clef de voûte des établissements destinés à la formation d’une élite nationale, à l’image de Sciences Po et de l’ENA pour la haute administration.

2Toutefois, dès les années 1980, l’expansion du marché du travail journalistique, les innovations technologiques, puis le contexte de « mondialisation universitaire » dans les années 2000 ont laissé un espace propice à l’émergence de formations mieux ajustées aux nouvelles formes “d’excellence” professionnelle, dans le sillage d’un modèle de formation mondialisé, comme c’est le cas pour l’école de journalisme de Sciences Po. De nouveaux secteurs de l’information, auparavant considérés comme mineurs voire indignes du “grand” journalisme, tels que le journalisme sportif dont il sera en partie question ici, imposent des principes de hiérarchisations sociales en contradiction avec ceux défendus initialement par le CFJ et l’ESJ Lille et qui brouillent les frontières professionnelles précédentes. Ces transformations leur imposent un défi : Comment peuvent-elles rester de “grandes écoles” alors même qu’elles sont contraintes d’intégrer dans leurs formations ces nouvelles pratiques professionnelles qui entrent en contradiction avec les principes éthiques qu’elles défendent historiquement et qui sont nécessaires à leur légitimité ? Le cas des transformations des curricula d’écoles de journalisme invite plus largement à réfléchir à la façon dont les élites qui ont construit leur légitimité dans un cadre national se trouvent contraintes de s’adapter à l’expansion constante du marché dans un contexte de mondialisation économique (Leclerc et alii, 2011).

3Nous mobilisons ici des données sur l’histoire récente des écoles de journalisme, principalement sur des transformations survenues depuis les années 2000, dans un contexte d’internationalisation de ces formations. Les données sur les écoles de journalisme des États-Unis sont issues des lectures de revues spécialisées sur la formation professionnelle, dans lesquelles on peut appréhender les débats en cours sur les enjeux de formation, les lignes de clivage selon les différentes prises de position et les transformations dans les universités les plus prestigieuses. L’enquête sur Sciences Po a bénéficié de quelques comptes rendus des premières réunions paritaires de l’école, complétés par les informations disponibles sur la formation, en particulier le programme d’études et les travaux réalisés par les étudiants. Sur l’IPJ (Institut pratique du journalisme), deux entretiens ont été réalisés avec les deux principaux responsables de la pédagogie à propos des différentes transformations et objectifs qu’ils ont tentés d’atteindre depuis une dizaine d’années. Cette étude a aussi bénéficié d’une connaissance de l’ESJ Lille et de l’IPJ de « l’intérieur », par l’observation ethnographique de leurs enseignements, qui ont fait l’objet d’une thèse de doctorat sur la socialisation professionnelle des journalistes. Ce faisant, ce travail s’efforce de jouer sur les échelles d’observation, en croisant les traces des pratiques des différents entrepreneurs de ces formations issues des archives syndicales, des entretiens, ainsi qu’à des données de seconde main, telles que les contenus d’enseignement et les articles de presse relayant les innovations réalisées par ces établissements. Il devient alors possible de reconstituer les configurations relationnelles qui permettent notamment de comprendre comment la concurrence entre les écoles “historiques”, c’est-à-dire le CFJ et l’ESJ Lille, et des écoles plus récentes – l’école de journalisme de Sciences Po et l’IPJ – conduit à une expansion des domaines du journalisme qui sont scolarisés. Les écoles intègrent dans leurs programmes des spécialités qui n’étaient pas enseignées auparavant, ou bien elles favorisent l’émergence de nouvelles formes d’écriture.

L’expansion du marché contre le curriculum des “grandes écoles” de journalisme

4À partir des années 1980, dans un contexte de libéralisation des médias, les nouveaux supports médiatiques et en particulier la télévision et la presse magazine développent des techniques de communication qui ont été élaborées dans l’objectif de capter l’attention du public, aussi bien utilisées en marketing, relations publiques, qu’en journalisme. Ces procédés sont intégrés aux formats journalistiques à travers les amorces, la titraille, les illustrations, ou encore la mise en page (Brin et alii, 2004) et introduisent des logiques gestionnaires au sein du travail d’information.

5Les transformations des pratiques journalistiques sont répercutées dans le contenu de la formation des écoles professionnelles, en particulier au CFJ et à l’ESJ Lille, qui proposent une formation très ajustée au marché du travail journalistique. En effet, ces écoles sont principalement financées par l’intermédiaire de la taxe d’apprentissage, dont les conditions d’attribution aux divers établissements dépendent de la bonne volonté des employeurs. L’économie des écoles de journalisme fonctionne ainsi comme un cercle vertueux : plus les étudiants répondent aux attentes des employeurs, plus ils sont recrutés par les entreprises de presse, et plus ils ont des probabilités d’occuper des positions qui les amènent en retour à attribuer une taxe d’apprentissage obligatoire à l’école qui les a diplômés. Comme le montre Dominique Marchetti (2003), ces écoles professionnelles sont structurellement contraintes d’adapter leur offre de formation au marché du travail et de faire partie d’un réseau commun qui comprend les enseignants en provenance des titres journalistiques les plus prestigieux, des anciens de l’école ou encore des stagiaires qui participent à fournir une main-d’œuvre ponctuelle mais régulière aux rédactions.

6Amorcées par ces transformations structurelles, les logiques économiques s’intègrent aux critères d’excellence de la profession, ce qui a pour effet de distendre les liens entre la formation professionnelle et les disciplines universitaires. Ainsi, dès 1974, l’admission à l’ESJ Lille ne se fait plus au niveau baccalauréat mais au niveau DEUG et rompt avec l’ambition historique de l’école de mener de front une formation aussi bien académique de niveau licence et un apprentissage professionnel. Désormais, les étudiants ne bénéficient d’un enseignement académique qu’à l’occasion de leur passage dans un premier cycle universitaire. L’école ne dispense plus que des enseignements qui servent la pratique du métier, entérinant une division du travail entre des enseignements fondamentaux dispensés à l’université, et des savoirs pratiques réservés aux écoles professionnelles. L’histoire, le droit et la géographie, qui constituaient le socle disciplinaire de la formation, sont remplacés par des modules thématiques qui collent davantage à la culture de l’actualité. La production des étudiants s’insère plus qu’auparavant dans des contraintes de temps et les oblige à travailler sur une durée prédéfinie. La communication, désormais enseignée dans toutes les écoles du pouvoir, dans les écoles de journalisme mais aussi à Sciences Po et à l’ENA, devient alors un instrument important de l’exercice du pouvoir symbolique de ceux qui sont mandatés pour mettre en ordre symbolique le monde social (Legavre, 2001).

7Il n’en demeure pas moins que, malgré les efforts de l’ESJ Lille et du CFJ pour adapter leur offre de formation aux transformations des pratiques du journalisme, une partie du patronat adresse des reproches fréquents à l’encontre de ces “grandes écoles”, dont les diplômés sont soupçonnés d’intellectualisme, notamment en raison de leur recrutement scolairement sélectif. Jusqu’alors, ces formations n’ont pas rompu avec l’idée que le cursus devait comprendre deux phases séparées : une première qui consiste en l’apprentissage d’une “culture générale”, une deuxième qui vise à appliquer ces principes dans un contexte professionnel. Mais ce découpage ne convient pas à la fraction du patronat la plus liée aux nouveaux médias, qui ne souhaite pas disposer de diplômés concevant l’éthique de leur profession comme l’application dans le journalisme de savoirs conformes aux hiérarchisations savantes. En effet, l’extension du nombre de supports journalistiques porte le nombre de titulaires de la carte de presse de 16 619 en 1980 à 26 614 en 1990. L’évolution du marché du travail journalistique est à mettre en lien avec le développement économique des médias privés et spécialisés dans certaines thématiques. Dans le secteur audiovisuel, alors que le satellite en est encore à ses balbutiements, Canal + (1984), la « 5 » (1986), M6 (1987) font notamment leur apparition. TF1 est privatisée en 1987. En presse écrite, la presse spécialisée technique et professionnelle ainsi que la presse spécialisée grand public, principaux employeurs de pigistes, connaissent une augmentation du nombre de titres. En radio enfin, des groupes privés se partagent le marché de la bande FM à partir de 1982, succédant alors aux « radios libres ». Or, la formation dispensée au CFJ et à l’ESJ Lille se trouve en décalage avec les attentes des employeurs des chaînes de télévision ainsi que de la presse spécialisée dont le nombre de titres connaît une forte croissance à la même époque. Ce faisant, ces deux écoles accusent une baisse de leurs financements extérieurs, principalement constitués par les taxes d’apprentissage. À première vue, le modèle national des “grandes écoles” de journalisme semble décliner au profit d’une formation tournée vers l’international, qui serait mieux à même d’accompagner l’expansion de la profession vers de nouveaux marchés.

La tentative d’hégémonie américaine

8Aux États-Unis comme en France, les groupes patronaux ont mis en cause à plusieurs reprises l’inadéquation entre la formation des journalistes et les besoins des entreprises de presse. Le caractère trop “théorique” a notamment été dénoncé par un rapport de 1996 intitulé « Winds of change », initié par le Freedom Forum, une fondation américaine soutenue par les grands groupes de presse américains – en particulier Gannett corporation – et fortement dotée économiquement, qui se donne pour mission de protéger la liberté de la presse et de défendre la profession de journaliste : une fondation qui a notamment créé un First Amendment Center et un Newsmuseum. À partir des années 1980, ce groupe de pression s’est fortement intéressé à la question de la formation des journalistes en participant aux activités de l’Association for Education in Journalism and Mass Communication (AEJMC) qui regroupe les universitaires des départements de communication. Le rapport tient pour responsable le système de formation au journalisme du supposé déclin de la profession. Les savoirs journalistiques se trouveraient intégrés à un enseignement de communication « générique » et faiblement professionnalisant, menant indistinctement au journalisme, au marketing ou encore aux relations publiques. Il faut noter que si les formations les plus prestigieuses, pour la plupart situées sur la côte Est du pays, obtiennent des entreprises des ressources financières suffisantes pour rassembler les moyens pédagogiques nécessaires à la reproduction dans l’école des conditions d’apprentissage “professionnelles”. En revanche, les facultés de journalisme ayant moins de moyens financiers ont été contraintes de regrouper leurs enseignements avec les facultés de communication. Le rapport regrette la présence importante de chercheurs sans expérience journalistique au détriment de praticiens qui ne bénéficient pas du statut d’universitaire et qui se trouvent alors relégués dans une situation précaire. Il préconise de réinsérer dans la formation davantage d’intervenants professionnels et, surtout, de leur offrir un statut universitaire sur la base de travaux professionnels qui pourraient être convertibles en thèse de doctorat. En participant pleinement aux activités de recherches, ces journalistes-chercheurs rendraient les futures innovations plus directement mobilisables dans la pratique, par exemple dans le domaine des nouvelles technologies ou des formes d’écritures et graphiques. En définitive, le rapport « Winds of change » argumente sur la nécessité de subordonner la recherche en communication à la demande économique, qui plus est dans un contexte de crise du secteur de la presse écrite et de réflexion sur la place du journalisme dans les nouvelles technologies.

9Le débat a été rouvert en 2002, lorsque Lee Bollinger, président de la prestigieuse université de Columbia, a suspendu la nomination du doyen de la Graduate School of Journalism pour constituer un groupe de réflexion sur la formation des journalistes. Jusqu’alors, comme en France, les groupes patronaux aux États-Unis avaient fait pression pour éviter toute formalisation d’une science de la communication qui entraverait l’efficacité pratique des diplômés une fois insérés dans l’entreprise de presse. L’enseignement “théorique” avait d’ailleurs été systématiquement opposé à l’enseignement “pratique”. Lee Bollinger annonce la refonte de la formation des journalistes de Columbia, de manière à ce que l’Université soit capable de répondre aux problématiques posées par la crise de la presse papier et par l’essor des nouvelles technologies dans le monde de l’information. Dans son annonce, il critique le défaut, selon lui, des formations professionnelles : vouloir coller aux formats du métier, sans donner la possibilité aux étudiants ni d’explorer des manières différentes de pratiquer, ni la formation intellectuelle nécessaire à la remise en contexte des informations, ce qui rendrait le contenu des journaux selon lui relativement soporifique et incomplet. Il reprend largement les arguments des pédagogues d’écoles de journalisme qui militaient pour remettre des savoirs universitaires au centre du curriculum. Il ne remet pas pour autant en cause la dimension pratique de l’apprentissage du métier, reconnaissant l’importance du « knowing in action » et de débuter le programme par de la pratique.

10Le projet de Bollinger dépasse la seule question de la formation au journalisme. Pour lui, sauver la presse nécessite en fait de briser les frontières nationales pour l’adapter aux contraintes internationales, ce qui passe par l’édification d’une université mondialisée (la « Global University »). À cet effet, il crée en 2003 une rencontre des dirigeants mondiaux (The « World Leader Forum ») où sont invités dans le cadre de conférences des Présidents et Ministres de pays étrangers. Il lance la construction du très moderne Manhattanville Campus qui devrait être terminé en 2030. Lee Bollinger initie aussi la création en 2005 d’un Comité de la pensée mondiale (Committee on Global Thought – CGT), think tank qui se donne pour mission de répondre aux défis de la mondialisation en refondant un savoir pluridisciplinaire adapté aux nouvelles technologies et à la société du XXIe siècle. À partir de 2009, Lee Bollinger initie aussi l’ouverture de centres de recherches dans des villes étrangères, comme à Amman, Pékin, Istanbul et Paris. Il lance enfin un programme de discrimination positive (affirmative action) à destination des groupes ethniques et sociaux défavorisés. On observe ainsi qu’au lieu de tenter d’imposer les intérêts de son Université au sein de l’AEJMC, comme l’avait fait le Freedom Forum avec le rapport « Winds of change », Lee Bollinger, qui représente l’élite du nord-est des États-Unis, tente de construire un modèle de formation international, c’est-à-dire universel et à vocation hégémonique (Dezalay & Garth, 2006), dont on entrevoit les contours dans le partenariat que l’école de journalisme de Columbia a réalisé avec l’école de journalisme de Sciences Po.

L’importation du modèle anglo-saxon par l’école de journalisme de Sciences Po

11Sciences Po a adopté en France le positionnement de l’université de Columbia en matière de formation des journalistes. En 2004, Richard Descoings, qui est alors le directeur de Sciences Po, annonce sa volonté de créer une école de journalisme qui se présente sous la forme d’un diplôme de master. La stratégie de l’institut semble être dans la continuité de celle élaborée au tournant des années 1980. Auparavant, l’établissement formait de manière privilégiée l’élite des services publics et avait noué une relation privilégiée avec l’ENA. Mais face à la raréfaction des débouchés dans ce secteur et à la limitation des postes mis au concours, Sciences Po avait choisi de diversifier ses filières, et par conséquent ses débouchés, en ouvrant ses formations aux entreprises et en promouvant l’entrepreneuriat et l’initiative privée (Garrigou, 2001). Progressivement, les enseignements de langues, d’économie et des techniques de communication irriguent les formations à destination des relations publiques, du journalisme ou de la publicité. L’enseignement de l’information est intégré à la section « Communication et ressources humaines » (Legavre, 2001). Sciences Po ne se considère déjà plus comme une formation savante en amont des écoles de journalisme, mais comme une formation qui se suffit à elle-même. De ce fait, en rompant la division du travail entre formation “théorique” et apprentissage technique, Sciences Po entre en concurrence avec les Écoles supérieures professionnelles, en particulier le CFJ avec qui elle entretenait alors des liens étroits. Aussi, lorsqu’en 2002 le groupe CFPJ est de nouveau en dépôt de bilan, après celui de 1998, Sciences Po voit une place à prendre dans la formation de l’élite du journalisme. De plus, le secteur de la presse quotidienne généraliste connaît une crise économique profonde et une réflexion s’amorce sur la place des nouvelles technologies dans le journalisme, dans un contexte où la presse spécialisée semble se démarquer avec une hausse de la diffusion de 40 % pour Les Échos et pour L’Équipe (Le Floch & Sonnac, 2005).

12En 2003, Michelle Cotta est mandatée par Richard Descoings pour animer une commission de réflexion sur la formation des journalistes (Chupin, 2008). Diplômée de Sciences Po, elle a officié au cours de sa carrière d’abord comme journaliste dans de nombreux titres de référence : Combat, L’Express, Le Point, France Inter, RTL, avant de devenir présidente de Radio France, puis du CSA et enfin directrice de l’information à TF1 puis directrice générale de France 2. Au moment de la commission, elle est directrice d’AB Sat.

13Michelle Cotta puise dans son réseau pour “moderniser” une formation des journalistes jugée trop corporatiste et encore ancrée dans une tradition intellectuelle qui mettrait en péril la presse. Dans le rapport qu’elle remettra à Richard Descoings, elle explique que :

  • 2  « Conclusions de la commission animée par Michèle Cotta sur la création d’une école de journalisme (...)

« la formation en journalisme doit également permettre d’assurer la diversité des opinions idéologiques et politiques. Le devoir de toute formation est d’éviter d’enfermer les élèves, futurs journalistes, intellectuellement et psychologiquement, dans des schémas, des habitudes et des conforts de pensée2 ».

14Les sujets “spécialisés”, c’est-à-dire qui n’entrent pas dans ce que la profession désignait comme la “culture générale”, trouvent toute leur place à Sciences Po. L’éthique professionnelle se trouve redéfinie par la capacité du journaliste à s’adresser au plus grand nombre, perception qui ne s’oppose plus comme dans le passé aux intérêts financiers de l’entreprise de presse. « En même temps, les médias sont des entreprises. Comme telles, il leur faut assurer leur pérennité, leur survie, dans un secteur où la concurrence est rude », précise le rapport. Ce point de vue en rupture avec la corporation journalistique leur attire de fortes critiques du SNJ, tandis que le projet est fortement soutenu par la partie patronale au sein de la CPNEJ.

15Les préconisations du rapport Cotta sont directement adressées par les principaux responsables d’importants média qui tirent une part importante de leurs bénéfices de la publicité, comme Gérald de Roquemaurel, patron d’Hachette Filipacchi Médias, Étienne Mougeotte, vice-président de TF1 ou encore Yves de Chaisemartin, PDG du Figaro, sollicités à l’occasion du rapport. Ils sont les principaux financeurs de l’école, qui lèvera un fonds total de 1,5 million d’euros. Certains sont nommés professeurs associés de l’école, comme Étienne Mougeotte (TF1), Alain Genestar (directeur de la rédaction de Paris-Match), Hervé Brusini (directeur des informations de France 2) et Nicolas Beytout (directeur de la rédaction du Figaro). À l’instar d’Étienne Mougeotte, membre du conseil pédagogique de l’école, ces groupes média souhaitent faire bénéficier les diplômés d’écoles professionnelles d’un ensemble de savoirs non spécifiques au journalisme mais qui sont toutefois susceptibles d’y être réinvestis, notamment ce qui relève des techniques de communication.

  • 3  Déclaration d’Étienne Mougeotte lors du conseil de l’école de journalisme de l’IEP de Paris le 18 (...)

« Ne faut-il pas réfléchir au fait qu’il y a deux métiers connexes : le journalisme et la communication ? Nous avons besoin de plus en plus de “communicants” qui ont une formation voisine, mais pourtant très différente. Je pense que c’est un débat qu’il est compliqué de clore3. »

  • 4  Selon les mots de Richard Descoings lors du conseil de l’école du 18 juin 2007.

16Dans les contenus d’enseignement, le point de vue de ces dirigeants se traduit par un renforcement de la rationalité économique dans la pratique journalistique, en particulier l’économie d’entreprise, qui était jusqu’alors considérée dans les écoles professionnelles comme une compétence qui ne relevait pas directement de la profession. Dans une perspective pragmatique, le multimédia est aussi renforcé « pour plus de cohérence avec la réalité du métier4 ».

17De plus, l’enseignement des techniques de communication se renforce considérablement, non plus seulement dans la mise en forme des contenus mais dans l’invention même des formats médiatiques en relation avec une captation du public, prenant la pleine mesure du potentiel des nouvelles technologies de l’information. L’école souhaite aussi que ses diplômés se dirigent davantage que ceux des autres établissements vers les débouchés plus porteurs que représentent les médias davantage spécialisés, en particulier la presse magazine.

18Les questions d’audience, de transformations technologiques et de leurs effets sur le métier de journaliste ont fait l’objet de la création d’un « lieu d’observation » appelé WIP (Work in progress), qui organise en permanence l’ajustement entre les innovations des entreprises de presse en matière de communication et la formation des journalistes. Des « master class » sont organisées à cet effet, portant sur des thèmes comme, à titre d’exemple, les derniers organisés :
« Que produire et pour quels écrans ? », « Live chronicle of a crash, the case of Lehman Brothers », « Comment être un média global ? », « Long form journalism », « La protection des sources à l’ère numérique », « L’affaire Bettencourt-Médiapart du point de vue juridique », « Adapter un titre américain au marché français, le challenge de Vanity Fair », « Comment fabriquer un média en 2013 ? L’exemple de L’Opinion », « Le Figaro, nouveaux formats, nouvelles vidéos, nouvelle culture ? »

Les dix commandements de l’open journalism selon Alan Rusbridger

1. Encourage le public à participer.
2. Bannis toute forme de publication qui ferait croire que l’on s’adresse du peuple de haut (de « nous » à « eux ») et ne publie jamais un contenu auquel le public ne peut pas répondre.
3. Implique des tiers dans le processus de pré-publication.
4. Cherche l’aide de communautés qui ont un intérêt commun.
5. Ouvre-toi au Web : publie des liens vers l’extérieur et participe au réseau.
6. Agrège, trie et sélectionne le travail des autres.
7. Reconnais que les journalistes ne sont pas les seules voix d’autorité.
8. Tente de refléter la diversité.
9. N’oublie pas que la publication n’est que le début du processus journalistique, pas la fin.
10. Sois transparent et intègre corrections et clarifications.

19De même, le 2 septembre 2013, Matthew Winkler, le rédacteur en chef de Bloomberg News est invité à donner la leçon inaugurale de l’école de journalisme de Sciences Po organisée en collaboration avec l’école de journalisme de Columbia. Il donne à cette occasion la recette qui fonde selon lui le succès de Bloomberg, contenue dans la règle des “5F” : « first, fastest, factual, final, future ». L’année précédente, c’est Alan Rusbridger, le directeur de la rédaction du Guardian, qui était venu parler aux étudiants de ses “dix commandements” (voir encadré, supra) pour un “open journalism”, que l’on peut brièvement définir comme un journalisme collaboratif, relié au flux d’informations mondial et dont le contenu est en cela toujours susceptible d’évoluer. La principale transformation professionnelle, selon cette conception, se trouve dans la position du journaliste par rapport au public : il n’est plus situé en surplomb, selon un principe de hiérarchisation du travail verticale, et davantage comme un maillon de la chaîne d’information, selon une division horizontale du travail.

20Dans les enseignements, les normes journalistiques sont redéfinies selon l’efficacité des modèles économiques dans lesquels elles s’inscrivent. « L’histoire des médias » interroge par exemple les modèles de référence de la presse et leurs succès économiques. « L’économie des médias » renseigne sur les différents circuits de production des médias. En deuxième année, les étudiants suivent un module de « journalisme entrepreneur » qui doit leur offrir l’opportunité de créer leur propre entreprise de presse. Dans le cadre d’un partenariat avec Google depuis 2011, l’entreprise offre même une bourse de 5 000 euros dans le cadre de cet enseignement pour que « les élèves développent des idées journalistiques inédites et en imaginent le modèle économique pour que ces idées deviennent de véritables start-up ». Google dispense également des bourses au mérite d’un montant total de 34 000 euros pour les étudiants et participe même au programme d’enseignement via des cours portant sur l’indexation des contenus sur les moteurs de recherche, dans le cadre des cours de numérique. Autre indice d’une orientation vers l’économie, l’école de journalisme de Sciences Po crée en 2013, en collaboration avec le département d’économie de Sciences Po, un master de journalisme économique. La forte présence d’un environnement économique dans les enseignements généraux, qui caractérise le modèle des business schools, organise un cadre cognitif pour repenser dans le même temps les techniques journalistiques.

Produire une relation plus informelle avec le public

21L’hybridation forte entre le journalisme et l’économie se traduit aussi par une hybridation dans les formes d’écriture, où le style journalistique n’est plus nécessairement contradictoire avec les règles issues du monde de la communication. En effet, les nouvelles façons de raconter l’information, ce qui est parfois appelé le storytelling, enseigné sous ce nom à l’école de journalisme de Sciences Po, s’oppose diamétralement au style d’écriture initial du journal Le Monde, dont le formalisme et l’austérité étaient censés accompagner le sérieux de l’information. Inspirée du management, cette forme d’écriture, surtout présente dans la presse magazine et les médias en ligne, emprunte à la structure du conte pour reconstituer un monde cohérent et enchanté, dont l’objectif est de créer un lien affectif avec le public (Salmon, 2008). On voit qu’à l’inverse de l’enseignement de l’ESJ Lille et du CFJ, plus exclusivement orienté vers un apprentissage technique qui s’écarte peu des formats déjà existants dans les supports médiatiques, l’école de journalisme de Sciences Po prépare ses étudiants à ajuster lesdits formats à ce que l’on suppose être les attentes du public. Cette transformation de l’ethos des journalistes conduit aussi, selon l’évolution managériale des relations de travail décrite par Luc Boltanski et Eve Chiapello, à ce que le travailleur optimise lui-même l’efficacité de sa production en devançant les attentes de sa hiérarchie (Boltanski & Chiapello, 1999).

22À l’école de journalisme de Sciences Po, les connaissances sur l’économie des médias sont le support d’une réflexivité sur les pratiques du journalisme. En cela, ce modèle de formation est moins technicien que les curricula construits par le CFJ et l’ESJ Lille et qui ont servi de référence aux syndicats de la profession. Sciences Po mobilise en particulier les chercheurs et les travaux disponibles dans ses unités de recherche pour constituer un nouveau socle de savoirs sur les pratiques professionnelles : des enseignements généraux nourrissent les techniques du journalisme et leur fournissent en cela un cadre réflexif. Dans le cas de l’école de Sciences Po, il s’agit pour les étudiants de mettre en lien leurs choix éditoriaux avec les réceptions et les diffusions possibles auprès des lecteurs. Mais dans les formations au journalisme développées dans les instituts d’études politiques situés en région, les sources académiques sont potentiellement différentes. Ivan Chupin montre comment les IEP de Rennes et de Toulouse ont notamment développé des enseignements généraux davantage irrigués par les sciences sociales. Par exemple, la pratique du journalisme s’inspire à Rennes en partie d’une posture ethnographique qui consiste à s’immerger au sein de milieux sociaux qui ne sont pas nécessairement ceux des étudiants (Chupin, 2009). Le processus d’académicisation des formations au journalisme implique que le cadre réflexif varie selon la position de la formation dans l’espace des disciplines académiques. Surtout, il permet aux étudiants d’obtenir une marge d’autonomie et d’interprétation des règles techniques qui les conduit à redéfinir la barrière traditionnellement établie entre les sources, le public et les journalistes. Au début des années 1990, Johanna Siméant expliquait comment l’apprentissage de l’éthique journalistique au CFJ consistait à toujours garder une distance suffisante, ni trop proche, ni trop éloignée avec les parties en relation avec les journalistes, c’est-à-dire les sources et le public : c’est seulement ainsi qu’ils pouvaient rester crédibles (Siméant, 1992). À Sciences Po, les étudiants adoptent plus volontiers une forme d’écriture où les lecteurs sont perçus comme des collaborateurs. Sur le modèle du journalisme web et de sites tels que Slate, Rue89 ou dans un genre plus spécialisé, So Foot, les lecteurs ont la possibilité de laisser des commentaires ou d’évaluer la pertinence de ceux des autres lecteurs. Ils peuvent aussi partager les articles sur les réseaux sociaux. Ce faisant, les journalistes essaient davantage d’interagir avec eux et de créer les conditions d’une appartenance à une même communauté. Ils assument parfois dans leurs articles des formes de subjectivité et laissent transparaître des émotions. Ils utilisent des traits d’humour, d’ironie ou de second degré. Les tons professoraux sont proscrits et les journalistes ne doivent pas donner l’impression de vouloir imposer leur façon de penser, de haut en bas (top to down). Aussi, ces nouvelles formes d’écriture s’inspirent directement des travaux des sciences de l’information et de la communication et en particulier de sémiologues, qui remettent en question les règles de la « pyramide inversée », qui conviendrait davantage à la presse écrite, pour préférer des présentations de l’information plus horizontales, comprenant des relances régulières afin de capter l’attention des lecteurs (Briggs, 2014). Ces nouvelles techniques d’écriture impliquent des procédés de mise à distance des lecteurs moins formels et plus euphémisés. Le journaliste continue d’être le principal producteur de l’information mais les lecteurs ont également voix au chapitre.

Une stratégie d’internationalisation pour bouleverser la hiérarchie nationale des écoles

23La formation encourage ses étudiants, dans une profession qui serait désormais dominée par Internet et ouverte à l’international, à mobiliser des savoirs scientifiques pour se spécialiser davantage et faire tomber la barrière traditionnellement établie entre les sources, le public et les journalistes. L’omniprésence de la langue anglaise dans les enseignements et le recrutement d’étudiants disposant d’une bonne maîtrise de langues étrangères, le recours à des professeurs étrangers et l’obligation pour les étudiants de s’expatrier un semestre leur offrent l’occasion de s’imprégner d’une culture internationale, principalement anglo-saxonne. Depuis 2008, ils ont d’ailleurs l’occasion d’obtenir un double diplôme de journalisme puisque cinq d’entre eux sont sélectionnés pour passer leur deuxième année à l’université de Columbia, en échange de quoi cinq étudiants inscrits à Columbia viennent à Sciences Po. Implicitement, l’école définit des critères d’excellence sur le modèle universitaire des États-Unis et mène une politique qui réduit à première vue les velléités d’une sauvegarde des frontières professionnelles inscrite dans le cadre national.

  • 5  Ces données sont issues des archives du conseil pédagogique de l’école de journalisme de l’IEP de (...)

24En ouvrant sa propre école de journalisme, Sciences Po se trouve davantage dans une stratégie de subversion de la hiérarchie des écoles de journalisme que de la véritable ouverture d’un nouveau marché international du journalisme. En 2007, sur les trois premières promotions de diplômés (2005, 2006, 2007), seulement cinq étudiants parmi les étudiants français travaillent à l’étranger, trois à Londres, une à Madrid et une au Chili. Dans l’espace des écoles de journalisme, Sciences Po reste, malgré l’ancienneté de l’établissement, un nouveau venu par rapport à l’ESJ Lille et au CFJ. Pour tenter de contester l’ordre établi, l’école essaye alors d’imposer de nouvelles normes et de trouver des débouchés dans les médias les plus récents – c’est-à-dire la télévision et Internet – plutôt qu’avec la presse écrite, en accentuant la rupture avec l’ancien modèle de formation au journalisme. Cette tendance se vérifie dans le recrutement des diplômés des deux premières promotions. En 2007, 9 étudiants sur 18 diplômés de la promotion 2005 travaillaient à la télévision et 18 sur 38 pour celle de 2006, soit en moyenne 48 % des diplômés5, alors qu’en 2008, la télévision ne recrutait en moyenne que 18,3 % des diplômés d’écoles de journalisme reconnues nouveaux titulaires de la Carte de presse (Leteinturier, 2010).

Une tentative de restructuration du modèle national des “grandes écoles” : le cas de l’IPJ

25Le détail des transformations des classifications du journalisme, c’est-à-dire l’organisation et la segmentation disciplinaires des savoirs universitaires contenus dans le programme d’enseignement, rend compte de la recomposition du curriculum et du réajustement des “grandes écoles” pour maintenir leur position dans l’espace de formation. Il faut toutefois noter que l’IPJ est la plus récente des trois “grandes écoles”, celle aussi qui a acquis le moins de réputation par rapport aux deux “historiques” (le CFJ et l’ESJ Lille). Toutefois cette position l’incline plus facilement à se “moderniser”, à être à l’avant-garde des transformations des contenus d’enseignement, par un rapprochement d’avec une université. Dès la rentrée universitaire de 2003, elle innove dans son contenu d’enseignement en proposant en deuxième année non plus seulement une option technique à choisir entre la radio, la télévision et la presse écrite, mais aussi deux options de contenu à choisir en journalisme culturel, socio-économique, politique française, politique internationale, justice-police et journalisme sportif. Jusqu’alors, les étudiants des cursus reconnus étaient initiés aux rubriques spécialisées mais il n’y avait pas l’opportunité pour eux de se définir selon une ou deux rubriques en particulier. Même pour la spécialisation technique (télévision, radio, presse écrite) qui intervient en deuxième année, les formateurs sont souvent réservés sur l’utilisation du mot “spécialité”. Celui-ci est couramment perçu comme une menace contre l’unité du groupe professionnel et, par conséquent, contre la légitimité de la formation, qui devrait donc ne former que des journalistes “généralistes”, c’est-à-dire capables de traiter tous les domaines de l’information. En cela, l’IPJ ne rompt pas avec la tradition des écoles reconnues, comme l’explique Pascal Guénée, son directeur.

« Ma conviction, c’est que la formation de journaliste doit être une formation pluridisciplinaire et en aucun cas une formation spécialisée. Ce n’est pas ma vision du métier, ma vision du métier c’est qu’on va aller vers un journalisme à valeur ajoutée, on va faire monter le niveau de compétences demandé aux élèves sortant des écoles de journalisme. »

26En proposant d’associer deux options, l’une plus prestigieuse intellectuellement et nécessaire à la légitimité de la profession, l’autre davantage tournée vers des considérations techniques, mais plus rentable financièrement, l’IPJ ouvre un processus d’expansion du territoire professionnel – les journalistes sportifs représentant environ 10 % des titulaires de la carte de presse (Dargelos & Marchetti, 2010) – où les étudiants parviendraient plus facilement à passer d’une rubrique à l’autre en se familiarisant avec des thématiques plus spécialisées, qui sont aussi dans ce cas les plus commerciales, à partir de catégories de jugement plus acceptables par la corporation. Thierry Guilbert, directeur adjoint de l’IPJ et responsable pédagogique :

« Pour nous, la bonne formule, c’est de choisir économie et sport […]. L’affairisme, l’industrie du sport, la complexité du sport ; c’est dépasser aussi la vision de l’ancienne génération : la discussion autour du sport, ce n’est plus le café du commerce. Le traitement du sport, ce n’est plus çà. C’est un monde complexe qu’il faut rendre intelligible. »

27Cette académicisation du journalisme viserait ainsi à déspécialiser le journalisme sportif en ne subordonnant plus les informations aux logiques du monde sportif mais plutôt à un ordre journalistique, c’est-à-dire à destination d’un plus grand public, qui pourrait s’intéresser à ces informations sans pour autant connaître les enjeux spécifiques au monde sportif. Cette “généralisation” offre donc une plus grande marge critique du monde sportif (Souanef, 2013), à l’image par exemple du quotidien L’Équipe et des révélations successives de “scandales” de dopage dans les années 1990 puis 2000, suivant ainsi des évolutions similaires à celles par exemple du journalisme médical (Marchetti, 2010).

  • 6  Le parcours dit « classique » en trois ans présente une année préparatoire à niveau Bac.
  • 7  Sur l’introduction de la communication à Sciences Po, voir J.-B. Legavre (2001).

28À titre de comparaison, nous pouvons observer une même logique de spécialisation dans les “petites écoles”, à ceci près que la combinaison avec les savoirs fondamentaux est inexistante. L’ESJ Paris a par exemple choisi de créer en 2009 un diplôme de master spécifique au journalisme « sportif », suivant l’innovation de l’école Nice Nouvelles, qui ne bénéficie pas de la reconnaissance des syndicats de la profession et qui avait déjà créé une licence en la matière. Plutôt que d’entrer dans une logique de cumuler plusieurs types de savoirs, l’établissement parisien a séparé sa formation généraliste6 de sa formation en journalisme sportif7. Comme d’autres formations non reconnues par la profession, l’ESJ Paris tente ainsi d’investir les marchés laissés vacants en scolarisant des catégories journalistiques délaissées ailleurs. Elle induit que le journalisme sportif est dissociable d’un journalisme plus généraliste, ce qui lui permet de coopter des étudiants qui se reconnaissent dans l’objet thématique spécifique, comme le sport, sans pour autant qu’ils aient à franchir toutes les étapes de sélection caractéristiques des écoles reconnues. Guillaume Jobin, le président de l’école, l’explique :

« Moi, ce que je vois aujourd’hui, c’est que les entreprises veulent : un, des journalistes directement opérationnels, deux, qu’ils soient quand même cultivés mais sur le sujet qui les intéresse. Si c’est le tourisme, c’est le tourisme, si c’est l’auto, c’est l’auto ; donc cette espèce de culture générale du journalisme, elle est aussi idiote que de dire à un médecin [je suis médecin de formation] qu’il doit savoir tout sur le bout des doigts : justement il faut du journalisme spécialisé. »

29Contrairement à l’IPJ, scolariser le sport à l’ESJ Paris ne va de pair avec son rattachement à des savoirs fondamentaux, à un enseignement de l’éthique professionnelle et à une spécialisation qui interviendrait en aval du cursus, trois éléments absents du dispositif de formation de ce master « journalisme sportif ». Les conditions d’admission des candidats reposent plus exclusivement sur la connaissance pratique des schèmes de pensée propres aux sportifs.

  • 8  Extrait du premier des onze principes déclarés par le conseil sur la formation au journalisme. Sou (...)

30Les transformations du curriculum de l’IPJ s’inscrivent plus largement dans une stratégie visant à rendre l’école compétitive sur le plan international et à investir les réseaux transnationaux d’éducation au journalisme. Pascal Guénée, son directeur, est notamment président du Réseau mondial francophone des écoles de journalisme (Théophraste), membre du conseil associatif de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et Board Member du World Journalism Education Council (WJEC). En 2009, il participe à l’adaptation francophone du « Model Journalism Curricula for Developing Countries and Emerging Democracies » produit par l’Unesco en 2007 et qui trace les lignes directrices des formations professionnelles au journalisme, proposant ainsi un « script », c’est-à-dire un ensemble de prescriptions normatives rationalisées dans un curriculum standardisé et qui sont présentées par les institutions légitimes comme le modèle de développement le plus efficace, selon un modèle bien connu des sociologues néo-institutionnalistes (Meyer & Rowan, 1977). Dans une stratégie d’internationalisation quelque peu différente de celle de Sciences Po Paris, qui avait choisi de créer des partenariats en-dehors du réseau national des écoles reconnues, l’IPJ tente de s’imposer comme le représentant légitime des écoles de journalisme françaises à l’international. Il participe ainsi au congrès mondial des écoles de journalisme, dont la première édition eut lieu en 2007. Ce « World Journalism Education Council » regroupe 32 instances académiques impliquées dans la formation des journalistes. Le congrès, organisé tous les trois ans, est un lieu de rencontres où les différents acteurs de la formation au journalisme – chercheurs, formateurs, représentants de la profession – sont mis en relation de manière à ajuster les programmes de formation au « journalisme de demain ». Le troisième et dernier congrès avait par exemple pour thème : « Comment la formation peut contribuer à l’adaptation permanente de la profession ? » Si ce réseau met en avant la diversité des nationalités représentées, il relève surtout de l’initiative des écoles de journalisme états-uniennes et a tendance à promouvoir de ce fait son propre modèle de formation, centré sur l’idée de la construction d’un champ disciplinaire spécifique au journalisme : « Journalism education is an academic field in its own right with a distinctive body of knowledge and theory8. »

  • 9  En 2013, six IEP – Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse – ont annoncé un par (...)
  • 10  Source : compte-rendu de la Commission paritaire nationale pour l’emploi des journalistes (CPNEJ) (...)

31Cette académicisation de la formation de l’IPJ s’est conclu par l’intégration de l’école au sein de l’université Paris-Dauphine. Les deux instances se rapprochent dès 2004 avec un partenariat au sein du Master « information économique et sociale » de Paris-Dauphine, selon un processus similaire à d’autres secteurs de formation professionnelle, comme celui des grandes écoles de commerce (Blanchard, 2001). Laurent Batsch à Dauphine et Pascal Guénée à l’IPJ mènent tous les deux pour leur établissement respectif une politique d’ouverture à l’économie, à l’international et de modernisation de la formation des élites, non sans une certaine rivalité avec Sciences Po9. En 2007, ils mettent en place un cursus qui réunit les meilleurs étudiants pour les former au journalisme économique ou social, avant d’élaborer un projet de mutualisation de leurs ressources. Effectivement, en 2008, l’IPJ souhaite développer une structure de recherche mais son ambition est limitée par la taille de son entreprise éducative qui comprend un peu moins d’une centaine d’étudiants et a une santé financière fragile. Dans le même temps, Laurent Batsch souhaite se diversifier en développant une école de journalisme qui prendrait ses racines disciplinaires dans la science économique. Ainsi, à partir de la rentrée universitaire de 2012, les deux établissements mettent en place un double cursus et une partie des enseignements fondamentaux est assurée par les équipes d’enseignants-chercheurs de Paris-Dauphine. L’IPJ comprend désormais un quart d’enseignements universitaires et trois quarts d’enseignements pratiques. L’école est intégrée à l’université mais conserve toutefois son propre conseil d’administration et souhaite se développer, selon ses propres mots10, sur le modèle des « meilleures universités internationales ».

Aggiornamento des “grandes écoles” et maintien des frontières

32On voit que les contraintes externes qui pèsent sur l’espace des écoles de journalisme et qui contribuent à sa transformation impliquent des effets différenciés selon les histoires et in fine selon la position de chacune d’entre elles dans cet espace. Dans le cas de Sciences Po Paris et de l’IPJ, le processus d’académicisation se traduisant par une ouverture à l’université introduit une forme de réflexivité sur l’efficacité de l’écriture journalistique en elle-même, c’est-à-dire sur la manière de toucher un public, quelle que soit l’information traitée. L’introduction des techniques de communication accompagne dans ce cas une rationalisation économique des savoirs journalistiques. Cette formalisation de nouvelles connaissances tend alors à ouvrir le champ professionnel, y compris à de nouvelles spécialisations comme le journalisme sportif, plus qu’il ne développe une discipline scientifique. Dans le sillon de Sciences Po Paris et de l’IPJ, le processus d’académicisation se diffuse alors progressivement à l’ensemble des écoles privées. Toutefois, le CFJ et l’ESJ Lille n’occupent pas la même position que l’école de Sciences Po et l’IPJ dans l’espace des écoles professionnelles. L’ancienneté de ces deux écoles les oppose à la venue tardive de ses concurrentes à la définition du modèle de formation légitime, l’école de journalisme de Sciences Po et l’IPJ, qui souhaitent rompre avec l’orthodoxie des écoles “historiques”. Pour le CFJ et l’ESJ Lille, l’enjeu est double. Elles ne peuvent pas ignorer les transformations du champ journalistique et notamment l’importance croissante de la rationalité économique dans les pratiques professionnelles au risque de perdre de leur territoire professionnel. Mais pour la même raison, elles ne doivent pas adopter les règles du jeu que tentent d’imposer les nouveaux venus, sous peine de perdre leur position dominante.

33En 2008, le CFJ signe des conventions avec l’École normale supérieure de la rue d’Ulm offrant la possibilité à ses étudiants de suivre des enseignements de sciences sociales, de langues ou encore d’économie, ainsi qu’avec l’ESCP Europe (European School of Management), habituellement classée parmi les trois meilleures écoles de commerce en France et qui propose une formation de management des médias. Avec celle-ci, les étudiants du CFJ ont désormais le loisir de suivre des séminaires « d’analyse de l’image », de « marketing et finance dans les médias », de « finance appliquée à la presse et à l’audiovisuel », de « nouveaux médias, aspects stratégiques » ou encore « d’économie de la télévision commerciale ». Enfin, les étudiants admis au CFJ ont la possibilité d’obtenir un master de science politique délivré par l’UFR de science politique de Paris 1, où ils ont le choix entre deux parcours, soit « politique et société » ou « économie et vie des entreprises ».

34L’ESJ Lille résiste quant à elle assez longtemps avant de s’allier à une Université. L’importance du réseau des anciens de l’école dans l’administration de l’établissement lui font craindre l’emprise de réseaux externes à la profession, en particulier les plus proches du monde économique, qui viendraient remettre en cause l’indépendance et la mission démocratique de l’école. Néanmoins, elle traverse à la fin des années 2000 une grave crise financière qui la menace du dépôt de bilan, comme ce fut le cas pour son homologue du CFJ. En 2009, la Région Nord - Pas-de-Calais vient à son secours et éponge une partie de sa dette en lui accordant une subvention de 2,8 millions d’euros, ce qui ne résout que partiellement un déficit structurel chiffré autour de 350 000 euros. Après ce coup de pouce financier, les frais d’inscription passent de 3 500 à 3 900 euros, et le comité d’administration n’est quant à lui plus réservé aux anciens de l’école, il s’ouvre aux collectivités locales et aux entreprises. Le 1er juin 2011, le conseil d’administration adopte un plan de retour à l’équilibre budgétaire sur deux ans par un rapprochement avec l’Enseignement supérieur. C’est Sciences Po Lille qui a accepté un partenariat avec l’école, en échange d’un concours commun facilitant le processus de sélection des étudiants de l’IEP à l’ESJ, ainsi qu’à un double diplôme.

  • 11  Cette “académicisation” reste toutetois institutionnelle et instrumentale. En effet, les étudiants (...)

35Contrairement à l’IPJ et à l’école de journalisme de Sciences Po, nous pouvons observer que le CFJ et l’ESJ Lille ont élaboré un spectre d’alliances universitaires plus large et diversifié. Si les nouveaux venus ont construit de manière visible leur “académicisation11” en collaborant avec le champ économique, les grandes écoles “historiques” ont ouvert leurs portes aux sciences humaines et sociales, à la science politique, aux sciences de l’information et de la communication, sans toutefois négliger la science économique. Elles parviennent ainsi à se “moderniser” tout en maintenant une distance avec la communication qui est au fondement de l’autorité et de la réputation de la profession. La pluridisciplinarité institue en fait un espace de savoirs qui entrent en concurrence, dans la mesure où les modèles d’excellence professionnelle s’opposent en même temps qu’ils se complètent par le cumul d’une réflexivité critique sur la profession et d’une forte employabilité. C’est effectivement en cumulant les savoirs issus de plusieurs disciplines connexes du journalisme que les écoles dominantes parviennent à maintenir leur position, en gardant à distance à la fois les écoles les plus “professionnalisantes” et les plus “universitaires”. Cela leur permet ainsi d’occuper une position d’entre-deux où se réalise le passage d’un pôle à l’autre dans l’enseignement supérieur. Plus que l’opposition entre les écoles reconnues, nous décrivons ici un axe de structuration central de l’espace des écoles de journalisme, qui oppose les diplômés capables de couvrir l’ensemble du territoire professionnel à ceux qui sont cantonnés dans un sous-espace du journalisme, de façon analogue à ce que nous avons décrit dans le cas de la formation au journalisme sportif, entre les diplômés de l’IPJ qui entrent dans la profession par la « grande porte » et les diplômés de l’ESJ Paris qui entrent par la « petite porte » (Bourdieu, 1989). Dans une structure analogue au champ du pouvoir, la “taille de la porte” fait donc varier la densité de l’espace professionnel où l’on peut circuler.

Haut de page

Bibliographie

Blanchard (M.), 2001, « Développer la recherche et maintenir la professionnalisation. Les écoles de commerce françaises face aux transformations de l’enseignement supérieur européen », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 3, pp. 61-76.

Bollinger (L.), 2007, « President Bollinger’s statement on the Future on Journalism Education », Columbia News, April.

Boltanski (L.) & Chiapello (E.), 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdieu (P.), 1989, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, pp. 3-46.

Bourdieu (P.), 1989, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit.

Bouron (S.), 2014, « Apprendre à penser comme un journaliste. Construction sociale des catégories de connaissances professionnelles et division du travail journalistique », thèse de sociologie, Amiens, Université de Picardie Jules-Verne.

Briggs (M.), 2014, Manuel de journalisme web. Blogs, réseaux sociaux, multimédia, info mobile, Paris, Eyrolles.

Brin (C.), Charron (J.) & Bonville (J. de), 2004, Nature et transformations du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Presses de l’Université Laval, Québec.

Chupin (I.), 2008, « Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2008) », thèse de science politique, Paris, Université de Paris-Dauphine.

Chupin (I.), 2009, « Sciences sociales et formations en journalisme: émergence d’un nouvel enjeu de distinction », Questions de communication, vol. 16, pp. 45-70.

Dargelos (B.) & Marchetti (D.), 2000, « Les professionnels de l’information sportive. Entre exigences professionnelles et contraintes économiques », Regards sociologiques, n° 20, pp. 67-87.

Dezalay (D.) & Garth (B.), 2006, « Les usages nationaux d’une “science globale” : la diffusion de nouveaux paradigmes économiques comme stratégie hégémonique et enjeu domestique dans les champs nationaux de reproduction des élites d’État », Sociologie du travail, n° 48, pp. 308-329.

Garrigou (A.), 2001, Les élites contre la république. Sciences Po et l’ENA, Paris, La Découverte et Syros.

Leclerc Olive (M.), Scarfo (G.) & Wagner (A.-C.), 2011, Les mondes universitaires face au marché, Karthala.

Le Floch (P.) & Sonnac (N.), 2005, Économie de la presse, Paris, La Découverte.

Legavre (J.-B.), 2001, « Certains mots d’une réforme. Sciences Po et la communication », in D. Georgakakis et J.-M. Utard, Sciences des médias. Jalons pour une histoire politique, Paris, L’Harmattan.

Leteinturier (Ch.), 2010, « La formation des journalistes français : quelles évolutions ? Quels atouts à l’embauche ? Le cas des nouveaux titulaires de la carte de presse 2008 », Les cahiers du journalisme, n° 21, pp. 110-133.

Marchetti (D.), 2003, « L’ajustement des écoles au marché du travail », Hermès, n° 35, pp. 81-90.

Marchetti (D.), 2010, Quand la santé devient médiatique. Les logiques de production de l’information dans la presse, Presses Universitaires de Grenoble.

Meyer (J.-W.) & Rowan (B.), 1977, « Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony », American Journal of Sociology, n° 83, pp. 340-363.

Salmon (C.), 2008, Storytelling, la machine à fabriquer les histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Simeant (J.), 1992, « Déontologie et crédibilité. Le réglage des relations professionnelles au CFJ », Politix, n° 19, pp. 37-55.

Souanef (K.), 2013, « Le journalisme sportif pris au jeu. Sociologie des principes de légitimité professionnelle », thèse de science politique, Paris, Université Paris-Dauphine.

Wieviorka (O.), 1995, Une certaine idée de la résistance. Défense de la France 1940-1949, Paris, Seuil, pp. 356-357.

Haut de page

Notes

1  La profession connaît un processus de « scolarisation » dans la mesure où les journalistes qui débutent leur carrière sont plus souvent qu’auparavant diplômés d’une école de journalisme. En 2008, 60 % des nouveaux titulaires de la carte de presse sont passés par une formation spécifique au journalisme (ou non reconnue par la profession), contre 43 % en 1998 (Leteinturier, 2010).

2  « Conclusions de la commission animée par Michèle Cotta sur la création d’une école de journalisme à Sciences Po », p. 5.

3  Déclaration d’Étienne Mougeotte lors du conseil de l’école de journalisme de l’IEP de Paris le 18 juin 2007. Nous avons obtenu quelques archives de ces conseils paritaires qui étaient adressées à la CPNEJ.

4  Selon les mots de Richard Descoings lors du conseil de l’école du 18 juin 2007.

5  Ces données sont issues des archives du conseil pédagogique de l’école de journalisme de l’IEP de Paris du 26 novembre 2007.

6  Le parcours dit « classique » en trois ans présente une année préparatoire à niveau Bac.

7  Sur l’introduction de la communication à Sciences Po, voir J.-B. Legavre (2001).

8  Extrait du premier des onze principes déclarés par le conseil sur la formation au journalisme. Source Internet : <http://wjec.ou.edu/principles.php> (septembre 2013).

9  En 2013, six IEP – Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse – ont annoncé un partenariat avec l’université Paris-Dauphine ainsi que la création d’une structure juridique commune : Sciences Po Europe, manière de signifier qu’ils voient plus grand que Sciences Po Paris.

10  Source : compte-rendu de la Commission paritaire nationale pour l’emploi des journalistes (CPNEJ) du 2 mai 2012.

11  Cette “académicisation” reste toutetois institutionnelle et instrumentale. En effet, les étudiants des écoles de journalisme conservent une importante distance vis-à-vis des cours universitaires, pour lesquels ils tendent à montrer une faible motivation (Bouron, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Bouron, « Les écoles de journalisme face à l’expansion du marché. Stratégies d’internationalisation et transformations des curricula », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 14 | 2015, 245-266.

Référence électronique

Samuel Bouron, « Les écoles de journalisme face à l’expansion du marché. Stratégies d’internationalisation et transformations des curricula », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://cres.revues.org/2835

Haut de page

Auteur

Samuel Bouron

Docteur en sociologie, CURAPP-ESS. E-mail: sam.bouron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org