Skip to navigation – Site map
Hors thème

Chercheurs étrangers et internationalisation du système scientifique au Mexique

Foreign born researchers and internationalization of the scientific system in Mexico
Sylvie Didou
p. 263-280

Abstracts

The question of foreign born researchers in Mexico is not an important topic on the national research agenda, despite its increasing importance as a factor in explaining the dynamics of in situ internationalization of the scientific system. After studying the public policies designed to attract them in the country, we present the results of 116 interviews. These deal with the process of their recruitment, career structures and collaboration networks. The information gathered enabled us to analyze the effects of the programs devoted to them and their strategies as specific actors in the national academic profession.

Top of page

Full text

  • 1 Article écrit dans le cadre du Réseau sur l'internationalisation et les mobilités académiques et sc (...)

1Au long du xxe siècle, les universités et centres de recherche mexicains ont ouvert leurs portes aux scientifiques étrangers, pour des motifs politiques ou par stratégies de consolidation disciplinaire1. Néanmoins, les chercheurs en démographie ou en sciences de l'éducation se sont peu intéressés à la migration inversée, au sens d'une installation au Mexique de personnes hautement qualifiées nées à l'étranger. Or, ce mouvement, certes restreint en termes numériques par rapport à celui des mexicains diplômés de l'université et travaillant à l'extérieur du pays, est cependant significatif par rapport à un marché spécifique de l'emploi, celui de l'enseignement supérieur et de la recherche. Notre hypothèse est donc que les universités, qui se caractérisaient par une relative dépendance face aux courants dominants de production scientifique (malgré l'existence de niches disciplinaires hautement reconnues à l'international ; Gérard, 2013) et par une fragilité économique, proposent des conditions d'emploi attirantes pour des chercheurs étrangers, depuis les années 1990 : d'une part, elles offrent des conditions compétitives de rémunération et de conditions de travail, selon une tendance de mise à niveau internationale des conditions salariales des enseignants et chercheurs du supérieur, de l'autre parce qu'elles ont mis en œuvre des programmes gouvernementaux destinés à attirer des scientifiques étrangers.

2Nous définissons les scientifiques étrangers comme nés hors de leur pays de résidence et appartenant à des « communautés relevant de deux États-nations ou plus » (Vertovec, 2001 : 578) indépendamment de leur(s) citoyenneté(s), tout en étant consciente que cette définition est loin de faire l'unanimité, eu égard aux définitions concurrentes d'un enseignant ou chercheur international (Teichler 2015 : 14 et sq). Nous supposons que cette catégorie œuvre à l'ouverture à l'international du système scientifique d'accueil et à une dynamique d'internationalisation in situ, au Mexique ; elle anime des réseaux dont l'importance est insuffisamment prise en compte dans le cadre des débats intellectuels sur la circulation des idées, le néo-colonialisme et le cosmopolitisme subalterne.

3Dans cet article, nous présentons quelques facteurs, structurels et conjoncturels, qui expliquent l'installation des scientifiques étrangers au Mexique. Nous utilisons une approche circulatoire afin d'éviter un “nationalisme méthodologique”, conduisant à privilégier la perspective du pôle de destination. Après avoir analysé la littérature se référant à cette population, nous présentons les mesures gouvernementales les concernant. Nous réfléchissons sur leurs processus de recrutement, leurs logiques d'insertion et leurs réseaux, à partir d'entrevues.

Les scientifiques étrangers dans un espace professionnel en transition

  • 2 Dès 1984, le CONACYT créa un dispositif de distribution sélective de sursalaires aux chercheurs apr (...)

4Bien que, au Mexique comme dans toute l'Amérique latine, les années 1980 aient été une “décennie perdue” pour l'enseignement supérieur (Brunner, 1990), dès cette période, le gouvernement mexicain, en cheville avec des organismes internationaux comme la Banque mondiale, s'attacha à réunir des conditions de sortie de crise. Il mit en œuvre trois stratégies : la première, de formation des enseignants du supérieur en les aidant, par le biais de bourses, à acquérir des diplômes de maîtrise et de doctorat ; la seconde, de récupération du pouvoir d'achat et d'amélioration des conditions de travail en créant le Système national de recherche2 (SNR) et en lançant des programmes de financement concurrentiel à la recherche ; la troisième, en pratiquant une politique systématique de recrutement à l'international pour la profession académique, d'abord grâce à un prêt de la Banque mondiale (Programme d'appui à la science au Mexique - PACIME, 1992-2000) ensuite avec un budget autonome. Cette politique ininterrompue permit de “rapatrier” de jeunes docteurs mexicains formés à l'étranger et de fidéliser un certain nombre d'universitaires nés dans un autre pays. La continuité dans l'effort de normalisation internationale de la profession académique répondait à un choix de développement mettant au cœur de ses préoccupations l'accroissement de la compétitivité, conformément à la politique volontariste d'ouverture économique du gouvernement mexicain (dont le Traité de libre-échange d'Amérique du Nord – Aléna – n'était que la pointe de l'iceberg).

5Actuellement, le système scientifique national a considérablement amélioré ses performances (selon des indicateurs de publications et de citations). Ses moyens sont supérieurs à ceux de la plupart des pays d'Amérique latine, même s'ils restent inférieurs à ceux des pays développés. Toutefois, des tendances préoccupantes ont été détectées depuis quelques années (hypertrophie des contrôles bureaucratiques, remise en question des procédures d'évaluation, vieillissement des personnels académiques, conditions insatisfaisantes de retraite, tensions autour du recrutement des nouveaux enseignants). En ce qui concerne ce point, les établissements publics d'enseignement supérieur ont en effet de faibles capacités d'absorption de jeunes docteurs, eu égard à un quasi gel des postes et au fait que les chercheurs titulaires renâclent à prendre leur retraite, puisque celle-ci implique une baisse significative du pouvoir d'achat et une perte de prestations sociales. Durant les années 2000, les équipes scientifiques se sont ainsi déchirées autour d'une alternative cornélienne : recruter les “meilleurs disponibles”, selon une stratégie d'assurance qualité et de profilage des postes, ou privilégier leurs concitoyens au vu d'une préoccupation de type nationaliste ou même de logiques clientélistes. Les “gates keepers” ont tour à tour mis en œuvre des mécanismes de cooptation qui défendent les ressources de l'autochtonie ou visent au cosmopolitisme.

6C'est en rapport à ces conditions “d'amélioration de la qualité” sous conditions qu'il faut réfléchir à l'internationalisation du marché scientifique mexicain et sur la place qu'il octroie aux chercheurs étrangers. Bien que leur insertion soit appuyée par des programmes gouvernementaux et de coopération bilatérale et qu’elle soit soutenue par les élites disciplinaires, la rareté des positions professionnelles déclenche des réactions de xénophobie, dans un contexte de nationalisme défensif qui affecte également d'autres pays de la région comme l'Argentine (Luchilo y Stubrin, 2013 : 75-76). Sans pour autant éroder le prestige des diplômes acquis aux États Unis, en Grande Bretagne, en France ou en Allemagne, les avantages produits par des parcours de professionnalisation amorcés à l'étranger sont partiellement neutralisés par ces tentations de repli identitaire et par une recrudescence de la concurrence entre scientifiques, étrangers et mexicains, formés hors du pays. Toutefois, l'élément “internationalisation” reste hyper-valorisé par les commissions qui évaluent la productivité des chercheurs ; il fonctionne, dans ce cadre précis, comme un accélérateur de carrière, tout au long de la trajectoire, et une preuve indubitable de notoriété.

La circulation internationale des compétences de haut niveau : qu'en sait-on au Mexique ?

7Si l'on définit la circulation des compétences en termes de mobilité sortante et entrante, force est de constater que la première est mieux connue et bien plus forte que la seconde. La politique des bourses à l'étranger et la fuite des cerveaux ont constamment interpellé les spécialistes depuis les années 1970 (Didou et al, 2013 ; Lozano & Gandini, 2011). En revanche, la mobilité entrante des scientifiques étrangers est mal connue. Or, les recensements nationaux de population indiquent que le nombre des immigrants a presque doublé entre 2000 et 2010, passant de 492 600 à 911 100 personnes, alors que la population mexicaine n'a augmenté que de 15 % durant la période3. Cent quatre-vingt huit mille de ces étrangers avaient une formation universitaire (19,6 % du total du groupe) contre 9,4 % de la population du pays (10 600 000 personnes sur une population totale de 112 337 000 – chiffres arrondis). Treize mille des étrangers étaient en outre titulaires d'un doctorat (7 %).

Tableau 1 – Origine de la population étrangère au Mexique par niveau d'éducation et lieu de naissance, 2010

Lieu de provenance

Enseignement supérieur

Doctorat

% doctorat/ES

États Unis

30 845

1 424

4,62

Afrique

778

74

9,51

Amérique du Sud

45 550

3 176

6,97

Asie

6 841

324

4,74

Europe

25 075

2 177

8,68

Océanie

255

12

4,71

Non précisé

78 651

5 776

7,34

Total

187 995

12 963

6,89

Source : Institut National des Statistiques, Géographie et Information - INEGI (selon les sigles en espagnol), 2010.

8Qui sont et que font ces étrangers hautement qualifiés ? Les recherches disponibles portent sur des sous-groupes (membres du SNR ; Didou & Gérard, 2009), des établissements (Durand, 2013 ; Góngora, 2015) des programmes (Izquierdo, 2008) ou des communautés ethniques (Izquierdo, 2013). Elles permettent d'établir certaines de leurs coordonnées de localisation territoriale et disciplinaire mais elles laissent dans l'ombre leurs conduites professionnelles, leurs schémas de carrière et leurs interactions en réseaux, alors même que leur connaissance aiderait à enrichir la discussion, relativement dynamique, sur les échanges intellectuels et les transferts de savoirs, laquelle demeure en partie idéologique, faute d'informations suffisantes sur les sujets qui en sont les porteurs.

9En ce qui concerne spécifiquement les scientifiques étrangers, il faut noter que ce collectif est aujourd'hui constitué par trois des quatre sous-groupes considérés comme essentiels dans l'internationalisation de la communauté académique mexicaine au xxe siècle, en fonction des vagues de migration auxquelles leur arrivée renvoie (Castaños, 2011). La première est celle des républicains espagnols (1939-1943) ; aujourd'hui, cette première vague migratoire est pratiquement tarie. La seconde est celle des sud-américains (1973-1977), principalement des Chiliens, Argentins et Uruguayens ; ils représentent la fraction la plus âgée des scientifiques étrangers. La troisième est celle de l'Europe de l'Est, qui a été particulièrement importante entre 1990 et 2000. La quatrième, encore en cours, est moins facile à caractériser ; à l’instar de Castaños (op. cit : 24), elle est « composée de jeunes scientifiques des pays industrialisés qui candidatent aux postes en conditions d'égalité avec les nationaux », un phénomène que l'auteure citée interprète comme « le signe d'une relative maturité de la communauté scientifique nationale ». Le fait est que, dans une conjoncture de crise internationale, le Mexique représente aujourd'hui un lieu d'emploi relativement intéressant pour de jeunes diplômés étrangers en quête d'un emploi stable.

10Les données sur les membres du SNR confirment la portée de ces vagues de migration : comme conséquence de leur cumul, en 2013, 2 583 des 19 634 membres du SNR étaient nés à l'étranger – 12 % (Oviedo, 2015). Ils proviennent de plus de 70 pays mais 48,9 % sont originaires de l'aire culturelle hispanophone (Espagne, Argentine, Cuba et Colombie), ce qui prouve l'attractivité de la carrière académique au Mexique dans l'espace scientifique latino-américain et hispanophone. Les chercheurs en mobilité professionnelle ont majoritairement migré, selon deux logiques (proximité géographique et identification culturelle), quoique dans une proportion moindre qu'au Brésil, où 67 % de ceux-ci provient de pays hispanophones ou lusophones (Farah & Schwartzman, 2014 : 165). Il faudrait disposer de meilleures données sur les personnels universitaires pour mettre en perspective l'importance relative des étrangers dans le système d'enseignement supérieur dans son ensemble, mais deux enquêtes menées en 1992 et 2007 montrent une hausse de leur proportion (de 3,8 % à 5 %) durant la période (Galaz et al., 2012). Ainsi, le système d'enseignement supérieur est certes beaucoup moins internationalisé que celui de la recherche, mais le degré d'internationalisation s'accentue néanmoins, même si faiblement et lentement.

11La présence des scientifiques étrangers dans la profession académique nationale est plus accentuée au Mexique qu'au Brésil puisque dans ce pays, qui est le principal pôle de production scientifique en Amérique latine, « en tout, les étrangers ou Brésiliens naturalisés occupent 5 734 postes, soit 1,5 % du total » (Farah & Schwartzman, 2015 :165). Par ailleurs, au Mexique, la mise en œuvre d'une stratégie binaire d'ouverture internationale du marché académique mexicain passe également par le retour des Mexicains diplômés à l'étranger : ils représentent 38 % des membres du SNR en 2009 (Didou & Gérard, 2009 : 61) et 21,8 % de membres de la profession académique en 2007 contre 13,9 % en 1992 (Galaz et al., 2012 :125). Cette double articulation de la stratégie d'internationalisation sur les retours et les invitations différencie le Mexique de l'Argentine, qui cible sa politique surtout sur les rapatriements (Auriol et al., 2007). Elle permet de définir des zones prioritaires de coopération scientifique, dans lesquelles le Mexique a géré des partenariats exemplaires et réuni un capital important d'empathie interculturelle. Une typologie en trois catégories différencie ainsi les pays où les échanges reposeraient, entre autres groupes d'appui, sur les scientifiques étrangers installés au Mexique (Argentine, Chili, Colombie, Cuba), ceux où ils engageraient les Mexicains ayant étudié un doctorat à l'étranger (États Unis, Canada) et ceux où ils interpelleraient ces deux sous-groupes simultanément (France, Espagne, Allemagne).

12Reste néanmoins à qualifier la politique mexicaine de recrutement à l'international ; même si sa complexité est moindre que dans d'autres pays de l'OCDE qui tablent sur des stratégies d'appui plus larges, au Mexique, ses répercussions ont été plus notoires que dans la plupart des pays de la région. Elle a compensé des tendances au repli endogène, comme celui entraîné par la difficulté à internationaliser les formations doctorales (Auriol, 2010 : 19, fig. 17). Durant certaines phases, elle a acquis un caractère proactif et une focalisation implicite sur des groupes nationaux ciblés, même si elle n'a pas toujours été régulée et a connu des hauts et des bas selon les époques.

13Il faut également signaler que la politique d'internationalisation in situ couvre maintenant l'ensemble de la trajectoire scientifique (années sabbatiques, séjours scientifiques courts et longs, chaires et collèges disciplinaires). Elle appuie la constitution de réseaux et d'équipes multinationales de recherche et repose sur les déplacements physiques et multidirectionnels des porteurs de savoirs. Elle vise une meilleure capitalisation des savoirs circulant dans la diaspora, en interaction avec des équipes mexicaines de recherche, dans des conditions de réciprocité (par exemple, dans le secteur industrie automobile coordonné par le Réseau mexicain des talents4). Sous cet angle, la mobilité scientifique entrante n'est plus seulement affaire de choix individuel ; elle intéresse de nombreuses instances (agences gouvernementales et de coopération) et collectifs (laboratoires de recherche, établissements scientifiques) car elle s'insère dans un contexte où l'internationalisation fonctionne comme un indicateur normatif de qualité.

14Désormais, le Mexique affiche une volonté d'articuler mobilité scientifique entrante, mise en place de réseaux et amélioration de la qualité de la recherche. Il canalise des appuis stratégiques aux post-doctorants, démontrant le passage d'une vision “statique” de la mobilité (renvoyée à une émigration longue et à un déplacement bipolaire entre les lieux de départ et d'arrivée) à une perspective circulatoire (structurée sur des mobilité de durée variable et des supports différents) : celle-ci permet de diversifier les relations scientifiques et d'accroître un capital relationnel susceptible de bénéficier aux laboratoires abritant les acteurs de la mobilité entrante (Remedi & Ramirez, 2015).

15En conséquence, il faudrait étudier plus systématiquement la situation des chercheurs étrangers au Mexique (et, probablement, en Amérique latine). Il faudrait connaître leurs apports à leurs disciplines et établissements, le fonctionnement et l'étendue de leurs réseaux, leur influence sur les modes de réalisation du travail scientifique et le renouvellement des approches disciplinaires. Pour l'heure, les évaluations des programmes de mobilité entrante, de type “suivi de résultats par indicateur”, ne permettent pas d'analyser ces aspects à échelle nationale. Les recherches académiques sur les flux intellectuels en direction du Mexique n'abordent que rarement leur rôle dans la déterritorialisation et la désinstitutionalisation des communautés scientifiques, ni leurs interventions dans des espaces pluri-locaux de recherche. Elles sont plutôt centrées sur l'histoire des idées et de la science ou proposent des biographies de personnalités déterminantes dans la consolidation des disciplines.

Encadré méthodologique

  • 5 L'équipe responsable des entretiens, coordonnée par S. Didou, a été constituée par des doctorants ( (...)

16Eu égard à cette situation, des entretiens réalisés entre 2012 et 20145 avec 116 chercheurs étrangers recrutés de façon définitive par des établissements mexicains universitaires et de recherche ont contribué à mieux faire connaître les raisons et les conditions de leur arrivée au Mexique, leurs schémas d'insertion dans le milieu scientifique national et leurs activités internationales.

17L'échantillon n'est pas représentatif par rapport à un univers aux contours d’ailleurs flous, puisque, hors les membres du SNR, au Mexique, on ignore quelle est la distribution par établissement et postes des enseignants-chercheurs nés à l'étranger. Il a été constitué selon les techniques de boule de neige et, fondamentalement, par réseau : les premiers informateurs ont été identifiés parce qu'ils appartenaient au SNR et étaient rattachés à des établissements qui se caractérisaient par un degré élevé d'internationalisation. Les contacts ont été élargis par cercles concentriques, sur la base des recommandations émises par les premières personnes nous ayant concédés des entrevues.

1858 % des informateurs proviennent principalement de France, des États-Unis, d'Allemagne, d'Argentine et d'Espagne, même si, dans leur ensemble, ils sont nés dans 36 pays. Leur distribution géographique reflète, quoiqu'imparfaitement, la diversification de leurs bassins de recrutement telle que la dessinent les données du SNR. Parce que nous avons établi les prises initiales de contact sur la base du listing 2009 du SNR, 90 % des informateurs en font partie, et seulement 6 % ne sont pas titulaires d'un doctorat. Les femmes représentent 43 % de l’échantillon et 59 % de celui-ci est concentré dans des établissements de la capitale, principalement à l'UNAM, et dans des instituts de recherche et d’enseignement de haut niveau ; le reste est installé dans les États du Michoacan, Chiapas, Veracruz, Morelos, Sonora, Guanajuato et Queretaro. Le plus jeune avait 31 ans lors de l'entrevue et le plus vieux, 88 ans ; mais 54 % se situaient dans une fourchette d'âge entre 45 et 60 ans, c'est-à-dire dans une étape de maturation de la trajectoire.

Modes de recrutement et mise en réseau des chercheurs étrangers

19Nos principaux centres d'intérêt portaient sur l'incorporation professionnelle des chercheurs étrangers, leur statut et leurs rôles en tant qu'agents d'internationalisation du travail scientifique : nous avons donc privilégié des établissements moteurs dans cette dynamique, qui offrent probablement des conditions propices à la circulation spatiale des sujets.

20Les entretiens ont indiqué que le degré de satisfaction professionnelle des informateurs était élevé dans les centres de recherche orientés sur l'international : ils concevaient la science comme un lieu hors frontières de production de savoirs, et l'établissement, comme un espace ouvert et constituant un lieu d'accueil adéquat pour des scientifiques étrangers et leur évitant un processus de dépaysement-réenracinement :

Tout le monde était aimable avec nous, nous étions parmi les premiers post-doc à arriver à l'Institut, il n'y en avait qu'un autre, un Russe, arrivé un peu avant nous. On ne se sentait pas dans un lieu inconnu, la manière de travailler était pratiquement la même, presque tous les collègues avaient séjourné à un moment donné à l'étranger, pour le doctorat ou le post-doctorat. De fait, c'était un peu comme visiter une autre branche de la même famille. (Femme, 46 ans, physicienne, centre de recherche, Grande Bretagne).

21Ces établissements ont tiré profit des politiques publiques et des programmes de coopération bi- ou multi-latérale. Ils ont internationalisé toutes les fonctions de leur maquette de développement (enseignement, recherche et publications). Ils rassemblaient en outre des proportions d'étrangers supérieures à la moyenne nationale : en 2013, 29,4 % des chercheurs du COLMEX et 15,7 % de ceux du Cinvestav. Leur présence facilite leur insertion dans des réseaux transnationaux financés par des agences de coopération internationale (National Science Foundation), par des programmes européens ou de coopération bilatérale. Leur situation est donc très différente de celle de la majorité des établissements mexicains, qui se considèrent comme internationalisés dès lors qu'ils signent des accords de coopération, souvent dormants, et envoient quelques chercheurs et étudiants se former à l'étranger.

22Certaines universités publiques ont, pour leur part, stratégiquement parié sur l'internationalisation, de manière réactive, pour tirer profit des programmes gouvernementaux de mobilité. Le recrutement de chercheurs étrangers leur a permis d'améliorer leur image de marque dans le champ scientifique national et leur environnement local, de développer leurs capacités de recherche dans des domaines porteurs, d'assurer la continuité de lignes prioritaires d'investigation, de renforcer leurs doctorats et, éventuellement, d'augmenter leur notoriété internationale. Mais l'entourage institutionnel n’a pas partout été favorable à une internationalisation de la recherche, fondée sur des partenariats stratégiques, un renforcement des capacités entre les partenaires et des échanges de ressources et pratiques (Hénard, et al, 2012). La mise en coupe du milieu scientifique par des groupes politiques, dans des établissements où le local prime sur l'international et où une tradition de clientélisme académique court-circuite fréquemment les retombées positives de stratégies d'ouverture internationale entraîne un relatif “gâchis” des investissements réalisés par l'administration fédérale et les établissements dans le domaine de l'internationalisation, et met les scientifiques étrangers dans des situations délicates.

23Le succès obtenu quant à la captation de chercheurs étrangers est ainsi mitigé par le fait que les processus d'internationalisation se concrétisent dans des conditions de régulation interne insatisfaisante, en particulier eu égard à l'extrême lenteur et à la bureaucratisation des procédures administratives, de financement et de reddition des comptes. Ces dysfonctionnements provoquent une incertitude chez les chercheurs quant aux possibilités de faire face à leurs engagements et les démotivent à saisir des opportunités d'internationalisation en circulation dans le milieu scientifique national.

24Les profils de leurs réseaux et leurs schémas de carrière dépendent des établissements d'insertion, des postes occupés, de leur intégration aux milieux scientifiques, national et institutionnel, de leurs aires disciplinaires et de leur réputation. En ce sens, la reconversion du portefeuille de relations internationales des sujets est déterminée par leurs capacités personnelles de négociation pour préserver et transférer leur capital (intellectuel, social et relationnel) et par leurs conditions de travail, qui sont d'autant plus hétérogènes que les universités publiques sont autonomes : néanmoins, plus la migration au Mexique est encadrée par des programmes d'appui, plus est accentuée la contrainte pour les établissements de garantir des conditions minimales aux nouveaux arrivants, permettant le redéploiement de leurs trajectoires académiques.

25Par ailleurs et avec des variations selon les périodes, plus les chercheurs étrangers sont connectés internationalement lorsqu'ils s'intègrent à un établissement mexicain, plus aisément ils le demeurent et plus vite ils articulent leurs contacts avec des réseaux relationnels et disciplinaires supplémentaires (domestiques, principalement), auxquels ils accèdent du fait même de leur migration et réinsertion professionnelle. Une adaptation rapide au milieu local est un élément clé pour réussir les transactions liées à l'accumulation ou la reconfiguration du prestige scientifique en situation d'expatriation.

26En ce qui concerne les processus de conversion, plus les réseaux sont fonctionnels, étendus et reconnus, plus le risque de désactivation, provoqué par la migration, est faible. En d'autres termes, plus les chercheurs étrangers disposent de ressources d'inter-reconnaissance préalables à la migration, plus ils bénéficient de facilités d'accueil, en fonction des avantages qu'ils semblent être à même de distribuer, du fait de leur influence cosmopolite. L'éventualité qu'un chercheur confirmé soit contraint à une traversée du désert est minorée du fait de son prestige, selon la dynamique décrite par Wagner à propos des élites circulatoires : « La reconnaissance acquise à l'étranger conforte les positions dans le champ du pouvoir national et, inversement, la mise en avant de la notoriété nationale permet de faire entendre sa voix sur la scène internationale » (2010 : 87).

27Les chercheurs les plus jeunes déplorent en revanche que les liens établis avec les communautés d'origine se soient distendus, parce que leur intégration dans les laboratoires d'accueil s'est effectuée au détriment de leur présence dans les espaces où ils se situaient à l'origine. De fait, durant les quinze dernières années, leur insertion sur le marché scientifique mexicain s'est compliquée. Les relations personnelles, auparavant décisives, sont devenues anodines, même si les parrainages ne sont pas inutiles. Les postes vacants, publiés dans des revues scientifiques de prestige, sont attribués sur concours et selon des critères de recrutement préétablis. Leurs parcours d'emploi, routiniers et fastidieux, contrastent avec ceux, relatés sur le mode épique, des plus âgés, sur invitation personnelle d'un leader de recherche, d'une autorité universitaire ou même d'un homme politique ayant assumé un rôle de deus ex machina. Mais leurs motivations diffèrent également : ceux qui, aujourd'hui, postulent aux postes proposés par le marché académique mexicain le font soit après un parcours du combattant dans leurs pays d'origine ou d'études, soit parce que le poste disponible est tentant. Ils invoquent rarement “le destin” ou une fascination préalable, culturelle ou disciplinaire, pour le Mexique, et font plutôt mention d'un choix par défaut. C'est souvent pour se soustraire à un risque de précarisation professionnelle de longue et moyenne durée dans leur pays d'origine qu'ils partent. Il ne s'agit plus de faire les Amériques pour s'enrichir, il s'agit d'y renforcer son curriculum.

Je suis arrivé ici sur invitation. L'université a un bon système d'années sabbatiques, de sorte qu'un de leurs enseignants est venu dans l'université en Espagne où je faisais mon doctorat. Il m'a proposé d'occuper un poste temporaire pour un an au Mexique. Cette année-là, plein de choses me sont arrivées, je n'ai pas obtenu un poste que j'espérais, j'avais plusieurs autres options mais aucune ne semblait susceptible de se concrétiser à court terme. Je me suis dit “pour un an, essayons donc”. (Homme, biotechnologue, 43 ans, université publique, Espagne).

28Faciliter une transition entre les communautés de formation et celles de professionnalisation, sur le mode de l'articulation et non sur celui de la substitution, permettrait d'augmenter les chances des jeunes chercheurs étrangers d'obtenir leur titularisation : celle-ci dépend en effet de leur intériorisation des règles de conduite académique et des codes relationnels propres au milieu d'accueil mais aussi du maintien de leurs liens professionnels préalables et de leurs capacités de publication dans des revues internationales.

29Les informateurs ont pour habitude de conserver des contacts scientifiques avec leurs pays d'origine, sauf lorsque ceux-ci désapprouvent l'émigration. Ils sont alors contraints à se fabriquer des réseaux alternatifs et à mettre en latence ceux d'origine. Les relations qu'ils entretiennent avec leur concitoyens au Mexique et les représentations diplomatiques de leurs pays varient considérablement : plus leurs connexions interculturelles et professionnelles avec la société d'accueil sont étroites, moins est pressant le besoin d'adhérer à une collectivité refuge. Néanmoins, plus la communauté d'origine est organisée, plus les bénéfices potentiels d'une adhésion à celle-ci sont élevés, en termes d'accès à des ressources et moyens.

30En règle générale, les parcours professionnels des scientifiques étrangers sont rythmés par des épisodes circulatoires et des séjours de courte et moyenne durée, pour diriger ou participer à des projets bilatéraux, réaliser des périodes de recherche ou répondre à des invitations (séminaires, cours, conférences). Ces activités sont parfois encadrées par des relations plus ou moins formelles (sous contrat de collaboration) avec des établissements du pays d'origine.

Je suis membre associé à l'Observatoire de Paris. Quand j'y fais une visite, j'ai droit à des quotas pour faire des photocopies, j'ai une carte pour manger à la cantine, ce genre de choses. Je ne reçois pas de salaire mais je peux candidater à des appuis à la recherche. (Homme, astronome, 39 ans, centre de recherche, France).

31Dans un jeu de réciprocité et par éthique, les chercheurs étrangers s'investissent fréquemment dans la réception de contreparties scientifiques au Mexique, les co-publications, la mobilité étudiante trans-générationnelle, les co-tutelles et l'évaluation de dossiers soumis aux programmes bilatéraux de mobilité, même si ces activités sont chronophages.

D'après mon expérience personnelle, il est nécessaire et indispensable que chaque étudiant connaisse d'autres cultures. L'idéal, c'est qu'il puisse visiter d'autres pays et voyager. Sinon, qu'il utilise Internet et recherche des bourses. Ce qui est fondamental, c'est de savoir plusieurs langues afin d'avoir une conception de la vie plus ouverte, à échelle personnelle, et aussi moins xénophobe. (Femme, linguiste, 45 ans, université publique, Bulgarie).

32Ils énoncent souvent un désir de maintenir un lien avec leur pays d'origine, qui explique la prédominance d'interconnexions bilatérales plutôt que diversifiées. Tous ne sont pas, tant s'en faut, des personnes cosmopolites, c'est-à-dire « quelqu'un qui se sent chez lui lorsqu'il est en mouvement (…), quelqu'un qui s'adapte facilement et qui traduit de nouvelles conditions socio-culturelles et comprend comment les intérioriser » (Jansson, 2012 :138). Un petit nombre a choisi de consolider presque exclusivement des trajectoires duelles de mobilité entre lieux de départ et d'arrivée : celles-ci renvoient à une forme d'internationalisation paradoxalement fondée sur un nationalisme à distance, qui recrée à partir d'un autre lieu les relations avec le pays d'origine (Anderson, 1993) et non à des parcours de globe-trotters hautement qualifiés et déterritorialisés (Mahroun, 2009).

33Les schémas d'internationalisation révèlent donc, au cas par cas, une réoccupation des espaces de partance et/ou inscriptions dans des réseaux disciplinaires situés dans de multiples pays. Pour un certain nombre d'informateurs, l'objet de recherche prime sur l'origine, et ils enchaînent des séjours dans des pays tiers au gré de leurs intérêts et approches disciplinaires :

Nous sommes entrés en contact avec *** quand nous nous sommes mis à travailler les histoires de vie. Nous avons travaillé étroitement avec elle l'interprétation et nous sommes rendus compte que ce que nous avions, ce n'était pas des histoires, mais une mémoire. Le groupe Argentine devint alors une référence fondamentale pour nous. Par ailleurs, j'ai bien fait un séjour de recherche à Paris mais ce qui est surtout important, c'est le contact avec l'université Humboldt, en Allemagne, sur des questions d'éducation comparée. Une fois, le chef de ce département est venu donner un séminaire à Mexico et, depuis, je l'invite tous les ans. Lorsque j'ai fait un séjour de recherche avec eux, j'ai voulu travailler avec des professeurs allemands, à cause aussi de mes origines, mais ça a été compliqué, j'ai fait les entretiens en anglais, je n'étais pas sure qu'ils me comprennent. Comme je travaille des questions d'identité institutionnelle, dans le cas des Allemands, il n'y avait pas une attache forte à leur établissement : ils sont obligés de finir leur doctorat dans une autre université, il y a donc de nombreuses ruptures et le thème de l'identité institutionnelle se construit de manière différente (Femme, sciences de l'éducation, 69 ans, université publique, France).

34Ils structurent ainsi des parcours scientifiques multi-localisés, au prétexte de post-doctorats ou séjours sabbatiques, de l'échelonnement des terrains de recherche et de l'utilisation d'instruments acquis par des laboratoires de pointe localisés. Pour asseoir leur réputation, ils la capitalisent successivement dans des lieux divers. Ils tissent, autour d'un lien fort de coopération préférentielle soit avec le pays d'origine, soit avec un pôle disciplinaire de réputation mondiale, une constellation de relations plus ténues : ils articulent alors des équipes localisées dans divers pays, en réseaux thématiques qui consolident et légitiment leurs lignes principales de recherche à l'aune de la distribution géographique et de la densification spatiale des intervenants. Cette stratégie est surtout prégnante parmi les chercheurs confirmés, qui disposent des capacités de montage, des plate-formes et des contacts qu'elle requiert.

Conclusions

35Les changements de statut scientifique du Mexique ont été tributaires des politiques publiques et ont influé sur sa place sur l'échiquier mondial : alors que, jusqu'au début des années 80, les spécialistes considéraient le pays comme sous-développé, certains annoncent sa prochaine entrée dans le groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) c'est-à-dire des économies émergentes. Au sein de la division internationale du travail scientifique, même si sa position est encore en partie subordonnée, la reconnaissance croissante de ses noyaux d'excellence, au niveau international, laisse augurer une transition vers une position de pays encore non hégémonique (Losego & Arvinitis, 2008) mais déjà doté de ressources humaines et matérielles suffisantes pour négocier des projets scientifiques spécifiques sur une négociation win to win avec les partenaires. Reste à déterminer si cette évolution n'est pas un jeu de dupes qui enfermera le Mexique dans le “piège du revenu intermédiaire”, lequel se définit par « son incapacité, d'une part, à rivaliser avec des économies à faible revenu pour la fabrication de produits d'exportation et, d'autre part, avec les économies développées pour les innovations de pointe (Farah & Schwartzman, 2015 : 149).

36Dans ce contexte, le renforcement de la migration scientifique vers le Mexique s'accompagne d'une diversification des schémas de mobilité : moins linéaires, ces derniers n'articulent plus seulement des mobilités entre deux espaces en tension. Ils renvoient à des parcours variés, qui reposent autant sur des programmes d'attraction que sur des décisions personnelles, parfois aléatoires. Néanmoins, malgré des améliorations, les programmes de retour, d'attraction et de circulation des compétences restent encore trop lâchement interconnectés, trop désarticulés et trop bureaucratisés, et les conditions d'accueil, principalement dans les universités publiques, ne sont pas toujours adaptées au profil et demandes des scientifiques étrangers. Cela empêche les établissements de tirer un profit optimal de leur présence, faute de leur octroyer les moyens et conditions indispensables pour être des locomotives d'innovation. Car la course aux talents a des répercussions distinctes selon la nature des systèmes scientifiques d'accueil (Docquier & Machado, 2014) : plus ceux-ci sont développés, flexibles, innovants, méritocratiques et préalablement internationalisés, plus les répercussions sont positives et profondes. Plus ils sont rigides, hiérarchiques et paralysés par des procédures administratives à rebours de la logique scientifique, plus elles sont anecdotiques et circonscrites.

37Dans cette perspective, les enjeux pour le Mexique consistent à maintenir une politique de migration inversée, qui a fait ses preuves même si celles-ci pourraient être plus évidentes, dans une conjoncture économique défavorable où la baisse des prix du pétrole et l'effondrement relatif du peso, la monnaie nationale, par rapport au dollar américain en érodent l'attractivité et en augmentent les coûts. Ils consistent peut-être et surtout à savoir faire une place particulière à des agents, qui sont des intermédiaires interculturels, et à les insérer au sein de dispositifs novateurs de coopération internationale en réseau.

Top of page

Bibliography

Anderson (B.), 1993, Ciudadanías imaginadas : reflexiones sobre el origen y la difusión del nacionalismo. México, Fondo de Cultura Económica.

Auriol (A.) et al., 2010, Mapping careers and mobility of Doctorates holders. Paris, OECD Library, http://www.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/mapping-careers-and-mobility-of-doctorate-holders_5kmlfbn2ddtd-en?crawler=true

Auriol (A.) et al., 2007, “Labour Market Characteristics and International Mobility of Doctorate Holders : Results for Seven Countries”, OECD Science, Technology and Industry Working Paper 2007/2, Directorate for Science, Technology and Industry, OECD, Paris, http://www.oecd.org

Brunner (J.J.), 1990, La educación superior en América Latina : Cambios y desafíos, Santiago de Chile, FCE.

Castaños (H.), coord., et al., 2011, Oleadas de migrantes científicos a México : una visión general. México, UNAM, IIE, http://ru.iiec.unam.mx/1166/1/OleadasImprenta20jun11.pdf

Didou (S.), coord., et al., 2013, La formación internacional de los científicos en América Latina : debates recientes, México, ANUIES.

Didou (S.) & Gérard (E.), eds., 2009, Fuga de cerebros, movilidad académica y redes científicas: perspectivas latinoamericanas, México, IESALC-CINVESTAV-IRD.

Docquier (F.) & Machado (J.), 2014, Global competition for attracting talents and the world economy. Belgique, Université catholique de Louvain.

Durand (J.P.), 2013, “Científicos extranjeros en la Universidad de Sonora : contribuciones e impacto en las comunidades disciplinares locales”. OBSMAC-IESALC, http://www.unesco.org.ve/index.php/pt/component/fabrik/details/9/14

Galaz Fontes (J.) et al., 2012, La reconfiguración de la profesión académica en México. Culiacán, Universidad Autónoma de Sinaloa, http://works.bepress.com/galazfontes/102

Farah Schwartzman (L.) & Schwartzman (S.), 2015, « Migrations des personnes hautement qualifiées au Brésil : de l'isolement à l'insertion internationale », Brésil(s), n° 7, pp. 147-172

Gerard (E.), 2013, « Dynamique de formation internationale et production d’élites académiques au Mexique », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7, n° 1, pp. 317-344 www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2013-1-page-317.htm

Hénard (F.), Diamond (L.) & Roseveare (D.), 2012, Approaches to internationalization and their implications for strategic management and institutional practice, Paris, OCDE IMHE, http://www.oecd.org/edu/imhe/Approaches%20to%20internationalisation%20-%20final%20-%20web.pdf

Institut National des Statistiques, Géographie et Information (INEGI), 2010, Censo de población y vivienda. http://www.inegi.org.mx/sistemas/olap/proyectos/bd/consulta.asp?p=17118&c=27769&s=est#

Izquierdo (I.), 2008, Científicos inmigrantes en México en los noventa, un acercamiento a sus experiencias en la UNAM, COMIE, X Congreso Nacional de Investigación Educativa, http://www.comie.org.mx/congreso/memoriaelectronica/v10/pdf/area_tematica_04/ponencias/0218-F.pdf

Izquierdo (I.), 2013, “Tensiones, distensiones y estrategias identitarias. El caso de los científicos de la ex unión de repúblicas socialistas soviéticas (URSS) inmigrantes en México en los noventa.” Thèse de doctorat, UNAM, Facultad de Filosofía y Letras.

Jansson (A.), 2012, “A second birth ? Cosmopolitan media ethnography and Bourdieu's reflexive sociology” International Journal of Cultural Studies, vol. 16, n° 2, pp. 134-150.

Losego (P.) & Arvanitis (R.), 2008, « La science dans les pays non hégémoniques », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 2, n° 3, pp. 334-342.

Lozano, (F.) & Gandini (L.), 2011, Skilled-Worker Mobility and Development in Latin America: Between Brain drain and Brain Waste, Population Association of America, Annual Meeting, March 31-april 2, Princeton, http://paa2011.princeton.edu/papers/110906

Luchilo (L.) & Stubrin (A.), 2013, “Movilidades científicas de los doctorados y redes de transferencia de saberes en Argentina”, in S. Didou, coord., La formación internacional de los científicos en América Latina : debates recientes, México, ANUIES, pp. 15-85

Mahroun (S.), 2000, “Highly skilled globetrotters: mapping the international migration of human capital”, R&D Management, vol 30, n° 1, pp. 23-342.

Remedi Allione (E.) & Ramírez (R.G.), 2015, “Mecanismos de intercambio de conocimientos y de perspectivas sobre el quehacer científico: el caso del Departamento de fisiología, biofísica y Neurociencias del CINVESTAV”, in S. Didou & P. Renaud, coord., Circulación Internacional de Conocimiento: miradas cruzadas sobre la dinámica Norte- Su,. México D.F., IRD-CINVESTAV-UNAM-AUF, IESALC-UNESCO, pp. 277-296.

Teichler (U.), 2015, “Academic Mobility and Migration : What We Know and What We Do Not Know”, European Review 23 (S1), pp. S6-S37.

Vertovec (S.), 2001, “Transnationalism and identity”, Journal of ethnic and migration studies, vol. 27, n° 4, pp. 573-582.

Wagner (A.C.), 2010, « Le jeu de la mobilité et de l'autochtonie au sein des classes supérieures ». Regards sociologiques, n°40, pp. 89-98.

Top of page

Notes

1 Article écrit dans le cadre du Réseau sur l'internationalisation et les mobilités académiques et scientifiques (RIMAC, selon les sigles en espagnol), Programme d'appui aux Réseaux Thématiques, Conseil National des Sciences et Technologies (CONACYT).

2 Dès 1984, le CONACYT créa un dispositif de distribution sélective de sursalaires aux chercheurs après évaluation de leur productivité. Il rassemble aujourd'hui environ 20% des personnels de recherche (Galaz et al, 2012 :71)

3 http://www.inegi.org.mx/inegi/contenidos/espanol/prensa/contenidos/Articulos/sociodemograficas/nacidosenotropais.pdf

4 http://www.redtalentos.gob.mx/index.php?option=com_content&view=article&id=83&Itemid=164

5 L'équipe responsable des entretiens, coordonnée par S. Didou, a été constituée par des doctorants (Edgar Góngora, Jessica Badillo, Yvonne Pineda), des étudiants de mastère 2 (Nancy Mena, Alejandra Sánchez) ou licence (Araceli Beltran) ainsi que par des chercheurs invités (Juan Pablo Durand, Cecilia Oviedo et Marcela Narezo)

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Didou, « Chercheurs étrangers et internationalisation du système scientifique au Mexique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 15 | 2016, 263-280.

Electronic reference

Sylvie Didou, « Chercheurs étrangers et internationalisation du système scientifique au Mexique », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [Online], 15 | 2016, Online since 10 May 2016, connection on 25 April 2017. URL : http://cres.revues.org/2976

Top of page

About the author

Sylvie Didou

Sociologue, chercheur au Centre de Recherches et Études Avancées (CINVESTAV), Mexique.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org