Navigation – Plan du site
Dossier : La division internationale du travail scientifique

Introduction : Une tentative de coopération indépendante

Formation d’une équipe de recherche en mathématiques à Alger (1966-78)
Terry Shinn, Dominique Vellard et Roland Waast
p. 89-91

Texte intégral

1Le texte qui suit est un témoignage : ses auteurs, ici, ne s’intéressent pas tant à la science établie (et de préférence à sa “pointe”) qu’à la construction préalable d’un “espace pour la science”, dont ils ont compté parmi les principaux protagonistes : en tant que tels –et quelle que soit l’objectivité des faits rapportés–, ils sont fatalement juges et parties. Mais ils conduisent ainsi la réflexion sur des pistes négligées par les problématiques courantes. En se tenant au plus près des acteurs, ils font ainsi ressortir :

  • le rôle des figures et de petits cercles de spécialistes dans cette construction, étape préalable, là où (comme aujourd’hui dans une majorité de pays) la recherche n’a pas de fonction propre ;

  • l’opiniâtreté que les fondateurs mettent d’emblée à se former en société séparée, toute occupée de l’activité de recherche dans un environnement qui a d’autres valeurs et d’autres voies de réussite.

2Paradoxalement cette volonté d’autonomie se combine avec le désir affiché de participer à un projet social, légitime et compréhensible (forger les cadres scientifiques de valeur internationale qui seront prochainement nécessaires à un pays pétrolier ambitieux).

3La construction initiale est donc le double produit d’un retrait farouche du monde et d’une prise de parti ostensible dans sa marche. L’extension du domaine des mathématiques est liée à sa légitime inscription sociale. Cette genèse est affaire de circonstances et produit de l’exercice de libertés. L’époque, irriguée de passions morales et politiques, le lieu (Algérie, emblème d’un monde nouveau), le passé immédiat (la guerre, comme expérience inaugurale de la vie) forment le cadre exceptionnel et propice qui fait se rassembler des jeunes gens en quête d’un monde nouveau, unis sous leur “discipline” (à l’époque une corporation), par-delà leurs appartenances nationales et leurs origines sociales. Encore faut-il leur engagement (politique, au moins pour partie des coopérants), leur audace et leur entêtement pour qu’une étape décisive soit franchie.

4Le texte donne à comprendre l’importance de cet enjeu qui pourrait nous paraître “mineur” : la création d’un laboratoire. Or c’est, dans la plupart des pays en développement, l’objet de tous les efforts pionniers. C’est la première pierre d’une institutionnalisation nécessaire pour durer ; mais non comme le rouage d’un appareil universitaire en état de marche (l’université d’Alger l’a toujours été) ; ni comme le relais d’une “communauté scientifique” encore bien lointaine (il n’y a ni masse critique, ni processus de régulation, ni même encore les normes et l’éthique correspondants). Ce qui s’établit est un “sanctuaire” de la recherche, un outil du rassemblement dépassant les individualités, un lieu de réunion en vue de la pleine absorption par l’activité de recherche : en fait, un embryon de communauté.

5Le plus significatif peut-être est que le laboratoire n’est considéré “sur les rails” que lorsqu’il a trouvé son thème central (ici  : la modélisation du “cône d’eau” se formant lors de l’exploitation d’un puits de pétrole). Le trait renvoie au difficile problème de la stratégie de recherche  : quelle ambition poursuivre, qui soit à portée et qui traduise un pacte acceptable avec la société ? Le thème doit promouvoir une image du savoir recevable et compréhensible par l’opinion, le gouvernement, les soutiens sociaux nécessaires. Sur ces images du savoir se formeront des blocs sociocognitifs capables de soutenir la légitimité de la recherche et de sa fonction. Il ne s’agit pas d’artifices de communication faits pour persuader (parfois de façon hypocrite) le public de la bonne volonté des savants. Ces images ont le pouvoir d’orienter les travaux, de préciser quels problèmes méritent d’être posés et de choisir ceux pour lesquels on pense disposer de méthodes adaptées.

6Un tel choix nous ramène aux questions de coopération et de division du travail dans la science internationale. L’exemple ici traité est apparemment celui d’une coopération vertueuse. Preuve en est qu’elle peut exister – au prix d’engagements personnels qui ne relèvent ni des simples arrangements administratifs, ni des règles de la communauté savante. Mais, en marge du processus, apparaissent les possibles démêlés avec la science “de métropole”. Ils émergent autour d’un débat entre “excellence” et “pertinence”, qui dépasse de loin la division entre sciences appliquée et fondamentale. Il a trait à l’autonomie de la science périphérique. Il se manifeste ici autour de trois questions : 1) où former de bons scientifiques ? 2) Quels sujets de recherche leur proposer ? Et 3) y a-t-il une alternative à l’ambition d’une “science d’excellence” ?

  • On verra que, sur le premier point, la tendance métropolitaine était de se réserver les formations doctorales ; tandis que les “périphériques” défendront à tout prix la formation sur place, malgré les difficultés acrobatiques pour maintenir une école locale exigeante. L’enjeu n’est pas mince : lutte contre la fuite des cerveaux, cumul de capacités locales, diminution de l’incertitude sur les forces qui seront peu à peu disponibles, fier symbole de ce qui sera plus tard labellisé comme une « école algérienne de mathématiques ».

  • Sur le deuxième point (les sujets), la divergence est aussi aiguë. Les correspondants de métropole entendent s’attacher de bons élèves recrutés à Alger, qu’ils intègrent dans leur “écurie” mais qui ne reviendront guère au pays (leur attachement est alors à la “science monde”, exercée certes en ses hauts lieux) ; et, s’ils reviennent, ce sera avec des spécialités dispersées et des relations extraverties. Les “périphériques” tiennent au contraire à se concentrer sur quelques spécialités, et à faire converger les sujets (c’est le choix du “problème du cône d’eau”, lié aux équations aux dérivées partielles).

  • Sur le dernier point (excellence ou pertinence) le débat prendra un tour polémique et public. Y a-t-il science qui vaille et ne soit pas d’excellence ? Le terme (chargé) renvoie à l’élitisme assumé de la science (à ses “règles”) ainsi qu’à son ésotérisme (supposé investi de la confiance populaire). Les “périphériques” arguent au contraire que la recherche poursuivie doit être à la fois “de qualité” et “pertinente”  : socialement concernée, pour devenir acceptable là où le rôle du scientifique n’est pas encore admis. On notera (pour dissiper toute équivoque) que nombre des jeunes gens participant de ce courant étaient des mathématiciens prometteurs, qui ont fait pour certains de brillantes carrières, et qui n’étaient en rien défenseurs de la médiocrité.

7Autre leçon : la construction initiale a besoin de figures emblématiques qui font sens dans le siècle – comme ici certains maîtres mathématiciens français qui donnèrent les preuves de leur anticolonialisme, et plus encore ce mathématicien “modèle”, Maurice Audin, qui, français (d’Algérie), perd la vie en défendant son idéal et en aidant la révolution algérienne. Les combats qui suivent sont moins héroïques, mais s’incarnent aussi dans des personnalités charismatiques et des symboles visibles : le laboratoire est l’un de ceux-ci – bien au-delà de sa fonctionnalité. Celui d’Alger a duré, sa geste est légendaire et capable de reprises de sens.

8On pourrait longuement encore discuter et décortiquer les données ici apportées. Elles sont typiques des problèmes de construction d’un espace pour la science. L’avantage est qu’elles sont ici minutieusement documentées. Ce pourquoi nous pensons que leur publication était intéressante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Terry Shinn, Dominique Vellard et Roland Waast, « Introduction : Une tentative de coopération indépendante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 9 | 2010, 89-91.

Référence électronique

Terry Shinn, Dominique Vellard et Roland Waast, « Introduction : Une tentative de coopération indépendante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cres.revues.org/388

Haut de page

Auteurs

Terry Shinn

Directeur de recherches, Sociologue des sciences, CNRS/EHESS, Paris.

Articles du même auteur

Dominique Vellard

Maître de conférences, Didactitienne des mathématiques, Université de Nantes.

Articles du même auteur

Roland Waast

Directeur de recherches, Sociologue des sciences, IRD, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org