Navigation – Plan du site
Dossier : La division internationale du travail scientifique

Une tentative de coopération indépendante

Formation d’une équipe de recherche en mathématiques à Alger (1966-78)
An attempt of independent co-operation. Creation of a mathematical research team in Algiers (1966-78)
Amar El Kolli et Martin Zerner
p. 93-113

Résumés

Cet article est un témoignage sur la formation d’une équipe de recherche en mathématiques à Alger de 1966 à 1978. La première partie est descriptive. Après un bref état des lieux au lendemain de l’indépendance, nous relatons les circonstances du lancement d’un troisième cycle, son thème, son organisation et les difficultés rencontrées. Nous expliquons pourquoi et comment l’année universitaire 1972-73 a marqué un double tournant dans la vie et la structure de l’équipe. La seconde partie réunit quelques réflexions fondées sur les éléments de la première. Nous nous intéressons aux motivations des différents acteurs et examinons les obstacles rencontrés lors de la mise en place du projet. Nous nous attachons en particulier à souligner l’impact de la formation en France, érigée en dogme chez nombre de mathématiciens. Enfin, nous indiquons les circonstances qui nous ont conduit à penser qu’on pouvait venir à bout, au moins partiellement, de certains de ces obstacles.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est un témoignage assorti de quelques réflexions sur la formation d’une équipe de recherche en mathématiques, à Alger, entre 1966 et 1978. L’entreprise se voulait contre-hégémonique, du moins dans l’esprit des acteurs, dont les auteurs de l’article, un Algérien et un Français, qui y ont participé du début à la fin. Leur témoignage ne vaut que ce que valent les témoignages. Pour mener à bien ce travail, nous nous sommes fondés essentiellement sur le contenu des enquêtes menées auprès des différents protagonistes concernés par le projet, ainsi que sur quelques sources écrites répertoriées dans les différentes notes. Nous tenons à remercier les nombreux collègues qui nous ont prêté leur mémoire. Conformément aux bonnes règles, nous prenons sur nous l’entière responsabilité de ce que nous écrivons.

2Ce témoignage se structure en deux parties. Une première partie est de l’ordre du récit. Nous faisons d’abord un bref état des lieux de l’enseignement des mathématiques à la Faculté des Sciences d’Alger, tel qu’il se présentait au lendemain de l’indépendance. Nous évoquons ensuite les circonstances qui ont présidé au lancement d’un troisième cycle universitaire (DEA et thèse) après la licence (BAC+3), son thème, son organisation et les difficultés rencontrées. Nous expliquons comment et pourquoi l’année universitaire 1972-73 a marqué un double tournant dans la vie et la structure de l’équipe. D’une part, une partie de ses membres s’engagent dans un projet de travail sur l’exploitation pétrolière. Indépendamment, un professeur français, Pierre Grisvard, s’installe pour l’année universitaire. En 1978, l’équipe peut être considérée comme constituée.

3La seconde partie est consacrée à quelques réflexions, naturellement basées sur les éléments présentés dans la première. Nous insistons sur ceux qui sont spécifiques à l’Algérie et à notre domaine de recherche, en nous intéressant aux motivations des différents acteurs. Nous examinerons ensuite les différents obstacles rencontrés lors de la mise en place de ce projet. Nous nous attacherons en particulier à éclairer le fonctionnement de la formation en France, un véritable dogme chez nombre de mathématiciens. Si les difficultés administratives et logistiques ne sont certes pas particulières à notre expérience, nous verrons comment elles se combinent avec ce dogme. Enfin, nous indiquerons les circonstances qui nous ont fait penser qu’on pouvait venir à bout, au moins partiellement, de certains de ces obstacles.

La formation d’une équipe de recherche en mathématiques

Les mathématiques à Alger après l’indépendance

  • 1 Voir Vidal-Naquet, 1958 (réédité en 1989).

4L’année 1957 a marqué la fin de la recherche mathématique à la Faculté des Sciences d’Alger. Le seul jeune chercheur réellement actif et d’une grande valeur, Maurice Audin, militant du Parti communiste algérien (PCA), a été arrêté et assassiné par les parachutistes en juin de cette même année1. Son directeur, René de Possel, excellent mathématicien, a quitté Alger définitivement en décembre, après avoir participé à la soutenance in absentia de sa thèse à Paris.

5À la veille de l’indépendance, on ne trouve, à la Faculté des Sciences d’Alger, aucun enseignant de mathématiques algérien. À la fin de l’année 1961-62, tous les professeurs et la plupart des autres enseignants sont partis. Un petit nombre d’assistants et de maîtres-assistants sont restés. Trois agrégés sont recrutés à la Faculté, parmi lesquels Rachid Touri, qui sera bientôt nommé doyen. L’enseignement est assuré, tant mal que bien, avec des assistants tout juste titulaires de la licence.

6Roger Godement, mathématicien d’une grande réputation, professeur à la Faculté des Sciences de Paris et membre du collectif Bourbaki, y passe l’année suivante, 1963-64. Malgré son rôle stimulant, ce passage a eu des effets négatifs. Le départ de Godement est suivi d’un découragement profond mais momentané chez les enseignants algériens, en particulier pour Touri.

  • 2 VSNA (prononcer « vesna ») : Volontaires du Service National Actif (ce terme désignait les appelés (...)
  • 3 Comme on sait, il n’y a pas de prix Nobel de mathématiques. La médaille Field est ce qui s’en rappr (...)

7Nous voici donc à la rentrée de 1964. Arrivent les premiers VSNA2 : Claude Bardos, qui vient de sortir de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (ENS), Daniel Lehmann, qui est passé par celle de Saint Cloud, Henri Buchwalter, un jeune chercheur de Lyon, et Marc Roux, assistant à la Faculté des Sciences de Marseille. En même temps arrive Mustapha Raïs, un Algérien titulaire d’un doctorat de troisième cycle obtenu en France. Touri n’étant pas remis du départ de Godement, ils lui proposent un programme d’invitations de mathématiciens français, pour un mois chacun. Six mathématiciens au moins répondent à cette invitation et, parmi eux, Jean-Pierre Serre et Alexandre Grothendieck, deux titulaires de la médaille Field3, ainsi que Godement lui-même. Parmi les moindres personnalités, figure Martin Zerner, à l’époque jeune maître de conférences à la Faculté des Sciences de Marseille. Comme Bardos et Lehmann le connaissent personnellement, à la fois ils ont envie de l’inviter, et hésitent à le faire de crainte d’être taxés de favoritisme. Le fait qu’il soit aussi connu de Raïs, de par la proximité de leurs domaines de recherche, emporte la décision. Lui-même hésite pour des raisons politiques avant d’accepter. Se situant à l’extrême gauche, sans affiliation organisationnelle, il avait cru, comme d’autres, que l’indépendance de l’Algérie s’accompagnerait d’un passage au socialisme et, déçu, il était en conséquence critique à l’égard du régime.

8Ces séries de conférences sont d’un niveau trop élevé pour la plupart des enseignants autochtones. Pendant ce temps-là, de jeunes enseignants algériens ont « la modestie… de reprendre seuls les études correspondant au diplôme que l’Université de l’Algérie Française avait délivré au rabais » (Bardos et al., 1986 : 21-22). Parmi eux, se trouvent Amar El Kolli et Abdelhafid Mostefaï. Ils avaient obtenu leur licence en 1961 puis avaient été recrutés comme assistants à la rentrée de 1963.

  • 4 Henri Cartan (1904-2008) a été un des fondateurs de Bourbaki. Outre une œuvre mathématique impressi (...)

9Les VSNA repartent. Un autre arrive à la rentrée, Max Karoubi, un ancien élève de l’ENS, poussé par Grothendieck et Serre, qui reviendront cette année comme conférenciers invités, et aussi par Henri Cartan4. Il sera suivi d’autres, qui, eux, resteront deux ans : Jean-Pierre Jouanolou, de 1966 à 1968, Louis Boutet de Monvel, de 1967 à 69, Bernard Filippi, de 1968 à 70, enfin Yves Lombardi et Michel Wirth, en 1970-71. Mais Raïs repart en France définitivement, ce qui a été démoralisant pour les enseignants locaux de mathématiques.

  • 5 Union Nationale des Étudiants Algériens. Godement tenait apparemment à ce que son travail reste ent (...)

10On peut faire ici une pause dans le récit pour s’interroger sur l’action des grands noms de la mathématique française, à commencer par Godement. Ils ont incontestablement permis le démarrage d’un enseignement de mathématiques de bonne qualité. Godement a laissé à l’UNEA5 un polycopié de première année en deux volumes qui a servi très longtemps à Alger, dont on n’avait pas d’équivalent en France. Ils ont incité de jeunes mathématiciens, dotés d’une excellente formation, à venir à Alger comme VSNA. La perspective de leurs visites a pu peser sur la décision de ces jeunes, quoique d’autres motivations, sur lesquelles nous reviendrons, aient également joué. Mais, à un autre niveau, cette vie mathématique restait extérieure aux Algériens. Certains de ceux-ci ont senti un certain mépris de la part de Godement. Et il est vrai, comme il a déjà été dit, que le niveau en mathématique de la Faculté était lamentable. La solution que Godement a proposée est classique : envoyer les éléments les plus prometteurs préparer une thèse à l’étranger. Il avait distingué un étudiant en fin de licence qui est effectivement parti à Paris en même temps que lui, a soutenu une thèse… et n’est jamais revenu. Ce fut le premier d’une série. Quoi qu’il en soit, dans l’immédiat, leur départ privait la Faculté de leur enseignement, de sorte que, s’il y avait quelques bons cours magistraux, les travaux dirigés ne suivaient pas.

  • 6 Sur les congrès internationaux de mathématiques, on peut consulter Curbera, 2009 ou Lehto, 1998.
  • 7 Voir plus loin les explications sur le système français en vigueur en Algérie à cette époque.

11Touri et Mostefaï participent, en août 1966, au congrès international quadriennal des mathématiciens6. Ils y rencontrent Zerner et lui demandent de les aider à mettre sur pied un troisième cycle7. Touri et Mostefaï sont décédés et nous ne savons pas comment la décision a été prise. Les considérations qu’on vient de lire permettent peut-être de se faire une idée des raisons de la création du troisième cycle.

12Zerner accepte. Il vient de se faire muter de Marseille à Nice, pour une raison qui éclaire la suite. L’année précédente, une Faculté des sciences avait été créée à Nice et Jean Dieudonné, un des mathématiciens français les plus connus, y avait été nommé avec la ferme intention d’en faire un centre de recherche. Le choix de Zerner impliquait celui de la spécialité du troisième cycle : il s’agirait d’analyse et, plus précisément, d’équations aux dérivées partielles (EDP) et de questions d’analyse fonctionnelle qui leur sont liées.

13L’année universitaire 1966-67 est une année de transition. Karoubi est reparti, un nouveau VSNA arrive en la personne de Jouanolou, normalien de la même promotion que Bardos (1960). Le domaine de recherche de Jouanolou ne relevait pas de l’analyse. Zerner fait une ou deux missions à Alger : conférences, discussions, préparation de la mise en place du troisième cycle.

Les débuts du troisième cycle

14Le premier DEA ouvre l’année universitaire 1967-68 avec deux étudiants, El Kolli et Mostefaï, qui, sous la direction de Zerner, avaient commencé un travail de recherche en Analyse.

15Louis Boutet de Monvel, normalien de la promotion 1960, arrive comme VSNA à la rentrée. Il est sur le point de soutenir sa thèse d’État en analyse et peut donc très bien assurer un cours de DEA dans cette discipline. La participation de Bardos et de Zerner, entre autres, pour des séjours d’une à deux semaines, est acquise. Ces trois enseignants constituent un noyau stable d’enseignants qui viendront régulièrement assurer des enseignements complémentaires pendant les années à venir. Ce noyau stable va s’enrichir au cours de ces années.

16Ce premier DEA permet, un an après, exactement le 25 septembre 1969, la soutenance de deux thèses de troisième cycle, celles d’El Kolli et de Mostefaï. Le premier prend la direction du département des mathématiques, et continuera à travailler avec Zerner pour une thèse d’État, le second prendra la direction de l’ENS de Kouba.

  • 8 Malgrange est membre de l’Académie des Sciences.

17L’année universitaire 1968-69, le DEA d’Analyse continue, avec Boutet de Monvel comme enseignant sur place, et plusieurs missionnaires pour des séjours d’une à deux semaines, dont Bernard Malgrange8, Bardos, Zerner et, pour la première fois, Pierre Grisvard (Professeur à l’Université de Nice), dont nous reparlerons. Un cours de Zerner sur les espaces de Sobolev est polycopié.

18Saïd Benachour, Mohand Moussaoui et Djamel Teniou figurent parmi les étudiants. À l’issue de cette année universitaire, Saïd Benachour et Djamel Teniou partent à Nice pour préparer une thèse de troisième cycle sous la direction de Grisvard. Mohand Moussaoui part faire son service militaire.

19Un DEA d’Algèbre, dirigé par Benali Benzaghou, est ouvert l’année universitaire suivante. Nous n’avons pas réussi à éclaircir s’il y avait eu un DEA d’analyse cette année-là. En tout cas, les visites d’analystes, certains au moins du noyau stable, ont continué.

  • 9 À Pavie, Geymonat a eu comme professeur Enrico Magenes, qui travaille avec le dirigeant de l’École (...)

20Le départ, pour l’Université de Nice, de Boutet de Monvel, en septembre 1969, a privé le DEA d’Analyse d’un enseignant sur place. Il est quand même décidé que le DEA fonctionnera l’année universitaire 1970-71, sous la responsabilité scientifique de Zerner. L’enseignement magistral est assuré par des professeurs français et italiens, pendant des missions d’une à deux semaines. En plus de Zerner, on trouve parmi eux Boutet de Monvel, Bardos, Jean Cea, Grisvard et, pour la première fois, Giuseppe Geymonat. Boutet de Monvel fera partie quelques années du noyau stable, auquel Grisvard s’est déjà ajouté. Cea est professeur à l’Université de Nice. Geymonat rejoint lui aussi le noyau stable, qui est ainsi définitivement constitué. Après être passé par le Collegio Ghislieri de Pavie9, il est devenu professeur au Politecnico de Turin. Il a déjà travaillé avec Grisvard et Zerner et il passera l’année universitaire suivante à Nice. Politiquement, il est très proche de Lotta Continua, après avoir été au Parti communiste italien (PCI).

  • 10 El Kolli est directeur du département des mathématiques de janvier 1969 à décembre 1971.

21El Kolli, entre deux missions, assure les Travaux Dirigés, ainsi que l’administration et la logistique10.

22Deux étudiants, Abderrahmane Bendali et Abderrahmane Djaadane, passent le DEA cette année-là. Ils restent à Alger et préparent une thèse de troisième cycle sous la direction de Cea.

23À la fin de l’année, Benachour et Teniou soutiennent leur thèse de troisième cycle à Nice. Le premier obtient un poste d’assistant et reste pour faire une thèse d’État, le second rentre à Alger. C’est le premier mathématicien formé en France après l’indépendance qui revient.

24L’année universitaire 1971-72, deux DEA sont ouverts. Celui d’algèbre, sous la direction de Benali Benzaghou, et celui d’analyse, qui fonctionne comme l’année précédente. Les Travaux Dirigés sont maintenant assurés par Teniou. Parmi les étudiants, on compte Youcef Amirat, Youcef Atik, Abdelhamid Ziani, Rabah Belout, et Kamel Hamdache.

25Mohand Moussaoui, qui travaille sous la direction de Pierre Grisvard, soutient sa thèse de troisième cycle à Alger.

Le tournant de 1972

26L’année 1972 marque un tournant dans la vie de l’équipe en cours de constitution et ce, pour deux raisons très différentes : une proposition de travail de Geymonat, et l’arrivée de Grisvard pour une année universitaire à Alger.

27Rappelons la nationalisation des hydrocarbures en Algérie, le 24 février 1971. Pendant une mission à Alger, Geymonat propose d’axer le travail sur un problème de production pétrolière. Il apporte une méthode pour aborder le problème dit du “cône d’eau” dans l’exploitation d’un puits. Beaucoup de gisements de pétrole contiennent non seulement du brut, mais aussi de l’eau. Il s’agit de déterminer la frontière entre ces deux fluides. Ce problème n’est certes pas à la pointe de la technologie en la matière. En particulier, dans la plupart des cas, il n’y a pas de frontière nette, l’eau et le pétrole se mélangent et le problème est beaucoup plus compliqué. Mais le problème du cône d’eau est à notre portée et nous pensons que son étude apportera aux jeunes Algériens les connaissances de base qui leur permettront par la suite d’affronter des problèmes réels.

28Une équipe de recherche se dessine donc autour du projet “cône d’eau”. Elle est constituée par El Kolli, trois étudiants du DEA de l’année précédente, Amirat, Atik et Ziani, et travaille sous la direction de Bardos, Geymonat et Zerner. De son côté, Hamdache entreprend une thèse de troisième cycle sous la direction de Bardos et participe par ailleurs au groupe “cône d’eau”. Geymonat fait un cours préparatoire en octobre 1972, avant le départ pour le service militaire, de novembre 1972 à novembre 1974, des membres de ce groupe et de Hamdache. Il leur permet d’ailleurs de rester en contact avec l’équipe.

  • 11 Il est mort en 1994. On trouvera plus d’informations à son sujet dans Cea et al. 1996, en particuli (...)

29Grisvard arrive à Alger en septembre 1972 pour l’année universitaire et assure le cours de DEA. Les missions de courte durée continuent néanmoins. Keddour Lemrabet, Mohamed Moulay et Boubaker-Khaled Sadallah suivent ces cours. Nous avons vu que Grisvard avait commencé à faire des cours en 1968-69, dirigé et fait soutenir trois thèses de troisième cycle. Avant d’être nommé professeur à Nice, en 1967, Grisvard, passionnément anticolonialiste, avait fait son service “militaire” comme VSNA, à la Faculté des Sciences de Rabat11. Il est accompagné de sa femme, Catherine Sackur, qui a été assistante à Nice et a commencé un travail de recherche sous la direction de Zerner, avant de faire le choix d’enseigner au lycée. Sa présence renforce donc l’enseignement de l’analyse.

30Il y a, à partir de ce moment-là, un groupe “cône d’eau” et un groupe des élèves de Grisvard. La séparation est informelle, mais se traduit dans les directions des thèses et dans le fait que celles des élèves de Grisvard sont préparées à Nice (avec l’exception de Moussaoui). Elle n’empêche pas une étroite coopération entre les deux groupes, ainsi qu’avec ceux qui travaillent “hors groupe”. Les sujets abordés par le reste de l’équipe font d’ailleurs partie des outils mathématiques du “cône d’eau”.

La marche vers l’autonomie

31En septembre 1973, Grisvard repart à Nice. Lemrabet, Moulay, Sadallah et Moussaoui le suivent, les trois premiers pour préparer une thèse de troisième cycle, le dernier une thèse d’État. Pour l’année universitaire 1973-74, cela accentue le vide créé l’année précédente par le départ pour le service national des étudiants de DEA.

  • 12 C’est le lieu ici de saluer la mémoire de Hamid Ziani, décédé depuis quelques années, qui a fait de (...)

32De retour du service national, en novembre 1974, Amirat et Atik sont nommés à l’université nouvellement créée de Constantine. Ils y restent jusqu’en décembre 1977, date à laquelle ils reviennent et soutiennent leur thèse de troisième cycle. Les conditions sont difficiles à Constantine. Zerner et Geymonat y font des séjours pendant cette période, de même que des membres algérois de l’équipe12.

33Bendali soutient en même temps que Djaadane, en mai 1975, une thèse de troisième cycle qu’ils ont préparée avec Cea. Ils rejoignent tous les deux l’équipe de recherche. Il en est de même de Hamdache, sous la direction de Bardos.

34Pendant l’année universitaire 1975-76, Ziani soutient à Alger la première “thèse cône d’eau”. À Nice, Lemrabet, Moulay et Sadallah soutiennent leur thèse de troisième cycle. À Nice également, Benachour soutient une thèse d’État, sous la direction de Bardos, qui y a passé les années universitaires 1974-75 et 1975-76.

35Les “Niçois” rentrent en Algérie. Benachour et Lemrabet vont initialement à Constantine, y restent trois mois avant de rejoindre, à Alger, l’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (USTHB) pour le premier, et l’ENS pour le second. Lemrabet fait son service militaire l’année suivante. Sadallah est nommé à l’ENS de Kouba, où il enseigne encore à ce jour. Moulay est nommé à l’USTHB.

36Deux thèses d’État sont soutenues pendant l’année universitaire 1976-77  : celle de Moussaoui, à Nice, sous la direction de Grisvard, et celle d’El Kolli, à Alger, sous la direction de Zerner. Moussaoui revient alors à Alger.

  • 13 Pour un bilan du travail réalisé dans le projet “cône d’eau”, voir Geymonat 1982. On trouvera aussi (...)

37En janvier 1978, Amirat et Atik reviennent à Alger et soutiennent leur thèse de troisième cycle13.

Perspective sur le chemin parcouru

38À ce moment-là, le travail effectué a donné lieu à la soutenance de trois thèses d’État et d’une quinzaine de thèses de troisième cycle, soit à Nice, soit à Alger. Les mathématiciens formés à l’étranger sont rentrés en Algérie et une équipe de recherche, avec des relations de travail très étroites et toujours en contact avec des universitaires étrangers, a été constituée. Des changements institutionnels ont lieu. La Faculté des Sciences de l’Université d’Alger est dissoute et le département des mathématiques est intégré à l’institut des mathématiques de l’USTHB. Le magister a remplacé le troisième cycle. Il avait été prévu l’année précédente de créer un magister sous la direction de Benachour et Moussaoui. Seule l’absence de texte ministériel relatif à la création d’un magister à l’USTHB l’a empêché et deux ou trois étudiants sont partis faire un DEA en France. Parmi eux, Assia Benabdallah, qui soutient très vite (décembre 1979) une thèse de troisième cycle sous la direction de Bardos, puis revient à Alger. Le noyau stable qui assurait la continuité et la cohérence du travail a accompli sa tâche et est alors devenu superflu, les membres algériens de l’équipe étant désormais capables de s’en passer. Les mathématiciens de ce noyau ne retourneront alors qu’occasionnellement en Algérie.

39Pour apprécier le travail effectué, il faut le replacer dans son contexte. Jusqu’en 1976, le cursus d’un apprenti mathématicien en Algérie est celui des Facultés des sciences françaises à l’indépendance. La licence est suivie d’un DEA (Diplôme d’Études Approfondies) qui dure un an. En mathématiques, il consiste en un enseignement traditionnel : cours et travaux dirigés. Suit le troisième cycle, qui aboutit à une thèse et parfois à une publication, en général aux Comptes Rendus de l’Académie des Sciences (CRAS), parfois pas. La thèse de troisième cycle d’El Kolli a fait l’objet d’une note, pas celle, très voisine, de Mostefaï, sans doute parce que ce dernier a été trop absorbé par sa nouvelle fonction à l’ENS d’Alger pour la rédiger. À l’autre bout de la période, la thèse de Ziani n’a pas fait l’objet d’une publication, celles d’Amirat et Atik a donné lieu à une note commune aux CRAS. L’explication est purement administrative. L’étape suivante, la thèse d’État, était supposée être un travail de recherche d’une certaine importance, et l’était presque toujours.

  • 14 On peut citer parmi ceux-ci El Kolli et Bendali. Le premier a publié les résultats qui ont abouti à (...)
  • 15 Anonyme, 1976. Les articles d’Impascience étaient « anonymes mais pas clandestins ».

40Les soutenances de thèses valaient attestation qu’un travail de recherche avait été effectué. Les explications qui précèdent montrent qu’une évaluation bibliométrique du travail de recherche de l’équipe relèverait de la pure fiction. Il y a aussi d’autres raisons à cela. L’une d’elles est qu’il est presque impossible de démêler les publications préparées en Algérie de celles qui l’ont été en France, sauf pour les chercheurs qui n’y ont fait aucun long séjour14. Il faut surtout tenir compte des caractères du milieu mathématique français, qui était d’ailleurs en évolution rapide. À notre connaissance cette évolution n’a pas été étudiée ; signalons pourtant un article quasiment prophétique de Claude Chevalley15. En 1966, quelques centaines de personnes en France sont supposées faire de la recherche en mathématique. Dans leur écrasante majorité, ce sont des universitaires, des assistants aux professeurs titulaires. La plupart d’entre eux n’en font guère. Les chercheurs actifs forment donc un milieu très restreint, largement concentré à Paris, quoi qu’en augmentation rapide à cause de l’afflux d’étudiants. Dans les Facultés des sciences de province, c’est encore un problème de recruter des mathématiciens compétents. Le publish or perish n’a pas encore exercé ses ravages et, en général, on redoute plus de publier un article pas assez substantiel que de ne pas publier du tout. En 1978, la situation a déjà profondément changé, et elle changera encore plus dans la décennie suivante. Le nombre des mathématiciens actifs s’est considérablement accru. Mais, en Algérie, le changement n’est pas du tout le même. Le nombre des mathématiciens s’est aussi considérablement accru, mais il reste toujours très en dessous des besoins.

41Les contacts, déjà diversifiés, avec Luc Tartar, qui sera le directeur de recherche de Hamdache pour sa thèse d’État, et avec François Murat (Paris), vont l’être d’avantage avec Umberto Mosco (Rome), Antonio Fasano (Florence), Michel Crouzeix et Alain Mignot (Université de Rennes et Université de Nancy).

42Pour donner une idée des activités ultérieures du Laboratoire d’Analyse, on peut noter :

  • une école d’été destinée aux jeunes chercheurs, à Tipaza, en 1982 ;

  • un colloque sur les méthodes numériques de l’ingénieur, en collaboration avec la SONELGAZ, en 1986 ;

  • un colloque maghrébin sur les méthodes numériques de l’ingénieur, en collaboration avec l’ENIT de Tunis et l’École d’Ingénieurs de Mohammedia de Rabat. Il se tient tous les deux ans. Le premier a eu lieu à Alger en 1987.

43Les années 1990 ont été très difficiles pour le laboratoire, qui a perdu une partie de ses chercheurs. Les années 2000 ont vu la reprise et on peut se faire une idée de la situation actuelle en consultant le site Internet du Laboratoire16. On y compte vingt-sept enseignants-chercheurs (dont dix-huit femmes), répartis en trois équipes dont la spécialisation n’est que formelle, les membres continuant à travailler en commun. Parmi les vingt-sept, on compte quatorze docteurs d’État et treize magisters.

Quelques réflexions

Les intentions

44Commençons par dire un mot des intentions et des objectifs des acteurs, nous en particulier. Ils peuvent évidemment être différents pour les Algériens et les Européens, et à l’intérieur de chacun de ces deux groupes. Ils ont pu aussi évoluer dans le temps. Mais tous avaient sans aucun doute la conviction qu’il fallait doter l’Algérie d’un enseignement universitaire de mathématiques de qualité et, aussi, qu’un tel enseignement n’était possible que combiné avec une activité de recherche.

45On l’a dit, la situation du département des mathématiques, en septembre 1963, n’est guère brillante  ; on peut même dire qu’elle est catastrophique. Les années suivantes, elle ne s’améliore guère ; le nombre d’étudiants augmente assez rapidement, bien plus que le nombre d’enseignants, malgré l’apport de la coopération. Il faut faire face à cette situation et assurer l’enseignement.

46Du côté algérien, deux choix sont possibles pour la formation des futurs enseignants  : envoyer les étudiants effectuer un troisième cycle à l’étranger ou bien ouvrir une telle formation sur place, en étant aidés. La première formule présente un inconvénient majeur  : la majorité des étudiants ne reviennent pas après leur formation  ; quant à ceux qui reviennent, ils ont tendance à repartir rapidement. La seconde permet d’utiliser les étudiants, pendant qu’ils préparent leur thèse de troisième cycle, comme enseignants et pour aider les doctorants et ce, avant qu’ils aient eux-mêmes soutenu une thèse d’État. Les besoins en enseignants sont tels que c’est cette option qui a été retenue.

47Du côté français (et italien), aider à mettre sur pied un enseignement de mathématique à Alger répond à des motivations diverses – dont nous parlerons plus loin, car ces motivations sont aussi des atouts.

Les obstacles

  • 17 On sait que la bibliothèque de l’Université d’Alger a été partiellement incendiée par l’OAS. Nous n (...)

48L’isolement scientifique menaçait les chercheurs algériens, en particulier à cause de la difficulté des déplacements à l’étranger, qui nécessitaient une « autorisation de sortie du territoire », l’obtention des devises nécessaires au séjour et un ordre de mission difficile et long à obtenir. C’était un obstacle majeur à des contacts avec des universitaires étrangers. On peut ajouter à cela une bibliothèque quasi-inexistante17, qui ne permettait pas d’accéder à une bibliographie minimale pour pouvoir travailler correctement.

  • 18 Celui-ci, professeur français ou étranger, vient, pour un séjour d’une à deux semaines, assurer un (...)

49Les démarches administratives nécessaires à la venue d’un missionnaire18 sont lourdes et doivent être répétées au moment de mettre en place le troisième cycle. Il faut faire les demandes d’ordre de mission, en assurer le suivi aussi bien auprès du ministère algérien que des services culturels de l’ambassade de France et, plus tard, de l’Organisme National de la Recherche Scientifique (ONRS). Bien qu’elles se soient allégées par la suite, elles restent une perte de temps pour ceux qui s’en occupent et constituent un handicap non négligeable.

50Il faut ajouter à cela les difficultés logistiques, une fois l’ordre de mission obtenu (billet d’avion, réservation d’hôtel, paiement de la note d’hôtel après le départ du conférencier) et les difficultés de la vie quotidienne (les conditions de travail sont beaucoup plus pénibles que celles qu’on connaît en France  ; les conditions de vie sont difficiles au quotidien  ; faire les courses est parfois un emploi à plein temps ; la scolarisation des enfants et leur avenir posent problème).

51Ce sont les mêmes difficultés qui font que ceux qui sont formés à l’étranger ne reviennent pas, ou repartent après peu de temps. Pour eux, le retour est très difficile et ils ont des difficultés à se réadapter à la vie, aussi bien universitaire que personnelle.

52La formation sur place présente l’inconvénient de prolonger la durée de formation, car les étudiants consacrent moins de temps à leur recherche, souffrent de l’isolement et n’ont pas toujours les ouvrages nécessaires à leur travail (les revues scientifiques nécessaires à tout travail bibliographique sont rares et pratiquement inutilisables lorsqu’elles existent, parce qu’incomplètes ; quant aux livres récents, il faut, dans le meilleur des cas, quelques années pour les obtenir). Faire une thèse demande en général plus de temps que dans un pays occidental, ce qui peut d’ailleurs entraîner des échecs, soit par découragement, soit parce que les résultats que l’on espérait ont été, entre temps, publiés par un autre chercheur.

53Le dispositif adopté pour le troisième cycle posait le problème de la liaison entre deux conférenciers. Il était aisément résolu lorsqu’il y avait un enseignant à demeure mais, les années où le DEA fonctionnait sous la responsabilité de Zerner, il fallait que le programme soit cohérent. Les travaux dirigés étaient alors assurés par El Kolli, puis par Teniou. Cela était certainement très formateur pour les intéressés, mais nécessitait un travail considérable.

54L’engagement de quelques-uns des meilleurs mathématiciens de France a incontestablement été un atout dans les premières années  – nous y reviendrons –, mais a aussi constitué un handicap. Leur doctrine était celle de Godement, et celle de la coopération technique et scientifique en général  : envoyer les meilleurs éléments en France pour s’y former. Il faut y ajouter une grande exigence dans le recrutement. En un mot, l’élitisme tendait à prendre le pas sur le souci de la qualité. Ce glissement s’opère facilement dans les esprits  : on ne peut faire de la bonne science que dans les métropoles. Zerner garde le souvenir amer d’un retour en compagnie d’un chercheur de Constantine qui lui répétait qu’on ne pouvait pas faire de recherche en Algérie, c’était bien l’avis de son directeur de thèse (français). Il faut beaucoup plus longtemps pour décoloniser les cerveaux, tant ceux des ex-colonisateurs que ceux des ex-indigènes, que pour acquérir l’indépendance des États.

  • 19 En feuilleton à partir du numéro 25 (juillet 1984). La Gazette est la publication interne de la Soc (...)
  • 20 Bardos et al., 1986. On se souvient que Daniel Lehmann faisait partie des VSNA de 1964-65. Son doma (...)

55Une conséquence imprévue de notre action a été que le département de mathématique d’Alger a eu une assez mauvaise réputation chez beaucoup de mathématiciens français, surtout parisiens. Ils jugeaient d’après la compétence de ceux qui venaient se former en France, rarement les meilleurs puisque ceux-ci étaient souvent retenus pour être formés sur place. En outre, ils ne les voyaient guère puisque les étudiants algériens en France étaient inscrits à Nice plutôt qu’à Paris. C’est peut-être l’origine d’une anecdote significative. Un mathématicien de Paris, Marcel Berger, avait été chargé par la Direction Générale de l’Armement de faire un rapport sur « Bilan et Perspectives des Mathématiques françaises ». Ce rapport (Berger, 1984) a été publié dans la Gazette des Mathématiciens19. Au cours d’une charge à fond contre l’anti-élitisme, il y est dit en passant : « C’est ainsi que l’Algérie a cassé l’Université d’Alger ». La phrase a entraîné une réponse des membres du noyau européen de l’équipe, complété pour la circonstance par Daniel Lehmann20. Ce bref article esquissait d’ailleurs les thèmes développés ici et concluait : « Il s’agit pour une fois d’une coopération réussie : alors que, dans la plupart des cas, le résultat d’une coopération est de créer de nouveaux besoins de coopération, l’Université d’Alger est de plus en plus capable de s’en passer ».

Les atouts

56La présence, pendant toute la période, d’El Kolli, qui a pris en charge les questions administratives, a permis la continuité et a aidé à la constitution d’une équipe stable, tant du côté des missionnaires que de celui des “enseignants-étudiants”. Le fait qu’il ait assuré la direction du département des mathématiques de janvier 1969 à décembre 1971 et qu’il connaissait bien Touri, qui a été doyen de la Faculté des sciences puis recteur de l’Université d’Alger, a facilité les contacts avec l’administration algérienne et, par suite, avec les services culturels de l’ambassade de France en Algérie, pour la venue d’un missionnaire à Alger.

57Le point essentiel a été la stabilité et la cohérence du noyau de l’équipe. Le Département de Mathématiques de l’Université de Nice était le centre du noyau européen. Zerner y est resté pendant toute la période, Grisvard à partir de 1967 et Boutet de Monvel quelques années après son service à Alger. Geymonat et Bardos y ont fait des séjours de un et deux ans respectivement. Ils avaient des sujets de recherche proches, parfois communs, et des liens personnels.

  • 21 Courriers de François Charlot des 6 avril, 26 juin et 9 octobre 2009 et souvenirs personnels.

58On peut en faire la contre-épreuve en examinant ce qui s’est passé en “probabilités et statistiques”. Il y a eu, pendant la première moitié des années 1970, une tentative pour créer une équipe dans ce domaine. Elle disposait d’atouts forts. Il y avait sur place un maître assistant tout à fait compétent : François Charlot. Fils de Pieds Noirs qui avaient dû s’exiler en France après un plasticage de l’OAS, il était très motivé. Jean-Luc Petit de l’Université de Montpellier, un spécialiste du domaine, a passé deux années à Alger (1972-73 et 1973-74) en enseignant uniquement en DEA. Le projet était aidé par une excellente équipe parisienne. Il n’a abouti qu’à deux thèses de troisième cycle sur place et à la thèse d’État de Charlot lui-même. Les deux Algériens sont partis en France et aux États-Unis respectivement21. Cet échec est sans doute dû au manque de suivi dans la durée et peut-être aussi à un démarrage trop tardif. Mentionnons, parce que c’est un problème beaucoup plus général, que, dans les années 1980, un certain nombre d’Algériens sont revenus avec des doctorats acquis à l’étranger, mais sur des sujets disparates, ce qui rendait très difficile de les faire travailler en commun.

  • 22 Témoignages oraux.

59Un point pouvait poser problème. On a vu dans la première partie que, dès sa première visite à Alger, Grisvard avait fait venir les chercheurs dont il dirigeait la thèse à Nice, contrairement à la doctrine non écrite du troisième cycle. Mais on a vu aussi qu’ils étaient revenus à Alger. Il y avait, entre eux et lui, un contrat moral : ils devaient revenir travailler dans leur pays dès leur thèse soutenue22. Presque tous les élèves de Grisvard ont honoré ce contrat. Nous pensons que nos premiers succès y ont contribué.

60Il ne faut pas oublier les liens d’amitiés très importants qui se sont tissés pendant cette période entre certains missionnaires et les “enseignants-étudiants”. On peut même parler de complicité, dans le cadre du travail effectué par certains missionnaires, qui sont alors mis à contribution volontaire pendant leur court séjour. Les repas de midi sont partagés dans une brasserie, non loin des bureaux, et, parfois, le travail continue sur la nappe en papier du restaurant, sans oublier certains week-ends, après une visite dans l’arrière-pays. On sait que, trop souvent, les missionnaires sont happés par le milieu coopérant. Mais nous pensons aussi que les motivations, en particulier politiques, ont été encore plus importantes.

  • 23 Comité créé en 1957 par Laurent Schwartz et un groupe d’intellectuels français pour dévoiler la vér (...)
  • 24 Appel à soutenir « le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », signé le 5 septembre 1960, (...)
  • 25 Voir Schwartz, 1997 : 371-420. Signalons une légère erreur : Jean-Philippe Labrousse n’a pas été me (...)

61Les mathématiciens connus qui ont incité leurs jeunes collègues à enseigner au Département de Mathématiques d’Alger et qui l’ont visité avaient participé au moins à la campagne contre la torture, en particulier dans ou autour du Comité Audin23. Ils avaient protesté contre le limogeage de Laurent Schwartz de son poste de professeur à Polytechnique après qu’il ait signé l’appel des 12124. Les prises de position de Godement lui avaient valu d’être plastiqué par l’OAS25. Il faut souligner ici un résultat de leur influence : jusqu’en 1971, il y a toujours eu au moins un ancien élève de l’ENS au Département. Si seuls Bardos et Boutet de Monvel ont enseigné dans le DEA, les autres ont œuvré pour que les apprentis chercheurs abordent celui-ci avec une culture mathématique convenable, ce qui était essentiel.

  • 26 Les promotions de l’ENS se désignent par l’année d’entrée.
  • 27 Dans certains esprits, il y avait une certaine confusion entre la revendication de la paix et celle (...)

62Parlons justement des motivations des VSNA. Le fait qu’ils aient préféré enseigner les mathématiques que balayer la cour de la caserne se passe d’explication ; ce qui nous intéresse, c’est le choix d’Alger. Tunis, par exemple, paraissait à un moment plus attractif, pour un mathématicien en particulier. Grisvard, par ailleurs, avait été VSNA au Maroc. Le choix d’Alger eut sans doute des raisons diverses, y compris chez la même personne. Boutet de Monvel, par exemple, nous rappelle qu’il avait participé à une campagne de fouilles archéologiques et que le pays lui avait plu. Mais, à côté de l’influence des maîtres, un choix politique a joué directement, chez une bonne partie au moins d’entre eux. On peut noter qu’à l’exception des deux derniers, ces normaliens étaient des promotions 1959 et 196026. Ils ont vécu rue d’Ulm les dernières années de la guerre d’Algérie. D’après Bardos, les élèves ont massivement participé à la campagne contre la guerre, et 80 % étaient pour l’indépendance. Même si le propos est discutable27, il est significatif d’une atmosphère politique particulière.

63Bien qu’ils ne s’expriment pas souvent sur ce point, le patriotisme a également été un facteur important dans les motivations qui ont poussé les Algériens à développer l’enseignement et la recherche en mathématiques. Le témoignage d’Assia Benabdallah, que nous citerons plus loin, est éloquent à cet égard.

64Une bonne partie des participants, sinon tous, se sont rendu compte que la coopération avait pour résultat de créer un besoin accru de coopérants et ont réfléchi aux moyens d’échapper à cette dépendance. Cette prise de conscience a été progressive et nous n’avons pas réussi à en repérer les étapes.

65Dans les années 1970, une ambiance de recherche commence à prendre forme au département des mathématiques. C’était évidemment un des buts du projet, cela devient à ce moment-là un facteur clef de réussite. Les jeunes étudiants sortis du DEA participent activement à la création de cette ambiance en associant parfois des étudiants plus jeunes, de troisième année, les invitant à suivre des conférences données par les missionnaires. À chaque soutenance de thèse, l’amphi est plein, amis, famille, étudiants de troisième année, sont là pour soutenir le ou la candidate.

  • 28 Courrier du 24 avril 2009. Les notes en bas de page sont des auteurs.

66Dès leur soutenance de thèse, les nouveaux docteurs prennent des responsabilités, tant pour l’enseignement que pour l’encadrement de la recherche. Ils aident de manière significative les étudiants pour leur troisième cycle, puis pour leur magister. Ziani est particulièrement actif et ne ménage pas le temps qu’il consacre à cette activité. Nous n’en voulons pour preuve que le courrier que nous a envoyé Assia Benabdallah lorsqu’elle a pris connaissance de notre projet28 :

  • 29 Il faut lire « recherche pétrolière ». Il ne s’agit pas de la recherche de nouveaux gisements, mais (...)
  • 30 Elle s’est inscrite en magister qui devait pour la première fois être enseigné par des professeurs (...)

« Lors de la cérémonie à la mémoire de Hamid [Ziani], j’ai dit que ma décision de faire de la recherche en EDP était en grande partie due à Hamid et à Kamel [Hamdache]. […] J’étais en troisième année de licence de maths, et ils nous avaient conviés à assister à un séminaire de Geymonat et d’autres sur “des EDP appliquées à la recherche de pétrole”  29. J’avais été séduite par le fait de pouvoir faire des maths “utiles à mon pays”, par la “beauté” de ces maths et la bonne ambiance qui régnait parmi les chercheurs. Il ne s’agit pas de “coopération algéro-française”, mais je ne crois pas me tromper en disant que cette dynamique avait été impulsée par Zerner, non ? La soutenance de thèse de Kamel a aussi été un moment important : voir son enseignant exposer sa thèse devant un jury de “grands matheux” et, en particulier, participer à un pot au sixième étage du bâtiment des maths… Pour nous, le concept de recherche en maths est devenu concret parce qu’on a vu nos enseignants le pratiquer en “live”. Lors de la soutenance de Kamel, je m’étais dit que, même venant de ce petit pays, l’Algérie, je pourrais peut-être résoudre un problème de maths “ouvert”. C’était vraiment glorifiant et encourageant. Pour moi ou ma “génération”, je crois que l’activité de recherche que vous avez impulsée (même si elle a certainement des défauts que je ne voyais pas), a été déterminante dans notre projection dans le monde de la recherche. J’avais même envisagé de rester préparer ma thèse en Algérie (1977) »30.

Réflexions sur le projet “cône d’eau”

67Son lancement a lieu dans un moment très particulier, où l’évolution de l’Algérie suscitait de grands espoirs. Outre la nationalisation des hydrocarbures, il est marqué par deux mouvements  : celui des pays non-alignés, celui de la « révolution agraire » (RA). L’Algérie apparaît alors comme un moteur du mouvement des pays non-alignés. Fidel Castro fait une première visite en Algérie en mai 1972. L’année 1973 donne à Boumediene une nouvelle occasion d’affirmer son influence sur le plan international, en organisant avec succès le sommet des non-alignés, auquel les plus grands dirigeants du tiers-monde de l’époque ont assisté. Il s’ensuit dès lors une période durant laquelle l’Algérie de Boumediene offre un soutien très actif aux différents mouvements de libération d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, et c’est en véritable leader du tiers-monde que le Président algérien se déplaça en 1974 à New York, pour prendre part à une réunion spéciale de l’Assemblée générale de l’ONU sur les matières premières, qu’il a lui-même convoquée au nom des non-alignés. Il prononça à cette occasion un discours par lequel il exposa une doctrine économique, appelant entre autres à l’établissement d’un nouvel ordre économique international plus juste, qui prendrait en compte les intérêts du tiers-monde31.

68La charte de la « révolution agraire » est promulguée le 8 novembre 1971. La deuxième phase est lancée le 17 juin 1973. Il s’agit de redistribuer les terres des propriétaires abstentionnistes et les grandes propriétés. L’opération rencontre tout naturellement une forte résistance. L’État mobilise la jeunesse étudiante pour contribuer à la briser. Nous n’avons pas à nous interroger ici sur la question de savoir si « La RA est, par ailleurs, utilisée comme prétexte à l’égard des étudiants, jugés trop critiques envers le pouvoir » (Adair, 1983 : 158), encore moins sur celle de l’échec de cette réforme agraire. Ce qui nous importe, c’est que ce mouvement a effectivement mobilisé un grand nombre d’étudiants, dont certains des nouveaux membres de l’équipe. En particulier, Hamdache y a participé avec conviction, dans le cadre de son service militaire, pendant l’été 1973.

  • 32 « Notes pour un projet de recherche sur les problèmes d’écoulements en milieu poreux, en particulie (...)

69Chez Geymonat et Zerner, la motivation anti-impérialiste était claire, correspondant à leurs positions politiques. Ils n’étaient pas les seuls et étaient en accord avec la politique algérienne officielle. Nous avons retrouvé un document de travail élaboré par une partie des membres de l’équipe32. Il s’agit d’un état intermédiaire du projet de recherche à soumettre à l’ONRS dont voici l’introduction :

« Les impératifs de construction d’une économie nationale indépendante des monopoles impérialistes imposent en particulier, en ce qui concerne les universités algériennes, le développement et le renforcement d’un enseignement et d’une recherche scientifique à caractère national, intégrés en particulier par leurs contenus au processus de développement socio-économique de l’Algérie.
Quoique largement admis, nous signalons que toutes les recherches développées en mathématique jusqu’à présent sont plus liées aux préoccupations des directeurs de recherche étrangers qu’à un quelconque intérêt national. Faute d’intégration dans un groupe de recherche, les étudiants arrivés au D.E.S. partent à l’étranger pour entamer un cycle d’études qui les éloigne généralement encore plus des réalités nationales.
C’est ainsi qu’il paraît nécessaire et urgent que les chercheurs algériens se regroupent autour de projets qu’ils auront choisis parmi les problèmes intéressant le développement de l’économie nationale, conformément aux axes de recherche définis par l’ONRS ».

  • 33 Depuis, Franlab a fusionné avec une autre société et, par la suite, l’ensemble a été acheté par l’I (...)

70Une anecdote ultérieure semble bien confirmer que le caractère anti-impérialiste du projet n’était pas un pur fruit de notre imagination. Dans la première moitié des années 1980, Zerner reçoit la visite d’un de ses anciens étudiants de Nice, qui travaille alors chez Franlab. C’était à l’époque un consortium des sociétés pétrolières françaises consacré à la recherche33. Il lui apporte le descriptif d’un très gros logiciel d’exploitation (c’était exactement le genre de chose que nous espérions rendre des Algériens capables d’utiliser, quand nous avons lancé le projet “cône d’eau”. D’ailleurs le logiciel est exploité sous licence par la Sonatrach). Il lui demande s’il aurait des stagiaires à proposer à Franlab. Zerner lui propose évidemment des Algériens. La réponse est immédiate : « Jamais Franlab n’acceptera des Algériens là-dedans ».

71Le projet “cône d’eau” présentait quelques difficultés propres. Les problèmes de documentation étaient plus difficiles à résoudre que pour un sujet plus théorique. Le rôle de Geymonat a été déterminant sur ce point.

  • 34 Il n’existait aucune machine à l’Université, si ce n’est une toute petite IBM au Centre Supérieur d (...)
  • 35 Mais pas en France chez les “mathématiciens appliqués”, qu’ils soient universitaires ou chercheurs (...)

72Les moyens de calcul, qui posaient déjà problème pour l’enseignement, constituaient un handicap sérieux pour le projet. Quasiment nuls à l’indépendance34, ils ont été développés dès les premières années. Jean Pouget, un des trois agrégés recrutés à l’université en septembre 1962, a été le maître d’œuvre du développement de l’analyse numérique. Il est à peine besoin de dire que les problèmes d’exploitation pétrolière sont très activement travaillés dans les pays “développés” 35. Les jeunes chercheurs algériens craignaient donc de ne pas voir leur travail reconnu parce que d’autres l’avaient fait avant eux. Les membres européens du sujet se sont alors engagés à ne pas publier sur la question avant que les thèses de troisième cycle ne soient soutenues. Certes, ils étaient tous professeurs titulaires et la course à la publication n’était pas encore ce qu’elle est devenue. Le fait est pourtant assez rare pour être signalé.

73Un obstacle qui n’a pas pu être surmonté est l’absence de contacts avec la SONATRACH. Au moment où nous avons décidé de travailler sur des problèmes liés à l’exploitation des hydrocarbures, et encore par la suite, nous avons essayé vainement de rencontrer des ingénieurs qui travaillent sur les gisements de gaz. Nous avons trouvé porte close à la SONATRACH. Elle n’a pu être ouverte que par l’intervention du PDG de l’époque, qui se trouve être un ancien professeur de chimie de l’USTHB. Malgré cela, en dehors de quelques données au puits, inutilisables telles quelles, nous n’avons pas pu travailler avec cette société. C’est sans doute notre échec le plus grave. Il est peut-être dû à la méfiance traditionnelle des ingénieurs vis-à-vis du travail des universitaires, réputé trop spéculatif. Mais il y a des raisons de penser qu’il est dû aussi à des facteurs plus généraux, liés à la situation de la SONATRACH “entre deux mondes”. On trouve sans doute la trace, très allusive, à ces facteurs dans le discours prononcé par Benyahya, alors ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le 6 mars 1977, à la sixième session du Conseil National de la Recherche Scientifique : « Même en ayant axé leur effort sur la recherche-développement et la pleine insertion de leur action aux réalités concrètes du pays, les unités de recherche de l’Université et de l’ONRS n’ont pas encore atteint le dialogue et la collaboration totale qui doivent intimement les lier aux secteurs productifs. Des freins nombreux subsistent encore… ».

  • 36 Khelfaoui, « La science en Algérie », 21 Décembre 2001, disponible sur Internet : www.ird.fr

74L’Organisme National de la Recherche Scientifique (ONRS) a été créé en 197336. Nous lui avons soumis un projet de recherche qui a été accepté en 1975. Il nous apportait un financement qui complétait celui de l’Université, y compris un complément de traitement pour les chercheurs. Surtout, il nous simplifiait l’obtention des missions en France.

Conclusion

75Nous pensons avoir réussi à mettre sur pied une équipe de recherche autonome. Cela a été le fruit du travail d’un groupe de personnes déterminées, poursuivi pendant douze ans. Il nous paraît important de souligner que ce succès est dû à des circonstances très particulières. Nous avons bénéficié de l’aide initiale de grands mathématiciens français, de la disponibilité des VSNA, de la collaboration de l’Université de Nice et d’une continuité à l’Université d’Alger. Les relations humaines qui se sont tissées ont été précieuses pour surmonter les moments les plus difficiles. Cependant, c’est la situation politique qui a été le facteur essentiel, au début à cause du prestige de la révolution algérienne, plus tard à cause de la politique anti-impérialiste de l’Algérie, quelles qu’aient été ses limites.

76Il reste que l’absence de contacts avec la SONATRACH a été un échec. Nous pensons nous être heurtés là à des obstacles qui nous dépassaient de très loin.

Haut de page

Bibliographie

Adair (P.), 1983, « Rétrospective de la réforme agraire en Algérie », Tiers Monde, n° 24 (93), pp. 153-168.

Anonyme, 1976, « Fini de folâtrer : une explication de texte », Impascience, n° 4/5, pp. 17-20.

Bardos (C.), Boutet de Monvel (L.), Geymonat (G.), Grisvard (P.), Lehmann (D.) & Zerner (M.), 1986, « À propos de l’Université d’Alger », Gazette des Mathématiciens, n° 31, pp.  21-22.

Berger (M.), 1984, « Bilan et Perspectives des Mathématiques françaises », Gazette des Mathématiciens, n° 25 et suivants.

Cea (J.), Chenais (D.), Geymonat (G.) & Lions (J.-L.) (dirs.), 1996, Partial differential Equations and functional Analysis. In memory of Pierre Grisvard, Boston, Birkhaüser.

Curbera (G.), 2009, Mathematicians of the World, unite!, Wellesley, A. K. Peters (éds).

Geymonat (G.), 1982, « Una esperienza di collaborazione scientifica », in R. Rainero (dir.), Italia e Algeria: Aspetti storici di un’Amicizia mediterranea, Milan, Marzorati, pp. 509-514.

Khelfaoui (H.), 2001, « La Science en Algérie, 1ère partie : les Institutions », rapport dans le cadre du projet « La Science en Afrique à l’Aube du 21e siècle » sous la direction de R. Waast et J. Gaillard (dirs), Paris, IRD éditions.

Lehto (O.), 1998, Mathematics without Borders, Berlin, Springer.

Schwartz (L.), 1997, Un Mathématicien aux Prises avec le Siècle, Paris, Odile Jacob.

Vidal-Naquet (P.), 1958, L’affaire Audin, Paris, éditions de Minuit.

Zerner (M.), 1979, « Some applications of functional Analysis to the Flow of Fluids in porous Media », Proceedings of the second international Symposium in West Africa on functional Analysis and its Applications, Kumasi, pp. 32-48.

Haut de page

Notes

1 Voir Vidal-Naquet, 1958 (réédité en 1989).

2 VSNA (prononcer « vesna ») : Volontaires du Service National Actif (ce terme désignait les appelés du contingent français qui accomplissaient leur service militaire comme coopérants à l’étranger).

3 Comme on sait, il n’y a pas de prix Nobel de mathématiques. La médaille Field est ce qui s’en rapproche le plus. Récemment a été créé un prix Abel, encore plus prestigieux, dont Serre a été le premier lauréat. Quant à Grothendieck, c’était un véritable monstre sacré de la mathématique.

4 Henri Cartan (1904-2008) a été un des fondateurs de Bourbaki. Outre une œuvre mathématique impressionnante, il a, comme professeur à l’ENS, laissé une marque profonde sur une génération de mathématiciens français.

5 Union Nationale des Étudiants Algériens. Godement tenait apparemment à ce que son travail reste entre les mains d’une organisation indépendante.

6 Sur les congrès internationaux de mathématiques, on peut consulter Curbera, 2009 ou Lehto, 1998.

7 Voir plus loin les explications sur le système français en vigueur en Algérie à cette époque.

8 Malgrange est membre de l’Académie des Sciences.

9 À Pavie, Geymonat a eu comme professeur Enrico Magenes, qui travaille avec le dirigeant de l’École française d’analyse numérique Jacques-Louis Lions.

10 El Kolli est directeur du département des mathématiques de janvier 1969 à décembre 1971.

11 Il est mort en 1994. On trouvera plus d’informations à son sujet dans Cea et al. 1996, en particulier en ce qui concerne notre sujet, dans l’allocution prononcée par Mohand Moussaoui au nom de ses élèves.

12 C’est le lieu ici de saluer la mémoire de Hamid Ziani, décédé depuis quelques années, qui a fait de très fréquents déplacements à Constantine de sa propre initiative.

13 Pour un bilan du travail réalisé dans le projet “cône d’eau”, voir Geymonat 1982. On trouvera aussi quelques indications dans Zerner 1979.

14 On peut citer parmi ceux-ci El Kolli et Bendali. Le premier a publié les résultats qui ont abouti à sa thèse dans deux revues internationales, Journal of Approximation Theory et Journal of differential Equations. Le second a publié un travail d’analyse numérique lié au “cône d’eau” dans la revue M2AN de la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles.

15 Anonyme, 1976. Les articles d’Impascience étaient « anonymes mais pas clandestins ».

16 http://www.lamnedp.usthb.dz La liste des publications de 2003 à 2009 y figure aussi.

17 On sait que la bibliothèque de l’Université d’Alger a été partiellement incendiée par l’OAS. Nous ne savons pas si des publications mathématiques ont été détruites.

18 Celui-ci, professeur français ou étranger, vient, pour un séjour d’une à deux semaines, assurer un cours de DEA, donner des conférences, participer à l’encadrement des étudiants.

19 En feuilleton à partir du numéro 25 (juillet 1984). La Gazette est la publication interne de la Société Mathématique de France, qui publie par ailleurs une revue scientifique, le Bulletin de la SMF.

20 Bardos et al., 1986. On se souvient que Daniel Lehmann faisait partie des VSNA de 1964-65. Son domaine de recherche était très différent de celui de l’équipe. La même année, Berger a fait une visite à Alger. Interrogé par un des auteurs, il s’est contenté de répondre qu’il ne s’intéressait pas à l’Algérie mais à la France !

21 Courriers de François Charlot des 6 avril, 26 juin et 9 octobre 2009 et souvenirs personnels.

22 Témoignages oraux.

23 Comité créé en 1957 par Laurent Schwartz et un groupe d’intellectuels français pour dévoiler la vérité sur la “disparition”, à la suite d’une “évasion”, de Maurice Audin, arrêté et torturé par l’armée française.

24 Appel à soutenir « le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », signé le 5 septembre 1960, par 121 intellectuels français. L. Swartz, alors aux États-Unis, n’a pas fait partie des premiers signataires, mais a signé le texte dès son retour.

25 Voir Schwartz, 1997 : 371-420. Signalons une légère erreur : Jean-Philippe Labrousse n’a pas été membre du Comité Audin, il était aux États-Unis où il a participé aux campagnes contre la guerre et sans doute pour l’indépendance de l’Algérie.

26 Les promotions de l’ENS se désignent par l’année d’entrée.

27 Dans certains esprits, il y avait une certaine confusion entre la revendication de la paix et celle de l’indépendance.

28 Courrier du 24 avril 2009. Les notes en bas de page sont des auteurs.

29 Il faut lire « recherche pétrolière ». Il ne s’agit pas de la recherche de nouveaux gisements, mais de l’exploitation de ceux qui sont déjà connus. Les outils mathématiques sont différents et ce ne sont pas les mêmes ingénieurs qui s’en occupent.

30 Elle s’est inscrite en magister qui devait pour la première fois être enseigné par des professeurs algériens (Benachour, Moussaoui). Le magister n’a pas pu ouvrir, sans doute pour des raisons administratives. Elle a passé à Paris un DEA (1978) et une thèse de troisième cycle sous la direction de Bardos (1979). Elle est ensuite revenue enseigner à Alger.

31 http://fr.wikipedia.org/wiki/Houari_Boumediene

32 « Notes pour un projet de recherche sur les problèmes d’écoulements en milieu poreux, en particulier le problème du cône d’eau », manuscrit sans lieu ni date mais sûrement écrit à Nice en 1975, lors d’une mission de Hamdache. Nous donnons quelques détails parce que c’est l’un des rares documents dont nous disposions et qu’il éclaire ce que nous avons dit sur le fonctionnement de l’équipe. Il y est dit qu’il a été élaboré par Benachour, Hamdache, Lemrabet, Moulay, Moussaoui, Sadallah et Zerner, donc des élèves de Grisvard (à l’exception de Hamdache et Zerner), et destiné aux autres membres de l’équipe plus Dacunha-Castelle, le “patron” de l’équipe parisienne de probabilités dont il a été question plus haut.

33 Depuis, Franlab a fusionné avec une autre société et, par la suite, l’ensemble a été acheté par l’Institut Français du Pétrole.

34 Il n’existait aucune machine à l’Université, si ce n’est une toute petite IBM au Centre Supérieur d’Études Nucléaires.

35 Mais pas en France chez les “mathématiciens appliqués”, qu’ils soient universitaires ou chercheurs à l’Institut National de Recherche sur l’Informatique et l’Automatique (INRIA).

36 Khelfaoui, « La science en Algérie », 21 Décembre 2001, disponible sur Internet : www.ird.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amar El Kolli et Martin Zerner, « Une tentative de coopération indépendante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 9 | 2010, 93-113.

Référence électronique

Amar El Kolli et Martin Zerner, « Une tentative de coopération indépendante », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/390

Haut de page

Auteurs

Amar El Kolli

Ancien professeur à l’Institut de Mathématiques de l’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumédiene (Algérie). ajelkolli@wanadoo.fr

Martin Zerner

Ancien professeur à l’Université de Nice (mathématiques), membre associé de l’UMR 7219 SPHERE (CNRS et Université Paris 7). zerner@paris7.jussieu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org