Navigation – Plan du site
Hors-thème

La mobilité internationale des ressources humaines hautement qualifiées au Mexique face à la crise économique internationale

International mobility of highly skilled in Mexico and international economic crisis
Sylvie Didou-Aupetit
p. 141-161

Résumés

Dans cet article, nous évaluons quelques tendances récentes qui ont caractérisé la mobilité des ressources hautement qualifiées, principalement des titulaires d’un doctorat, en provenance du Mexique, dans le cadre d’une migration massive entre ce pays et la zone OCDE. Nous analysons quels ont été les facteurs de politique publique qui ont favorisé la mobilité étudiante et professionnelle et nous décrivons l’état du débat public et des connaissances sur le thème de la fuite des cerveaux. Nous nous penchons ensuite sur les impacts de la crise économique de 2008 sur l’éventuel retour des diplômés universitaires dans leur pays d’origine et sur le fonctionnement des réseaux académiques internationaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une commande récente du Système Économique Latino Américain – SELA (Lozano & Gandini, 2009) – confirme, si besoin était, que la mobilité internationale des ressources humaines qualifiées est de nouveau un objet de préoccupation pour les organismes macro-régionaux et les gouvernements. Cette “redécouverte” de ce que l’on appelait, dans les années 1960 et 1970, « la fuite des cerveaux » est une réponse aux nouvelles interprétations que le phénomène suscitait, depuis une dizaine d’années, dans les organismes internationaux (Banque Mondiale et OCDE autour de la circulation des talents) et à la mise en place, par les pays développés, de politiques de migration sélective, favorisant l’arrivée et l’insertion professionnelle des personnes les mieux formées ; en Amérique latine et dans les Caraïbes, elle est aussi due à une reprise de la migration qualifiée, qui s’est accentuée depuis 1990 dans une mesure plus importante que dans les autres régions. Finalement, depuis la crise financière globale de 2008, la presse s’intéresse à un thème émergent, celui des répercussions sur la mobilité, bilatérale ou internationale, des ressources humaines et sur leur éventuel retour, face à la montée du chômage.

2En parallèle, les nombreux rapports sur l’état de l’enseignement supérieur dans la région incluent, parmi les principaux vecteurs de changement qui ont affecté les systèmes, l’internationalisation des communautés scientifiques (accompagnée de nouveaux modes de production académique et d’un renforcement des réseaux disciplinaires déterritorialisés – Schwartzmann, 2008) et la multiplication, ainsi que l’atomisation, parfois, des supports de mobilité, étudiante et enseignante. Ils signalent que le nombre des départs à l’étranger des diplômés universitaires augmentera à court et moyen terme, eu égard à la nécessité aiguë, pour les économies les plus développées, d’incorporer un nombre croissant de travailleurs hautement qualifiés pour assurer le maintien de leurs niveaux d’innovation, la prospérité et la qualité de vie ; du côté des économies émergentes et, surtout, en développement, l’adoption des processus d’accréditation et d’assurance qualité, les négociations bilatérales en matière de reconnaissance mutuelle des titres académiques, la mise en place de cotutelles et le renforcement des collaborations interuniversitaires, virtuelles ou non, renforcent la lisibilité internationale de l’offre et facilitent l’émergence de trajectoires professionnelles circulatoires, souvent liées à des stratégies individuelles d’obtention du prestige autant qu’à des dynamiques régulées de transferts de savoirs.

3Et pourtant… Alors que l’on connaît maintenant relativement bien les objectifs poursuivis par les programmes de bourses pour la formation de haut niveau à l’étranger, de retour des jeunes docteurs ou de mise en liaison des scientifiques de l’étranger et de l’intérieur, on connaît très mal, en Amérique latine en général et au Mexique en particulier, leurs résultats spécifiques. On ignore le fonctionnement de la mobilité internationale des plus qualifiés (au niveau du doctorat), que ce soit en tant que signe distinctif du processus de formation, que sésame pour une expatriation réussie ou que symptôme d’appartenance à une élite. La commande de l’OCDE le montre en référence au seul pays latino-américain contenu dans l’échantillon, l’Argentine, tout en indiquant l’importance de ce type d’études pour la compréhension des dynamiques de la recherche et pour la prise de décision en matière de formation des ressources humaines hautement qualifiées et d’internationalisation (Auriol, 2007).

4Une de nos hypothèses est donc que la méconnaissance des ressorts et des effets de la mobilité internationale des plus qualifiés alimente au Mexique un imaginaire social sur les processus de leur insertion professionnelle à l’extérieur et sur les retombées de celle-ci en termes de salaires et conditions de travail ; une seconde est que l’acquisition d’un diplôme de haut niveau à l’étranger et, principalement, dans les pôles internationaux propres à chaque discipline, enclenche des phénomènes d’accélération des carrières universitaires, alors même que le marché académique national devient de plus en plus compétitif et fermé ; la troisième est que la crise économique globale, dans la mesure où elle affecte probablement plus les pays d’origine que ceux d’accueil, modifie les volumes de la migration, principalement étudiante, et provoque des phénomènes ponctuels de retour parmi des groupes spécifiques, par exemple les post-doctorants, dont le statut professionnel est par nature instable, ou les détenteurs de visas de travail temporaire, mais qu’elle n’inversera pas les tendances lourdes des départs à l’étranger, que l’on vise à y rester ou que l’on parie sur un retour à terme.

  • 1 « La littérature récente sur la fuite des cerveaux met en évidence des effets potentiellement favor (...)
  • 2 « Si on prend en compte les migrants originaires de l’Amérique latine et des Caraïbes qui se trouve (...)

5Nous organiserons cet article de la façon suivante : d’abord, nous présenterons quelques données sur la migration qualifiée en provenance du Mexique vers les pays de la zone OCDE (surtout vers les États-Unis, qui en est l’un des principaux récepteurs), afin d’en présenter les caractéristiques, d’identifier les phénomènes de pull et push et d’estimer le poids du brain drain et ses avatars, le brain gain1 et le brain waste2. Puisque la migration des plus qualifiés est l’objet, en Amérique latine et au Mexique, d’un discours virulent sur l’érosion des capacités nationales de développement, nous étudierons ensuite les politiques publiques visant à y répondre, afin de pointer quelques-unes des répercussions, à court terme, de la crise globale de 2008. Dans une troisième partie, nous nous intéresserons aux dynamiques de la mobilité étudiante pour détecter les évolutions récentes, tant dans les volumes des étudiants internationaux que dans leurs choix de séjour post-études et dans l’amorce de leurs carrières professionnelles. Il nous faut cependant préciser que, même si nous référons dans cet article le cas du Mexique au contexte régional de l’Amérique latine, comme le font habituellement les organismes internationaux et les experts qui ont produit la plupart des données utilisées dans ce texte, la situation du pays est particulière. Elle se caractérise par le fort degré de dépendance de la migration par rapport aux États-Unis (qui n’a pas son pareil pour le reste des pays de la région) et par le faible taux de migration qualifiée par rapport au total de la migration, malgré un récent rebond.

L’émigration des diplômés universitaires : hausse quantitative et problèmes qualitatifs

  • 3 « Si l’on observe la structure proportionnelle du volume total de migrants selon le niveau d’éducat (...)
  • 4 « L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région du monde qui a expérimenté la plus forte croissa (...)

6Au niveau régional, les titulaires d’une licence d’enseignement supérieur et plus ou ceux occupant dans le pays d’accueil un poste requérant ce type de formation, selon une définition largement acceptée de la migration qualifiée, représentaient, en 2007, 11 % de l’ensemble de l’émigration totale en provenance d’Amérique latine et des Caraïbes. Ce pourcentage, certes encore moins élevé qu’en moyenne3 et en comparaison avec d’autres courants migratoires régionaux, particulièrement l’Européen, dénote une recrudescence de la circulation des diplômés universitaires dans la région : c’est en effet parmi les migrants latino-américains que celle-ci s’est le plus accentuée entre 1990 et 20074. Les raisons en sont diverses : dans les petits pays des Caraïbes et d’Amérique centrale, les causes principales relèvent de l’extrême spécialisation productive des économies et, par là même, de leur faible capacité d’absorption de la main-d’œuvre hautement qualifiée, ainsi que de situations politiques d’instabilité et même de violence. Pour ceux d’Amérique latine, les causes sont plus complexes et renvoient non seulement à des questions économiques (emploi, salaires, programmes d’innovation), mais aussi aux logiques nationales de croissance, d’évaluation, d’accréditation et d’harmonisation internationale des systèmes d’enseignement supérieur qui ont prévalu depuis plus de deux décennies : ces dernières ont produit une amélioration de la lisibilité des diplômes, une augmentation du stock des diplômés du supérieur et une facilitation de la migration comme choix de vie. En conséquence, le nombre des diplômés universitaires vivant hors de leur pays d’origine a augmenté considérablement.

  • 5 « Au Mexique [en 2005], plus de 10 % de ceux nés dans le pays résidait dans un autre, ce qui représ (...)
  • 6 L’Argentine a un taux d’émigration qualifiée de 2 %, la Bolivie de 3,3 %, le Brésil de 1,6 %, le Ch (...)

7En raison de ces phénomènes, la proportion des migrants qualifiés par rapport à l’ensemble des flux récents oscille entre 9,7 % et 10,4 %5. Selon d’autres calculs, le taux d’expatriation de la main-d’œuvre qualifiée mexicaine parmi les détenteurs d’un diplôme de l’enseignement supérieur serait, selon l’OCDE (2008), de 6,5 % : dans la mesure où le taux de sortie du système d’enseignement supérieur est réduit et correspond à moins de cinquante pour cent des effectifs inscrits au premier semestre, cette proportion situe le Mexique comme un pays dont l’émigration qualifiée est plutôt forte au regard des autres pays d’Amérique latine, lesquels, dans leur ensemble, ont des taux d’émigration relativement réduits, à la différence de ceux d’Amérique centrale et des Caraïbes6. Le taux mexicain d’expatriation, s’il n’est pas suffisamment élevé pour parler de brain drain, est cependant symptomatique d’un problème en gestation, qu’il faudrait résoudre par une redynamisation du marché de l’emploi (dans la mesure où les conditions de salaire et d’accès à l’emploi des titulaires d’un diplôme universitaire sont précaires dans le pays), un renforcement des investissements provenant de la diaspora et un fonctionnement des programmes de mise en liaison avec les expatriés permettant d’atteindre des objectifs précis autour de projets de coopération ciblée et d’un suivi des résultats obtenus. Il est aussi l’indice que la mobilisation éventuelle des communautés de Mexicains qualifiés installés à l’étranger pourrait avoir des répercussions bénéfiques pour le pays, puisque les spécialistes calculent que les effets “positifs” de la migration (en termes de remises économiques, de participation à des projets de développement, de coopération bilatérale et de mise en réseau) s’établissent dès lors que le taux d’expatriation ne dépasse pas 10 % du volume des ressources humaines, à niveau de qualification égale, restées dans le pays (OCDE, http://www.oecd.org/​department/​0,3355,fr_2649_39023663_1_1_1_1_1,00.html).

  • 7 Le Conseil National de Population mexicain estimait qu’en 2002, plus de neuf millions de mexicains (...)
  • 8 Selon l’Observatoire des Professions, en 2010, le stock total de diplômés universitaires dans la po (...)

8Bien que, par rapport au total de la migration en provenance du Mexique, le poids des migrants qualifiés soit réduit, cette situation ne doit toutefois pas dissimuler que le pays envoie, d’abord aux États-Unis puis, de façon plus générale, dans le reste de la zone OCDE7, le plus gros volume de migrants qualifiés parmi ceux originaires d’Amérique latine selon des effets d’échelle et ce, même s’il représente un pourcentage relativement réduit de la migration totale (SEGOB, 2008 : 15). À lui seul, le pays contribuait à hauteur de 4,7 % et 5,2 %, en 2000 et 2007 respectivement, à la migration qualifiée totale, alors que l’Amérique latine et les Caraïbes, dans leur ensemble, le faisaient pour 18,2 % et 19 % (SEGOB, op. cit.). Selon d’autres estimations, le nombre total des émigrés qualifiés mexicains installés dans la zone OCDE serait en conséquence passé de 366 783 en 1990 à 949 334 en 2000 et tournerait autour de 1357120 en 2007 (Lozano & Gandini, 2009 : 17). Pour sa part, le Conseil national de population (CONAPO) mexicain estimait, à partir des données du recensement de population en 2000 aux États-Unis et de l’American Community Survey (2005), que 442 960 diplômés universitaires (de la licence au doctorat) résideraient aux États-Unis. En 2007, la Ministre des Relations Extérieures faisait état de 500 000 diplômés et, en 2009, l’Institut des Mexicains à l’Extérieur avançait un chiffre de 600 000 personnes8. Selon une autre formulation – et dans la mesure où c’est par rapport aux États-Unis que l’émigration qualifiée mexicaine a été la plus étudiée, par des spécialistes tant du pays de départ que de celui d’accueil –, « pour 19 diplômés universitaires résidant au Mexique, un autre vit aux États-Unis » (CONAPO, 2007a : 2).

  • 9 Calculs élaborés à partir de Lozano et Gandini, op. cit., p. 31.

9La littérature produite au Mexique sur la migration internationale des plus qualifiés n’est pas toujours cohérente et les pourcentages et chiffres présentés varient selon les auteurs. Elle indique cependant, de manière relativement consensuelle, les phénomènes suivants : les migrants d’origine mexicaine sont moins éduqués que les latino-américains en général et, en particulier, que les Argentins, les Chiliens ou les Uruguayens. Seulement 17,8 % des Mexicains ont un diplôme de post-licence, contre 19,8 % en moyenne régionale (CONAPO, 2007a : 4). Dans cette même veine, mais selon des ordres différents de grandeur, Lozano et Gandini (2009) signalent que, aux États-Unis, parmi la population émigrée de plus de 25 ans ayant suivi des études universitaires et en situation d’emploi, 72,9 % des Mexicains étaient titulaires d’un diplôme de licence, 16,4 % de maîtrise et 10,7 % de doctorat. Les pourcentages respectifs parmi la population latino-américaine étaient respectivement de 68,2 %, 20,4 % et 11,4 %9. Les raisons de ces clivages n’ont pas été établies ; en revanche, une comparaison entre les schémas de distribution selon le niveau de diplôme acquis par les migrants installés aux États-Unis, avec ceux qui prédominent parmi les sortants de l’enseignement supérieur mexicain, montre que le poids des détenteurs d’un doctorat dans l’ensemble des deux groupes est plus important parmi la population émigrée aux États-Unis que pour celle restée au pays. Ces différences sont explicables, d’une part par le fait que la migration de proximité est moins compliquée que celles qui supposent le passage de plusieurs frontières ; du fait du moindre capital scolaire et culturel requis, le nombre des Mexicains non qualifiés passant la frontière est donc probablement plus élevé que ne l’est celui des migrants non qualifiés parmi les populations provenant du Cône Sud ; cela explique que la visibilité et le poids relatif des personnes très qualifiées dans les sous-groupes correspondants soient distincts. D’autre part, dans un contexte dans lequel la migration mexicaine, de par l’effet de masse généré par son important volume, est sous-employée à n’importe quel niveau de qualification aux États-Unis, être détenteur d’un doctorat permet de réduire les effets généraux de discrimination professionnelle, sans pour autant les éradiquer (Maldonado, 2010). En effet, « bien que l’éventail des occupations remplies par les immigrants [aux USA] se soit diversifié, dans le cas des Mexicains, il est indubitable que leurs niches de professionnalisation demeurent celles de caractère manuel et à faible rémunération » (CONAPO, 2007b : 1). Dans le cas de la majorité de la population masculine, c’est apparemment la possibilité même d’accéder à un emploi plutôt que la hiérarchie du poste qui détermine la décision de partir : en effet, en 2005, 60 % des immigrés mexicains arrivés aux États-Unis durant la décennie en cours exerçaient des emplois inférieurs à leur niveau d’études, principalement dans le secteur éducation (professeurs des écoles et du secondaire mais aussi dans les services et l’administration –qui accueillent 21 % des migrants qualifiés–, le nettoyage et la maintenance –19,1 %–, l’agriculture et la sylviculture –1 %–, la construction –10,3 %– et les transports–10,3 %) (SEGOB-CONAPO, 2007 : 17).

10D’autres caractéristiques de la migration qualifiée mexicaine aux États-Unis doivent être signalées. Comme on l’a préalablement indiqué, les proportions de Mexicains diplômés de l’enseignement supérieur en situation de sous-emploi dépassent les moyennes latino-américaines, mais la gravité de la déqualification s’atténue en fonction du type et du lieu d’obtention du diplôme (avec une rentabilité plus forte de ceux de post-licence) et du temps de résidence dans le pays d’accueil. En effet, seuls 23,7 % de ceux ayant un diplôme de licence mais moins de 10 ans de présence dans le pays, 22 % de ceux ayant le même diplôme mais plus de 10 ans de résidence et 34 % de ceux ayant étudié aux États-Unis occupent un poste correspondant à leurs études (alors que les pourcentages sont de 34,4 % parmi les latino-américains et de 50,3 % pour les personnes nées aux États-Unis) ; les taux d’accès à un emploi en correspondance avec leur profil, pour les titulaires d’une maîtrise, sont de 47,9 %, 47,1 % et 65 % parmi les trois catégories de Mexicains auparavant mentionnées, alors qu’ils sont de 75,3 % et 62,1 % pour les Américains de souche et les latino-américains. Pour les détenteurs d’un doctorat, les pourcentages respectifs sont de 34,5 %, 41,3 % et 51,4 % pour les Mexicains et de 84,4 % et 57,2 % pour les deux autres catégories. Comme résultat logique de cette situation, à niveau égal d’éducation, les salaires perçus par les diplômés mexicains sont inférieurs à ceux des latino-américains, et une partie des premiers (54 000 personnes, c’est-à-dire 12 % du total) vit dans une situation de pauvreté.

  • 10 Selon le ministère de l’Intérieur mexicain, seulement 47,2 % des mexicains contre 71,2 % de l’ensem (...)
  • 11 « La population économiquement inactive parmi les Mexicains diplômés de l’enseignement supérieur at (...)
  • 12 « Selon la American Community Survey (2005), le revenu moyen annuel des Mexicains diplômés de l’ens (...)

11Plusieurs sources confirment cette situation10 : alors même que le taux d’occupation des migrants qualifiés aux États-Unis est élevé11, les tendances au sous-emploi sont prononcées12. Il existe donc une perte de compétences du côté du Mexique mais aussi un brain waste de celui des États-Unis – c’est-à-dire une tendance à la sous-occupation du personnel qualifié mexicain, dont il faudrait établir les raisons. Parmi les plus probables, on peut mentionner qu’une partie des migrants les plus éduqués a des déficits notoires quant à la maîtrise de l’anglais (ce qu’expliquent un faible apprentissage des langues étrangères dans le système public mexicain d’enseignement et l’existence, aux États-Unis, de communautés solidaires de migrants qui alimentent des phénomènes de ghettoïsation), et que seule une proportion réduite d’entre eux a le statut de résident ; cela indique, soit des projets de retour au pays à moyen terme, soit une difficulté à faire partie de cette catégorie migratoire.

12Les données évoquées précédemment révèlent que l’insertion professionnelle des diplômés universitaires mexicains – pour le moins de ceux qui résident aux États-Unis – s’effectue souvent dans des conditions adverses. Les faibles taux d’accès à des emplois correspondant aux niveaux de formation démontrent en creux que les départs obéissent pour l’essentiel à des facteurs de type push liés à l’insuffisante capacité d’absorption des diplômés par le marché du travail au Mexique ; pour les post-doctorants, néanmoins, des choix de retour repoussé en vue de la capitalisation ultérieure d’une expérience professionnelle internationale, mieux monnayable dans le pays d’origine qu’une trajectoire de formation et d’emploi ne s’étant déroulée qu’au Mexique, ont été identifiés, selon des facteurs de décision de type pull (c’est-à-dire renvoyant à un calcul des rendements différentiels du diplôme universitaire dans les pays d’origine et d’accueil). On peut bien sûr déduire de ces informations éparses que les migrants qualifiés forment des sous-groupes hétérogènes, dont la mobilité internationale est liée à des facteurs d’opportunité, de compétitivité et d’expulsion. S’y côtoient des diplômés éduqués aux États-Unis ou au Mexique, des migrants de fraîche ou de longue date, des individus arrivés aux États-Unis enfants, dans le cadre d’un déplacement ou d’une réunification familiale, et d’autres qui ont, adultes, choisi de se déplacer.

13Pour la plupart des migrants mexicains, l’entrée sur le marché du travail américain a lieu sous le signe d’un désavantage par rapport aux autres groupes latino-américains et aux Mexicains de même niveau au Mexique (infra). On n’est donc pas là face à un contexte d’émigration dorée des cadres supérieurs. C’est bien plutôt le manque de postes stables et correctement rémunérés du côté mexicain qui engendre de façon permanente des candidats à l’émigration, parmi les cohortes grandissantes des sortants du système d’enseignement supérieur (dont les effectifs sont passés de 163 599 à 243 875 entre 1997 et 2007), lesquels ne trouvent pas de débouchés professionnels satisfaisants in situ.

14De fait, au Mexique, l’Observatoire des professions signale que, durant le premier trimestre 2009, 5 600 000 diplômés des universités ou de l’enseignement technique supérieur étaient en situation d’emploi – ce qui équivaut à peine à 300 000 de plus qu’au quatrième trimestre 2006 (http://www.stps.gob.mx/​urgente/ola.pdf). Plus de 30 % des diplômés en sciences de l’administration, économie, ingénierie, sciences biologiques et sciences sociales, 50,3 % des agronomes, 55 % de ceux ayant étudié le tourisme, 63,7 % de ceux sortant des ingénieries aéronautiques, réalisaient des tâches qui ne correspondaient ni à leur profil, ni à leur niveau de formation. Une forte hausse du chômage avait été enregistrée en ingénierie, biomédecine et ingénierie de la pêche, et la contraction du marché de l’emploi était d’autant plus grave que huit diplômés universitaires sur dix, au Mexique, étaient salariés. Le revenu moyen catégoriel, en 2009, était de 603 euros (selon un taux de change de 7,78 euros pour 100 pesos), ce qui représentait six fois plus que le salaire minimum et un peu plus du double du salaire moyen mensuel, toutes occupations confondues (http://www.observatoriolaboral.gob.mx/​wb/​ola/​ola_tendencias_del_empleo_profesional). Les enquêtes trimestrielles sur l’emploi confirment que la situation professionnelle des diplômés de l’enseignement pré-universitaire et universitaire s’est considérablement dégradée depuis 2008. Un exemple le prouve : la population sous-occupée et non occupée – laquelle, en chiffres relatifs, avait augmenté de 2,83 % et de 2,66 % entre le deuxième semestre de 2005 et le deuxième de 2007 –, a augmenté de 61,9 % et de 102,7 % entre cette dernière date et le second semestre 2009 (http://interdsap.stps.gob.mx:150/302_0058enoe.asp).

15Dans ce contexte, le Mexique peut difficilement apparaître comme une destination de retour possible pour des émigrés qualifiés et l’éventualité de leur rentrée massive, eu égard à la crise mondiale, est peu crédible. En effet, bon nombre d’entre eux vit depuis longtemps dans le pays d’accueil et les opportunités de travail dans le pays d’origine y sont encore moins attrayantes. S’il vaut mieux être mal payé que sans salaire, et déqualifié plutôt que chômeur, les effets clivés de la crise mondiale dans le pays de départ (en termes de réduction du nombre des postes, d’érosion des salaires et du pouvoir d’achat ainsi que de montée du chômage) et dans ceux d’arrivée se traduiront par un accroissement des flux traditionnels de départ plutôt que par un renforcement significatif des retours.

16Une autre piste pour repérer des évolutions dans la circulation des Mexicains les plus qualifiés est celle des admissions temporaires et des visites pour raisons professionnelles, selon les catégories soumises à des obligations de visas. Les États-Unis en proposent de plusieurs types : parmi les plus communs, les visas L1 couvrent les transferts de personnel intra firmes et leur nombre est limité à 84 500 annuels ; les E1, 2 et 3 sont destinés aux Treaty traders, c’est-à-dire aux négociants et investisseurs des pays avec lesquels les États-Unis ont signé un accord commercial ou de navigation et qui voyagent pour mener un commerce important de services ou de produits engageant le territoire de la partie dont il sont citoyens, pour développer ou fournir des investissements ou pour développer des conseils permettant de les exploiter (le maximum autorisé par an étant de 40 900) ; les visas P et O sont réservés aux sportifs de haut niveau et aux artistes. Toutefois, en règle générale, les Mexicains ne sont pas des utilisateurs très intensifs de ces visas : entre 1996 et 2007 en effet, ils représentèrent respectivement 2,9 % et 4,4 % des détenteurs des E1 et 2, 6,4 % et 3,1 % de ceux des visas L (Lowell, 2008 : 4).

  • 13 « La composante migration de l’Alena a consisté dans le dénommé Visa Commercial, aussi appelé Visa (...)

17Les visas H1B et les visas TN (dits visas ALENA, puisque réservés dans ce cadre aux ressortissants canadiens et mexicains) sont spécifiquement destinés aux travailleurs qualifiés13. Les premiers peuvent être accordés à toute personne hautement qualifiée qui en fait la demande et répond aux prescriptions établies. En 2007, leur nombre plafonna autour de 155 000, dans des domaines spécifiques (recherche et conception, culture et fabrication de produits, commercialisation, ventes, distribution, etc.) et pour une durée maximale de six ans (http://www.h1base.com/​content/​h1bvisa). Les visas TN, attribués conformément au critère de l’origine nationale, découlent des accords négociés dans le cadre de l’Alena : ils s’appliquent aux soixante-trois professions énumérées dans l’appendice 1603 D1, D4 de l’Annexe 1603 de l’Alena sur les professions générales, médicales et scientifiques. Ils permettent aux demandeurs ayant une proposition de travail préexistante et démontrant que le poste vacant ne peut être pourvu par un résident ou par un citoyen de rester aux États-Unis, pour des périodes dont la durée accumulée est indéterminée mais qui est conditionnée à un renouvellement annuel du visa TN. Les Mexicains détenteurs d’un visa H1B représentèrent, entre 1997 et 2006, 3,5 % et 2 % de la totalité des porteurs de ce type de visa. Ils furent également minoritaires parmi les personnes admises au titre d’un visa TN, puisque, en 2006, celui-ci avait été délivré à 64 637 Canadiens et à 9 247 Mexicains seulement, probablement à cause des critères différentiels de sélection appliqués aux demandeurs d’admission. Un suivi des demandes, des admissions et des renouvellements, en 2008 et 2009, serait indispensable pour évaluer d’éventuels changements, tant dans la demande que dans la quantité des visas accordés.

Les politiques gouvernementales de départ, de retour et d’organisation de diasporas au Mexique : une focalisation évidente sur les marchés de l’enseignement supérieur et de la recherche

  • 14 Trois bureaux régionaux ont été ouverts à la Silicon Valley, au Texas et au Massachussetts (http:// (...)

18Dans le contexte actuel de la migration des diplômés universitaires, le gouvernement mexicain a mis en œuvre de nouvelles mesures de rétention et de retour et, à la fois, revu à la baisse certains de ses programmes d’appui à la mobilité internationale, pour faire face à ce que la presse nationale dénonce, de manière récurrente et avec un parfum de scandale, comme un exil massif des compétences. Il a ainsi lancé en 2005 une initiative d’une banque des talents mexicains aux États-Unis, sous l’égide de l’Institut pour les Mexicains de l’Extérieur, rattaché au Ministère des Affaires Extérieures en collaboration avec le Conseil National des Sciences et de la Technologie (CONACYT, pour les sigles en espagnol) et la Fondation Mexique-États-Unis pour la Science (FUMEC, selon les sigles en espagnol). Elle prétend mettre en réseau le personnel scientifique mexicain travaillant aux États-Unis avec leurs homologues au Mexique, qu’ils soient employés par une université ou une entreprise14.

19Pour le reste, la fuite des cerveaux occupe une place mineure dans le débat bilatéral sur la migration entre le Mexique et les États-Unis, plombé par des questions comme la migration illégale, le respect des droits de l’homme et, depuis 2001, la lutte contre le terrorisme. En particulier, le départ et/ou le non-retour des ressources humaines qualifiées ne sont reconnus comme des phénomènes inquiétants, par les décideurs mexicains, que par rapport aux systèmes de recherche et d’innovation technologique. C’est ce que montrent, en creux, les programmes gouvernementaux à l’œuvre, qui ciblent principalement les chercheurs, en particulier les jeunes chercheurs formés au niveau doctorat.

  • 15 À la mi 2009, le Conacyt administrait un volume global de 28 244 bourses au niveau maîtrise et doct (...)
  • 16 Le Conacyt est responsable d’un programme dit de rapatriement : depuis les années 1990, il offre au (...)
  • 17 « Son dernier rapport en date, basé sur des données de 2007, montre que les étrangers restent aux É (...)

20Le Conacyt, organisme recteur en matière de recherche scientifique, joue un rôle essentiel dans les politiques de départ et de retour puisqu’il conduit à la fois les programmes de bourses à l’étranger pour l’acquisition de diplômes de maîtrise et de doctorat ou pour les années sabbatiques15 et ceux de retour, définitif ou temporaire, des scientifiques mexicains installés à l’étranger. Il est à l’origine du ciblage des actions de rapatriement16, dans le domaine de la formation et de la recherche, conformément à ses fonctions, mais aussi au fait que le marché de la recherche aux États-Unis incorpore, parmi les –chaque fois plus nombreux– scientifiques étrangers qu’il occupe, un nombre croissant de chercheurs latino-américains et que les diplômés mexicains de doctorat ou de post-doctorat des universités américaines manifestent de plus en plus l’intention de rester aux États-Unis, pour des périodes courtes ou longues17.

21En ce qui concerne les bourses, plusieurs tendances d’évolution précise doivent être signalées, car elles risquent de s’accentuer dans une période de restrictions budgétaires : d’abord, le fait que la proportion des bourses de formation de post-licence à l’étranger octroyées par le Conacyt a baissé considérablement par rapport au nombre de celles destinées à appuyer des études de même niveau dans le pays, durant la décennie passée et, en particulier, à partir de 2003 : en 1997, les bourses internationales représentaient 21,7 % du total, en 2002, 24 % mais, en 2008, à la veille de la crise, à peine 12,5 % (Didou, 2010). Cette diminution peut être renvoyée à une inflexion des politiques publiques et à la substitution partielle des bourses de longue durée par des schémas de mobilité plus courte, du style des cotutelles et doctorats sandwichs ; elle peut aussi prendre sens par rapport aux efforts du Conacyt pour consolider une offre de formation de post-licence de qualité et pour développer un dispositif national d’assurance qualité. On pourrait même la référer au renouveau d’un projet gouvernemental et nationaliste de formation des cadres et des élites, bien que diffus. Toutefois, aucune de ces explications ne renvoie à une logique économique : en effet, la “perte” des investissements publics dans la formation très qualifiée, c’est-à-dire de niveau maîtrise et doctorat, grâce aux bourses octroyées par le Conacyt, est bien plus significative quand il s’agit d’une migration internationale post-études, après une formation acquise dans le pays, que lorsque les diplômés restent à l’étranger après la fin de leurs études, là où ils ont obtenu leur diplôme et, ce, même si le coût des études dans le pays est moindre qu’à l’extérieur.

22Par ailleurs, les bourses du Conacyt, qu’elles soient nationales ou internationales, selon une évaluation récente (Luchilo/ Centro Redes, 2010), ont contribué à une importante redistribution des opportunités de formation, pour des secteurs sociaux relativement marginalisés. Malgré quelques ratés, elles ont fonctionné historiquement comme un support de mobilité sociale, en fonction du mérite, ce qui est crucial dans un pays où, selon des estimations de 2006, « près de 42,6 % de la population est pauvre et [que] l’on considère que 13,8 % est dans une situation d’extrême pauvreté » (World Banque, 2009).

  • 18 « Le Mexique est la seconde économie la plus importante en Amérique latine. Le taux de croissance d (...)
  • 19 « La Banque du Mexique a vendu, depuis le 8 octobre [2008] 15,132 millions de dollars des États–Uni (...)

23Dans ce contexte, la crise économique, dont les impacts se font sentir depuis 200818, aura des répercussions sur le nombre des bourses, tant en général que, en particulier, celles de mobilité internationale. En effet, la stagnation des ressources publiques allouées à l’enseignement supérieur et à la recherche entre 2008 et 2009, puis les coupes budgétaires annoncées par le Ministère du Budget le 31 Juillet 2009, ont conduit le Conacyt à réduire la quantité des nouvelles bourses, après une décennie faste durant laquelle leur disponibilité avait doublé, au moment où, en nombre croissant, les étudiants de familles modestes ont besoin d’appuis pour continuer leurs études. Les chiffres de 2009 montrent d’ailleurs une diminution du nombre des bourses pour l’étranger. Celle-ci avait été prévue par le Conacyt, qui avait annoncé, dès décembre 2008, qu’il fallait s’attendre à une réduction, en 2009, de 60 % de leur nombre (La Jornada, 24 décembre 2008). Même si la baisse réelle a été de moindre ampleur, en 2010, celles-ci ne représentaient plus que 8,6 % du total des bourses gérées par le Conacyt, soit une baisse record, jamais atteinte durant les quarante années de fonctionnement du programme. Cette mesure a été justifiée par l’augmentation de leurs coûts, à cause de la forte dépréciation du peso face au dollar et à l’euro19. Au niveau des institutions, la crise budgétaire des universités, durant l’été 2009, laisse également penser que les ressources allouées à l’internationalisation et à la mobilité vers l’étranger diminueront, dans une situation de réduction du budget et de redéploiement des dépenses autour de postes prioritaires.

24Dans ce même registre, la couverture, déjà faible, des programmes de rapatriement des chercheurs, d’années sabbatiques ou de séjours post-doctoraux à l’étranger se réduira encore. Depuis août 2009 et au moins jusqu’à la fin de l’année, on savait également qu’aucun poste de chercheur ou d’enseignant dans le supérieur ne serait ni pourvu ni créé. De la sorte, des initiatives intéressantes comme l’ouverture du Système National de Recherche (SNI, pour ses sigles en espagnol) aux chercheurs mexicains à l’étranger (http://www.conacyt.mx/​sni/​2009/​SNI-mexicanos-en-el-extranjero-2009.pdf), qui a permis d’effectuer un premier repérage de ceux installés hors du pays et travaillant comme tels, ne pourront pas se traduire, à court terme, par des programmes de retour, de coopération internationale et de collaboration scientifique préférentielle. Le retour des cerveaux “en fuite” n’est guère plausible, eu égard aux conditions de fonctionnement en recrutement zéro et en conditions de pénurie des systèmes de recherche et d’enseignement supérieur publics au Mexique. Après quinze ans durant lesquels la formation des docteurs a été une priorité absolue, pour les décideurs, les administrateurs et les enseignants du supérieur, et un critère dont l’importance s’est accrue au sein des dispositifs d’évaluation des personnels de recherche, l’entrée des diplômés sur leur marché naturel du travail est pour l’heure bloquée, qu’ils aient été formés dans le pays ou à l’extérieur.

25Une autre question reste néanmoins à poser : “la fuite des cerveaux”, telle qu’elle est construite au Mexique, ne dissimule-t-elle pas des courants inverses de retour et des connections internationales, physiques et virtuelles, depuis le Mexique, qu’il faudrait mieux prendre en compte pour nuancer l’estimation des départs et de leurs effets ? Pour l’heure, les données disponibles ne permettent de réaliser, de manière préliminaire, cet exercice que pour des univers précis mais circonscrits, par exemple les chercheurs d’élite, évalués dans le cadre du Système National de Recherche. La base de données du SNI présente des renseignements sur le lieu d’obtention du diplôme de plus haut niveau de ses 15 561 membres (entre un quart et un tiers de l’ensemble des chercheurs dans le pays) et permet de mesurer tant l’internationalisation évidente de cette communauté (par l’incorporation de chercheurs étrangers) que l’internationalisation silencieuse, qui s’effectue par le biais des études et séjours professionnels à l’étranger et par les réseaux auxquels ceux-ci donnent accès. Son analyse montre, par exemple, que les personnes nées dans un pays étranger représentent 12,8 % du total des membres du SNI (alors qu’elles sont très minoritaires dans l’enseignement supérieur), mais que de fortes variations existent selon les disciplines : alors que la biologie et la médecine sont peu internationalisées, la physique, les mathématiques et les sciences de la terre ainsi que les Humanités et sciences de la conduite le sont davantage. Cette tendance à l’internationalisation s’accroît si l’on mesure le degré d’ouverture internationale en fonction, non seulement de la présence des scientifiques étrangers, mais aussi de celle des Mexicains ayant obtenu à l’extérieur leur diplôme de plus haut niveau : selon ce calcul, c’est plus d’un tiers des membres qui pourraient être considérés comme des acteurs clés dans les processus de mise en réseau et de transfert des savoirs (Didou & Gérard, 2010). Or les relations de collaboration scientifique, telles qu’elles sont établies par des doctorants mais aussi telles qu’elles se profilent au sein de groupes scientifiques déterritorialisés (communautés de chercheurs mexicains aux États-Unis par exemple), ne se maintiennent que si leurs membres disposent d’un minimum de ressources à investir dans ces collaborations, qui peuvent se traduire dans des réunions, des projets conjoints de recherche et des produits scientifiques – publications en particulier. C’est là où il y a risque de décapitalisation, si le Conacyt réduit ses programmes d’appui aux années sabbatiques, aux post-doctorants à l’étranger et aux invitations de scientifiques de l’extérieur, et si diminue la possibilité d’acquérir ou d’échanger des connaissances stratégiques pour la productivité des groupes intéressés.

La mobilité étudiante internationale : mutations récentes

  • 20 « Les États-Unis reçoivent le plus grand nombre et le pourcentage le plus haut du monde d’étudiants (...)

26Au Mexique, la crise internationale n’a pas affecté un marché en plein essor dans certaines économies développées (États-Unis, Grande-Bretagne, Australie)20, à savoir celui de l’accueil et de la formation des étudiants étrangers, puisque c’est un marché embryonnaire dans le pays. Celui-ci, pour la migration professionnelle comme pour la mobilité étudiante, reste essentiellement un lieu de départ, comme d’ailleurs l’ensemble de la région puisqu’elle attire, en sa totalité, à peine 53 113 étudiants étrangers. Ce nombre équivaut à moins de 10 % de ceux que reçoivent les États-Unis et à moins de 20 % de ceux qui optent pour suivre leurs études supérieures en France ; surtout, il ne représente que 31,7 % du total des étudiants latino-américains et caribéens inscrits à l’étranger.

27Malgré des efforts localisés de certains établissements pour attirer des étudiants étrangers, le Mexique est même devenu de moins en moins attrayant, à cause de la recrudescence de la violence qui joue comme un facteur de choix négatif face à d’autres pays d’Amérique latine, plus stables, comme le Costa Rica, le Chili, l’Argentine et l’Uruguay, mais aussi du coût des études. On peut toutefois se demander si l’insécurité, très dissuasive lorsqu’il s’agit d’une migration étudiante en provenance des États-Unis et d’Europe de l’Ouest, l’est autant pour un flux d’origine important à l’échelle régionale, à savoir celui qui provient de l’Amérique latine elle-même, dont le poids au niveau régional est passé de 11 % en 1999 à 23 % en 2007 (UNESCO/UIS, 2009 : 39). Il faudrait également savoir si la dévaluation relative du peso par rapport aux autres monnaies de la région mitige, pour les étudiants latino-américains, le facteur risque, dans la mesure où il a provoqué un abattement du coût des études poursuivies au Mexique. Il faudrait finalement analyser les ressorts de la mobilité transfrontalière en provenance des États-Unis, laquelle fournit un flux d’étudiants internationaux non négligeable en direction du Mexique. Par ailleurs, et même si le choix est encore réversible, le Mexique, à la différence de Cuba, et dans une moindre mesure de l’Argentine, du Chili, de Trinidad y Tobago, de la Jamaïque ou même du Honduras, a peu profité de la recrudescence de la mobilité intra-régionale, durant les huit dernières années : il ne fonctionne donc pas comme un pôle d’attraction régionale des étudiants latino-américains en situation de mobilité, alors qu’il assumait ce rôle dans les années 1970, pour des raisons de politique régionale, plus que de stratégie commerciale. Selon les données de l’UNESCO (UNESCO-UIS, 2009 : 144-145), il n’apparaît d’ailleurs pas comme l’un des principaux pays de destination des étudiants latino-américains et caribéens alors que c’est le cas, par exemple, de Cuba pour vingt-trois des quarante pays composant la région.

  • 21 Selon la classification standard établie par la Classification Internationale Type de l’Éducation. (...)

28En revanche, le Mexique est le plus gros exportateur, en volume, d’étudiants latino-américains inscrits dans l’enseignement post-secondaire et supérieur21 (14,9 % du total). Il suffit d’ailleurs de consulter les notices biographiques des hauts fonctionnaires du gouvernement pour apprécier le poids des relations tissées lors des études dans certaines universités/disciplines, lesquelles fonctionnent non seulement comme des creusets de formation mais aussi comme des lieux de socialisation pour le renouvellement des élites et des groupes de pouvoir. Les études à l’étranger sont donc un objet de quête, pour un nombre d’étudiants qui dépasse de beaucoup le nombre de ceux à qui le Conacyt octroie des bourses ; de fait, puisque celles-ci sont destinées aux étudiants de post-licence, elles ne couvrent qu’une petite partie de l’ensemble croissant des inscrits dans un établissement universitaire étranger, sauf en ce qui concerne le sous-ensemble des doctorants. Par ailleurs, le taux de mobilité internationale parmi les étudiants de doctorat est élevé puisque, en 2007, 224 mexicains avaient obtenu un diplôme de ce niveau aux États-Unis contre 2 033 au Mexique même (données de 2006). Si on ajoutait à ces lauréats des États-Unis ceux qui obtiennent leur doctorat dans les autres pays récepteurs d’étudiants internationaux d’origine mexicaine, on arriverait probablement à un pourcentage de docteurs ayant obtenu leur titre dans une université étrangère qui oscillerait entre 15 % et 20 % du total national. Cette situation est explicable eu égard à l’hyper valorisation des diplômes étrangers, tant pour l’entrée sur le marché académique (Didou, 2010) que pour le développement de la carrière scientifique (Didou & Gérard, 2010).

29On constate ainsi le développement, en chiffres absolus, de la mobilité étudiante internationale qui se recentre sur le doctorat, mais aussi une diversification croissante des organismes l’appuyant (universités, fondations ou banques internationales, réseaux associatifs), situation qui érode la place traditionnellement occupée par le Conacyt, en tant que principal pourvoyeur de bourses. Par ailleurs, les migrants étudiants de type “spontanés” sont mal connus et sont souvent ignorés par les décideurs, au moment de la prise de décisions concernant soit l’accueil, soit le retour. Là encore, il n’est pas aisé d’établir dans quelle mesure la crise économique affectera les uns et les autres. Le Conacyt a annoncé, en même temps que la réduction du nombre des nouvelles bourses pour l’étranger, qu’il disposait des ressources nécessaires pour assurer aux boursiers que leurs séjours ne seraient pas remis en question, par manque d’appuis ou par une cessation du paiement des bourses. Quant aux autres, leur situation est incertaine.

Conclusions : Les retombées de la crise : une exploration très préliminaire

30Comme le démontrent les informations présentées dans cet article, le délai de production des données sur la migration ne permet guère de définir, dès maintenant et avec précision, quelles sont les retombées de la crise mondiale sur les flux et les volumes de migrants qualifiés, que ce soit dans l’espace géographique le plus significatif pour le Mexique, celui des États-Unis, ou en règle générale. On peut cependant avancer quelques hypothèses :

  • Eu égard à la dépendance extrême de l’économie mexicaine de celle des États-Unis et à sa fragilité, la crise globale affectera autant (et probablement plus) le Mexique que les États-Unis. La récupération de l’économie nationale risque en outre d’être plus longue dans le premier pays que dans le second, en particulier dans le secteur de l’emploi. Dans cette circonstance, la mise au chômage des migrants aux États-Unis n’implique pas forcément leur rentrée au Mexique, surtout quand la perte des emplois affecte des personnes qui ont régularisé leur situation professionnelle et leurs conditions de séjour. En revanche, le retour peut être considéré comme une solution pour des migrants récemment arrivés aux États-Unis, s’ils se trouvent dans une situation de travail précaire et ont conservé des attaches et des contacts au Mexique.

  • On sait que, aux États-Unis, les migrants en général et les Mexicains en particulier ont été les premières victimes de la crise, particulièrement ceux qui travaillaient dans le secteur de la construction, le plus touché par la réduction des crédits immobiliers (Alarcón et al., 2008). On ignore cependant comment, d’un point de vue sectoriel, la crise a touché les diplômés universitaires. On peut néanmoins avancer l’hypothèse que la crise a produit une situation de paralysie mutuelle, parmi la plupart des migrants ou futurs migrants. À l’opposé des fameux schémas win-win chers aux organismes internationaux, la crise a probablement fragilisé les conditions de circulation internationale et d’accès au travail, parmi les diplômés universitaires comme parmi le reste des migrants, et contribué à les enfermer dans une logique de préservation des avantages acquis plutôt que de prise de risque.

  • Au Mexique, ces derniers ont été –comme souvent la classe moyenne, grosse consommatrice de crédits– très affectés par la hausse des taux d’intérêt. Selon des articles parus récemment dans la presse nationale, entre 42 % et 70 % des diplômés universitaires n’auraient pas les ressources suffisantes pour rembourser les sommes dont ils sont débiteurs envers les banques (Loera, 2009). Il est, en conséquence, indispensable de différencier des sous-catégories parmi les migrants qualifiés (étudiants internationaux, diplômés de doctorat par des universités des États-Unis en situation de non retour temporaire, migrants diplômés d’universités mexicaines) afin de savoir dans quelle mesure la crise est susceptible de modifier leurs choix et comportements : par exemple, la dévaluation du peso par rapport à l’euro et au dollar peut impliquer temporairement une baisse des flux d’étudiants allant faire leur cursus à l’étranger ; elle requiert aussi, au Mexique comme dans tous les pays de la région, plus d’efficacité dans la mise en œuvre et le suivi des politiques de coopération internationale (Gentili, 2009) et une gestion plus pertinente des programmes de bourses (Laclette, 2010).

  • Eu égard au profil de la migration qualifiée et à ses espaces d’insertion professionnelle, un certain nombre de sous-groupes vulnérables peuvent être identifiés :

    • le premier est celui des étudiants mexicains en situation de départ vers l’extérieur, principalement ceux qui allaient, avec des appuis familiaux, étudier leur licence à l’étranger. Les étudiants inscrits en maîtrise ou en doctorat seront également affectés, mais dans une moindre mesure : pour le confirmer, et en l’absence de statistiques sur le nombre total des étudiants mexicains à l’étranger, l’étude des statistiques produites par le Conacyt sera indispensable.

    • Le second est celui des étudiants mexicains occupant des positions de post-doctorants aux États-Unis : il s’agit là en partie de ces jeunes docteurs, décrits par Finn (1999), qui restent quelques années après l’obtention de leur diplôme, là où ils ont fait leurs études afin de s’insérer, de façon temporaire, dans des laboratoires ou des groupes scientifiques de prestige, leur permettant une optimisation de leur parcours professionnel en début de carrière mais les situant dans une situation de précarité dans l’emploi (Balan, 2009).

    • Le troisième est celui des enseignants chercheurs mexicains qui, après avoir obtenu un diplôme à l’étranger, se trouvaient dans une situation de retour assisté par les programmes de rapatriement du Conacyt : il est très probable que le nombre des appuis octroyés baissera de façon sensible quoique, peut être, conjoncturelle.

    • Il est également à prévoir que les chercheurs inscrits dans des réseaux de travail conjoint avec des collègues étrangers, et par la même, de circulation ou transfert des savoirs, risquent de pâtir d’une réduction des appuis alloués par le Conacyt aux activités de coopération internationale. Une réduction des fonds destinés aux années sabbatiques, au retour des chercheurs et aux projets de recherche bilatéraux hypothéquerait les possibilités de faire fructifier, sur le court terme, les structures d’échange mises en place de manière formelle.

31En conclusion, il est évident qu’une diminution des appuis à la mobilité internationale, en particulier des étudiants et des scientifiques, est à attendre. Sera-t-elle mitigée par des investissements compensatoires dans les réseaux et dans la mise en place de communautés scientifiques virtuelles ? Rien ne l’indique pour le moment.

Haut de page

Bibliographie

Alarcon (R.) & al., 2008, La crisis financiera de 2008 en Estados Unidos y su impacto en la migración mexicana, México, COLEF, in http://www.colef.mx/coyuntura/crisisfinanciera.pdf.

Auriol (L.), 2007, Labour market characteristics and international mobility of doctorate holders: results for seven countries, Paris, OCDE, DSTI/DOC/2007(2).

Balan (J.), 2009, « Los mercados académicos en el Norte y la migración internacional altamente calificada: el contexto actual de la circulación de los cerebros en América Latina », in S. Didou & E. Gérard (éds), Fuga de cerebros, movilidad académica y redes científicas: perspectivas latino-americanas, México, IESALC-UNESCO/CINVESTAV/IRD, pp. 73-88.

CONAPO (Consejo Nacional de Población), 2007, « Dinámica reciente de las migraciones en América », Boletin, año 6, n° 18, México, CONAPO.

Didou (S.), 2010, México: políticas gubernamentales de salida y retorno para la forma-ción de recursos humanos altamente calificados, Vénézuela, IESALC-UNESCO-OBSMAC.

Didou (S.) & Gérard (E.) (éds), 2009, Fuga de cerebros, movilidad académica y redes científicas: perspectivas latinoamericanas, México, IESALC-IRD-CINVESTAV.

Didou (S.) & Gérard (E.), 2010, El SNI, veinticinco años después: entre internacionalización y distinción, Mexico, ANUIES, sous presse.

Docquier (F.) & Rapoport (H.), 2007, « L’immigration qualifiée, remède miracle aux problèmes économiques européens ? », in Reflets et perspectives de la vie économique, pp. 95-110, in http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RPVE_461_0095

Finn (M.), 1999, Stay rates of foreign doctorate recipients from US universities, 1997, États-Unis, Oak Ridge, Oak Ridge Institute for Science and Education.

Gentili (P.), 2009, « La cooperación académica en tiempos de crisis: entre el pesimismo de la inteligencia y el optimismo de la voluntad », España, Fundación Carolina, in http://www.fundacioncarolina.es/es-ES/nombrespropios/Documents/NPGentili0909.pdf

Laclette (J.-P.), 2010, « Ponencia inaugural en el Foro sobre el mejoramiento de la gestión de los programas de becas de posgrado del CONACYT », México, Foro Consultivo de Ciencia y Tecnología/CONACYT, 24 de Junio.

Loera (M.-E.), 2009, « El fin de la clase media mexicana », La Gaceta, 13 de Julio, in http://cronicadesociales.org/2009/07/13/el-fin-de-la-clase-media-mexicana.

Lozano Ascensio (F.) & Gandini (L.), 2009, La emigración de recursos humanos calificados desde países de América Latina y el Caribe, Tendencias contemporáneas y perspectivas, Venezuela, Caracas, SELA/OIM, Reunión Regional « La emigración de recursos humanos calificados desde Países de América Latina y El Caribe », 17 y 18 de Junio.

Lowell (L.), 2008, « Temporary visa for Highly skilled jobs: a brief overview of the specialty worker HB 1 », Washington, Albert Sloan Foundation, in http://isim.georgetown.edu/Event%20Summaries&Speeches/Sloan/Lowell,%20TWPBriefing%20H1Bs%203-28-08.pdf

Luchilo (L.)/Centro Redes, 2010, Evaluación del impacto del programa de formación de científicos y tecnólogos, 1997-2006, México, CONACYT/Foro Consultivo de Ciencia y Tecnologia.

Maldonado (A.), 2010, « Tres reflexiones y algunos datos sobre la movilidad estudiantil Mexico-Estados Unidos », Venezuela, IESALC-UNESCO-OBSMAC, in http://www.iesalc.unesco.org.ve/index.php?option=com_content&view=frontpage&Itemid=750?=es

OECD, 2008, A Profile of Immigrant Populations in the 21st Century : Data from OECD Countries, Paris, OECD.

Rodriguez Gómez (R.), 2009, « La migración de México a EU, ¿diáspora o mercado laboral binacional ? », Campus Milenio, n° 319, 11 de marzo.

Schwartzman (S.) (coord.), 2008, Universidad y desarrollo en Latinoamérica. Experien-cias exitosas de centros de investigación, Brasil, Fundación Ford.

SEGOB, 2008, Informe de México : el cambio demográfico, el envejecimiento y la migración internacional a México, Santo Domingo, XXXII Periodo de sesiones de la Comisión Económica para América Latina y El Caribe, 9-13 de Junio.

SEGOB-CONAPO, 2007, Los mexicanos en el mercado laboral estadounidense, México, CONAPO, Boletin 21, 17 p.

UNESCO-UIS, 2009, Comparing Education Statistics Across the World, Paris, UNESCO, Institute of Statistics.

World Bank, 2009, Mexico country brief, in http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/COUNTRIES/LACEXT/MEXICOEXTN/0,contentMDK:22252113~pagePK:1497618~piPK:217854~theSitePK:338397,00.html

Haut de page

Notes

1 « La littérature récente sur la fuite des cerveaux met en évidence des effets potentiellement favorables de l’émigration qualifiée pour les pays d’origine : envois de fonds, migrations de retour, effets de réseaux favorisant les transactions internationales ; par ailleurs, les perspectives de migration, en augmentant le rendement espéré du capital humain, peuvent induire un accroissement de l’investissement éducatif domestique. Il existe donc un effet d’incitation qui joue en sens opposé de l’effet de fuite traditionnellement mis en avant. Cependant, un effet net positif a plus de chances de se matérialiser si le taux d’émigration des qualifiés n’est pas trop élevé, ce que l’on observe surtout dans les grands pays tels que la Chine ou l’Inde, et que les contraintes de liquidité qui pèsent sur l’investissement éducatif ne sont pas trop importantes, ce qui exclut les pays les plus pauvres (…) » (Docquier & Rapoport, 2007 : 14 ; pour l’Amérique latine, voir Didou et Gérard, 2009).

2 « Si on prend en compte les migrants originaires de l’Amérique latine et des Caraïbes qui se trouvent sans emploi, ou bien ceux qui, bien qu’insérés professionnellement, réalisent des occupations qui ne correspondent pas à leur niveau de formation, on trouve un niveau de gâchis total de 60,9 %. Ainsi, près des deux tiers des immigrants qualifiés de l’Amérique latine et des Caraïbes résidant aux États-Unis se trouvent dans des espaces du marché du travail ne leur permettant pas d’utiliser pleinement leurs habiletés. Le gâchis formatif accentue une situation paradoxale en ce qui concerne la migration qualifiée. Alors que les pays d’origine perdent ces ressources humaines, les économies réceptrices n’arrivent pas à en tirer un profit adéquat » (Lozano & Gandini, op. cit., p. 19).

3 « Si l’on observe la structure proportionnelle du volume total de migrants selon le niveau d’éducation et si on la réfère aux pays de l’OCDE en tant que destin de ce flux migratoire, entre 1990 et 2007, on observe une hausse du nombre des migrants dont le niveau de scolarité est élevé, laquelle est supérieure à celle des migrants dont le niveau de scolarité est bas ou moyen. En 1990, les migrants fortement éduqués représentaient 30 % du total et ce pourcentage avait augmenté à 37 % en 2007. En revanche, la participation proportionnelle des migrants peu éduqués, bien que leur nombre absolu ait augmenté de 7,3 millions d’individus, a baissé de 40,6 % à 19,7 % entre 1990 et 2007 » (Lozano & Gandini, op. cit., p. 14).

4 « L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région du monde qui a expérimenté la plus forte croissance relative des migrants qualifiés ente 1990 et 2007 : le stock a augmenté de 155 % (et la croissance moyenne totale a été de 11 %) suivie de près par l’Afrique et l’Asie, qui ont montré une croissance de 152,4 % et de 144,8 % respectivement » (Lozano & Gandini, op. cit., p. 16). « On se rend clairement compte que les petits pays, particulièrement ceux de la zone Caraïbe, sont ceux qui présentent les plus hauts pourcentages de personnel qualifié résidant à l’extérieur. [….] En revanche, les pays avec les taux d’émigration les plus bas, comme c’est le cas du Brésil, de l’Argentine, du Venezuela, du Pérou et du Chili, ont tendance à être plus peuplés. Le cas du Mexique n’obéit cependant pas à ce schéma puisque, bien qu’étant le second pays le plus peuplé de la région, 16 % de sa main-d’œuvre qualifiée réside à l’extérieur, principalement aux États-Unis » (Lozano & Gandini, ibid., p. 19).

5 « Au Mexique [en 2005], plus de 10 % de ceux nés dans le pays résidait dans un autre, ce qui représente une proportion trois fois plus élevée que la moyenne. On peut également indiquer que 6 % des migrants dans le monde entier sont mexicains ou un sur quinze (ONU, 2007). Rien qu’aux États-unis, l’Enquête permanente sur les foyers, réalisée par l’instance en charge des recensements de population (American Community Survey) montre que la population mexicaine résidente équivalait à 11 millions 424 mille 600 personnes en 2007, une quantité qui équivalait à 2,8 % de la population totale des États-Unis, à quasi le tiers de la migration internationale » (Rodriguez, 2009).

6 L’Argentine a un taux d’émigration qualifiée de 2 %, la Bolivie de 3,3 %, le Brésil de 1,6 %, le Chili de 3,8 %, la Colombie de 5,8 %, le Pérou de 3 % et l’Uruguay de 5,1 %, selon la même source. Seuls les pays d’Amérique centrale et des Caraïbes dépassent (et de loin) les taux mexicains, avec des taux de 14,1 % pour le Salvador, de 11,1 % pour le Panama et, pire encore, de 67,5 % pour Haïti et 72,6 % pour la Jamaïque.

7 Le Conseil National de Population mexicain estimait qu’en 2002, plus de neuf millions de mexicains résidaient aux États-Unis et que près de 390 000 autres constituaient les flux annuels d’arrivants (CONAPO, 2002).

8 Selon l’Observatoire des Professions, en 2010, le stock total de diplômés universitaires dans la population économiquement active serait de 4,9 millions de personnes, pour un total de 43 millions. Le pourcentage de Mexicains éduqués travaillant aux États-Unis représenterait donc autour de un huitième de ceux exerçant dans le pays (http://www.boletin-infomail.com/2006/11/hay_49_millones_1.html ).

9 Calculs élaborés à partir de Lozano et Gandini, op. cit., p. 31.

10 Selon le ministère de l’Intérieur mexicain, seulement 47,2 % des mexicains contre 71,2 % de l’ensemble des migrants qualifiés (et 49,2 % et 60,7 % des Centre- et des Sud-américains) accèdent à des postes correspondant à leur niveau d’études. Les emplois occupés et leur degré de coïncidence avec la scolarisation sont encore plus défavorables pour les migrants récents puisque la proportion de ceux occupant des postes de diplômés universitaires ou de direction tombe à 35,9 % pour ceux arrivés aux États-Unis après 2000 (SEGOB, 2007 : 8). Selon cette même source, le doctorat joue également comme un facteur de protection, en inhibant relativement les impacts négatifs relevés et en assurant une employabilité en consonance avec le diplôme, pour quasiment 67 % de ceux qui en sont titulaires (ibid., p. 11). De fait, les écarts intra-régionaux qui caractérisent la situation professionnelle des diplômés mexicains de licence et celles des Centre- et des Sud-américains se sont résorbés ou ont diminué parmi ce sous-groupe, puisque les taux d’“employabilité positive” (i.e. le poste et le salaire correspondant au niveau de formation) sont respectivement de 64,4 % pour les seconds et de 77,8 % pour les troisièmes.

11 « La population économiquement inactive parmi les Mexicains diplômés de l’enseignement supérieur atteint 22 % et, parmi celle-ci, la proportion de personnes au foyer, bien qu’ayant fait des études supérieures, est importante (56 %), principalement dans le secteur féminin. Cela suggère que, dans bien des cas, le rôle traditionnel qui rend les femmes responsables du foyer se superpose à la rentabilité de leur niveau d’éducation sur le marché du travail. En concordance avec une migration qui est professionnelle de manière prédominante, les statistiques montrent un taux élevé de participation économique et un faible taux de chômage parmi les Mexicains. Le taux d’occupation en 2005 de la population active mexicaine avec une éducation universitaire a été de 95 % » (CONAPO, 2007 : 6).

12 « Selon la American Community Survey (2005), le revenu moyen annuel des Mexicains diplômés de l’enseignement supérieur est inférieur de plus de 1 400 US dollars à ceux de leurs homologues centraméricains, différence qui tend à s’accentuer par rapport aux et Caribéens, aux Asiatiques, aux Européens et aux Canadiens, dont la rétribution est en moyenne supérieure de 7 000, 16 000 et 21 000 dollars à celle reçue par les Mexicains. Les Mexicains ont également un pourcentage important de travailleurs avec une formation universitaire dont les revenus annuels sont inférieurs à 10 000 dollars annuels (11 %) » (SEGOB, 2007 : 12).

13 « La composante migration de l’Alena a consisté dans le dénommé Visa Commercial, aussi appelé Visa TN. Le Visa TN pour les Canadiens est immédiatement entré en vigueur, sans aucune limite de quantité, alors que le visa TN pour les Mexicains a été assujetti à un nombre maximum de 5 000 jusqu’en 2004, lorsque le quota a été éliminé. Le TN pour les Canadiens permet aux travailleurs d’obtenir leur admission aux États-Unis en présentant une lettre d’un employeur leur offrant un poste, selon la liste des emplois certifiés dans le cadre de l’Alena. Le visa TN pour les Mexicains est octroyé selon des conditions similaires mais son obtention requiert également un entretien des postulants au consulat des États-Unis. Le visa permet d’accéder à un emploi durant un an et il est renouvelable un nombre indéterminé de fois ; selon la législation en vigueur, aucune autre exigence ne s’applique. Le visa TN a été abondamment utilisé par les Canadiens et beaucoup moins par les Mexicains et le nombre de ceux octroyés en 2006 a été de 74 000 » ( http://www.pecc.org/labor/papers/PA-United-States-Susan-Martin-and-B-Lindsay-Lowell.pdf ).

14 Trois bureaux régionaux ont été ouverts à la Silicon Valley, au Texas et au Massachussetts (http://www.reddetalentos.com/index.php?option=com_content&task=view&id=30&Itemid=55). Toutefois, les informations disponibles sur le site Web ne permettent pas d’apprécier les résultats en termes de constitution de supports pour une coopération et de renforcement des échanges effectifs en matière de mobilité étudiante et académique et projets conjoints de recherche.

15 À la mi 2009, le Conacyt administrait un volume global de 28 244 bourses au niveau maîtrise et doctorat : 2 750 d’entre elles finançaient des études à l’étranger. Depuis deux ans, il gère également un programme de “bourses mixtes”, c’est-à-dire de mobilité temporaire pour des étudiants inscrits dans des programmes de formation post-licence accrédités comme de qualité, dans le pays. Le Conacyt canalise aussi des appuis financiers (transport et sursalaires liés à la mobilité) aux chercheurs titulaires des universités, désireux de réaliser un séjour de recherche dans une université autre que celle d’origine, dans le pays ou à l’étranger, lors des années sabbatiques qu’ils sont susceptibles d’exercer après six années consécutives d’exercice professionnel en continu.

16 Le Conacyt est responsable d’un programme dit de rapatriement : depuis les années 1990, il offre aux chercheurs mexicains installés à l’étranger la possibilité d’obtenir des appuis financiers pour le retour, dès lors qu’ils sont recrutés par une université mexicaine ; les bénéficiaires de ce programme reçoivent par ce biais leur billet de retour, obtiennent le remboursement de leurs frais de déménagement et le paiement d’un sursalaire durant leur première année d’activité professionnelle. En 2007, 191 chercheurs furent appuyés par ce programme. Depuis 2009, le Conacyt opère un second programme, celui du Système National de Recherche pour les chercheurs mexicains résidant à l’étranger : il est proposé à ceux-ci de soumettre leur curriculum vitae à évaluation par les commissions de spécialistes duConacyt, afin de recevoir de manière automatique les sursalaires correspondants dès qu’ils réalisent un séjour professionnel au Mexique. En 2009, cela a concerné 236 chercheurs.

17 « Son dernier rapport en date, basé sur des données de 2007, montre que les étrangers restent aux États-Unis dans une proportion croissante : 66 % des étudiants étrangers diplômés de doctorat par une université américaine en 2005 demeurent aux États-Unis, deux ans après la date d’obtention de leur diplôme, ce qui équivaut à un rebond de 3 % par rapport aux données précédentes ». http://blogs.knoxnews.com/munger/2010/02/stay_rates_for_foreign_phds_re.html

18 « Le Mexique est la seconde économie la plus importante en Amérique latine. Le taux de croissance de son PIB a été de 3,8 % annuel entre 2004 et 2007. Toutefois, sa croissance économique s’est ralentie durant les trois premiers trimestres de 2008 et est devenue négative durant le dernier, de sorte que la croissance annuelle du PIB a été réduite à un modeste taux de 1,3 % annuel. Actuellement, l’activité économique continue à baisser, les demandes externes s’effondrent et les conditions de crédit, tant externes que domestiques, demeurent complexes. Le consensus de Mars prévoit pour 2009 une réduction du PIB de 2,8 % » (Wikipedia, « Crisis financiera en México, 2008 », in http://es.wikipedia.org/wiki/Econom%C3%ADa_de_M%C3%Mexico.

19 « La Banque du Mexique a vendu, depuis le 8 octobre [2008] 15,132 millions de dollars des États–Unis afin de freiner la dépréciation du peso mexicain qui, le 3 Mars 2009, a atteint son niveau le plus bas de change (15,36 par rapport au dollar) alors qu’il avait maintenu jusqu’au milieu de l’année précédente un taux de change moyen de dix pesos pour un dollar. Par rapport à l’euro, il atteignit un taux historique record de 19,71 pesos mexicains pour un euro, le 18 décembre » (Wikipedia, op. cit., note 17).

20 « Les États-Unis reçoivent le plus grand nombre et le pourcentage le plus haut du monde d’étudiants en situation de mobilité internationale [par rapport à leurs effectifs] : le nombre est de 595 000 et le pourcentage est 21,3 %. Ils sont suivis par la Grande-Bretagne (351 300), par la France (246 600), par l’Australie (211 500), l’Allemagne (206 900), le Japon (125 900), le Canada (68 500), l’Afrique du Sud (60 600), la Fédération Russe (60 300) et l’Italie (57 500). Ces 11 pays rassemblaient 71 % de l’ensemble mondial des étudiants mobiles, et les six premiers en attiraient 62 % » (UNESCO/UIS, 2009 : 37). Les données évoquées dans cette citation sont référées à 2007.

21 Selon la classification standard établie par la Classification Internationale Type de l’Éducation. http://www.uis.unesco.org/TEMPLATE/pdf/isced/ISCED_F.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Didou-Aupetit, « La mobilité internationale des ressources humaines hautement qualifiées au Mexique face à la crise économique internationale », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 9 | 2010, 141-161.

Référence électronique

Sylvie Didou-Aupetit, « La mobilité internationale des ressources humaines hautement qualifiées au Mexique face à la crise économique internationale », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cres.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Sylvie Didou-Aupetit

Sociologue, Département de recherches éducatives (Departamento de Investigaciones Educativas, DIE), Centro de investigaciones y de estudios avanzados (CINVESTAV), Instituto Politecnico Nacional, Mexico.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org