Navigation – Plan du site
Hors-thème

Réformer les lycées français de l’extérieur

Les fonctions culturelles et sociales des Bourses Zellidja (1939-1972)
To reform french secondary schools from the outside. The cultural and social functions of Zellidja’s grants
Éric Passavant
p. 179-195

Résumés

Les bourses de voyage Zellidja, attribuées entre 1939 et 1972, avaient pour ambition de façonner le caractère et la personnalité de lycéens afin qu’ils forment une élite d’hommes d’action ouverts sur le monde. Elles sont alors financées par l’architecte Jean Walter, qui a joué un rôle dans les mouvements de réforme sociale du début du vingtième siècle, et organisées par l’inspecteur général Louis François, promoteur des méthodes actives dans l’enseignement secondaire. L’analyse des archives et des entretiens réalisés avec d’anciens lauréats montre que ces bourses recrutaient selon la logique de l’élitisme républicain. Pour les jeunes issus de la bourgeoisie, qui sont majoritaires, elles prolongent des dispositifs de socialisation familiale en vue de l’occupation de positions dominantes. Pour les lycéens plus modestes, elles sont vécues comme une rupture dans le cours de l’existence qui favorise une ouverture des avenirs possibles.

Haut de page

Texte intégral

1Le système éducatif français doit faire face à deux exigences qui semblent contradictoires : d’un côté produire des élites adaptées à une vie de plus en plus mondialisée, d’un autre côté satisfaire les aspirations collectives de justice et d’égalité des chances face à l’école. Ce sont surtout les grandes écoles (l’École nationale d’administration, l’École des hautes études commerciales, les Écoles supérieures de commerce, l’École polytechnique…) qui produisent ces élites ouvertes sur l’international en valorisant les séjours et stages à l’étranger. Les vives critiques dont elles font l’objet, notamment sur leur fermeture sociale, les conduisent à mettre en place des programmes de discrimination positive, par exemple en recrutant des élèves venant de Zones d’éducation prioritaire (Buisson-Fenet & Landrier, 2008). Ces questions se posent également dans un enseignement secondaire hiérarchisé. Les enquêtes internationales PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) réalisées dans les pays de l’OCDE alimentent le débat en montrant qu’un système qui emmène le plus loin possible dans le cursus un maximum d’élèves est plus propice au développement des élites scolaires (Mons, 2008). Même au collège, le succès des classes bi-langues, européennes ou internationales ne s’explique pas seulement par les stratégies des familles des catégories moyennes pour limiter l’hétérogénité sociale des classes induite par le collège unique. Il correspond aussi à une « bonne volonté internationale » qui survalorise l’apprentissage des langues et la familiarisation avec les cultures étrangères (Nogueira & Aguiar, 2008).

2L’enseignement secondaire des années 1950 est encore largement réservé à une élite sociale. Il demeure très centré sur les missions de transmission des connaissances, indifférent aux exigences du temps, hermétique aux préoccupations d’insertion professionnelle. Cependant, un mouvement d’ouverture qui préfigure les problématiques actuelles s’amorce. Face aux résistances, les ambitions du plan Langevin-Wallon peinent à se réaliser. Les « classes nouvelles » ouvertes en 1946 pour « préparer l’enfant à comprendre son temps et à y jouer un rôle actif » (Chapoulie, 2005) sont supprimées en 1952. Par contre, les bourses de voyage Zellidja connaissent un succès rapide et durable. Gérées conjointement par le Ministère de l’Éducation nationale et l’Académie française, elles sont attribuées de 1939 à 1972 aux lycéens qui souhaitent compléter leur formation par un voyage solitaire en France ou à l’étranger. L’architecte Jean Walter finance toute l’opération. L’inspecteur général Louis François organise la sélection. Comment expliquer ce qui apparaîtra comme un vrai succès ? Comment ce dispositif a-t-il pu s’imposer au sein de l’Éducation nationale ? À partir des archives de l’Association nationale des Bourses Zellidja (plus particulièrement, des “rapports voyage” réalisés entre 1950 et 1972 et de plusieurs numéros de la revue Espaces Zellidja parus entre 1954 et 1962), nous analyserons les arguments pédagogiques qui ont justifié ce dispositif. Nous verrons ensuite quels liens unissaient Jean Walter et Louis François et ce qui les prédisposait à s’investir dans cette entreprise. Enfin, à partir de quinze entretiens semi-directifs réalisés avec d’anciens lauréats, nous tenterons de saisir l’attrait que cette expérience exerçait sur eux et sur leurs familles. Nous verrons ainsi quelle réponse particulière les Bourses Zellidja apportait à la double préoccupation de formation d’une élite ouverte sur le monde et de justice, à une époque où le lien entre réussite scolaire et origine sociale n’était pas clairement établie.

Former une élite d’hommes d’action, moralement et physiquement forte

  • 1 Lettre de Jean Zay à Jean Walter datée du 27 mars 1939. Archives de l’Association des Lauréats Zell (...)

3À la fin de l’été 1938, l’architecte Jean Walter soumet à Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale, un projet de donation de 200 bourses de voyage sportif d’un montant de 2 500 francs chacune. Il choisit le collège Cuvier de Montbéliard, où il a fait ses études, comme établissement pilote. Dans chacune des cinq plus hautes classes de l’établissement, les élèves doivent choisir parmi eux celui qu’ils considèrent comme le plus méritant. Dans une lettre datée du 27 mars 1939, Jean Zay soutient l’initiative tout en suggérant que cette auto-désignation soit ratifiée par les enseignants afin qu’elle ne bénéficie pas à des élèves « dénués de tout mérite »1. Ainsi, pendant l’été 1939, cinq garçons sillonnent à bicyclette les routes de France avant de relater leurs expériences dans un compte-rendu. En 1940, la guerre met un frein à l’initiative. En 1941, seulement trois bourses sont attribuées. En 1942, le recteur de l’académie de Besançon demande à Jean Walter d’étendre le dispositif à toute son académie. Cette fois, dix bourses sont décernées, puis huit en 1943 dans les lycées de Montbéliard, Belford, Besançon et Vesoul. Les élèves sont choisis à partir d’un projet et ils doivent s’engager à voyager seuls. À la fin de l’année 1943, Jean Walter est arrêté et incarcéré pendant neuf mois à la prison de Fresnes.

4À la Libération, fort de ses premiers succès, Jean Walter soumet à nouveau au ministre de l’Éducation nationale, René Capitant, un projet de donation. Fin 1945, l’inspecteur général de l’enseignement secondaire en histoire et géographie, Louis François, est chargé d’une mission délicate : annoncer au mécène qu’aucune décision n’est prise puisque tous ses documents ont été égarés. En fait, de cette rencontre naît une collaboration étroite. Louis François décide de « monter la machine » (entretien réalisé avec Louis François le 13 avril 1995). Il fait signer à Gustave Monod, directeur de l’enseignement du second degré, une circulaire informant l’ensemble des lycées de France des conditions d’attribution des bourses pour les garçons des classes de première et de terminale. Il organise avec les services administratifs du ministère la gestion des dossiers de candidature. Il assure la promotion des bourses lors de ses visites d’inspection. En 1946, cinquante bourses sont décernées, cent en 1947, cent-cinquante en 1948, et jusqu’à trois cents par an dans les années 1950.

5En 1948, Jean Walter crée la Fondation nationale des Bourses Zellidja et dote son capital de 200 millions de francs en actions de la Société des mines de Zellidja qu’il exploite au Maroc. Son conseil d’administration est composé de Louis François, qui en est le vice-président, et de collaborateurs de Jean Walter. En 1956, après une attaque cardiaque, Jean Walter décide de confier la direction de la fondation à l’Académie française pour assurer sa pérennité. Son conseil d’administration est alors présidé par Jules Romain. Louis François demeure vice-président. Les administrateurs sont des académiciens (Maurice Genevois, André Chamson, André François-Poncet, Louis Leprince-Ringuet, le duc de Levis Mirepoix…), des membres de la haute administration de l’Éducation nationale (Pierre Aigrain, directeur général des enseignements supérieurs, Émile Braillon et Robert Hubac, inspecteurs généraux) et des collaborateurs de Jean Walter (Jean Dubois et Jean Lacaze, respectivement président et administrateur de la Société des mines Zellidja). Jean Walter décède brutalement le 10 juin 1957, fauché par une voiture en banlieue parisienne, mais les Bourses Zellidja sont attribuées jusqu’en 1972. L’Académie française dissout la fondation en 1974 et transforme le reliquat du legs de Jean Walter en bourses d’études à l’étranger pour les élèves des grandes écoles.

  • 2 Extrait d’un texte de Jean Walter intitulé « L’esprit des Bourses Zellidja », souvent cité dans la (...)
  • 3 Le premier prix dit « du président de la République », créé par Vincent Auriol en 1950, est récompe (...)

6Pendant près de trente ans, le règlement des Bourses Zellidja n’a pas évolué. Elles sont conçues comme une succession d’épreuves difficiles, étalées sur deux ans. Pour Jean Walter, cette expérience doit compléter la formation scolaire qui développe un goût abusif pour l’étude et ne prépare pas assez les élèves « aux tâches d’homme qu’ils auront à accomplir »2. Ainsi, le voyage Zellidja n’a pas un but touristique mais vise l’élévation morale et physique des lycéens. Quatre exigences font de cette expérience une « école de la vie » : la durée, la solitude, la modicité du viatique et la rédaction d’un rapport. Le candidat doit s’engager à partir au moins trente jours en France ou à l’étranger de manière à avoir le temps de la réflexion et de l’observation. Le voyage est solitaire pour qu’il apprenne à ne compter que sur lui-même et se révèle en découvrant ses capacités de résistance, de débrouillardise, d’adaptation dans un environnement inconnu. Les sommes allouées sont relativement faibles (20 000 francs en 1955) et le lycéen ne doit pas avoir recours aux possibilités financières de son entourage. Il faut qu’il vive une expérience de rupture avec ses conditions d’existence habituelles et se frotte aux contraintes de l’existence, « le plus près possible des réalités ». En 1955, le règlement oblige le boursier à ne voyager qu’en troisième classe. Il doit également se procurer par lui-même les subsides nécessaires à son périple en travaillant durant son voyage. D’ailleurs, Jean Walter obtient des administrations américaines et canadiennes que le boursier Zellidja puisse percevoir un salaire avec son seul visa touristique. Le dispositif est complété par l’obligation de rédaction d’un journal de voyage, d’un livre de compte et d’une étude sur un thème de son choix. Le boursier doit se montrer capable de relater ses expériences en adoptant une démarche de compréhension du monde. Après un premier voyage, les auteurs des meilleurs rapports peuvent bénéficier l’année suivante d’une seconde bourse dans les mêmes conditions. À leur retour, ils se voient décerner le titre de Lauréat Zellidja. À partir de 1951, les auteurs des vingt meilleurs rapports de second voyage reçoivent des prix des mains du Président de la République3. La cérémonie se déroule à la Sorbonne en même temps que la remise des prix du Concours général. Rapports et photos de voyage sont enfin exposés au public au Musée Pédagogique de la rue d’Ulm.

  • 4 Lettre de Jean Walter adressée au ministre de l’Éducation nationale le 6 décembre 1948. Archives de (...)

7Dans l’esprit de leurs promoteurs, les Bourses Zellidja ont une fonction sociale. Elles visent la formation d’une élite d’hommes d’action, d’entrepreneurs dont le pays a besoin. Jean Walter exprime clairement cette ambition : « Je ne veux pas aider les faibles, les médiocres, à se hausser, mais je désire dégager, par des épreuves difficiles, une élite moralement et physiquement forte, capable de tout aborder »4. Conscient que les voyages en solitaire ne suffiront pas à former un groupe, Jean Walter crée en 1951 une structure exclusivement réservée aux lauréats : l’Association des Lauréats Zellidja. Subventionnée par la Fondation, elle fonctionne comme une amicale d’anciens élèves. Ses missions sont de promouvoir les bourses et de développer des liens d’amitié entre les lauréats afin qu’ils puissent s’aider au cours de leur vie. Ainsi, la première action de l’Association est d’éditer un annuaire qui sera régulièrement mis à jour. Les liens entre les lauréats se nouent également dans le cadre de la rédaction de la revue trimestrielle Espaces Zellidja, qui reproduit des extraits des rapports de voyage et rend compte des très nombreuses actions de promotion en faveur des bourses.

  • 5 Il est président de la Société des Agrégés (1951-1954), directeur du cabinet du ministre de la Fonc (...)
  • 6 Robert Blanchon (1919-2001) sera nommé inspecteur général en 1973.
  • 7 En 1948, Yves Brunsvick seconde le secrétaire général de la Commission française de l’Unesco : Loui (...)
  • 8 Discours prononcé par Louis François à la Sorbonne en 1948 paru dans Espaces Zellidja, 1962, n° 34- (...)

8L’élite d’hommes d’action que Jean Walter souhaite constituer est d’abord une élite scolaire. Le jury qui sélectionne les projets rassemble des agrégés, recrutés par Louis François, qui appartiennent aux établissements les plus prestigieux et sont attachés à la défense de la qualité de l’enseignement. Il est présidé par Pierre Bennezon, inspecteur de l’Académie de Paris5 et composé de Robert Blanchon, professeur au lycée Saint-Louis6, Denis Brelingart, professeur au lycée Condorcet, Jeanne Lac, professeure dans les lycées Jules Ferry et Victor Hugo. Yves Brunsvick, secrétaire général de la Commission nationale française pour l’Unesco, en fait également partie7. Ce jury veille à la conformité des dossiers avec les exigences scolaires. La forme et le style, les qualités rédactionnelles, la culture du candidat sont des critères déterminants : « Par le plan et par le style, [le projet] traduit aussi sa culture et, entre deux candidats, nous préférons toujours celui qui est le plus cultivé et qui, pour cette raison, tirera de son voyage le plus de profit » (Espaces Zellidja, 1961, n° 31, p. 10). La valeur scolaire des boursiers Zellidja est régulièrement rappelée par Louis François qui, à l’occasion de la première cérémonie de remise des prix, fait un parallèle entre le concours Zellidja et le Concours général : « Ces rapports représentent non seulement des semaines de vie ardente et aventureuse, mais aussi d’inappréciables compositions françaises, de volumineux devoirs d’histoire ou de géographie, de véritables œuvres d’art par leurs dessins, leurs aquarelles, leurs photographies »8. Cependant, la sélection ne repose pas uniquement sur des aspects scolaires. La désignation du candidat par ses camarades de classe vise à faire émerger les fortes personnalités, ceux que l’on appellerait aujourd’hui des “leaders naturels”. Les résultats scolaires ne sont jamais pris en compte par le jury qui privilégie les qualités morales : l’esprit d’aventure, la curiosité, l’ouverture aux autres, mais surtout le sérieux, la rigueur, le sens du travail et de l’effort. Le journal de voyage et le livre de compte doivent en témoigner. Le boursier Zellidja n’est pas un aventurier qui lâche tout pour partir à la découverte du monde. Il doit faire preuve d’un sens de l’aventure bien tempéré, être raisonnable, appliqué et pragmatique. « On ne demande pas au candidat l’assurance d’une technique, d’un savoir-faire, mais bien plutôt celle d’un savoir être. Les conditions de sa réussite sont l’enthousiasme, la conviction, la sincérité, l’esprit d’initiative, le sens de la mesure, la disponibilité, l’ouverture aux hommes et aux choses, la culture ; autant de qualités qu’il a peu souvent l’occasion de manifester et surtout de mesurer en lui-même. » (Espaces Zellidja, 1960, n° 30, p. 2) Denis Segrestin, dans le cadre de son mémoire de maîtrise de sociologie réalisé en 1967, a cherché à définir un « esprit Zellidja » en identifiant les critères de sélection du jury. Pour ce faire, il a comparé les qualités formelles, la précision des préparatifs, la nature du voyage et les motivations des candidats dans vingt-cinq dossiers refusés, vingt-cinq dossiers de premier voyage acceptés et cinquante rapports de second voyage. Son analyse de contenu révèle que les qualités rédactionnelles, de raisonnement et de maîtrise intellectuels sont plus valorisées que la passion pour les voyages. Les projets retenus mettent au second plan les ambitions d’explorations lointaines pour privilégier un voyage modeste mais bien préparé. Le désir de perfectionnement d’une langue étrangère est rarement évoqué. Les motivations les plus valorisées sont moins la préparation d’un avenir professionnel que le désir d’affermir son caractère, de se « dégourdir », de combattre une timidité ou de « tester sa capacité à assumer sa liberté » (Segrestin, 1967 : 36). Le candidat ne doit pas fait étalage de son érudition mais rechercher un accomplissement de soi authentique, comme le rappelle Louis François : « Ce sont généralement de bons et même de très bons élèves qui sont désignés pour devenir boursiers Zellidja. […] Mais, parfois, des élèves moyens (et même moins que moyens) sont devenus boursiers et lauréats Zellidja, car ils ont trouvé dans le voyage Zellidja une forme d’accomplissement mieux adaptée à leurs personnalités que le travail scolaire » (Espaces Zellidja, 1961, n° 31, p. 47).

9Ainsi, il existe une filiation entre les conceptions éducatives de Jean Walter et « l’éducation particulariste » défendue par les pédagogues réformistes de la fin du XIXe comme Edmond Demolins. Dans À quoi tient la supériorité des Anglo-saxons ?, publié en 1897, il explique qu’il est nécessaire de rompre avec une école publique trop centrée sur la formation intellectuelle et la préparation des fonctionnaires. Il considère également que les familles freinent trop souvent l’émancipation des jeunes et se chargent de leur faire une situation au lieu de leur apprendre à ne compter que sur eux-mêmes. Comme Jean Walter après lui, il entend développer le caractère et la personnalité des jeunes, les confronter à la vie réelle sur le modèle anglais du « self help » (Duval, 2009a). Disciple dissident de Frédéric Le Play, il voulait aussi former une élite d’hommes d’action ascétiques et vigoureux, ayant le sens de l’initiative, capables d’œuvrer pour la paix sociale et d’être utiles pour leur pays. Ces conceptions sont mises en œuvre au sein de l’École des Roches, du Collège de Normandie ou de l’École alsacienne et se prolongent dans le mouvement de l’éducation nouvelle. Elles sont portées par une bourgeoisie d’affaire républicaine, philanthrope, sensible aux questions sociales et scolaires dont Jules Siegfried est un représentant emblématique. Riche propriétaire d’une entreprise de négoce de coton, ministre du Commerce, de l’industrie et des colonies de 1892 à 1893 dans le cabinet d’Alexandre Ribot, initiateur de la loi du 30 novembre 1894 qui encourage la création d’organismes d’habitations à bon marché, fondateur du Musée social, Jules Siegfried a aussi une action importante dans le domaine éducatif. C’est le créateur de plusieurs Écoles supérieures de commerce. Avec son frère Ernest, il est actionnaire de l’École des Roches. En 1903, il préside le conseil d’administration de l’École alsacienne.

Jean Walter et Louis François : un même esprit de réforme

10Le dispositif des Bourses Zellidja n’est inscrit dans aucune réforme du lycée. Pour Louis François, les hauts fonctionnaires du ministère et les universitaires se méfiaient des milieux d’affaires en général et doutaient de la probité de l’architecte en particulier. À la Libération, l’enseignement secondaire demeure très centré sur sa mission d’instruction, peu ouvert au monde extérieur. D’autres bourses ont existé comme les « Bourses autour du Monde », financées par le banquier Albert Kahn entre 1898 et 1931. Mais elles s’adressaient à des adultes déjà sortis du système scolaire puisqu’elles offraient à des jeunes agrégés l’occasion de compléter leur formation en découvrant le monde ; et elles ne mobilisaient ni les services du ministère, ni les établissements. En fait, le succès des Bourses Zellidja résulte de l’action conjointe du fortuné Jean Walter et de l’inspecteur général Louis François. Les affinités qui ont immédiatement émergé entre les deux hommes s’expliquent par des origines sociales et culturelles communes : issus de la bourgeoisie protestante, tous les deux ont reçu une éducation stricte pendant laquelle les voyages ont beaucoup compté. Jean Walter est né le 10 mai 1883 à Montbéliard, où ses parents se sont installés après avoir été expulsés d’Alsace lors de la guerre de 1870. Son père est entrepreneur de travaux publics. Pendant son adolescence, il aurait réalisé plusieurs voyages, seul, à bicyclette, financés par son propre élevage de poulets, son père lui interdisant de solliciter l’aide financière de son entourage familial. Louis François est plus jeune : il est né le 25 août 1904. Il est petit-fils de pasteur. Son père est secrétaire général de la Compagnie de gaz et d’électricité de Lyon. Il est élevé « dans la rigueur et l’exigence d’un père qui portait un vif intérêt aux questions sociales » (Borne & Zweyacker, 2002 : 267). Il considère s’être révélé et émancipé grâce aux voyages souvent éprouvants qu’il réalise, dès 1917, avec son frère cadet Pierre, aux Éclaireurs de France. Au-delà, Jean Walter et Louis François partagent un ensemble de valeurs et de convictions : une ambition réformatrice forte qui s’inscrit dans la lignée des réformateurs de la IIIe République et un souci d’ouverture internationale.

  • 9 Un des rares prêtres catholiques dreyfusards, l’abbé Violet, joue un rôle très actif dans le dévelo (...)

11Jean Walter entre en 1899 à l’École Spéciale d’Architecture (ESA) de Paris, fondée en 1865 par Émile Trélat pour former des bâtisseurs sensibilisés aux questions d’hygiène (Magri, 1999). Pendant la première partie de sa carrière, il fait partie de la « nébuleuse réformatrice » qui, à travers le logement, met en œuvre un patronage discret, marqué par une dépendance moins forte entre l’employeur et l’ouvrier (Topalov, 1999). En 1906, il réalise des logements ouvriers pour les usines Peugeot puis, en 1908, deux cités ouvrières pour les usines Japy près de Belfort. Jusque dans les années 1920, il participe à de nombreux projets portés par cette fibre hygiéniste et sociale. Il édifie plusieurs immeubles pour la Société française des habitations à bon marché qui regroupe de nombreux industriels et hommes politiques alsaciens, dont Jules Siegfried, qui font la promotion du modèle le playsien de logements monofamiliaux privatisés et indépendants (Dumont, 1991 : 181). Pour le compte de l’Habitation familiale, fondée par l’Abbé Jean Viollet9, il édifie le quartier de la Petite Alsace dans le XIIIe arrondissement de Paris, constitué de maisons mitoyennes pour familles nombreuses. À partir de 1911, il se lance dans l’aventure des cités-jardins, lotissements modèles conçus pour répondre aux problèmes sanitaires et sociaux d’extension des villes. Il est architecte en chef de la cité coopérative Paris-Jardins de Draveil, dont il conçoit le plan d’ensemble. Il participe à de nombreux autres projets de ce type en province, notamment au Havre et à Nantes. Il est considéré comme un proche du républicain modéré Alexandre Ribot, qui le nomme en 1913 rapporteur à une conférence des Habitations à bon marché sur les moyens de diminuer les coûts de construction (Aubert et alii, 1984). À partir des années 1930, Jean Walter se spécialise dans l’architecture hospitalière. Il importe des États-Unis le modèle de l’hôpital organisé en blocs verticaux plutôt qu’en pavillons séparés. Avec Urbain Cassan, il édifie l’hôpital Beaujon de Clichy à partir de 1932, puis la cité hospitalière de Lille en 1934 et la Faculté de médecine de Paris en 1937. Fort de cette notoriété, il se tourne vers l’étranger et construit les hôpitaux d’Alexandrie, d’Ankara, de Glasgow, d’Athènes… C’est avec l’exploitation des mines de Zellidja dans le désert marocain, à la frontière avec l’Algérie, qu’il fait véritablement fortune. Après la Seconde Guerre mondiale, il s’associe à des groupes miniers et bancaires américains afin de moderniser la petite laverie mise en place dans les années 1920. Il stabilise le personnel local en créant une cité de 3 000 personnes. Dans les années 1950, la mine produit la moitié du zinc français et devient le deuxième producteur mondial de minerai de plomb (Saul, 2002). En 1954, le journaliste Merry Bromberger dresse son portrait aux côtés d’autres nouveaux grands patrons comme Marcel Bleustein-Blanchet, Paul Ricard, Pierre Lazareff, Aristote Onassis et évalue sa fortune à plus de cent milliards de francs (Bromberger, 1954). Propriétaire du journal Maroc Presse qui défend des positions très anti-colonialistes, Jean Walter aurait financé l’Istiqlal, le parti marocain de l’indépendance (Ferro, 1994 : 394). Les Bourses Zellidja ne correspondent pas au caprice d’un entrepreneur fortuné. Tous les témoignages confirment que Jean Walter leurs apportait une attention particulière. Elles sont plutôt l’occasion pour un homme devenu très riche de mettre en œuvre un projet éducatif porté par des convictions bien ancrées.

  • 10 François (L.), 1937, « Le système d’équipe dans une classe d’histoire et de géographie de lycée de (...)

12Jeune agrégé brillant, Louis François est nommé en 1927 au lycée Thiers de Marseille et se lie d’une amitié forte et durable avec Gustave Monod, qui y enseigne la philosophie. Ils partagent la même passion pour le scoutisme, que Gustave Monod a découvert à l’École des Roches où il a débuté sa carrière. Il y est chef de maison de 1911 à 1914 (Duval, 2009b). Pour les deux hommes, le scoutisme fait figure de modèle pédagogique pour réformer un enseignement secondaire jugé trop formel et trop dogmatique, sans souci du monde extérieur. Louis François considère Baden-Powell comme « le plus grand éducateur de la jeunesse qui ait jamais existé » (entretien réalisé avec Louis François le 13 avril 1995). En 1937 et 1939, il publie deux articles dans la revue du mouvement de l’éducation nouvelle sur la nécessité d’encourager les lycéens à sortir de leur établissement pour mener des enquêtes d’histoire et de géographie10. Officier d’état-major du colonel de Gaulle en mai 1940, il le rejoint à Londres dès 1941. Il s’engage dans le réseau de résistance « Confrérie Notre-Dame » du colonel Rémy avant d’être arrêté sur dénonciation en 1942 et déporté (Borne & Zweyacker, 2002). Nommé inspecteur général en 1945 par Gustave Monod, Louis François est un ardent promoteur des méthodes de pédagogie active. Il développe l’enseignement de l’instruction civique et il participe à la création des « classes nouvelles ». Déjà en 1937, dans les « classes d’orientation », Gustave Monod voulait mettre en place une pédagogie individualisée destinée à aider l’enfant à se révéler à lui-même. En 1946, dans les « classes nouvelles », une nouvelle activité fait son apparition : l’étude du milieu. Cette exploration vivante du monde moderne n’est pas sans affinité avec l’étude demandée au boursier Zellidja. L’ouverture internationale de Louis François est marquée par des convictions idéologiques fortes. De 1946 à 1957, il est secrétaire de la Commission de la République française pour l’Unesco qui œuvre pour le développement de l’alphabétisation, l’aide au développement et la décolonisation. En 1949, Louis François s’investit dans le développement des Clubs de l’Unesco, impulsés par Gustave Monod. Ces organisations périscolaires sont chargées de sensibiliser les jeunes aux idéaux de paix et de justice de l’organisation internationale à partir de débats, d’échanges culturels, d’actions de solidarité. Il fonde la Fédération nationale des clubs de l’Unesco en 1956 et en demeure président pendant vingt-trois ans. Pour Louis François, les Bourses Zellidja ont été une vitrine, un moyen de démontrer l’efficacité de ses principes pédagogiques, une occasion de réformer le système éducatif de l’extérieur, en contournant les résistances d’une partie du corps enseignant. Personnalité charismatique dotée d’une grande vigueur physique et intellectuelle, il a usé de ses relations au sein du ministère, de son prestige de grand résistant, de sa force de conviction, pour rallier le plus grand nombre à l’aventure Zellidja.

Un recrutement marqué par l’élitisme républicain

13Dans les années 1950, les élèves de l’enseignement secondaire représentent une minorité : 4,97 % des jeunes d’une génération obtiennent le baccalauréat en 1950, 6,9 % en 1955 et 10,81 % en 1960 (Prost, 2004). Ils sont principalement issus de la bourgeoisie. Ces lycéens ont d’autant plus de chance d’obtenir une Bourse Zellidja qu’ils ont hérité d’une culture légitime et disposent des compétences pour présenter des dossiers qui seront considérés comme brillants par le jury d’enseignants agrégés. L’annuaire des lauréats réalisé en 1993 indique qu’ils sont nombreux à avoir fréquenté les établissements scolaires les plus exclusifs, dans lesquels se retrouvent les différentes fractions des classes dominantes (Bourdieu & de Saint-Martin, 1978) : Janson-de-Sailly, Louis-le-Grand, Henry IV, Condorcet, Lakanal. Le palmarès du lycée Janson-de-Sailly est éloquent. Entre 1953 et 1960, il a proposé cent-quarante-cinq candidats, trente ont reçu une bourse de premier voyage et sept ont été proclamés lauréats.

14Cependant, l’élite que Jean Walter souhaite constituer n’est pas la simple reproduction d’une élite sociale, parisienne et bourgeoise. La Fondation Zellidja a une ambition nationale et recrute des boursiers dans toute la France. Sur les 999 lauréats recensés dans l’annuaire de 1993, 615 fréquentaient un lycée de province, soit presque les deux tiers. Une petite fiche de présentation, collée sur la page de garde des 201 rapports de second voyage écrits entre 1950 et 1972 et archivés au sein de l’association, indique la profession du père du lauréat au moment de son voyage. Cette simple mention ne permet pas un codage strict des emplois occupés mais révèle tout de même que près des deux tiers des lauréats (62 %) ont un père qui appartient à une catégorie aisée (médecin, avocat, professeur, architecte, ingénieur, chef d’entreprise…). C’est donc plus d’un tiers des lauréats (38 %) qui a un père agriculteur, ouvrier, employé, contremaître, technicien, instituteur. Dans son mémoire de maîtrise, Denis Segrestin s’est intéressé aux effets de l’origine sociale sur la sélection des candidats. Il constate tout d’abord que les fils d’ouvriers et d’employés représentent 33 % des candidats de son échantillon. Ils sont les plus nombreux à se voir refuser une première bourse (44 %), mais ceux qui franchissent cette première étape sont bien représentés dans le groupe des lauréats (36 %) (Segrestin, 1967). D’ailleurs, dès le début des années 1950, Jean Walter met en place la Fondation nationale d’aide aux étudiants chargée d’apporter un soutien matériel aux lauréats les plus modestes. En fonction des ressources de leurs parents, ils peuvent bénéficier de bourses d’études supérieures, cumulables avec celles de l’Éducation nationale ou de prêts d’honneur. Quinze chambres leurs sont réservées dans le pavillon du Maroc que Jean Walter a construit à la Cité universitaire de Paris.

15Ainsi, les Bourses Zellidja paraissent justes car elles fonctionnent selon les principes de la méritocratie scolaire et de l’élitisme républicain. En s’appuyant sur des critères scolaires, elles ont d’abord une fonction de certification et d’agrégation des enfants issus de la bourgeoisie. Le jury sélectionne aussi des candidats moins brillants mais qui présentent des qualités morales et un désir d’accomplissement. Il donne alors toutes leurs chances à des élèves issus de milieux plus modestes qui sont méritants. Pour ces deux populations, le voyage Zellidja n’a pas le même sens. Pour les lauréats issus de la bourgeoisie, il confère une certaine assurance : il donne accès à une autonomie, c’est-à-dire à une capacité à se diriger soi-même, tout en restant dans un cadre très contrôlé. Ceux qui sont issus de milieux sociaux plus modestes ont vécu cette expérience sur le mode enchanté d’une ouverture soudaine des avenirs possibles.

Le voyage Zellidja comme confirmation de soi

16Dans la France des années 1950, le voyage demeure une pratique très discriminée socialement : il ne fait partie que de l’univers culturel des familles aisées. Pour ces enfants, les Bourses Zellidja prolongent des pratiques éducatives qui préparent à l’occupation de positions dominantes. Elles n’introduisent pas de rupture particulière dans la trajectoire : « On est Zellidja, on ne le devient pas », disent-ils. Les familles vont d’autant plus valoriser cette expérience qu’elle ne s’oppose pas à la formation scolaire. Pour ces lauréats, les voyages en solitaire marquent la fin de l’enfance, l’accès à l’autonomie. Ils procurent une ouverture d’esprit, un attrait pour l’étranger qui encourage la réalisation de carrières internationales. C’est le cas pour Jean-Claude qui appartient à une famille de fonctionnaires. Son père est commissaire de police. Les Bourses Zellidja sont une première étape importante de son ouverture au monde. Devenu contrôleur d’État, il réalise une carrière marquée par une forte dimension internationale.

17Jean-Claude est au lycée Buffon de Paris quand, en 1952, il découvre les Bourses Zellidja. Pour lui, ce n’était pas un voyage comme les autres. Il avait déjà voyagé avec ses parents, fait quelques séjours linguistiques, mais n’était jamais parti seul. Il a vécu cette expérience sur un mode initiatique : « Il y avait un côté vraiment initiatique de la solitude, de la recherche et dans un monde qui était différent. Les exigences de voir, de regarder et de rapporter, je pense que c’est quelque chose qui est très fort. C’est à la fois une contrainte et un moyen de découvrir le monde par soi-même qui n’existe pas dans un voyage de type touristique et a fortiori dans un voyage où on est traîné par ses parents dans les musées d’Europe ». Cependant, cette rupture avec son milieu familial était largement tempérée par le fait que son voyage était très préparé et que ses parents conservaient sur lui un certain contrôle à distance. Par exemple, il embarquait sur un cargo appartenant à un ami de ses parents. Dans le même sens, les exigences du voyage Zellidja l’inscrivaient dans le prolongement de la formation scolaire. « On vous pousse à une certaine forme d’aventure mais avec des limites tout à fait précises. Il faut bien rester dans le cursus scolaire et universitaire et ne pas en sortir. Donc, il faut essayer d’échapper à ses parents mais respecter complètement les lois de la promotion sociale. La contradiction est perpétuelle. » Après son baccalauréat, Jean-Claude s’inscrit à l’École libre des sciences politiques, à la Faculté de droit puis réussit le concours de l’École nationale d’administration. Il a réalisé la plus grande partie de sa carrière de contrôleur d’État au ministère de l’Économie et des finances où il s’est spécialisé dans le secteur pétrolier. Cela l’a conduit à développer de nombreuses relations internationales avec les représentants de sociétés et d’états producteurs de pétrole. Il a également été pendant deux ans ambassadeur de France en Afrique.

18La solitude oblige le boursier Zellidja à aller vers l’autre, à prendre des initiatives mais aussi à ne compter que sur lui-même. Les épreuves qu’il rencontre lui font prendre conscience de ses capacités à réussir des entreprises difficiles. Elles attirent vers de nouveaux projets et confortent la confiance en soi. Le titre de lauréat ouvre également les portes d’un réseau d’entraide qui fonctionne comme un capital social. À ce titre, Serge est en quelque sorte l’archétype du lauréat Zellidja. C’est un homme d’action, un entrepreneur qui aime relever les défis difficiles. Il est né en 1935 et passe toute son enfance « à l’ombre de l’usine » de Boulogne-Billancourt puisque son père, ingénieur diplômé des Arts et Métiers, travaille chez Renault. Il devient lui aussi ingénieur et réalise une carrière très riche de créateur et de directeur d’usine.

19Les premiers contacts de Serge avec les Bourses Zellidja remontent à une visite de l’inspecteur François dans sa classe de terminale au lycée Claude Bernard de Paris. D’emblée, il est conquis par ce projet dans lequel il se reconnaît. « De toute façon, ce n’est pas Zellidja qui crée le lauréat. Pour moi, Zellidja ne fait que le révéler. On l’est ou on ne l’est pas dans ses tripes. Par contre, on peut le révéler ou ne pas le révéler. C’est comme un grand chef d’orchestre. Je ne crois pas que c’est le fait de faire des études de musique qui crée un grand chef d’orchestre. » Il réalise son premier voyage au Danemark, qu’il rejoint en stop. Il y étudie le système scolaire et les loisirs de la jeunesse. L’année suivante, il s’inscrit en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand avec l’objectif d’intégrer l’École nationale supérieure des industries agricoles alimentaires (ENSIA). Il oriente donc son second voyage Zellidja sur l’étude de l’industrie laitière au Canada. Cependant, les aléas du voyage en cargo le conduisent à nouveau au nord de l’Europe. Au gré de ses rencontres avec un journaliste, un professeur de français, il découvre un petit territoire très bien exploité sur le plan agricole. Il en réalise une étude approfondie qui sera publiée à la Documentation française. Cette expérience le conforte dans son orientation professionnelle. Serge considère que les voyages Zellidja lui ont permis de s’ouvrir aux autres et d’oser se lancer dans des entreprises difficiles. « Après ça, dans ma carrière, j’ai été innovant, j’ai fait des inventions, j’étais réputé pour avoir de l’allant, pour résoudre les difficultés. J’ai fait des trucs assez importants et c’est Zellidja qui m’a appris à ne pas m’arrêter à la première difficulté. » Après son service militaire, il trouve un poste dans une usine de fabrication de fromage. Il en devient rapidement directeur de production puis directeur général. Après quelques années, alors qu’il cherche un autre emploi, il est contacté par un lauréat Zellidja qui lui propose d’intégrer une petite équipe qui débute dans le secteur pharmaceutique : « Je suis devenu directeur, il était mon PDG : on était une équipe Zellidja ». Ensemble, ils créent une usine qui connaît une croissance rapide et possède aujourd’hui une renommée internationale dans le domaine du médicament.

Le voyage Zellidja comme ouverture des possibles

20Dans les années 1950 et 1960, les enfants issus de catégories moyennes et populaires doivent leur présence dans les établissements secondaires à un surcroît de rigueur, d’application et de bonne volonté (Bourdieu, 1974). Les Bourses Zellidja, épreuve à la fois solitaire et prestigieuse, sont ajustées à leurs aspirations de reconnaissance et d’ascension sociale. Quand il clôt une enfance vécue douloureusement, jugée terne et banale, le voyage Zellidja devient une libération, un relâchement des pesanteurs et des contraintes ; il symbolise une renaissance, un élargissement soudain des horizons, qui se traduit par « un désir de voir le monde ». Les lauréats décrivent alors le sentiment d’une rupture profonde dans le déroulement de leur existence. Cette expérience offre également l’occasion de faire reconnaître des capacités qu’ils avaient le sentiment de ne pas parvenir à exprimer autrement. Une position dominée dans la fratrie, de mauvais résultats scolaires voire un redoublement sont perçus comme une profonde remise en cause des aspirations qu’ils portent. Les gratifications symboliques que procure la Fondation et l’ouverture des possibles qu’elle suscite interviennent comme une compensation, une autre façon d’accomplir leurs espoirs d’ascension sociale. C’est le cas pour José, dont le grand-père était maréchal-ferrant et dont le père, titulaire du certificat d’études primaires, a fait une carrière de fonctionnaire communal : d’abord employé de mairie, il s’est élevé « à la force du poignet » pour devenir secrétaire général de mairie dans une commune de 50 000 habitants. José a vécu une scolarité chaotique mais les voyages Zellidja l’ont rassuré sur ses capacités. En réussissant le concours d’attaché préfectoral, puis de chef de cabinet, José prolonge la trajectoire familiale ascendante au service de l’État. Après avoir été préfet de police départemental pendant trois ans, il finit sa carrière comme préfet hors-cadre au ministère de l’Intérieur.

21José est né en 1932. C’est l’aîné d’une famille de trois enfants. Il n’a jamais eu l’occasion de voyager avec ses parents mais il a été plusieurs années Éclaireur de France. Il découvre les Bourses Zellidja alors qu’il vit comme un drame son redoublement en classe de première. Outre l’échec qu’il représente, ce redoublement le conduit à être dans la même classe que son frère de dix-huit mois son cadet, qui fait une scolarité brillante et entretient une certaine rivalité avec lui. « Quand j’ai échoué à ma première, je me suis retrouvé avec lui. Surtout que c’était un petit lycée, il n’y avait pas trente-six sections. Je crois que c’était une erreur de me faire redoubler... Il faut faire attention... Je voulais me suicider... Je voulais rentrer dans les Ordres... J’ai vécu très durement ce redoublement, cet échec... de me retrouver avec mon frère qui est très taquin. […] J’ai été très mortifié de devoir redoubler... » Sa candidature à la bourse de voyage devient l’occasion pour lui de faire reconnaître des capacités qui ne sont pas valorisées par le système scolaire et surtout de se distinguer de son frère. « Quelque part, c’était échapper à mon milieu familial, échapper à la compétition avec mon frère et montrer que j’avais d’autres atouts. » Pour son premier voyage, il étudie l’habitat rural dans le nord de l’Italie. Son second voyage est plus personnel : marqué par l’expérience communiste, il part pendant l’été 1952 en Yougoslavie examiner les problèmes ethniques, ce que tout le monde lui déconseille de faire. Cette expérience est décisive : « J’ai eu 20 ans dans la grange d’une ferme en Slovénie… J’ai eu 20 ans là… Je m’en rappelle […] Il y a quelque chose qui s’est révélé là, chez moi, avec les voyages Zellidja ». Il décide alors de s’engager dans une carrière de diplomate et s’inscrit à la Faculté de droit. Finalement, après un service militaire de vingt-huit mois en Algérie, il réussit le concours d’attaché préfectoral et demande un premier poste en Martinique : « Ce départ à la Martinique a surpris ma famille, mes amis… Mais être candidat là-bas était dans le droit fil de mon désir d’aventures, de mon désir de partir et de voir le monde ». Des raisons familiales le ramèneront en métropole où il fera toute sa carrière. Il se souvient que, finalement, son père était très fier qu’il soit Lauréat Zellidja : « Alors, il voulait toujours... Qu’est-ce qu’il me cassait les pieds ! […] Quand j’envoyais mes CV, il me disait : “tu n’as pas mis que tu es lauréat Zellidja” – “Personne ne connaît” – “Mais si, je te dis. Ne mets pas seulement : licencié en droit ; mets : lauréat des Bourses nationales Zellidja”. Alors, pour lui faire plaisir, je mettais ça ».

Conclusion

22Dans les années 1950 et 1960, les Bourses Zellidja rencontrent un indéniable succès. Plus de 1300 dossiers de candidature, émanant de 250 lycées français, parviennent chaque année au ministère de l’Éducation nationale. Pour en arriver là, le dispositif mis au point par Jean Walter et Louis François a construit sa légitimité en mobilisant deux catégories de population. Il obtient l’assentiment des familles bourgeoises en tempérant les ardeurs adolescentes par des exigences de nature scolaire et en faisant de cette expérience une épreuve prestigieuse, associée au concours général. Ensuite, dans la logique de l’école méritocratique, les bourses de voyage participent à la promotion sociale des enfants issus de familles moyennes et populaires. Elles valorisent leurs compétences de débrouillardise et les mettent en relation avec le monde du travail, ce qui est inédit dans l’enseignement secondaire de l’époque.

23Pour Ludivine Bantigny, l’idéologie des Bourses Zellidja « est explicitement tournée contre les principes de l’enseignement scolaire » (Bantigny, 2005 : 277) dans la mesure où elles privilégient l’éducation sur l’instruction, le caractère sur l’intelligence. Il est vrai que cette initiative est justifiée par une critique franche de l’enseignement secondaire public, que l’on retrouve dans la création des établissements privés du XIXe siècle. Cependant, cet antagonisme mérite d’être tempéré dans la mesure où ce sont surtout des critères scolaires qui président à l’attribution des bourses. De plus, comme le souligne Ludivine Bantigny, elles s’inscrivent dans le cadre des tentatives de réforme des années 1936-1939 et de l’après-guerre qui visent à atténuer la frontière entre le lycée et le monde extérieur. Les Bourses Zellidja représentent une réforme de l’extérieur dans le sens où il s’agit moins de faire entrer de nouvelles préoccupations dans les programmes ou de créer des classes nouvelles, que de permettre aux jeunes les plus méritants de sortir du lycée, de compléter leur formation par une plus grande ouverture sur le monde. Ainsi, ces bourses développent un ethos constitué d’une curiosité, d’une plus grande sensibilité internationale qu’il faut différencier du cosmopolitisme des grandes familles possédantes. Les voyages que réalise le jeune héritier de la haute finance depuis le XVIe siècle développent ses capacités à échanger et à circuler. Il s’intègre ainsi à des réseaux familiaux denses en incorporant un ensemble de valeurs idéologiques. Cette petite élite cosmopolite se construit avec le sentiment d’être en dehors du national, de ne pas appartenir à un pays mais d’être citoyen du monde (Wagner, 2005). Au contraire, les Bourses Zellidja visent plutôt à préparer une élite intellectuelle, technique et managériale (constituée d’ingénieurs, de scientifiques mais aussi de diplomates, de journalistes…) à une carrière qui intègre une dimension internationale tout en conservant un ancrage national fort.

Haut de page

Bibliographie

Aubert (J.-L.), Audibert (P.), Bianchi (S.) & Rapoport (E.), 1984, Histoire d’un domaine, du château ségnieurial de Draveil à la coopérative Paris-Jardins, Draveil, Association des Amis de l’histoire du château de Draveil et de la cité coopérative Paris-Jardins.

Bantigny (L.), 2005, « De la modernité dans le lycée des années 1950. L’adaptation de la culture lycéenne au “monde moderne” », in P. Caspard, J.-N. Luc & P. Savoie (dirs.), Lycées, lycéens, lycéennes, deux siècles d’histoire, Paris, Institut national de la recherche pédagogique, pp. 269-281.

Borne (B.) & Zweyacker (A.), 2002, « Louis François, 1904-2002 », in J.-P. Rioux (dir.), Deux cents ans d’Inspection générale, 1802-2002, Paris, Fayard, pp. 267-286.

Bourdieu (P.), 1974, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, n° XV, pp. 3-42.

Bourdieu (P.) & De Saint-Martin (M.), 1978, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 20-21, pp. 3-75.

Bromberger (M.), 1954, Comment ils ont fait fortune, Paris, Plon.

Buisson-Fenet (H.) & Landrier (S.), 2008, « Être ou pas ? Discrimination positive et révélation du rapport au savoir. Le cas d’une “prépa ZEP” de province », Éducation et Sociétés, n° 21, pp. 67-80.

Chapoulie (J.-M.), 2005, « Entre le lycée d’élite et le lycée de masse, Paul Langevin et Gustave Monod », in P. Caspard, J.-N. Luc & P. Savoie (dirs.), Lycées, lycéens, lycéennes, deux siècles d’histoire, Paris, Institut national de la recherche pédagogique, pp. 145-157.

Demolins (E.), 1897, À quoi tient la supériorité des Anglo-saxons ?, Paris, Firmin-Didot & Cie, (réédité en1998, Paris, Anthropos).

Dumont (M.-J.), 1991, Le logement social à Paris. 1850-1930 : les habitations à bon marché, Liège, Mardaga.

Duval (N.), 2009a, « Le Self-help transposé en milieu français : l’École des Roches et ses élèves (1899-2009) », Histoire, Économie et Société, n° 4, pp. 69-84.

Duval (N.), 2009b, L’école des Roches, Paris, Belin.

Ferro (M.), 1994, Histoire des colonisations, des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècles, Paris, Seuil.

Magri (S.), 1999, « La réforme du logement populaire : la société française des habitations à bon marché, 1889-1914 », in C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, École des hautes études en sciences sociales, pp. 239-268.

Mons (N.), 2008, « Élites scolaires, inégalités sociales et renouveau des filières dans l’école moyenne : une comparaison internationale », Éducation et Sociétés, n° 21, pp. 17-32.

Nogueira (M.-A.) & Aguiar (A.), 2008, « La formation des élites et l’internationalisation des études : peut-on parler d’une “bonne volonté internationale” ? », Éducation et Sociétés, n° 21, pp. 105-119.

Prost (A.), 2004, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation. Tome IV : depuis 1930, Paris, Perrin.

Saul (S.), 2002, « La société des mines Zellidja apprivoise l’américanisation », in D. Barjot & C. Réveillard (dirs.), L’américanisation de l’Europe occidentale au XXe siècle. Mythe ou réalité, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, pp. 172-195.

Segrestin (D.), 1967, Les boursiers Zellidja. Analyse de contenu, Mémoire de maîtrise en sociologie, Document dactylographié, Archives de l’Association des Lauréats Zellidja.

Topalov (C.) (dir.), 1999, Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Verdes-Leroux (J.), 1978, Le travail social, Paris, Minuit.

Verneuil (Y.), 2003, « Valeurs et combats de la société des agrégés depuis 1914 », Vingtième siècle, n° 77, pp. 69-84.

Wagner (A.-C.), 2005, « Les élites managériales de la mondialisation : angles d’approche et catégories d’analyse», Entreprises et histoire, n° 41, pp. 15-23.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Jean Zay à Jean Walter datée du 27 mars 1939. Archives de l’Association des Lauréats Zellidja.

2 Extrait d’un texte de Jean Walter intitulé « L’esprit des Bourses Zellidja », souvent cité dans la revue Espaces Zellidja en 1960, 1961, 1962. Il date vraisemblablement de la fin des années 1940.

3 Le premier prix dit « du président de la République », créé par Vincent Auriol en 1950, est récompensé d’une somme de 100 000 francs.

4 Lettre de Jean Walter adressée au ministre de l’Éducation nationale le 6 décembre 1948. Archives de l’Association des Lauréats Zellidja.

5 Il est président de la Société des Agrégés (1951-1954), directeur du cabinet du ministre de la Fonction publique René Billères en 1954, avant d’être directeur adjoint du cabinet de René Billères, devenu ministre de l’Éducation nationale en 1956 (Verneuil, 2003).

6 Robert Blanchon (1919-2001) sera nommé inspecteur général en 1973.

7 En 1948, Yves Brunsvick seconde le secrétaire général de la Commission française de l’Unesco : Louis François. Il est nommé secrétaire général à partir de 1958.

8 Discours prononcé par Louis François à la Sorbonne en 1948 paru dans Espaces Zellidja, 1962, n° 34-35, p. 16.

9 Un des rares prêtres catholiques dreyfusards, l’abbé Violet, joue un rôle très actif dans le développement de l’assistance sociale et le mouvement familial (Verdès-Leroux, 1978).

10 François (L.), 1937, « Le système d’équipe dans une classe d’histoire et de géographie de lycée de garçons », L’information pédagogique, n° 2 ; François (L.), 1939, « Les enquêtes géographiques », L’information pédagogique, n° 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Passavant, « Réformer les lycées français de l’extérieur », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 9 | 2010, 179-195.

Référence électronique

Éric Passavant, « Réformer les lycées français de l’extérieur », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cres.revues.org/461

Haut de page

Auteur

Éric Passavant

Sociologue, UFR STAPS, Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP – UMR 6054), Université de Picardie Jules Verne. eric.passavant@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org