Navigation – Plan du site
Hors-thème

Détenteurs et voleurs du savoir

Changements et diversité des relations maître/apprenti dans un artisanat marocain
Withholding and stealing knowledge. Change and variability of master/apprentice relations among Moroccan artisans
Baptiste Buob
p. 197-217

Résumés

Dès les débuts du XXe siècle, la littérature scientifique traitant du Maroc a pris pour habitude de décrire la relation qui s’instaure entre enfants et adultes dans l’artisanat à travers le prisme de l’exploitation. Fondées sur une réalité manifeste, certaines de ces analyses brossent cependant un tableau d’une trop grande partialité : en excluant certaines caractéristiques de la relation d’apprentissage, ces travaux donnent à penser une situation toujours dramatique et inadmissible, une situation dans laquelle les activités des adultes se font systématiquement contre celles des enfants. À partir du cas de la dinanderie de Fès, la présente réflexion propose de nuancer ce propos en traitant successivement de deux situations d’apprentissage coexistantes  : d’une part, une forme de transmission sous-tendue par l’acquisition de savoir-faire complexes propre à une ethnothéorie de l’apprentissage qui déborde largement les frontières de l’artisanat marocain  ; d’autre part, l’apprentissage d’un travail ouvrier mobilisant de façon mécanique des savoir-faire aisés à acquérir et mettant en lumière les transformations socioéconomiques qui se sont largement opérées dans le milieu artisanal.

Haut de page

Texte intégral

1Dès les débuts du XXe siècle, la littérature scientifique traitant du Maroc a pris pour habitude de décrire la relation qui s’instaure entre enfants et adultes dans l’artisanat à travers le prisme de l’exploitation. Hormis dans les écrits incontournables sur l’artisanat marocain, tels ceux de Massignon (1924), Mathias (1963) ou Le Tourneau (1965) –lesquels, d’ailleurs, n’abordent pas directement la question de l’enfance et de l’apprentissage–, est toujours mobilisée l’idée que les artisans exploitent les enfants. Ainsi, dès le début du siècle, Prosper Ricard (1924) considère que les patrons prolongent la durée de la formation des apprentis afin de profiter des surplus qu’ils dégagent ; les apprentis ne recevant que quelques primes –« un “fabor” irrégulier et tout à fait arbitraire » (Hardy & Brunot, 1925 : 71)– formeraient alors une main-d’œuvre bon marché abusivement exploitée par les maîtres artisans. Le maintien de cette relation inégalitaire serait entretenu par des stratégies obvies des détenteurs du savoir qui empêcheraient les apprentis d’accéder aux savoirs techniques : le maître est décrit comme un individu peu enclin à montrer toutes les ficelles du métier (El Khyari, 1983 : 41) et qui inscrit son savoir sous le sceau du secret et le protège par le silence (Gérard, 2005 : 174). Pour garantir cette rétention des savoirs, les apprentis seraient alors sciemment relégués à la réalisation de corvées sans lien direct avec la transformation effective des objets ; autrement dit, leurs activités s’apparenteraient davantage à de l’emploi domestique qu’à de l’emploi ouvrier (Mejjati-Alami, 2002). Enfin, la soumission et l’obéissance exacerbées –voire les violences– que certains détenteurs du savoir imposent à leurs apprentis est un trait culturel grâce auquel les premiers peuvent dominer les seconds (Schlemmer, 2006).

2L’analyse en termes de rapports d’exploitation qui traverse la plupart de la littérature du XXe siècle sur le sujet (les travaux récents y souscrivent bien moins), tient à ce que ces études portant sur les enfants présents dans l’artisanat marocain ne sont pas “neutres” : il y est toujours question de viser, non sans raisons indiscutables, une amélioration de la situation de ces enfants ; on étudie la violence dans l’apprentissage, les échecs de la transmission, etc. Fondées sur une réalité manifeste, et nécessaires pour espérer améliorer le respect du droit des enfants au Maroc, certaines de ces analyses, abusivement sujettes à la généralisation, brossent cependant un tableau d’une trop grande partialité : en excluant certaines caractéristiques de la relation d’apprentissage, ces travaux donnent à penser une situation toujours dramatique et inadmissible, une situation dans laquelle les activités des adultes se font systématiquement contre celles des enfants. Le modèle de l’employeur “paternaliste” imposant son autorité et ayant abandonné toute bienveillance protectrice –à l’image de certaines formes altérées de paternalisme décrites par Alain Morice (1996 : 285)– a été mobilisé de façon parfois trop hâtive pour décrire la figure du maître artisan marocain.

3L’ethnologue engagé dans une expérience de terrain remarquera, en outre, que les travaux considérant les activités artisanales au Maroc, et a fortiori ceux qui portent sur les relations qui s’y déploient entre enfants et adultes, ont tendance à traiter de l’artisanat en général, comme si ce domaine socioéconomique avait une cohérence cimentée par une organisation commune. Pourtant, les formes prises par l’artisanat, et parfois dans un même artisanat, sont très variées. Dans une ville comme Fès, chaque artisanat a une structure technique, des modes de recrutement et des procédés de fabrication qui lui sont particuliers.

4À partir de l’analyse de quelques éléments d’ethnographie sur la dinanderie de Fès (Buob, 2009), la présente réflexion part de l’hypothèse que, d’une part, différents schémas de production coexistent dans un même artisanat en apparence homogène, et que, d’autre part, ces différents schémas correspondent à des représentations différentes de l’éducation et des pratiques du travail des enfants. Ainsi, il est possible de distinguer d’emblée les « enfants placés » des « enfants salariés » (Morice, 1996 : 285-286) dans les ateliers. Ces deux modèles correspondent respectivement à celui de l’enfant confié à un atelier en vue de la formation professionnelle par apprentissage et à celui de l’enfant qui est rétribué pour les tâches qu’il effectue dans un atelier. Après une première partie présentant brièvement l’organisation de la dinanderie, tout en mettant en lumière les transformations socioéconomiques qui se sont largement opérées dans le milieu de l’apprentissage artisanal, je traiterai successivement de ces deux situations d’apprentissage coexistantes : d’une part, le cas de l’enfant placé, s’apparentant à une forme d’apprentissage sous-tendue par l’acquisition de savoir-faire complexes, propre à une ethnothéorie de l’apprentissage qui déborde largement les frontières de l’artisanat marocain ; d’autre part, le cas de l’enfant salarié, correspondant à l’apprentissage d’un travail ouvrier mobilisant de façon mécanique des savoir-faire aisés à acquérir.

La dinanderie fassie, du luxe à l’usine1

  • 1 Pour une présentation plus détaillée de l’histoire et de la situation socioéconomique de la dinande (...)

5La connaissance actuelle de l’organisation de l’apprentissage dans l’artisanat marocain s’appuie sur des écrits datant du protectorat français (1912-1956). Or, il est utile de mettre en garde vis-à-vis de ces sources historiques. Tous les auteurs reconnaissent que les corps de métiers artisanaux au Maroc n’ont jamais eu de responsabilité directe dans l’encadrement de l’apprentissage et il est désormais admis que le passage du statut d’apprenti à celui d’ouvrier, ou d’ouvrier à maître, ne faisait l’objet d’aucun rite de passage. Cependant, un seul indice suffit à jeter le doute sur de telles affirmations et souligne les précautions qui doivent entourer la consultation des sources historiques. Tandis que tous les auteurs constatent que le chef-d’œuvre ne fait pas partie des pratiques artisanales marocaines, Louis Massignon (1924 : 139, note 1) évoque son existence lorsqu’il décrit un rite qui inaugure l’accession de l’apprenti au rang d’ouvrier : « Repas précédé de la récitation de la [sourate de la] fatiha après présentation par le récipiendaire […] d’un chef-d’œuvre (naguère chez les Saffârin de Fès) ».

6Les « saffârin » évoqués par Louis Massignon sont justement les ancêtres des dinandiers auprès desquels j’ai effectué mon enquête. Ils sont plus exactement leurs “ancêtres techniques”, et non pas leurs aïeux, car les familles des quelques dinandiers qui œuvraient au début du XXe siècle ont quitté la profession depuis longtemps. D’ailleurs, ils ne sont pas désignés par la même dénomination : les dinandiers actuels sont appelés « swainiya » en référence à leur spécialisation dans la fabrication de plateaux à thé (swani), tandis que les dinandiers d’antan étaient appelés « saffârin » en référence au laiton (sfar), leur matière première. Les rares Fassis d’origine encore en lien avec la dinanderie sont des grands commerçants. Les activités matérielles sont exercées par des populations aux origines rurales diverses dont la venue compensa l’exode de l’élite urbaine fassie vers Casablanca, qui a pris beaucoup d’ampleur dans les années 1940 (Fejjal, 1995 : 418).

7Du point de vue de l’organisation de la profession et des techniques de fabrication, la dinanderie actuelle a peu de traits communs avec celle du début du XXe siècle. Lorsque le protectorat français est établi au Maroc, les dinandiers alimentent principalement le marché du luxe et de l’architecture monumentale (cabarets, aiguières, lustres, portes de médersa et de mosquées, etc.). Mais très rapidement, avec la déstructuration de l’instance locale de contrôle des métiers, la hisba (Zirari-Devif, 1996), puis la naissance dans les années 1940 de l’industrie locale de production des ustensiles du thé, jusqu’alors exportés au Maroc par les Européens, la dinanderie va changer totalement de visage. Le nombre de ses membres est passé de quelques dizaines au début du XXe siècle à plusieurs milliers aujourd’hui.

8L’entrée dans la profession n’est pas héréditaire (des artisans que j’ai rencontrés, aucun n’avait de parents ayant travaillé dans la dinanderie !). Les activités fassies de transformation du laiton forment donc un cas particulier dans un ensemble d’artisanats qui, quant à lui, « est encore aujourd’hui largement affaire d’héritage » (Gérard, 2005 : 170).

  • 2 Le terme “dresseur” sert à traduire le terme arabe wuqqaf qui ne possède pas d’équivalent direct en (...)
  • 3 La dinanderie se caractérise par une très grande modularité et une extrême flexibilité qui lui perm (...)

9Dans la dinanderie, avec la mécanisation des procédés de fabrication, la parcellisation des tâches et la division du travail, l’activité s’est industrialisée en partie et s’est structurée sur le mode de la sous-traitance généralisée. La mainmise économique d’une poignée d’acteurs maintient l’intégralité des autres travailleurs dans une situation extrêmement difficile et nombre d’entre eux vit sous le seuil de pauvreté. Être dinandier aujourd’hui, c’est avant tout exercer une activité spécialisée participant de la confection des objets. Le dinandier n’est pas un artisan capable de fabriquer un objet de façon intégrale, mais il est coupeur, ciseleur, poinçonneur, lamineur, planeur, soudeur, repousseur au tour, dresseur2, braseur, etc., et ne change jamais de domaine technique. Chaque dinandier travaille au sein d’un atelier spécialisé dans une seule phase de transformation ou au sein d’une manufacture regroupant diverses phases mécanisées. Lorsque l’activité bat son plein, les dinandiers sont plusieurs milliers à œuvrer dans plus de six cents espaces de travail3. Ces espaces de travail sont atomisés dans la ville. Ainsi, un objet en cours de fabrication peut parcourir plusieurs centaines de mètres entre les différents espaces de travail où s’effectuent des phases de transformation successives.

10Dans ce système technique aux énormes ramifications, il est possible de distinguer les activités qui relèvent d’un “artisanat ancien” et d’autres d’un “artisanat modernisé” ; cette opposition n’est pas pour autant marquée par une segmentation spatiale ni par des circuits de production distincts. La ciselure et la mise en forme de plateaux à l’aide d’un maillet (l’activité des dresseurs) se différencient de toutes les autres spécialités, non seulement par leur caractère strictement manuel mais aussi par la nature complexe des savoir-faire qu’elles mobilisent. Tandis que la plupart des dinandiers répètent inlassablement les mêmes gestes mécaniques, le ciseleur et le dresseur pratiquent des opérations variées nécessitant des capacités d’abstraction et de création qui les rangeraient davantage du côté des artistes que de celui des ouvriers.

11Cette cohabitation de savoir-faire dans un système technique hybride s’accompagne de relations d’apprentissage très différentes. En effet, on peut distinguer la nature de l’apprentissage en fonction de l’activité exercée par l’atelier auquel les enfants sont attachés : certains impliquent un savoir-faire élaboré, d’autres n’exigent que des compétences parcellaires. Les relations d’apprentissage propres aux ateliers de ciselure et de dressage –voire de fonderie– sont très différentes de celles qui s’observent dans les ateliers mécanisés de la dinanderie.

12D’un côté, s’observent des activités anciennes fondées sur le travail manuel et la mobilisation de savoir-faire complexes. En effet, dans les espaces où s’effectue ce type d’activités se trouvent les rares “enfants placés” vivant des situations qui correspondent encore à un mode de transmission/acquisition des savoirs propre à la société artisanale fassie ; les artisans y œuvrant expriment aujourd’hui une ethnothéorie de l’éducation et de l’apprentissage susceptible de donner un éclairage sur la manière dont s’effectuait et se maintient aujourd’hui encore un mode de transmission ancien. D’un autre côté, s’observent des activités mécanisées fondées sur le travail simple, répétitif et parcellisé. Dans ces espaces, il convient davantage de parler de travail de mineurs que de relations d’apprentissage pour qualifier la situation des “enfants salariés” qui s’y rencontrent.

  • 4 Sur les récits stéréotypés concernant l’apprentissage, voir Sigaut (1991).

13Ainsi se dessinent les deux modalités de l’apprentissage professionnel qui coexistent dans la dinanderie et dont chacune est étayée par des discours spécifiques qui, bien que stéréotypés4, sont validés par les éléments d’ethnographie collectés sur le terrain.

De la rétention à la prédation des savoir-faire

14Dans les anciens artisanats, la transmission des savoirs n’est pas formalisée. Dans le cadre d’un apprentissage qui ne fait pas appel à des documents écrits, la transmission s’effectue oralement. Mais le mode de transmission par guidage –voire par démonstration gestuelle– est très rare dans la dinanderie (je ne l’ai observé qu’une seule fois au cours de six mois passés sur le terrain). Ici, point d’enseignement didactique : jamais, ou très rarement, les paroles et les actions d’un travailleur confirmé ne sont destinées à transmettre un tour de main ou un geste technique à un apprenti.

15Ce mode de transmission, de plus en plus rare (infra), se caractérise principalement par l’imprégnation, l’imitation et l’acquisition progressive des savoir-faire. Il s’agit d’une formation “sur le tas” conditionnée par les facultés d’observation et d’assimilation des apprentis. Au début, ceux-ci se contentent d’observer les gestes des travailleurs confirmés de l’atelier, ensuite, ils effectuent quelques opérations simples, pour finalement accéder aux opérations les plus ardues.

La rétention des savoir-faire et leur dévoiement

16Dans les ateliers manuels de la dinanderie, la transmission n’est pas facilitée par les travailleurs confirmés ; divers modes de rétention des savoirs sont utilisés. Les témoignages et les observations confirment le fait que l’imprégnation et l’imitation sont contrariées, qu’il existe indéniablement une « pédagogie de la privation  » pour reprendre l’expression proposée par Sven Steffens (2001 : 125). Cette forme de rétention des savoirs est souvent interprétée comme étant une stratégie employée par les patrons pour prolonger le plus possible la période d’apprentissage et s’assurer la présence d’une main-d’œuvre presque gratuite, génératrice de bénéfices directs. Ce type d’explication omet de considérer que, dans certains artisanats, notamment dans la dinanderie, la préoccupation première d’un maître artisan est d’assurer la survie de son entreprise dans un contexte de concurrence généralisée dénué d’instance de contrôle.

17Depuis le début du XXe siècle, la capacité de contrôler le respect des secrets de fabrication et la qualité des objets, notamment par l’interdiction des contrefaçons, s’est effritée avec la désagrégation du système de la hisba. De nos jours, un artisan peut créer un atelier et investir dans sa propre production avec plus d’aisance. Les dinandiers déplorent que des apprentis devenus trop hâtivement ouvriers puis maîtres créent un atelier au sein duquel ils avilissent les techniques acquises lors de leur apprentissage. Ainsi le refus de transmettre est l’un des remparts parfois érigé contre toute forme de dévoiement du savoir-faire.

« Le problème est que, lorsque le jeune quitte l’atelier pour travailler indépendamment, il va simplifier les décorations. Il va fabriquer des pièces vulgaires qui seront vendues à 5 dirhams, tandis que moi je fais de l’art et je vends la pièce à 20, 30 ou 50 dirhams. Il y a des jeunes qui, sans avoir suffisamment appris le métier, sortent de chez moi pour faire leur propre atelier, où ils travaillent avec six ou sept employés. Ces jeunes pensent avoir achevé leur apprentissage alors qu’ils n’ont pas acquis suffisamment de savoir-faire, ils ne connaissent pas tous les secrets du métier, ni le métier dans son ensemble. » (Hassan, ciseleur)

18Cette critique adressée à nombre de jeunes maîtres est souvent justifiée. La standardisation du travail et la faiblesse des salaires des artisans les poussent à s’émanciper au plus vite de la dépendance de leur patron formateur et à créer leur propre atelier. Ces artisans sont loin de correspondre à l’image du dinandier décorateur qui, grâce à une indéniable capacité d’abstraction et à une connaissance parfaite des règles géométriques, est à même de ciseler sur le laiton des décors qu’il a lui-même imaginés. Dans un tel contexte, on comprend qu’un artisan prenne de nombreuses précautions avant de transmettre un savoir qu’il considère comme sa propriété ; cette assimilation du savoir-faire à une propriété et la rétention concomitante ne sont pas, loin de là, propres au Maroc : en Europe, les exemples comparables sont nombreux, tant au XIXe (Steffens, 2001) que plus récemment (Sigaut, 1991). Le maître doit avant tout avoir confiance en l’apprenti, être persuadé qu’il ne nuira pas au travail de son atelier et s’assurer qu’il sera à même de faire un travail de qualité, d’apprendre correctement le métier et de contribuer à la perpétuation, non seulement des savoirs mais aussi des valeurs propres à la profession. Certains dinandiers ayant des apprentis à leurs côtés sont très avares en informations et s’assurent avant tout que les jeunes pourront reprendre leur flambeau.

Voler le savoir-faire et découvrir par soi-même

19L’accès au savoir et à la pratique étant bien souvent contrarié par les artisans confirmés, l’apprenti use de stratégies lui permettant malgré tout d’apprendre. Ainsi, la majorité des dinandiers confirmés s’accordent à dire qu’ils ont dû “voler” (sreq) le métier. Nombre d’entre eux racontent avoir effectué leurs premiers gestes de façon discrète : les premiers coups de marteau, par exemple, étaient donnés au dos de certaines pièces. L’expérimentation ne s’effectue donc pas de façon visible : non seulement l’apprenti travaille au dos des pièces, ou bien à partir de rebuts inutilisables, mais il accomplit toujours ces essais en l’absence du maître.

« J’ai appris en regardant les autres faire. Moi, je volais le savoir. Comme une radiocassette, j’enregistrais et je me repassais la bande dans ma tête. Quand le maître partait, je prenais une petite pièce, je faisais des petits plateaux circulaires et le maître me disait si c’était bien ou pas. » (Abdelaziz, dresseur)

20Le maître n’entrave pas totalement le processus d’apprentissage [« le maître me disait si c’était bien ou pas »], sinon ce dernier serait totalement inexistant, mais l’initiative doit émaner de l’apprenti, lequel met en pratique, hors des heures de travail, ce qu’il a pu dérober au cours de ses observations quotidiennes. Par la rétention des savoirs, le maître met l’apprenti à l’épreuve. La rétention du savoir ne peut être réduite à l’expression d’une volonté d’empêcher l’apprenti d’accéder à la maîtrise. Ce peut même être tout le contraire. Empêcher l’accès au savoir peut s’inscrire dans une stratégie visant à contraindre l’apprenti à se former de façon autonome, à l’image des exemples de ruse et de vol relatés dans les contes populaires des Compagnons qui « n’enseignent pas autre chose que l’importance de la découverte par soi-même des savoirs » (Adell-Gombert, 2004). Le savoir-faire n’est pas un stock de connaissances fixe mis en pratique de façon identique d’un individu à un autre. Dans les spécialités de la dinanderie mobilisant le plus de savoir-faire, l’apprenti ne doit pas simplement acquérir l’habileté nécessaire au maniement des outils et à l’exécution des différentes phases du travail. Il doit développer une sensibilité personnelle et apprendre à faire corps avec l’objet. Autrement dit, l’apprentissage ne se limite pas toujours à la reproduction à l’identique des gestes et des savoir-faire d’un maître ; il ne s’agit pas d’une imitation au sens strict. La ciselure est un mode d’expression artistique requérant une sensibilité personnelle, de véritables capacités d’abstraction et d’anticipation, et ces qualités ne peuvent se transmettre de façon didactique, elles dépendent des capacités de l’apprenti à « s’ouvrir la tête » comme me le disait Rachid, un ciseleur francophone. Parmi les anciens dinandiers, nombreux sont ceux m’ayant raconté qu’ils rêvaient ou imaginaient constamment comment mettre en pratique des techniques observées ; tous se faisaient des représentations mentales des gestes et des résultats avant d’en venir aux actes. Ainsi, selon certains dinandiers, le vol du savoir et la difficulté de leur mise en pratique développent les capacités d’abstraction et l’envie de pratiquer.

Taire et cacher pour se préserver

21Étienne Gérard (2005 : 172) a constaté que certains maîtres artisans déclarent que leur savoir-faire est un « don reçu de Dieu » : c’est grâce à la baraka qu’ils maîtrisent toutes les ficelles du métier. La référence au religieux serait une construction utilisée, notamment, pour justifier la non transmission d’un savoir aux fins de garder le contrôle sur l’apprenti. Les dinandiers avec lesquels je me suis entretenu n’usent pas de ce genre d’explication faisant référence à des instances supérieures pour justifier l’absence de transmission directe de leurs savoirs – le fait que le savoir s’apparente à une “science infuse” n’interdit pas que celui-ci soit transmis, copié ou dévoyé. D’ailleurs, les rares références à la baraka ne sont pas utilisées par l’artisan pour justifier l’ensemble de son savoir-faire, mais pour exprimer le fait qu’il a reçu un don particulier, une “sensibilité artistique” personnelle.

  • 5 Dans les fonderies fassies, les dinandiers confectionnent des moules permettant d’obtenir plusieurs (...)

« Un jour, j’avais préparé plusieurs moules pour obtenir des pièces de théières. Après la coulée, quand mon patron a vu le résultat, il l’a trouvé tellement beau qu’il n’a pas séparé les éléments5. Il est allé voir d’autres artisans avec les pièces pour montrer qu’il avait un très bon apprenti de 17 ans. “Il n’y a pas d’artisans comme lui”. Je lui ai dit : “Non patron ! Ce don que Dieu m’a fait, laisse-le caché [mestur]”. Alors il a cessé de parler de moi. C’est un don de Dieu et il faut le laisser caché. » (Hassan, mouleur)

22Ce qui apparaît essentiel dans les propos d’Hassan, ce n’est pas tant la référence à la baraka, laquelle ne sert ici qu’à expliquer un talent singulier, que le silence qui doit l’entourer. Dans ces propos s’exprime une valeur culturelle diffuse dans l’ensemble de la société marocaine, selon laquelle l’individu doit se préserver de la convoitise d’autrui en cachant ses actions aux regards extérieurs et en usant de la parole avec parcimonie. Le silence et le masquage des savoirs par les artisans témoignent d’une stratégie visant à empêcher un concurrent de copier ou d’imiter son travail. Par cette « relation d’évitement », selon l’expression de Michel Crozier et Erhard Friedberg (1977), ils se prémunissent de la convoitise, le silence étant gage d’une protection contre le mauvais œil, manifestation de cette convoitise. En taisant et en cachant ce qui peut être convoité, l’artisan se préserve et se protège d’influences pernicieuses. Synthétisée dans la notion de “préservation” (ster), cette attitude est courante dans la société marocaine et se manifeste de façon exacerbée dans les espaces concurrentiels comme ceux de l’artisanat contemporain. S’il existe une volonté de cacher le savoir, celle-ci n’est pas propre à l’artisanat : c’est une valeur communautaire que l’on transmet aux enfants dès leur plus tendre enfance (Hardy & Brunot, 1925 : 64).

Être apprenti : devenir un homme

23Le secret propre au métier n’explique pas à lui seul les formes de rétention observées : le fait, chez un maître, de retenir le savoir encourage aussi son apprenti à développer certaines qualités nécessaires à une formation aboutie. Les conduites visant à contrarier l’accès aux savoir-faire incitent l’apprenant à manifester son désir d’apprendre et de progresser : l’acquisition technique doit émaner de la volonté de l’apprenti, à condition qu’il acquière de la patience, développe son attention et apprenne la docilité.

« Celui qui se comporte dans l’artisanat avec une bonne intention et avec son cœur, celui qui se comporte avec respect pourra apprendre le métier. Seul celui qui accepte les bons comme les mauvais côtés peut réussir. Si tu veux apprendre, tu dois respecter le maître et accepter qu’il t’engueule. C’est le type de relation entre le maître et l’apprenti. Le maître peut l’engueuler et changer rapidement, l’apprenti doit accepter ça. » (Hassan, ciseleur)

24Avant même de laisser l’apprenti s’interroger sur ce qu’il est en droit d’apprendre, le maître se pose comme garant d’un certain nombre de valeurs censées faire du jeune apprenti un adulte. Car, ici, comme dans de nombreux autres contextes de transmission, « l’apprentissage transmet tout ensemble savoirs efficaces, sens et identité » (Sigaut, 1988 : 224, in Chevallier & Chiva, 1996 : 6). Cette dimension jouait autrefois un rôle essentiel aux yeux des parents des apprentis : mettre un enfant sous la responsabilité d’un maître était aussi l’occasion de le faire devenir homme. Ainsi, l’acquisition de savoirs se double d’une forme d’initiation, qui s’accompagne souvent de violences et de brimades. Les coups de bâton (el ‘âsa) sur l’enfant et la peur procurée par les maîtres sont souvent considérés comme une nécessité –un « argument pédagogique » dit Chakib Guessous (2002 : 286)–, car ils obligeraient l’apprenti à renforcer son attention et à mémoriser ses erreurs afin de ne plus les reproduire.

« J’utilisais le marteau à la dérobée (knsreq driba driba), car je ne pouvais pas le faire devant le maître. Je n’avais pas confiance en moi à cause de la peur et autrefois on avait toujours peur du maître. Je savais que si je faisais une erreur, c’était la bastonnade (fâlaqa) sur les pieds assurée. Oh ! Celui qui n’est pas passé par ce genre de bastonnade n’est pas un artisan. Par exemple, on te faisait ça quand tu étais en retard ou quand tu faisais mal ton travail. Mes parents disaient au maître de m’apprendre le métier et de me frapper si nécessaire. Le maître, c’est comme un instituteur, et l’artisan qui n’a pas été frappé ne sera jamais un artisan. C’est grâce à ça que l’apprenti se souvient des exigences du métier et c’est comme ça qu’il va faire avec ses apprentis quand il sera devenu maître. La punition était toujours sévère, on en avait tous très peur. » (Hassan, ciseleur)

25Dans l’atelier, l’enfant n’est pas formé à exécuter les opérations qui constitueront le fondement technique de son métier et l’apprentissage consiste d’abord à inculquer un savoir-être avant de transmettre un savoir-faire. Ici, à l’instar de ce qui se déroule en France dans certains métiers, « on inculque un rythme, des hiérarchies, plutôt qu’un geste technique » (Chevalier & Chiva, 1996 : 7).

26Dans le contexte marocain, le maître artisan endossait une responsabilité de socialisation que la famille ne prenait pas en charge. L’image d’un paternalisme hyper violent, entretenu par l’autorité absolue d’un père marocain ayant le droit de vie et de mort sur son enfant, est une représentation en décalage avec les situations effectivement constatées. Différents témoignages anciens (Le Tourneau, 1965 ; Hardy & Brunot, 1925) soulignent que l’éducation des enfants dans le foyer familial, prise en charge surtout par les femmes, était plutôt libérale. À en croire Georges Hardy et Louis Brunot (1925 : 51), le père est « enclin à laisser sa tendresse prendre le pas sur son autorité ». Aussi, le père comptait sur le maître de l’école coranique ou le maître artisan pour prendre pleinement en charge l’éducation de son enfant en leur demandant de recourir si nécessaire à des châtiments que lui-même n’avait pas pour habitude d’infliger. Autrement dit, la rudesse de l’éducation dans les ateliers est sans aucun doute plus importante que celle qui se déroule dans la famille. Mais, là encore, celle-ci ne doit pas être exagérée.

L’apprentissage comme un dressage

27Le contrôle de la liberté de mouvements dans l’atelier et dans la rue, ainsi que l’imposition, au cours de l’exécution même du travail, de certaines postures et positions maintiennent fermement l’apprenti dans un état de soumission diffuse. En outre, la soumission de l’apprenti implique une attitude totalement obéissante à la hiérarchie et se manifeste régulièrement par des châtiments corporels. Et l’acceptation par les apprentis de traitements violents est couramment considérée comme essentielle à la dynamique d’apprentissage. À l’image de nombreuses personnes ayant reçu une éducation sévère, les artisans avec lesquels je me suis entretenu n’ont généralement pas d’animosité vis-à-vis de leur ancien maître, ni ne se plaignent des punitions qu’ils ont pu subir. Selon eux, ces punitions étaient un mal nécessaire pour acquérir la discipline du métier et les valeurs qui l’accompagnent. Tous expriment beaucoup de gratitude à l’égard de ces maîtres, qui savaient être à la fois durs et justes quand cela était utile.

28La punition n’est généralement pas arbitraire, mais concerne le travail mal accompli. En effet, les conditions de vie sont difficiles pour des artisans qui ne peuvent pas se permettre que des enfants gâtent la production. Un épisode de la vie de Hassan, qui fut quelque temps apprenti chez un cordonnier avant de devenir dinandier, éclaire l’intrication de la période de formation et celle de production et permet de comprendre le comportement violent de certains maîtres vis-à-vis de ces “gâte-sauce” potentiels que sont les apprentis.

« Un jour, il fallait que je fasse toute la route depuis la maison de mon maître pour lui apporter son déjeuner. Ce jour-là, il pleuvait beaucoup et je me suis retrouvé complètement trempé. Quand je suis arrivé à l’atelier, le maître m’a donné une paire de babouches pour faire briller leur semelle. Il a apprécié mon travail mais, quand il a retourné les babouches, il a constaté que le dessus était abîmé par l’eau parce que j’avais fait ça sur mes genoux avec le pantalon mouillé. Il a essayé de la réparer, mais il n’a pas pu, alors il m’a frappé pour me punir. Je n’ai pas aimé qu’il me frappe, j’ai trouvé ça très injuste. En même temps, je peux comprendre son attitude : dans ce temps-là, la babouche valait 10,5 dirhams, et le produit de la vente était partagé entre trois personnes ; en plus, le maître était marié et devait faire vivre toute une famille. Donc, c’était difficile pour lui de perdre une paire de babouches. » (Hassan, ciseleur)

29Les comportements violents des maîtres s’expliquent souvent par des raisons d’ordre purement économique : la punition apparaît dans certains cas comme un blâme corporel faisant suite à des erreurs d’exécution technique nuisant à la production de l’atelier. D’autres explications de la punition données par les artisans tiennent à la grande responsabilité qu’endosse le maître en acceptant de former un apprenti. Ne pouvant accorder tout son temps à l’apprentissage, le maître impose une discipline stricte pour éviter tout désagrément à l’apprenti lorsqu’il n’est pas sous son contrôle direct. L’apprenti est à la merci de nombreux accidents s’il n’est pas attentif : les objets et les outils peuvent blesser gravement les jeunes dinandiers. Responsable de l’enfant, le maître cherche alors à minimiser les risques encourus en imposant une discipline très sévère.

« Autrefois, pour entrer dans un atelier, il fallait supplier le maître pour qu’il accepte. Le maître avait une grande responsabilité (mes‘uliya). Le métier est souvent dangereux et l’enfant risquait de se blesser. Le maître devait imposer une discipline stricte pour protéger l’apprenti et l’aider à apprendre le métier. » (Abdelouahed, dresseur)

30Cependant, la brutalité dans l’apprentissage n’est pas non plus la règle puisqu’elle semble être généralement ponctuelle. Outre un mode de relations basé sur la domination et la soumission, l’affection et la confiance sont des conditions essentielles à la réussite de l’apprentissage. Si le maître punit parfois les apprentis, il se doit d’instaurer une relation de soutien et de protection. Les relations de soumission ne sont d’ailleurs pas toujours acceptées par les apprentis ; nombre d’entre eux cherchent à nouer des contacts auprès d’artisans avec lesquels ils pourraient mener leur apprentissage dans un contexte plus apaisé. Les maîtres, quant à eux, cherchent sans doute des apprentis qui leur conviennent, mais ils ne vont pas pour autant congédier des apprentis qui ne les satisfont pas complètement et rien, dans l’absolu, n’empêche l’apprenti de changer d’atelier. La relation réussie qui peut s’instaurer entre maître et apprenti est le produit d’une combinaison complexe qui ne saurait dépendre de la seule bonne volonté de l’une des deux parties. Aussi la difficulté de trouver un maître convenable pour l’apprenti, et réciproquement de trouver un apprenti convenable pour le maître, explique-t-elle la grande mobilité des jeunes artisans.

Schème du rapport autoritaire

31Des travaux comme ceux de Sven Steffens (2001) sur les ouvriers qualifiés de Belgique et d’Allemagne au XIXe siècle et de Nicolas Adell-Gombert (2008) sur le compagnonnage en France soulignent que les pratiques de rétention des savoirs s’inscrivent dans une perspective plus large de socialisation professionnelle scandée par le passage du statut d’enfant à celui d’adulte. Or, comme le souligne le premier auteur, des parallélismes frappants peuvent être tracés avec d’autres univers professionnels et cette réflexion « débouche sur une interrogation proprement anthropologique bien plus vaste quant aux rapports au savoir » (2001 : 135). Aussi, au Maroc, les multiples attitudes imposées à l’enfant en apprentissage font-elles écho à d’autres relations hiérarchiques qui s’observent dans différents contextes de la société marocaine.

32Les relations de soumission observées dans l’artisanat s’apparentent notamment à ce qu’Abdellah Hammoudi (2001 [1977] : 61) a pu souligner en étudiant les relations de patronage dans la notabilité marocaine bourgeoise, les confréries religieuses et les cercles du pouvoir politique : outre le respect dû aux maîtres, l’apprenti « doit manifester de la soumission et se mettre “à leur service” » ; cette forme de soumission se manifeste par « des comportements d’humilité en présence du maître » et se concrétise par une « théâtralisation de la soumission » (ibid, p. 61). Selon l’argument de nombreux auteurs marocains repris par Bernard Schlemmer (2006 : 51), la violence du rapport artisanal est la manifestation d’une « violence souterraine des rapports sociaux » qui « prendrait spontanément modèle sur la seule relation autorisée par le Makhzen à ses sujets, celle d’un paternalisme arbitraire balançant de façon imprévisible entre bienveillance indulgente et accès d’autoritarisme, toujours sous le signe de l’omnipotence et de l’arbitraire ». En s’aventurant encore plus loin, il serait même tentant de replacer le rapport maître/apprenti dans le modèle de la relation servile tel qu’il a été récemment mis en lumière par Mohammed Ennaji (2007). Soulignant l’intrication du politique et du religieux, cet auteur révèle le fondement de servitude commun à divers liens d’autorité : maître/esclave, roi/sujet, divinité/fidèle. Le parallèle est d’autant plus tentant que Mohammed Ennaji consacre une partie de son travail au terme « hayba  » qui désigne « le sentiment mélangé [de crainte et d’admiration] qui s’empare des gens à la seule pensée du roi » (2007 : 183). Or ce terme est encore employé par les artisans sous une forme dialectale (hiba) pour exprimer la crainte révérencielle, la peur teintée de respect, qui est associée à la figure du maître.

33De telles mises en perspectives, en partie pertinentes, doivent être utilisées avec beaucoup de précautions. Elles livrent une image d’une grande violence qui est souvent en décalage avec la réalité qui s’observe dans les ateliers. Il existe indéniablement une relation imposant la soumission à l’apprenti, mais celle-ci n’est pas continue ; et, par-dessus tout, elle n’est pas censée se pérenniser. De façon surprenante, les auteurs ayant travaillé sur l’apprentissage artisanal n’emploient jamais le terme d’initiation, or il s’agit bien de cela. Une initiation sans rites de passages institués mais avec des temps de mise à l’écart et de violence qui scandent les changements de statut de l’apprenti au sein de l’atelier.

34Les enfants présents dans les ateliers seraient de véritables galériens mis sous la férule de maîtres sans pitié. Cette image est largement exagérée, surtout quand elle est appliquée aux ateliers des dinandiers où s’effectuent la ciselure et la mise en forme des plateaux. Cependant, elle est davantage pertinente lorsque l’on observe la situation des enfants dans les autres ateliers dominés par le travail mécanisé et fortement divisé. Les enfants installés dans ces derniers espaces expérimentent le second modèle d’apprentissage observé dans la dinanderie. Autrement dit, en reprenant la terminologie proposée par Alain Morice, déjà évoquée, il n’est plus dès lors question de parler d’« enfants placés » mais d’« enfants salariés ».

Les enfants au travail contre l’apprentissage

35Les relations de transmission propres aux spécialités de la ciselure et de la mise en forme des objets au maillet sont bien différentes de celles qui s’observent dans d’autres spécialités de la dinanderie telles que le polissage, la brasure, l’argentage, le laminage, etc. Les enfants qui œuvrent dans ces derniers espaces de travail sont très présents, mais s’agit-il pour autant d’apprentis ? Le vocabulaire employé par les dinandiers tendrait à laisser penser que non. Aujourd’hui, on ne parle pas d’apprentis (mt‘âllemîn), mais simplement d’enfants (drari). Le rôle joué par ces enfants dans l’exercice même de l’activité technique se différencie remarquablement du modèle de l’apprentissage déjà décrit. Toujours actifs dans l’atelier, les enfants n’apparaissent presque jamais comme de simples observateurs de l’activité des sujets confirmés. En effet, les ateliers ont un besoin crucial d’enfants à leur service ; ils leur sont nécessaires pour effectuer certaines besognes ingrates, notamment les opérations de nettoyage faisant suite au polissage, et plus encore pour transporter les objets d’un atelier à un autre.

« Une poussière d’ouvriers »

36Rémunérés, même de façon modique, les enfants exercent dans ce cas une fonction essentielle dans le processus de fabrication, et leur activité de portage ne peut être comparée à un service rendu. Les enfants sont systématiquement mobilisés pour effectuer le déplacement des objets, en raison de la singularité de l’implantation du métier dans la topographie complexe de la médina : la forte division du travail, la production en série, l’atomisation spatiale, l’éloignement des différents lieux de production et l’absence d’automatisme mécanique forcent les dinandiers à continuellement s’affairer d’un atelier à un autre. De ce fait, des “enfants-chaînes” interviennent constamment lors de la fabrication d’une série de plateaux pour passer les objets d’un agent à un autre, aussi bien entre chaque phase du processus qu’entre des groupes consécutifs d’opérations. Ce constant va-et-vient des objets transportés par les enfants est l’un des aspects les plus marquants des processus de fabrication de la dinanderie.

37Les autres activités dont les enfants ont la charge sont aisées à maîtriser : frotter un plateau avec de la sciure ou du blanc d’Espagne, régulariser des ceintures sur un tour à main, etc. La dangerosité du travail est accrue chez les enfants qui effectuent des tâches parmi les plus nocives (Mejjati-Alami, 2002 : viii). Leur rôle dans la dinanderie équivaut largement à celui décrit par Saïd Chikhaoui (2002 : 169) dans le contexte de la confection des tapis au Maroc : « […] le rythme de travail est celui d’une usine et non pas celui d’une école d’apprentissage. La fiction de l’apprenti apprenant un métier pour devenir plus tard [maître] et travailler pour son propre compte n’existe plus : c’est un travail d’usine, effectué qui plus est dans des conditions très pénibles, dans des locaux sombres, mal odorants, des taudis le plus souvent […] ».

38Les compétences techniques réclamées dans certains ateliers s’étant grandement réduites, la durée de l’apprentissage s’est trouvée restreinte en conséquence. Alors que, pour maîtriser des techniques élaborées, comme celles de la ciselure ou de la mise en forme au maillet, plusieurs années sont nécessaires, quelques jours –voire quelques heures ou même quelques minutes– suffisent pour savoir découper du laiton, nettoyer un plateau ou limer une pièce. Qui plus est, les enfants sont les travailleurs les plus touchés par la flexibilité de l’emploi car les dinandiers utilisent largement cette main-d’œuvre docile et bon marché, à l’instar des femmes et des personnes précaires, pour compenser les fluctuations liées à des périodes de production très instables (Mejjati-Alami, 2002 : 7).

39Actuellement, les enfants de la dinanderie sont davantage poussés par le besoin que par l’envie d’apprendre un métier, que leur entrée dans l’artisanat soit le fait de leur propre initiative ou de celle de leurs parents. Les enfants sont souvent incités à travailler très tôt afin de contribuer par leur maigre salaire à la survie d’une famille. Ce schéma est bien différent de celui précédemment évoqué, dans lequel la famille confiait son enfant à un atelier afin que lui soient transmis un métier et des valeurs, quitte à ce qu’il ne reçoive aucune rétribution –ni un salaire symbolique– durant les premiers temps de son apprentissage ; une logique de rentabilité immédiate s’est substituée à la quête d’une formation professionnelle (Schlemmer, 2006 : 54).

40Désormais, dans la grande majorité des cas, les activités des enfants s’apparentent davantage à de purs exercices de production. Les compétences techniques nécessaires à la réalisation de maintes opérations peuvent être très rapidement acquises. Les situations de violence contrôlée accompagnées de rémunérations minimes ne sont plus justifiables dans un tel contexte. Ces enfants, s’ils demeurent dans la dinanderie, ne seront jamais voués à acquérir des savoir-faire qui légitimaient autrefois un mode de transmission lent fondé sur l’imprégnation et l’imitation. Dans ce contexte, la période d’apprentissage se trouve réduite, et les enfants sont moins incités à intégrer un savoir-faire élaboré ou un savoir-être qu’à incorporer un rapport d’autorité.

Des situations d’apprentissage raréfiées

41Des spécialités de la dinanderie, comme la ciselure et le dressage des plateaux au maillet, impliquent des techniques requérant des compétences délicates et complexes. Dans les ateliers où se déroulent ces phases devraient se trouver des enfants en véritable situation d’apprentissage. Pourtant, ils y sont extrêmement rares. Les ciseleurs aimeraient que des enfants viennent apprendre le métier à leurs côtés, mais les conditions actuelles de la dinanderie et l’évolution des conditions sociales dans la médina compliquent grandement le recrutement.

« Les enfants, maintenant, n’entrent pas dans le métier. Pourquoi ? Aujourd’hui, la demande a baissé, et un maître peut à peine payer les artisans qu’il a déjà embauchés. J’aimerais faire travailler trente personnes ici, mais comment je vais financer ça ? S’il y avait une demande élevée, on pourrait apprendre le métier aux gens. Comment, dans la situation actuelle, payer un enfant qui passe toute la journée à ne rien faire ? Les enfants d’aujourd’hui ne vont pas accepter de s’asseoir pour apprendre en étant payé 5 dirhams la semaine. Même si tu proposes 20 dirhams à un enfant tout petit, il refusera. Lui, il est encore mineur, il ne réfléchit pas, et ses parents ne pensent pas bien : mieux vaudrait qu’il reste ici à gagner 20 dirhams la semaine, plutôt qu’il vende des cigarettes au détail dans la rue. Ses parents ne devraient pas le laisser circuler dans la rue. Ils devraient lui dire “va apprendre le métier” et refuser tout argent qui vient de lui. Dans l’atelier, il serait à l’abri, il ne ferait pas de problèmes. » (Mohammed, ciseleur)

42Les propos de Mohammed annoncent la difficile pérennité du savoir-faire nécessitant un long apprentissage. Les enfants entrent dans le métier par l’entremise des ateliers qui contribuent à alimenter le marché des produits standardisés sous-tendus par des compétences techniques parcellisées et rapides à acquérir. Ils délaissent en revanche les ateliers où s’effectuent des travaux fondés sur des gestes ancestraux complexes, moins rémunérateurs du fait de la nécessité d’une durée d’apprentissage beaucoup plus étendue. Par exemple, dans le domaine de la décoration, les enfants, poussés par leurs parents à rechercher des activités lucratives, se dirigent davantage vers un atelier où ils pourront rapidement acquérir les compétences techniques du poinçonnage et devenir des ouvriers sans trop attendre. Ils seront moins attirés par un atelier où l’on effectue des décorations par ciselure, car il leur faudrait beaucoup plus de temps avant d’acquérir les savoir-faire justifiant une rémunération correcte.

43De nos jours, la majorité des rares artisans dotés d’une grande maîtrise technique n’acceptent de transmettre leur savoir qu’à leurs propres enfants. Mais ces derniers, bien souvent, ne désirent pas reprendre le flambeau et préfèrent essayer d’embrasser des carrières plus à même de permettre une ascension sociale. Cependant, en admettant que des enfants désirent devenir dinandiers, nombreux sont leurs parents, pourtant eux-mêmes issus du métier, à estimer que cette profession ne leur propose pas un avenir enviable. Bien des dinandiers se disent insatisfaits de leur situation et, en conséquence, estiment qu’il ne s’agit pas d’un avenir souhaitable. Si certains dinandiers font venir leurs enfants sur le lieu de travail, cela ne signifie pas pour autant qu’ils établissent une pure relation d’apprentissage en vue de leur transmettre le métier. Le discours d’Ahmed, un coupeur de métal, est édifiant :

« Je lui montre ce qu’est le métier. Je veux qu’il puisse comparer la dureté du métier avec le travail de l’école. Il observe comment se déroule une journée de travail : tu transportes, tu te baisses, tu te blesses les mains, tu es tout le temps sur les genoux, tu ne déjeunes pas, tu te fais engueuler par ton patron. C’est comme si je lui montrais ce qui l’attend s’il ne réussit pas ses études. Il y a de la vraie dureté. S’il se retrouve avec un patron qui n’a pas de sentiments, il peut lui faire porter 40 kilos sur sa tête. Même s’il proteste, son patron va lui crier dessus et l’obliger à porter. Je le fais venir pour qu’il goûte la différence entre les études et le métier. S’il est intelligent, il va décider de continuer ses études et essayer de trouver un travail. S’il échoue à l’école, il aura déjà une expérience dans le métier, il l’aura déjà vu, il l’aura déjà vécu. Il sait que, pour être un artisan, il faut être un homme ».

44Il n’y a rien de surprenant à ce que des dinandiers incitent leurs enfants à rechercher une ascension sociale, d’autant plus qu’ils effectuent eux-mêmes une activité peu valorisante. Autrefois, du statut d’artisan émanaient une assise et une reconnaissance sociales importantes ; aujourd’hui, les dinandiers ont pleinement conscience de la précarité inhérente à leur profession. Le statut des swâiniya est franchement dégradé. Ce type de discours résigné n’est pas l’apanage des seuls coupeurs ou polisseurs effectuant les activités les plus parcellaires et les plus mécanisées. Les décorateurs ou les dresseurs n’incitent pas non plus leurs enfants à apprendre une spécialité de la dinanderie. Les relations que ces travailleurs entretiennent avec les dinandiers donneurs d’ordres témoignent communément de rapports inégalitaires, non réversibles, qu’il leur est difficile d’admettre. Comment désirer transmettre à des enfants lorsqu’on est soi-même engagé dans des relations de production qu’on juge déséquilibrées et déloyales ?

En deçà de l’exploitation

45Outre la sévérité et la violence, qui ne sont pas l’apanage du seul secteur artisanal, le paradigme de l’exploitation prend appui, pour se construire, sur le constat de la rétention des savoirs, de la domination imposée et de la faiblesse des rétributions. Autrement dit, les enfants n’obtiennent pas de rétribution financière ni n’accèdent facilement au savoir en contrepartie du travail qu’ils fournissent, témoignage d’un déséquilibre flagrant et marque indubitable de cas d’exploitation (Schlemmer, 2006 : 42). Sans pour autant nier la pertinence d’une analyse fondée sur l’exploitation dans certains contextes, j’ai voulu ici en nuancer la portée. La rétention des savoirs, ici comme ailleurs, peut-être perçue comme un procédé utilisé par le maître artisan pour exercer son emprise sur l’apprenti ; comme le dit Alain Morice (1996 : 286) : « le patron a intérêt à maintenir ses jeunes protégés dans l’ignorance ». Mais, ici comme ailleurs, cette forme de rétention des savoirs a également un fondement pédagogique : inciter l’apprenant à acquérir une autonomie ; pousser l’apprenti à “voler le savoir” pour qu’il se l’approprie et ne devienne pas un simple copiste sans imagination. Car, rappelons-le, les savoir-faire, les tours de main, les “ficelles du métier”, tous ces éléments qui participent du génie artisanal ne sauraient se transmettre de façon didactique. Et les nouveaux entrants dans l’artisanat ne seront pas tous capables de développer ces capacités. Ceux qui y parviennent feront alors beaucoup pour se préserver en cachant ce savoir durement acquis afin de se prémunir de la convoitise et de la concurrence professionnelle depuis toujours exacerbée dans l’artisanat.

46L’exploitation résiderait également dans le fait que le patron ne paie pas, ou si mal, ses apprentis. En adhérant à ce point de vue, que faut-il penser du fait, autrefois avéré, que l’apprenti pouvait payer le patron pour avoir le droit de rester à ses côtés et tirer profit de son savoir (Mathias, 1963 : 61) ? Dès lors, il ne faudrait plus seulement parler d’exploitation, mais de soumission recherchée et consentie ! Une des limites du paradigme de l’exploitation est de ne pas prendre en compte la fonction éducative déléguée à l’apprentissage artisanal. On confie un enfant à un maître non seulement pour qu’il apprenne à “faire” mais aussi pour qu’il apprenne à “être”. Si l’éthos d’une communauté se caractérise par une rudesse dans les rapports, comme c’est le cas au Maroc, la transmission du “savoir-être” s’apparente alors à une forme de dressage initiatique accompagné de violences et de brimades. L’atelier étant responsable d’une éducation que la maison ne prend pas en charge, la transmission d’un savoir-faire est suspendue à l’acquisition préalable d’un “savoir-être”.

47Comme je l’ai suggéré, il est tentant de penser la relation d’autorité artisanale à la lumière d’un schème autoritaire commun aux univers politiques, religieux et professionnels. Cependant, il faut se garder d’établir des comparaisons trop hâtives qui risqueraient de faire fi de la diversité des situations. S’il peut être pertinent de calquer le modèle autoritaire de la relation pyramidale entre le sultan et ses sujets (Hammoudi, 2001 [1977]) ou celui de la relation servile entre le maître et son esclave (Ennaji, 2007), dans certaines situations des schèmes relationnels plus vertueux pourraient également être mobilisés. Deux exemples : le modèle classique de la transmission mystique, basé sur le respect des bonnes manières, évoqué notamment par Houari Touati (1994), impose au disciple respect, crainte révérencielle et vénération ; la figure archétypale du « saint guerrier », mise en évidence par Clifford Geertz (1992 [1968]) et reprise notamment par Philippe D’Iribarne (1998), est incarnée par l’individu alliant enthousiasme mystique et rectitude morale. L’attitude du maître, garant de l’égalité de tous, se caractérise par la simplicité et la pratique religieuse ; n’abusant pas de son autorité, il joue avant tout le rôle d’exemple et d’arbitre – ce qui n’est pas sans rappeler le modèle de la « chevalerie  » corporative mis en lumière par Louis Massignon (1983 [1952]).

48J’ai voulu ici contribuer à enrichir la réflexion sur l’étude de l’apprentissage dans l’artisanat marocain. Si j’ai critiqué le paradigme de l’exploitation, ce n’est pas pour en nier la prégnance mais pour suggérer qu’il est parfois appliqué sans suffisamment de discernement. Dans la dinanderie, l’apprentissage s’effrite à mesure que l’exploitation se développe, car, dans une société paupérisée, pour les enfants (et surtout leur famille) le travail offre une perspective à court terme que l’apprentissage long et non rémunérateur ne propose pas. Si l’apprentissage perdure, il reste bien peu visible, masqué par une forme corrompue de transmission des savoirs. L’enfant placé cède presque partout la place à l’enfant salarié. Là, point d’apprentissage, mais de la pure exploitation. Une exploitation d’ailleurs qui ne se cache pas : aux yeux de certains patrons, les enfants ne sont pas des travailleurs suffisamment corvéables, ils demandent trop d’argent et risquent de mettre en danger l’atelier avec les maigres connaissances qu’ils seront parvenus à dérober. Aussi est-il de plus en plus courant de voir de jeunes femmes être employées dans certains ateliers de dinanderie (emballage, argentage, polissage et même poinçonnage). Les “artisans” justifient ce changement par le fait que les femmes seraient plus obéissantes, accepteraient des salaires moindres que les enfants, et qu’elles ne risqueraient pas de les concurrencer, incapables qu’elles seraient d’apprendre correctement le métier. Dans ces situations, l’appellation “artisanat” sert de couvert à une des pires formes de capitalisme industriel. Par certains aspects, la dinanderie, à l’instar de nombreux autres exemples observés dans des pays du “Sud”, est un cas édifiant de la « nouvelle étape de développement du capitalisme qui veut diminuer le coût de la main-d’œuvre et renforcer la flexibilité » (Godelier, 1991 : 41). La flexibilité maintient les travailleurs dans la crainte du chômage et les contraint à accepter des conditions de travail et de vie précaires. Les populations les plus fragiles, et au premier titre les femmes et les enfants, sont celles qui pâtissent le plus de ces organisations et des violences qu’elles occasionnent.

Haut de page

Bibliographie

Adell-Gombert (N.), 2008, Des hommes de Devoir. Les compagnons du Tour de France, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ».

Adell-Gombert (N.), 2004, « Les sentiers de l’Orient. Initiation chez les compagnons du tour de France », Ethnologie française, vol. 34, n° 3, pp. 517-525.

Buob (B.), 2005, « Paraître et être authentique. Tradition et identité chez les dinandiers de Fès », in N. Boumaza (dir.), Actes des deuxièmes rencontres d’anthropologie du Maghreb, Cahiers de recherche du Centre Jacques Berque,
n° 3, Rabat, pp. 161-182.

Buob (B.), 2009, « La dinanderie de Fès : un artisanat traditionnel marocain dans les temps modernes. Une anthropologie des techniques par le film et le texte », Paris, Ibis Press-Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Archéologie expérimentale et ethnographie des techniques ».

Buob (B.), 2006, « Le plateau à thé à l’épreuve du creuset marocain : histoire, fabrication et usages », Horizons maghrébins - Le droit à la mémoire, n° 55, pp. 103-113.

Chevallier (D.) & Chiva (I.), 1991, « L’introuvable objet de la transmission », in D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 1-11.

Crozier (M.) & Friedberg (E.), 1977, L’acteur et le Système, Paris, Éditions du Seuil.

Chikhaoui (S.), 2002, Politiques publiques et société. Essai d’analyse de l’impact des politiques publiques sur l’artisanat au Maroc, Rabat, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

D’iribarne (P.), 1998, « Les ressources imprévues d’une culture, une entreprise “excellente” à Casablanca », in P. D’Iribarne (dir.), Cultures et mondialisation, Paris, Seuil, pp. 223-251.

El Khyari (A.), 1983, « Capitalisme et Artisanat au Maroc », Casablanca, thèse de doctorat d’État es. sciences économiques, université Hassan II.

Ennaji (M.), 2007, Le Sujet et le Mamelouk. Esclavage, pouvoir et religion dans le monde arabe, Paris, Mille et une nuits.

Fejjal (A.), 1995, « Changement social et mobilité résidentielle à Fès », in R. Escallier et P. Signoles (dirs), Les nouvelles formes de la mobilité spatiale dans le monde arabe, Tours, Urbama-CMMC-Cedej, tome 2, pp. 417-431.

Geertz (C.), 1992, Observer l’Islam. Changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, La Découverte (1968).

Gérard (e.), 2005, « Apprentissage et scolarisation en milieu artisanal marocain : des savoirs qui s’imposent et s’opposent », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 4, pp. 163-186.

Godelier (M.), 1991, « L’objet et les enjeux », in M. Godelier (dir.), Transitions et Subordinations au capitalisme, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 7-56.

Guessous (C.), 2002, L’exploitation de l’innocence. Le travail des enfants au Maroc, Casablanca, Éditions Eddif.

Hammoudi (A.), 2001, Maîtres et Disciples. Genèse et fondements des pouvoirs autoritaires dans les sociétés arabes, Casablanca, Maisonneuve et Larose, Éditions Toubkal, (1ère éd. anglaise 1977).

Hardy (G.) & Brunot (L.), 1925, « L’enfant marocain. Essai d’ethnographie scolaire », Bulletin de l’enseignement public du Maroc, Paris, n° 63.

Le Tourneau (R.), 1965, La Vie quotidienne à Fès en 1900, Monaco, Hachette.

Massignon (L.), 1924, « Enquête sur les corporations musulmanes d’artisans et de commerçants au Maroc (1923-1924) », Revue du monde musulman, n° 58, pp. 1-246.

Massignon (L.), 1983 (1ère éd. 1952), « La “Futuwwa”, ou “Pacte d’honneur artisanal” entre les travailleurs musulmans au Moyen Âge », in L. Massignon, Parole donnée, Paris, Seuil, pp. 349-374.

Mathias (J.), 1963, « L’artisanat marocain », Bulletin économique et social du Maroc, vol. XXVII, n° 96-97, pp. 55-109.

Mejjati-Alami (R.), 2002, Le travail des enfants au Maroc, Unicef-Banque mondiale.

Morice (A.), 1996, « Le paternalisme, rapport de domination adapté à l’exploitation des enfants », in B. Schlemmer (dir.), L’enfant exploité. Oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala-Orstom, pp. 269-290.

Ricard (P.), 1924, Pour comprendre l’art musulman en Afrique du Nord et en Espagne, Paris, Hachette.

Schlemmer (B.), 2006, « Violence sociale et violence économique dans la vie des enfants travailleurs », in M. Bonnet, K. Hanson, M.-F. Lange et alii., Enfants travailleurs. Repenser l’enfance, Lausanne, Éditions Page deux, pp. 39-58.

Sigaut (F.), 1988, Les Recherches sur la culture technique : rapport au Conseil du patrimoine ethnologique, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication.

Sigaut (F.), 1991, « L’apprentissage vu par les ethnologues. Un stéréotype ? », in D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 33-42.

Stefens (S.), 2001, « Le métier volé. Transmission des savoir-faire et socialisation dans les métiers qualifiés au XIXe siècle (Belgique-Allemagne) », in G. Gayot et P. Minard (éds), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècle), Formation, emploi, migration, Revue du Nord, coll. Histoire, hors série
n° 15, pp. 121-135.

Touati (H.), 1994, Entre Dieu et les hommes. Lettrés, saints et sorciers au Maghreb (17e siècle), Paris, Éditions de l’EHESS.

Zirari-Devif (M.), 1996, « La hisba au Maroc : hier et aujourd’hui », in H. Bleuchot (dir.), Les Institutions traditionnelles dans le monde arabe, Paris, Karthala, pp. 71-85.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée de l’histoire et de la situation socioéconomique de la dinanderie à Fès, voir Buob, 2005, 2006 et 2009.

2 Le terme “dresseur” sert à traduire le terme arabe wuqqaf qui ne possède pas d’équivalent direct en français. Il désigne un dinandier spécialisé dans la technique de mise en forme de plateaux recourant à des percussions lancées effectuées à l’aide de maillets.

3 La dinanderie se caractérise par une très grande modularité et une extrême flexibilité qui lui permettent de s’adapter aux évolutions saisonnières et aux fluctuations économiques. Cette caractéristique, associée à l’instabilité des cours des matières premières, rend le dénombrement des espaces de travail et des travailleurs particulièrement compliqué et explique en partie les grandes distorsions statistiques observables d’une étude à une autre.

4 Sur les récits stéréotypés concernant l’apprentissage, voir Sigaut (1991).

5 Dans les fonderies fassies, les dinandiers confectionnent des moules permettant d’obtenir plusieurs éléments. Au terme de la coulée du métal en fusion dans les moules, les éléments obtenus sont reliés les uns aux autres par des “jets” de coulée. Les opérations suivantes consistent normalement à séparer les divers éléments en ôtant les jets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Buob, « Détenteurs et voleurs du savoir », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 9 | 2010, 197-217.

Référence électronique

Baptiste Buob, « Détenteurs et voleurs du savoir », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/472

Haut de page

Auteur

Baptiste Buob

Ethnologue, chargé de recherche au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS-UMR 7186), baptiste.buob@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org