Navigation – Plan du site

Anísio Teixeira

Origines internationales d’un nationalisme pédagogique
Anísio Teixeira: International origins of an educational nationalism
Agueda Bittencourt
p. 139-156

Résumés

La trajectoire intellectuelle et sociale de l’éducateur Anísio Teixeira est extrêmement intéressante, car ses origines géographiques à Bahia – état politiquement périphérique par rapport à d’autres de la fédération brésilienne, situés dans le sud-est et le sud -, de même que ses origines sociales ne le prédestinaient pas à jouer un rôle de premier ordre sur la scène nationale, peu avant ses 40 ans. Une série de documents ainsi que les journaux de ses voyages internationaux ouvrent une voie qui permet de revoir les moments clefs de ses premières collectes d’informations sur le thème, et l’usage qu’il a fait de ses contacts avec des intellectuels et des hommes politiques dans des institutions de pointe en Europe et aux États-Unis, afin de dessiner un projet brésilien d’éducation en un moment de transition politique, c’est-à-dire la période de 1925 à 1934.

Haut de page

Texte intégral

1L’historiographie de l’éducation brésilienne fait ressortir la figure d’Anísio Teixeira comme celle d’un grand innovateur dans la lutte pour l’institutionnalisation d’un projet national d’enseignement qui a suscité des polémiques et donné lieu à de nombreux écrits dans le Brésil des années 30. Cet éducateur bahianais réussit à développer un projet éducatif pour le Brésil, au cours de deux périodes troublées de restructuration politique du pays : 1930-35 et 1947-52. S’appuyant sur une série de documents et, notamment, sur ses journaux de voyage – relatant ses rencontres avec des intellectuels fascistes en Europe, avec les promoteurs d’une éducation démocratique aux États-Unis, avec les élites brésiliennes régionales et nationales des années 30 –, cet article a pour but de montrer comment ses séjours à l’étranger lui ont permis, dans les deux configurations politiques qu’il a affrontées, de redéfinir la carrière à laquelle le destinait son éducation familiale.

  • 1 L’expression « républicaniser la République » est de l’historien Francisco Iglésias (1993 : 231). I (...)

2La première période, 1930-35, succède aux événements qui ont amené la Révolution de 1930. Ces années furent caractérisées par une tentative de « républicaniser la République »1. L’Éducation y a gagné une importance politique car elle constituait un enjeu dans la lutte menée pour remplacer le formalisme de la République oligarchique par la construction d’un État national fort. De façon symptomatique, le premier acte du Gouvernement Provisoire fut la création du Ministère de l’Éducation et de la Santé. Ainsi, les premières actions d’Anísio Teixeira en faveur de l’édification de l’éducation publique, quasi inexistante jusqu’alors, ont pris sens dans ce cadre, marqué par des affrontements entre l’Église catholique et différents courants laïcs pour le contrôle du système éducatif.

3Mis à l’écart après les soulèvements imputés aux seuls communistes en 1935, Anísio Teixeira est retourné sur le devant de la scène politique nationale pendant les années 1947-1952, après avoir occupé un poste de conseiller à l’enseignement supérieur de l’UNESCO récemment créée.

Anísio Teixeira, un fils du sertão bahianais

4Les origines géographiques et sociales d’Anísio Teixeira, né à Caetité, dans l’état de Bahia, dans une région périphérique par rapport à d’autres états du sud-est et du sud de la fédération, ne le prédisposaient pas à jouer un rôle de premier plan sur la scène nationale peu avant ses 40 ans.

  • 2 Le « Capitão-Mor », pendant la période coloniale brésilienne, était nommé par la couronne portugais (...)

5Anísio Teixeira est le huitième enfant du médecin Deocleciano Pires Teixeira. Bien que descendant d’un Capitão-Mor2, celui-ci appartenait à une couche sociale prestigieuse mais menacée de déclin, composée d’exploitants de mines et de commerçants de diamants de l’intérieur de l’état de Bahia. Ce furent des alliances endogames consécutives avec trois sœurs de la famille Spinola, héritières de vastes étendues de terre du sertão bahianais, qui lui apportèrent la sécurité matérielle pour suivre les chemins aléatoires de la politique régionale, faisant de lui un « chef politique prestigieux, (…) leader sertanejo (…), dans le meilleur style patriarcal » (Lima, 1978 : 16). La pratique des mariages consanguins – réalité commune aux membres de l’élite rurale brésilienne – s’explique par l’intérêt dans la gestion du patrimoine, tant économique que politique (Pang, 1979). Deocleciano Pires Teixeira a ainsi réussi, avec l’appui de la famille Spinola, à se faire élire président du Conseil Municipal de Caetité et député provincial du Parti Libéral, à la fin de l’Empire. Au début de la période républicaine, il gagne l’élection au poste de sénateur de l’état. De Caetité, située à la frontière avec le Minas Gerais, il a dès lors été responsable de la restauration des alliances politiques dissoutes dans les luttes entre les grandes familles du sertão et dans les conflits pour le pouvoir dans les régions productrices de sucre et dans le commerce du littoral de la grande Salvador (Lima, 1978).

6Les chefs régionaux soutenaient les oligarchies au pouvoir pendant la Première République. Celles-ci choisissaient les députés à élire pour la défense des intérêts bahianais au niveau fédéral (Pang, 1979). Ce système reposait sur la « politique des gouverneurs », dont le modèle fut construit au début de la République : le Président de la République établissait des accords avec les présidents des états fédérés, afin d’obtenir leur soutien total. Il n’est donc pas surprenant que les fils des chefs régionaux dussent être très tôt préparés au destin politique que la famille leur réservait dans les Assemblées Nationales.

7Tous les fils de Deocleciano –à l’exception d’Anísio Teixeira, avocat– étaient ingénieurs et tous occupèrent des charges électives ou bureaucratiques dans l’appareil d’état (Pang, 1979 ; Lima, 1978). Ses filles, quant à elles, accomplirent le destin auquel ces grandes familles cantonnaient les femmes : au rôle, si important, de gestion du lien social et politique de la famille. L’une se maria, deux se vouèrent à la gestion de la propriété et aux œuvres de charité associées au nom de la famille, et la dernière dédia sa vie au projet éducatif de son frère, à Bahia.

8D’autres membres de la famille maternelle d’Anísio Teixeira avaient déjà occupé d’importants postes politiques : son grand-père, Antonio de Souza Spinola, fut sous l’Empire député à l’Assemblée Générale ; son cousin Cesar Zama fut également député pendant 24 ans à la même Assemblée de l’Empire, puis député constituant de la République ; son oncle Joaquim de Souza Spinola fut président du Tribunal supérieur de Justice de Bahia, et fondateur de la Revue des Tribunaux.

9C’est dans ce milieu politique et social que se fit l’éducation d’Anísio Teixeira, élevé dans le but de remplacer le père quand celui-ci abandonnerait la politique.

La préparation soigneuse de l’héritier

10Les études d’Anísio Teixeira, jusqu’à l’âge de 15 ans, se sont déroulées dans les internats de collèges jésuites. Cette expérience développa en lui l’idée d’une carrière religieuse. Cette vocation se heurta à une forte opposition de la branche masculine de la famille, qui souhaitait le diriger vers les hautes fonctions de l’État. Cependant, les membres féminins de sa lignée en raison de leur lien avec l’Église – une de ses sœurs a été religieuse pendant dix ans – voyaient pour lui une carrière prometteuse dans la Compagnie de Jésus. Le conflit éclata lorsque la famille paternelle l’envoya à la Faculté de Droit de Rio de Janeiro, où il obtint son diplôme en 1922. Là, il vécut en compagnie de son oncle paternel, fonctionnaire de la douane, qui avait fait des études de comptabilité en Angleterre pour succéder à son père dans le commerce des diamants.

11De retour à Bahia, Anísio Teixeira fut nommé, à 23 ans, Inspecteur Général de l’Enseignement, faisant ainsi son entrée dans la vie politique. À ce propos, Oscar S. Teixeira a témoigné :

« Mon frère Anísio, aujourd’hui Inspecteur de l’Enseignement, jouit de toute la confiance du Gouverneur et représente aujourd’hui la politique de ce sertão, en remplacement de mon père. Père qui, dégoûté par le mode de résolution de certains conflits ici, s’est éloigné de l’activité politique » (Pereira Guimarães, 1982).

12Mais ce sont les trois voyages accomplis dans le but de compléter sa formation, entre 1925 et 1929, qui permettent de comprendre ses choix, oscillant entre la carrière religieuse et la carrière politique. Ses rencontres avec les intellectuels européens et américains, tout comme les jeunes héritiers brésiliens à l’étranger, voire les futurs dirigeants, lui ouvrent de nouveaux horizons. Le premier voyage correspondait à une pratique courante des familles aisées, d’envoyer leurs fils à l’étranger, d’où ils devaient revenir avec la maîtrise de langues étrangères et des connaissances en art et en littérature. Le deuxième s’est déroulé dans le cadre d’une mission du gouvernement de l’état de Bahia, pour étudier le système éducatif nord-américain. Le troisième s’est réalisé avec une bourse d’études offerte par l’Université de Columbia où son frère Oscar avait fait ses études de 1920 à 1922.

Vagabondage élégant : le voyage en Europe

  • 3 Le voyage est documenté dans des discours et articles écrits par l’auteur pendant cette période, et (...)

13Le voyage en Europe3 eut lieu durant l’exercice de son mandat d’Inspecteur Général de l’Enseignement. Anísio Teixeira a accompagné à Rome Dom Álvaro de Silva, Archevêque-Primat du Brésil, à l’occasion des célébrations de l’Année Sainte de 1925. Il a été présenté au Pape Pie XI, qui venait de négocier avec Mussolini la création de l’État du Vatican. Les commémorations l’impressionnèrent favorablement, non seulement par les accords politiques avec le mouvement fasciste naissant, mais aussi par la façon dont le mouvement international des catholiques témoignait sa fidélité à Rome face aux mouvements socialistes et communistes qui se répandaient en Europe (Teixeira, 1925-b).

14Après avoir participé à des discussions sur l’appui de l’Église à Mussolini, ils quittèrent le Vatican pour Paris. Ils visitèrent des écoles primaires et assistèrent à des débats et conférences à la Sorbonne (Lima, 1978) où Teixeira a pu raviver son admiration pour le mouvement politique dirigé par les monarchistes nationalistes catholiques de l’Action Française, Charles Maurras et Léon Daudet, ou par les membres du parti fasciste français « Le Faisceau », Philippe Barrès et Georges Vallois. Les écrits de ces auteurs circulaient dans le groupe d’intellectuels bahianais que fréquentaient, entre autres, Luiz Viana Filho, futur député puissant, et l’écrivain Hermes Lima.

15Son journal traduit la confusion d’esprit dans laquelle il se trouvait :

« D’une façon générale, je dois dire que l’apprentissage a été très court, et qu’il est très tôt pour tirer des conclusions. D’un côté technique, j’ai évidemment gagné quelques nouvelles connaissances. Du côté de la formation générale, j’ai augmenté, c’est indéniable, mon capital culture. (…) Et ma foi, ma compréhension métaphysique de la vie n’est-elle pas également de plus en plus éloignée de moi, comme un objet que je conserve en culture, mais dont je ne me sers pas ? (…) Ce voyage n’a peut-être été rien d’autre qu’une dissipation de l’esprit et de l’intelligence. L’esprit s’est dissipé dans sa foi. L’intelligence a dilué plus encore sa culture. Ah ! qu’ il serait meilleur plutôt que cette vanité d’enrichir l’esprit avec des voyages et des spectacles éblouissants et nouveaux, de jouir d’un amour tranquille de quelques certitudes profondément enracinées » (Teixeira, 1925-a).

16Dans deux autres parties du journal, où Paris est vu comme une « Babel cosmopolite, où tous les plans se confondent comme dans un cauchemar » (Ibid.) il questionne les objectifs de son voyage, considéré comme « brillant de mille facettes de couleurs changeantes, dont se pare un esprit voyageur, brillant fatigant parce qu’il lui manque la profondeur, parce que ce n’est pas la lumière même (…). Le vague brillant, c’est le vice auquel m’ont habitués quatre mois de vagabondage élégant en Europe » (Ibid.).

17De retour au Brésil, dans un entretien accordé au journal de Salvador de Bahia « A Tarde », il mentionne l’amère et complexe période de l’entre-deux guerres, ainsi que l’espérance qu’il entrevoit dans les stratégies de l’Église Catholique pour l’expansion de la foi.

« (…) Je donnerai, de l’Europe, un résumé émouvant et dans le profond mysticisme de l’époque contemporaine, un croisement de lumières où se donnent rendez-vous toutes les misères nourries de la splendeur de toutes les espérances, et arrêtons-nous à Rome, parce que Lourdes serait plus un chapitre-épilogue de l’histoire du sentiment et de l’idée en Europe, plus une formidable conclusion que la source de nos inductions. » (Teixeira, 1925-b)

18Dans son discours inaugural prononcé à l’occasion de la réouverture de l’École Normale de Caetité qu’il réalisa à son retour d’Europe, il mentionne pour la première fois les écoles visitées et les systèmes éducatifs rencontrés, ainsi que les grands penseurs qu’il a connus à l’occasion du voyage. Il dresse à ce propos un parallèle entre les normaliennes auxquelles il s’adressait, et les missionnaires :

« Nous sommes venus installer à l’École Normale de Caetité, un noviciat d’instituteurs et de maîtres, qui, plus tard, iront enseigner et éduquer dans la terre sertaneja » (Penna, 1926 ).

19Avec cette image des normaliennes, l’Inspecteur Général de l’Enseignement de Bahia de retour de Paris, montrait tout ce qu’il avait pu assimiler des actions de Jules Ferry, le ministre de l’Instruction Publique française qui, dans les années 1880, édicta les lois et réglementations qui firent de l’instruction primaire un service public. Comme ce dernier, Anísio Teixeira appelait les professeurs, partout dans le sertão, à préparer des enfants instruits, libres, égaux et mûrs pour une vie civique. De là, la confrontation qu’il fait entre l’école républicaine française et les expériences pédagogiques faites ailleurs en Europe afin de démontrer que, plus que l’adoption de nouvelles théories pédagogiques, il y avait une sage prudence en France :

« Montessori en Italie, Decroly en Belgique, Kerchensteiner en Allemagne, Neill en Angleterre, et tant d’autres anonymes ont empilé processus sur processus, systèmes sur systèmes, chacun plus fascinant. Ces systèmes dont j’ai eu l’opportunité de voir fonctionner quelques-uns dans les établissements mêmes où ils étaient nés, exigent des efforts qui sont loin de pouvoir se généraliser. Pour leur mise en œuvre, nous avons besoin de maîtres qui présentent des qualités supérieures d’intelligence, d’ingéniosité et de culture. Notre attitude ne peut être que de prudence devant ces innovateurs. Alors que les pays voisins s’agitent dans la plus fébrile des activités pédagogiques, le vieil et sage organisme d’enseignement primaire français attend patiemment les conclusions définitives. Son sens de conservation et l’excessive complexité de la machine scolaire garantissent à cet organisme une vigueur et une sécurité exceptionnelles » (Penna, 1926).

20Dans tous ces propos, on peut voir les effets de ce voyage sur son destin d’homme politique catholique responsable de la question éducative : il l’a mis en contact avec la vie sociale et politique de pays qui vivaient les angoisses de l’entre-deux guerres, et avec les débats sur le rôle de l’Église face aux avancées des idées socialistes, fascistes et communistes ; il l’a rapproché du pouvoir central de l’Église Catholique ; et lui a permis de réaliser sa première étude sur les expériences éducatives en Europe. À son retour, son discours sera plus en accord avec le gouvernement du banquier Góis Calmon à Bahia –qui l’avait nommé Inspecteur de l’Enseignement– qu’avec toutes les nouvelles pédagogies condamnées par l’Église, telles les théories libertaire qui fondent l’école créée en 1921 par Alexander Sutherland Neill à Summerhill.

Voyage aux États-Unis d’Amérique : premier stage de formation à l’administration scolaire

21Pour son deuxième déplacement international, en 1927, Anísio Teixeira voyage sans compagnie. Il est mandaté par l’État de Bahia qui, cette fois, lui confie la tâche d’étudier le système d’éducation américain, dont le succès, croyait-on, aurait garanti le progrès de ce pays. Il se rend directement à l’Université de Columbia où, pour reprendre les termes de Gilberto Freyre, qui y avait étudié, « On rencontrait la crème de la jeunesse étrangère qui se préparait à devenir, à l’âge mûr, des “leaders” dans leurs pays, les futurs leaders du monde » (Pallares-Burke, 2005 : 167). Outre Gilberto Freyre et Oscar Teixeira, Octávio Mangabeira, futur sénateur et Afrânio Peixoto, membre de l’Académie brésilienne des Lettres, tous bahianais, collaborateurs du projet anisien, étaient passés par cette université.

22La lecture à bord, citée dans son journal de voyage, ne fut pas choisie au hasard : il établissait un parallèle entre le fordisme et la pensée de Saint Thomas d’Aquin et de Ignace de Loyola, imprégnés de discipline et de croyance dans les vertus du travail :

« Dans des champs divers –l’un dans la vie spirituelle, l’autre dans la vie industrielle– deux livres m’ont donné la sensation de plénitude, de profond accord, d’inexistence du doute : Les exercices spirituels d’Ignace de Loyola ; My Life and Work de Henry Ford » (Teixeira, 1927).

23Son journal montre une continuité de la pensée ébauchée dans les textes du voyage en Europe. Il s’agit d’une réflexion sur l’organisation politique et sur le système éducatif où la défense de l’école catholique persiste en opposition à ce qui lui déplaît dans le modèle républicain français centralisé, qui, comme les mouvements brésiliens en faveur de l’éducation, proposaient une éducation laïque.

« Ma croyance politique s’est définitivement inclinée vers les régimes décentralisés, qui facilitent la floraison des énergies individuelles et des initiatives personnelles, et qui garantissent une exacte classification sociale. Régime libre et juste. (…) Dans le domaine de la pensée ou de la religion, nous pouvons certes faire ce que nous voulons, mais ce qui nous est donné par l’école, par le gouvernement, est fait dans une perspective positiviste ou agnostique. Nous avons la liberté de choisir, mais le pauvre ne peut pas, au Brésil, donner une éducation catholique à son enfant. Ceci constitue une restriction sérieuse et incontestable. » (Teixeira, 1927)

24Pendant ce séjour, Anísio Teixeira a fréquenté assidûment la maison du Consul Général du Brésil, Sebastião Sampaio, lieu privilégié de rencontre des personnalités brésiliennes de passage à New York où il a connu quelques-uns des intellectuels et hommes politiques qui, trois ans plus tard, participeront à ses projets de construction d’un système éducatif national. C’est, par exemple, le cas du géographe et historien Delgado de Carvalho, formé à l’École des Sciences Diplomatiques de Paris et à l’École d’Économie et de Politique à Londres, premier président de l’Association Brésilienne d’Éducation récemment formée (Carvalho, 1960).

25Outre ces personnalités nationales, ce voyage lui a également permis de rencontrer des éducateurs américains qui vont sensiblement infléchir son projet. John Dewey et William Heard Kilpatrick sont les deux auteurs qu’il cite le plus. Il témoigne de son admiration pour John Dewey dans son livre Aspectos da Educação Americana. Dans ce livre qui ressemble à un récit de voyage apparaissent quelques-uns des thèmes de l’« Agenda des Pionniers de l’Éducation nouvelle », publié en 1932 : méthodes d’éducation basées sur le développement de l’intellect et sur la capacité de jugement ; construction d’un cursus où le savoir est constitué de connaissances et d’expériences qui interagissent de façon dynamique ; ou mieux, un cursus plus pratique, s’accordant avec l’industrialisation, tourné vers le développement de savoirs-faire exigés pour des transformations concrètes.

26Mais ce qui attire le plus Anísio Teixeira vers la philosophie éducative de Dewey, c’est la possibilité qu’elle lui offrait de dominer les angoisses qu’il éprouvait depuis son voyage en Europe en compagnie de l’Archevêque-Primat des Jésuites du Brésil. Sa lecture de Dewey lui montre qu’il serait possible de penser le processus éducatif au service de la mutation du monde à partir de l’expérience, sans questionner la société et les valeurs religieuses de l’époque.

27La notion d’éducation véhiculée par Dewey, résumée par l’idée de reconstruction continue de l’expérience (sociale, culturelle, technologique, philosophique), n’écartait pas l’expérience religieuse, car « la société doit avoir un type d’éducation qui donne aux individus un intérêt personnel dans les relations et le contrôle sociaux, et des habitudes d’esprit qui assurent des altérations sociales sans introduire de désordre » (Dewey, 1959 : 106).

28Ainsi, en arrivant à Bahia fin 1927, Anísio Teixeira peut reprendre ses activités à l’Inspection de l’Instruction Publique armé pour affronter les rumeurs selon lesquelles il partirait immédiatement pour le noviciat jésuite, rumeurs alimentées par le journalisme politique de ses adversaires.

Second voyage aux États-Unis : une année d’études

  • 4 Monteiro Lobato a traduit deux livres de H. Ford : Os princípios da properidade (Rio de Janeiro, s. (...)

29Anísio Teixeira s’est inscrit à l’Université de Columbia pour suivre des études de philosophie de l’éducation selon les modèles proposés par Dewey en 1928. Muni d’une lettre de recommandation d’Octávio Mangabeira, Ministre des Relations Extérieures du Brésil, allié bahianais de sa famille, il a été reçu par le célèbre éditeur et écrivain Monteiro Lobato, alors Attaché Commercial du Brésil à New York. Les affinités électives qui rapprochent les deux hommes les ont amenés, pendant presque une année, à accomplir ensemble un large programme social et culturel : aller à des concerts ou à des expositions, faire des voyages, et visiter les usines Ford4. Ces affinités se transformèrent en amitié, et cette dernière joua un rôle important dans l’insertion d’Anísio Teixeira dans des espaces sociaux et politiques, non seulement en Amérique, mais aussi à son retour au Brésil, à São Paulo et à Rio de Janeiro, grâce aux liens maintenus sur place par Monteiro Lobato avec la presse de São Paulo et avec les hommes politiques et les intellectuels liés au Parti démocratique, récemment créé, et avec le Mouvement pour l’éducation nouvelle, mouvement pour la « modernisation » du système d’enseignement :

« Ce fut une période extraordinairement significative de ma vie, entre juin 1928 et juin 1929, que j’ai commencé en faisant la connaissance de Lobato, et qui se termine avec celle de V. à Rio. J’ai l’impression que c’est pendant cette année que je me suis rencontré moi-même. Année d’études à la Columbia University, la découverte de J. Dewey, la révision (ou de la reconversion ?) philosophique et les grandes amitiés intellectuelles – Lobato, Fernando, Lourenço, Afrânio Peixoto et beaucoup d’autres… » (Vidal, 2000 : 132).

30En 1929, il termine son Master of Art, un œil toujours tourné vers son poste d’Inspecteur de l’Enseignement bahianais, ce qui l’a amené à écrire à son remplaçant :

« Je fréquente sept cours différents et je lutte comme je peux pour rendre compte du sujet. Je veux obtenir des facilités pour travailler chez nous. Je continue dans le but d’écrire un manuel de l’éducation. Qu’en penses-tu ? Et encore, d’organiser un plan pour les écoles normales d’instituteurs » (Pereira Guimarães, 1982 : lettre 07/03/1929).

31Tandis qu’il étudiait les politiques éducatives de différents pays, il s’indignait en comparant les investissements en éducation aux États-Unis, aux Philippines, et ceux de l’Université de Bahia, aux dotations budgétaires si réduites. Ce deuxième voyage a contribué à l’évolution de ses conceptions politiques.

32Dans une lettre à son remplaçant dans le poste d’Inspecteur de l’Enseignement, il fait part de cette évolution qui entraînera, au début des années 30, des heurts avec les directions catholiques du mouvement en faveur de l’institutionnalisation du système d’enseignement :

« J’en suis à reconstruire toute ma philosophie, la dirigeant vers des chemins qui m’éloigneront très probablement du catholicisme même. Ma réflexion depuis mon premier voyage en Amérique et la découverte de son pragmatisme, n’est pas encore terminée » (Pereira Guimarães, 1982 : lettre du 07/11/1928).

33Soucieux de sa position, il ne perd pas de vue le déroulement de la politique bahianaise. Il écrit régulièrement, en demandant des nouvelles et en fournissant des orientations à son remplaçant. Il donne son avis sur les changements au sein de l’administration du système éducatif bahianais, particulièrement sur les nominations et les mises à l’écart. Il écrit aussi régulièrement au gouverneur Góis Calmon et à d’autres membres du gouvernement. En même temps, il ne ménage pas ses efforts pour conquérir une place dans l’espace international, en s’essayant à la publication de petites notes sur le Brésil dans la presse américaine (Pereira Guimarães, 1982 : lettre du 11/10/1928).

34À son retour, il compte sur une lettre de recommandation, de Monteiro Lobato à Fernando de Azevedo, Directeur de l’Instruction Publique du District Fédéral (Rio de Janeiro), lié au Mouvement de l’école nouvelle et au journal O Estado de São Paulo, courant dominant dans les fronts d’opposition à l’élite oligarchique pauliste. La lettre enthousiaste de Lobato, élément clef pour ouvrir les portes permettant d’accéder aux groupes politiques de São Paulo et de Rio de Janeiro, annonçait déjà les innovations qu’Anísio Teixeira pourrait apporter dans le processus d’implantation du système d’enseignement :

« Fernando, quand tu recevras la présente, arrête tout ! Jette dehors tout sénateur qui t’importune. Débarrasse la pièce des gens et occupe-toi de celui que je te présente, car c’est notre grand Anísio Teixeira, l’intelligence la plus brillante et le plus grand cœur que j’aie rencontré dans les dernières années de ma vie. Anísio a vu, senti et compris l’Amérique, et il va te dire ce que signifie ce nouveau phénomène dans le monde » (Vianna Filho, 1990).

35En arrivant à Salvador, il trouve sa famille profondément divisée par la situation politique du pays, d’un côté ceux qui appuyaient les forces révolutionnaires liées à Getúlio Vargas et de l’autre ceux qui, comme son père, appuyaient les oligarchies liées à Góis Calmon.

36C’est ainsi qu’avec la révolution de 1930, et la montée de Getúlio Vargas au pouvoir national, il perd l’espoir d’être désigné comme candidat à la députation fédérale, sur laquelle il comptait. Il écrit à son père, de Salvador, rendant compte des changements qui, pendant son séjour aux États-Unis, s’étaient produits dans la politique régionale :

« Quant à moi, les promesses sont toujours grandes… On dit que ma candidature était très juste. Papa, il ne faut pas oublier que dans ces occasions, vous redevenez un courant politique, et le plus authentique et traditionnel de l’état… » (Vianna Filho, 1990).

37Se déplaçant à Rio de Janeiro, il rencontre les dirigeants du mouvement national en faveur de la rénovation de l’éducation, et discute avec eux les principes pédagogiques proposés par les éducateurs américains. Ainsi, grâce à son diplôme supérieur et à ses compétences acquises lors de ses études à l’étranger il sera coopté par le Service public fédéral.

Le nationalisme pédagogique en débat

38L’arrivée à Rio de Janeiro en 1930 est marquée par son mariage avec Emilia Ferreira, belle-soeur de Nestor Duarte, le célèbre auteur bahianais d’une étude classique sur la pratique politique brésilienne « A ordem privada e a organização política nacional ».

39Son insertion dans la capitale fédérale commence à l’École Normale, où il cherche à faire valoir son séjour à l’Université de Columbia, au moment où Getúlio Vargas, reconnu comme chef du Gouvernement Provisoire, suspend le Congrès, censure la presse et remplace les gouverneurs des états fédérés par des agents nommés par le pouvoir central, en général de jeunes officiers mobilisés depuis le début des années 20. Mieux, Anísio Teixeira est arrivé à Rio au moment où les composantes idéologiques s’affrontaient avec vigueur dans la vie politique nationale, l’éducation devenant un enjeu de choix à l’occasion de la création du Ministère de l’Éducation.

40D’un côté, l’Église Catholique, qui voyait dans l’éducation un secteur stratégique dans la reconquête du pouvoir symbolique qu’elle avait perdu avec la proclamation de la République et la suppression de l’enseignement religieux de la nouvelle Constitution. Dans une revue intitulée A Ordem, sa direction appelait les catholiques à lutter pour le renforcement de la position de l’Église dans la société. La mobilisation était dirigée contre la croyance dans les pouvoirs de la technique et de la science pour l’organisation de la vie et de l’action sociale. Elle proposait, en échange, une sociologie chrétienne, fondement d’une rationalité de la foi (diffusion du thomisme), une méthode qui restaurerait les valeurs métaphysiques susceptibles de conduire à une renaissance spirituelle. Contre la montée de l’individualisme ou la croyance dans l’État, cette sociologie chrétienne prônait les vertus de la famille.

41L’autre pôle était constitué par le Mouvement de l’École Nouvelle, structuré autour de quelques noms, comme Fernando de Azevedo, qui avait été directeur de l’Instruction Publique du District Fédéral (1926-1930), Lourenço Filho, Directeur Général de l’Enseignement Public de São Paulo, et d’Anísio Teixeira lui-même, qui avait rejoint le Mouvement. Depuis le milieu des années 20, ses membres s’efforçaient de rendre publique la question de l’éducation par la tenue de conférences nationales et la publication de revues. Le mot d’ordre de ce groupe était l’école publique, universelle et gratuite. Il reviendrait à l’État, et non aux groupes de particuliers, de réaliser cette tâche. L’enseignement laïc aurait pour fonction de former le citoyen, libre et conscient, du grand État National que le Brésil était en train de devenir. Parmi ces principes et objectifs, Anísio Teixeira cherchait à intégrer les principes pédagogiques appris avec Dewey.

42Ce travail a contribué à conforter sa position au sein du Ministère de l’Éducation, dans la bataille pour l’organisation de l’enseignement secondaire et supérieur. Ses relations avec des groupes qui intervenaient dans la sphère du Ministre Francisco Campos ont beaucoup participé à cette reconnaissance. Citons Afrânio Peixoto, filleul de ses parents, médecin formé à Bahia, homme politique élu à Rio de Janeiro, auteur d’une œuvre scientifique et littéraire connue dans le pays et à l’étranger. Ce fut Afrânio Peixoto qui le présenta à Venâncio Filho, président de l’Associação Brasileira de Educação (ABE) et à Pedro Ernesto Batista, nommé par le gouvernement révolutionnaire maire du District Fédéral. Themistocles Cavalcanti, Procureur du Tribunal Spécial –ex-camarade d’Anísio Teixeira à la Faculté de Droit (1920-1922), ami du Ministre Francisco Campos– suggère son nom pour participer à la réorganisation de l’Enseignement Secondaire.

  • 5 Lettre du 11 janvier 1934, Diana Gonçalves Vidal. Na batalha da educação : correspondência entre An (...)
  • 6 L’Institut d’Éducation a été confié à Lourenço Filho et à Mário de Brito ; l’Institut de Recherches (...)

43En 1931, Anísio Teixeira est convié à la Direction de l’Instruction Publique du District Fédéral, dirigée auparavant par Fernando de Azevedo. Dans cette Direction, il a continué la réforme éducative commencée par son prédécesseur. Il s’engagea même dans le combat du courant qui luttait pour l’autonomie de Rio de Janeiro comme District Fédéral. Il écrivit à son prédécesseur : « je crois déjà vous avoir dit mon impression qu’il est impossible de mener, au Brésil, une bataille éducative, avant d’avoir gagné le combat pour le District Fédéral »5. Et pour mener la bataille éducative, Anísio Teixeira réunit les meilleurs noms de son large réseau de relations, édifié pendant sa studieuse formation internationale6, tous distants des anciennes familles dirigeantes de la Première République. Il utilise son expérience de maître d’œuvre de la réforme de l’éducation à Bahia.

44Ses nouvelles alliances et conceptions politiques l’ont confronté à la direction catholique, en lutte avec le groupe de l’École Nouvelle, après la publication du « Manifeste des Pionniers pour l’Éducation nouvelle». Ce document, considéré comme la marque inaugurale du projet de rénovation éducative du pays, dénonce la désorganisation du système scolaire et démontre la nécessité pour l’État d’organiser un plan général d’éducation avec pour base l’école unique, publique, laïque, obligatoire et gratuite.

45Dans le District Fédéral, à côté du maire Pedro Ernesto et de Afrânio Peixoto, Anísio Teixeira, dans sa tentative de réformer l’école secondaire, a essuyé les premières critiques de l’Église Catholique. Son projet de réforme allait bien plus loin, il comportait la création d’un système intégré de scolarisation à tous les niveaux et modalités d’enseignement – avec une attention spéciale pour l’enseignement secondaire, assurant l’habilitation à l’enseignement supérieur de tous les diplômés – et la mise en œuvre des mesures conçues pour le projet commandé par Francisco Campos, Ministre de l’Éducation.

46Un autre défi qu’il assuma, dès ses fonctions d’Inspecteur de l’Enseignement à Bahia, fut la formation des professeurs et la promotion de la recherche en éducation, questions qu’il avait étudiées à l’Université de Columbia et qui le mèneront au poste de secrétaire général de la CAPES – Commission de Perfectionnement des Enseignants du Supérieur – et à la direction de l’INEP – Institut National d’Études Pédagogiques dans les années 50. Dans la Réforme du District Fédéral, il organise l’Institut de l’Éducation, de manière à le faire fonctionner comme un laboratoire avec un jardin d’enfants, une école primaire et une école secondaire. Il fonde également l’Institut de Recherche en Éducation afin de recueillir des données sur la réalité éducative, qui serviraient d’appui aux plans d’actions. L’Institut de l’Éducation sera incorporé à l’Université du District Fédéral – UDF (Mariani, 1982), point culminant du projet de réforme, composante fondamentale de la proposition de transformation sociale, basée sur la croyance que l’Université « pourrait collaborer effectivement à une coordination intellectuelle qui irradie la connaissance humaine entre les différentes couches de la société. Une coordination universitaire éviterait les autodidactes, la connaissance comme simple facteur de différenciation sociale, l’isolement des intellectuels, la ségrégation culturelle de la population » (Meucci, 2006 : 117)

  • 7 « Cette institution se proposait comme objectifs : a) promouvoir et stimuler la culture, de façon à (...)

47Comme concepteur et premier recteur de l’Université du District Fédéral, le mot d’ordre fut de développer la recherche, de former des cadres pour un état efficace. Cinq facultés étaient projetées pour composer l’Université : les Sciences, l’Éducation, l’Économie et le Droit, la Philosophie et l’Institut d’Arts, avec des cours d’administration et d’orientation scolaire, de diplomatie, de statistique, de service social, de bibliothéconomie, de journalisme, de publicité, d’archives et d’arts cinématographiques, entre autres7.

48S’appuyant sur les engagements d’intellectuels brésiliens et de professeurs étrangers, le projet gagnait de la visibilité et exprimait le pouvoir politique de ses concepteurs. Dans la liste des professeurs brésiliens se détachent : Candido Portinari, Carlos Delgado de Carvalho, Gilberto de Mello Freyre, Heitor Villa-Lobos, Heloísa Alberto Torres, Josué de Castro, Sérgio Buarque de Holanda. Le groupe d’étrangers choisis par Afrânio Peixoto était une mission française, composée de Émile Brehier, philosophe, Eugène Albertini, Henri Hauser et Henri Tronchon, historiens, Gaston Leduc, linguiste, Pierre Deffontaines, géographe et Robert Garric, littéraire (Paim, 1982).

  • 8 Fernando de Azevedo, alors Secrétaire de l’Éducation de l’État de São Paulo, a produit et fait appr (...)

49Anísio Teixeira réalise les réformes en légiférant et en créant des écoles et des instituts. Les lettres échangées avec Fernando de Azevedo témoignent de cette conviction, quand Teixeira y argumente sur le Code de l’Éducation de São Paulo8 :

« Je juge que l’on peut affirmer que, plus encore qu’une certaine déficience administrative sensible dans les secteurs de l’enseignement, ce qui a le plus nui à l’éducation, dans notre pays, c’est le manque de législation adéquate, uniforme et complète en la matière » (lettre du 26 avril 1933, cf. Vidal, 2000 : 17).

50Les actions régionales du groupe dirigé par Anísio Teixeira, sous l’influence du pragmatisme américain, étaient combattues non seulement par l’autorité catholique, qui tentait de limiter le conflit avec l’État afin de placer ses cadres dans les postes de direction du système, mais aussi par le groupe au pouvoir dans le gouvernement fédéral, dirigé par les deux premiers ministres de l’Éducation nationale, Francisco Campos et Gustavo Capanema. Ce groupe défendait une troisième version des objectifs de l’éducation nationale : prenant le contre-pied du principe proposé par Anísio Teixeira, d’éduquer pour la démocratie, sa préoccupation était au contraire, conformément aux discours autoritaires importés d’Europe, y compris de Mussolini, dont les idées venaient de connaître une large diffusion, à savoir l’intégration politique des masses et la nécessité de les enrégimenter dans un idéal commun. La pédagogie devrait avoir pour but de mettre sous tutelle la jeunesse, en modelant sa pensée, en l’ajustant aux objectifs de l’État.

51Ce projet d’éducation publique exigeait non seulement un cadre juridico administratif, mais des négociations avec l’Église catholique, qui concentrait l’essentiel des investissements éducatifs. Le ministre de l’Éducation, Gustavo Capanema, après la campagne de l’Église catholique, surtout à travers la plume de l’écrivain Alceu de Amoroso Lima, contre Anísio Teixeira et les membres du gouvernement fédéral qui l’appuyaient, l’éloigne de son poste de Secrétaire d’Éducation et de la fonction de recteur de l’UDF (Meucci, 2006). Il est remplacé par le leader des penseurs autoritaires, Francisco Campos, dans le premier poste, et par le modéré Afrânio Peixoto à la tête de l’Université. Francisco Campos, distribue un questionnaire aux professeurs, journalistes, scientifiques et prêtres, afin d’élaborer un plan national d’éducation, ravivant le débat autour du monopole de l’enseignement. Le plan fut approuvé « en bloc » après le coup d’État de 1937, avec une clause spécifiant qu’il ne pourrait être amendé qu’après dix ans d’application. Il comportait un accord entre les autorités d’enseignement et les « autorités religieuses compétentes », un enseignement didactique avec des examens d’accès à chaque niveau d’enseignement, un curriculum au contenu classique. Durant les dix années qui s’écoulent après l’entrée en vigueur de ce code d’éducation nationale, Anísio Teixeira s’est réfugié à Bahia où il se consacre aux affaires : à l’importation d’automobiles, à l’exploitation et à l’exportation de minerais, associé avec des groupes économiques nord-américains, sans pour autant perdre le contact avec ses alliés politiques bahianais et avec les éducateurs brésiliens.

Le retour sur la scène politique

52Anísio Teixeira revient sur la scène politique en 1946, invité par Julien Huxley, Premier Secrétaire Exécutif de l’UNESCO pour être Conseiller à l’Enseignement Supérieur dans l’immédiat après-guerre, alors que les forces internationales se réorganisent sous l’hégémonie américaine. Il reste dans cet organisme sept mois seulement, voyageant entre Londres, Paris et New York. En 1947, il quitte l’UNESCO pour le Secrétariat de l’Éducation de Bahia, dans le gouvernement du vieil allié de la famille, Otávio Mangabeira. Dans ce poste, il resserre les liens de coopération avec les experts de l’UNESCO et avec les intellectuels de l’Université de Columbia.

53Il reprend le projet interrompu en 1935 dans le District Fédéral, créant une école modèle et une fondation de recherche. Cette fondation pour le Développement de la Science à Bahia, créée en 1949, commence ses travaux en 1951, elle s’appuie sur deux conventions : l’une avec l’UNESCO et l’autre avec l’Université de Columbia (Viana Filho, 1990).

54En 1951, avec le retour de Getúlio Vargas au pouvoir national, élu démocratiquement à la tête d’un front nationaliste promoteur de l’industrialisation, le nom d’Anísio Teixeira est cité comme l’un des principaux artisans de la politique de soutien aux activités scientifiques et à l’essor d’une technologie d’exploitation de l’énergie atomique. Son ancienne équipe du District fédéral va jouer un rôle prépondérant dans le montage de cette armature. C’est grâce à elle que se réalisent la création, en 1951, de la première structure gouvernementale d’appui à la recherche, le CNPq – Conselho Nacional da Pesquisa/Conseil National de la Recherche –, ainsi que de la CAPES – Commissão de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nivel Superior/Commission de Perfectionnement du Personnel de l’Enseignement Supérieur –, et de l’INEP – Instituto Nacional de Estudos Pedagógicos/Institut National d’Études Pédagogiques. Ces structures rendent possible la participation des chercheurs brésiliens dans la compétition scientifique induite par la guerre froide et affirment la dimension internationale du projet éducatif développé par Anísio Teixeira.

55De retour sur la scène nationale, Anísio Teixeira assume le Secrétariat Général de la CAPES et, pendant toute la décennie de 1950, ses alliés occuperont des postes-clés : ils seront représentés au Conseil du CNPq ; ils assumeront la Présidence de l’INEP (devenu organisme exécutant les politiques de la CAPES) ; ils créeront le CBPE – Centro brasileiro de pesquisas educacionais/Centre brésilien de recherches en éducation ; et ils tiendront la présidence de la SBPC – Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência/Société brésilienne pour le progrès de la science.

56Depuis la fin de la seconde guerre mondiale et le vote d’une nouvelle constitution en 1946, rétablissant les droits civiques, le congrès national a commencé à débattre de nouvelles orientations du système éducatif brésilien, notamment à propos de l’enseignement secondaire, examinant ce qui sera connu comme la « loi des directives et bases de l’éducation nationale ». Ces débats ont duré de 1948 à 1960. Anísio Teixeira en sera un débatteur acharné, en opposition avec les tenants des intérêts ecclésiastiques défenseurs de l’éducation privée. À cette occasion, il trouvera l’appui de ses anciens alliés de Rio de Janeiro et celui des savants de la SBPC (Société Brésilienne pour le Progrès de la Science).

57L’examen de la trajectoire d’Anísio Teixeira permet de dire que le capital tout à fois académique et symbolique, relationnel et politique accumulé dans ses voyages et séjours internationaux, ainsi que ses alliances politiques l’ont élevé à la place de grand inspirateur et dirigeant du projet d’Éducation nationale brésilienne en vigueur jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Azevedo (F.), 1971, História de minha vida, São Paulo, Editora José Olympio, p. 279.

Campos (F.), 1941, « A política e as características espirituais do nosso tempo », Rio de Janeiro, Imprensa nacional.

Carvalho (D.), 1960, « Anísio, Vulcão de Idéias » in F. de Azevedo (dir.), Anísio Teixeira : Pensamento e Ação, Rio de Janeiro, Editora Civilização Brasileira, consultable sur www.prossiga.br/anisioteixeira (non paginé).

Dewey (J.), 1959, Democracia e Educação, São Paulo, Companhia Editora Nacional.

Fausto (B.), 1970, A Revolução de 30 historiografia e história, Editora Brasiliense.

Gouveia Neto, (H.), 1973, Anísio Teixeira : educador singular, São Paulo, Cia Editora Nacional.

Iglésias (F.), 1993, Trajetória política do Brasil : 1500-1964, São Paulo, Cia das lettras.

Lima (H.), 1978, Anísio Teixeira : estadista da educação, Rio de Janeiro, Ed. Civilização Brasileira, p. 212.

Mariani (M.), 1982, « Educação e ciências sociais : O Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais », in S. Schwartzman (dir.), Universidade e instituições científicas no Brasil, Rio de Janeiro, CNPq, pp. 169-195.

Meucci (S.), 2006, « Gilberto Freyre e a sociologia no Brasil : da sistematização à constituição do campo científico », Tese de Sociologia, UNICAMP, 349 p.

Paim (A.), 1982, « Por uma universidade no Rio de Janeiro », in S. Schwartzman (dir.), Universidade e instituições científicas no Brasil, Rio de Janeiro, CNPq, pp. 17-96.

Pallares-Burk (M.), 2005, Gilberto Freyre um vitoriano dos trópicos, São Paulo, Editora da Unesp.

Pang (E.), 1979, Coronelismo e Oligarquias 1889-1943. A Bahia na Primeira República brasileira, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira.

Penna (A.), 1926, « Eschola Normal de Caetité : sua solene inauguração », A Penna, Caetité, 29 avril.

Pereira Guimarães (A.), 1982, Dois sertanejos baianos do século XX, Salvador, Universidade Federal da Bahia.

Teixeira (A.), 1924, « A propósito da “Escola Única” », Revista do Ensino, Salvador, vol. 1, n° 3, consultable sur www.prossiga.br/anisioteixeira (non paginé).

Teixeira (A.), 1925-a, « Anotações de viagem à Europa », Lisboa, FGV/CPDOC.

Teixeira (A.), 1925-b, « Paris é um filho espiritual de Roma », Entrevista, A Tarde, Salvador, 30 novembre.

Teixeira (A.), 1927, « Anotações de viagem aos Estados Unidos », Navio Pan American, FGV/CPDOC.

Teixeira (A.), 1928, Aspectos da educação americana, Salvador, Tip. de São Francisco.

Teixeira (A.), s. d., Em marcha para a democracia a margem dos Estados Unidos, Rio de Janeiro, Editora Guanabara.

Teixeira (A.), 1934, Educação progressiva : uma introdução à filosofia da Educação, 2e ed., São Paulo, Cia Editora Nacional.

Teixeira (A.), 1997, Educação para a democracia : introdução à administração educacional, 2e ed., Rio de Janeiro, Editora UFRJ,
http://www.prossiga.br/anisioteixeira/

Viana Filho (L.), 1990, Anísio Teixeira : a polêmica da educação, Rio de Janeiro, Nova Fronteira.

Vianna (A.) & Fraiz (P.) (dir.), 1986, Conversas entre Amigos. Correspondência escolhida entre Anísio Teixeira e Monteiro Lobato, Rio de Janeiro, CPDOC/Fundação Cultural da Bahia.

Vidal (D.) (dir.), 2000, Na batalha da educação : Correspondência entre Anísio Teixeira e Fernando Azevedo (1929-1971), São Paulo, IEB/ CDAPH-IFAN/Universidade São Francisco.

Vieira (E), 1976, Oliveira Vianna e o Estado corporativo, São Paulo, Grijalbo.

Haut de page

Notes

1 L’expression « républicaniser la République » est de l’historien Francisco Iglésias (1993 : 231). Il l’utilise pour souligner que la proclamation de la République, le15 novembre 1889 fut, de fait, une parade réunissant militaires et hommes politiques, dont beaucoup de ralliés de la dernière heure. La révolution de 1930 fut initialement un soulèvement dans divers points du pays –Rio Grande do Sul, Minas Gerais, Paraiba– à l’origine d’une profonde transformation de la vie nationale (cf. Fausto, 1970).

2 Le « Capitão-Mor », pendant la période coloniale brésilienne, était nommé par la couronne portugaise à partir d’une liste de trois noms présentée par le conseil municipal. Ils étaient désignés parmi les fils de familles nobles et fortunées.

3 Le voyage est documenté dans des discours et articles écrits par l’auteur pendant cette période, et dans Teixeira (1927), cf. http://www.prossiga.br/anisioteixeira/ [sans pagination].

4 Monteiro Lobato a traduit deux livres de H. Ford : Os princípios da properidade (Rio de Janeiro, s. d., Brand), et Minha vida, minha obra (São Paulo, 1925, Graphico – Monteiro Lobato).

5 Lettre du 11 janvier 1934, Diana Gonçalves Vidal. Na batalha da educação : correspondência entre Anísio Teixeira e Fernando de Azevedo (1929-1971), São Paulo, IEB/CDAPH – IFAN/Universidade São Francisco, 2000, p. 22.

6 L’Institut d’Éducation a été confié à Lourenço Filho et à Mário de Brito ; l’Institut de Recherches en Éducation, à Delgado de Carvalho ; la Surintendance de l’Enseignement Secondaire, à Joaquim Faria Góes ; les Bibliothèque et Cinéma Éducatif, à Armando de Campos ; l’Éducation Musicale, au maestro Villa-Lobos. Cf. Viana Filho, 1990.

7 « Cette institution se proposait comme objectifs : a) promouvoir et stimuler la culture, de façon à concourir au perfectionnement de la communauté brésilienne ; b) encourager la recherche scientifique, littéraire et artistique ; c) propager les acquisitions de la science et des arts par l’enseignement régulier de ces écoles, et par les cours d’extension populaire ; d) former des professionnels et des techniciens dans les différentes filières d’activité que leurs écoles et instituts comporteraient ; et promouvoir la formation du corps enseignant dans tous ses degrés » (Paim, 1982 : 69).

8 Fernando de Azevedo, alors Secrétaire de l’Éducation de l’État de São Paulo, a produit et fait approuver un document légal, appelé Code de l’Éducation, où il a inséré toutes les différentes lois sur le sujet. Et il l’a distribué comme un manuel à tous les professeurs de l’État. Cf. Azevedo, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agueda Bittencourt, « Anísio Teixeira », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 2 | 2009, 139-156.

Référence électronique

Agueda Bittencourt, « Anísio Teixeira », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/713

Haut de page

Auteur

Agueda Bittencourt

Professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Campinas, Faculté d’éducation. agueda@unicamp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org