Navigation – Plan du site

La mobilité internationale à destination de la France

Objectivation des parcours et expérience existentielle
International mobility to France. Objectivation of trajectories and existential experience
Marie-Claude Muñoz
p. 157-181

Résumés

Les échanges scientifiques contribuent à la mobilité internationale des universitaires brésiliens et à la circulation des savoirs. Dans cet article nous présentons les résultats d’une enquête qualitative auprès d’anciens boursiers de l’état brésilien qui ont fait des études doctorales (doctorat, doctorat sandwich, post-doc), en sciences humaines et sociales, en France. Nous analysons les conditions de la mobilité internationale (capital scolaire, capital social) et les investissements qu’elle implique, le vécu du stage en France et l’usage, de retour au Brésil, des titres et compétences acquis. Les entretiens nous éclairent sur les interrelations complexes entre facteurs objectifs et subjectifs et sur les processus qui déterminent le choix des agents ainsi que sur les perspectives ouvertes par le passage à l’international.

Haut de page

Texte intégral

1Traditionnellement, les études à l’étranger étaient réservées aux héritiers d’une élite brésilienne cosmopolite. Le voyage en Europe faisait partie de leur formation. Au cours du XXe siècle, le Brésil va connaître de profonds changements avec la modernisation de son appareil de production et de l’espace intellectuel et politique. La démocratisation relative de l’éducation et le développement de l’enseignement supérieur vont susciter dans de nouvelles couches sociales un intérêt et une demande de plus en plus forte pour les études à l’étranger. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les politiques publiques nationales ou fédérales vont répondre à la fois à cette demande et aux besoins de développement du pays.

Introduction

La politique de mobilité internationale du Brésil

  • 1 CAPES (Coordenação do aperfeiçoamento do pessoal de nível superior, Coordination de perfectionnemen (...)
  • 2 Voir le rapport d’Angela Xavier de Brito (1997) sur les bourses sandwich.
  • 3 Le COFECUB (Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil ) a pour vo (...)

2Au début des années 50, avec le second gouvernement de Getulio Vargas, le Brésil a une politique volontariste de développement de l’enseignement supérieur et de formation de docteurs à l’étranger. Il s’agit de constituer un corps qualifié de docteurs, dont le séjour à l’extérieur soit un apport pour les sciences et pour l’enseignement supérieur brésiliens. Trois grandes agences de financement1 sont créées dans les années 50-60, pour le soutien à la formation et à la recherche. Deux sont créées en 1951, la CAPES, par le grand réformateur du système éducatif brésilien Anísio Teixeira, et le CNPq ; la FAPESP est créée en 1962. Ces agences vont être un facteur d’autonomisation du Brésil par rapport à l’offre de formation des pays européens et nord-américains. L’autre moment décisif est la réforme de l’Université promue par le gouvernement militaire au pouvoir depuis le coup d’état de 1964. La réforme de 1968 institutionnalise les 3e cycles et assure la professionnalisation des jeunes docteurs. Les bourses doctorales à l’étranger, jusqu’alors destinées aux disciplines des Sciences fondamentales et appliquées, vont s’étendre aux Sciences humaines et sociales. La création en nombre des formations doctorales dans les années 70 a nationalisé la formation des élites et réduit les attributions de bourse de doctorat plein à l’extérieur. Dans les années 80, elle est remplacée par la « bourse sandwich »2 afin de compléter la formation des doctorants par une ouverture internationale. Ceux-ci, inscrits en thèse dans une université brésilienne, font un stage à l’étranger d’une durée de 6 mois à un an, en deuxième ou troisième année de thèse ; la rédaction de la thèse est en portugais et la soutenance a lieu dans l’université d’origine. Lors de leur séjour en France, ils sont encadrés par un directeur de recherche d’une université ou d’une grande école. Certains viennent dans le cadre d’un accord entre les Agences brésiliennes et le COFECUB3. Les boursiers sont liés par contrat à l’État brésilien, cette disposition visant à s’assurer le retour des bénéficiaires dont il a supporté la formation. Une autre catégorie de bourse, celle de post-doc, est attribuée à des enseignants-chercheurs et des chercheurs en poste, titulaires d’un doctorat, qui viennent, à l’invitation d’un établissement d’enseignement supérieur, pour un séjour d’études de quelques mois, se spécialiser, faire des recherches, donner des conférences. La politique des bourses à l’international a contribué au processus d’institutionnalisation ou de recomposition des disciplines des sciences sociales brésiliennes, et à la redistribution du pouvoir dans le champ académique ou politique. Elle a modifié la composition des groupes sociaux qui y participent et il en résulte des luttes de classement entre les héritiers et les nouveaux entrants.

La coopération franco-brésilienne

  • 4 Dans les années 1920, Georges Dumas organise la création des lycées français et des Instituts franc (...)
  • 5 « Internationalisation des échanges scientifiques et recomposition des élites nationales (1970-2000 (...)

3La France est aujourd’hui le deuxième partenaire du Brésil, après les États-Unis, pour la coopération scientifique. Celle-ci est structurée autour des formations d’excellence des universités et de partenariats de haut niveau entre les organismes de recherche des deux pays. Depuis la fin des années 60, cette coopération a été favorisée par une série d’accords de coopération technique et scientifique, par les accords CNRS-CNPq et CAPES-COFECUB. La création du Collège doctoral franco-brésilien, en 2005, promeut les co-tutelles de thèse et la délivrance d’un double diplôme franco-brésilien. Rappelons qu’il existe une longue tradition d’échanges intellectuels et universitaires entre la France et le Brésil4. Après 1945, durant la période de la guerre froide, les États-Unis, par le biais de fondations philanthropiques, ont largement investi le champ universitaire brésilien afin d’y contrecarrer l’influence marxiste. Les États-Unis sont dès lors la première destination de la mobilité internationale des Brésiliens. Les recherches réalisées dans le cadre des projets CAPES-COFECUB5 sur la circulation internationale, par le CRBC et ses partenaires brésiliens, soulignent la différence de profil entre les boursiers qui se dirigent vers les États-Unis et vers la France : les États-Unis reçoivent les étudiants de disciplines liées au pôle économique et politique du pouvoir et la France, ceux de disciplines liées au pôle intellectuel (Canêdo & Garcia, 2004-2005).

Les étudiants brésiliens dans les universités françaises

  • 6 L’analyse des flux a mis en lumière l’impact négatif des politiques migratoires de plus en plus res (...)
  • 7 Données 2007 de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (D.E.P.P.).

4En 2006, sur une population de 183 millions d’habitants que compte le Brésil, 4 200 000 sont dans l’enseignement supérieur : 27 % dans les universités du secteur public et gratuit, qualitativement les meilleures, et 73 % dans le secteur privé payant. Il existe de fortes disparités régionales dans les dotations, le Sud-Est regroupe 44 % des universités, parmi lesquelles les meilleures du pays. Ce sont 20 000 étudiants qui partent étudier à l’étranger, soit 0,5 % des effectifs du supérieur (Campus France, 2007 : 3). Si la mobilité internationale encadrée est favorisée et protégée par les dispositifs institutionnels, la mobilité spontanée est fortement dépendante des conditions d’accès aux universités imposées par le législateur du pays de destination (Muñoz, 2004-2005)6. Pour l’année universitaire 2006-2007, la France se situe au deuxième rang des pays d’accueil des Brésiliens, avec 10 % des flux (contre 38 % pour les États-Unis, 9 % pour l’Allemagne et 4 % pour l’Espagne). Plus de 2000 étudiants brésiliens dont 63 % de femmes sont inscrits dans les universités françaises, 25 % sont en Doctorat. Les Humanités, avec 52 % des inscrits, constituent le principal pôle d’attraction : les Sciences humaines et sociales comptent le plus grand nombre d’inscrits (24 %) dont 30 % de doctorants ; elles sont suivies des Lettres et Sciences du langage (16 %) et des Langues (12 %)7.

Morphologie de la population estudiantine brésilienne en France

  • 8 Assoçião dos pesquisadores e estudantes brasileiros na França, Association des chercheurs et étudia (...)
  • 9 Enquête réalisée par le CRBC en collaboration avec l’APEB auprès d’étudiants qui suivent des études (...)

5L’enquête nationale, CRBC-APEB8, par questionnaire, réalisée au cours de l’année universitaire 2000-20019 nous a permis de connaître la morphologie de l’échantillon. La moitié de la population est la première génération à accéder à l’enseignement supérieur et à l’international. Les nouveaux venus appartiennent aux classes moyennes, les classes populaires ne sont pratiquement pas représentées. Nous avons une sur-représentation des enfants de diplômés de l’enseignement supérieur –44 % des pères et 42 % des mères– tandis qu’au niveau national, la part de la population de plus de 40 ans ayant au moins la graduação (la licence) n’est que de 6,5 %. Les hommes sont moins dépendants que les femmes du capital scolaire et social hérité de leurs parents. Cette singularité des parcours intergénérationnels est à mettre en relation avec les champs disciplinaires où se concentrent les hommes et les femmes : les Sciences pour les premiers, les Humanités pour les secondes. Ces domaines du savoir n’ont pas les mêmes exigences et prérequis en terme de codes et de bagage culturels, les Sciences s’avèrent moins discriminantes que les Humanités.

La pré-enquête qualitative au Brésil : quelques éléments d’analyse sur les conditions de la mobilité internationale

6La connaissance accumulée grâce aux recherches des projets CAPES-COFECUB et l’interconnaisance dans la rencontre avec les chercheurs et les étudiants accueillis au CRBC nous ont conduit à réaliser une pré-enquête au Brésil pour aborder par le biais de l’approche qualitative les conditions de la certification scolaire et la valeur sociale et professionnelle du titre scolaire et des études à l’étranger. L’approche qualitative permet de rompre avec ce que Bourdieu appelle « la fausse sécurité des chiffres pour essayer de comprendre de quoi est fait le tissu du vécu ». Elle vise à nous éclairer sur les interrelations complexes entre facteurs (objectifs et subjectifs) et sur les processus qui déterminent le choix des agents.

7L’entretien semi-directif a été l’outil choisi d’exploration d’un certain nombre de thèmes relatifs à l’expérience de la mobilité internationale des interviewés, aux étapes qui l’ont précédée et à celles qui l’ont suivie. Il s’agit d’appréhender comment, rétrospectivement, les intéressés restituent cette expérience et quelle est son incidence sur leur carrière et leurs pratiques. Un questionnaire accompagnait l’entretien afin de recueillir les informations qui caractérisent sociologiquement les interviewés. Dans cet article, nous présenterons les caractéristiques sociales et culturelles des interviewés ainsi que leur trajectoire scolaire et professionnelle, pour nous interroger ensuite sur les conditions de la mobilité internationale (capital scolaire, capital social) et les investissements qu’elle implique pour des séjours d’une durée relativement courte à l’étranger, puis nous aborderons le vécu du stage à l’étranger du point de vue phénoménologique et, enfin, l’usage, de retour au Brésil, des titres et compétences acquis.

Les conditions de la mobilité internationale

Caractéristiques sociales et scolaires des enquêtés

8Les entretiens ont été réalisés à Belo Horizonte et à São Paulo, en octobre-novembre 2006, auprès de 10 femmes et de 2 hommes qui ont fait un séjour d’études doctorales –doctorat plein (1) ou doctorat sandwich (10)– ou post-doctorales en France (1). Tous ont bénéficié d’une bourse d’études de l’une des trois agences brésiliennes. Ils sont âgés de 36 à 57 ans, trois terminent leur thèse, huit sont professeurs dans une université d’état ou fédérale, un dans une université privée catholique.

9Parmi les enquêtés, trois sont issus de familles à fort capital social et culturel (les parents et grands-parents ont fait des études supérieures et exercé ou exercent des professions intellectuelles et libérales ; les femmes ont une activité professionnelle) ; huit appartiennent aux classes moyennes, ils sont la première génération à accéder aux études supérieures (les parents ont une scolarité secondaire, ils sont commerçant, cadre moyen, fonctionnaire, la plupart des mères sont femme au foyer ; les grands-parents, agriculteurs et commerçant, ont une scolarité primaire ou sont analphabètes) ; une est de milieu populaire (le père est ouvrier analphabète et la mère, femme de ménage, a un niveau de scolarité primaire, les grands-parents, agriculteur et ouvrier, étaient analphabètes).

10Certains font référence à leur ascendance d’immigrés européens – italienne, portugaise. D’autres ne s’y réfèrent pas mais leur patronyme l’évoque ; une est d’ascendance africaine. L’importance accordée à la scolarisation des enfants et les stratégies déployées dans les familles d’immigrés est évoquée.

« Du côté maternel, mes grands-parents avaient émigré du Portugal ; ils étaient de simples agriculteurs dans la canne à sucre, mais ils voulaient une bonne éducation, que leurs enfants aient des opportunités qu’ils n’ont pas eues. Le Brésil se développait et ils ont eu cette opportunité. Ils habitaient près de Ouro Preito et ils ont déménagé à Rio de Janeiro pour que les enfants étudient. » (femme, 57 ans, sciences de l’information, UFMG-EHESS)

11Les enquêtés sont soit les aînés, soit les cadets de la fratrie. Dans les familles à fort capital scolaire et social et dans les familles de classes moyennes, les frères et sœurs ont également fait des études supérieures, tandis que l’unique enquêtée dont le père est ouvrier et analphabète, est la seule de sa fratrie à avoir fait des études supérieures.

  • 10 Enseignement fondamental : école élémentaire + collège (8 ans).
  • 11 « Pour accéder, à l’enseignement supérieur, le candidat doit s’inscrire à un concours appelé vestib (...)

12La scolarité primaire et secondaire s’effectue dans des établissements publics et privés confessionnels –protestant au Rio Grande do Sul et catholiques (chez les sœurs Salésiennes, Dominicaines, Maristes, à Notre Dame de Sion) dans les autres états– ou étranger (le lycée Pasteur à São Paulo). Toute la scolarité se déroule dans le public ou dans le privé, ou bien avec des passages du public au privé, avec un effet de génération lié à la dégradation de la qualité de l’enseignement fondamental10 public, qui amène les classes moyennes à scolariser leurs enfants dans le privé. La scolarité de ceux qui sont nés dans une petite ville est marquée par la mobilité géographique vers un établissement d’enseignement secondaire d’une ville moyenne de l’état (parfois en internat), puis vers la capitale pour les études supérieures. Notons également que les enquêtés, à l’exception de deux, n’ont pas fait le pré-vestibular11, cours de préparation au concours d’entrée à l’université. Les études de graduação (licence) et de mestrado (master) se déroulent dans les universités publiques (Universités d’état et fédérale) ou privées de renom (les PUC – Pontifícia Universidade Católica). Les enquêtés nés dans les années 50-60 et dans les années 70 appartiennent à deux groupes d’âge, presque à deux générations : les plus jeunes (les 30 ans) font les études doctorales dans la continuité du mestrado, les plus âgés (les 40/50 ans) au cours de la carrière professionnelle ou professorale. Pour les professeurs en poste qui ont été recrutés sans ce diplôme, la préparation d’un doctorat est une obligation de carrière afin d’être habilité à diriger des étudiants de mestrado et doctorat. Ils jouissent de congés et de bourse à cet effet.

13Les études supérieures sont marquées pour certains par des réorientations disciplinaires des Sciences Exactes ou des Humanités vers les Sciences Sociales, ou encore à l’intérieur du champ des Sciences Sociales. Ce qui traduit la difficulté à s’orienter dans le monde académique, faute de capital informatif ou relationnel suffisants. Les disciplines étudiées sont l’architecture, la psychologie, la sociologie, le droit, la science politique, les mathématiques, les sciences du langage, les lettres portugaises et françaises, la littérature comparée, la bibliothéconomie, la communication. Nous avons affaire ici à des disciplines qui n’occupent pas des positions dominantes. Pour tous, les études doctorales ont lieu dans les Universités publiques fédérales ou d’état (USP à São Paulo, UNICAMP à Campinas, UFRJ à Rio de Janeiro, UFMG à Belo Horizonte, UFRGS à Porto Alegre), ce qui signifie que le passage à l’international a été précédé d’une très sévère sélection. Comme le soulignent Borjesson et Broady qui ont étudié les parcours des étudiants suédois à Paris et à New-York : « Pour réussir sur le marché transnational, il faut d’abord s’imposer dans les luttes menées au niveau national. […] De hautes positions dans l’espace éducationnel national donnent accès aux segments les plus recherchés du marché éducationnel mondial » (Borjesson & Broady, 2005 : 10). Ce que confirment les établissements d’accueil en France, l’ENS et l’INRP à Lyon, l’Université Paris1, Sciences Po, l’EHESS, la MSH à Paris.

14Dans un pays fédéral comme le Brésil, où les disparités régionales sont importantes, l’attractivité des universités des états du littoral est forte : au Sud-Est, São Paulo ou Rio de Janeiro, dont le rayonnement et la situation géographique en font des pôles historiquement tournés vers l’étranger, et au Sud, le Rio Grande do Sul. Tandis que les universités de l’intérieur sont moins attractives, du fait de leur éloignement et de leur isolement. Il existe une mobilité interne avant la mobilité internationale et c’est une expérience qui facilite et favorise le passage à l’international.

15L’échelle temporelle est également importante dans l’étude des trajectoires, le parcours scolaire de certains sera marqué par la dictature militaire (1964-1985 : coup d’état de 1964 ; loi d’amnistie de 1979 et retour au pluralisme ; élection d’un civil à la présidence de la République en 1985).

« Il y a eu le coup d’état militaire, mes parents étaient étudiants, mon père a été en prison pendant deux ans, ça a complètement changé leur vie. Mes parents sont allés dans une petite ville de l’état de SP, à la mort de mon grand-père paternel, fils d’Italiens qui y possédait des fazendas. Moi, j’étais dans une école d’avant-garde à São Paulo, l’école Paulo Freire (où vont mes enfants), quand je suis arrivée là, j’ai étudié à l’école publique. C’était un changement énorme pour moi, l’éducation dans ces écoles privées était très protégée. » (femme, 36 ans, sociologie, UNICAMP/EHESS)

« J’avais toujours rêvé d’étudier en France. À l’époque de la dictature, j’avais obtenu une bourse pour travailler la politique internationale, le gouvernement français me donnait une bourse et le gouvernement brésilien a refusé ma sortie, et c’était déjà un coup dans ma vie, une coupure dans ma trajectoire. C’est pourquoi je suis restée longtemps sans reprendre mes études, j’avais perdu mon chemin, mon fil, c’est très important dans ma trajectoire intellectuelle et personnelle. […] Il existe une brèche dans ma vie. » (femme, 56 ans, littérature comparée USP/EHESS)

Carrière scolaire et professionnelle

16Si l’on examine les carrières scolaires les plus rapides à partir des indicateurs que sont l’âge et l’écart en nombre d’années entre la graduação et l’obtention du doctorat d’une part, et les carrières universitaires les plus précoces dans les meilleures universités d’autre part, les deux étant solidaires, on constate que les docteurs les plus jeunes, au nombre de 4, sont en poste dans des universités fédérales à moins de 35 ans. Deux sont des jeunes femmes appartenant à des familles à fort capital social et culturel : elles ont été scolarisées dans des établissements privés d’excellence (école pilote et lycée français) et fait leurs études supérieures dans les universités publiques de l’état de São Paulo. Les deux autres sont des hommes, originaires de familles de classe moyenne, qui ont un parcours d’ascension par la voie scolaire. L’un a fréquenté des établissements primaire et secondaire publics renommés et fait ses études supérieures à l’UFMG, où il a été recruté sans le doctorat ; l’autre, une école primaire protestante d’élite, puis le secondaire public, et il a fait ses études supérieures à l’UFRGS. Deux ans après l’obtention du doctorat, il est recruté dans une université fédérale de l’état de São Paulo. À son retour au Brésil, il soutient sa thèse et la publie à compte d’auteur ; il enseigne dans une université privée du Rio Grande do Sul et, faute de concours à l’UFRGS, il cherche un poste dans une université publique d’un autre état.

« Dans les Sciences sociales, il faut être dans une université publique. En 2006, je m’inscris à trois concours en Science politique : à Pernambouc, São Carlos et Minas Gerais. La bibliographie est plutôt nord américaine. J’ai réussi à São Carlos. J’ai pris les CV de mes concurrents et j’ai vu que j’avais quelques chances. À l’université fédérale de Minas Gerais, il y avait cinq concurrents, dont quatre de Minas et deux avec un bon CV, j’ai désisté. À São Carlos, il y a un master en Sciences sociales très bien évalué par la CAPES, et ils sont en train de monter un master en Science politique. » (homme, science politique, UFRGS/EHESS)

17Grâce à son sens du placement, à son évaluation des perspectives offertes et de la concurrence, d’une part, et au prix d’un immense travail compte tenu du handicap que constituent ses références françaises d’autre part, il réussit. Pour Mantonti et Poupeau (2004 : 10), « le sens du placement dépend de la position dans l’espace social et dans les luttes de concurrence spécifiques qui s’y produisent, il faut saisir la logique des placements qui dépendent de la structure de la distribution des capitaux entre agents concernés ». Il a su saisir cette logique mais, pour sa vie personnelle, c’est, dit-il, toujours un peu le sacrifice.

18Pour les autres, une vingtaine d’années, ponctuées par l’activité professionnelle, la reprise des études et les réorientations ou spécialisation, sépare les études de gradução de l’obtention du doctorat, à l’exception d’une d’entre elles qui n’a pas encore soutenu sa thèse. Au cours de ces années, toutes ont eu une activité professionnelle dans le champ culturel, médical ou une activité d’enseignement dans des universités privées ou publiques.

19L’itinéraire d’une femme de 46 ans, dont la famille est dépourvue de capital scolaire et social, est exemplaire : elle fait toute sa scolarité primaire et secondaire dans des écoles d’état, elle est professeur d’école primaire à 17 ans, après une graduação en Histoire dans une antenne provinciale de la PUC, elle enseigne dans le second degré ; après son mestrado en Éducation à l’UFMG, elle est professeur remplaçant dans une université d’État. L’acquisition de diplômes de l’enseignement supérieur s’accompagne d’une progression dans la carrière professionnelle à chaque palier franchi. Elle a toujours dû travailler et étudier. Aujourd’hui, elle doit subvenir aux besoins de ses parents. Le stage à l’étranger a été le seul temps au cours de sa scolarité où elle a pu se consacrer exclusivement à l’étude. Elle compte sur le titre de docteur pour se présenter à un concours à l’université fédérale. Elle a soutenu sa thèse en 2007. Lors de l’entretien, alors qu’elle traverse un moment difficile pour terminer la rédaction, elle compare sa position à celle de femmes de sa génération qui sont entrées précocement dans la carrière.

« Ma directrice de mestrado, qui est une référence nationale et internationale, et X, de l’UFMG, sont entrées très jeunes à l’Université, comme professionnelles, à vingt et quelques années. Et moi, je suis depuis beaucoup de temps à l’Université comme élève ! Si je passe un concours à la fédérale, j’entrerai bien tard, avec une autre position. » (femme, 46 ans, éducation, UFMG-INRP-Lyon)

20Le paradigme de la reproduction de Pierre Bourdieu est toujours opératoire, même si la politique des bourses permet l’ascension sociale des classes moyennes, pour les plus dominés, le parcours est plus long et plus difficile et les perspectives d’avenir plus réduites. La démocratisation de l’accès aux études supérieures et à l’international a un coût pour les nouveaux entrants et l’étendue du champ des possibles d’un individu (donc sa liberté) se mesure « à l’aune de sa plus ou moins grande capacité à agir sur le réseau d’interdépendance dans lequel il est inscrit » (Chartier, 1991 : 17).

Le choix de la France et l’investissement linguistique

21Ce choix de la France pour le stage d’études à l’étranger est motivé à la fois par des intérêts personnels –intérêt pour le pays, la culture, la francophilie du milieu familial– et par des affinités philosophiques et des intérêts intellectuels : l’objet de la thèse, la bibliographie, les archives, l’excellence française dans des domaines disciplinaires et de la recherche, la pratique de l’interdisciplinarité dans certains établissements de l’enseignement supérieur, la présence des auteurs de référence de la discipline choisie. La venue va être facilitée par la médiation du directeur de recherche brésilien, par l’existence de coopérations institutionnelles ou de contacts personnels.

« J’avais envie d’aller en France pour des études complémentaires. J’ai assisté à une conférence de X à São Paulo. Je lui ai demandé s’il m’accepterait comme élève à la MSH. L’œuvre de X m’intéressait, une partie de mon doctorat concerne la mémoire sociale dont il traite dans son œuvre. Je connaissais déjà son travail, il avait un livre traduit par l’université de Campinas et j’ai eu la chance de le rencontrer. Comme il m’a dit oui, j’ai demandé une bourse au CNPq. Avant ça, je m’intéressais déjà à la culture française, je suivais des cours de français. J’avais envie d’aller en France pour avoir une autre expérience et connaître mieux la langue et la culture françaises. […] Il y a un imaginaire par rapport à la France qui vient du XIXe. C’est un lien très fort et surtout dans ma profession, je suis architecte. » (femme, 47 ans, architecture, USP/MSH)

22La position à l’international et le soutien du directeur de thèse ont un rôle important ; le plus souvent, c’est sous leur impulsion et grâce à leur réseau que va mûrir et se concrétiser le projet de stage doctoral en France. Cependant, s’ils constituent bien un levier à la mobilité internationale, ce n’est souvent qu’en raison d’une convergence de facteurs.

  • 12 Pour l’obtention de la bourse, le candidat doit passer le test obligatoire de connaissance du franç (...)

23La connaissance des langues étrangères est une condition d’accès à l’international. Cet apprentissage fait partie des stratégies des familles de la classe moyenne aisée qui pratiquent des intercambios –échanges entre lycées– pendant la scolarité secondaire (Leite Prado, 2004 ) ou inscrivent leurs enfants dans les écoles étrangères ; ce mouvement d’internationalisation favorise « le déplacement et l’aggravation des inégalités en matière d’éducation, en établissant de nouvelles frontières entre ceux qui bénéficient de capitaux internationaux au cours de leur scolarité et ceux qui sont limités aux seules ressources nationales » (Nogueira & Agiar, 2008 : 118). Rappelons que le français n’est plus enseigné dans le secondaire, où il a été remplacé par l’anglais ; cependant, il est encore présent dans quelques établissements à titre optionnel. Au cours des études supérieures, l’étudiant approche la littérature en langue française de sa discipline. La maîtrise de la lecture est un premier pas dans sa connaissance de la langue. Quand se dessine la perspective d’aller étudier en France et de postuler à une bourse de doctorat sandwich12, l’étudiant passe à une seconde étape, celle de l’acquisition d’un certain niveau de compétence à communiquer en français. Pour ce faire, il va s’inscrire dans des cours de langue de l’Institut ou de l’Alliance française, dans un cours privé ou bien prendre des cours particuliers. L’acquisition d’une langue seconde représente un fort investissement si l’individu n’est pas issu d’un milieu cosmopolite, et a un coût financier élevé.

24Parmi nos interlocuteurs, il en est qui ont eu un contact précoce avec le français, soit dans leur entourage familial, soit au cours de leur scolarité, en particulier dans les établissements confessionnels de tradition française, ou par la fréquentation d’un lycée français.

« Auparavant, au Brésil, le français était plus important que l’anglais. Ma grand-mère parlait français, elle aimait le français et je me souviens que, petite, je devais la remercier en français. Elle aimait beaucoup la langue et la culture françaises. J’ai appris quelque chose avec cette grand-mère. » (femme, 45 ans, sociologie de l’éducation, UFMG/ENS-Lyon)

« J’ai été introduite à la langue par les sœurs salésiennes, elles m’ont appris la France de façon magique. Puis je suis allée à l’Alliance française. Je n’ai aucune difficulté à comprendre l’accent du midi ou les Maghrébins, c’est comme si j’avais été élevée dans cette langue. » (femme, 56 ans, littérature comparée, USP/ EHESS)

25Pour les autres, l’apprentissage est plus tardif.

« Mes références étaient celles de la sociologie nord-américaine, puis j’ai rencontré ma directrice de thèse, dont les références étaient françaises : j’ai du faire un fort investissement pour apprendre le français. J’ai pris des cours au Brésil, avec un professeur particulier, et j’ai suivi un cours à l’Alliance française à mon arrivée en France. » (homme, 35 ans, éducation, UFMG/ENS-Lyon)

L’expérience de la mobilité internationale

L’arrivée et l’adaptation à l’environnement

26La mobilité internationale des étudiants et des universitaires est une forme spécifique de migration temporaire d’individus dotés d’un fort capital culturel. Comme tout migrant, à son arrivée, l’individu va être confronté à un nouvel environnement, climatique, physique, linguistique, culturel, social, etc. Il doit tout d’abord s’adapter au climat, la plupart arrivent en septembre ou en janvier et viennent de régions tropicales de l’hémisphère sud.

« Il faut deux ou trois mois pour s’adapter. Je suis arrivée en hiver. J’ai quitté le Brésil avec la chaleur. Il faut s’adapter au climat (estranho me muito), au lieu où vous allez habiter. Au début je dormais jusqu’à 9 heures parce qu’il faisait noir ! » (femme, 46 ans, éducation, UFMG-INRP-Lyon)

27Il doit s’adapter à l’espace et à l’environnement ensuite, le Brésil est un pays d’une autre échelle que la France et le rapport à l’espace y est vécu différemment ; ceux qui viennent d’une mégapole de 15 millions d’habitants comme São Paulo ou d’une ville comme Goiânia –70 ans d’existence : Lévi-Strauss la visita en 1937 au moment de sa fondation (Lévi-Strauss, 1955 : 140-141)– se sentent dépaysés dans ces villes musées qu’ils découvrent. C’est aussi la sensation de manquer d’espace, dans le logement, les cafés, les restaurants, les transports, celui d’un corps constringido, à l’étroit. Et c’est l’étonnement face au rapport des Français au corps de l’autre dont le contact apparaît tabou aux Brésiliens, et qui est méprisé, maltraité dans les lieux publics, les transports, les files d’attente, la foule.

28L’étranger connaît une expérience physique, émotionnelle et intellectuelle forte –celle du dépaysement– qui peut être anxiogène. Cette confrontation avec les codes d’une société et d’un univers académique culturellement différents nécessite un travail d’adaptation. Les premières semaines sont marquées par le sentiment d’être dans un moment comme suspendu de sa vie, loin de sa famille, du conjoint ou des enfants laissés au Brésil, coupé de son réseau de sociabilité, anonyme dans ce nouvel univers.

« Ça a été un certain défi. Parce que, quand une personne est jeune, quatre mois… Mais quatre mois, ça me paraissait une éternité ! Penser qu’on va laisser sa famille pendant quatre mois est un défi. Je suis allée en France à 56 ans. Il faut un certain courage pour sortir à cette hauteur dans la vie d’une personne, laisser une qualité de vie que j’ai ici : une maison installée, une employée de maison. Aller seule dans un appartement où il n’y avait pas un cintre pour accrocher mes vêtements (rires). Ça a été un défi important pour moi. Je suis restée, j’ai aimé, et j’avais de la peine à rentrer ! J’ai été victorieuse. » (femme, 57 ans, sciences de l’information, post-doc UFMG/EHESS)

29L’ajustement au nouveau milieu s’opère par la mobilisation des ressources psychiques de l’individu et par différents mécanismes d’adaptation qui résultent du jeu d’une double causalité : l’action exercée par l’environnement et l’action transformatrice que le psychisme individuel fait subir à ces stimuli venus du dehors (Bastide, 1956). Pour ce faire, le nouvel arrivant s’appuie sur les ressources de son environnement – l’aide de ses pairs et de l’institution d’accueil. Ces soutiens contribuent à l’initier au fonctionnement et aux codes de la société française, à restaurer un sentiment de sécurité et à construire de nouveaux repères. Dans ce temps d’adaptation, les médias (téléphone, courrier électronique et journaux sur le net) jouent un rôle important dans le maintien des liens avec les proches et avec le pays. Cependant, si la séparation est difficile à vivre, la venue avec la famille n’est pas non plus sans poser problème. Pour un couple venu avec deux très jeunes enfants et une seule bourse, c’est tout l’équilibre et la dynamique familiale qui sont bouleversés. Les difficultés d’adaptation des enfants à la crèche et à la maternelle sont source d’une grande culpabilité et de souffrance. Le coût psychologique à payer par les enfants paraît exorbitant à la mère qui, sans l’intervention de la psychologue de la crèche, était sur le point de renoncer. Les conditions matérielles imposent au couple –privé d’employées domestiques comme ils en avaient au Brésil– des ajustements dans le partage des tâches et des soins aux enfants.

30Le montant de la bourse-sandwich permet à l’étudiant qui vient seul de vivre convenablement mais ne laisse qu’un faible budget pour les loisirs et les voyages, compte tenu du coût du logement, y compris à la cité universitaire internationale. Pour les enseignants en poste, le cumul de la bourse sandwich ou de post-doc et du salaire assurent de bonnes conditions matérielles de séjour.

31L’âge auquel le séjour intervient –la jeunesse ou l’âge mûr–, le statut des bénéficiaires –étudiant ou professeur–, leur situation familiale, les conditions matérielles sont autant de facteurs qui facilitent ou font obstacle à l’adaptation. En fonction des antécédents des individus, de leur degré de familiarité avec l’international (famille cosmopolite, connaissance de la langue et séjours antérieurs en France), de leurs représentations et de leurs attentes, de leur plasticité, l’adaptation sera plus moins facile et rapide. Quand l’individu y aspire et s’est préparé à affronter la nouvelle situation, on peut parler de socialisation anticipatrice. L’expérience et les processus d’adaptation sont différents si le séjour est l’expression d’un choix, la réalisation d’un projet ou une obligation de carrière.

« J’ai différé mon départ à cause de mon français et pour des raisons personnelles. Je n’ai passé que six mois en France. J’avais un doute : est-ce que je voulais rester longtemps ? J’étais très attaché à ma famille, à ma ville. Ça n’a jamais été un rêve. […] Je pense faire un post-doc, mais si je ne peux pas, ce ne sera pas une grande tragédie comme pour beaucoup de gens. » (homme, 35 ans, éducation UFMG/ENS Lyon)

  • 13 Sur le caractère historique de l’informalité des Brésiliens, voir Buarque de Holanda 1936.

32Mais c’est bien sûr la communication, la langue, qui constitue l’altérité. Pour la plupart, le décalage entre le français usuel ou familier et le français soutenu qu’ils ont étudié au Brésil, provoque un choc. La difficulté à comprendre et à se faire comprendre, par les commerçants, les guichetiers, les garçons de café, est très déstabilisante. L’impatience de ces interlocuteurs pressés qui font répéter et témoignent d’une certaine agressivité est source de souffrance. Avec les Parisiens, les relations sont dures. La réaction première de défiance, voire d’hostilité face à celui qu’ils identifient par son accent comme étranger, va changer avec le dévoilement de la nationalité : les Brésiliens jouissent d’une image positive entretenue par les stéréotypes associés au football, à Copacabana, au Carnaval, à la samba, etc. Le manque de cordialité ou même de civilité dans les rapports entre les Français, surprend les arrivants et les choquent parfois. La réalité ne correspond pas à la vision romantique ou “glamour” de la France et des Français. Dans la communication, l’expressivité des Brésiliens est beaucoup plus grande, le regard, la gestuelle, le corps accompagnent la parole. Même si cette manière d’être brésilien est loin d’être partagée par tous les Brésiliens, comme le souligne Laplantine (2001), il y a toutefois un décalage face à des interlocuteurs dont les codes communicationnels sont différents. Certaines jeunes femmes évoquent les malentendus qui en résultent, hors du milieu étudiant, notamment avec les jeunes hommes français, et qu’elles attribuent à la projection d’un imaginaire masculin sur la femme brésilienne qui érotiserait le rapport. Aussi préfèrent-elles parfois éviter la communication pour ne pas s’exposer. Un autre élément complique la communication, c’est l’usage du « tu » et du « vous » en français, alors que le portugais du Brésil utilise le « voce » (contraction de vossa mercê) proche du « you » anglais. Au Brésil, il y a très peu de formalisme dans les relations sociales et l’usage du prénom est généralisé, les relations sont personnalisées et informelles13, ce qui n’empêche pas qu’il existe des hiérarchies cachées. Ces différences culturelles expliquent que « ce qui fait défaut à l’étranger, c’est qu’il ne sait pas instinctivement trouver la bonne distance avec les autres. Aussi oscille-t-il sans cesse entre la réserve et l’intimité » (Schütz, 2003 : 35).

33La sociabilité va se développer différemment selon le lieu de vie : le logement individuel à Paris ou en banlieue ou bien à la Cité universitaire internationale, dans l’une des Maisons ou à la Maison du Brésil, à l’École normale supérieure de Lyon. La majorité des témoignages évoque la difficulté de contacts avec les Français et la perception d’une certaine fermeture, sinon rigidité, de la société française, si bien que les relations sociales se développent davantage entre compatriotes ou avec des étudiants étrangers, constat que Anne-Catherine Wagner avait déjà fait dans son ouvrage consacré aux cadres supérieurs étrangers en France : « Les critiques de la fermeture des Français, de la rigidité de la société française sont présentes dans la plupart des entretiens menés auprès des cadres des pays industrialisés » (Wagner, 1998 : 205). Quant à la résidence à la Maison du Brésil, elle représente une expérience positive dans la mesure où elle facilite l’adaptation, le nouveau venu bénéficiant du savoir-faire des collègues, de leur connaissance des codes et de leur accompagnement dans les démarches administratives (titre de séjour, ouverture d’un compte bancaire, assurance sociale, etc.). Cette solidarité donne un sentiment de sécurité affective, mais elle est également une clôture. La possibilité qu’elle offre de communiquer dans sa langue maternelle si elle est une détente après la tension des séminaires et des heures passées en bibliothèque ou dans les archives, a son revers, elle entrave la progression de la connaissance de la langue et de la société françaises. Ce lieu d’accueil des étudiants et des chercheurs brésiliens de champs disciplinaires différents, venus de tous les états du Brésil, donne l’opportunité de nouer des contacts, voire des amitiés, avec ces compatriotes et, d’une certaine manière, de découvrir le national à l’étranger. Cette interconnaissance est l’occasion d’échanges sur les objets de recherche et de collaboration autour de journées d’études, voire de publication. De retour au Brésil, ces liens pourront se maintenir et se renforcer lors de rencontres, d’invitations à des colloques ou dans des jurys de thèse.

L’adaptation au milieu académique

34Dans le milieu académique, le nouveau venu doit s’orienter et choisir parmi un éventail d’enseignements. La curiosité et la dispersion des premières semaines céderont à un principe de réalité : se consacrer à quelques séminaires et organiser son temps entre le travail dans les bibliothèques, les archives, le traitement de ses propres données, la rédaction. L’information préalable, les recommandations du directeur brésilien, les propositions du directeur de stage et les conseils des collègues brésiliens vont l’aider à se familiariser avec ce nouvel univers académique.

35La relation avec le directeur pendant le stage doctoral est le plus souvent décevante, et réduite à deux rencontres : l’une à l’arrivée et l’autre, au moment du départ, avec, dans le meilleur des cas, un exposé de la recherche dans un séminaire. Les enseignants sont désorientés face à ces étudiants qui arrivent en 2e ou 3e année de thèse, avec une recherche déjà avancée et qui sont là pour un semestre ou deux. Ils ne manifestent pas toujours un grand intérêt pour leur recherche. Il n’en va pas de même pour les étudiants venus dans le cadre d’un programme CAPES-COFECUB et qui bénéficient de l’attention et des conseils des partenaires français de la recherche qui, eux, travaillent sur les mêmes objets en partenariat avec des équipes brésiliennes. À la différence de ce qu’ils ont connu au Brésil, cette relation est marquée par la distance. Certains enseignants sont perçus comme des mandarins. Il arrive que des conflits dans l’angle d’approche de la recherche surgissent entre directeur et étudiant. Enfin, pour un professeur d’université, redevenir un étudiant anonyme peut constituer une blessure, celle « que peut infliger au narcissisme le fait d’être inconnu dans un pays étranger » (Bourdieu, 2002 : 4).

36La comparaison porte aussi sur l’enseignement. Les séminaires ressemblent plutôt à des cours magistraux, le temps de la discussion y est trop réduit. Les références bibliographiques, quand elles existent, sont si vastes que l’étudiant à du mal à s’y orienter. Habitués à un travail plus encadré (à la lecture, par exemple, des auteurs avant les cours où ils sont discutés), le côté passif de l’assistance et l’autonomie laissée aux étudiants les surprennent. Pour ceux qui ont fait leurs études dans une université marquée par l’héritage français ou dont la recherche a été dirigée par un professeur qui a lui-même été formé en France, cette perception d’écart n’a pas lieu. Ce sont les groupes de travail où sont discutés les recherches en cours qui font l’objet d’une évaluation positive : vrais échanges, critiques, suggestions méthodologiques, nouvelles pistes pour l’interprétation des données présentées et pour la recherche. Du fait du petit nombre de participants, il est plus facile d’y prendre la parole.

« J’ai trouvé l’enseignement à l’École (EHESS) beaucoup plus formel. C. a un schéma : il parle sans interruption, presque deux heures et après il ouvre. Mais on ne peut pas intervenir pendant qu’il parle. Tout le monde respectait. On posait des questions à la fin et il répondait, mais il n’y avait pas vraiment de dialogue. […] Dans le petit séminaire de 5 à 6 personnes, des étudiants dirigés par C., je suis allée à tous ; après deux mois, je me sentais mieux, je pouvais dialoguer, parler de ma recherche, mais la langue est toujours un obstacle quand elle n’est pas la langue maternelle» (femme, 56 ans, sciences de l’information UFMG-EHESS)

  • 14 France Culture, « Surpris par la nuit », 11 février 2008 (entretien autour du livre Les livres que (...)

37En effet, plus que les difficultés de compréhension, c’est le manque de fluidité dans l’expression qui est le principal obstacle à la participation. Il a un effet inhibiteur. Au nom du principe républicain égalitaire, l’étudiant étranger est traité comme n’importe quel étudiant. Mais du fait de son élocution hésitante, de son accent, de ses erreurs syntaxiques, il se sent disqualifié par l’attitude du professeur et de l’auditoire et ne va pas prendre part au débat intellectuel. Comme Georges Steiner a pu le dire dans un entretien14, il y a « dans le génie de la langue française, un purisme profond et un dédain pour l’erreur et pour l’étranger ». Aussi vont-ils fréquenter les cours de l’Alliance française, ou les cours municipaux moins onéreux pour accompagner et renforcer leur pratique en immersion. Les institutions qui accueillent un grand nombre d’étudiants étrangers et dont les enseignants circulent à l’étranger manifestent plus d’ouverture.

Les acquis et les effets de la circulation internationale

La valorisation des acquis de la circulation internationale

38La participation aux séminaires proches de l’objet de la recherche, voire périphériques à celui-ci et aux groupes de travail, la fréquentation des archives et des bibliothèques, la discussion de leurs travaux avec et par des professeurs du domaine, confortent dans leur identité professionnelle les jeunes chercheurs brésiliens en sciences sociales, qui se sentent reconnus, ce qui n’est pas toujours le cas au Brésil. Le passage par l’international va également contribuer à l’affirmation de l’affiliation disciplinaire : s’éloigner de l’histoire de l’art et choisir la sociologie de l’art pour l’une d’entre eux, ou bien permettre à une autre, après des études de langues (français et portugais) au Brésil et une maîtrise et un doctorat plein en France, de passer de la linguistique, en maîtrise, à l’histoire des idées dans sa thèse de doctorat sur la littérature noire au Brésil. La réflexion sur un objet littéraire en lien avec la colonisation française et la démarche comparative qui l’accompagne engendrent un rapport moins émotionnel d’une autre interviewée à l’objet de sa recherche et à l’histoire coloniale et au passé esclavagiste qui lient le Portugal, le Brésil, et l’Afrique.

  • 15 ANPOCS, Associação Nacional de Pós-Graduação e Pesquisa em Ciências Sociais (Association nationale (...)

39L’acquisition de capitaux (linguistiques, académiques, culturels) à l’étranger et du titre de docteur constituent des éléments de distinction et de reconnaissance qui vont jouer dans l’espace de la concurrence brésilien. Pour les nouveaux docteurs –sans poste–, le stage en France représente un atout pour leur candidature aux concours : quatre seront recrutés dans les universités publiques (USP et UFSCar). Ils recevront des invitations à participer au congrès de l’ANPOCS15, une d’entre eux se verra décerner le prix de la meilleure thèse en Sciences sociales de la prestigieuse Association. Pour les enseignants en poste, outre l’habilitation à enseigner en pos-graduação, à diriger des étudiants de mestrado et de doctorat, de nouvelles opportunités s’offriront : invitations à des jurys de thèse, demande d’expertise, évaluation de cours de mestrado, participation à des congrès et colloques au Brésil et à l’étranger, accès aux fonctions de direction de leur département. Cependant, les opportunités ne sont pas les mêmes selon que l’on exerce dans une université publique ou privée. Dans l’université privée, le capital acquis n’améliorera ni la condition matérielle ni les conditions de travail, la charge horaire d’enseignement est beaucoup plus élevée que dans le public et la place octroyée à la recherche quasi nulle, ainsi que les perspectives de post-doc. La reconnaissance viendra plutôt de l’extérieur, des invitations de l’Université fédérale notamment. Et si l’université est située dans un état de l’intérieur, l’enseignant se trouve doublement à la périphérie.

40Pour tous, c’est aussi la possibilité de publier dans des revues ou des ouvrages collectifs français, afin d’être lu par un public plus large. La compétence acquise en français va être mobilisée également pour introduire des auteurs français au Brésil. Ainsi, trois d’entre eux traduisent ou tentent de faire traduire des ouvrages de leur directeur de stage ou d’auteurs qu’ils considèrent comme des références dans leur discipline, une quatrième a crée le site brésilien –en portugais– d’une personnalité intellectuelle des sciences sociales françaises. La traduction et la publication qui introduisent les idées dans un nouveau champ d’accueil comportent des intérêts et des enjeux – les profits d’appropriation dont parle Bourdieu : « Faire publier ce que j’aime, c’est renforcer ma position dans ce champ » (Bourdieu, 2002 : 5). Mais l’entreprise n’est pas toujours facile en raison du manque de capital social (absence de relations dans le milieu éditorial), du coût des traductions et de l’édition ou de la concurrence des publications nord-américaines dans le domaine.

« Les élèves ne lisent pas en français mais en anglais. J’ai dit à X. : il faut penser à la traduction de ses livres. C’est très important ici pour la diffusion. Ce que les Américains font très bien : ils font traduire tout. Les élèves sont devenus néo-institutionnalistes parce qu’ils n’ont pas accès à la littérature. » (homme, 34 ans, sciences politiques, UFRGS/EHESS)

41Du fait de leur nouveau statut, ces Brésiliens passés par la France valorisent les relations et les contacts établis lors du séjour, en invitant des professeurs français dans leur département. Les réseaux dans lesquels ils ont été introduit par leur directeur de stage ou qu’ils se sont construits leur donnent à leur tour l’occasion de présenter leurs recherches dans des colloques internationaux, en France, en Allemagne et aux USA. Mais cette capacité à mobiliser des réseaux n’est pas également partagée, le capital scolaire acquis n’y suffit pas. Faute de capital social, une interviewée parle de son manque de savoir-faire en la matière, qu’elle met sur le compte de sa timidité (pudor) ; une autre insiste sur le fait que, toute jeune, elle n’a pas appris à se mouvoir socialement. Elle se désigne comme un bâtard dans le milieu universitaire où elle est professeur, celui de l’université la plus prestigieuse du Brésil –l’USP–, dont elle pointe les pratiques de recrutement endogames : filiation de génération (fils ou fille de) et filiation intellectuelle (élève, disciple de) ; elle n’arrive pas « à comprendre les règles non écrites de l’institution ». Dans Esquisse pour une autoanalyse, Bourdieu parle de « l’effet durable d’un fort décalage entre une haute extraction scolaire et une basse extraction sociale, c’est-à-dire, l’habitus clivé habité par les tensions et les contradictions » (Bourdieu, 2004 :127).

« J’ai dit ironiquement que l’USP ne devrait pas recruter des gens comme moi, ni à mon âge, ni compte tenu de mon extraction sociale […]. Il y a une compétitivité qui n’est pas assumée à l’Université et qui peut-être aussi violente (que celle du privé). Le CV Lattes aidera à ça, et aussi les castes qui se forment y contribuent. » (femme, 48 ans, études portugaises et brésiliennes, Paris 3)

42Dans l’enseignement, c’est le sentiment de mieux exercer sa fonction qui s’exprime et le désir de transmettre aux élèves la curiosité et le goût pour l’international en s’appuyant sur sa propre expérience ; dans la recherche, c’est la volonté de mettre en œuvre des dispositifs de travail collectif semblables à ceux auxquels ils ont pu participer. L’approche de l’ancrage historique des disciplines à travers la pratique intensive de la lecture, pendant le stage, et la compréhension des luttes entre courants de pensée dans le débat intellectuel, ont permis une meilleure perception des enjeux conceptuels et ont donné une consistance théorique à leurs recherches et au contenu de leur enseignement.

43Concernant l’avenir et l’éventualité d’un post-doc, on note un intérêt manifeste, chez les plus jeunes, pour l’Amérique du Nord (USA, Canada anglophone et francophone) ou le Royaume Uni, afin de diversifier leur expérience internationale. Si des considérations d’ordre matériel et symbolique interviennent, cependant, c’est toujours l’objet de la recherche et le champ disciplinaire qui orientent le choix. L’expérience vécue en France a fait tomber les barrières et les appréhensions. Certains sont prêts à s’investir dans ce nouveau défi, conscients du coût que représente l’acquisition d’une langue. Mais pour qui a surmonté l’épreuve du français, le perfectionnement en anglais, que tous ont étudié depuis le secondaire, est vu comme accessible : il y a, pour qui apprend l’anglo-américain, « une Californie de la langue », selon la belle formule de Steiner. Le stage en France a constitué en quelque sorte une initiation dans une carrière tournée vers l’international.

La circulation internationale comme expérience de distanciation

44L’épreuve de l’altérité et de dépaysement que constitue l’expatriation temporaire participe de la déconstruction des représentations, des images plus ou moins stéréotypées et chargées affectivement qu’ils pouvaient avoir sur la France, et n’est pas non plus sans incidence sur la conscience de soi d’une part, et sur le sentiment d’appartenance à un collectif national, d’autre part.

45Au cours de leur séjour, les enquêtés découvrent une société en décalage avec leurs représentations et leurs attentes et démythifient la France “glamour” ou la France comme “Olympe” de leur imaginaire. Les villes où ils résident, Paris et Lyon, leur révèlent une France multiethnique et l’existence des banlieues défavorisées, les tensions avec les populations d’origine maghrébine, l’immigration, les inégalités sociales, l’importance de l’illettrisme et les conflits sociaux. Résider pendant plusieurs mois dans un pays permet d’en appréhender la réalité sociale en observant et en participant à la vie de la cité ou à travers les médias. Dans le milieu qui leur est le plus familier, le milieu universitaire, ils découvrent que, comparée au Brésil, la dotation en locaux, bibliothèque, technologie de l’information et de la communication des établissements de l’enseignement supérieur du premier monde qu’ils fréquentent, est bien pauvre (à l’exception de l’ENS de Lyon). Ils révisent également la tendance à considérer comme supérieur ce qui se fait en France dans les domaines intellectuels et académiques et, parallèlement, réévaluent la production brésilienne.

46La venue en Europe est aussi une ouverture sur d’autres régions et continents, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie, largement absents de l’univers mental et de l’actualité brésilienne. Elle contribue à un élargissement de la vision du monde et du capital culturel. « L’offre universitaire s’accompagne également de l’accès à un ensemble de biens de consommation culturelle ou paraculturelle » (Karady, 2002 : 50). Le séjour donne aussi l’opportunité de visiter les musées, les expositions, d’aller au cinéma, à l’opéra et, pour les mieux dotés financièrement, de découvrir la France et les capitales européennes.

47Le stage à l’étranger est une expérience révélatrice « des conditions de l’expérience “normale” dont le caractère familier fait souvent écran à l’analyse », pour reprendre les termes de Michael Pollak (1990 : 10). La condition vécue à l’extérieur, par le couple avec enfants, dont il a été question précédemment, va changer le regard sur la relation masculin-féminin dans les classes moyennes brésiliennes, milieu où la domesticité fait écran. Il y a une prise de conscience de l’arbitraire dans lequel on vit, la confrontation avec la réalité de la société d’accueil permet une vision critique sur ce qui, habituellement, va de soi (la “pensée d’habitude”, « thinking as usual », de Schütz, 2003). Il existe un sentiment diffus d’avoir été changé par cette expérience avec, par exemple, la prise de conscience de l’importance de la vie personnelle, des voyages, un désir de rompre avec un rythme de travail qui étreint jusqu’à la suffocation. L’institution universitaire brésilienne, ses modes de fonctionnement et d’évaluation sont sévèrement mis en question. C’est aussi un sentiment d’ambivalence par rapport au Brésil qui affleure en comparant la qualité de vie en France et au Brésil : notamment le sentiment de sécurité dans l’espace de la ville, le rapport plus équilibré entre le travail et les loisirs, l’abondance de l’offre culturelle de la France.

En conclusion

48Les conditions du stage à l’étranger s’inscrivent dans une constellation de facteurs à la fois individuels, familiaux, sociaux, constitutifs d’une histoire singulière qui s’insère dans une histoire sociale. Si l’enquête quantitative avait bien mis en lumière l’élargissement de la base sociale de recrutement des bénéficiaires de la mobilité internationales aux classes moyennes, répondant à une demande forte et aux besoins de l’enseignement supérieur et de la recherche en expansion, les entretiens réalisés nous livrent des éléments de compréhension des trajectoires des agents. En amont, les classes moyennes se mobilisent pour assurer à leurs enfants les conditions de la réussite et les doter d’un capital scolaire. Dans l’observation des parcours et des indicateurs (les établissements scolaires fréquentés, l’âge d’obtention des diplômes du supérieur, la connaissance du français et la carrière professionnelle), l’écart entre ceux que l’on peut considérer comme des héritiers et ceux qui appartiennent aux classes moyennes et aux classes les plus dominées (ouvriers et employés) est manifeste. Quant au rôle de l’aide de l’état – fédéral ou fédéré – au cours de la scolarité ou pour la mobilité internationale (dont tous ont bénéficié), seuls les plus dominés, produits de l’école publique, l’évoquent et ressentent une dette envers ce dernier et envers la collectivité nationale. Le regard porté sur le séjour à l’étranger, s’il est généralement positif, ne fait pas l’impasse sur les difficultés rencontrées, sur le plan psychologique, matériel ou académique. Nous n’avons pas un discours empreint d’une illusion rétrospective au regard de ce qui est advenu de retour au Brésil, mais véritablement une démarche réflexive et d’objectivation qui oscille entre auto-analyse et socio-analyse (Sayad, 1991). En aval, les effets en retour sur l’espace de la concurrence brésilien et sur l’insertion dans l’espace de la production internationale sont indéniables, avec, là aussi, des variations en fonction de l’âge, du statut au moment du stage et du capital social mobilisable.

Haut de page

Bibliographie

Bastide (R.), 1956, « La causalité externe et la causalité interne dans l’explication sociologique », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. XXI, pp. 77-99.

Bourdieu (P.), 2004, Esquisse pour une autoanalyse, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu (P.), 2002, « Les conditions sociales de la mobilité internationale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, n° 1, pp. 3-8.

Borjesson (M.) & Broady (D.), 2005, « Nouvelles stratégies dans le marché transnational de l’enseignement supérieur. Le cas des étudiants suédois à Paris et à New York », communication au colloque international « Lire les intellectuels à travers la mondialisation », Université de Pau et des Pays de l’Adour, 17-19 mars.

Buarque de Holanda (S.), 1936, Raízes do Brasil, Editora Companhia das Letras.

Canêdo (L.) & Garcia (A.), 2004-2005, « Les boursiers brésiliens et l’accès aux formations d’excellence internationale », Cahiers du Brésil contemporain, « Le Brésil et le marché mondial de la coopération scientifique », n° 57/58-59/60, pp. 21-48.

Chartier (R.), 1991, « Avant propos », in N. Elias, La société des individus, Fayard, pp. 7-29.

Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance (D.E.P.P.), 2007, « Les étudiants étrangers inscrits en universités et CUFR par nationalité, discipline, cursus, public, 2006-2007, France sans TOM », 7039 C1/MG, Août, http://www.pleiade. education.fr

Karady (V.), 2002, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche en sciences sociales, décembre, n° 145, pp. 46-60.

Laplantine (F.), 2005, Le social et le sensible, Paris, Tétraèdre (chap.1, L’art brésilien de la ginga : marcher, danser, chanter).

Leite-prado (C.), 2004, « Um aspecto do estudo de linguas estrangeiras no Brasil : os intercambios », in A.-M. Almeida et alii, Circulação internacional e formação intelectual das elites brasileiras, Campinas, Éd. UNICAMP, pp. 64-84.

Levi-strauss (C.), 1955, Tristes tropiques, Paris, Plon.

Mantonti (F.) & Poupeau (F.), 2004-2005, « Le capital militant, essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, décembre, n° 155, pp. 4-11.

Muñoz (M-C.), 2004-2005, « De la coopération Nord-Sud à la logique de marché : les politiques françaises d’accueil des étudiants étrangers », Cahiers du Brésil contemporain, n° 57/58-59/60, pp. 76-107.

Nogeira (M.-A.) & Aguiar (A.), 2008, « La formation des élites et l’internationalisation des études : peut-on parler d’une “bonne volonté internationale” ? », Éducation et Sociétés, n° 21, pp. 105-119.

Pollak (M.), 1990, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métaillé.

Rencontres Campus France, 2007, « Les étudiants brésiliens dans le système universitaire français 1998-2006 », 26-30 novembre, http://edition.campusfrance.org/pi/2007/bresil/bresil_07.pdf

Sayad (A.), 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité (Les enfants illégitimes), Bruxelles, De Boeck, pp. 186-258.

Schütz (A.), 2003, L’étranger. Un essai de psychologie sociale, suivi de l’Homme qui rentre au pays, traduit de l’anglais par B. Bégout, Paris, Ed. Allia.

Wagner (A.-C.), 1998, Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Paris, PUF.

Xavier de Brito (A.), 1997, La France vaut-elle encore une messe ? Uma pesquiça sobre as bolsas-sandwich na França, Relatorio, Fundação de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior-CAPES.

Haut de page

Annexe

*Enseignement fondamentale = primaire+collège

Haut de page

Notes

1 CAPES (Coordenação do aperfeiçoamento do pessoal de nível superior, Coordination de perfectionnement des personnels de l’enseignement supérieur ; CNPq (Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico, Conseil national de développement scientifique et technologique) ; FAPESP (Fundação de amparo à pesquisa do estado de São Paulo, Fondation d’appui à la recherche de l’état de São Paulo).

2 Voir le rapport d’Angela Xavier de Brito (1997) sur les bourses sandwich.

3 Le COFECUB (Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil ) a pour vocation d’organiser la collaboration des universités et des grandes écoles françaises et latino-américaines et de faire connaître l’Amérique latine en France.

4 Dans les années 1920, Georges Dumas organise la création des lycées français et des Instituts franco-brésiliens de São Paulo et de Rio ainsi que la venue des missions françaises à partir de 1934 dans les nouvelles universités de São Paulo (USP) et de Rio (Université du District Fédéral).

5 « Internationalisation des échanges scientifiques et recomposition des élites nationales (1970-2000), projet CAPES-COFECUB 345/01 ; « Circulation internationale des universitaires et transformation de l’espace culturel » (1945-2004), projet CAPES-COFECUB 520/05.

6 L’analyse des flux a mis en lumière l’impact négatif des politiques migratoires de plus en plus restrictives des années 80-90 qui ont entraîné une régression des effectifs d’étudiants étrangers et marginalisé la France sur le marché mondial de la formation. La prise en compte de cet état de fait et l’assouplissement des conditions d’entrée et de séjour des étudiants par la loi Chevènement de 1998, a entraîné une remontée des effectifs. Ainsi, la croissance du nombre d’étudiants brésiliens dans les universités françaises est continue : elle est passée de 1 200 en 1998 à 2 200 en 2006.

7 Données 2007 de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (D.E.P.P.).

8 Assoçião dos pesquisadores e estudantes brasileiros na França, Association des chercheurs et étudiants brésiliens en France, créée en 1984.

9 Enquête réalisée par le CRBC en collaboration avec l’APEB auprès d’étudiants qui suivent des études doctorales et de professeurs, de chercheurs et de médecins en séjour post-doctoral ou en spécialisation, soit 117 enquêtés, dont 86 % de boursiers.

10 Enseignement fondamental : école élémentaire + collège (8 ans).

11 « Pour accéder, à l’enseignement supérieur, le candidat doit s’inscrire à un concours appelé vestibular [ ]. Afin d’augmenter leurs chances de réussite à ce concours, de nombreux lycéens suivent une préparation supplémentaire et payante d’une durée de six mois à un an (curso pré-vestibular) » ( http://www.cndp.fr/revuetdc/885-73383.htm ) . Les études sociologiques montrent que les étudiants d’origine sociale les plus modestes échouent au concours d’entrée en 1er cycle des universités publiques et se dirigent vers les universités privées, qui représentent plus des 2/3 des universités brésiliennes. La grande majorité des étudiants du 1er cycle du public viennent des lycées privés.

12 Pour l’obtention de la bourse, le candidat doit passer le test obligatoire de connaissance du français (TCF) dans un centre agréé, et de sa réussite dépend son acceptation.

13 Sur le caractère historique de l’informalité des Brésiliens, voir Buarque de Holanda 1936.

14 France Culture, « Surpris par la nuit », 11 février 2008 (entretien autour du livre Les livres que je n’ai pas écrits, Gallimard 2007).

15 ANPOCS, Associação Nacional de Pós-Graduação e Pesquisa em Ciências Sociais (Association nationale de post-licence et de recherche en Sciences sociales).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cres.revues.org/docannexe/image/724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Muñoz, « La mobilité internationale à destination de la France », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 2 | 2009, 157-181.

Référence électronique

Marie-Claude Muñoz, « La mobilité internationale à destination de la France », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://cres.revues.org/724

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Muñoz

Sociologue, Centre de recherches sur le Brésil contemporain (CRBC – EHESS). munoz@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org