Navigation – Plan du site

Le Brésil et les Brésiliens dans la globalisation financière

Brazil and Brazilians in the world of financialisation
Roberto Grün
p. 203-222

Résumés

Le développement de la sphère de la finance au Brésil, ces dix dernières années révèle tant l’impulsion, que les limites et les ambiguïtés de la mondialisation. D’un coté, la diffusion très visible d’un langage homogénéisant semble montrer le grande similarités entre les élites économiques brésiliennes et celles des pays centraux, surtout des États-Unis. D’un autre côté, les outils de la finance sont en réalité soumis, sur le sol du pays, à des processus d’hybridation beaucoup plus complexes, entre économie globale et particularités brésiliennes. Á partir de l’histoire de deux “outils” de la finance –l’implantation récente de la gouvernance d’entreprise et des fonds de participation privés–, on peut accéder et analyser le “champ de la finance”, les stratégies des acteurs et les contraintes que produit cette configuration, où les outils et les idées semblent être à la fois bien connus, et décalés.

Haut de page

Texte intégral

1Le Brésil est considéré comme un exemple extrême de “financiarisation”. Taux d’intérêts et marges (spreads) bancaires considérés comme les plus élevés du monde, primat des raisons et des contraintes issues du marché financier sur toute autre considération et, plus récemment, la soumission prévisible d’un gouvernement fédéral issu de la gauche à la logique des “marchés”. Comme les marchés sont essentiellement internationaux et que c’est par leur intermédiaire qu’une grande partie des pressions globalisantes exercent leurs effets sur la société brésilienne, je crois que c’est un bon exercice de sociologie que d’en analyser les modalités.

2De l’extérieur, l’expression la plus visible du primat de la finance dans la société brésilienne est le niveau extrêmement élevé des taux d’intérêts et, un peu moins visible mais peut-être encore plus éclairant, le coût énorme des services bancaires. En comparaison avec les autres pays, les banques brésiliennes rémunèrent bien leurs investisseurs, mais accordent leurs prêts à un prix exorbitant. Il faut le dire, le Brésil est une sorte de « paradis des rentiers », mais surtout des banquiers : ceux-ci jouissent d’une situation doublement favorable, par les rémunérations élevées qu’ils reçoivent pour leurs services, et par l’afflux des investisseurs tant nationaux qu’internationaux.

3Comme on peut le prévoir, la société brésilienne débat périodiquement de la légitimité d’une telle situation, des raisons de la changer et des manières de le faire. Du côté des défenseurs du statu quo financier, l’explication la plus répandue se fonde sur l’« incertitude juridique » : comme les cadres juridiques de la société brésilienne sont peu fiables et que le risque de n’être jamais remboursé est très grand, les prêteurs sont obligés de faire payer cher leur argent. À titre d’exemple de cette « incertitude », ne citons que les décisions judiciaires défavorables aux créanciers, ou simplement le manque de zèle dont témoignent les autorités dans les procès en recouvrement de dettes, la confiscation de valeurs liquides intervenue dans le cadre de ce qu’on a appelé le « Plan Collor » (1989) et la menace d’un retour de l’inflation qui érode la valeur des capitaux. Concrètement, on voit constamment des épisodes de ce genre montés en épingle et transformés en “scoops” dans les médias les plus divers, de sorte que la perception de l’incertitude est constamment ranimée. Cela n’arrive pas par hasard : l’idée érudite de l’« incertitude juridique » est, elle-même, réitérée par une perception culturelle très enracinée selon laquelle le Brésil est le pays des « combines à la petite semaine » (jeitinho), de l’improvisation et du manque de planification. Ces caractéristiques imputées à la société brésilienne sont systématiquement opposées au “sérieux” dont sont crédités les pays centraux, dits du « Premier Monde », dans lesquels les taux d’intérêt seraient « civilisés ». De sorte que, pour avoir droit à des taux « civilisés », il faudrait d’abord nous convaincre nous-mêmes d’abandonner les idiosyncrasies nationales et d’accepter le modèle dont nous créditons le « Premier Monde » (Grün, 2007b).

4À la thèse juridique est opposée l’autre hypothèse selon laquelle les taux d’intérêts élevés sont un effet de la concentration du secteur bancaire : peu nombreuses à prêter de l’argent, les banques auraient ainsi les moyens d’imposer un prix élevé pour leur marchandise. Il faut relever que cette thèse –encore que constamment invoquée par les économistes, les politiques et les journalistes les moins impliqués dans la sphère financière– fait l’objet de bien peu de publicité. Ce n’est pas le lieu ici de discuter la qualité intrinsèque ou la validité respectives de l’une ou l’autre thèse, mais il faut bien constater que la première occupe infiniment plus d’espace et que, lorsque les gouvernements sont forcés de donner quelques satisfactions à l’opinion publique au sujet des taux d’intérêt, ils proposent généralement des mesures qui diminuent l’incertitude juridique, donnant ainsi raison au premier diagnostic.

  • 1 Rappelons que cet article a été rédigé avant la crise financière de septembre 2008 (note des éditeu (...)

5Le discours favorable aux finances est normalement réputé « moderne » et « ouvert », caractéristiques qui s’opposent au caractère « villageois », « corporatif » et « attardé » des défenseurs du contrôle des activités financières, normalement les porte-parole de l’industrie. Les références au « moderne » et à l’« international » sont des armes rhétoriques qui font toujours leur effet dans ce débat public sur lequel repose la discussion économique interne à la société brésilienne1. « Moderne » et « international » sont des catégories congruentes avec l’idée de « jeunesse » et apparaissent habituellement comme l’arme des secteurs de l’élite qui contestent les positions établies.

6La plupart du temps, la querelle rhétorique renvoie tant à des conflits de juridiction qu’à des types différents de capital culturel. Dans l’histoire récente du Brésil, pendant la période dite de substitutions des importations (1940-1960), une très vive discussion a opposé avocats et ingénieurs : le premier groupe s’identifiait à la tradition nationale et à l’économie agro-exportatrice, et le deuxième, à la modernité, principalement anglo-saxonne, et à l’industrialisation. Selon les premiers, la monnaie nationale devrait être forte, de façon à bien rémunérer les produits agricoles exportés et, ainsi, entraîner la croissance de l’agriculture. Selon le deuxième groupe, au contraire, la monnaie nationale devrait être moins valorisée, de façon à empêcher que les importations de produits manufacturés ne gênent le développement de l’industrie nationale. Juste après apparaît un nouvel élément au débat : les ingénieurs s’identifient au développement national, et prônent la planification étatique qui doit préserver l’industrie et l’infrastructure économique. Finalement, dans les années 1960, un nouveau groupe d’économistes, au nom de la lutte contre l’inflation, critique un État mal administré à cause de ses volontés irréalistes d’intervention exagérée dans l’économie. Pour maîtriser l’inflation, l’État devrait progressivement abandonner ses velléités, désormais stigmatisées comme corporatives, de diriger le développement, et se donner pour tâche principale le contrôle de la monnaie. Il faudrait laisser au marché la fonction d’accompagner le développement “naturel” lorsque les conditions requises seraient réalisées ; le développement “artificiel” recherché en d’autres temps n’avait conduit, selon eux, qu’à la désorganisation sociale, dont l’inflation était le symptôme et la composante essentielle. Cette niche culturelle, produite en grande partie par la diffusion de la pensée économique orthodoxe contemporaine, crée un climat favorable au développement des finances et intronise ses interprètes brésiliens dans la position d’intellectuels du champ du pouvoir formé dans les dernières décennies. Conséquence de cette configuration, toute critique de l’orthodoxie est généralement mal perçue et taxée d’attardée et de corporative – péchés intellectuels et moraux dont peu de Brésiliens sont capables de supporter le poids.

  • 2 L’unique possibilité de non-paiement, non encore réalisée à ce jour, serait l’éventualité où l’empr (...)
  • 3 Le cas est de plus en plus fréquent du retraité qui sollicite un prêt en réalité destiné à un fils, (...)

7Mais la principale conséquence réside dans la permanence de l’énorme asymétrie dans la distribution des revenus au sein de la société brésilienne. Bien que statistiquement, cette situation puisse être considérée comme insoutenable, la dynamique sociale explique sa permanence. Les dernières nouveautés en matière de crédit populaire en sont un exemple. Les salariés, en particulier ceux du secteur public, et les retraités titulaires de pensions, qui ont des revenus fixes garantis, parviennent à obtenir des prêts dont les mensualités de remboursement seront prélevées directement sur leurs revenus. Ainsi, l’éventualité du non paiement est réduite à presque zéro et les taux d’intérêt sont beaucoup moins élevés que les taux normalement pratiqués par les entreprises de financement qui opèrent avec la clientèle populaire2. Tandis que les dites « sociétés de financement populaire » exigent des taux d’intérêt allant de 3,5 % à 10 % par mois, les taux du crédit consigné, accordés aux titulaires de revenus sur lesquels les mensualités de remboursement peuvent être débitées directement, tournent autour de 2,3 % à 3 % par mois (Sofia, 2008). Ces taux sont très élevés, comparés aux modèles internationaux, et rémunèrent grassement les banquiers, mais même ainsi ils restent bas par comparaison avec ceux auxquels la clientèle qui en use était habituée par le passé. Cette configuration, à la fois grotesque et compréhensible, engendre une profonde acceptation du système qui, au moins à court terme, favorise à la fois les titulaires de rentes et ceux qui ont besoin d’emprunter3. En somme, vue de l’intérieur, la relation de la société brésilienne avec son système financier parait s’être améliorée ces derniers temps, encore que la situation puisse surprendre un regard familier d’autres latitudes ou d’autres rapports de force entre agents économiques.

Le national et l’international dans les finances

8Dans une perspective internationale, quand on regarde les finances à partir des acteurs les plus en vue dans les médias, on observe dans le langage des marchés, à São Paulo, Kuala Lumpur, Paris ou New York, un modèle semblable. Surgit alors la tentation de se limiter à l’observation de cette seule fonction d’homogénéisation que les marchés exercent sur les pratiques des champs économiques et politiques des diverses sociétés. Mais je crois que ces analyses cachent, plutôt qu’elles ne révèlent, la logique sociale selon laquelle les marchés opèrent et les influences qu’ils exercent sur le reste de la société. Un autre risque, pour la sociologie de cet espace social, réside dans la tendance actuelle des sciences humaines à réaliser des études plutôt ethnographiques, systématiques et rigoureuses, de groupes spécifiques d’agents qui opèrent sur ces marchés (comme, par exemple, les courtiers en marchandises ou en actions) ; ces études sont utiles pour montrer comment ces groupes se comportent et pourquoi, mais sont beaucoup moins éclairantes quand il s’agit d’évaluer la dynamique de l’espace social pris comme un tout. En effet, elles finissent souvent par incorporer les arguments et les théodicées du groupe observé, qui est toujours en conflit avec les visions concurrentes des autres groupes qui composent cet espace social.

9Pour éviter, ou au moins relativiser les effets de ces deux pièges, je pense qu’un bon procédé consiste à analyser la forme donnée au Brésil à quelques instruments financiers de base qui promeuvent la “financiarisation” de la société. Ainsi les capitaux et les stratégies qui s’affrontent dans l’espace des finances seront analysés dans l’ordre chronologique, à partir des instruments et des institutions qui sont mises sur pied et, éventuellement, de ceux et celles qui échouent. La “jeunesse” de cet espace et de ses formes institutionnelles facilite l’analyse, les traces de sa genèse pouvant être retrouvées dans l’action du gouvernement brésilien et des organes multilatéraux –tels le FMI, la Banque Mondiale et l’OCDE–, ainsi que des acteurs individuels et collectifs qui y sont actifs ; elles peuvent être également retrouvées dans les actions et les réactions des dirigeants syndicaux comme, plus récemment, des dirigeants des diverses ONG, ainsi qu’à travers les reflets de toute cette activité dans les médias.

  • 4 Plutôt que de proposer une traduction littérale nécessairement pauvre –« idées hors de leur context (...)

10Les dispositifs financiers les plus amples, qui sont importés, retravaillés et dotés de significations nouvelles dans la société brésilienne, sont la gouvernance corporative et l’émission de private equities funds (fonds de placement en actions non cotées). Tous deux ont pour caractéristique de ne pas tant avoir été construits comme des outils clairement définis en fonction d’objectifs précis, mais d’être une architecture construite à partir d’ensembles d’instruments pas toujours homogènes. De cette manière, ils peuvent, du point de vue de l’analyse, être considérés à la fois comme des formes institutionnelles et comme des artefacts culturels. Comme formes institutionnelles, parce que la logique de leur implantation dans la société brésilienne dépend de réarrangements dans divers secteurs et espaces sociaux, tels les champs économique, juridique et politique (une fois installés, ils produisent des effets irréversibles dans ces trois sphères). Comme artefacts culturels, parce qu’ils se révèlent d’une grande plasticité. Cette dernière caractéristique, qui normalement, dans une approche positive ou opérationnelle, peut être considérée comme une difficulté, un inconvénient que le temps ou l’action raisonnée devront corriger, devient une piste fondamentale pour l’analyse sociologique : elle constitue la fenêtre par laquelle nous pouvons observer avec plus de clarté les idées et les relations entre les groupes en concurrence et en compétition pour donner sa forme au champ financier dans sa spécificité brésilienne. Il s’agit donc d’une tentative pour rendre compte de la dynamique culturelle qui sert de base à la domination financière ; celle-ci doit être traitée comme un mode de domination, au sens wébérien, dans lequel il faut chercher et comprendre les formes de légitimation de l’ordre que les finances imposent à la société. En ce sens, l’étude de l’empire que les finances ont constitué dans le Brésil contemporain peut aussi être considérée comme une tentative de sociologie du pouvoir ; elle permet l’exploration d’une piste différente pour la discussion qui dure depuis des décennies sur les « idéias fora do lugar »4, qui donneraient sa forme propre à la dynamique culturelle de la société brésilienne – encore que leur espace empirique spécifique soit une zone très prosaïque de l’espace social (Schwarz, 1977).

11C’est la gouvernance corporative qui s’impose d’abord au Brésil. Elle promet le cycle vertueux tant espéré de capitalisation des entreprises brésiliennes par le biais des marchés de capitaux ouverts, qui devrait les rendre beaucoup plus aptes à se développer, innover et à entrer dans la compétition nationale et internationale. Le corollaire (et peut-être est-ce, pour expliquer la dynamique sociale, plus important que la prétendue fonctionnalité de l’ensemble des dispositifs) est que ce cycle augmente drastiquement le fonds de commerce de tous les circuits d’intermédiaires (agents financiers, avocats, économistes financiers, agences et agents comptables, médias spécialisés) qui opèrent sur le marché financier. Comme dans d’autres phénomènes de diffusion culturelle d’instruments économiques ou organisationnels, surgit au niveau international une discussion sur la capacité réelle de la gouvernance corporative. Cet instrument a été l’aboutissement des discussions spécifiques du champ économique nord-américain, mais restait à voir s’il pourrait fonctionner dans d’autres environnements (Roe, 1994 ; Hollingworth & Boyer, 1997). À l’exemple de ce qui se produisit dans la décade de 1980 à propos de l’administration industrielle japonaise, et particulièrement de la « qualité totale », cette première discussion, nécessairement générique et doctrinale, est progressivement dépassée par une autre, plus précisément située, qui observe les exemples concrets déjà plus ou moins constitués et attire l’attention sur les hybridations qui rendent compte, à la fois, de la tendance internationale, et des spécificités nationales ou locales (Grün, 1992 ; Cole, 1995 ; Höpner & Jackson, 2001 ; Grün, 2003b).

12Les private equities funds arrivent au Brésil un peu après, initialement pour rendre viables les consortiums d’entreprises qui participèrent aux privatisations des années 1990. Dans cette évolution, le fonds de commerce est plus nettement limité au monde financier et, jusqu’à très récemment, seuls les financiers les plus internationaux et les mieux préparés intellectuellement à leur fonction parvenaient à s’y mouvoir avec audace. En l’occurrence, il s’agissait de contribuer à la reconnaissance d’une nouvelle fonction et de créer un cadre juridique pour séparer le rôle d’entrepreneur, confié à de nouveaux groupes financiers, de la fonction de capitaliste rentiers que les fonds de pension furent obligés de développer au cours de cette série d’épisodes (Grün, 2007a). C’est au cours de cette décennie 90 que les jeunes banquiers d’investissements, devenus très internationaux, créèrent donc cet espace qui, plus récemment, a bénéficié d’une énorme impulsion grâce au boom de l’éthanol et des énergies renouvelables en général. C’est tout sauf un hasard si ce boom brésilien a coïncidé avec un intense mouvement de même nature sur les marchés des pays centraux, alimenté tant par les ressources des investisseurs externes que par la légitimité attachée aux instruments développés par leur usage intense et qui faisait l’objet d’une vive publicité dans les pays centraux. De cette manière, la nouveauté financière –dans laquelle les investisseurs confient leurs capitaux aux soins des gestionnaires de fonds en contrepartie d’un ensemble de garanties jugé moins sûr que les investissements traditionnels– finit par être considérée comme un miroir de ce qui se passe sur les marchés plus développés et est bien acceptée dans l’espace économique brésilien.

  • 5 Mais il faut aussi rappeler le rôle de la BNDES – Banque nationale du développement économique et s (...)

13Ainsi l’utilisation de ce dispositif financier réussit à mobiliser avec succès des capitaux considérables chez les investisseurs privés. La logique de la centralisation des capitaux et de la dissémination du risque qu’on retrouve dans les private equities funds est vieille comme le capitalisme (Braudel, 1979). Mais dans le passé brésilien, son utilisation restait informelle et restreinte à la concentration de capitaux d’individus appartenant à de petits cercles sociaux homogènes, telles les élites locales des municipalités ou les groupes ethniques caractérisés comme « nations commerçantes » (Juifs, Arméniens, Libanais). Typiquement, le mécanisme était utilisé, par exemple, comme forme de financement d’entreprises immobilières dans la construction civile, ou pour l’achat d’un taureau reproducteur destiné à féconder les vaches de plusieurs éleveurs ou à produire un sperme dont la congélation et la vente donneraient des profits à répartir entre tous. Dans la configuration créée par les novateurs financiers récents, ce mode de financement élargit considérablement ses perspectives, jusqu’à se transformer en un dispositif général d’usage beaucoup plus largement répandu que par le passé. En atteignant cet objectif, il est probable que l’instrument subit un changement qualitatif, la quantité des liquidités rassemblées permettant la réalisation d’opérations beaucoup plus audacieuses, quant au nombre des partenaires, au volume du capital engagé et à la diversification des objectifs5.

14Mais on ne rendrait pas compte de la dynamique sociologique de la financiarisation brésilienne si on n’était pas attentif aux processus micro-sociologiques, particulièrement au niveau de l’entreprise et des unités d’affaires qui ont fait leur apparition un peu auparavant et ont préparé le terrain pour les innovations venues explicitement des marchés financiers. Selon le sens commun des “diagnostics sur le Brésil”, nous sommes les héritiers d’une caractéristique négative des sociétés ibériques qui est d’engendrer des bureaucraties particulièrement pesantes, coûteuses et inefficaces. Ainsi, la recherche de solutions organisationnelles modernes pour “révolutionner” l’espace de l’administration publique et privée est une constante, au moins depuis le début du XXe siècle. Elle garantit le succès des gouvernements qui “s’attaquent à ce problème” et assure une couverture médiatique complaisante aux entreprises qui affirment réaliser des expériences novatrices dans ce domaine. C’est ainsi que le terrain économique et politique brésilien se prête admirablement au développement de n’importe quelle nouveauté internationale dans l’espace des organisations, facilitant la vie des entreprises de consultance et des gourous qui proposent des solutions pour réaliser ce désir.

  • 6 L’EVA est internationalement considéré comme le principal vecteur de l’extrême financiarisation des (...)

15Sur cette toile de fond et selon le schéma classique des possibilités organisationnelles inhérentes au capitalisme proposé par Weber (1922) et développé par Douglas (1996), nous pouvons proposer une caractérisation rapide de la chronologie récente de l’espace organisationnel brésilien. Après une période de primat des présupposés de la « qualité totale » dans les entreprises, caractérisés par une logique sociale et cognitive de compromis entre la logique du marché et les principes hiérarchiques de l’entreprise, nous assistons à la progressive colonisation de l’espace des entreprises par les idées du premier groupe, à savoir, les problématiques du marché. Le processus commence de façon claire avec la diffusion du système comptable ABC (Activity Based Costing), dans la deuxième moitié des années 80 (Armstrong, 2002). L’objectif explicite de “l’outil” est de mesurer séparément la contribution de chaque unité de l’entreprise à ses résultats financiers ; implicitement, commence ainsi la reconquête de l’espace cognitif interne des organisations, espace cognitif jusque-là imprégné de la croyance à l’idée que les collectifs de travailleurs produisent plus de valeur que l’action isolée de chacun d’eux. Dès lors, l’hypothèse de l’efficacité des collectifs devient moins évidente, éclipsée par le succès de la mesure de plus en plus exhaustive de la contribution marginale de chaque unité de travail ou de capital aux résultats financiers de l’organisation (Grün, 1999). La diffusion des présupposés cognitifs et sociaux individualisants, inaugurée par le système comptable ABC, va se trouver grandement renforcée, au début des années 90, par la fameuse « ré-ingénierie ». Celle-ci déborde les limites des entreprises, impulse les processus de réorganisation interne (principalement des entreprises néo-privatisées), et va être, cognitivement, suivie par des outils plus spécifiques, comme le Balanced Score Card (BSC), le Six Sigma et l’Economic Value Added (EVA) qui poursuivent et approfondissent la catéchèse (Lordon, 2000 ; Norreklit, 2000 ; Grün, 2004b). On peut trouver une différenciation significative au sein de ces “techniques d’évangélisation”, pour poursuivre la métaphore : une série, qui passe par le BSC et le Six Sigma, indique clairement un certain type de compromis avec la vague antérieure de la qualité totale, tandis que l’EVA marque la domination absolue du point de vue financier sur l’entreprise. Et, évidemment, chacun de ces instruments autorise des flexibilités sémantiques qui peuvent faire coexister, encore que de manière limitée, des visions divergentes6. La succession des artefacts organisationnels, dans cet espace où la concurrence professionnelle a pour conséquence la recherche frénétique de nouveautés, a pour effet de produire des altérations comportementales et cognitives : elle affaiblit l’importance accordée au collectif sous-jacente à l’organisation du travail et, à l’inverse, familiarise les populations avec les présupposés de la financiarisation, en particulier celui qui affirme que l’individu est toujours plus important que le collectif, et prépare ainsi l’avènement des nouveautés financières (Grün, 2004b).

Le piège social de la financiarisation

16La financiarisation finit par être également la résultante de tensions dans d’autres espaces sociaux, apparemment moins enclins à suivre cette voie. La première surprise vient du monde syndical. Le déclin de la dictature militaire à la fin des années 70 et au début des années 80 conduisit à la renaissance de la contestation ouvrière. La série dramatique d’événements qui marquèrent les luttes sociales a fini par donner naissance à toute une nouvelle génération, très nombreuse, de militants de base et de dirigeants confirmés dans les syndicats. Le reflux de ces mobilisations, qui se produisit dans les années 90 avec le succès du contrôle de l’inflation, a poussé ce nouveau groupe, doté d’une forte dynamique ascensionnelle, à chercher d’autres espaces d’action. Ils en trouvèrent un dans les fonds de pension des entreprises publiques. À ce niveau, ils étaient confrontés tant aux cadres traditionnels qui occupaient ce terrain qu’aux nouveaux banquiers d’investissement qui commençaient à l’occuper à la même époque.

17Dans ce nouvel espace social et politique d’action, les cadres issus du mouvement syndical en vinrent à disputer la couronne de “champions de la gouvernance corporative” – ensemble de dispositifs financiers, comptables et légaux qui visait initialement à restaurer la suprématie des actionnaires au détriment des directions professionnelles des entreprises de capital ouvert, mais qui finit par se transformer en cadre de référence pour des mouvements de beaucoup plus grande ampleur. Dans une première lecture, la gouvernance corporative se révèle un excellent véhicule pour porter les prétentions de ce groupe, jusque là peu familier des particularités de l’espace financier. La gouvernance corporative parle du marché financier comme d’une arène comparable à la sphère civique, dans laquelle il doit y avoir de la transparence, du respect pour le droit des minorités et de la démocratie (Ocasio & Joseph, 2005). Une fois les dirigeants syndicaux familiarisés avec ce langage et accoutumés à le considérer comme un expression positive, leur offrant l’opportunité d’établir une position légitime dans le monde financier, il n’est pas surprenant de les voir défendre cette bannière dans divers sous-espaces auxquels ils ont accès et d’étendre leur légitimité dans des espaces sociaux où leur présence antérieure n’était pas reconnue (Grün, 2003b ; Jardim, 2007). En termes étroitement économiques, la gouvernance corporative est habituellement vue comme un remède efficace pour un problème considéré comme crucial pour l’économie brésilienne : la difficulté d’attirer des capitaux pour financer les entreprises. Comme celles-ci ne disposent pas de capital propre pour financer leur expansion à la mesure de ce qui est requis par le potentiel de l’économie brésilienne et que le crédit bancaire est, depuis des siècles, considéré comme très cher et rare, l’absence d’un marché des capitaux qui remplisse efficacement cette fonction est considérée comme une déficience majeure du capitalisme brésilien, qui serait ainsi condamné à une croissance modeste tant que cette question resterait sans solution. Une fois instaurée la bonne gouvernance corporative, les investisseurs auraient une plus grande confiance pour investir leurs ressources en actions, au lieu des traditionnels investissements immobiliers ou des dépôts à l’étranger, et nos entreprises auraient accès à un bassin d’épargne beaucoup plus ample et à des coûts moins élevés. Et – ceci est de la plus grande importance pour justifier le comportement des syndicalistes – quand ceci se produira, nous aurons également des augmentations au niveau de l’emploi et des salaires.

18Mais ce n’est pas seulement dans la question de l’emploi que l’impact de la gouvernance corporative se fait sentir : une autre caractéristique attribuée au capitalisme brésilien est son caractère « sauvage ». En l’absence d’un système de contrepoids efficace, les capitalistes brésiliens pousseraient à l’extrême la tendance à la cupidité inhérente au système. Chevauchant le destrier de la gouvernance corporative, les dirigeants syndicaux reconvertis en viennent à revendiquer le rôle de « dompteurs de la sauvagerie du capitalisme brésilien » (Grün, 2007a ; Jardim, 2007). Dans un premier temps – les années 90 –, cette tendance tenta de s’imposer sur le théâtre des chambres de métiers et des chambres régionales qui furent instituées à ce moment-là. Celles-ci eurent alors leur heure de gloire comme mécanismes de coordination et de coopération entre des acteurs sociaux jusque là en conflit ouvert ou latent, principalement dans le processus de redressement de l’industrie automobile locale. Peu après, elles perdront de leur aura, n’apportant plus de solution aux problèmes des régions et des branches d’industrie et vont être dénoncées comme étant des mécanismes « corporatifs », des héritiers de la tradition varguiste, objet d’attaques systématiques durant le mandat de Fernando Henrique Cardoso à la présidence de la République (1995-2001). Pendant cette période, l’éradication de “l’héritage néfaste” de Vargas en vint à constituer l’essentiel de la politique économique et sociale. On assiste alors à la prédominance des financiers, vecteurs à la fois, d’une part, des instruments économiques nécessaires pour la privatisation des entreprises publiques (qui, selon cette interprétation du Brésil et de ses problèmes, fournissaient la base sociale et économique des « corporatistes ») et vecteurs, d’autre part, des justifications idéologiques requises pour l’acceptation des nouveaux modèles de coexistence (le credo néo-libéral selon lequel les entreprises privées sont toujours plus efficaces que les entreprises publiques).

19Dans la niche culturelle néo-libérale, il était difficile pour les chambres régionales et les chambres de métiers de trouver le souffle nécessaire pour rester actives : de fait, elles disparurent pratiquement du paysage national. Dans la trame politique, c’est là qu’entre en scène la gouvernance corporative se constituant en fonds de commerce des dirigeants syndicaux au sein de l’espace autorisé par la prédominance financière. Entre les mains et dans la bouche des dirigeants syndicaux, la gouvernance corporative promet d’être un instrument de contrôle social de l’action des financiers. Dans ce cadre, parés de la légitimité conférée par leurs mandats syndicaux, ils trouvent leur place comme agents légitimes du contrôle social dans le milieu des finances.

20Mais le type de sociabilité développé par les finances attire de nouveaux groupes d’individus, jusque là également très éloignés de ce monde et en opposition avec lui. Il s’agit de groupes de dirigeants et de militants des organisations non-gouvernementales, les ONG, tournées vers les causes sociales et environnementales qui, depuis le début du XXIe siècle, ont donné son impulsion à la politique entrepreneuriale de responsabilité sociale et de développement durable. Dans un premier temps, on assiste à la diffusion rapide, au Brésil, du concept de “responsabilité des entreprises”, stimulé par les retombées des scandales entrepreneuriaux des États-Unis, en particulier celui d’Enron. L’idée est que l’entreprise qui suscite de bonnes actions de la part de ses collaborateurs sera moins susceptible de commettre de telles fraudes scandaleuses. D’une manière plus générale, la responsabilité sociale et environnementale constituerait un bon antidote au risque d’un “déclin moral”. L’entreprise qui se laisse aller à de telles pratiques, comme le montre les catastrophes écologiques de Bophal, en Inde, ou les déversements de pétrole sur les côtes de l’Alaska ou dans la Manche, met en jeu sa survie ou du moins sa valorisation à long terme. Dès lors, les théoriciens de la gouvernance corporative encouragent les pratiques “bienfaisantes”, censées diminuer les risques courus par les actionnaires quand ils confient leurs ressources à la gestion des membres de l’entreprise.

21Le succès du Forum Social de Porto Alegre (2001) consacre comme porte-parole légitimes de diverses causes et préoccupations sociales brésiliennes un certain nombre d’ONG et de leurs dirigeants. Les nouveaux agents sociaux et environnementaux qui avaient investi le monde de la finance finissent par entrer dans cette mouvance en proposant des formes d’action sociale et environnementale aux entreprises, ainsi que les instruments de mesure pour contrôler les résultats de ces actions. Ainsi, apparaît au Brésil et gagne très vite de la légitimité, le « bilan social entrepreneurial » proposé par Betinho, un militant des ONG déjà fortement légitimé par son action passée dans le combat contre la faim et dans la campagne relative à la prévention et au traitement du SIDA. L’ensemble de pratiques analogues que cet exemple a suscité enclencha un processus systématique de traduction des préoccupations et des sensibilités sociales et environnementales dans un langage intelligible et utilisable par le monde des finances. Ce processus est très visible, tant dans ses résultats que dans ses contradictions et ses limites, dans la construction, par des économistes brésiliens de l’ISE, « indice de sustentabilidade empresarial » (« indice de développement durable de l’entreprise »), autour duquel se réunissent, et se séparent, les acteurs financiers, sociaux, syndicaux, et les acteurs traditionnels qui, jusque là, avaient le monopole de proposition et de manipulation de normes techniques à suivre par la société ; il s’agit notamment de l’ABNT (Association Brésilienne de Normes Techniques), ou d’autres acteurs liés directement ou indirectement à l’État, comme la CVM (Commission des Valeurs Mobilières), une des agences gouvernementales brésiliennes chargées de contrôler les marchés financiers.

22On le voit, le mouvement qui a commencé au sein du marché financier conduit à un ensemble de transformations qui touchent une bonne partie du tissu social, en particulier dans le champ du pouvoir, impliquant les nouvelles élites, qui en viennent à briguer des positions dans cet espace toujours disputé. Mais la dynamique sociologique de ce processus serait bien pauvrement décrite si nous ne prenions pas en compte le fait que ces élites ne sont pas seules à agir dans l’espace social. Elles doivent se confronter avec des groupes qui occupaient jusque-là des positions analogues mais aussi avec des groupes qui, éloignés du champ du pouvoir et généralement en opposition avec lui, contestent les nouvelles relations et les considèrent avant tout comme des processus de cooptation au bénéfice des classes dominantes traditionnelles et de leurs agents. Les vicissitudes de l’implantation au Brésil de l’« indice de développement durable de l’entreprise » mettent en lumière plusieurs de ces phénomènes.

  • Le mouvement s’est sensiblement affaibli, à la suite de l’inclusion, dans l’indice, d’entreprises de producteurs de cigarettes, du fait du retrait de l’Ibase, l’ONG co-fondée par Betinho, en désaccord sur ce point. Selon les partisans de l’inclusion, si le produit est légal, sa vente ne peut être tenue pour immorale en soi, et un ensemble spécifique de pratiques bienfaisantes patronnées par ces entreprises pouvait constituer un contrepoids acceptable aux dommages que les cigarettes causent à la santé de leurs consommateurs. Pour les représentants de l’Ibase, au contraire, le caractère intrinsèquement préjudiciable à la santé de la consommation de cigarettes constituait un obstacle dirimant à l’acceptation de ces entreprises dans l’ensemble à évaluer.

  • Sur un autre plan, l’ABNT revendique le monopole des systèmes de mesure constitutives de l’indice de sustentabilidade empresarial, et tente de se débarrasser des acteurs qui prétendent y représenter les secteurs de l’action bienfaisante, en s’appuyant sur le poids institutionnel qu’elle croit encore posséder, en réalité dépassé par la dynamique sociale.

  • Au sein même du mouvement syndical, la CUT –Centrale Unique des Travailleurs, qui regroupait la majeure partie des militants des années 1970 et 1980–, commence à craindre un possible débordement sur sa gauche : en effet, un certain nombre de militants de sensibilité trotskyste qui, jusque-là, faisaient partie de la CUT mais qui ont progressivement rompu avec elle, ont créé un nouveau groupement syndical, la « Conlutas », qui connaît un certain succès. Ce nouvel acteur collectif, quant à lui, tient avec la « capitulation des dirigeants de la CUT devant le marché financier » un de ses principaux slogans, attirant des militants mécontents des récentes innovations que les directions syndicales acceptent bien plus facilement que leur base (Leal, 2008).

Le surgissement et l’évolution des private equities

23Comme je l’ai signalé plus haut, l’évolution des private equities funds, au Brésil, est une histoire plus récente et moins sensible à des facteurs exogènes que celle de la gouvernance corporative. Mais sa chronologie aussi est révélatrice du substrat culturel et politique qui sert de support à l’activité financière dans le Brésil actuel. Quand ils commencèrent à prendre la forme qu’ils ont actuellement, ils parurent être un instrument aux mains des banquiers d’investissement pour imposer leur intérêts face aux administrateurs des fonds de pension. Cette caractéristique se manifesta publiquement dans les luttes pour le contrôle des entreprises récemment privatisées dans le secteur des télécommunications, qui opposèrent le banquier Daniel Dantas aux grands fonds de pension. Les joint-ventures qui se constituèrent pour miser dans les enchères de privatisation, puis pour administrer ces entreprises, étaient constituées d’une part, d’apports relativement petits de capitaux investis par des banquiers et leurs proches associés et d’autre part, d’investissements beaucoup plus significatifs venant des fonds de pension. Mais les contrats, qui furent solennellement signés, plaçaient la gestion de ces emprunts dans la main des banquiers, une situation tout à fait impossible si les accords avaient eu la forme des traditionnelles sociétés anonymes à capital ouvert. Bien entendu, ces dispositions étaient avantageuses pour les banquiers, et préjudiciables aux fonds de pension. Par la suite, sous le gouvernement de Lula, les dirigeants des fonds de pension tenteront de revenir sur ces accords et, pour la plupart, récuseront la forme « private equity » en général (Santos, 2007 ; Grün, 2007a). Mais cette situation ne devait pas durer : au sein des fonds de pension, le débat renaît sur les private equities funds. Au début, un seul des grands fonds d’État accepte d’investir dans ces fonds de placement (Martins, 2006). Plus tard, c’est l’ensemble des grands fonds de pension qui adhère au système, encore que de manière différenciée (Travaglini, 2008), avant que la vogue s’en répande dans tout le Brésil.

  • 7 Les trois acteurs, se situant dans la tranche des cinquante ans, sont docteurs en économie et vienn (...)

24Comment peut-on comprendre ces changements d’opinion et de manière de faire ? Répondre à cette question permet de mettre en évidence une caractéristique importante du champ financier au Brésil. Tandis que Daniel Dantas maintenait à toute force sa prééminence dans les entreprises qu’il avait créées, d’autres “jeunes” banquiers d’investissement s’en distinguaient en proposant à divers investisseurs, parmi lesquels principalement les fonds de pension, des private equities funds différents, dont ils faisaient valoir qu’ils auraient des « indices élevés de gouvernance corporative ». Parmi les principaux tenants de cette nouvelle tendance, on peut distinguer Arminio Fraga et Antonio Kandir, qui réalisèrent des opérations financières de grande envergure qui finirent par aller dans le sens des intérêts des fonds de pension et d’autres grands investisseurs7. Une fois dans la place, ils devinrent des exemples à suivre pour d’autres “players” du marché, les incitant à adopter des clauses de sauvegarde analogues. On voit ainsi apparaître une différenciation au sein du pôle novateur du champ financier, qui montre en même temps sa vitalité –il est en effet suffisamment plastique pour incorporer et absorber des critiques– et sa capacité à régler des différends qui, jusque là, paraissaient séparer les pôles de manière permanente.

25Cette évolution du processus de mise en place des private equities funds dans la société et dans l’économie brésiliennes revêt un intérêt particulier parce qu’elle parait aller en sens contraire de ce qui se passe dans les pays du « Premier Monde ». Aux États-Unis, en particulier, les private equities funds sont considérés comme un antidote organisationnel à ce qui paru comme des excès régulateurs de la législation « post-Enron » sur les sociétés (Sorkin, 2007 ; The Economist du 27 nov. 2004). Des entreprises dont la structure de propriété se ferme, par l’action fonds de private equities funds, sont considérées comme plus efficaces et plus intéressantes pour leur dirigeants que celles dites « ouvertes », qui doivent rendre des comptes méticuleux à leurs actionnaires. Dans un tel contexte, la gouvernance corporative, considérée jusqu’à récemment comme la principale caractéristique positive des marchés financiers (et même de l’économie nord-américaine, par comparaison avec les autres économies du « Premier Monde »), en vient à être honnie comme un ensemble de régulations excessives qui bureaucratisent les entreprises ; rendues moins compétitives que celles qui ont leur siège à Londres, cette ville redevient ainsi « la Mecque du capitalisme » (Conway, 2007 ; Poston, 2006).

Conclusion

26Au bout du compte, qu’est-ce qui est international et qu’est-ce qui est national dans le mode de domination qui s’impose à la société brésilienne ? Celui-ci est certainement le reflet brésilien d’un phénomène mondial, mais il n’est pas non plus possible de l’expliquer uniquement par les conditionnements extérieurs. Les idées financières seraient-elles ici « fora do lugar » (cf. note infrapaginale 4) ? Nous avons soupesé ce jugement dans toutes ses nuances et nous avons constaté à quel point il est difficile de répondre sans équivoque à cette question.

27Le discours sur la suprématie de la finance n’est certes pas « fora do lugar » : il fournit la base des diverses recompositions au sein des élites brésiliennes actuelles, entre les secteurs traditionnels et les secteurs plus récents, de même qu’entre les divers groupes qui ont accédé récemment au champ du pouvoir. En ce sens, les finances fournissent un cadre de référence, offrant les outils techniques et les dispositifs idéologiques requis pour comprendre le processus de transformation sociale et économique par lequel passe le Brésil en ce moment.

28Au cœur du discours des finances, on trouve l’importance de la rigueur dans la conduite de l’économie. Il est intéressant de noter que même le gouvernement de Lula, classé à gauche, a maintenu cette règle fondamentale, qui balise les limites de ses audaces. Dans la conjoncture du deuxième mandat de Lula, une fois créée la confiance, cela se traduit par un apport considérable de dollars investis de l’étranger sur le marché financier brésilien, dollars qui produisent une forte valorisation de la monnaie nationale, et la perte corrélative de compétitivité des produits industriels fabriqués au Brésil face à leurs concurrents venus de l’étranger, de la Chine en particulier. Une justification habituellement utilisée pour convertir à cette attitude les hommes politiques issus de l’aile gauche du spectre politique est d’affirmer que les importations de produits étrangers de consommation et de production abaissent le coût de la vie, améliorant ainsi le niveau de vie des groupes salariés. Ce discours ne dérange pas le monde brésilien de la finance, qui voit dans la stabilité monétaire la base sûre pour les rentes, et dans les taux d’intérêt élevés, un attrait pour les investisseurs étrangers. Cet édifice économique et culturel reçoit aussi la caution de la référence au courant principal de la pensée économique du « Premier Monde ». Mais est-il convainquant pour ceux à qui il s’adresse ? On le voit, les mots viennent de l’extérieur, mais les débats sont bien internes.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong (P.), 2002, « The costs of activity-based management », Accounting, Organizations and Society, vol. 27, n° 12, pp. 99-120.

Braudel (F.), 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Les jeux de l’échange, vol. 2, Paris, A. Colin.

Cole (R.-E.), 1995, The death and life of the American quality movement, New York, Oxford University Press.

Conway (E.), 2007, « Darling won’t clamp down on private equity tax », The Telegraph, du 5 juillet.

Douglas (M.), 1996, Thought styles : critical essays on good taste, London (UK) – Thousand Oak (USA, Calif.), Sage.

Froud (J.) & Williams (K), 2007, « Private equity and the culture of value extraction », Working Paper Series, CRESC, The Universiity of Manchester Press, vol. 2.

Grün (R.), 1992, « Japão, japões : algumas considerações sobre o papel dos conflitos intergeracionais na difusão das novidades organizacionais », in R.-M. Soares Sales de Melo, Gestão da qualidade, tecnologia e participação, Brasília, Cedeplar, pp. 61-82.

Grün (R.), 1999, « Modelos de empresa, modelos de mundo : sobre algumas características culturais da nova ordem econômica e da resistência a ela », Revista Brasileira de Ciências Sociais, n° 14, pp. 121-140.

Grün (R.), 2003b, « Fundos de pensão no Brasil do final do século XX : guerra cultural, modelos de capitalismo e os destinos das classes médias », Mana, vol. 9, n° 2, pp. 7-38.

Grün (R.), 2004b, « O “MBA” como um brevê de internacionalização e de contemporaneidade profissional entre engenheiros », in A.-M. Almeida, L. Bicalho Canêdo, A. Garcia & A.-B. Bittencourt, Circulação internacional e formação intelectual das elites brasileiras, Campinas, Editora Unicamp, pp. 282-298.

Grün (R.), 2007a, « Da plutocracia à dominação do capital financeiro », Revista Brasileira de Ciências Sociais, n° 65, pp. 85-107.

Grün (R.), 2007b, « Decifra-me ou te devoro ! As finanças e a sociedade brasileira », Mana, n° 13, pp. 381-410.

Hollingworth (J.-R.) & Boyer (R.) (eds.), 1997, Contemporary capitalism : the embeddedness of institution, Cambridge – New York, Cambridge University Press.

Höpner (M.) & Jackson (G.), 2001, « An emerging market for corporate control ? The Mannesmann takeover and German Corporate Governance », Diffusion paper 01/4, Max Planck Institute for the development of Societies, Köln.

Jardim (M.-A.-C), 2007, « Entre a solidariedade e o risco : sindicatos e fundos de pensão em tempos de Governo Lula », Universidade Federal de São Carlos, Thèse de doctorat.

Leal (L.-N), 2008, « Conlutas, ligada ao PSTU, começa a reunir funcionários de áreas sensíveis ao governo, como educação e saúde », O Estado de S. Paulo, du 4 février.

Lordon (F.), 2000, « La “création de valeur” comme rhétorique et comme pratique. Généalogie et sociologie de la “valeur actionnariale” », Économie, Institutions, Pouvoirs – Fonds de pension et nouveau capitalisme, « L’Année de la régulation », n° 4, pp. 117-170.

Martins (R.-M.), 2006, « Petros e a indústria de venture capital e private equity. diversificação e perspectiva de longo prazo », 3e cycle de débats – Capital venture capital no Brasil, Rio de Janeiro, 27 avril.

Norreklit (H.), 2000, « The balance on the balanced scorecard – a critical analysis of some of its assumptions », Management Accounting Research, n° 11, pp. 65-88.

Ocasio (W.) & Joseph (J.), 2005, « Cultural adaptation and institutional change : The evolution of vocabularies of corporate governance, 1972-2003 », Poetics, vol. 33, n° 3-4, pp. 163-178.

Poston (T.), 2006, « A rollercoaster : The private equity industry has seen its share of highs and lows.They spent an estimated £ 23bn in 2005 and employ three million people in the UK – yet few know much about them », BBC News business reporter, du 9 janvier.

Roe (M.-J), 1994, Strong managers, weak owners : the political roots of American corporate finance, Princeton, N.-J., Princeton University Press.

Santos (C.), 2007, « Previ tem nova estratégia para seu private equity », Valor Econômico, du 18 juin.

Schwarz (R.), 1977, Ao vencedor as batatas : forma literária e processo social nos inícios do romance brasileiro, São Paulo, Livraria Duas Cidades.

Soares (J.-P.), 2006, « A influência da orientação à geração de valor ao acionista nas práticas de gestão de fundos de private equitysoas », École polytechnique de l’université de de São Paulo, mémoire de master en Engenharia de Produção.

Sofia (J.), 2008, « Consignado a servidor terá limites de prazo e de juros : Pagamento será feito em 60 meses, no máximo, e juros não devem superar 2,64 % », Folha de São Paulo, du 11 février.

Sorkin (A.-R.), 2007, « Private Firms Lure Chief Executives With Top Pay », The New York Times, du 8 janvier.

The Economist, 2004, « Capitalism’s new kings : How private equity is changing the business world », du 27 nov.

Travaglini (F.) & C. Vieira (C.), 2008, « Fundos de pensão já têm R$ 7 bi em “private equity” », Valor Econômico, du 11 février.

Weber (M.), 1922 (édition française 1995), Économie et société, Paris, Presses Pocket.

Haut de page

Annexe

Taux d’intérêt pratiqués au Brésil
(annualisés, sauf indication ; source : Banque Centrale du Brésil)

Année

Capital circulant

Découvert du compte entreprise

Acquisitions

Crédit direct à la consommation

Capital flottant

Escompte provenant de transactions commerciales

Billet à ordre

1999

47,64

58,65

40,67

28,24

52,42

53,81

58,15

2000

32,53

54,34

30,72

20,76

39,38

44,66

50,20

2001

37,70

63,74

34,43

25,10

46,11

50,14

56,13

2002

42,28

77,31

43,04

32,90

51,99

56,12

50,89

2003

35,80

69,67

29,29

22,37

53,61

44,15

55,52

2004

36,71

66,53

29,02

22,84

51,08

40,46

49,62

2005

34,68

70,30

28,16

22,47

47,44

39,52

49,02

2006

31,08

64,79

24,18

18,26

53,81

36,58

48,38

2007

27,90

58,80

16,60

16,10

43,00

32,30

43,40

07/2008

32,10

58,80

17,80

18,10

50,70

39,40

48,00

Année

Découvert du compte personnel

Crédit Personnel

Crédit pour l’achat de voiture personnelle

1999

138,82

86,56

-

2000

152,71

67,72

35,05

2001

160,18

84,25

38,24

2002

163,93

91,84

55,53

2003

144,63

80,32

36,85

2004

143,97

68,37

35,63

2005

147,45

67,28

34,80

2006

142,04

57,18

32,32

2007

138,10

45,80

28,80

07/2008

162,70

53,60

33,50

“Spread” (écart) bancaire mesuré en 2006 (moyenne) et en Août 2008

Général

Emprunt entreprise

Emprunt personnel

27,2

13,5

39,6

25,6

14,5

36,6

Source: Brazilian Central Bank

Taux d’intérêt ( % au mois)

Août 2007

Juillet 2008

Août 2008

Consigné

2,27

2,10

2,11

Crédit personnel (autres modalités)

4,22

4,40

4,55

Crédit personnel (moyenne)

3,43

3,64

3,69

Source : Banco Central

Pendant le mois d’Août 2008, le total de l’“emprunt consigné” a atteint R$ 74,127 milliards (25 Milliards €), c’est-à-dire qu’il a connu une croissance de 23,7 % par rapport à août 2007 et de 0,9 % par rapport à Juillet 2008. Cela a fait monter à 54,9 % le pourcentage de l’“emprunt consigné ” dans le total du stock de crédit personnel.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que cet article a été rédigé avant la crise financière de septembre 2008 (note des éditeurs).

2 L’unique possibilité de non-paiement, non encore réalisée à ce jour, serait l’éventualité où l’emprunteur obtiendrait une sentence juridique interdisant au créancier de récupérer son prêt directement sur le bulletin de salaire ou le bulletin de pension.

3 Le cas est de plus en plus fréquent du retraité qui sollicite un prêt en réalité destiné à un fils, ou un petit-fils, qui sans cela n’aurait pas accès à cette source de financement bon marché par comparaison avec les sources auxquelles il aurait eu accès par lui-même. Ce procédé devient même progressivement une nouvelle obligation, qui a des conséquences importantes dans la structuration des rapports familiaux.

4 Plutôt que de proposer une traduction littérale nécessairement pauvre –« idées hors de leur contexte », « idées venues d’ailleurs » etc– d’une formule qui en dit beaucoup plus au lecteur brésilien ou familier du Brésil, il a paru plus opportun de rappeler que celle-ci a été créée par R. Schwarz (1977), pour répondre au pessimisme de Machado de Assis (1839-1908) critiquant l’utopisme des Républicains du XIXe siècle qui avaient l’ambition d’importer le modèle républicain français. La formule a connu une grande fortune et revient depuis sous la plume des auteurs brésiliens pour évoquer des entreprises ou des épisodes historiques dans lesquels la frontière entre la farce et le double jeu, d’une part, l’équivoque heuristique et créatrice, d’autre part, demeure indécise et indécidable (NdT).

5 Mais il faut aussi rappeler le rôle de la BNDES – Banque nationale du développement économique et social, la banque de développement la plus importante et aussi la plus respectée appartenant au gouvernement fédéral, comme acheteuse de private equities. Ce faisant, la BNDES garantit les entreprises sur deux plans : en faisant l’acquisition initiale des titres, elle réunit rapidement les capitaux nécessaires aux affaires et par le choix des entreprises qu’elle appuie elle les légitime aux yeux des investisseurs particuliers. Aussi plusieurs questions se posent-elles. D’abord, quels investissements sont sélectionnés par la BNDES et comment se réalise ce processus de décision ? Quels sont les critères utilisés – est-ce d’abord la viabilité financière, ou l’impact sur l’activité économique nationale, sectorielle ou régionale, ou des critères étroitement politiques sont-ils également pris en compte dans la prise de décision ? Sur un plan plus général, quand et comment la BNDES en est-elle venue à accepter les Private equities comme alternatives et comme modalités adéquates pour exercer son activité de moteur et de financeur du développement ?

6 L’EVA est internationalement considéré comme le principal vecteur de l’extrême financiarisation des entreprises (Lordon, 2000 ; Froud & Williams, 2007). Normalement ce processus est produit par le biais d’une transformation organisationnelle importante qui se réalise sociologiquement à partir d’une lutte de générations, dans laquelle une nouvelle génération de cadres impose ses points de vue et déloge les anciens de leurs postes de commandement et de prestige. Mais le premier cas d’implantation de cet outil au Brésil (le premier que j’ai pu répertorier, ce qui signifie que très probablement il en existe d’autres, qui peuvent ou non confirmer les aperçus qu’il nous offre) n’a pas suivi le scénario attendu (cf. Soares, 2006).

7 Les trois acteurs, se situant dans la tranche des cinquante ans, sont docteurs en économie et viennent de familles aisées sans investissements préalables sur le marché financier. Je pense que la principale caractéristique sociale qui distingue Daniel Dantas de ses collègues/concurrents est le fait que, tandis qu’il a fait toute sa carrière dans le secteur privé, les deux autres ont occupé des postes importants dans l’administration économique et la politique. Dantas semble avoir lancé l’importation des fonds de private equity, tandis que les deux autres ont profité de la tendance déjà établie. Mais pour y trouver leur place, ils ont du créer un sous-espace qui les différencie positivement. Les formes de capital accumulées au cours de leurs parcours politiques les ont doté des ressources politiques et culturelles nécessaires pour formuler et rendre crédible leur approche des préoccupations plus larges de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberto Grün, « Le Brésil et les Brésiliens dans la globalisation financière », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 2 | 2009, 203-222.

Référence électronique

Roberto Grün, « Le Brésil et les Brésiliens dans la globalisation financière », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 2 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cres.revues.org/740

Haut de page

Auteur

Roberto Grün

Professeur à l’école d’ingénieurs de l’Université Fédérale de São Carlos, (UFSC) Brésil. rgrun@uol.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org