Navigation – Plan du site
Dossier : Savoirs et expériences
II. Savoirs d’expériences, savoirs académiques et nouvelles hiérarchies

Les savoirs du développement industriel

Le cas du Guangdong
Industrial development and education: the case of Guangdong
Jean Ruffier
p. 135-149

Résumés

Cet article interroge le lien entre savoirs et production. L’école est utile au développement industriel, cela ne fait aucun doute pour peu que cette proposition se cantonne dans les généralités. Mais dans la réalité, la relation école/développement n’apparaît pas linéaire. Il ne suffit pas de plus d’école pour obtenir plus de développement, et certains enseignements peuvent même s’avérer contreproductifs. Le mot “savoir” est un mot trompeur en ce qu’il donne l’impression de l’existence de vérités objectives, qu’il suffirait de connaître pour réussir à maîtriser le monde. Or le monde de l’industrie est un monde de concurrence. Pour réussir, il ne suffit pas de faire comme les autres, car dans ce cas, c’est qu’on est derrière eux, et on meurt ; il faut faire mieux, c’est-à-dire autrement. Je me propose ici de rassembler des éléments collectés sur la relation entre “savoir” et “emploi” dans les usines privées du Guangdong pour alimenter la réflexion sur les savoirs utiles au développement. On va le voir, l’école favorise et empêche le développement industriel. Le tout est de comprendre cas par cas, individu par individu, situation par situation, la spécificité dans laquelle on se trouve.

Haut de page

Texte intégral

1À lire l’appel à contribution, on ressent comme un vertige devant les multiples directions que prend la relation savoir/travail. L’école est utile au développement industriel, cela ne fait aucun doute pour peu que cette proposition se cantonne dans les généralités. Mais dans la réalité, la relation école/développement n’apparaît pas linéaire. Il ne suffit pas de plus d’école pour obtenir plus de développement, et certains enseignements peuvent même s’avérer contreproductifs. Je me propose ici de rassembler des éléments collectés sur la relation entre “savoir” et “emploi” dans les usines privées du Guangdong pour alimenter la réflexion sur les savoirs utiles au développement. On va le voir, l’école favorise et empêche le développement industriel. Le tout est de comprendre cas par cas, individu par individu, situation par situation, la spécificité dans laquelle on se trouve. Cet article interroge le lien entre savoirs et production. Il retient que la connaissance incarnée ne se cumule pas, car la machine humaine ne cesse d’apprendre. Autrement dit toute nouvelle expérience renforce les connaissances existantes, ou les détruit, et cette destruction est parfois plus nécessaire que l’apport de connaissances nouvelles.

2Le mot “savoir” est un mot trompeur en ce qu’il donne l’impression de l’existence de vérités objectives, qu’il suffirait de connaître pour réussir à maîtriser le monde. Or le monde de l’industrie est un monde de concurrence. Pour réussir, il ne suffit pas de faire comme les autres, car dans ce cas, c’est qu’on est derrière eux et on meurt ; il faut faire mieux, c’est-à-dire autrement. S’il existait un savoir objectif sur le “comment”, tout le monde agirait de la même manière. Il n’est donc pas étonnant que l’école ne garantisse pas automatiquement une bonne place dans l’appareil productif : elle ne peut enseigner ce que personne ne sait. Cette règle est souvent oubliée jusque dans les écoles de gestion.

Introduction méthodologique

3Le premier postulat de ce travail est que le développement industriel ne peut se réaliser que s’il s’appuie sur un tissus dense d’activités productives. Bien sûr, dans certaines situations, on peut se demander si le tissus précède ou suit l’apparition de grandes entreprises, mais des grandes entreprises sans tissus de sous-traitants et d’activités dérivées n’ont jamais enraciné un développement industriel. Dès lors qu’on accepte ce point de départ, une des questions principales du développement industriel devient celle que posaient déjà, chacun sous des formes différentes, Max Weber et Joseph Schumpeter, à savoir : comment peuvent soudainement apparaître un grand nombre d’entrepreneurs qui se maintiennent dans la durée ? Pour répondre, ils ont regardé l’idéologie des premiers capitalistes, le premier (Weber, 1905) en insistant sur ce qui lui semblait un atout pour le développement dans certaines formes du protestantisme, le second (Schumpeter, 1942) en constatant et se faisant l’apôtre d’une nouvelle éthique entrepreneuriale. Dans le cadre de ce dossier, c’est le rôle de l’école sur l’apparition de nouveaux entrepreneurs que nous allons ausculter. Est-ce que l’école favorise nécessairement l’apparition d’entrepreneurs, là où ces derniers font défaut ?

  • 1 L’IRD a appuyé cette équipe en y installant pendant quatre ans Rigas Arvanitis, de l’UR 105.

4Pour cet article, le terrain est constitué par notre observation systématique des entreprises du delta de la rivière des perles (Chine, région du Guangdong) dans le cadre d’une recherche sur le développement industriel de cette région. J’ai bénéficié pour cela de l’appui d’une équipe de chercheurs chinois, mais aussi français et latino-américains, équipe qui a fini par former, en 2000, un laboratoire de l’Université Sun Yatsen, à Canton, et dont j’assume la direction française. Cette direction d’un laboratoire universitaire chinois par un Occidental est, je crois, unique : elle constitue une base d’appui fantastique pour étudier l’économie locale1. Ainsi, je bénéficie des travaux d’universitaires français et chinois qui font que j’accumule de l’information sur le milieu industriel cantonais. Depuis 1989, je parcoure le delta en visitant les usines qui s’y sont multipliées. Je rencontre régulièrement des entrepreneurs privés chinois, soit au cours d’enquêtes, soit pour des opérations de consultation. Chaque fois, je leur demande des informations sur leur origine et leur formation. Je recoupe ces informations avec celles que j’obtiens dans la lecture de travaux de recherches.

5Il n’est malheureusement pas possible de trouver des statistiques fiables, la catégorie de “patrons industriels privés” n’apparaissant pas clairement dans les statistiques chinoises, qui mélangent à plaisir les formes de propriété. Or, ce sont les industriels privés qui nous intéressent, et non les dirigeants d’entreprises, ou les capitalistes. Ces gens ont en général créé eux-mêmes leurs usines et ont consacré une grande partie de leurs gains à les faire fructifier. Ce n’est un secret pour personne, l’industrie locale n’est pas très rentable, il vaut beaucoup mieux placer son argent dans l’immobilier, qui assure de bons revenus avec peu d’efforts, que dans l’industrie, qui demande de la part des patrons un investissement de toute leur énergie pour une rentabilité généralement assez faible. Ceci n’est d’ailleurs pas particulier au Guangdong, les usines des pays émergents ont en général des marges très faibles. Les industriels privés y exploitent leur main-d’œuvre, mais portent en même temps un projet, souvent de devenir le plus grand de leur secteur.

6Je remarque que peu de spécialistes s’intéressent à la question de la rentabilité de l’investissement dans l’industrie des pays émergents. Il vaut beaucoup mieux investir dans l’industrie des pays industrialisés, les marges y sont beaucoup plus élevés, et les investisseurs normaux ne se tournent pas vers l’industrie des pays émergents. S’ils le faisaient, la question du développement industriel serait résolue. On peut considérer que, d’un point de vue capitaliste, ces industriels du développement font un mauvais calcul. On doit donc s’interroger sur leurs motivations profondes, car il faut de fortes motivations pour se lancer dans l’industrialisation primitive.

7Ainsi, ce travail est basé essentiellement sur la connaissance de patrons privés chinois du Guangdong. S’il a quelque valeur de généralisation, c’est que cette région de la planète est celle qui a connu, pendant vingt ans de suite, année après année, et connaît encore, le plus fort taux de croissance industrielle du monde. Alors, peut-on reproduire ailleurs les recettes locales ? En quoi l’École a-t-elle aidé à ce développement ? Telles sont les questions que je traite, avec les moyens – sans doute insuffisants pour prétendre à une validité académique, mais néanmoins déjà heuristiques – dont j’ai pu disposer.

Système scolaire et adéquation emploi-formation

8On pourrait imaginer que le terme de “savoir” conviendrait pour définir les connaissances correspondant à la sphère technique de la production. L’observation concrète des établissements industriels montre que même cela est douteux. En effet, la mise en œuvre des techniques industrielles implique les actions simultanées d’acteurs qui connaissent leur part de l’activité, mais assez mal celle des autres. Nous avons appelé cela “complexité”, c’est-à-dire que nous avons pu vérifier à maintes reprises que, dans la plupart des usines, il n’existe aucun humain qui maîtrise entièrement la technologie. Les actions des uns se combinent avec celles des autres et le résultat ne correspond à ce qui est attendu qu’à force de mises au point successives. Autrement dit, les techniques industrielles se maîtrisent davantage par le moyen de l’expérimentation collective que par la mise en œuvre de connaissances objectives sur les lois de la nature. Or, tout fonctionnement collectif procède par réflexivité, c’est-à-dire que les acteurs modifient leurs comportements en fonction des analyses qu’ils font de la situation passée. Cela veut dire qu’aucune action collective n’est réellement prévisible et, donc, qu’il n’existe pas de savoir objectif sur la maîtrise industrielle des technologies (Ruffier, 1996).

9Dans les années soixante, F. Harbinson et C.-A. Myers ont travaillé sur les corrélations des données statistiques sur la force de travail, l’éducation et le développement économique de 75 pays. Ils ont constaté, en premier lieu, une tendance à la similitude entre les évolutions. L’éducation tendait à s’y élever au moins jusqu’à un certain point, puis il y avait croissance de l’enseignement scientifique et technique dans le secondaire public mais aussi dans les systèmes non publics ou non formels d’éducation. Ces tendances étaient le résultat d’une série de choix stratégiques, les pays se distinguant plus par leur retard ou avance que par leur divergence dans le modèle. De ce fait, il était bien difficile de lier un décollage industriel à un investissement dans l’éducation. On pouvait même se demander si la qualité du système d’éducation ne dépendait pas plus du niveau de développement que l’inverse (Harbinson & Myers, 1964).

10S.-B. Levine et H. Kawada (1980) font le point sur l’interaction entre le système éducatif public japonais, l’apprentissage et les autres modes de formation d’une part, et le développement exceptionnel de ce pays d’autre part. Ils notent l’importance donnée à la formation publique dans l’ère Meiji. L’ensemble de la population bénéficie déjà de six années d’enseignement public minimum en 1900 et, vers 1920, on peut considérer que la population entière sait lire et écrire (« close to 100 % literacy was achieved »). À ce stade, on peut considérer que le Japon n’est dépassé que par la Prusse et les pays scandinaves. Les auteurs notent que le pays a un niveau de formation qui, alors, dépasse très largement son niveau de développement. Ils laissent entendre prudemment que là se trouverait peut-être une des clés de ces taux de croissance constamment très élevés des années 1950-1974. Notons cependant que ces thèses sont assez minimalistes sur le niveau d’éducation nécessaire au développement industriel : ils ne parlent pas du taux de diplômés, mais simplement du taux d’alphabétisés.

11Cela signifie qu’il existe certainement un effet positif de l’alphabétisation sur le développement à venir. La relation est plus complexe en ce qui concerne les taux de diplômés : plus un pays est riche, plus il a tendance à disposer de structures de formation permettant d’acquérir des niveaux scolaires élevés. Plus il est riche, plus il forme de chercheurs, d’universitaires, de techniciens et d’ingénieurs. Il devient même un lieu de formation supérieure pour les pays moins riches ou moins puissants. Il devient attractif pour les personnes disposant de niveaux élevés de formation. En effet, les salaires tendent à y être plus élevés, et surtout, les emplois correspondant à ces niveaux élevés de formation y sont généralement plus nombreux. Il est probable que le fait de disposer de ressources importantes en personnes très formées est un avantage pour le développement économique d’un pays, du moins n’avons-nous guère rencontré d’études proposant l’idée contraire.

12La relation est pourtant beaucoup plus difficile à établir qu’avec le taux d’alphabétisation. En effet, dans un cas c’est le niveau de toute la population qui est en cause, et c’est un même savoir de base, favorisant la communication qui est ou non diffusée. Dans l’autre, il s’agit d’une diffusion de savoirs spécialisés, qui ne permettent de résoudre des problèmes qu’à condition d’être appliqués à bon escient. Cette formation élevée n’améliore pas automatiquement les capacités de communication dans la production. Chaque spécialité a ses langages. Chaque niveau de formation crée des aspirations à un niveau social spécifique. De ce fait, l’effet de l’augmentation des niveaux de scolarité serait moindre car, en s’élevant dans les spécialités, l’école cesse d’être un unificateur de langages. Les spécialistes permettent d’aborder des niveaux plus grands de technicité, mais ils sont susceptibles de provoquer des conflits de répartition des tâches et des difficultés de coordination.

13Enfin, l’alphabétisation généralisée porte sur la population entière. Pour bénéficier de ses effets bénéfiques, un pays ou une région doit attendre la génération qui suit la généralisation de l’enseignement. Il n’en est pas de même en ce qui concerne les savoirs spécialisés. Lorsqu’une entreprise a besoin d’un spécialiste, si elle en a les moyens, elle peut le faire venir du bout du monde. Elle ne peut pas importer toute la population. C’est pour cela que la relation entre niveau de formation élevé et développement est si difficile à établir.

14D’ores et déjà, le cas du Guangdong vérifie bien l’hypothèse selon laquelle le niveau d’alphabétisation basique est une condition du décollage industriel. Ce niveau ne donne pas l’assurance de toucher le salaire minimum légal, mais il explique que les usines peuvent fonctionner malgré un manque évident de savoirs organisationnels ou de gestion dans les usines. À l’autre bout de l’organigramme, les patrons apparaissent comme n’ayant qu’exceptionnellement effectué un secondaire complet. On pourrait même se demander si l’absence d’une scolarité complète n’est pas une condition de la réussite industrielle des patrons. À bien y regarder, l’école secondaire chinoise insiste fortement sur l’obéissance aux autorités. Elle inculque une morale de répartition égalitaire des ressources. Ces deux principes, s’ils sont appliqués, ne peuvent mener les patrons qu’à l’échec. On peut même aller plus loin dans l’analyse de l’école comme ne favorisant pas la prise d’initiative. Les élèves de l’école primaire subissent un véritable embrigadement. L’école commence à 7h30 du matin par un lever des couleurs, avec tous les élèves rassemblés en ordre devant le directeur qui, après l’écoute de chants patriotiques, se lance dans un long discours moralisateur. Puis les élèves montent dans leurs salles où ils vont, pendant de longues heures, écouter le professeur les mains dans le dos, sans prendre de notes. Il leur faut mémoriser. La critique n’est pas tolérée, toute innovation est très mal vue et mal supportée par l’institution. La prise de distance, l’analyse critique sont fortement découragées, et par là même, la prise d’autonomie est difficile. On sait bien, depuis Cousinet (1968) à quel point, ce mode de fonctionnement de l’école nuit à l’autonomie des enfants. D’ailleurs les entreprises étrangères se plaignent bien souvent d’un manque d’autonomie et d’une docilité qui n’a pas d’équivalence dans les pays développés. Sans entrer dans un débat qui ne relève pas de ma discipline, constatons seulement que ce type de pédagogie ne favorise pas précisément l’émergence d’un ethos d’entrepreneur, et tend à produire des individus chez qui l’esprit d’initiative a été bridé, et qui sont donc peu disposés, ou mal formés, au métier d’entrepreneur.

  • 2 Pour 2001, selon les statistiques officielles chinoises.

15Au Guangdong, s’il y a bien un niveau d’alphabétisation assez élevé, on se retrouve avec des résultats plus contrastés en ce qui concerne l’enseignement supérieur. Arvanitis et Jastrabsky (2004) notent que le taux de scolarisation du Guangdong est inférieur à celui de la moyenne nationale, particulièrement en matière de formation universitaire. Cela n’empêche nullement cette province d’être responsable de plus de 45 % des exportations chinoises de produits technologiquement de pointe2. Dans ce total, l’électronique compte pour près de la moitié. De plus, la croissance des industries à forte technologie, en chiffres absolus et relatifs, est encore plus rapide dans les exportations du Guangdong. Il y donc décrochage de la relation éducation/développement lorsque l’on prend les formations supérieures. Comment l’analyser ?

16La population active connaît de grandes évolutions. Le nombre des étudiants a fortement augmenté ces dernières années. Cette croissance est due principalement à une ouverture de l’offre. Selon une tradition millénaire, l’entrée dans l’Université se faisait à travers un concours national unique. L’étudiant qui réussissait le concours était recruté par l’Université, dont il devenait membre. L’Université se chargeait de loger et de le nourrir. Elle le plaçait ensuite sur un emploi censé correspondre à ces compétences. La création d’universités provinciales, voire municipales, a permis de diversifier un peu les modes d’entrée à la formation supérieure. Depuis les années 2000, les universités sont devenues payantes et ont, pour se financer, commencé à faire payer les étudiants. Le concours national est maintenu et reste la voie royale. Celui qui le réussit bénéficie d’un cursus identifié et valorisé, un peu à l’image des classes préparatoires en France. Ceux, beaucoup plus nombreux, qui ne réussissent pas le concours peuvent entrer tout de même dans une université, à un tarif qui sera d’autant plus élevé que leur note est plus faible. Par ce jeu, les universités ont retrouvé une certaine aisance financière et peuvent accueillir un plus grand nombre d’étudiants.

17Dans un article récent, N. Yu (2004) note que le nombre d’ingénieurs et de chercheurs diminue, ce qui semble lié à la réduction des emplois offerts. Par contre le nombre d’étudiants chinois croît très rapidement, celui des étudiants chinois à l’étranger passant de 7 000 à 125 000 entre 1998 et 2002. Le recul de l’emploi des diplômés est donc un problème d’autant plus grave. Pourtant, la croissance de l’emploi industriel paraît assez forte pour absorber le surplus de diplômés produit par des universités désormais payantes. Les entrepreneurs se plaignent d’ailleurs souvent de manquer de personnel très qualifié. Pour expliquer ce paradoxe, il nous faut faire un détour par la thèse de Truong An Quoc, qui travaille précisément sur le sous-emploi des diplômés au Vietnam – faute de pouvoir disposer d’un travail aussi poussé sur la Chine et du fait que l’explication de Truong paraît plausible pour le cas du Guangdong.

18L’auteur a interrogé les diplômés par grands questionnaires, par interviews, y compris par études de cas. Il a repris nombre de théories sur la relation formation/emploi et s’est efforcé de les confronter aux données à sa disposition au Vietnam. Pour lui, la situation des jeunes diplômés est mise en difficulté du fait de la politique d’ouverture économique du Vietnam, elle peut même devenir un problème dans la mesure où une insatisfaction grandissante se crée dans un groupe que l’auteur appelle “l’élite”. En effet, ce groupe semble marqué par une culture qui le pousse à s’investir dans la gestion du bien commun, à l’image des parents, qui semblent jouer un rôle important dans les choix de carrières. Or, le nombre d’emplois publics ne correspond plus aux demandes du groupe, ce qui développerait un sentiment de dévalorisation, ainsi qu’une difficulté croissante à s’insérer dans un marché du travail en forte évolution.

  • 3 Il s’agit d’entreprises en joint-ventures entre l’État vietnamien et une société occidentale. Le re (...)

19Ses enquêtes montrent que les personnes masculines issues des écoles de la capitale et ayant les meilleures mentions entrent le plus facilement dans les entreprises publiques. En fait, se dessine en filigrane, une catégorie qui correspond déjà à l’élite politique du Vietnam. Si on est dans l’élite, on accède plus facilement aux meilleures écoles et on a plus de chance d’accéder aux postes les plus conviés. On peut identifier des facteurs qui donnent le soupçon d’appartenance à la classe dirigeante. Mais ces facteurs jouent moins pour l’accès aux entreprises privées, ce que l’on pourrait interpréter comme une inadéquation de l’école aux entreprises non publiques (chez les jeunes diplômés aux meilleurs cursus et aux origines les plus élevées, les questionnaires montrent que les valeurs de solidarité apparaissent dans les premières exprimées). L’autre élément caractéristique du Vietnam et des sociétés socialistes asiatiques est le fait que l’on s’attend à ce que la hiérarchie s’occupe de la vie hors travail et pas seulement du travail. En fait, dans le questionnaire, l’entreprise apparaît, pour ces diplômés, comme le lieu principal de la socialisation L’auteur s’aperçoit qu’il y a surreprésentation des diplômés dans les entreprises mixtes3. Ceci ne devrait pas étonner puisque ces entreprises sont de plus haute technologie et de meilleurs salaires. Cependant, les ingénieurs, eux, sont bien moins nombreux que les autres à être recrutés par ces entreprises, ce qui laisse entendre qu’il y a bien un problème d’adaptation de la formation à l’emploi. Par contre, les diplômés à plus hauts potentiels semblent refuser l’emploi privé, pourtant mieux rémunéré et plus susceptible de les employer immédiatement au niveau de leurs compétences. En fait, ces diplômés constituent une catégorie privilégiée qui s’efforce de conserver ses positions dans un monde qui tend à scier la branche sur laquelle s’appuient ces privilèges. Ils savent que leur diplôme leur ouvre des carrières de responsabilités politiques. L’accès à ces carrières se fait en ménageant des relations politiques tout en profitant du confort tranquille des emplois publics socialistes. Leurs stratégies de carrières apparaissent contreproductives à l’observateur extérieur, car elles passent par l’appartenance à des hiérarchies invisibles mais bien réelles.

20Le Vietnam est un pays à la fois en transition (du socialisme vers l’économie de marché) et en développement. Son système scolaire évolue moins vite que l’industrie, ce qui crée des décalages qui semblent pénaliser ceux là mêmes qui semblent les plus proches des élites dirigeantes. Mais une part de ce décalage est du à un refus de laisser la société basculer dans le libéralisme. Le système va continuer à avoir besoin de fonctionnaires dévoués à l’intérêt commun, lesquels constituent de facto la véritable classe dirigeante. Par contre, il est un peu inquiétant que le système ne produise pas de diplômés adaptés aux entreprises privées et, surtout, aux multinationales, car l’indépendance économique du pays se joue probablement plus dans sa capacité à s’adapter à l’industrie moderne que dans des raidissements de la sphère politico-administrative. Cela dit, la difficulté d’adaptation et d’anticipation du système scolaire se retrouve aussi en Chine, pays qui se situe un pas en avant du Vietnam dans la voie de la transition comme dans celle du développement. L’université a augmenté le nombre de ses étudiants, mais elle reste un lieu très contrôlé et l’innovation pédagogique n’y est pas vraiment encouragée. Si des formations spécifiques adaptées se sont développées au profit des cadres et des patrons en activité, les filières de la formation initiale restent très contrôlées par le Parti. On peut y introduire des cours modernes mais l’essentiel du cursus développe l’idéologie communiste, la théorie marxiste et la planification de l’économie. On ne peut que constater un décalage entre ce qui est enseigné et le mouvement de réforme de l’économie. L’université est certes un lieu d’agitation intellectuelle, de brassage d’idées. On recrute au maximum des Chinois ayant des cursus universitaires étrangers. On double les salaires des enseignants qui ont non seulement obtenu un diplôme à l’étranger, mais aussi occupé une fonction académique supérieure dans une université occidentale. Mais le contrôle social est plus fort dans les universités que dans le reste de la société. Ainsi, les filtres mis sur le réseau Internet à l’entrée de la Chine sont doublés par des filtres spécifiques dès que le réseau entre dans une université. Résultat, Internet est beaucoup plus lent au sein des universités et le contenu en est plus politiquement correct. On se trouve dans une situation inverse à celle des clercs du Moyen-âge, qui avaient accès à des ouvrages interdits à la population, alors que dans la Chine contemporaine, les clercs ont un accès plus contrôlé que pour quiconque à la littérature et aux informations qui pourraient poser problème au pouvoir.

La formation des salariés des entreprises privées

21Une caractéristique commune à nombre de patrons privés du Guangdong surprend l’analyste qui suppose qu’il fallait des atouts évidents pour réussir : la plupart n’ont pas fait des études secondaires complètes. Mais, en fait, c’est le contraire qui devrait surprendre. Être membre du Parti Communiste ou suivre un cycle secondaire complet, dans la Chine des années soixante-dix, cela signifie qu’on a reçu une formation valorisant le respect de la planification publique plus que l’adaptation au marché. En quelque sorte, le pli qui a été donné aux élèves du secondaire, comme aux membres du Parti, ne les a pas familiarisés aux dures lois du marché. Les patrons privés ayant échappé à ce conditionnement ont pu développer des aptitudes et des opinions plus adaptées à la fonction patronale que celles qui découlent d’un formatage par le Parti. Être patron, c’est s’attribuer l’essentiel de la valeur créée par le travail de ces salariés. Ce n’est pas défendre une répartition juste entre tous les travailleurs. Si le patron est communiste, il a peu de chance de réussir à se constituer un capital. Et il ne peut pas compter sur l’héritage puisque tout le monde est pauvre en 1980. Il ne peut pas non plus compter sur le système financier puisque ce dernier est réservé aux entreprises publiques, ou à celles tenues par des membres de la classe dirigeante.

22Pour se monter, les patrons privés chinois ont du agir en dehors de la morale socialiste. Ils avaient tout à craindre de l’intervention d’un pouvoir qui défend une philosophie opposée à la leur. C’est dire qu’ils ont agi en se cachant au maximum. Ayant dû se débrouiller tout seuls, les patrons privés chinois ont appris “sur le tas” comment parvenir à nouer des relations commerciales, domaine dans lequel ils excellent. Tous montrent une grande aptitude à tirer parti des opportunités du marché. L’aptitude commerciale est probablement une des clés de l’explication du décollage industriel du Delta. Les industriels privés chinois sont d’abord des gens qui ont tissé des réseaux d’affaires par des relations de confiance entre acteurs de la production. Dans un monde dominé par les bureaucrates, ils ne peuvent réussir que si l’essentiel de leur activité échappe au contrôle de ces derniers. C’est pour cela qu’ils sont adeptes de la promesse verbale plus que de l’engagement écrit, de la comptabilité secrète plus que de la comptabilité analytique. En fait, leur réussite ne repose pas sur des techniques apprises à l’école mais bien plutôt sur l’école de la vie, de la bagarre, de l’astuce.

23Le Guangdong est en avance sur le reste de la Chine depuis plus de trente ans (Vogel, 1989). Cela lui donne une attractivité pour tous les personnels qualifiés qui imaginent que les opportunités y sont plus grandes qu’ailleurs. De ce fait, les entrepreneurs privés n’ont guère de mal à trouver des diplômés s’ils en ont besoin. Ils en trouvent, du moins trouvent-ils des personnes suffisamment qualifiées pour faire fonctionner leurs équipements assez rudimentaires, démonter et copier les produits de la concurrence. De ce point de vue, le système de formation technique des universités chinoises n’est pas si mauvais que cela. Mais il sera beaucoup plus délicat de trouver des individus capables d’innovation, ou simplement d’initiatives. Ceux qui sont capables d’initiatives deviennent patrons car les salaires étant très bas, le coût d’entrée dans l’entreprenariat est l’un des plus faible du monde.

Une école au service de la bureaucratie

24Dans un ouvrage écrit en 1999, D.-L. Wank analyse le fonctionnement du secteur privé. La distinction privé/public, sur laquelle il fonde sa recherche, va se révéler rapidement illusoire, au fur et à mesure que l’auteur approfondit ses enquêtes de terrain. Wank estime que la résurgence de l’entreprise privée ne conduit pas à un affaiblissement de la relation patron/client mais à l’émergence de nouvelles formes, plus commercialisées ou monétarisées, de clientélisme. La bureaucratie locale, “courtier en pouvoir”, offre ses services contre rémunération. Cette bureaucratie assignerait une fonction d’expédient au secteur privé : ce dernier utiliserait, contre versement d’une redevance, les surcapacités de production du secteur public. Wank souligne à juste titre la prolifération d’agences administratives, de réglementations, de licences, qui sont le lot commun de la gestion de l’économie marchande et du secteur privé en Chine aujourd’hui. Les entreprises d’État ont accès aux crédits de façon régalienne, elles ont le monopole des exportations, ce qui oblige les entreprises privées à nouer des liens de dépendance avec elles. Prédatrices souveraines, les compagnies du commerce extérieur s’adjugent les différences très rémunératrices qui existent entre prix internationaux et prix intérieurs, tandis que les firmes privées ne peuvent profiter que de différences de prix mineures à l’intérieur de la Chine.

25Il serait illusoire d’imaginer que le pouvoir accepte la société libérale. En fait, tout se passe comme si le pouvoir développait une économie capitaliste sans autoriser la montée en puissance d’une véritable bourgeoisie industrielle. Si on sait que les ouvriers n’ont pas le droit de choisir librement leurs syndicats, on oublie que les patrons privés n’ont simplement pas de droit d’appartenir à un syndicat. Ils ne peuvent constituer de lobbies qui négocieraient avec le pouvoir. De la lecture de M. Porter, les autorités chinoises ont retenu que ce dernier donnait à l’État la fonction d’assurer une mise en concurrence des entreprises privées (Porter, 1999). Et de fait, dès qu’un patron privé réussit à gagner un marché, les autorités facilitent l’installation de concurrents juste à côté de lui, concurrents qui vont copier l’innovateur, faire baisser ses marges et en même temps vont accroître le volume de la production tout en baissant les prix des produits. L’État va aussi construire d’immenses marchés spécialisés, qui deviendront des endroits commodes pour trouver les meilleurs prix puisque tous les producteurs nationaux y seront fortement incités à venir proposer leurs produits au milieu de leurs concurrents. Cette stratégie vise explicitement à lutter contre le chômage. Elle vise aussi à accroître la puissance de la Chine dans le monde. Donc, peu importe que les emplois soient mal payés s’ils sont nombreux et si l’État s’enrichit en devises.

26Mais si l’État a les moyens de penser une stratégie de pointe, il retire aux entreprises privées la possibilité d’investir, en leur interdisant de gagner vraiment beaucoup d’argent. On a ici une des raisons qui explique que, malgré la très forte croissance industrielle de la région du delta de la rivière des Perles, les salaires n’y aient pas fortement crus, à l’exception notable de ceux des spécialistes qui font défaut et peuvent ainsi se vendre très chers. Dans ses ouvrages stratégiques, Michael Porter donne des clés aux entreprises qui s’efforcent de lutter contre la mise en concurrence. Cette stratégie s’oppose à l’imitation des autres et au benchmarking. En effet, si les entreprises cherchent à imiter une autre entreprise, elles se positionnent comme en retard de la première, ce qui les met déjà en difficulté. De plus, si elles arrivent à concurrencer l’entreprise imitée, elles ne peuvent le faire qu’en réduisant les marges commerciales et donc, leur profit. C’est en se centrant sur ce qui est le plus propre à son entreprise qu’on peut trouver des niches productives où il sera difficile d’être imité.

27C’est la stratégie inverse de celle à laquelle sont poussées la plupart des usines privées du Guangdong. La copie leur est permise, facilitée par la proximité et l’impossibilité pour les entrepreneurs de se regrouper pour faire leur propre loi. En interdisant tout groupement d’entrepreneurs privés, le système chinois a maintenu la classe bourgeoise dans l’ombre de celle des bureaucrates. Dès lors, il ne faut pas s’étonner que l’université soit plus adaptée au dirigisme étatique qu’aux modes de gestion caractéristiques du libéralisme. Nous avons pu constater par nous-mêmes que les enseignants d’économie et de gestion – ceux qui recherchent des modes de gestion propres à aider la croissance des entreprises privées – appartiennent le plus souvent aux mouvances intellectuelles les plus subversives de l’université. En effet, ces professeurs d’économie et de gestion qui s’efforcent de donner des outils de réflexion aux entrepreneurs privés peuvent mettre en difficulté et le pouvoir communiste chinois et les capitalistes occidentaux.

Conclusion : L’école et l’émergence des entrepreneurs

28Ainsi, l’école semble bien une condition du développement industriel. On ne trouve pas d’exemple de région qui ait vu un décollage industriel sans que l’alphabétisation n’y soit généralisée depuis plus d’une génération. Le Guangdong ne fait pas exception à cette règle. L’école a favorisé l’industrialisation car elle a mis sur le marché des ouvriers dociles et capables de comprendre les ordres donnés.

29En matière de formation technique, la Chine dispose, depuis plus de trente ans, d’un potentiel assez élevé de centres de formation professionnelle. Les ingénieurs forment entre eux des réseaux nationaux par spécialités, qui leur permettent d’échanger les informations qu’ils obtiennent notamment par le contact avec l’étranger. Même si la technicité des écoles chinoises d’ingénieurs n’atteint pas celle des pays développés, leur volume d’activité est un atout. La Chine forme aujourd’hui plus d’ingénieurs que les États-unis. Les travailleurs les plus experts dans certaines technologies particulièrement demandées atteignent des niveaux de pouvoir d’achat équivalents à ceux obtenus, pour les mêmes postes, en Europe du sud. Si on a remarqué une forte fuite des cerveaux chinois consécutive aux événements de la place Tienanmen, il semble qu’aujourd’hui, le pays voit revenir massivement ses étudiants formés à l’étranger, et est même capable d’attirer des Chinois installés depuis longtemps à l’étranger. De ce point de vue, il ne fait pas de doute que l’école soit un appui au développement.

30On peut cependant balancer les apports positifs de l’école par ses apports négatifs. L’école chinoise n’est pas adaptée à la formation d’entrepreneurs. Si les universités ont récemment multiplié les écoles de gestion, ce sont surtout les MBA de gestion, organisés grâce à des partenariats avec des universités occidentales, qui ont la faveur des entrepreneurs. Leur coût n’est bien sûr pas à la portée des futurs entrepreneurs, ces MBA ne servent qu’à ceux des entrepreneurs qui ont déjà réussi. Les entrepreneurs y viennent chercher des éléments de formation basique qui leur manquent. Ils y envoient certains de leurs cadres, leurs enfants étant plutôt poussés à faire des études directement à l’étranger. Dans notre observation, l’école chinoise nous a paru être une gêne à l’émergence d’entrepreneurs. Les entrepreneurs qui ont fait décoller l’industrie chinoise sont des individus qui ont évité une scolarité trop poussée mais ont trouvé, dans les errements des politiques industrielles souvent contradictoires menées par les autorités nationales, provinciales et municipales, des espaces pour développer leurs activités (Zhao, 2006).

31On peut s’étonner que les patrons soient si peu formés. En fait, il semble que les savoirs nécessaires à la fonction de créateur d’usines ne sont pas très élevés. Loin de correspondre à l’acquisition de connaissances scolaires de pointe, ces savoirs nécessaires à l’émergence d’une culture patronale d’entreprise cohérente s’opposent à l’ethos communiste transmis par le système scolaire. Cette situation d’entrepreneurs émergeant hors de la nomenklatura et en dehors de l’école rappelle le XIXe siècle en France. Les industriels y ont constitué une nouvelle classe, entraînant avec elle l’apparition d’un monde nouveau : le monde capitaliste. Dans un État qui a, pendant quarante ans, cherché à abolir le patronat, son retour ne peut se faire par la grande porte. Les patrons privés chinois apparaissent furtivement, comme un mal nécessaire, toléré par l’État central et choyé par les autorités locales. Ils sont comme en liberté surveillée, ils ont droit de réussir, mais pas de prendre une trop grande place. Le Parti Communiste chinois sait bien que l’essor économique du pays repose davantage sur eux que sur les entreprises d’État.

32Cette situation est bien sûr spécifique, mais l’observation de la Chine nous permet de reposer des questions que nous avons trop facilement tendance à oublier : l’école peut aider au développement industriel, mais elle peut aussi bien lui nuire, notamment par la formation des esprits. Cette idée de l’école comme un frein à l’apparition d’une nouvelle catégorie sociale d’exploitants qui serait essentielle au développement industriel me paraît une idée à creuser et à vérifier ailleurs qu’en Chine. En tout cas, le décollement économique du Guangdong a reposé probablement sur le fait que, plus qu’ailleurs, des personnes se sont jetées à cœur perdu dans la création d’usines. Le passé de privation et d’écrasement des esprits explique peut-être cette énergie qui caractérise les patrons, mais aussi en partie les salariés chinois d’aujourd’hui. La deuxième raison repose paradoxalement dans les progrès de l’industrialisation : les savoirs techniques nécessaires à la production en masse de la plupart des produits commercialisés se sont simplifiés et sont devenus de la connaissance commune. Tout le monde peut les obtenir facilement, et les patrons chinois n’ont pas eu de mal à se les procurer. Mais ces patrons ont eu la “chance” de n’être pas formé au moule de l’école chinoise. Certes, l’ethos patronal ne s’apprend pas à l’école mais l’école peut compliquer ou faciliter son apparition. On doit donc se demander, finalement, si ce n’est pas la compatibilité de l’éducation avec la formation d’un ethos patronal qui ferait la différence entre pays qui décollent industriellement et pays qui stagnent dans le sous-développement et chercher comment transmettre les valeurs citoyennes tout en rendant possible l’apparition d’entrepreneurs.

Haut de page

Bibliographie

Arvanitis (R.) & Jastrabsky (E.), 2004, « Un système d’innovation régional en gestation : l’exemple du Guangdong », offset CFCSIT, Canton.

Beer (J.-J.), 1988, The emergence of the German Dye Industry, Urbana & Chicago, University of Illinois Press.

Cousinet (R.), 1968, L’éducation nouvelle, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Harbinson (F.) & Myers (C.-A.), 1964, Education, Manpower and Economic growth, New York, McGraw-Hill Book.

Levine (S.-B.) & Kawada (H), 1980, Human Ressources in Japanese Industrial Development, Princeton, Princeton University Press.

Porter (M.),1999, La concurrence selon Porter, Paris, Éditions Village mondial.

Ruffier (J.), 1996, L’efficience productive, Paris, Éditons du CNRS.

Ruffier (J.), 2006, Faut-il avoir peur des usines chinoises, Paris, L’harmattan.

Schumpeter (J.-A.), 1942, Capitalisme, socialisme et démocratie, traduction G. Fain, Paris, Payot. http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.sci.cap

Todd (E.), 1984, L’enfance du monde, Paris, Seuil.

Truong An Quoc, 2007, « La transition au risque des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Le cas de la ville de Hanoi », Thèse de doctorat de sociologie de l’Université Toulouse-le-Mirail.

Vogel (E.-F.), 1989, One Step Ahead in China - Guangdong under Reform, Cambridge (Mass.), Harvard, Harvard University Press.

Walsh (V.), 1988, « Technology and the competitiveness of Small Countries : Review », in C. Freeman and B.- A. Lundvall, Small Countries Facing the Technological Revolution, London, Pinter Publisher.

Wank (D.-L.), 1999, Commodifying Communism - Business, Trust and Politics in a Chinese City, Cambridge, Cambridge University Press.

Weber (M.), 2003, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Yu (N.), 2004, « Les jeunes diplômés chinois en butte au chômage : la croissance économique ne crée pas suffisamment d’emplois qualifiés, alors que les effectifs étudiants s’accroissent », Perspectives Chinoises, n° 80, pp. 4-12.

Zhao (W.), 1996, « Économie de l’innovation et développement des capacités technologiques en Chine : l’apprentissage technologique dans les industries automobiles et électroniques », Thèse présentée à l’Université Sorbonne Nouvelle.

Haut de page

Notes

1 L’IRD a appuyé cette équipe en y installant pendant quatre ans Rigas Arvanitis, de l’UR 105.

2 Pour 2001, selon les statistiques officielles chinoises.

3 Il s’agit d’entreprises en joint-ventures entre l’État vietnamien et une société occidentale. Le recrutement y est largement du ressort de l’administration vietnamienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Ruffier, « Les savoirs du développement industriel », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 6 | 2007, 135-149.

Référence électronique

Jean Ruffier, « Les savoirs du développement industriel », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cres.revues.org/947

Haut de page

Auteur

Jean Ruffier

Chercheur au CNRS, Centre franco-chinois de recherche en gestion (Université Jean-Moulin Lyon 3 et Université Sun Yatsen à Canton), ruffier@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org