Navigation – Plan du site
Dossier : Savoirs et expériences
III. Pratiques et expériences au travail

Savoirs d’expérience, savoirs sociaux : le rapport entre origines et valeurs selon le genre

Employées domestiques, couturières, coopératives de ramassage et traitement des déchets au Brésil
Social and experiential knowledge: sources of knowledge and their gendered value (domestic servants, dressmakers, recyclers in Brazil)
Robert Cabanes et Isabel Georges
p. 191-215

Résumés

Dans le contexte de la mondialisation de la production et des échanges, et de la place qu’y occupent maintenant les savoirs, cet article s’interroge sur le poids des différents types de savoirs (formels et informels) dans la division sociale et sexuelle du travail. Plus particulièrement, il s’agit d’analyser le rapport entre origines et valeurs de ces savoirs “d’expérience” selon le genre, à partir de l’étude de trois activités à prédominance informelle (emploi domestique, couture, ramassage et recyclage de déchets) et les carrières socioprofessionnelles des travailleurs et travailleuses. Alors que ces activités contribuent globalement à renforcer les inégalités sociales, elles ouvrent de façon paradoxale des espaces de négociation nouveaux à la division sociale et sexuelle du travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les enquêtes de terrain, notamment les entretiens biographiques de longue durée au domicile des per (...)

1La mondialisation de la production et des échanges – entendu comme l’affirmation de la libre circulation des biens et des services – et la place qu’y occupent maintenant les savoirs caractérisent ce qui a été nommé la société globale de la connaissance ou global knowledge society (Carton & Meyer, 2006). Pour certains, il s’agit d’une société plus égalitaire où l’accès au savoir – ce savoir (au singulier), considéré comme un avantage comparatif – se démocratise et engendre de nouvelles formes de pouvoirs. Pour d’autres, c’est une société polarisante où la concentration des savoirs – ce savoir pluriel, où la technique joue un rôle prépondérant – entraîne de nouvelles formes de discrimination. En sciences sociales, les recherches sur le développement de la société de la connaissance se fondent sur l’idée d’une démocratisation du savoir et du pouvoir. Elles se sont surtout intéressées aux groupes socioprofessionnels les plus qualifiés des pays du Nord et du Sud. Peu d’enquêtes se sont penchées sur les pratiques professionnelles d’employés de catégories dites inférieures, qui sont pourtant en croissance numérique continue. C’est ici que les dynamiques d’appropriation des savoirs gagneraient à être observées. Cela permettrait de mieux cerner le lien entre connaissances acquises et insertion sociale et professionnelle des salariés. En ce sens, nous examinerons ici plus spécifiquement si la dynamique d’acquisition des savoirs présente en ces nouveaux secteurs de l’économie “populaire” – à prédominance informelle – aussi divers en termes de trajectoires, de genre et d’enjeux socio-économiques actuels que l’emploi domestique, la confection, ou le ramassage et le traitement des déchets, apporte des éléments nouveaux sur les modalités et les raisons de constitution du lien social1.

  • 2 Ce que Saskia Sassen (2006) appelle « la féminisation de la survie », en désignant aussi bien : la (...)
  • 3 En 2006, dans la région métropolitaine de São Paulo, 37,3 % des employées domestiques se sont décla (...)

2Dans un pays du Sud aussi inégalitaire que le Brésil, la mondialisation et l’avènement concomitant de la “société de la connaissance” se traduisent par deux évolutions principales, qui concernent tout particulièrement les femmes et à l’intersection desquelles se situe notre objet d’analyse. La première a trait à la hausse de l’informalité ; la deuxième, à l’accroissement des niveaux d’éducation mais, aussi, à l’exclusion scolaire. L’accès à l’emploi, notamment l’emploi formel, est sanctionné par le diplôme (dans la plupart des emplois, mêmes peu qualifiés, des études secondaires sont la règle), et les femmes bénéficient de la hausse des niveaux de scolarisation (toujours plus élevés que ceux des hommes, y compris au Brésil). Elles ont toujours, cependant, des taux d’informalité des emplois supérieurs à ceux des hommes. En ce sens, les femmes constituent paradoxalement une des premières catégories bénéficiaires de la mondialisation – mais aussi une des catégories les plus surexploitées2, selon la perspective adoptée. Si l’on considère par ailleurs les transformations des configurations familiales, c’est-à-dire un taux de familles monoparentales dont le chef de famille est une femme (familles “matrilinéaires”) qui atteint les 30 %3, et l’importance des lignages directs entre les générations (en complément à l’instabilité des relations conjugales dans les milieux populaires notamment), on voit qu’émerge un ensemble de questions nouvelles quant à la place des femmes. À partir de la comparaison des trajectoires d’hommes et de femmes au sein de ces trois activités de “bas statut” mentionnées ci-dessus, nous proposons de nous interroger, en partant des catégories d’emplois, sur la relation triangulaire entre l’origine des savoirs (informels, formels), leur médiation par l’espace public et privé, et le type de configuration familiale. En effet, notre objectif est d’interroger plus particulièrement le poids de l’espace privé et de la famille, et leurs liens avec l’espace public, dans les mécanismes de valorisation/dévalorisation de savoirs informels (pour la plupart), au sein d’activités à connotation “féminine” (travail domestique, couture) et “masculine” (ramassage et traitement des déchets).

Trois types d’activités “subalternes”

3Dans le contexte de ces activités informelles, voire plus ou moins précaires en ce qui concerne leurs conditions d’exercice, et de l’usage de savoirs informels, le découpage classique entre la sphère professionnelle et extra-professionnelle, le travail et le hors-travail, et leur distinction comme catégories analytiques ne sont plus opérants. Au contraire, les sphères professionnelles et extra-professionnelles se juxtaposent, et la séparation entre l’espace public et l’espace privé devient moins évidente. Cette situation peut créer des problématiques d’un type nouveau dans les rapports sociaux de sexe et les dynamiques familiales, du fait notamment de l’investissement important des femmes dans ces activités.

L’activité des employé(e)s domestiques

  • 4 Source : PNAD 2004, IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística).
  • 5 Source : Pesquisa Mensal do Emprego (enquête mensuelle sur l’emploi), IBGE (Instituto Brasileiro de (...)

4Dans l’ensemble du pays, la population des employées domestiques représente environ 6,5 millions de personnes4. C’est une des activités féminines les plus anciennes, qui s’est le plus développée ces dernières années, surtout dans les grands centres urbains. Il s’agit d’une des premières formes de l’emploi féminin, en termes de volume. En 2006, il représentait 17,5 % de la population brésilienne féminine occupée, ce qui correspond à 1,6 million de personnes dans les six principales régions métropolitaines du pays. Parmi elles, 61,8 % sont des femmes de couleur, et 64 % ont moins de huit années d’études (études secondaires incomplètes)5. L’emploi domestique est, à l’époque actuelle, un des rares domaines d’activité accessibles aux femmes de faibles niveaux scolaires. Cette activité individuelle exclusivement féminine – qui, partie de la matrice de l’esclavage, s’accroît fortement en volume – devient de plus en plus professionnelle, notamment avec l’augmentation de l’activité féminine dans des catégories socioprofessionnelles supérieures. Elle est prise dans un processus de spécialisation quant au travail (cuisine, nettoyage, soin aux enfants, aux personnes âgées, etc.) et dans des réseaux (réseaux des lieux de travail, de résidence, syndicaux, etc.), mais c’était déjà ainsi au moment de l’esclavage. Ce qui valorise ces savoirs doublement dévalorisés – puisque féminins et esclaves –, ce sont les petites nouveautés et innovations, du style “traiteur en cuisine”, et le contact avec des membres des classes sociales supérieures, voire parfois avec des personnalités du monde culturel, artistique ou politique. Pour les domestiques, l’expérience antérieure se manifeste surtout à travers un carnet de références lors de la recherche d’emploi, par l’accès un réseau d’employeurs et par l’appartenance à un réseau de femmes (groupe de voisinage ou familial, collègues de travail). Nous nous intéressons plus spécifiquement aux segments inférieurs de ce marché du travail : les femmes qui accomplissent l’activité domestique à proximité de leur domicile ; leur activité s’inscrit ainsi comme dans le cadre de l’extension de l’entraide du groupe familial étendu (y compris des relations de voisinage) entre les générations, mais aussi entre femmes faiblement rémunérées appartenant à la même génération. Dans ce cas de figure, l’activité domestique s’exerce au même titre qu’au sein de leur propre foyer, et sa reconnaissance (monétaire, symbolique, professionnelle) est la plus faible. Par ailleurs, les femmes cumulent parfois la garde de leurs propres enfants avec ceux de leur voisine, belle-sœur, etc. Aussi d’autres membres du même groupe familial peuvent-ils la remplacer en cas de nécessité, et l’ensemble des tâches liées à l’entretien et la reproduction du groupe sera réparti différemment entre ses membres (surtout les femmes).

  • 6 Ainsi, le salaire d’une employée domestique peut varier d’un salaire minimum (360 Reais, soit envir (...)
  • 7 Marie Anderfuhren (1999), par exemple, relate dans son étude sur les employées domestiques de Recif (...)

5Contrairement à la plupart des études latino-américaines, relativement rares, et notamment brésiliennes sur les employées domestiques, des résultats préliminaires de recherche ont tout d’abord fait apparaître l’extrême stratification de cet univers6 et son étroite interdépendance avec l’étendue et la qualité des réseaux d’accès à l’emploi. Ceux-ci constituent leur principal “capital social” ; ils se tissent entre les domestiques elles-mêmes comme avec des anciens employeurs (la plupart du temps des anciennes employeuses, puisque c’est la dona de casa – la maîtresse de maison – qui se charge du recrutement et de la gestion de “son” employée de maison et des ami(e)s de ceux-ci ou de celles-ci). C’est la qualité de ces réseaux qui détermine en grande partie leur capacité à pouvoir choisir l’emploi qui leur correspond le mieux, en fonction de leur âge, de leur situation dans leur cycle de vie, et de leurs aspirations du moment. L’appréciation de l’emploi dépend d’une variété de facteurs, dont le poids respectif peut varier en fonction du projet individuel, collectif ou familial – et qui est parfois totalement hypothétique7. La valeur qu’elles attribuent à leur activité dépend généralement d’un compromis entre plusieurs éléments, comme le degré de stabilité/instabilité de leur emploi, le niveau de salaire, les horaires de travail, la distance du lieu de travail et l’adaptation à leur projet actuel. Ce dernier peut porter sur des aspects aussi divers que la reconstitution d’une famille après une migration (avec ou sans conjoint, la plupart du temps pour faire venir des enfants laissés avec des parents dans le lieu d’origine), la réalisation d’études, l’évolution vers une autre activité, un changement de domicile ou d’acquisition/construction d’un logement et/ou l’obtention d’un revenu, tout simplement, parmi d’autres.

L’activité de couture

6La couture, notamment à domicile, est une activité à dominante féminine, parfois collective, qui s’est installée dans le contexte de la réorganisation productive du secteur textile des années 1990 sur le créneau de la sous-traitance industrielle, en concurrence et en complément avec l’activité des ateliers informels indépendants. Dans la région métropolitaine de São Paulo, en 2006, le nombre de salariés était d’environ 200 000, comprenant 120 000 travailleurs informels (sans contrat de travail, la plupart du temps à leur compte, en situation de sous-traitance), d’après les estimations du syndicat du secteur. L’activité débute avec peu de moyens et produit peu de bénéfices, souvent dans la dépendance d’un acheteur unique, et se poursuit par la tentative de plus grande autonomisation à l’intérieur de ce marché (variation des produits et des acheteurs). Une trajectoire sociale et économique ascendante dans le secteur de la confection nécessite non seulement la maîtrise d’un certain nombre de savoirs “de production”, mais aussi ceux liés à la gestion de la production et de la commercialisation du produit. Le premier sous-ensemble de savoirs comprend notamment la couture sur différents types de machines, le modelage et la coupe des pièces, la réparation des machines. Le deuxième ensemble se réfère au respect du rythme des commandes, à l’intensité du travail et à la mobilisation des collaborateurs (membres de la famille, du voisinage, collaborateurs occasionnels, etc.), avec des statuts et niveaux de connaissances variables ; le troisième fait appel à la connaissance des marchés, des tendances, des clients, à leur fidélisation, etc. La négligence d’un de ces sous-ensembles compromet la réussite, voire mène à la faillite de l’entreprise. Face à la grande variabilité de la production, alternant des périodes de production intense et des périodes de chômage technique, il s’agit de mobiliser des travailleurs plus ou moins occasionnels en fonction de la demande, surtout dans le cas d’entreprises familiales, de leur transmettre le savoir-faire et de contrôler la qualité et la quantité de leur travail. Ils sont situés la plupart du temps dans l’environnement géographique et familial immédiat (famille et voisinage). L’expérience antérieure, souvent au sein d’emplois formels de l’industrie textile et de la confection, est indispensable, y compris pour obtenir des commandes. C’est pour cela que la localisation géographique des ateliers s’observe sur les lieux de résidence des couturières, principalement dans la zone Est qui fournissait la main-d’œuvre des ateliers du centre de la ville de São Paulo (Bras, Bom Retiro). Le transport des pièces découpées jusque dans les ateliers de couture ainsi que le retour des vêtements chez le commanditaire constituent un autre versant de l’activité, pour lequel les femmes dépendent parfois d’un membre de la famille (conjoint), mais peuvent rester aussi à la charge du commanditaire. Une des principales difficultés de l’activité est la gestion d’un ensemble de personnes ayant dans l’activité des degrés d’implication et d’autonomie variables (y compris dans le temps). Pour les couturières, il s’agit de maintenir un lien avec ce marché du travail spécifique qui exige de nombreuses connaissances auparavant détenues par le seul employeur.

Le ramassage et le traitement des déchets

7Le ramassage et le traitement des déchets est une activité à dominante masculine, née de la conjonction de plusieurs facteurs : la croissance exponentielle de la construction spontanée dans les périphéries des grandes villes ne s’accompagne que tardivement et très partiellement d’équipements collectifs (en particulier ceux chargés de la collecte des déchets) ; le tri et le recyclage des déchets n’a pas été pris en charge par les pouvoirs publics hors des quartiers riches ; le secteur de recyclage des déchets dans le secteur privé comme dans le secteur public a du se développer rapidement ; la demande d’emploi est forte, enfin, pour des personnes ayant peu de formation et aucune qualification, phénomène ancien mais qui va s’aggravant depuis une vingtaine d’années. Au premier caractère, toujours dominant, d’une activité aléatoire et temporaire permettant de dépanner des personnes en difficulté se superpose dorénavant un caractère d’utilité sociale immédiate, la propreté des quartiers d’habitation précaires et le respect de l’environnement par le recyclage des déchets.

  • 8 Le forum du lixo, ou des déchets, est une initiative d’auto-organisation et de mise en réseau de pl (...)

8Le premier problème est de surmonter “la honte” attachée à cette activité : l’information technique sur la pollution et son danger planétaire peuvent permettre de la surmonter. Ce qui suppose une forme de développement de l’activité qui prêtera attention à l’amélioration des connaissances techniques : formes de valorisation des déchets liés à leur nature, ce qui sous-entend de convaincre les particuliers de trier les déchets et de les garder. Le second problème est l’approvisionnement : qu’on soit un particulier ou une coopérative, il s’agit de convaincre des ramasseurs (enfants ou ex-détenus) de vous vendre leur collecte, et de constituer un réseau dans le quartier ; ensuite il faut séduire les “grands” producteurs de déchets, du type écoles ou industries. Le troisième problème est le traitement : revente du matériau brut ou triage, compactage, triturage, avec à la clé l’achat des équipements correspondants. Le quatrième problème est celui de la commercialisation : la connaissance des stratégies des acteurs privés en premier lieu et l’information sur les politiques publiques qui interviennent en ce domaine (à cet égard, le “forum du lixo8 est un bon lieu d’information pour s’insérer dans des programmes d’aide ou de subvention des pouvoirs publics, qui permettront de complexifier et d’ajouter de la valeur à l’activité de base de la simple collecte). Le dernier problème est de maintenir une ambiance de travail positive malgré la faiblesse des revenus et les difficultés de la population, acteur de cette entreprise (irrégularité du travail des enfants et instabilité d’une population “marginale” – chômeurs de longue durée, alcooliques, ex-détenus dans l’impossibilité de retrouver un emploi formel). Ces connaissances et ces savoirs sociaux sont absolument essentiels pour la poursuite de l’activité et se découvrent dans l’action, sans programmation préalable ; ils dépendent très fortement de la qualité (terme qu’il sera utile de définir plus précisément) de l’échange collectif.

9Ces trois cas de figure montrent bien que la sphère de ces activités informelles de “bas statut” se situe en dehors de la sphère de l’emploi à prédominance formelle, régie par la relation paradoxale entre l’augmentation des niveaux de qualification, le niveau des diplômes requis et la dévalorisation de ces derniers, voire l’exclusion scolaire (Georges, 2005). Dans ces milieux, les besoins réels de formation sont découverts par les acteurs et les actrices mêmes. En revanche, tou(te)s mobilisent des savoirs informels : dans le cas des activités féminines, ils sont acquis à l’origine au sein de la sphère domestique et avec la mère (ou d’autres figures féminines du foyer) et, parfois (dans le cas de la couture en particulier), lors d’expériences d’une activité salariée qui précède le passage à l’informalité (Georges & Da Silva, 2007) ; dans le cas de l’activité à prédominance masculine, les savoirs sont appris sur le tas, ou issus d’autres expériences sociales antérieures. Certains de ces savoirs informels ont cependant pu avoir été sanctionnés à certaines périodes, par l’obtention d’un emploi formel, mais ils ont dû se renouveler fortement pour rester efficaces, par exemple avec la généralisation de la sous-traitance en cascade dans les années 1990 dans la couture. Qu’en est-il des relations entre l’origine et la valeur des savoirs employés, notamment au sein de ces activités informelles ? Des différences existent-elles entre des hommes et des femmes quant à la valeur des savoirs mobilisés ? Quels sont les mécanismes de leur valorisation/dévalorisation, et/ou leurs formes de médiation ?

Le type de configuration familiale comme première médiation de la valeur de l’activité

Trois cas de figure parmi les employé(e)s domestiques

10Carla est jeune (24 ans) ; pour cette mère célibataire, qui a eu ses deux enfants (5 et 3 ans) avec deux pères différents, l’emploi domestique est la solution qui s’est offerte à elle il y a trois ans pour aider à la survie de sa famille : ses enfants et sa mère, une employée domestique également. Cette dernière, née en 1945 à Ribeirão Preto, dans l’État de São Paulo, se sépare de son mari et migre à São Paulo à sa naissance. Carla déménage souvent avec sa mère au gré des différents emplois et opportunités de logement, et se fixe d’une façon plus permanente à Guaianazes (banlieue populaire à l’Est de São Paulo), par l’intermédiaire d’une amie devenue “tante adoptive”. Ancienne vendeuse qui n’a pas terminé les études secondaires (encore en cours), Carla commence à travailler comme employée domestique en gardant avec le sien le bébé de sa voisine, en échange d’un petit salaire ; ensuite, elle travaille au domicile de la mère de sa voisine, à proximité. Elle reçoit un salaire dérisoire pour ce travail non déclaré (nettoyage, rangement et jardinage), qu’elle accomplit à tour de rôle avec sa mère, en fonction de l’apparition d’autres petits boulots et/ou de la maladie de ses enfants (sa fille a un problème à l’œil depuis sa naissance, nécessitant plusieurs opérations). Cette activité, qui mixe petit salariat et entraide (au sein de la famille matrilinéaire et de voisinage), voit aussi s’alterner le lieu d’exercice du travail (à domicile ou au domicile des patronnes). C’est l’exemple d’une famille matrilinéaire qui se remplace mutuellement dans les fonctions de soins, à l’intérieur comme à l’extérieur du foyer, à partir de l’extension de la fonction féminine ancestrale.

11Gilvanete, née à Bahia en 1964 (43 ans), est, elle, une mère de famille “traditionnelle” et catholique. Son mari, nordestin comme elle, subvient (au moins en grande partie) aux besoins de sa famille à travers un emploi structuré (ancien receveur de bus dans une entreprise publique, il est devenu conducteur dans une entreprise de sous-traitance du transport public). Ce couple très stable possède une maison donnée par le père de l’époux (ancien fazendeiro dans le Paraná, qui a vendu sa propriété et partagé l’argent entre ses enfants), dans un quartier populaire de la zone Nord de São Paulo. Ils ont deux enfants d’une vingtaine d’années qui habitent au domicile familial et font, depuis la fin de leurs études secondaires, des petits boulots (télémarketing et repositionneur dans un supermarché). Gilvanette est arrivée à São Paulo à 9 ans, a occupé un premier emploi déclaré de vendeuse dans une entreprise textile (production de tissus), tout en poursuivant ses études secondaires. Elle démissionne et arrête ses études au moment du mariage et reste “inactive” pendant dix ans. Elle commence à s’engager dans les petits boulots d’employée domestique, d’abord dans le voisinage (lavage et repassage de vêtements à domicile), ensuite au domicile de ses employeurs (il y a douze ans, suite à la privatisation de l’entreprise qui emploie son conjoint et à la baisse consécutive de son salaire). Au moment de l’entretien, elle vient de démissionner car sa tentative de passer d’un emploi journalier à un emploi mensuel déclaré (qu’elle accomplissait dans la pratique) a échoué. Fille d’une mère célibataire, elle a connu par son mariage une mobilité sociale identique à celle de sa mère : celle-ci, aide cuisinière à Campo Formosa (Bahia), s’est remariée à São Paulo avec un maçon spécialisé dans la pose de piscines. Nous avons là une famille avec une répartition des rôles “traditionnelle” où l’entrée progressive de la femme sur le marché du travail est conditionnée par l’évolution de la conjoncture.

12Margarida est née en 1954 (53 ans), à Panelas (Pernambuco), dans une famille de fazendeiro de douze enfants. Elle migre à São Paulo à la fin des années 1970 avec une de ses soeurs et s’y installe définitivement au début des années 1980. Elle alterne, et cumule parfois, des emplois d’employée domestique chez des particuliers et de couturière, mais elle n’est plus déclarée depuis son mariage (1985). Famille stable, avec deux enfants en fin de scolarité secondaire/début de vie active, qui demeurent encore au domicile parental ; acquisition récente d’un appartement dans une structure d’habitat populaire à Guaianazes. Le mari, pourvoyeur de la famille au début du mariage (employé subalterne dans une banque), n’a plus de travail fixe salarié depuis la deuxième moitié des années 1990 (trajectoire professionnelle descendante, de comptable à simple employé de bureau) ; il fait des petits boulots dans la construction civile, la vente ambulante. Margarida est devenue le principal pourvoyeur de la famille, rôle qu’elle assume avec difficulté et à contrecœur ; elle vient de reprendre un travail à temps complet, qu’elle cherche à faire déclarer. Par ailleurs, elle a obtenu un diplôme de comptable en 2003, profession qu’elle n’exerce pas. Cette famille, quoique stable, montre comment l’inversion des rôles traditionnels peut être vécue de manière conflictuelle.

13Ces trois femmes, qui se trouvent toutes à des moments différents de leur cycle de vie (au début de leur vie active, avec des enfants de bas âge et en milieu/fin de parcours, avec des enfants déjà grands, en début de vie active à leur tour), font partie du segment le moins valorisé de l’emploi domestique, c’est-à-dire celui qui est accessible par l’étendue de la fonction “ancestrale” de la mère et/ou épouse comme chargée des tâches de reproduction, du moins initialement. Le glissement de ces fonctions, au sein du propre domicile et au sein de celui de la patronne, se fait progressivement, et avec des allers-retours ; parfois, il y a juxtaposition entre l’accomplissement de ces fonctions pour sa propre famille et ses enfants et ceux des autres, au domicile ou à celui des autres. La valeur relative de l’activité, et des savoirs mobilisés, dépend du mode d’articulation entre la manière dont ceux-ci sont reconnus dans l’espace public et dans l’espace privé (au sein de la famille). Dans les trois configurations présentées ci-dessus, le degré de “formalisation” du travail domestique est croissant, au long du temps et, parfois, au sein de la trajectoire individuelle : dans la première, un emploi domestique se partage avec la mère, à l’extérieur du foyer ; dans la deuxième, on passe de l’entraide dans le voisinage à un emploi rémunéré dans un autre quartier ; la troisième correspond à un travail à temps complet, en dehors du domicile, qui vient d’être trouvé. En revanche, le mode d’investissement de l’espace public de ces femmes dans ces activités – et c’est peut-être en cela que consiste la reconstruction du “genre” de l’activité – dépend de son mode de reconnaissance au sein de la famille, c’est-à-dire découle en premier lieu d’une nécessité née au sein de la famille. Dans le premier cas de figure, famille matrilinéaire avec la grand-mère au foyer, il s’agit de la manière la plus souple que deux femmes ont trouvé pour cumuler le travail domestique et l’éducation des enfants au propre domicile avec un travail salarié ; dans le deuxième cas, l’emploi domestique de l’épouse au sein du domicile d’autrui est envisagé au moment de la précarisation de l’emploi formel du conjoint, l’extension de l’activité informelle de la femme va de pair avec la diminution des avantages associés à l’emploi formel de l’homme, dans une répartition traditionnelle des rôles ; dans le troisième cas de figure, l’inactivité de l’homme va de pair avec l’activité salariée de la femme, reversement des rôles vécu de façon conflictuelle par les deux membres de ce couple, “atypique” malgré eux. Dans une certaine mesure, le type de négociation au sein de l’espace domestique semble conditionner le rapport à l’espace public, et vice-versa. Dans certains cas, la division du travail au sein de la famille est fondée sur une alternance de l’homme et de la femme au sein de l’espace privé de la maison. Paradoxalement, c’est à travers l’extension de leurs fonctions “traditionnelles” que ces femmes arrivent, pour faire survivre leurs familles dans des périodes de “vaches maigres”, à s’engager progressivement sur une trajectoire d’autonomisation par la formalisation de leur activité.

Trois cas de figure parmi les couturières

14Maria, 66 ans, couturière, retraitée pour son ancienneté dans la profession, est née dans une petite ville de l’État de São Paulo (Bauru). Elle apprend la couture toute jeune (à 6 ans, sa première machine à coudre lui est donnée par son père). Le décès du père, administrateur de fazenda (grande propriété foncière), laisse à sa mère, femme au foyer, la charge de ses quatre filles. Elle commence alors à travailler comme laveuse et repasseuse. Maria, après un premier emploi comme couturière dans une boutique de vêtements sur mesure pour enfants, travaille comme domestique dans sa ville natale jusqu’à 21 ans, et migre à São Paulo (1961) par l’intermédiaire de la famille des patrons. Elle est embauchée d’emblée comme couturière dans l’industrie de confection, où elle fait une carrière de surveillante. À deux reprises, elle essaie de se mettre à son compte avec un associé homme, et échoue. Pour préserver son indépendance, elle ne tient pas à fonder de famille. Par ailleurs, élevée comme catholique par sa mère, elle entre dans “l’Église universelle du royaume de Dieu” au milieu des années 1990. Elle y trouvera soutien et accès à de nouveaux réseaux à la suite de l’échec de son projet de mise à son compte. Elle possède un appartement dans un immeuble d’habitat social, qu’elle a acquis l’an dernier, et tente de nouer des relations de voisinage en vue de possibles collaborations pour son atelier de couture : une coopérative de couture dans le centre ville, créée par l’association pour l’accès au logement, qui lui a permis d’obtenir son logement à crédit. Elle améliore son revenu (retraite et menus services de couture) et transmet son savoir-faire et l’usage de sa machine à coudre. Elle se déclare « heureuse de maîtriser sa vie ». Pour cette femme célibataire, le choix de l’autonomie professionnelle et l’absence de famille vont de pair.

15Margarida Arcanjo, 48 ans, trois filles, est séparée de son conjoint depuis trois ans. Venue du Minas, elle arrive à São Paulo à 14 ans, avec un frère et sa mère, suite à la séparation des parents (son père était métayer) et au décès d’un frère, faute d’assistance médicale (méningite). Son père lui a fait cadeau de sa première machine à coudre à 7 ans, et elle commence à travailler comme couturière industrielle à São Paulo à 18 ans (emploi déclaré). Après son mariage et la naissance de ses filles (24, 21 et 10 ans), elle travaille comme couturière à domicile. Elle vivra plus de vingt ans avec son mari, originaire de Bahia (Nordeste), qui travaille d’abord dans une agence immobilière, et ensuite comme garçon de café. La répartition traditionnelle des rôles au sein du couple est respectée jusqu’à ce que le mari se mette également à faire de la couture. Des tentatives du mari de gagner de l’argent en achetant et revendant des maisons échouent à deux reprises, et la famille perd son logement. Après une période de rivalité au sein du couple autour de la répartition des rôles au sein de l’entreprise familiale (atelier de couture), la séparation survient. La mère et la fille la plus âgée (qui fait partie de l’église “boule de neige”, de la mouvance Pentecôtiste) travaillent dans une coopérative de couturières du centre ville, avec l’objectif de se mettre à leur compte et d’ouvrir un salon de location de vêtements de fête, en parallèle à un projet d’acquisition d’un logement social. Ici, la prise d’autonomie professionnelle de la femme dans une activité avec une identité forte a mené le couple au conflit sur la répartition des rôles et, finalement, à la rupture.

16Meire (39 ans) est née dans l’État de la Paraïba. À la fin de ses études primaires et après un mariage arrangé par les familles, le couple migre à São Paulo, où Meire retrouve sa sœur. En l’espace de trois ans, elle a deux enfants, divorce, et travaille comme agent de surface dans des immeubles ; elle y rencontre son second mari, et ils sont tirés au sort pour habiter dans une Cohab (logement social) de Cidade Tiradentes (banlieue dortoir). Elle a alors 23 ans. À la suite d’un accident de la circulation, le jeune couple doit laisser son appartement et habiter en favela. Durant deux ans, ils poursuivent leurs métiers respectifs ; lui, de manière aléatoire comme vigile, elle, comme agent de surface. Elle apprend la couture successivement avec deux voisines qui travaillent à domicile, fait un court séjour de six mois dans l’entreprise donneuse d’ordre, ce qui lui permet d’acheter sa première machine (1998) et de s’installer à domicile en travaillant pour une entreprise qui fabrique des cartables. Elle double son temps de travail pour avoir une production propre, que son mari écoule. Il a vingt ans de plus qu’elle (53 ans en 1998) et ne trouve plus de travail. Peu à peu, elle associe sa sœur et ses deux enfants du premier mariage, une nièce, une belle sœur et une nièce de son mari, et recrute quatre voisines et deux voisins. La qualité du travail lui assure des commandes régulières de diverses entreprises, lorsqu’en 2005, l’une d’elles décide de réduire le nombre de ses sous-traitants (de vingt à cinq) et de leur proposer un contrat de livraisons régulières sur cinq ans, à raison de huit à dix mille trousses scolaires par mois. Son “entreprise” est sélectionnée comme sous-traitant par le donneur d’ordre et entre dans un nouveau statut : elle doit verser les cotisations-santé des salariés ; elle doit payer une amende si elle n’arrive pas à fournir le montant voulu (inversement, le donneur d’ordre paye les journées de travail de ses employées s’il ne donne pas de commandes suffisantes). Ce contrat, encore nouveau, la satisfait parce qu’il lui donne la possibilité d’envisager un travail régulier, sans les “coups de feu” auxquels elle était confrontée et où elle pense avoir laissé une partie de sa santé. Dans cet exemple, grâce à l’acquisition progressive de savoir-faire nouveaux, la femme se met à son compte et c’est elle qui gère, de manière incontestée, la survie du groupe familial.

17Il est remarquable de constater, dans chacun des cas, combien l’autonomie à laquelle la personne accède par le travail a de saveur pour elle. Et cependant, les trois cas de figure présentés sont bien différents du point de vue de la relation conjugale : un refus délibéré du mariage après la fréquentation d’hommes comme associés en affaires, une séparation après vingt ans de vie commune, un sauvetage du mari plus âgé par l’épouse dans le cadre d’une relation conjugale forte. Que l’éveil de ce goût soit précoce (à 6 ou 7 ans) et par la médiation du père qui fait le cadeau de la machine à coudre, ou tardif (à 30 ans, après plus de quinze ans de vie professionnelle), la stratégie qui le suit, ou qui l’a précédée, fait preuve de persévérance et de continuité. À partir de cette matrice, les destins professionnels qui s’y greffent tiennent à l’équation personnelle des personnes, aux capacités d’apprentissage des habiletés techniques comme aux capacités sociales de mobiliser salariés ou coopérateurs – savoirs qui, en définitive, apparaissent secondaires par rapport aux savoirs initiaux qui ont permis de concevoir la perspective d’autonomie, mais qui sont indispensables à sa réalisation. En ce sens, ces carrières professionnelles ressemblent à des carrières masculines sur le plan de l’identité professionnelle qui est forte, mais les savoirs non-techniques, comme la capacité de rassembler et de mobiliser les personnes, permettent finalement à ces femmes de mener à bien leur carrière en créant leur propre environnement de travail. Elles le créent à partir de la manière dont elles ont réussi à négocier leur rôle au sein de l’espace privé, accordant la priorité à leur carrière professionnelle et à leur place dans l’espace public, par choix et/ou par contrainte extérieure.

Quatre cas de figure dans le ramassage et le traitement des déchets

18Ismael et Dulce. Ismael a connu une trajectoire difficile : initiée dans la coupe de canne à sucre et poursuivie, entre différents lieux du Pernambuco et à São Paulo, dans le travail à façon de la construction, irrégulier, elle a en outre été ponctuée d’alliances et de séparations conjugales. À 40 ans, la stabilisation matrimoniale est en permanence économiquement fragilisée par les problèmes de santé de l’épouse, cependant qu’elle semble s’inscrire dans la longue durée (trois enfants, dont le plus âgé a 13 ans). En sus des petits boulots de maçon, et en sus d’une activité permanente mais précaire (une boutique de pains et boissons), la collecte des déchets apparaît, à partir de ce dernier mariage, comme activité d’appoint, un petit boulot de plus. Il mobilise, chaque fois que nécessaire et en prévision de dépenses immédiates, toute la famille – homme, femme, enfants – mais reste confiné à la collecte et la revente un peu différée à un grossiste de la favela, le premier stade de cette activité. Pour ce couple, elle semble devoir se limiter à ce caractère de deuxième ou de troisième appoint, sans division sexuelle du travail, et correspond à la situation de nombreuses personnes des quartiers périphériques qui jonglent avec des sources de revenus précaires et aléatoires.

19Angelo, ou la longue histoire d’un enfant de la rue, dès l’âge de 7 ans. Le départ du père et la mort de la mère par alcoolisme engagent l’enfant à vivre dans la rue avec un ami du même âge. La désocialisation familiale n’est pas totale (retours, problématiques, chez le frère aîné). Entre 14 et 18 ans, jusqu’à la majorité, il est dans un établissement pour mineurs délinquants, suivi d’un an en famille et du retour à la rue. C’est à ce moment qu’il est recueilli par une famille qui fait la collecte des déchets ; dans ce cadre, il rencontre son épouse. Il poursuit d’abord cette activité puis, dans une période de difficulté, touche au trafic de drogue ; mais s’en évade pour rejoindre sa famille adoptive et reprendre le même travail. Depuis, il jouit d’une relative stabilité dans l’activité, de revenus faibles, mais réguliers (20 reais, soit environ 7 euros/jour) et d’un logement, fut-il précaire et illégal. De ses trois enfants, sa fille est mariée, un fils a un premier emploi dans une entreprise, un autre travaille avec lui et son épouse. Il s’agit d’une entreprise familiale permanente, avec une seule source de revenus et une division du travail assez égalitaire entre les sexes, comme c’est le cas d’une forte proportion des acteurs de la collecte des déchets.

20Janaina. À la suite d’un échec professionnel paternel, sa mère reprend l’activité de ramassage et de traitement des déchets à laquelle le père s’était consacré en partie, y engageant sa fille qui, cependant, termine ses études secondaires. L’activité des deux femmes croît régulièrement et se révèle capable de mobiliser et de fidéliser la population locale, marginale ou pas, qui se consacre à cette activité de collecte et qui peut ainsi compter sur des revenus réguliers. Cette reconnaissance est consacrée lors du mariage de la fille à l’église évangélique, cérémonie qui rassemble par le bouche-à-oreille un millier de personnes. Par ailleurs, la modernisation technique de l’entreprise et sa capacité d’achat et de stockage en font peu à peu une référence pour l’ensemble de la favela. L’entreprise est familiale, avec division du travail (pesage, transport, revente) ; elle intègre le frère et le mari de Janaina, cependant que le père, qui s’est marginalisé par l’alcoolisme, est de plus en plus absent. La réussite, imprévue, dans cette activité entraîne un développement constant, basé sur la confiance de la population, dans le cadre d’un marché auquel l’entreprise s’adapte.

21Aldo a, lui, un itinéraire totalement différent des précédents, puisqu’il passe par des professions structurées (commis de bureau, prothésiste dentaire, gardien de prison) et que le débouché sur l’activité de collecte et de traitement des déchets s’explique par le souci d’un travail social “positif” qui succède à un travail de répression mal supporté et qui mobilise en outre une bonne partie des connaissances du monde de la rue acquises dans l’expérience professionnelle précédente. L’activité, bien différente d’une entreprise familiale, prend la forme d’une coopérative informelle, soucieuse à la fois de l’égalité entre les acteurs et de modernisation technique. L’épouse est engagée dans une autre trajectoire professionnelle, tout en appuyant moralement, et parfois concrètement, cette activité de ramassage et de traitement des déchets, sans en faire sa source de revenus. L’originalité de cette entreprise sociale représente une tentative encore rare de s’articuler de manière assez étroite avec les offres du pouvoir public, dans la perspective d’une modification du marché à l’avantage des travailleurs.

22Dans ce type d’activité, qui connaît un fort développement dans les zones d’habitat précaire, il faut faire la distinction entre “entreprise familiale” et “coordination des activités de l’homme et de la femme”. En règle générale, du fait de la non détermination préalable de l’activité par le sexe (à la différence, massivement, de la couture ou de l’emploi domestique), la médiation de la famille n’apparaît pas déterminante : la direction des activités et les savoirs qui lui sont indispensables peuvent être accumulés par les femmes aussi bien que par les hommes.

23Dans les deux premiers cas étudiés, activité d’appoint ou activité principale, les connaissances techniques sont identiques pour l’homme et pour la femme, et il n’y a pas de valorisation particulière des savoirs nécessaires à l’activité, dans la mesure où les acteurs en restent au niveau de base de la collecte. Cependant, dans le cas où l’homme a une meilleure qualification de métier – comme, par exemple, maçon –, la division sexuelle traditionnelle du travail tend à reprendre temporairement ses droits.

24Dans les deux cas où l’activité s’est élargie et complexifiée au-delà de la simple collecte surgissent deux types de savoirs nécessaires à la reproduction technique de l’activité : les savoirs techniques et économiques qui permettent de développer et valoriser l’activité de tous les participants (coopérateurs ou, éventuellement, salariés) ; et ceux nécessaires à la gestion de la population locale des collecteurs pour assurer la régularité de l’approvisionnement. Lorsque ces savoirs sont ignorés ou dédaignés, la personne est exclue de l’activité (comme le père de Janaina) ; lorsqu’ils sont respectés, ce qui pose parfois problème dans la coopérative et qui nécessite une sorte de “formation” axée sur l’acquisition de compétences sociales, c’est la personne la plus apte à les mettre en valeur qui prend la direction des opérations.

Vers une dynamique globale des savoirs ?

25À l’issue de l’examen ces trois types d’activités et de leurs conjugaisons par différents cas de figure de médiation familiale, il apparaît que les caractéristiques prédominantes de l’activité et ses conditions de réalisation sont étroitement liées à la division sociale et sexuelle au sein de la famille. En effet, les articulations entre l’espace public et privé, l’harmonie des “arrangements familiaux” et les types d’activité productive semblent se définir mutuellement. Plus précisément, c’est la priorité qui est accordée, dans le cas des activités féminines, à la place de la femme ou, dans le cas de l’activité mixte, à la place de l’homme ou de la femme, au sein de l’espace public ou privé, et l’adéquation de cette priorité aux caractéristiques de l’activité productive, qui déterminent la dynamique de leur trajectoire. Dès lors, il semblerait que le type de configuration familiale détermine en grande partie l’orientation des trajectoires professionnelle et sociale de ces travailleurs et travailleuses dans cet espace grandissant des activités et savoirs informels où elle(s) se trouvent tou(te)s relégué(e)s. Cet espace où prend forme un lien entre la formation et l’emploi, aussi paradoxale soit-il, reste ignoré de la littérature portant sur cette « introuvable relation formation-emploi » (Tanguy, 1986). S’agit-il seulement d’un effet d’optique ? Comment ces évolutions des perspectives d’insertion sociale et professionnelle de larges pans des couches populaires brésiliennes s’intègrent-elles dans une dynamique plus générale des savoirs (formels et informels) ?

26L’augmentation généralisée des niveaux de scolarisation – notamment ceux des femmes – va de pair avec une bipolarisation croissante de l’activité féminine (Bruschini & Lombardi, 2003), alimentée en partie par les effets de la mondialisation. Alors que les femmes ont dorénavant accès à des domaines professionnels auparavant réservés aux hommes (ingénieurs, avocats, architectes, etc.), des formes d’exclusion sociale et professionnelle s’accroissent également, surtout au niveau des emplois considérés peu qualifiés, “effet pervers” de cette hausse généralisée. En effet, d’un côté, au Brésil, l’obtention d’un diplôme, notamment de l’enseignement supérieur – et indépendamment de son contenu en termes de savoirs – sanctionne plus que jamais l’accès à un emploi socialement valorisé et à des niveaux de rémunération conséquents, aussi bien pour les hommes que pour les femmes (évolution qui va de pair avec la diminution de l’écart entre les salaires des deux sexes, par ailleurs). D’un autre côté, grandit une zone floue où les formes d’acquisition, de circulation et de valorisation des savoirs, construites en dehors des circuits reconnus, échappent à l’analyse. On peut toutefois émettre l’hypothèse qu’à l’effet positif d’une formation générale mieux partagée s’oppose le revers de la médaille : l’augmentation de la pression sur les “bas salaires” et, encore plus largement, sur les activités “hors statut”, informelles, peu prestigieuses, peu rémunératrices. Il s’agit d’ailleurs d’un des points communs les plus frappants avec l’évolution de l’emploi féminin et de l’éducation dans les pays “du Nord”, notamment en France (Falquet, Hirata & Lautier, 2006). Ces évolutions ont cependant des implications paradoxales sur la place des savoirs informels et sur celle des femmes détentrices de ceux-ci dans la division sociale et sexuelle du travail.

  • 9 Cette approche employée dans les études comparatives entre la France et l’Allemagne peut être criti (...)

27Le croisement d’une analyse du système scolaire, des niveaux de scolarisation et des caractéristiques du marché du travail constitue une démarche ancienne de la sociologie du travail et de l’éducation (Maurice, Sellier & Sylvestre, 1982), qui a fait date9, ne serait-ce que pour constater l’impossibilité de cette relation (Tanguy, 1986). Il s’agit d’une approche toujours valable pour s’interroger sur ce que l’on pourrait appeler “la question des qualifications” ; elle a pourtant l’inconvénient de tenir compte de manière trop exclusive des seuls savoirs formels, sanctionnés par des diplômes ou des formes de reconnaissance statutaires liées au système des classifications professionnelles – lui-même soumis à un intense processus de transformations (Lomba & Mazaud, 2004). Dans le contexte actuel

  1. d’une diversification des formes de savoirs (formels et informels, voire tacites),

  2. d’une supposée augmentation généralisée du volume de connaissances et,

  3. de leur circulation (soit par la migration d’une main-d’œuvre hautement qualifiée ou sans qualification formelle, soit par la déterritorialisation des savoirs avec la généralisation des nouvelles technologies de l’information), ce type d’analyse semble lacunaire.

  • 10 En dépit de l’ancienneté de ce secteur, son extension, la détermination de ses frontières et son ar (...)

28Au Brésil, la question de la “mondialisation des savoirs”, se pose dans un contexte particulier, qui se caractérise d’une part, par l’importance et l’ancienneté du “secteur informel de l’économie”10lato sensu et, d’autre part, par la grande hétérogénéité interne du système des classifications professionnelles, très variable selon les secteurs d’activité et les formes d’emploi. Les activités plus ou moins formelles ont connu un nouvel essor à partir de la deuxième moitié des années 1990, avec la politique d’ouverture économique du pays et les politiques néo-libérales de privatisations et d’internationalisation du gouvernement Cardoso. Avec la généralisation des pratiques d’outplacement et de sous-traitance (Araújo, 2004 ; Leite, 2004), le taux d’informalité s’est fixé sur la barre des 50 % – et constitue désormais un fait constitutif du marché du travail brésilien, dans des activités industrielles aussi bien que de service. Le chômage, élément structurel ancien, s’est amplifié. En 2003, avec 20 % de la population économiquement active, il a atteint un de ses taux les plus importants dans la région métropolitaine de São Paulo et touche, pour la première fois également, des populations très qualifiées (Pochmann, 2004).

  • 11 Le taux de scolarisation de la population entre 7 et 14 ans est passé de 67 % en 1970 à 95 % en 199 (...)

29D’autre part, les taux de scolarisation de la population (enseignement primaire et secondaire) deviennent comparables à ceux des pays développés : une scolarité de dix ans est devenue la norme (Lautier, 2006)11. Dans ce contexte, la première période du gouvernement du président da Silva (2003-2006) n’a fait qu’assurer la continuité des politiques sur le long terme, en préservant l’enseignement public. En revanche, une forte dualité persiste au niveau de l’enseignement supérieur, entre les universités publiques, élitistes, et les Facultés privées, onéreuses et souvent d’une faible qualité, destinées notamment aux étudiants d’origine plus modeste. On peut ainsi s’interroger sur l’efficacité des politiques de développement des agences nationales et internationales (Banque Mondiale pour le développement, etc.) qui ont abouti à l’émergence d’un “marché de l’éducation”. D’un côté, l’éducation est un bien en soi, permettant de rêver à l’identification à une classe sociale qui n’est pas la sienne, voire à des professions libérales (Girard & Nunes, 1994). D’un autre côté, les évolutions en cours ont configuré un paysage marqué par la dévalorisation des diplômes, au fur et à mesure qu’ils sont devenus indispensables pour accéder à des occupations pourtant faiblement qualifiées au niveau formel – comme le gardiennage, la sécurité, le nettoyage, le télémarketing (Georges, 2005). Dans ce contexte, les savoirs informels (locaux) ont acquis une importance croissante, aussi bien pour accéder à des emplois qualifiés (réseaux de relations) qu’à des emplois faiblement qualifiés (pour maîtriser le système complexe d’intermédiation d’emploi). Et pour accéder à des emplois considérés “sans qualification” (comme l’emploi domestique, par exemple), dont l’accès est régi par des réseaux complexes de relations familiales et de voisinage entre employées, comme avec des employeurs, la mobilisation de savoirs informels divers reste toujours indispensable.

Des effets différenciés selon les milieux sociaux et selon le sexe

  • 12 À ces niveaux, la recherche d’emploi nécessite notamment le pouvoir de faire actionner un réseau de (...)

30L’action conjointe de l’amplification de l’informalité du marché du travail et de l’élévation des niveaux scolaires requis a contribué à renforcer la concurrence pour accéder à un emploi, y compris au niveau des professions supérieures12, et à développer un nouveau secteur d’activité autour de la sélection et du placement de la main-d’œuvre. En effet, ces évolutions conjoncturelles se sont rajoutées et ont soutenu un phénomène beaucoup plus ample, l’imposition d’une logique des compétences (Dubar, 1996). Celle-ci se traduit notamment par la création d’une nouvelle gamme d’exigences, de la part des employeurs, des entreprises de sous-traitance et des agences de travail temporaires, pour sélectionner les candidats à l’embauche (Boltanski & Chiapello, 1999).

  • 13 Notons-le au passage, l’invention de ces « critères de sélection» répond la plupart du temps aux lo (...)

31À l’autre extrémité de l’échelle sociale, l’accès à un emploi formel, avec un nombre minimal d’avantages sociaux, constitue, dans bien des cas, un horizon hors d’atteinte ou, dans le meilleur des cas, le couronnement d’une carrière entre différentes activités se situant aux franges de l’informel (Georges, 2005). Dans les milieux populaires, voire parmi les habitants des bidonvilles brésiliens, l’emploi domestique féminin – l’équivalent du travail sur les chantiers du bâtiment pour les hommes – constitue souvent la source de revenus la plus stable (Almeida & D’Andreia, 2005) ou, en tout cas, celle qui est toujours disponible. Du côté des demandeurs d’emploi, la recherche de travail s’est transformée en un véritable métier, nécessitant l’apprentissage d’un ensemble de savoirs codifiés13 (Georges & Janquenine, 2005). Par ailleurs, le chômage élevé et la compétition pour l’accès à un emploi augmentent la pression sur les salaires et les conditions de travail de l’ensemble de la population active occupée, en particulier des femmes (Maruani, 1996). Outre cet effet général sur l’emploi en général, le modèle économique brésilien mène, selon certains auteurs, à la raréfaction des emplois bien payés (Pochmann, 1998). Ainsi, dans les milieux populaires, en plus d’un accès relativement restreint aux savoirs formels, l’avènement de la “société globale de la connaissance” implique de nouvelles formes de discrimination par la nécessité de surdévelopper des savoirs informels permettant l’obtention d’un emploi au sein de l’univers de l’intermédiation, et l’intensification systématique des réseaux de relations pour organiser sa survie.

32Dans ce contexte, la situation des femmes est paradoxale : d’une part, elles sont plus diplômées que les hommes ; d’autre part, bien que “l’informalisation” croissante du marché de l’emploi concerne davantage les hommes (du fait du taux de diminution de leur emploi formel), le taux d’emploi informel des femmes est supérieur à celui des hommes. En somme, alors qu’elles sont davantage scolarisées que les hommes, leur insertion dans le marché de l’emploi se fait dans des emplois de moindre qualité : moins formels, moins qualifiés, avec des salaires moindres (Araujo, 2004). Toutefois, depuis vingt ans, l’emploi féminin croît de façon continue, en particulier aux deux extrêmités de l’échelle sociale : l’augmentation des possibilités d’insertion plus ou moins (in)formelles, comme celui de l’emploi domestique (qui emploie 20 % de la population active féminine occupée) s’accompagne d’une insertion croissante dans des professions libérales.

  • 14 Ce phénomène est en partie lié au retrait de l’État et aux “nouvelles formes de gouvernance”, pour (...)
  • 15 São Paulo est le centre économique et la ville la plus dynamique en termes de flux de capitaux et d (...)
  • 16 Il est investi partiellement par un courant politique du Parti des Travailleurs (PT) qui s’est mobi (...)
  • 17 Cette transformation déplace la question des relations professionnelles de l’intérieur des entrepri (...)

33Le contexte des changements actuels de la division sociale et sexuelle du travail au Brésil, et notamment l’investissement de l’espace public des femmes à partir d’un ancrage nouveau dans l’espace privé nécessite un retour sur ce cadre d’analyse, et son actualisation. Les nouvelles formes d’insertion sociale et économique de femmes d’origine populaire se joue dans l’espace des quartiers d’habitation de ces « nouvelles classes servantes », pour employer la terminologie de S. Sassen (2006)14. Alimenté en partie par des formes de décentralisation, de privatisation et de sous-traitance des services publics dans les quartiers populaires de la périphérie comme dans ceux du centre de São Paulo, mais aussi par le morcellement des anciens mouvements de revendication organisés au niveau national, le renouveau du secteur associatif (habitat, santé, éducation, alimentation)15 repose en grande partie sur l’activité des femmes qui habitent ces quartiers. Les coopératives de travailleurs (de couturières, de ramasseurs de déchets, etc.) constituent un autre versant de ce nouveau tissu d’activités sociales et économiques qui est en train de se tisser dans les quartiers défavorisés. En partie, il répond à la disparition durable de larges pans de l’emploi formel (service et industrie), et notamment au sein d’activités peu (ou plus) formalisées par ailleurs (secteur textile et de la confection, industrie automobile), émergentes (télémarketing) ou laissées pour compte (ramassage et recyclage des déchets) bien que porteurs économiquement16. Une caractéristique commune de l’ensemble de ces initiatives est d’être largement investies par des femmes. Au contraire des hommes, plus largement concernés par la diminution de l’emploi formel que les femmes, la disposition de celles-ci à s’investir dans un ensemble d’activités économiques et sociales semble augmenter leur “employabilité” (Machado da Silva, 2003)17.

34Pour certains, cette « crise du patriarcat » (Cabanes, 2006) dans l’univers privé a une double origine : d’une part, le retrait des hommes du marché du travail (formel) et leur relégation, pour ceux issus des classes populaires, aux échelons inférieurs du “non-marché” du travail, en même temps que l’entrée massive des femmes dans des secteurs nouveaux plus ou moins formels de l’économie ; d’autre part, la possibilité (et, déjà, les processus) de démocratisation des relations familiales au sein de l’espace privé. Des formes nouvelles d’interaction placent l’espace privé dans une approche nouvelle de l’espace public (espace productif et politique) et donnent naissance à de nouvelles potentialités d’articulations. Pour d’autres, des “situations d’exceptions” deviendraient la règle et mèneraient à la décomposition du tissu familial, social et de formes plus “consolidées” de citoyenneté (Telles, 2006). Pour d’autres encore, le brouillage des frontières entre l’espace productif et privé, ou plutôt la soumission de l’ordre domestique à l’ordre économique, dénote l’invasion du capitalisme dans l’un de ses derniers bastions de résistance, comme aboutissement final et irréversible de la mondialisation (Lautier, 2006). La perspective de l’étude de l’articulation nouvelle entre l’espace public et l’espace privé nous paraît fructueuse parce qu’elle note ce double mouvement d’un renforcement de l’origine des savoirs, de leur forme d’acquisition et de circulation dans l’espace privé comme dans l’espace public et de leur passage de l’un à l’autre. Les formes de passage, de médiation, d’interpénétration et d’articulation d’un espace à l’autre ont été notées par l’enquête empirique. Il faudrait une étude plus systématique pour savoir si elles remettent en cause les analyses déjà consacrées sur la domination masculine (Bourdieu, 1990).

Conclusion générale

35Dans le contexte de la mondialisation de la production et des échanges et de la place accordée aux savoirs, des activités plus ou moins informelles (le dit “secteur informel” de l’économie) ont acquis un nouveau statut ; non qu’il s’agisse d’un phénomène nouveau, notamment dans des pays “du Sud”, comme le Brésil, mais parce que l’étendue de ces pratiques et leur sens ont changé :

  1. en dépit de l’augmentation générale des niveaux d’éducation, pour une fraction croissante de la population, l’accès à des savoirs formels et à un emploi stable constitue un horizon hors d’atteinte ;

  2. les activités telles que l’emploi domestique, la couture à domicile, le ramassage et le recyclage des déchets alimentent à des titres divers des secteurs concurrentiels de l’économie au niveau international (par exemple, l’emploi domestique facilite directement la hausse des niveaux de qualification des femmes et leur entrée sur le marché du secteur bancaire ; les couturières à domicile rendent le secteur du textile et de l’habillement compétitif ; le ramassage résout un problème d’ordre environnemental) ;

  3. en ceci, ces activités occupent une place centrale dans l’économie nationale. En contrepartie, et de façon paradoxale, cet univers peu formalisé peut ouvrir des espaces nouveaux de négociation, à la division sociale et sexuelle du travail notamment.

36En ce sens, nous nous sommes interrogés initialement sur les relations entre l’origine des savoirs et l’activité, ainsi que sur leurs formes de médiation par les dynamiques familiales et par la division sociale et sexuelle du travail, à partir du constat du brouillage des frontières entre l’univers familial et professionnel dans le contexte spécifique des réorganisations productives et de l’emploi informel. Nous arrivons, en fin d’un premier examen exploratoire de ces configurations, à la conclusion que la problématique de l’origine, privée ou publique, des savoirs formels ou informels doit être replacée dans une problématique de la relation des sexes dans le cadre familial : il semble bien que, dans la majorité des cas, la famille change dans le sens d’une démocratisation des relations entre les deux sexes, et que celle-ci se répercute dans le cadre des stratégies d’accès au travail. Cette évolution se définit comme une répartition plus égalitaire des rôles au sein de l’unité familiale ; dès lors, celle-ci peut fonctionner aussi bien sous la régie de l’homme que de la femme. Cette évolution implique aussi la possibilité, pour les femmes aussi bien que pour les hommes, de s’engager sur une trajectoire d’autonomisation professionnelle et sociale. La valeur du travail s’affiche comme un impératif absolu pour les femmes ; pour survivre d’abord, mais pas seulement : pour se passer d’un homme, ou le conserver, mais de manière autonome, ou pour renforcer l’entreprise familiale. Le triple regard porté sur l’origine des savoirs, l’activité et les dynamiques familiales, montre que les conditions actuelles de la division du travail et de l’exercice de l’activité (comme la nécessite de se créer ses propres réseaux, et de les maintenir pour faire fonctionner l’activité), semblent (dans une certaine mesure : davantage dans la couture que dans le recueil des déchets) élargir l’espace d’action des femmes. Dans la collecte des déchets comme dans la couture, la création d’une “entreprise” repose fondamentalement – outre sur les connaissances techniques – sur la capacité à construire et entretenir des réseaux. Dans cette perspective, “l’informalisation” croissante offre, paradoxalement, une prise de responsabilité plus importante aux femmes et donc, ouvre sur une possible démocratisation des relations entre les sexes. Comme la survie s’impose aussi comme premier impératif vu du côté des hommes, le principe de responsabilité – bien que le mariage, du point de vue économique, soit fondé officiellement sur sa dévolution à l’homme – s’affiche désormais autant du côté des femmes. Les cas de division harmonieuse d’un travail propre à chacun semblent se baser davantage sur le principe du plus grand respect pour la meilleure source de revenus, qu’elle soit l’attribut de l’homme ou de la femme ; dans le cas de l’entreprise familiale, et d’un pilotage qui peut être assuré par l’homme ou par la femme, la visée d’un but commun tend cependant à évacuer ou à aplanir les éventuels conflits de compétences (surtout dans les activités à connotation sexuelle “mixte”). Il en va de même pour l’emploi domestique, puisque le changement éventuel de trajectoire de cette activité, de l’informalité vers la formalité, prend sa source dans le montant du salaire perçu et dans la reconnaissance du statut salarial de cet emploi – reconnaissance qui peut être éventuellement renforcée dans un contexte de diminution forte de l’emploi salarié masculin.

37L’intérêt d’un examen de la valorisation des savoirs dans le cadre familial nous permet alors d’observer que :

  1. cette sphère ou cet espace du privé existe réellement, qu’il ne peut être une simple dépendance de l’espace public ;

  2. que toutes les dévalorisations ou pseudo-valorisations du travail qui existent dans la sphère de l’emploi – celles qui ont trait aux savoirs comme celles qui se réfèrent à d’autres aspects du travail – ne se répercutent pas automatiquement sur la sphère privée ; et que,

  3. le lien entre l’origine et la valorisation des savoirs passe aussi par la médiation de l’espace privé.

38De là à affirmer que la famille change dans le sens de l’égalité et de la démocratie, et que le genre féminin s’affirme dans son autonomie, c’est évidemment un pas supplémentaire qu’il faudrait examiner de plus près, en prenant des cas ailleurs que dans le monde du travail informel et en étudiant comment les violences subies dans le travail formel peuvent susciter des réorganisations de résistance dans la sphère privée. Ce qui engage à examiner d’une autre manière les formes de pénétration de l’espace public dans l’espace privé et à distinguer les formes d’individualisation dans l’univers du travail (Boltanski & Chiapello, 1999), des formes d’individuation dans l’espace privé et dont le principe de constitution est la référence à l’autre – pour les articuler ensuite. Nous sommes ici dans un autre univers, dominé peut-être, mais qui, loin d’être désagrégé, est producteur de références.

Haut de page

Bibliographie

Almeida (R. De) & D’Andrea (T.), 2005, « Estrutura de oportunidades em uma favela de São Paulo », in E. Marques & H. Torres (org.), Segregação, pobreza e desigualdades sociais, 1er ed. São Paulo, pp. 195-209.

Anderführen (M.), 1999, « L’employée domestique à Recife (Brésil). Entre subordination et recherche d’autonomie», Thèse de doctorat de sociologie, Université de Paris I – IEDES.

Araujo (A.-M.-C.), 2004, « Os sentidos do trabalho da mulher em tempos de reestruturação produtiva », in Marli Vilela Mamede (org), Proceedings of the 15th International Congress on Women’s Health Issues and IV Congress on Obstetric and Neonatal Nursing, Ribeirão Preto : Escola de Enfermangem/USP (CD Rom).

Boltanski (L.) & Chiapello (E.), 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu (P.), 1990, « La domination masculine », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 84, septembre, pp. 4-31.

Bruschini (C.) & Lombardi (M.-R.), 2003, « Mulheres e homens no mercado de trabalho brasileiro, Um retrato dos anos Noventa », in M. Maruani et alii (éd.), As novas fronteiras da desigualdade. Homens e mulheres no mercado de trabalho, Ed. Senac, São Paulo, pp. 323-361.

Cabanes (R.), 2006, « Espaço privado e espaço público : o jogo de suas relações », in V. Telles & R. Cabanes (org.), Nas tramas da cidade, Ed. Humanitas/IRD, São Paulo, pp. 389-428.

Carton (M.) & Meyer (J.-B.) (éd.), 2006, La société des savoirs, Trompe-l’œil ou perspectives ?, coll. Travail et Mondialisation, Paris, L’Harmattan.

Dubar (C.), 1996, « La sociologie du travail face à la compétence », Sociologie du travail, vol. 38, n° 2, pp. 179-193.

Falquet (J.), Hirata (H.) & Lautier (B.), 2006, « Les nouveaux paradoxes de la mondialisation », Cahiers du Genre, « Travail et mondialisation, Confrontations Nord/Sud », n° 40, pp. 5-14.

Georges (I.), 2005, « Trajectoires professionnelles et savoirs scolaires – le cas du télé-marketing au Brésil », Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n° 4, « Formations professionnelles au Nord et au Sud : politiques et pratiques », septembre, pp. 139-162.

Georges (I.) & Da Silva (C. Freire.), à paraître, « A naturalização da precariedade : trabalho informal, “autônomo” e cooperativado entre costureiras em São Paulo (Brasil) ? », in J.-C. LIMA (éd.), O trabalho autogestionário revisitado : dilemas e paradoxos.

Georges (I.) & Janequine (O.-G.), 2005, « Onde a lei pega ? Etnografia de uma agência privada familiar de intermediação de mão-de-obra », working paper, São Paulo, CEM (Centro de Estudos da Metrópole).

Girard (F.) & Nunes (C.), 1994, « Trajectoires et stratégies d’emploi. Les employées domestiques de Brasília », in B. Lautier (coord.), La mise en forme de la mobilité par l’emploi : les travailleurs du bâtiment et les employées domestiques en Amérique latine, Paris, Ministère de la Recherche et de la Technologie-Greitd-Creppra, pp. 167-223.

Lautier (B.), 2006, « Les politiques sociales au Brésil durant le gouvernement de Lula : aumône d’État ou droits sociaux ? », Problèmes d’Amérique latine, pp. 51-76.

Leite (M.-P.), 2004, « Tecendo a precarização : trabalho a domicílio e estratégias sindicais na indústria de confecção em São Paulo », Revista Trabalho, Educação e Saúde, vol. 2, n° 1, pp. 57-93.

Lomba (C.) & Mazaud (J.-P.) (org.), 2004, « Les classifications professionnelles en pratique », Sociétés contemporaines, n° 54, pp. 5-13.

Machado Da Silva (L.-A.), 2003, « Mercado de trabalho, ontem e hoje : informalidade e empregabilidade como categorias de entendimento », in M.-A. Santana & J.-R. Ramalho (org.), Além da fábrica, trabalhadores, sindicatos e a nova questão social, São Paulo, Boitempo Editorial, pp. 141-178.

Maruani (M.), 1996, « L’emploi féminin à l’ombre du chômage », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 115, pp. 48-57.

Maurice (M.), Sellier (F.) & Silvestre (J.-J.), 1982, Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne, Paris, PUF.

OIT, 1972, Employment, incomes and equality – a strategy for increasing productive employment in Kenya. OIT, Genève.

Pochmann (M.), 1998, « Desemprego e políticas de emprego : tendências internacionais e o Brasil », in M.-A. De Oliveira (org.), Economia e Trabalho : textos básicos, Campinas, SP, Unicamp. IE.

Pochmann (M.), 2004, Reestruturação produtiva : perspectivas de desenvolvimento local com inclusão social, Rio de Janeiro, Vozes.

Rosemberg (F.), 2001, « Políticas educacionais e gênero : um balanço dos anos 1990 », Cadernos Pagu, n° 16, pp. 151-197.

Sassen (S.), 2006, « Vers une analyse alternative de la mondialisation : les circuits de survie et leurs acteurs », Cahiers du Genre, « Travail et mondialisation, Confrontations Nord/Sud », n° 40, pp. 67-89.

Silva (N. De Vale), 2000, « Tendências da Desigualdade educacional no Brasil », Dados, vol. 43, n° 3, pp. 423-445.

Singer (P.), 2002, Introdução à Economia Solidária, São Paulo, Editora Fundação Perseu Abramo.

Tanguy (L.) (dir.), 1986, L’introuvable relation formation-emploi : un état des recherches en France, Paris, La Documentation française.

Telles (V.), 2006, « Nas franjas da cidade “global” : tudo certo, tudo em ordem ? », in V. Telles & R. Cabanes (org.), 2006, Nas tramas da cidade, Ed. Humanitas, São Paulo, pp. 139-176.

Telles (V.) & Cabanes (R.), 2006, Nas tramas da cidade, Ed Humanitas, São Paulo.

Haut de page

Notes

1 Les enquêtes de terrain, notamment les entretiens biographiques de longue durée au domicile des personnes interviewées, ont été effectuées dans une banlieue populaire et dans le centre ville de São Paulo, dans le cadre du projet de coopération internationale « Mobilités professionnelles et recompositions sociétales dans la ville de São Paulo » (CENEDIC/USP (Universidade de São Paulo), sous la direction de V. Telles et R. Cabanes (Convention CNPq-IRD 2003-2006), (Cf. Telles et Cabanes, 2006). Les entretiens avec les employées domestiques ont été réalisés dans le cadre du sous-projet « Activité féminine, savoirs professionnels et mobilité occupationnelle : le cas des employés domestiques au Brésil » de cette convention, sous la responsabilité d’I. Georges.

2 Ce que Saskia Sassen (2006) appelle « la féminisation de la survie », en désignant aussi bien : la main-d’œuvre féminine que les gouvernements de leur pays d’origine sur-endettés incitent à immigrer (Philippines, par exemple) ; les femmes victimes du commerce du sexe/trafic illégaux de main-d’œuvre ; les femmes à la recherche d’un emploi pour nécessité ou candidates à des mariages arrangés pour fuir la situation économique de leur pays d’origine (Russie, Ukraine, etc.).

3 En 2006, dans la région métropolitaine de São Paulo, 37,3 % des employées domestiques se sont déclarées « responsable du ménage », c’est-à-dire chef de famille. Source : Pesquisa Mensal do Emprego (enquête mensuelle sur l’emploi), IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), avril 2006, publiée à l’occasion de la « Journée Nationale de la Domestique », le 27 avril.

4 Source : PNAD 2004, IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística).

5 Source : Pesquisa Mensal do Emprego (enquête mensuelle sur l’emploi), IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), avril 2006.

6 Ainsi, le salaire d’une employée domestique peut varier d’un salaire minimum (360 Reais, soit environ 150 €) à 1 800 Reais (780 €) dans le cas d’une nourrice spécialisée dans le soin à domicile de nouveaux-nés et possédant un diplôme d’aide-soignante (outre un excellent réseau de relations avec des collègues et d’ancien(ne)s patron(ne)s et un carnet de références, cas que nous avons rencontré). Le degré de stabilité de l’emploi n’entretient pas nécessairement de relation avec le niveau de salaire, et ne constitue pas forcément son principal atout. Ainsi, il est possible de rencontrer des employées domestiques qui ne travaillent qu’à la journée afin de pouvoir percevoir plus de revenus, en dépit de l’instabilité de l’emploi (et l’absence des autres avantages associés à un emploi formel).

7 Marie Anderfuhren (1999), par exemple, relate dans son étude sur les employées domestiques de Recife la récurrence du discours de celles-ci quant à leur objectif de vouloir évoluer vers une autre activité. Or, selon l’auteur, des cas de reconversion professionnelle de domestiques sont extrêmement rares (mais cette représentation leur permet d’accepter leur situation).

8 Le forum du lixo, ou des déchets, est une initiative d’auto-organisation et de mise en réseau de plusieurs associations, coopératives, etc., qui agissent dans ce secteur d’activité dans un périmètre de la banlieue populaire de la ville de São Paulo, et qui compte avec l’appui des pouvoirs publics.

9 Cette approche employée dans les études comparatives entre la France et l’Allemagne peut être critiquée pour sa non prise en compte de la variable du genre, attribuant alors valeur universelle aux formes d’insertion des seuls hommes (en particulier en ce qui concerne le système dual allemand).

10 En dépit de l’ancienneté de ce secteur, son extension, la détermination de ses frontières et son articulation avec d’autres formes d’activité varient dans le temps, et leur regroupement sous un seul et même terme a donné lieu à d’innombrables débats.

11 Le taux de scolarisation de la population entre 7 et 14 ans est passé de 67 % en 1970 à 95 % en 1998 (Silva, 2000), et à 97,1 % en 2004 (source : PNAD, 2004). Le nombre d’années d’études de la population âgée de 5 ans et plus est passé de 2,4 en 1970 à 3,3 en 1980, à 5 en 1990 et à 5,9 ans en 1996 (Sources : Censos demográficos 1960, 1970 et 1980, PNAD 1990, 1996, in Rosemberg, 2001). Le taux d’analphabétisme de la population âgée de 15 ans ou plus est passé de 33,6 % en 1970, à 25,4 % en 1980, 20,1 % en 1991 et 14,7 % en 1996. Le nombre d’inscrits dans l’enseignement primaire est, lui, passé de 16 millions en 1970 à plus de 35 millions en 1998 (Silva, 2000).

12 À ces niveaux, la recherche d’emploi nécessite notamment le pouvoir de faire actionner un réseau de relations dense et efficace, c’est-à-dire de personnes bien placées.

13 Notons-le au passage, l’invention de ces « critères de sélection» répond la plupart du temps aux logiques de professionnalisation de ces nouveaux groupes professionnels (psychologues RH, etc.), contribuant à la création d’un autre marché de travail spécialisé, celui du placement de la main-d’œuvre et des intermédiaires d’emploi (une « niche» d’emploi).

14 Ce phénomène est en partie lié au retrait de l’État et aux “nouvelles formes de gouvernance”, pour en rester à un niveau assez général, permettant d’englober la variété des processus en cours.

15 São Paulo est le centre économique et la ville la plus dynamique en termes de flux de capitaux et de main-d’œuvre du pays.

16 Il est investi partiellement par un courant politique du Parti des Travailleurs (PT) qui s’est mobilisé autour de “l’Économie solidaire”, considérée comme une alternative au capitalisme dominant (Singer, 2002). Ce courant politique dispose notamment d’un « Secretária Nacional de l’Economia Solidária (SENAES) », rattaché au Ministère du travail, disposant de lignes de micro-crédits et qui finance des formations dispensées aux futurs cooperados à travers des SENAIS (organismes de formation professionnelle, cofinancés par l’industrie et l’État).

17 Cette transformation déplace la question des relations professionnelles de l’intérieur des entreprises vers un espace public beaucoup plus hétérogène et ample. Dans ce contexte, le mode d’intervention des syndicats reste très ambigu et oscille entre une revendication de “retour en arrière”, c’est-à-dire de défense de droits acquis relatifs à l’emploi formel et visant son extension, et des réflexions sur des formes alternatives de réglementation, encore peu définies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Cabanes et Isabel Georges, « Savoirs d’expérience, savoirs sociaux : le rapport entre origines et valeurs selon le genre », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 6 | 2007, 191-215.

Référence électronique

Robert Cabanes et Isabel Georges, « Savoirs d’expérience, savoirs sociaux : le rapport entre origines et valeurs selon le genre », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cres.revues.org/977

Haut de page

Auteurs

Robert Cabanes

Sociologue, Institut de recherche pour le développement, UR 105 « Savoirs et développement», robert.cabanes@wanadoo.fr

Isabel Georges

Sociologue, Institut de recherche pour le développement, UR 105 « Savoirs et développement», professeure visitante Unicamp/IFCH (Université de Campinas, Brésil), georges@bondy.ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org